Eylion Grenn

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Ennrael
Messages : 108
Inscription : 09 mars 2018, 13:21

Re: Eylion Grenn

Message par Ennrael » 15 avr. 2019, 20:14

Image
La disparition de Nailah, fille de Volug, avait été une première préoccupation. En compagnie de Kyuuji et rejoint plus tard par Nukh, ils avaient dû voyager jusqu'au Coerthas pour la retrouver. Nailah avait toujours été plus portée sur le Monde des Rêves que de la Réalité. La seule chose qui lui permettait de percevoir les alentours, au-delà de ce Voile, était un mystérieux papillon bleu qui la suivait partout. Papillon qui avait disparu ce jour-là, Nailah s'étant empressée d'aller à sa recherche.

Le duo avait trouvé la jeune femme devant une grotte remplie de Kamuy, des esprits des Steppes. Le papillon, lui, était descendu du ciel jusqu'à Nailah telle une étoile. Après un échange muet entre les deux êtres, elle avait semblé accepter quelque chose, un halo de lumière suivant son acceptation. Quand la lumière disparut, Nailah avait désormais la forme d'un Raen masculin de haute stature.

Kyuuji: Qu-...
Eylion: Que...
???: Ah... ainsi... voici ce que cela fait, d'être humain?

L'inconnu s'était tourné vers eux.

???: Ah, Père, vous êtes là!
Kyuuji: Humain... vous êtes... les Kamuy?
Eylion: Humain...? Quoi...?

Le Lunaire avait tiré la tête de quelqu'un qui venait de louper deux chapitres.

???: En effet, mais laissez-moi saluer mon père dignement avant ça!
Kyuuji: Pardon...
Nukh: Hein? Moi? avait demandé le chamane.
???: Non! avait-il répliqué avec un grand sourire.

Il s'était alors approché du Mage pour l'étreindre.

Eylion: ... ... Quoi?!
???: Je suis content de vous rencontrer.

Kyuuji avait arqué un sourcil.

Eylion: Erh, il y a forcément erreur sur la personne.

Ce dernier avait eu la tête de quelqu'un qui venait de louper trois chapitres ET l'épisode précédent. Ses deux comparses à ses côtés n'avaient pas de meilleures expressions.

???: Nous savons que vous êtes là pour nous aider...
Eylion: Quelqu'un peut... m'expliquer...?!

L'explication avait tardé à venir mais finalement, l'inconnu s'était présenté sous le nom d'Hrid. En tant qu'Esprit, il avait entendu les nombreux souhaits des membres de la Brigade et était décidé à tous les exaucer. L'un des souhaits du Mage avait toujours été d'avoir un enfant... Seulement l'Esprit n'était pas en mesure de savoir les détails exacts des souhaits, ni le sens "humain" pour les interpréter.

Eylion avait, en effet, toujours conçu le Désir d'avoir un enfant issu de son sang et de celui de son Absolu, la plus belle preuve d'une Union à laquelle il aspirait. Un Rêve qu'il avait enterré le jour où il avait choisi Solid. Bien qu'il y avait bien des moyens détournés pour parvenir à ce fait, le Mage n'était absolument pas prêt à les envisager, sans parler du refus de Solid de revivre sa Perte de Little Shield.

Les discussions avec Hrid avaient été extrêmement coûteuses et pénibles pour le Lunaire. Non pas qu'il n'était pas capable d'adopter des enfants... Seulement, il lui était difficile de le faire. Il n'y avait eu que deux personnes qu'il avait considéré comme tels. Son fils adoptif, Neil, et K'alyanni, son ancienne disciple.

Il ne pouvait pas accepter comme ça le premier venu.

Après Lucrétia, il avait essayé plus ou moins de juguler les catastrophes que le Kamuy bien intentionné allait engendrer au sein de la Brigade en essayant d'exaucer les voeux des uns et des autres de manière maladroite. Toutefois, Hrid avait fini par trouver sa place en aidant les dormeurs à mener des nuits plus paisibles ou encore en accompagnant le Mage dans ses excursions mentales.

L'une d'elles avait été d'ailleurs décisive dans l'évolution de Lucrétia. Eylion avait fini par souligner que Lucrétia n'avait pas effectué le Rituel des Shields. Il s'était demandé si, en l'effectuant, la Démone retrouverait un semblant de stabilité mentale. L'idée approuvée, il avait parcouru, avec Hrid, le Paysage mental de Lucrétia qui n'était autre que le Manoir.

Bien qu'ils faillirent y rester, ils étaient parvenus à insuffler la Lumière au coeur de sa conscience. De manière inattendue, ils étaient tombés sur une version de la Démone que personne n'avait vu auparavant: une jeune femme morne, assise en prisonnière devant la fenêtre de sa chambre, prison aussi statique et éternelle qu'elle était immaculée.

Quand la Lumière avait envahi les lieux, Eylion avait entendu une voix et entrevu une vision du Passé de celle-ci.

Lucrétia: "Chaque Jour était les mêmes. Père avait chassé tous les servants. Mère était morte. Je n'avais pas le droit de sortir, pas même de sourire à un homme. Je crois que j'ai aimé, fut un Temps. Oui, de vagues sentiments bourgeonnants qu'il a méthodiquement assassiné. Chaque prétendant, il les écartait ou les éliminait en les faisant passer pour des accidents. Quelque part, je m'en doutais mais, naïve, je voulais croire en mon Père. Je ne voulais pas voir le Monstre qu'il était. Je ne voulais pas remarquer ses regards sur moi. Son souffle avide sur mon cou, ce cou qu'il convoitait sans oser le toucher.

Je me souviens, ce jour de bal. Je dansais avec cet homme. Ma mémoire a perdu le souvenir de son Nom mais pas de son Sourire. Je crois que j'aurai pu l'aimer, oui. Je n'ai pas eu même le droit d'assister à son enterrement. Un accident regrettable m'a t'il dit mais ça ne devait pas me dévier de mon devoir de fille parfaite.

Oh, comme je l'ai haï, ce rôle, le sais-tu?

Et toi, tu viens, au sein de ma Geôle éternelle. Oui, de toi, je me souviens de tout. De ton premier regard effrayé à celui qui me renvoie un reflet du mien, quand je regardais Père. Je souris. Oui. À ces rôles inversés.

Es-tu sûr de ta décision?
... Es-tu sûr de ne pas regretter ma Libération...?"


Eylion: ...!!

Il avait sursauté en se réveillant brutalement, en sueurs. Hrid était tombé du lit à la renverse. Solid s'était relevé. Pour cette épreuve, le Démon avait accepté de rester, d'accorder sa Présence.

Solid: ...!? Eylion?
Eylion: S-Solid...? avait-il émis, encore troublé.
Solid: C'est moi, oui! Est-ce que ça va?

Ils avaient alors entendu un craquement. Eylion n'avait jamais laissé Lucrétia sans un garde-fou, lui offrant un bracelet pour contenir ses pouvoirs. Mais à ce moment précis, le bracelet avait été détruit. Dans l'instant qui avait suivi sa destruction, des ronces étaient apparues pour entourer Lucrétia comme un cocon dense, transperçant le lit.

Hrid: A-attention!

Le Démon avait tiré le Miqo'te pris au dépourvu sur le côté. Celui-ci s'était agrippé à son compagnon dans le même temps.

Hrid: Qu'est-ce que c'est?!

Une Noirceur palpable s'était dégagé des ronces qui avaient recouvert entièrement la jeune femme.

Eylion: Merde, c'est... normal ça...??
Solid: Que se passe-t-il?!

Finalement, les ronces s'étaient dissipées en disparaissant dans le sol. Solid avait pu sentir que l'aura de Lucrétia était désormais semblable à celle des Shields même si elle avait fait le "Choix", tout comme Kaldriss, de conserver ses Ténèbres.

Solid: ...
Lucrétia: ...!

Elle avait ouvert les yeux en prenant une brusque inspiration, comme si son souffle avait été coupé durant tout le procédé.

Solid: Je crois qu'elle a lucidité... Mais Pour ce qui est des Ténèbres, rien n'a bougé. Elle a peut-être choisi de les garder, aussi. Personne n'arrive à se détourner de l'obscurité, pour le moment...

Elle s'était relevée lentement, tête baissée.

Lucrétia: Pourquoi... avait-elle fait d'une voix sourde.
Solid: ... Lucrétia?
Hrid: ...
Lucrétia: Pourquoi vous avez fait ça... avait-elle poursuivi, tremblante.

Le Lunaire avait dressé des oreilles, surpris.

Eylion: Tu... nous entends...?
Hrid: ... T'avoir libéré?
Lucrétia: M'avoir... libéré... LIBÉRÉ...?
Hrid: ... On a fait une bêtise?

Lucrétia avait tenté de se redresser sur ses genoux, tendant un bras vers le Lunaire avant de tourner de l’œil, manquant de sombrer dans l'inconscience. Tout le poids de ses siècles d'existence étaient en train de lui retomber dessus. Dans le même temps, le Mage avait porté une main à son front, impacté par les répercussions d'une telle chose.

Solid: Du calme...
Eylion: Hgn...

Solid était allé auprès de sa consoeur pour la maintenir et l'empêcher de bondir de rage sur le Miqo'te. Une juste initiative.

Lucrétia: P-pourquoi... avait-elle balbutié, ivre de rage, de confusion même si elle était faible physiquement.
Solid: Pourquoi avoir fait ça? Aurais-tu préféré rester la prisonnière de ce torrent de noirceur?

Un torrent de larmes avait fini par franchir le regard dissembable sous l'effet de sa détresse alors que sa Lucidité procédait enfin à l'ensemble de son vécu. Les sensations à demi-partagées, le Miqo'te avait traversé un véritable Enfer commun avec son ancienne tortionnaire. Il avait été soutenu par Hrid, inquiet.

Hrid: Tout doux!
Lucrétia: De tout, Je me souviens de Tout... avait-il dit, hantée. Du goût du sang. La Fiancée maudite qu'ils murmuraient... Tous m'ont été arrachés... Ah, Père, j'avais si confiance...

Solid l'avait alors étreint pour la consoler même si le regard fixe de la Démone avait démontré que son Esprit était bien trop chargé pour s'en rendre compte.

Lucrétia: Tant de Sang, tant de Morts. Mère... Pourquoi...
Solid: La vie est injuste... mais le calvaire s'arrête ici...

Elle n'était pas parvenue à s'arrêter de pleurer, secouée de toutes parts pendant que son "Lié" était au supplice, tête entre ses mains.

Lucrétia: Je ne voulais pas Voir. Je ne voulais pas Ressentir. La Solitude, l'Amour, la Perte, le Deuil...

Dans sa Folie de "Perfection", Lucrétia avait enfermé sa vision des choses derrière le prisme du rôle qu'elle s'était imposée de jouer. Elle s'était comportée jusque là comme une enfant ne pouvant et ne voulant pas voir les pans de Réalité qui auraient pu la faire dévier de son "devoir". Bien qu'Obsédée par Eylion, jamais elle ne s'était rendue compte que ses sentiments étaient de l'acabit de l'Amour. Le Désir ne pouvait pas non plus exister.

Solid: Hrid, si tu sais utiliser la magie des rêves, c'est le moment.
Hrid: Hein?
Solid: Aide-la à s'endormir, maintenant!
Hrid: Ah oui, pardon!
Lucrétia : Tout était si Voilé... Et me voilà Orpheline dans les rues d'Ul'dah, me voilà plaquée contre ce mur, par cette main épaisse et répugnante, le rire goguenard jusqu'à ce que Claus intervienne. Et je me souviens que Père les a tous chassé, les servants, les Jours toujours les mêmes. Mère est morte d'une maladie, oui, certainement alors pourquoi ce doute...?

Une douce lumière, quoique froide, avait imprégné la main du Kamuy qui s'était appliqué à endormir le duo tourmenté. Les jours suivants, Eylion avait dû passer à nouveau du temps à calmer la Démone complètement hystérique mais ses efforts avaient fini par payer. Là où elle ne s'exprimait que par métaphores, sans réellement voir son entourage, Lucrétia était désormais Consciente, "Lucide". Ce fut au terme de cette période qu'elle l'avait pris dans ses bras, dans le Salon de l'Aube, qu'ils accaparaient pour ce genre de sessions.

Lucrétia: Merci...

Le Lunaire avait soupiré, bien tenté de lui demander de dégager mais il avait pris sur lui.

Eylion: De rien, avait-il grommelé.
Lucrétia: ... Tu m'en veux toujours?
Eylion: ... Je mentirai en disant le contraire.

Elle avait souri faiblement.

Lucrétia: Je... me doute que des excuses... ne serviraient à rien?
Eylion: ... Ça pourrait être un début.
Lucrétia: Alors je te présente mes excuses pour tout ce que j'ai fait... À toi, à Kaldriss, à tous ceux que j'ai tué... et torturé... Mais sache... Mon Lunaire, je ne m'excuserai pas de t'avoir rencontré. Je ne m'excuserai pas pour mes sentiments. Je ne m'excuserai pas pour ton Œil. Je ne m'excuserai pas pour la Haine que je voue à ceux qui te convoitent.

Il avait soupiré à nouveau.

Eylion: Je ne te pardonne toujours pas mais, hrm...

Il avait grimacé.

Eylion: Je t'entends, Lucrétia, je t'entends, avait-il fait en s'arrachant littéralement le nom de la gorge.

Elle s'était redressée, surprise. Puis elle avait bondi sur lui.

Lucrétia: Mon LuNAIre! ♡
Eylion: Argh, non! Non, dégage!

Le reste de ses proches avait appris la nouvelle plus tard, quand le Mage avait pu se remettre de ses "émotions".

Kyuuji: Une lubie?
Eylion: Je t'avais parlé de la taverne que je voulais ouvrir, il me semble...?
Kyuuji: Oui.
Eylion: Hé bien... On a eu une discussion assez...
Kyuuji: Hum?
Eylion: Particulière... et elle souhaite me prouver qu'elle est capable de se "débrouiller" et même de fréquenter "l'Extérieur". Elle m'a réclamé la gérance de l'Abéhys...
Zaurak: Elle a changé... Elle s'humanise. Son vocabulaire déjà...
Kyuuji: Que s'est-il passé... Devenir un Shield? avait-il demandé en écarquillant les yeux.

Zaurak s'était tourné vers le Raen en lui souriant.

Zaurak: S'il y a bien une personne capable d'aider les gens à devenir plus humains, c'est bien toi.

Eylion avait soupiré, embarrassé et défrisé.

Eylion: Oui, Solid a suggéré que je teste la combinaison du Refuge Mental et des pouvoirs du ClairObscur... Sur Kaldriss, hé bien, l'effet a été probant alors on a fait ça vis à vis de Lucrétia, avec le soutien d'Hrid.
Kyuuji: Hum?
Eylion: On a failli crever d'ailleurs...

Zaurak avait haussé un sourcil.

Kyuuji: Que s'est-il passé?
Zaurak: Vous avez utilisé votre voyage mental dans l'esprit de Lucrétia? Effectivement, c'est plutôt... téméraire.

Le Mage s'était passé une main sur le côté de son cou, embarrassé.

Eylion: Hé bien, quand on a vu que Kaldriss était revenu à lui-même... Je suis allé demandé de l'aide à Hrid qui avait un don inné en Oniromancie de par sa nature et Neilah. On est entré au sein de l'Esprit de Lucrétia à l'aide du Refuge Mental pendant que je portais la lumière de Volug. Et on a eu affaire à une sorte de... Manoir en version plus labyrinthique jusqu'à ce que Hrid sente où se trouvait le chemin vers le Cœur de la Conscience de Lucrétia.

Kyuuji avait opiné à certaines phrases, l'air concentré.

Eylion: On a chuté après le passage d'une porte et une espèce de... Serpent de ronces gigantesque a tenté de nous bouffer... On a dû combiner nos forces pour pouvoir le vaincre et atteindre l'objectif. Je lui ai remis la Lumière et on a été expulsé par l'impact, hors de l'Esprit.
Kyuuji: Oh... d'accord...
Zaurak: Vous avez purifié son âme, en gros?
Kyuuji: Son esprit.
Eylion: Quand elle s'est réveillée, elle a failli me sauter à la gorge... Parce que, hé bien... La Lucidité, ça vient aussi avec le fait de se rendre compte de tout ce qu'elle a vécu.
Kyuuji: Pourquoi s'en prendrait-elle à vous?
Eylion: En fait, les Shields sont à demi humains... Quand un Démon passe par leur rituel, s'il existe encore une once de Lumière en eux, il est possible de la renforcer.
Kyuuji: Oh!

Le Prêtre avait haussé les sourcils, surpris.

Eylion: Pour le reste, je pense que vous feriez mieux de demander à Solid, je ne veux pas révéler des détails qu'il ne voudrait pas révéler...
Zaurak: Alors c'est ça qu'on a vu... au Manoir... la Lumière qui rendait le démon humain... Je me demandais quel était le sens de cette vision.

Eylion avait eu un air gêné en ayant l'impression d'en avoir trop dit quand il avait entendu son confrère vif. Puis ses oreilles s'étaient abaissées sous l'effet de la Culpabilité.

Eylion: Hrm, ça, seul mon Homme pourra vous en dire plus...
Zaurak: Ne vous en faites pas, je ne dirai rien à ce sujet avant d'y être invité.
Kyuuji: Pareil pour moi, je me tairais.

Le Lunaire avait hoché la tête.

Eylion: ... Dans le cadre de Lucrétia, elle s'est réveillée avec la lucidité de deux mémoires, la sienne, de plusieurs siècles... et la mienne... Autant dire qu'elle a été hystérique pendant plusieurs jours... C'est pour ça que vous m'avez vu aussi crevé... J'ai passé mes nuits à la calmer...
Zaurak: Et les souvenirs des atrocités de son père en prime non?

Il avait acquiescé à nouveau en réponse.

Kyuuji: Dieux...
Eylion: Même si je pense que tu t'es un peu mépris à ce sujet, Zaurak... Il ne l'a jamais touché. Il... défoulait sa frustration sur des femmes qui lui ressemblaient avant de les tuer puisqu'elles ne pouvaient pas la remplacer... Lucrétia a fini par tomber sur la pièce où se trouvait les corps. Elle l'a maudit pour ça mais aussi pour la Solitude dans laquelle il l'avait enfermé... Il faisait disparaître tous les hommes de sa vie, prétendants comme servants.
Zaurak: Je sais. Que vous ayez pu surmonter ça... elle et vous... prouve que l'esprit humain peut être solide...

Vu comment le duo maudit avait ses propres soucis mentaux, le Mage s'était dit qu'ils ne s'en étaient certainement pas sortis sans dommages.

Eylion: Et oui, je me demande encore comment elle comme moi, on peut encore maintenir une conversation comme ça... avait-il approuvé avec fatigue.
Kyuuji: Le prix et la cause...
Zaurak: Vous avez Solid mais elle... c'est vous qu'elle veut.
Eylion: Oui... avait-il dit en soupirant. Elle s'est raccrochée à moi... Pour le moment... Mais je ne vois pas comment régler le problème pour l'instant... à part tracer des limites...
Zaurak: Cela évoluera peut-être... surtout si elle a vu votre esprit... elle sait que vous ne l'aimez pas. Les limites lui permettront de se tourner vers d'autres...
Eylion: Elle le sait, oui, mais ça ne la décourage pas... Ça la blesse en permanence mais elle s'accroche, avait-il lancé, agacé. C'est un peu pour ça que je lui ai permis d'entreprendre son apprentissage pour gérer l'Abéhys.
Zaurak: Mais en faire une tenancière de taverne... vous pensez qu'elle a assez de... normalité... pour ça?
Eylion: Son apprentissage en décidera. Elle a du chemin à faire: apprendre à servir les gens, à faire les comptes, à ranger, à cuisiner...

Lucrétia avait, en effet, mené un long apprentissage auprès des différents membres de la Brigade. La période qui suivit avait été plutôt "calme" et surtout riche en révélation. Eylion avait appris que Kyuuji avait un lien très particulier avec la Nature. Le Raen y était si lié que son bras s'était transformé en partie en écorce. Plus il s'éloignait et était déçu de l'Humanité, plus il se rapprochait de l'état de plante. Le Mage était bien décidé à empêcher ce cas de figure d'arriver.

Il avait aussi appris que son confrère Arcaniste, Zaurak, ne possédait pas de grimoire mais un circuit de matérias tatoué sur son corps dans lequel il puisait ses forces et ses sorts. Un tel procédé expérimental demandait de nombreux ajustements et c'était avec joie, et curiosité, qu'Eylion avait participé à ce Projet fascinant. Un Projet complexe, qui n'était pas sans ses complications mais le Mage n'allait l'apprendre en détail que plus tard.

Il y avait eu, par la suite, l'arrivée de Jaqatai, un esclave Xaela, et plus tard, de J'reya, une Solaire amnésique au QG. Jaqatai avait été rapidement adopté par l'ensemble de la Brigade. Élevé comme un animal au sein d'une arène, il ne savait ni parler, ni écrire. Ses premiers apprentissages avaient mis au jour une personnalité aux joies simples, encore enfantines. Quant à J'reya, elle avait eu plus de mal à s'intégrer à la Brigade, se sentant bien "normale" par rapport au reste.

Elle s'était naturellement rapprochée de Kyuuji. Les rapports entre Eylion et elle, en revanche, avaient été compliquées au départ. Toujours aussi misophobe sur les bords, Eylion s'était méfié de l'apparition de la Solaire au sein du QG. Le caractère tranché de J'reya n'avait pas manqué de se heurter à celui, explosif, du Mage, ce qui avait engendré quelques disputes dans les couloirs. Il avait néanmoins appris à l'accepter plus ou moins, surtout qu'elle était là avant tout pour son amnésie. Amnésie qu'elle refusait de creuser, ayant ses propres craintes qu'elle ne devait confier que plus tard.

La Construction de l'Abéhys avait bien avancé entretemps jusqu'à ce que Lucrétia eut la soudaine lubie d'organiser un bal privé. De manière assez surprenante, elle s'était attachée à J'reya, la considérant comme son "amie", et elle était décidée à en faire une "vraie demoiselle". J'reya étant de nature plutôt garçon manqué et peu portée sur la mode, ce point allait être le début d'un long Enfer et d'une peur presque phobique des personnes aux cheveux blancs.

La première Inauguration de la taverne s'était donc faite en très petit comité. Kyuuji, Eido, J'reya, Eylion et Lucrétia s'étaient retrouvés à l'étage dont seul le sol et les murs avaient été aménagés. Lucrétia avait préparé deux jeux mais elle avait absolument tenu à commencer par des danses. C'était en pleine période de Saint-Valention. La majorité de leurs proches était des célibataires et ils avaient évité l'événement sans savoir qu'Eylion avait fait pression sur la Démone pour que l'événement reste à la portée de tous, en concédant le point sur les danses.

Cependant, ce qui troubla le Lunaire, c'était que Solid avait insisté sur la notion que la Saint-Valention était une fête pour célébrer tous les liens, notamment de famille et d'amitié. Son attitude avait été si insistante que le Mage l'avait interprété comme une manière de le décourager de faire quoique ce soit de romantique à part, pour eux deux. Ce point allait le mener à aller boire au Kenkyo le jour J, pour mieux oublier ses doutes qui ne faisaient que s'empiler avec le Temps.

Lors de la soirée du "bal", Solid avait remarqué leur chiffre impair.

Solid: Il faut bien un cavalier pour Lucrétia, voyons!
Kyuuji: Lucrétia participe alors qu'elle est organisatrice?
Solid: On ne peut décidément pas te laisser seul.
Kyuuji: Oh, l'esprit de ma femme m'accompagnera... ou... j'ai Floral!
J'reya: Floral?

Kyuuji avait fermé les yeux pour invoquer un goobbue miniature, à la surprise de la Solaire. Le goobbue en question était un Kamuy de la nature que Nukh avait trouvé et qui s'était aussitôt lié au Raen.

Kyuuji: Floral.
Lucrétia: Du coup, Eido et J'reya, vous formerez un duo...!
J'reya: Quoi? avait-elle fait, son attention détournée du Kamuy. Non.

Eylion s'était mis une main sur le visage sans mot dire. "Laissons la catastrophe se faire..."

Lucrétia: Si, si, si, il faut des duos...! Et je n'ai pas dit couple! avait-elle fait en regardant Eylion en mode "Tu vois?".
Eylion: ...

Il avait gardé la main devant le visage.

Kyuuji: Eylion et Solid sont un couple, Lucrétia, avait-il remarqué en souriant avec une certaine douceur.

Eido avait ouvert la bouche comme s'il allait prononcer quelque chose mais rien n'était sortit, restant un instant celle-ci ouverte avant de la refermer remarquant qu'il devait avoir l'air stupide.

Lucrétia: Je sais, je parlais de J'reya et Eido, ils formeront un beau duo...! avait-elle répliqué dans une moue.
Kyuuji: Oh pardon... Je n'écoutais qu'à moitié... navré.
Lucrétia: Mais, du coup, vous êtes tout seul, Kyuuji...
Solid: Pourquoi ne pas tirer au hasard?
Lucrétia: Au hasard...?

Le Démon avait esquissé un sourire pendant que le Mage avait haussé son unique sourcil visible. Pourquoi il ne sentait pas ce coup là...? Le Prêtre avait pris alors le Kamuy dans ses bras.

Kyuuji: J'ai Floral, avait-il insisté.
Solid: Oui, on peut faire une courte paille spéciale, qui déterminera qui sera avec qui.

Lucrétia avait fait une moue. Son plan parfait pour mettre J'reya et Eido en couple pouvait "risquer" de tomber à l'eau dans son esprit tordu.

Lucrétia: Alors eux, pas besoin...! avait-elle lancé en les indiquant.
Eylion: ... Quoi? avait-il fait, à moitié interloqué, n'ayant pas du tout un bon instinct sur ce coup.
Kyuuji: Et ne séparons pas Solid et Eylion, enfin...

Le Prêtre ne devait pas savoir le montant de reconnaissance que le Mage lui avait porté en cet instant.

Eylion: À la courte paille et puis quoi encore...
Solid: C'est pourtant simple, et ça met tout le monde d'accord!
Lucrétia: Totalement aléatoire...?
Solid: Et puis... Lucrétia pourrait tomber avec Eylion...
Lucrétia: ...!!

Le regard de la Démone s'était illuminé de mille feux là où celui du Lunaire avait exprimé l'horreur absolue.

Eylion: Je m'oppose TOTALEMENT à cette idée!
Kyuuji: Non... dans ce cas, je serai le cavalier de Lucrétia...
J'reya: C'est une bonne idée, je trouve. Faisons ça.

La Solaire était bien décidée de se "venger" du fait d'avoir été jugée en tant que "Femme donc créature nuisible" par Eylion.

Kyuuji: Oh...

Lucrétia s'était tournée vers Eylion, avec une moue.

Lucrétia: C'est moi qui organise. Tu m'avais promis!

Solid avait récupéré trois paires de cerise, les ramifications bien cachées.

Eylion: Je sais bien mais...
Lucrétia: Tu m'avais promis que je pourrai organiser ça comme JE veux...!
Solid: Il suffit de choisir une cerise, et de voir à qui on est relié.

Eylion avait réprimé un "putain de bordel de merde" à peine audible.

Eylion: TRÈS bien mais n'oublie pas la TIENNE.

Il lui avait fait promettre de lui ficher la Paix pendant un moment en échange.

Kyuuji: ... Allons...

Chacun avait tiré sa part de cerise. Les résultats avaient été Solid et Kyuuji, Eido et J'reya et...

Eylion et Lucrétia.

Un lourd silence était tombé sur les participants.

Solid: Cela faisait un moment que Nymeia ne s'était pas manifestée!
Eylion: Non, c'est pipé... avait-il hoqueté, horrifié.

Lucrétia avait à peine contenu sa jubilation alors qu'elle avait regardé le Lunaire, plus obsessionnelle que jamais.

Eylion: Dites moi que c'est pipé...
Solid: Non...

J'reya avait, quant à elle, à peine dissimuler un sourire mauvais, savourant pleinement sa vengeaaaanncee.

Eido: Piper? On peut piper des cerises? avait-il demandé, le regard interrogateur vers Solid.
Solid: Pas à ce que je sache, surtout en si peu de temps.
J'reya: Bon, bah...
Kyuuji: ...

Le Prêtre avait eu l'air inquiet en remarquant l'air prédateur de Lucrétia vis à vis d'Eylion. Celle-ci avait tendu la main vers le Mage, telle une dame de la noblesse.

Lucrétia: La première danse alors...!

Solid s'était tourné vers Kyuuji en soupirant.

Solid: Tout va bien, allons!
Kyuuji: Navré...
Solid: Kyuuji, me feriez-vous l'honneur? avait-il demandé en s'inclinant avec élégance.

Eylion avait avalé, sur l'instant, bien des couleuvres, en plus de dépérir à l'intérieur mais il devait jouer le jeu, au moins pour Solid et les autres. Kyuuji n'avait pas été dans un meilleur état, s'étranglant sur le coup, pris de bieeen trop court.

Kyuuji: ... Heu... hum... oui... je... crois...
Eylion: Me feriez-vous l'honneur, Dame... Erh... Lucrétia...
Lucréia: Bien évidemment, mon cher...!

Trop impatiente, elle en était venue à oublier l'étiquette complètement, tirant le Miqo'te avec sa force démoniaque, les pieds d'Eylion avaient quitté momentanément le sol.

Eylion: Aaah, put... Lucrétia...!!

Eido, lui, s'était tourné vers J'reya timidement.

J'reya: ... Alors...?
Eido: Je... préfère vous prévenir que je ne danse pas très bien.
J'reya: Je ne sais pas danser non plus...

J'reya et Eido s'étaient maladroitement mis à danser, tout comme Kyuuji et Solid. Le Démon ne savait pas danser et le Prêtre n'était pas vraiment habitué à la valse. Le seul "duo" qui savait ce qu'ils faisaient était le duo maudit.
Eylion avait lutté pour reprendre le contrôle de la valse qui avait presque pris des allures de combat artistique, pour la plus grande joie de la Démone.

Lucrétia: Tu sais bien danser, avait-elle musé, satisfaite.
Eylion: Tu sais très bien pourquoi, avait-il répliqué, contrarié.

Elle s'était contentée de sourire avant de lui chuchoter à l'oreille.

Lucrétia: Il ne semble pas vraiment se soucier de toi, ton Élu.

Il avait froncé son sourcil unique.

Eylion: ... Moi qui pensais que tu avais changé.
Lucrétia: Certaines choses changent-elles?

Il avait fermé brièvement son Azur.

Eylion: Je vois très bien où tu veux en venir. Je ne t'accorderai pas la joie de jouer à ton petit jeu.
Lucrétia: Vraiment...? avait-elle fait, suave. Tu sais très bien que tu ne peux pas me cacher tes doutes, tes... ruminations.
Eylion: Je lui fais confiance.

Elle avait eu un léger rire cristallin.

Lucrétia: La Confiance est un Sablier. Si l'un des partis oublie de le retourner, les grains finiront par se vider pour ne rien laisser.

Il avait abaissé ses oreilles, rongeant son frein comme il le pouvait. Elle avait Raison et il le savait.

Eylion: Après tout ce qu'il a fait pour toi...
Lucrétia: Et je lui en suis reconnaissante... Assez pour le laisser poser ses mains sur toi.
Eylion: Je ne t'appartiens pas.
Lucrétia: Ça ne veut pas dire que ça me plaît pour autant de te voir dans les bras d'un autre.

Il avait esquissé un sourire à la fois grimaçant et peu amène.

Eylion: Et pourtant, tu lui tournes autour... Tu crois que je ne l'avais pas remarqué?
Lucrétia: Tu m'aurais déçu si tu ne l'avais pas remarqué, mon Lunaire, avait-elle répliqué, amusée. Tu sais pourquoi je le fais mais ce que je me demande surtout...

La Démone avait rapproché son visage du sien, après un tournoiement.

Lucrétia: Serais-tu inquiet que je réussisse?

Il avait frissonné de dégoût, d'inquiétude et de colère sur l'instant.

Eylion: Jusqu'ici, non.
Lucrétia: Oui... Je pense que le Sablier se videra de ses derniers grains avant ça.
Eylion: Lucrétia... avait-il grogné bassement.
Lucrétia: Désolée mon Lunaire, je ne dirai plus rien, avait-elle fait sans se départir de son sourire. Je ne voudrais pas gâcher cette merveilleuse soirée. Tu ne le voudrais pas non plus...
Eylion: Ne me tente pas...
Lucrétia: Je ne tenterai plus, promis, avait-elle dit avec un sourire ravissant. Plus un mot.
Eylion: ...

Le reste de la soirée avait été, heureusement, plus chaleureuse et amusante. La Démone avait organisé une partie de chasse aux amulettes au sein de la Coupe, donnant quelques situations cocasses aux participants puisque l'une des amulettes se trouvait au fond d'un bassin d'eau. Puis il y avait eu de petits numéros improvisés dont une leçon d'amitié décalée donnée par Kyuuji et Solid, et le sauvetage de "Princesse" Eido par "Prince" J'reya. Celui de Lucrétia et Eylion avait été un Chant commun. La Démone avait gagné, clairement, la soirée. Elle avait eu absolument tout ce qu'elle désirait, sans une fausse note, au détriment total du Mage.
Enfin, Lucrétia avait improvisé une chanson joyeuse et rythmée, terminant la fête par des danses plus folkloriques.
Finalement, J'reya et Eylion étaient restés en arrière pour ranger tout le matériel.

Eylion: Fiou...
J'reya: Fatigué?
Eylion: Ouai... Je ne pensais même pas être là, à la base.
J'reya: Pourquoi être venu alors?

À la base, Eylion avait juste songé "accueillir" les arrivants avant de s'éclipser. Vu tout ce que Solid lui avait lourdement sous-entendu, il s'était attendu à ce qu'il esquive le bal comme les autres.

Eylion: Parce que Solid était là. Je ne pensais pas qu'il viendrait.
J'reya: Oh, je vois...
Eylion: ...
J'reya: ... Quoi ?
Eylion: Quoi de quoi...? avait-il répliqué en maugréant un peu.
J'reya: Tu... Ne m'aimes vraiment pas, hein? Je sais, c'est la Valention, tout ça, mais justement... Je me demandais juste... Pourquoi.

Il avait froncé son unique sourcil visible.

Eylion: ... Ce n'était pas personnel avant une certaine remarque, avait-il maugréé t'il avec réticence. Je n'aime pas les femmes, en général.
J'reya: Quelle remarque? Et tu as l'air de t'entendre avec Nerill et Lucrétia.

J'reya, lors d'une dispute, avait réussi à frapper durement le Mage avec une pique le mettant au rang de Femme. Elle l'avait lancé sans savoir qu'il pouvait se transformer en tant que telle, un point privé et délicat chez lui. Autant dire qu'Eylion lui avait voué une Rancune farouche à partir de ce point.

Eylion: Celle sur le fait que j'appartiens à ce genre, avait-il dit en triturant son anneau au passage, de manière inconsciente. Lucrétia, c'est plus pour l'aider dans son effort de rédemption... Nerill... On va dire que je peux comprendre ce qu'elle a traversé encore, même si je m'attends toujours au coup de poignard dans le dos.
J'reya: Tu t'es vexé pour ça? C'est toi qui le prend pour une insulte... Je n'ai jamais voulu te... Blesser, avait-elle émis.

Il avait plissé son Azur, comme s'il cherchait à déterminer si elle se "fichait" de lui ou pas. En s'étant aperçu qu'elle était sincère, il avait grommelé tout en maudissant son Principe de Vérité.

Eylion: On va dire que ça a tapé là où ça faisait mal.
J'reya: Alors je...

Elle avait pris le temps de réfléchir, de peser le pour et le contre, de prier, d'hésiter, puis enfin...

J'reya : ... Je suis désolée.

Il avait écarquillé son Azur à l'excuse. Est-ce que le suivant Fléau allait arriver? Depuis quelques temps, des FEMMES lui présentaient des excuses. Le ciel allait s'écrouler, c'était certain à ce stade.

Eylion: ...
J'reya: Q... Quoi...?
Eylion: ... J'ai du mal à déterminer si vous êtes sincère ou si vous essayez de me faire baisser ma garde pour mieux vous ficher de moi.
J'reya: J'ai vraiment l'air si mauvaise? Sérieusement... Pourquoi je me ficherais de toi?
Eylion: Parce que c'est ce que font les femmes en général. Taper là où ça fait mal, remuer le couteau dans la plaie et aller droit à la gorge si elles ont l'occasion...
J'reya: Je ne sais pas qui t'a fait ça mais ça n'était pas "une femme" particulièrement... C'était juste quelqu'un sans honneur.
Eylion: Si ce n'en était qu'une, j'aurai sûrement dit "quelqu'un".
J'reya: Tu n'as pas eu de chance. Mais... Je n'ai aucune raison de te vouloir du mal. Surtout que tu fais parti des gens qui m'ont accueillis, alors...

Il avait soupiré, déviant son regard. Ça ne lui plaisait pas d'être méfiant de la sorte.

Eylion: Celles que j'ai croisé n'en avaient pas non plus, de raisons. Enfin... Sauf pour certaines, je le reconnais.
J'reya: Bah... Moi je t'assure que je n'en ai pas?
Eylion: Je ne crois pas aux mots. Je crois aux actes, à ce que je vois.

Elle lui avait tendu la main.

Eylion: Si c'est vous chasser qui vous inquiète ou vous agresser d'une quelconque façon, je... ...?
J'reya: Alors voilà mon acte. C'est la soirée idéale pour ça... Reprenons depuis le début.

Il avait baissé la tête vers la main tendue.

Eylion: Hrm...
J'reya: Je... J'aime. Les gens avec qui je vis. Et je veux pouvoir continuer à vivre des soirées comme celle-là... Enfin, tu comprends?

Il avait hésité, pesant le pour et le contre. Le Choix ne lui avait vraiment pas été facile. Il avait regardé la main, il l'avait regardé, elle. Finalement, après un temps interminable, il avait fini par la prendre et la serrer avec une poigne calculée pour être assurée sans broyer non plus la main.

J'reya: Ce n'est pas facile pour moi de faire confiance non plus... Alors on essaiera. J'imagine.
Eylion: Très bien. J'admets qu'il faut du courage pour s'excuser alors que vous ne savez pas réellement les tenants et aboutissants... Je ne pense pas parvenir à changer d'avis du jour au lendemain sur les femmes mais je...

Il avait pris une inspiration difficile.

Eylion: Je suis désolé si je vous ai froissé par mes propos.

Elle avait acquiescé.

J'reya: C'est oublié. Disons qu'on tourne la page et qu'on avance. Il ne faut pas rester bloqué dans le passé...

Suite au bal, il y avait eu quelques petites affaires mineures et des rencontres jusqu'à ce que la routine ne fut brisée par un événement qui allait marquer un tournant dans la vie du Mage. Ce jour là, il était allé dans une auberge à Lavandière pour boire un coup et réfléchir, faire le point sur tout ce qu'il avait vécu. Un Solaire inconnu s'était assis à sa table, verre à la main.

Solaire: Héé, salut...! Ça te dérange si je m’assoies là?
Eylion: ... Oui.
Solaire: Merci!

Il s'était assis, culotté. Malgré le verbe acerbe du Mage, le Solaire s'était entêté et était parvenu à détourner son attention, juste assez pour pouvoir droguer son verre. Eylion ne s'en était aperçu que quand sa tête avait commencé à tourner et sa Conscience à lui échapper. La suite n'avait été qu'une chaîne de souvenirs et de sensations floues. On l'avait entraîné dans une chambre. Il avait senti le haut de sa chemise déboutonné. Il avait entendu un cri de souffrance quelque part. Des voix familières, inquiètes.

Puis, l'Obscurité.

Il s'était réveillé dans sa chambre au QG, Solid à son chevet. Le Démon lui avait expliqué que Lucrétia était sortie de la Brigade, furieuse, arrivant juste à temps pour clouer le Solaire qui avait tenté de profiter de lui. Elle avait arraché la main du responsable et aurait pu le tuer mais Kyuuji, Eido et Shadow l'en avaient empêché à temps. Cette agression allait mener à une série de conséquences en cascade.

Avatar de l’utilisateur
Ennrael
Messages : 108
Inscription : 09 mars 2018, 13:21

Re: Eylion Grenn

Message par Ennrael » 16 avr. 2019, 20:01

Image
La Première pièce.

Elle avait été posée vers la fin de l'affaire Hunter, quand Solid avait dit à Eylion "d'aller voir ailleurs". Le Mage, interloqué, s'était insurgé. En voyant sa réaction, le grand Rouge s'était aussitôt ravisé, argumentant qu'il voulait juste lui faire découvrir le libertinage. Bien que calmé sur les intentions et après un non équivoque, la pièce était restée.

La Seconde pièce.

Solid avait le don particulier d'être d'une grande subtilité. Au fil du Temps, il avait posé des barrières entre lui et le Miqo'te. Des mots choisis au juste moment. Des sous-entendus voilés. Le Mage était d'autant plus vif à les saisir qu'il en était plus vulnérable. Le Démon n'avait eu aucun mal à jouer sur sa Culpabilité comme un virtuose jouerait un violon. Chaque Passion était réfrénée, rabaissée directement aux plus bas instincts humains, dénuée de tout romantisme ou de sentiment amoureux. Les barrières étaient des miroirs reflétant le plus vil des reflets. Eylion n'avait plus rien osé faire, pas même proposer la moindre sortie.

La Troisième pièce.

Eylion l'avait vu de moins en moins souvent. Au départ, il avait tablé sur le fait que Solid était le chef de la Brigade. C'était normal qu'il soit occupé. Et puis, la fréquence des disparitions s'était accentuée. Le Mage avait de plus en plus l'impression d'être évité. C'était tout juste s'il le voyait durant les réunions. Pensant que le Démon avait peut-être honte de lui par ses quelques gestes et noms affectueux, le Mage s'était efforcé d'être plus distant et "professionnel", pour lui montrer qu'il n'avait rien à craindre en public.

Il en venait à s'étonner quand Solid venait faire preuve d'un geste affectueux quelconque, se demandant ce qu'il avait fait de "bien" pour le mériter.

La Quatrième pièce.

Quand le Mage chantait Absolu, Union, Partage, il avait Famille avant tout, Amitié, Aide à autrui en retour. Eylion voyait le couple en un là où Solid le voyait en deux éléments isolés.

La Cinquième pièce.

Le Refuge Mental de Solid. Cette vision de lui en tant que victime devant être secourue.

Solid: Mais l'histoire que tu es me fascine et m'attriste... malgré ça, je trouve que c'est une très belle histoire, bien que sombre. Si je peux lui apporter un peu de réconfort et de paix... alors, oui, j'en suis.

La Sixième pièce.

Quand Eylion avait repris connaissance et avait appris la nouvelle de son agression, il ne l'avait pas, évidemment, reçu avec joie. La Colère, l'Indignation avaient bouillonné dans ses veines même s'il avait tenté de les réfréner de son mieux. En présence de Solid, il se trouvait incapable d'exprimer dignement la moindre Passion, prisonnier des mots suintant des barrières. Malgré tout, il avait réclamé Justice...

... Il avait réclamé Vengeance.

Ce qu'il eut en face n'avait pas été son Compagnon. Il n'y avait pas eu un être aimé inquiet en face de lui. Non, il avait eu affaire au froid Chef de la Brigade, lui intimant simplement que la Vengeance n'était pas la solution. Pas un réconfort, pas une once de compassion. Quand bien même les propos de Solid étaient justes, ce n'était pas le refus de la Vengeance qui avait heurté le Mage de plein fouet.

À ce constat terrifiant, Eylion était parti en claquant la porte, promettant amèrement de ne pas se mêler de l'affaire. La douleur de l'agression n'avait été qu'une caresse face à celle du poids de toutes les pièces, de toutes les Failles accumulées au fil du Temps. Une fois en-dehors de la Brigade, les pieds nus, il s'était mis à courir jusqu'à ce que ses poumons lui brûlent. Jusqu'à ce que ses jambes lui fassent mal. Jusqu'à ce que sa respiration ne crie grâce. Jusqu'à subir la morsure du Vent sur sa peau vulnérable.

Tout était bon pour étouffer la Corrosion qui faisait hurler son Âme. Tout était bon pour ignorer sa gorge nouée. Tout était bon pour ne pas craquer, pour ne pas s'écrouler.

Il ne sut jamais comment il était parvenu chez lui, dans sa maison à la Coupe, haletant. La porte passée, il était tombé à quatre pattes, les pieds en sang.

Il avait hurlé, sans discontinuer.

La Septième pièce.

Il avait passé les jours suivants tel un fantôme. Dans le miroir, il n'avait vu qu'un être brisé et livide. Beaucoup de gens préféraient éviter la Rétrospection. Il n'y avait pas de reflet plus terrifiant que celui de la Vérité. Certains noyaient ça d'ailleurs sous l'Alcool, la Drogue et tout autre substance pouvant leur permettre d'éviter d'être seul à seul avec eux-mêmes. Ce n'était pas l'envie qui avait manqué au Mage.

Mais non.

Il s'était trouvé là, face au Miroir. Regardant cette pâle copie de lui-même. Les Failles avaient dansé, avaient glissé dans chaque interstice de son Esprit. Chaque mot, chaque geste, chaque action passée au crible.

"Une fois qu’on a éliminé l’impossible, ce qui reste, aussi improbable que cela soit, doit être la Vérité"

Le déclic était venu d'un constat. Un constat aussi simple, aussi évident qu'il était fondamental. Malgré l'évidence, le Mage l'avait enterré par manque d'estime de lui-même.

Et si...

Et si sa Passion n'était pas le problème?

Si c'était tout à fait normal, quand on aime quelqu'un, de vouloir le couvrir d'attentions?

Le jeu de dominos avait commencé à pencher, à vaciller. Toutes les pièces avaient enfin semblé s'assembler.

Qu'en était-il de Solid?

S'il avait été amoureux de lui, n'aurait-il pas éprouvé une même Flamme? Est-ce que le Lunaire n'aurait pas senti un Retour semblable?

Il avait pu enfin la voir. Cette Steppe désertique sous un ciel de Crépuscule. Et ce Mur, immense, épais, d'un gris cendre montant jusqu'au ciel et couvrant l'ensemble de l'horizon. Il ne s'était pas rendu compte qu'il s'était assis au pied de ce Mur, en attendant de pouvoir le passer, avec Patience. Sans se rendre compte que si les sentiments avaient été véritables, il l'aurait déjà passé depuis longtemps.

En parlant de Véritable, le Lunaire s'était rendu compte, avec une certaine nausée, que la malédiction n'avait jamais stipulé...

Que le Baiser devait être réciproque.

Non pas qu'il doutait de l'affection de Solid. Le Démon ne le détestait pas, il le savait. Jamais il ne l'avait traité mal, bien au contraire. Seulement, il ne le traitait pas comme on traiterait un Compagnon.

Est-ce que ça voulait dire que sa première intuition avait été juste...? Que Solid ne l'aimait que comme un membre de sa famille? Et vu les mœurs légères qu'il avait... En quoi ça le dérangeait de coucher avec lui?

Si je peux lui apporter un peu de réconfort et de paix...

Il s'était passé une main tremblante sur le bas de son visage.

Une fois qu'il avait compris l'ensemble du tableau, le Mage avait dû passer à la phase la plus difficile. Que devait-il faire? ... Devait-il confronter Solid? La Peur de le perdre s'était aussitôt éveillée, le prenant aux tripes. Il avait secoué la tête à cette pensée. Il ne voulait pas, il ne pouvait pas le concevoir! Il en serait incapable...

Il avait pris les bords du bassin d'eau, sous le Miroir. Après un instant, sa silhouette avait été parcourue par les débuts d'un rire. Un rire grinçant qui s'était fait de plus en plus fort tandis qu'il avait relevé la tête avec une démence extatique.

Incapable...?

Il avait été capable de subir les insultes de son ancienne Femme durant le Procès sans mot dire. Il avait été capable de sacrifier un amour pour un autre. De... quoi... au juste n'était-il pas capable?!

Son rire avait péri progressivement tandis que son regard et ses épaules s'étaient rabaissés sous l'effet de la Douleur.

Que préférait-il? Risquer de le perdre ou vivre une Idylle mensongère...?

Il connaissait déjà la Réponse tandis que l'Azur de Glace s'était tourné vers son Reflet.

La Dernière pièce.

Durant ces jours de réflexion, Lucrétia l'avait contacté à travers leur Lien, ne manquant pas de lui transmettre que Solid voulait lui signifier qu'il ne s'excuserait pas pour leur dernière discussion. Le Démon était persuadé que le Lunaire était parti à cause du fait que sa Vengeance avait été refusée. Un frisson d'Indignation avait parcouru l'échine d'Eylion à cette mention.

Pour qui le prenait-il? Pour une péronnelle qui lui faisait du chantage affectif?

Jamais il ne s'était attendu à ce que Solid vienne le chercher. Au vu de toutes les Pièces, il en aurait même été surpris.

Le Mage ne s'était isolé que pour deux Raisons: Pour réfléchir et rassembler, selon son propre vocabulaire, ses couilles. Et il en fallait pour la confrontation qu'il avait dû faire.

Il avait donc revêtu son long manteau noir. Il avait ajusté sa chemise et sa cravate, puis ses mitaines.
Il s'était rendu au QG. La discussion s'était déroulée calmement. En aucun cas, le Lunaire n'avait élevé la voix. Il n'était pas là pour accuser le Démon. Il n'était pas là pour le blâmer. Il n'était pas là pour réfuter ou nier son affection.

Il était là pour la Vérité. Il était là pour lui-même.

Solid lui avait confirmé tout, l'ensemble de ses hypothèses, sans une fausse note. S'il était en mesure d'aimer tout le monde, il n'était pas en mesure d'aimer véritablement qui que ce soit car son véritable amour, Deep Star, était déjà morte.

Le Mage avait taché de rassembler toutes ses forces mentales pour lui offrir un sourire. Pour ne pas se laisser submerger par ses émotions.

Eylion: ... Alors arrêtons les frais là.

Solid avait tenté de lui assurer qu'il n'était pas malheureux de la situation, que le QG restait son chez lui. Eylion lui avait fait comprendre qu'il ne recommencerait pas la même "connerie" qu'avec Yunaia. Il n'irait pas endurer le fait d'être témoin du défilé d'amants qui allait s'en suivre.

Le Miqo'te n'avait pas su réellement comment il était sorti de là. Une fois le seuil de la porte franchi, ses jambes l'avaient lâchés. Assez paradoxalement, il avait été aussi anéanti...

...

Que soulagé.

Il ne s'était pas rendu compte à quel point il n'avait pas été lui-même. À quel point les barrières l'avaient méthodiquement miné, enfermé. À quel point il avait étouffé.

Il avait fiché de lui-même un coup de pied aux dominos. Il avait regardé les Pièces s'effondrer. Il les avait laissé pleuvoir sur ses sentiments avec la pensée que demain, il devrait se relever. Demain, il devrait se battre. Demain, il allait recevoir de nouveaux appels pour le Docteur de l'Occulte.

Mais ce Jour là,
ce Jour là, il n'avait été personne.

Avatar de l’utilisateur
Ennrael
Messages : 108
Inscription : 09 mars 2018, 13:21

Re: Eylion Grenn

Message par Ennrael » 21 juin 2019, 19:09

Image
Les patients "habitués" étaient rares. La plupart du temps, on engageait le Lunaire pour un cas unique. Quand il s'était retrouvé devant la porte de Wiloh, le Mage s'était demandé si Nymeia la détestait au moins autant que lui. Cette Affaire s'était déroulée en trois fois, durant la période de réflexion vis à vis de Solid, puis après l'avoir quitté. Malgré son état mental déplorable, il était bien trop accroché à son Devoir pour délaisser ses patients. Et puis, se plonger dans son travail était le meilleur moyen pour lui d'occuper son esprit avec autre chose que ses déboires avec Menphina.

Il avait découvert une Solaire enceinte, au ventre des plus arrondis, les cheveux mi-longs, bien mieux coiffés. À la voir ainsi, il en aurait presque pu oublier l'image de l'archère sauvage. Wiloh, elle, avait pu découvrir un Lunaire désormais adulte mais vêtu d'une coule sombre, dont la capuche masquait en partie le visage. Il allait porter cette coule de Deuil pendant une longue période. Le Mage, Fier, n'avait pas voulu exposer facilement son Azur terne, sa cerne sous celui-ci, son teint plus livide qu'à l'ordinaire. Il avait su, pertinemment, que cette capuche était insuffisante pour masquer entièrement son Tourment mais il avait préféré ça à une exposition directe.

Wiloh: Bonsoir. Entre et installe-toi, lui avait-elle dit, étonnée, en s'écartant de l'entrée.

Il s'était laissé détailler sans vraiment de réaction. Après un hochement de tête, il s'était assis dans le coin salon de la maisonnée. Son regard s'était attardé sur une caisse à jouets non loin. Lilas... La fille adoptive de Wiloh et Thay. Il l'avait gardé parfois avec Yunaia durant ses visites au Tapas. Cette vue avait été suffisante pour réveiller la Douleur. Il n'avait plus porté un seul Deuil mais deux.

Wiloh: Je vais chercher quelque chose, j'arrive.

Elle avait disparu à l'angle d'une cloison pour revenir avec un objet enroulé dans un tissu.

Wiloh: J'ai reçu, il y a quelques lunes, un colis mystère sans nom d'expéditeur. Dedans, il y avait ça.

Elle était venue le lui remettre avec une extrême précaution.

Eylion: ... Vous avez déjà regardé à l'intérieur?

Elle avait hoché la tête pendant qu'il observait la forme.

Wiloh: Et c'est ce qui est le plus troublant. Te souviens-tu de... L'entité que j'avais créé au souvenir d'un être aimé décédé?

Il avait répondu en le déroulant pour en regarder le contenu.

Eylion: Comment pourrai-je l'oublier? avait-il mentionné avec un ton morne.

Il avait découvert une broche d'une grande finesse en forme de papillon, avec des pierres précieuses incrustées.

Eylion: ... Le bijou me fait penser à la clé, avait-il remarqué. Vous dites l'avoir reçu seulement récemment...?
Wiloh: Il y a quelques lunes, avait-elle acquiescé. Ce bijou appartenait à Elianh, et elle le portait le jour de sa mort.
Eylion: Y'avait-il un message avec?
Wiloh: Aucun. Mais je sens quelque chose d'étrange dedans, et je ne sais pas le percevoir...
Eylion: Hm... Quand vous aviez reçu la boîte-puzzle, est-ce que ça avait été envoyé de la même façon...?
Wiloh: Non, en fait, la boîte puzzle m'a été donnée par son père. D'ailleurs, je l'ai aussi reçu dans une autre boîte puzzle. Mais il n'y avait qu'elle qui les construisait et savait les résoudre... Elle me l'a juste appris.
Eylion: Hm... C'est étrange... D'après ce que je me souviens... le jour de sa mort, le corps d'Elianh avait été perdu au fond de l'eau, c'est bien ça?
Wiloh: Exact, je suis toute aussi perdue que toi. Je ne sais pas si c'est une mauvaise blague ou non mais cette broche, je suis certaine n'en avoir fait faire qu'un exemplaire.

Elle s'était assise à son tour, en croisant les bras, l'air dur et fermé.

Eylion: Si elle le portait le jour de sa mort... Alors comment se fait-il qu'il soit ici... Une copie aurait pu avoir été faite, oui, mais... Je ne vois personne dans votre récit qui aurait un intérêt à le faire, ou même la connaissance d'un tel détail. En tout cas, il porte bel et bien des traces de magie. Si vous me permettez, je vais l'analyser.
Wiloh : C'est pour ça que je t'ai demandé, je me suis dit que comme tu as déjà été sur cette affaire avec Elianh, ça serait plus simple puisque j'aurais pas à réexpliquer toute l'histoire.

La permission donnée, il avait déposé le bijou sur ses genoux, le tissu du paquet en-dessous pour qu'il ne tombe pas à terre. Il avait alors soutiré son grimoire de son flanc pour en effeuiller les pages jusqu'à celle de son sort habituel d'analyse. Sa voix profonde avait prononcé les incantations nécessaires pour imprégner les lignes de la formule avec l'Éther adéquat.

Son Azur était devenu d'un bleu surnaturel, sa vision s'étant trouvée envahie par la traduction des phénomènes magiques en formules arcaniques. L'exercice de les interpréter était toujours délicat mais il était rôdé à ça. Il avait pu découvrir une protection éthérique et un message caché par une signature. Intrigué, il avait cherché à voir ce qui se cachait sous celle-ci.

Un fondu blanc avait alors envahi sa vue et il s'était retrouvé au sein d'une vision. Devant lui, il avait aperçu une Lunaire de dos, face à une Lune pleine. Elle s'était retournée avec un regard ambré d'une grande douceur. Plutôt petite, c'était une adolescente à la peau grisâtre et à la chevelure d'un bleu nuit, aux boucles courtes et indomptables.

Les lieux, dégagés, donnaient sur quelques arbres aux couleurs de l'automne et des collines entourant de grandes flaques d'eau.

???: Retrouve-moi comme tu as toujours su le faire, avait-elle fait en se retournant, d'une voix mélodieuse.

Elle lui avait tendu un bout de papier. Quand il l'avait pris, il s'était aperçu que sa main était celle d'une femme. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour comprendre qu'il était Wiloh, en plus jeune et sauvage, blessée et égratignée de toutes parts. Bien que perturbé un instant, il était habitué maintenant à ce genre de forme. Il n'avait eu aucun mal à deviner l'identité de celle qui lui avait fait face.

Elianh.

Il s'était décidé à jouer le jeu.

Wiloh?: Je ne comprends pas, Elianh... Tu n'es pas sensée te trouver ici.

Il n'avait pas eu plus de mal à mimer la perdition et le désespoir qui devaient accompagner ses mots, un mime à la lisière de l'Imagination et de la Réalité, puisant dans ses expériences propres.

Elianh: Je ne suis pas ici justement. Je ne suis plus là. Seul mon devoir est encore là, inaccompli. Et c'est toi qui pourra m'aider à l'accomplir.
Wiloh?: Ton... Devoir...?
Elianh: Il y a tant de choses que tu ignores, ma tendre Wiloh... Mais tu découvriras la Vérité bien assez tôt, ne t'en fais pas. S'il s'agit bien de toi... Tu sauras ce qu'il faut faire grâce à ce que je t'ai enseigné. Tout ça avait un sens, un but, pour toi, pour moi, pour nous, pour mon devoir. À très bientôt Wiloh, nous nous reverrons plus vite que tu ne le penses...

La vision s'était finie abruptement, le Mage rouvrant l'Azur au sein de la maisonnée. Dans sa main, il avait pu sentir non seulement la broche mais aussi le bout de papier, apparu mystérieusement. Wiloh, quant à elle, toujours assise non loin, l'avait observé tout du long sans remarquer le moindre changement.

En la voyant ainsi, il avait regretté d'avoir creusé. Bien qu'il n'avait pas pu le savoir, le Message caché était pour elle. En observant à nouveau la broche, il avait constaté que la Magie était à usage unique.

Eylion: Je crains que ce colis ne soit que le début d'un mystère plus entier...
Wiloh : Hein...? avait-elle fait, interloquée.
Eylion: Hrm... Je ne sais pas si c'est un mal ou un bien que j'ai analysé ce bijou...

Il avait ouvert davantage sa main pour en extirper, avec l'autre, le bout de papier.
Note a écrit :"Là où la foudre est la plus forte, mais aussi la plus magique, tu trouveras un chant qui s'élévera dans les cieux pour te guider sur la voie."
Wiloh: Pourquoi? Qu'est-ce qu'il y a? avait-elle demandé en fronçant les sourcils.
Eylion: Il y avait un message surnaturel caché au sein de l'objet...
Wiloh: Comment...?
Eylion: J'ai vu Elianh, avait-il fini par lâcher sobrement en consultant ce qu'il tenait.

Elle avait aussitôt bondi sur ses pieds.

Wiloh: Q-Quoi?! Comment?!

Une douleur subite en bas de son dos l'avait forcé à se rasseoir derechef en grimaçant, une main sur ses reins. Il lui avait confié le message. Elle l'avait pris et parcouru plusieurs fois, déstabilisée, bouche bée.

Wiloh: Hmpf... C'est quoi ce message? Qu'est-ce que ça peut vouloir dire?

Il lui avait narré son expérience. Ils avaient établi ensuite diverses hypothèses avant d'en venir au fait que Wiloh avait besoin de réfléchir à l'énigme. Si elle parvenait à trouver le lieu, le Mage, lui, se portait garant de trouver une équipe pour l'expédition. Il avait bien eu quelques réticences par rapport au fait que Wiloh était enceinte mais l'archère avait bien fait comprendre que c'était important pour elle. Après un remerciement de sa part, il avait soupiré.

Eylion: ... Je ne laisserai jamais un de mes patients livrés à lui-même, surtout dans une affaire aussi délicate. À dire vrai, ce sera bien plus difficile pour vous et Thay que pour moi.

Elle avait marqué un instant de silence. Elle avait fini par parler avec un ton aussi neutre que possible avant de dévier le regard et de baisser les oreilles.

Wiloh: ... Thay n'est plus. Alors il n'y a que moi.

Il avait dressé légèrement les siennes, interloqué.

Eylion: ... Comment ça?
Wiloh: Thay est mort...
Eylion: ...! Merde... Comment...
Wiloh : Noyé.

Elle avait serré la mâchoire, murmurant ensuite d'une voix déchirée.

Wiloh: Comme Elianh...
Eylion: Put... Je... Je suis désolé...

Il avait alors abaissé ses oreilles pendant qu'elle fermait les yeux, une lèvre tremblant sous l'effet de l'émotion.

Wiloh: C'est...Comme ça...
Eylion: Mais, erh... Vous... êtes toute seule...?

Elle avait hoché doucement la tête, inspirant avant de se frotter les yeux et de les rouvrir.

Eylion: ... Vous ne devriez pas rester ici seule, avait-il dit en gardant les oreilles abaissées. Pas avec une telle peine et dans votre état.
Wiloh: Je ne suis pas exactement seule, il y a une petite fille que nous allions adopter avec Thay. Une fille orpheline depuis la mort d'un de ses très proches amis... Et j'ai des amis qui viennent me voir, mais ils ont leur propre vie aussi.
Eylion: Je la connais, je... Hm, l'ai gardé avec Yuna...

Une certaine douleur s'était échappée quand il avait prononcé, par inadvertance, le nom raccourci. Il s'était alors repris.

Eylion: Yunaia.
Wiloh : Ho...
Eylion: Pourquoi vous, hm... ne viendriez pas à la Brigade? De nombreuses personnes qui n'y appartiennent pas y trouvent refuge, le temps de se reconstruire.
Wiloh: Mmh, je ne sais pas... Je suis partie de Brumée où je vivais pour me réinstaller dans mon appartement ici, pour trouver un lieu où je me sens le plus chez moi, le plus à l'aise pour me reconstruire justement.
Eylion: Oui mais... Toute seule... Je sais à quel point...

Il s'était à nouveau repris, ne voulant pas s'exposer de trop.

Eylion: À quel point, avait-il amorcé difficilement. Il... Hm, est facile de ruminer des pensées noires quand on est seul. C'est dans un moment de... ... peine... qu'il est d'autant plus important d'être bien entouré.
Wiloh: Oui, c'est sûr mais... Je n'ai vraiment pas beaucoup d'entourage en réalité...
Eylion: Alors, c'est... erh... l'occasion d'en découvrir un nouveau...? avait-il dit en se massant le côté de son cou tout en détournant son Azur.
Wiloh: Je sors parfois pour voir du monde et me changer les idées, j'ai même réussi à redanser et à rire... avait-elle dit en souriant légèrement.
Eylion: C'est vous qui voyez, moi, je dis ça comme ça...
Wiloh: J'en prends note, merci... Et ne me vouvoie pas, j'ai l'impression d'être soit vieille, soit pas toute seule dans ma tête.
Eylion: Hrm, c'est surtout que nous ne sommes pas vraiment proches. Vous tutoyer, ça me paraîtrait... ... étrange.
Wiloh : C'est pas une question de proximité pour moi. M'enfin...

Elle avait haussé les épaules.

Wiloh: Tu me contacteras quand tu auras une équipe pour partir, alors?

Il avait acquiescé.

Wiloh: Merci.
Eylion: Et vous savez où se trouve la Brigade... Mais si jamais vous y allez, prévenez moi par perle car je n'y suis pas pour le moment. Histoire que... ... Je prévienne qui de droit...

Il avait grimacé sur la fin de sa phrase. À ce moment, il en était encore à ses débuts de réflexion mais même sans ce fait, il séparait bien ses affaires personnelles de ce qu'il estimait "juste" de faire.

Wiloh: Ha? D'accord.

Elle avait acquiescé avant de détacher sa perle.

Wiloh: Nous devrions les synchroniser alors.
Eylion: En effet.

Ils avaient synchronisé leurs perles brièvement, pour les remettre ensuite.

Eylion: Avez-vous besoin de quelque chose en particulier?
Wiloh: Non, je te remercie et je te remercie pour l'aide que tu m'apportes. Thay tenait à m'aider aussi mais il n'aura jamais pu...
Eylion: C'est ma Voie... mon "Devoir". Aider ceux qui ne le peuvent pas à retrouver une vie normale ou résoudre les mystères qui les hantent. Pour Thay... Mes condoléances même si je sais qu'aucun mot ne saura apporter une réelle consolation...
Wiloh : Merci...

Elle avait étiré un léger sourire forcé, les oreilles basses, le chagrin clairement visible sur son regard, même si elle avait essayé de garder sa contenance.

Eylion: Je vous tiens au courant. Appelez moi s'il y a quoi que ce soit.

Il s'était relevé en réajustant son grimoire à son flanc, puis ses manches tour à tour. Elle l'avait de nouveau remercié de manière inaudible.

Wiloh: À bientôt alors.
Eylion: À bientôt.

Il s'était éclipsé et avait, alors, contacté Kyuuji et J'reya de façon à composer à une équipe adéquate, au-delà du fait qu'il leur faisait confiance. Un Mage, un Soigneur, une Combattante. Il n'avait plus qu'à attendre d'être contacté par la Solaire, chose qui s'était faite quelques jours plus tard.

Ils s'étaient tous rendus chez elle, Wiloh leur exposant qu'elle pensait que la foudre devait faire référence aux terres des Sylphes, sur le territoire de Ramuh. Le groupe avait avancé quelques réticences sur le bien-fondé d'une telle expédition dû au fait qu'elle était enceinte mais, finalement, Eylion y avait consenti face à la Volonté de celle-ci. Même s'il y avait des risques, il avait été confiant du fait qu'ils parviendraient à l'escorter proprement et au vu de tout ce que Wiloh avait traversé, il n'avait pas pu lui refuser une chose aussi importante.

Après quelques échanges et mises au point, ils s'étaient finalement mis en route vers Gridania pour emprunter des barques à l'embarcadère.

Ils avaient traversé la rivière vers l'autre rive, en direction de la Forêt de l'Est. Le trajet n'avait pas été de tout repos car un élémentaire d'eau s'en était pris à eux, élémentaire qu'ils avaient fini par vaincre même si le Mage faillit bien passer par-dessus bord. Il avait été retenu, in extremis, par Kyuuji, la tête déjà dans l'eau. Le pied sur la rive, il avait pu pester allégrement avant que le groupe ne reparte.

Il leur avait fallu se présenter, en premier lieu, aux Sylphes. Un passage durant lequel chacun dut danser pour pouvoir les saluer et leur parler, au plus grand dam d'Eylion. L'échange passé et les négociations faites, ils avaient pu entrer sur le territoire de Ramuh, dans cette partie de la forêt chargée des énergies du Primordial de la Foudre.

Après un long trajet, durant lequel ils avaient privilégié la discrétion, ils étaient parvenus jusqu'à un endroit particulier, envahi par des champignons fluorescents aussi hauts que leurs hanches. Devant eux, ils avaient pu constater la présence d'une grande plante suspendue, luisant d'une lumière violette gorgée d'Éther et ressemblant à une grande fleur close. Ils avaient pu également entendre d'antiques murmures indescriptibles hantant les environs.

À cet instant, le cristal de Wiloh s'était mis à s'illuminer d'une teinte verte, preuve qu'ils étaient sur la bonne voie.

Après une fouille et quelques essais, ils avaient découvert qu'une énigme se cachait derrière les champignons entourant la grande plante. Ceux-ci émettaient de la musique, une musique que le groupe avait dû recomposer en les touchant dans un certain ordre. La fleur avait alors éclos en émettant un chant que seul l'Arcaniste avait pu décrypter à l'aide de son sortilège d'analyse, alors actif.

"Au plus haut toit se situant sur une Tour de Verre, se trouvera le grand Secret au milieu d'un jardin d'eau et d'arbres. Mais avant toute chose, tu devras passer des épreuves que seule toi, ma douce Solaire, pourra résoudre par la dignité que t'ont prodigué mon apprentissage."

Quand il avait compris le message, il avait ensuite avancé son bras vers la fleur, sentant qu'il y avait autre chose. Une initiative dangereuse car les pétales s'étaient alors refermées autour de son bras sans ménagement. Les champignons alentours avaient soulevé leurs têtes, révélant leur nature de jeunes tréants.

Eylion: ...!!
Kyuuji: Eylion!
J'reya: C'est pas vrai! avait-elle fait en sortant son épée directement.
Eylion: Putain... À croire que mon instinct l'avait prévu...! avait-il émis en sifflant de douleur.
Kyuuji: Attendez, je vais essayer de les apaiser.

En entendant Kyuuji, J'reya s'était précipitée vers Eylion pour tenter de l'aider à dégager son bras.

Eylion: URGE...!! avait-il lancé au prêtre.
J'reya: Comment tu fais pour toujours te foutre dans la merde comme ça...!!

Wiloh, elle, après avoir sursauté à la situation, s'était empressée de dégainer son arc, attendant toutefois l'action du Prêtre. Celui-ci s'était doucement avancé vers les champions-tréants pour tenter de les apaiser à l'aide de ses affinités avec la Nature.

Eylion: J'ai senti que... quelque chose manquait... dans ce que j'ai entendu et perçu... avait-il répliqué entre ses canines.

Malgré la douleur dû à la force de la plante, il avait senti quelque chose sous ses doigts, quelque chose qu'il avait tenté d'agripper. Sitôt le contact fait, une vision avait englouti ses sens, l'Azur s'étant fait évasif, lointain. Ses épaules s'étaient affaissées et il avait mis un genou à terre, son bras toujours prisonnier.

J'reya: Eylion?!

Il avait à peine entendu son nom, le paysage alentours ayant laissé place à celui de la Mer d'Éther. Devant un cristal géant, Elianh était apparue, presque de dos. Il avait tenté de crier son nom, chose qui avait semblé attiré son attention. Sa tête à peine tournée vers lui, elle avait froncé les sourcils face à cette "intrusion". L'instant suivant, il s'était réveillé brusquement.

Entretemps, Kyuuji était parvenu à apaiser les tréants et la fleur, les convainquant de les laisser partir. Eylion relâché, ils ne s'étaient pas attardés et ils avaient pris la route de la maison de Wiloh. Le retour s'était fait sans heurt et ils étaient finalement parvenus à destination en soirée. Eylion leur avait alors confié tout ce qu'il avait vu. S'en était suivi une longue discussion sur ce qu'était cette Tour de verre, sans vraiment de succès, puis...

Eylion: La soirée a été longue et difficile. Il vaudrait mieux faire une pause là et la laisser se reposer. Quelque chose lui reviendra peut-être en mémoire avec du calme mais avant...

Wiloh avait soupiré.

Wiloh: Mmh, tu as raison. C'est juste que... Je ne comprends rien de tout cette histoire, c'était vraiment elle alors? Pas un piège? Pou-
Eylion: Je ne sais pas si c'est un piège ou non. Si ce n'est pas le cas alors... Ces visions étaient là pour vous à la base. À ce propos... J'aimerai avoir votre permission pour utiliser le Refuge Mental, l'un de mes sorts, sur vous.
Wiloh: Qu-... C'est quoi? avait-elle demandé, confuse, les sourcils froncés.
Eylion: Il s'agit d'un sort qui plonge deux personnes dans un sommeil profond avant de lier leurs Esprits et de broder un Rêve qui les représente sous la forme d'un Paysage onirique propre à chacun, permettant ainsi leur exploration. Je l'utilise pour divers cas. Ici, j'aimerai vous transmettre les souvenirs des visions que j'ai eu.

Le Mage avait grandement culpabilisé. Même s'il n'avait pas pu savoir, ni prévoir ces visions, elles avaient été faites et créées pour Wiloh. C'était leur histoire.

Wiloh: ... Mais comment aurais-je pu les voir... Elle savait que je suis nulle en magie ou alors...

Elle avait abaissé ses oreilles en soupirant une énième fois, tout en se massant l'arête du nez.

Wiloh: Hmpf... Je comprends rien...
Eylion: Hm... C'est une bonne question en soi... Hormis s'il y a quelque chose qui vous a échappé dans votre "apprentissage". Mon sort me permet de décrypter les phénomènes magiques, peut-être détenez-vous une connaissance permettant d'en faire de même sans le savoir?
Wiloh: Aucune idée.
Kyuuji: Tu n'as pas parlé d'un manque? C'est peut-être ce qui empêche Wiloh d'y accéder?
Eylion: Hé bien, le souci avec mon sort d'analyse, c'est qu'il me faut du temps pour décrypter ce qu'il m'affiche... Ce qui veut dire que mon temps est souvent limité pour comprendre un phénomène. Il y a des pans que je n'ai pas pu analyser avant la fin de la chanson.
Kyuuji: Oh, d'accord.
Eylion: C'est déjà un miracle que j'ai pu soutirer tout ce que j'ai pu soutirer mais une chose est sûre: On ne voulait pas que n'importe qui y ait accès, avait-il dit en levant l'index.
Wiloh: À cause de la fleur qui a mangé ton bras?
Eylion: C'était une protection en effet mais il n'y avait pas que cette mesure: d'une part, votre cristal a provoqué le phénomène. D'autre part, le chant était crypté et le cœur protégé. Quelque soit ce Secret, il doit être assez important pour demander de tels moyens.
Wiloh: Secret, Devoir, Apprentissage... Toujours plus de termes et moins de réponses. Mmh... Et tu as des hypothèses?
Eylion: ... Hé bien, celle qui me paraît la plus probable pourrait être la plus douloureuse pour vous. Et je préférerai autant ne pas en rajouter avec ce vous traversez déjà. En plus du fait que je pourrai me tromper...

Elle avait soufflé du nez avec frustration. Il n'avait pas voulu évoquer le fait qu'il soupçonnait l'âme d'Elianh toujours retenue quelque part, que c'était bien elle qui avait envoyé tous ces messages, dans l'espoir d'amener Wiloh à reprendre ce mystérieux Devoir.

Wiloh: Si tu estimes cela ainsi, je n'insisterai pas...
Eylion: Pour le Refuge, est-ce que vous voulez avoir accès à ces visions?

Elle s'était mise à réfléchir avant de finalement acquiescer, l'air déterminée.

Kyuuji: Ce n'est pas risqué?
Eylion: Seulement si on explore, avait-il fait en tournant la tête vers Kyuuji. Le Refuge peut être utilisé de diverses façons. Ce n'est dangereux que si le Paysage Mental est entièrement dangereux, ce qui est un cas rare. La plupart du temps, les "Lisières" sont sans danger.
Kyuuji: Oh, oui, c'est vrai, excuse moi.
Eylion: Communiquer dans une Lisière, partager un souvenir auquel le dormeur a libre accès ne sont pas des actions dangereuses.
Wiloh: Un Paysage mental peut être dangereux?

Le Prêtre avait opiné à la question.

Eylion: Oui, avait enchéri le Mage. Tout dépend desquels, ça varie d'une personne à l'autre. Chacun est unique. En général, un Paysage est constitué d'une Frontière, d'une Lisière et d'un Cœur.

Wiloh: J'ai du mal à saisir la différence entre Lisière et Frontière.
Eylion: Hé bien, le sort lie deux Paysages, avait-il amorcé en joignant ses index pour mimer ses propos. Du coup, une Frontière les lie et peut prendre une infinité de formes en fonction des personnes impliquées. Par exemple, l'un pourrait avoir une forêt en paysage, l'autre une cité volante. Pour accéder à l'un et l'autre, grimper à un Arbre gigantesque pourrait être l'action à effectuer.
Wiloh: Je vois...

Le Raen, quant à lui, s'était approché discrètement de J'reya.

Kyuuji: Ça va, vous? avait-il demandé, à voix basse.

Celle-ci, en retour, avait souri, quelque peu attendrie par son attention au vu de son silence.

J'reya: Ne vous en faites pas, ça va. Concentrez vous sur Wiloh, elle en a besoin.
Kyuuji: Je ne peux pas grand chose de plus, dans l'immédiat, avait-il émis en murmurant et en penchant la tête.

Le duo s'était alors mis à chuchoter pour ne pas déranger les explications d'Eylion.

Eylion: Une fois l'Arbre escaladé, le premier lieu de la Cité est ce qu'on appelle la Lisière. Ou s'il descend de l'Arbre, le bosquet de la forêt serait la Lisière de l'autre individu. Ce n'est que si l'un et l'autre cherche à aller plus loin que la Lisière que les choses peuvent devenir dangereuses car on s'enfonce alors dans l'un des Esprits.
Wiloh: C'est grand en général un Paysage Mental...?
Eylion: Hé bien, je dois avouer que je ne me suis jamais risqué à explorer l'ensemble d'un Esprit pour le savoir.
Wiloh: Oh. C'est compliqué quand même... avait-elle fait en grimaçant.
Eylion: On joue ici avec une magie extrêmement compliquée. En fait, le Subconscient cherche, la plupart du temps, à se défendre instinctivement contre les intrus. Par exemple, dans le cas de la Cité, des gardes pourraient apparaître pour arrêter les intrus.
Wiloh: Ah d'accord.
Eylion: Et plus on se rapproche du Cœur, plus le danger grandit. Mais ça varie d'un Esprit à un autre. J'ai pu croiser des Paysages totalement inoffensifs, même en s'enfonçant au-delà de la Lisière. Et à l'inverse, certains sont dangereux dès la Lisière.
Wiloh: Donc il y a un risque que ce soit dangereux si le Subconscient se défend...

Il avait acquiescé pour renforcer ses dires.

Wiloh: Mais... Dangereux... Ce qui s'y passe aura quel impact? avait-elle demandé en prenant un air sérieux.
Eylion: Hé bien... Je dois avouer que je n'ai que des théories à ce niveau car j'ai toujours su gérer les impacts du sort et que je ne laisse que rarement quelqu'un d'autre que moi explorer un Esprit mais... Je soupçonne qu'un Esprit pourrait finir brisé, changé ou bien emprisonné, que ce soit pour l'un ou l'autre individu.
Wiloh: ...
Eylion: Dans le cas ici présent, vous seriez celle qui viendriez dans ma Lisière pour que je puisse vous confier les souvenirs que j'ai. Ma Lisière est sans danger. Même si, hrm... Ma représentation spirituelle peut être considérée comme...

Il avait marqué un certain temps de pause et d'hésitation. Pause qui avait fait arqué un sourcil à la Solaire.

Eylion: Particulière.
Kyuuji: Comment les gens se représentent-ils, en général?
Eylion: Hé bien, un Paysage Mental étant, par nature, onirique, les représentations dépendent des gens. Souvent, chacun se voit comme il est dans la réalité mais les esprits plus fantasques, spirituels ou imaginatifs engendrent des représentations, hm... "Différentes". J'avais déjà croisé quelqu'un qui se représentait sous la forme d'une sorte d'élémentaire de feu imaginaire par exemple.
Kyuuji: Oh... d'accord...
Wiloh : Tu as l'air d'en avoir fait de nombreuses fois...
Eylion: C'est l'un de mes outils, avait-il opiné en hochant la tête. Dans mon Domaine, très souvent, la Magie a cette mauvaise tendance à influencer les Esprits. Possessions, troubles de la mémoire, souvenirs déformés...
Wiloh: Comment ça...? avait-elle demandé en fronçant les sourcils.
Eylion: Hé bien, par exemple, je peux utiliser un Refuge Mental pour m'adresser directement à la créature qui possède mon patient. Dans un cas de figure, j'ai permis à un hôte et à son démon de communiquer ensemble en liant leurs Esprits via le Refuge, ce qu'ils ne pouvaient pas faire dans des conditions normales. Dans le cadre d'un trouble de la mémoire, je peux tenter d'explorer le Paysage à la recherche du souvenir enterré.

Elle avait dressé des oreilles, l'air aussi impressionnée qu'étonnée.

Eylion: Les usages sont vastes, pour peu qu'on sache comment l'utiliser.

Kyuuji avait glissé un regard vers J'reya à la mention de la mémoire. Celle-ci avait alors détourné son regard à l'évocation du sujet. Le Prêtre avait esquissé un sourire peiné, baissant les yeux un instant pour les reposer sur Eylion et ses explications.

J'reya: ...
Eylion: Quand l'usage est risqué, dans le cadre d'une exploration, c'est au choix du patient d'accepter ou non, une fois que je présente tous les risques. Ici, je peux vous le proposer car je sais que c'est pour un usage limité. Et que je sais qu'Elianh était importante pour vous.

Wiloh avait abaissé légèrement ses oreilles en hochant la tête doucement.

Eylion: Je peux rester encore un peu mais vu l'heure tardive, je ne voudrais pas être un frein au sommeil de tous.

Le Prêtre avait approuvé avant de raccompagner J'reya à Opale, après quelques échanges de politesse et d'encouragement. Une fois seuls, le Mage avait invité sa patiente à trouver un endroit confortable où s'allonger. Elle l'avait conduit dans sa chambre où elle avait pu retrouver son lit, soulagée même si inquiète par rapport à la magie à laquelle elle allait être confrontée. De son côté, il avait préféré le sol non loin, s'installant de façon à éviter une chute douloureuse une fois le sortilège lancé.

Il avait pu ensuite incanter, sa Voix prenant en volume et profondeur. L'incantation était bien plus complexe que celle de ses sorts habituels. Les pages s'étaient tournées sous l'impulsion de sa Volonté pour s'arrêter sur celle du Refuge Mental, les symboles s'illuminant, l'air s’appesantissant sous l'effet du phénomène complexe en œuvre. Il n'avait pas fallu longtemps avant que l'Esprit de Wiloh ne lui échappa, la Solaire sombrant dans un profond sommeil, tout comme le Mage. Tout d'abord, il y avait eu... l'Obscurité.

Puis, elle s'était éveillée dans son propre Paysage Mental qui s'apparentait au Thanalan Oriental. Surprise, elle avait exploré les lieux avant de découvrir un précipice donnant sur une mer infinie d'étoiles. Elle avait hésité face à ce phénomène. En observant les alentours, elle avait fini par apercevoir un cristal corrompu qu'elle poussa vers le vide inconnu. Le cristal avait alors chuté au ralenti avant de disparaître au sein de la mer comme s'il avait traversé une sorte de membrane.

À cette vue, elle s'était décidée à suivre le même chemin, se lançant à son tour. Tout comme Empty avant elle, son monde s'était renversé et le ciel nocturne s'était étendu au-dessus d'elle. Elle avait pu découvrir la Lisière du Refuge Mental du Mage, l'esplanade d'une étrange structure aux allures d'Académie. En se relevant, les quatre incarnations d'Eylion l'avaient alors accueilli: l'Adulte, l'Adolescent, l'Enfant et la Carcasse.

Cependant, les épreuves récentes avaient assombri les lieux. La luminosité enchantée avait laissé place à une pénombre tamisée. Au lieu d'avoir son éternel sourire d'un cynisme acide aux lèvres, l'Adolescent avait été des plus moroses. Des ruisseaux de larmes infinis étaient apparus sur les joues de l'Enfant et l'Adulte avait été plus austère que jamais.

Quant à Wiloh, sa représentation avait celle d'une majestueuse Cœurl enceinte, à la fourrure d'un noir dense. Son cristal de barde avait lui d'une lueur verte tout comme ses yeux, un regard perçant qui s'était intéressé à ses environs, sa tête bougeant en conséquence. L'Adolescent avait soupiré à cette vue.

Adolescent: Et il a fallu que notre seconde visite soit "elle"... Génial...

À cette remarque, la Cœurl s'était assise sur son séant et avait avisé l'Adolescent en inclinant la tête sur le côté, intriguée. L'Enfant avait alors pris la parole en reniflant.

Enfant: C'est Lui qui l'a invité...
Adulte: Elle est là pour les souvenirs de sa bien-aimée... avait lancé l'Adulte en soupirant à son tour.

Il s'était alors retourné pour baisser les yeux sur l'Enfant.

Adulte: Peux-tu aller les chercher?

Wiloh était restée silencieuse à cet échange, soufflant toutefois du nez. Son regard avait suivi lentement chaque interlocuteur.

Enfant: Oui...

Le petit Miqo'te avait offert à la Cœurl un sourire navré, accentué par le flot continu de ses larmes. Puis il était parti vers le portique lumineux au-dessus duquel l'Adolescent était juché.

Adolescent: Vu comment on est parti, de toutes façons... avait-dit avec une grimace aussi morose que dénigrante. Une emmerde de plus, ou de moins...
Enfant: Ne lui dis pas du mal, d'accord? lui avait-il lancé en levant la tête, au seuil du portique.

L'Adolescent avait haussé les épaules avec une grimace avant de détourner le regard.

Adolescent: Comme si j'avais les Pensées pour ça...

L'Enfant avait froncé des sourcils avant de regarder de nouveau devant lui. Il n'avait pas tardé à s'avancer et disparaître dans la luminosité aveuglante du portique. Son départ avait fait baisser les oreilles de Wiloh, qui s'était ensuite intéressée à l'Adolescent, se levant pour aller le renifler sans gêne.

Adolescent: Hé...! avait-il beuglé en reculant son buste instinctivement tout en levant son bras. Je te renifle, moi?!

Elle avait senti une multitude d'odeurs complexes. Cynisme, Amertume, Ego, Fierté. Puis elle s'était contentée de souffler sur ce dernier par les nasaux en guise de réponse. Après un grognement de la part de l'Adolescent, elle s'en était allée vers l'Adulte pour le renifler à son tour. Austérité, Droiture, Jugement et Douleur, voilà ce qu'elle avait pu sentir sur lui.

Adulte: Je vous ignorai si curieuse, avait-il dit, quant à lui, sobrement en haussant un sourcil.

Sans un mot, elle s'était éloignée pour s'approcher de la Carcasse. Cette fois, elle avait pu sentir une multitude d'odeurs, extrêmement riches et complexes. Fierté, Droiture, Cynisme, Espoir, Désespoir, Blessures, Ego, Rage, il y en avait tant qu'il lui avait été difficile de toutes les décrypter. La Carcasse n'avait pas bronché, toujours aussi "inamovible", "écorchée", sa chair à vif laissant égoutter quelques gouttes de sang qui s'évaporaient au sol après un moment.

Malgré son aspect des plus repoussants, Wiloh avait fait une petite léchouille comme pour tenter de le soigner avant de s'écarter pour ne pas déranger davantage. Puis elle avait constaté les regards de mépris que l'Adulte et l'Adolescent lançaient à la Carcasse de temps à autre. C'était à ce moment que l'Enfant était revenu, une sphère de lumière dorée entre ses mains. Il avait accouru vers la Cœurl, trébuchant au passage dans sa précipitation. Toutefois, il s'était relevé bravement et avait repris sa route, tendant la sphère une fois à portée. Il avait esquissé un sourire se voulant chaleureux, un effet gâché par les larmes qui coulaient en continu sur ses joues.

Enfant: Tiens...!

Elle avait posé sa tête sur le dessus de la sienne en signe de remerciement. Elle avait ensuite ouvert sa gueule pour attraper la sphère. Dès que celle-ci avait touché ses crocs, elle s'était fondue en elle. Elle avait pu alors avoir toutes les visions qu'Eylion avait pu être témoin. Elle avait pu également ressentir les émotions du Mage, profondément touché par cette histoire, ainsi que ses intentions. Intentions qui avaient été que si ces visions étaient réellement l'héritage d'Elianh alors Wiloh se devait de les avoir même s'il y avait toujours la possibilité que ce soit un piège. Mais si ce n'en était pas un, le Mage ne prendrait pas le risque de refuser à la Solaire de tels fragments de la personne qu'elle aimait, ne sachant que trop bien ce qu'était la Perte d'un être cher.

Elle s'était effondrée face aux visions. Son cristal avait vibré au rythme des messages, diffusant l'entière afflux de ses émotions. Joie, Culpabilité, Honte, Tristesse, Rage, Incompréhension, Amour s'y étaient mêlés. Elle avait tremblé. Elle avait souffert mais elle avait fini par se relever.

À cette vue, l'Enfant lui avait donné un câlin.

Enfant: Tout va bien se passer...

De retour à elle-même, bouleversée, elle avait remercié l'Enfant d'une petite léchouille sur sa joue mouillée, léchouille qui avait arraché un petit rire discret à celui-ci, malgré les larmes.

Adolescent: Oh pitié... avait-il lancé, grimaçant, à la scène.
Enfant: On trouvera le fin mot de l'affaire et moi, j'espère qu'on trouvera Elianh ou... Heu... qu'au moins, tu puisses l'honorer.

Wiloh avait été attendrie par la Candeur de l'Enfant, hochant lentement la tête à ses dires.

Adulte: Quelque soit le danger sur le chemin, avait-il amorcé, toujours aussi Austère. La Prudence devra rester le mot d'ordre. Il n'y a pas qu'une seule vie en Jeu.
Enfant: Moi, je crois que c'est Elianh, ça ne peut être qu'elle...!

Elle les avait écouté se contredire, surprise d'autant de pensées contradictoires.

Adolescent: Oui, c'est ça, remue le couteau dans la plaie, avait-il émis, grinçant.

Les oreilles de l'Enfant s'étaient abaissées à la remarque.

Enfant: Ce... n'est pas mon but... avait-il dit contrit.

Il s'était tourné vers la concernée, ses poings menus levés.

Enfant: Je te promets que je ne veux pas que tu ais encore mal avec tous ces souvenirs. Moi, je veux que tout se passe bien et on sera tous là, forts! Pour toi, pour Elianh et pour le bébé!

La déclamation avait eu le don de faire rouler des yeux à l'Adolescent.

Adolescent: Je peux le tuer...? avait-il "demandé" à l'Adulte.
Adulte: Non, avait-il tonné en retour, ferme.

La menace avait fait immédiatement réagir Wiloh, celle-ci montrant les crocs vis à vis de l'Adolescent.

Adolescent: Mais c'est qu'elle mordrait presque, avait-il répliqué à cette vue, muni d'un sourire Cynique et d'un ton infantilisant.
Enfant: Arrête, je t'avais dit de pas dire du mal...!

Le concerné avait ignoré la remarque, se contentant de rouler sa main dans un geste théâtral.

Adolescent: Maintenant qu'elle a ce qu'elle veut, elle pourrait peut-être... déguerpir d'ici? Je crois qu'on est complet sur la barque de la morosité partagée.

Elle avait soufflé du museau avant de pencher la tête, perplexe. L'Enfant, de son côté, avait abaissé davantage ses oreilles.

Enfant: Désolé... C'est vrai que... Ce n'est pas trop la joie ici... Et je suis désolé pour ce qu'il dit... C'est pas ce qu'on pense, promis... avait-il fait en donnant un autre câlin à Wiloh.

La Cœurl avait posé sa tête sur la sienne pour la tapoter gentiment, comme pour l'excuser. Au tapotement, l'Enfant avait émis un petit "hm!" mignon, ses oreilles tressaillant.

Adolescent: C'est ça, parce que "toi", tu as le pouvoir de renier une partie de Nous? avait-il aussitôt lancé, bassement. S'il te plaît, évite de me faire rire...
Enfant: C'est pas ce que je voulais dire! T'as pas besoin d'être aussi méchant!
Adolescent: Pour notre bien à Tous, encore heureux, oui, que j'en sois capable.

Cette fois, elle s'était levé pour s'approcher de ce dernier.

Adolescent: Woh, oh, oh, la Bête, toi, tu ne t'approches pas de moi, d'accord? avait-il grogné en retour.

Elle avait continué jusqu'à ce que son museau touche son torse, le défiant d'une légère poussée. L'intéressé s'était aussitôt relevé sur son perchoir, l'air mauvais.

Adolescent: C'est quoi ça, une menace?
Adulte: ... Il serait bon de garder ces Lieux un tant soit peu dans son précaire Équilibre, était-il alors intervenu, l'air toujours composé.

Wiloh avait tourné la tête vers lui avant de finir par la hocher après un moment.

Adolescent: Tch, typique, ce ne serait pas la première fois qu'elle essayerait de Nous buter.

L'Enfant avait eu un faible sourire avant de s'approcher pour poser sa main sur le flanc de la Cœurl.

Enfant: Tout va bien...

Il s'était ensuite adressé à l'Adolescent.

Enfant: Ce n'est pas son intention.
Adolescent: Qu'est-ce que tu en sais, naïf que tu es? avait-il répliqué en croisant les bras.

À cette remarque, Wiloh avait grogné légèrement avant de regarder avec une tendresse maternelle l'Enfant.

Enfant: Parce que je lui fais confiance, avait-il affirmé avec aplomb.

Elle avait alors redressé la tête, surprise.

Adolescent: Ah, avait-il fait en esquissant un autre sourire Cynique. Tu ferais confiance à la Terre Entière. Encore heureux que je sois là quand la Réalité le rattrape.
Enfant: Tout le monde a un bon fond, c'est toi qui n'arrive pas à le voir!
Adolescent: Oh, et qu'est-ce que ça nous a apporté, tu peux me le dire...? Est-ce que je dois te rappeler ce que Nitrisch...
Adulte: SON NOM ne sera pas prononcé ici! avait-il tonné.

La Cœurl avait eu un sursaut au haussement de voix. Ses moustaches électriques s'étaient embrasées brièvement sous l'effet de la surprise. L'Enfant, lui, avait hoqueté. Un silence pesant s'était installé, puis Wiloh était repartie. Le silence s'était poursuivi à leurs deux réveils. Le Mage avait toujours haï le fait d'exposer cette partie de lui et il ne s'était donc pas attardé auprès de la Solaire. Après quelques salutations, il avait quitté la maison et repris le chemin du retour, sous une pluie nocturne.

Le ruissellement épais avait semblé résonner en écho avec son état. Peu avant la troisième expédition, il était allé faire sa confrontation vis à vis de Solid. Suite à sa Perte, il était resté chez lui pour se plonger entièrement dans ses recherches. Tout était bon pour ne pas penser. Pour ne pas avoir à faire de Rétrospection à nouveau. Il avait ainsi accueilli avec soulagement la nouvelle d'une piste pour la Tour.

Avatar de l’utilisateur
Ennrael
Messages : 108
Inscription : 09 mars 2018, 13:21

Re: Eylion Grenn

Message par Ennrael » 24 juin 2019, 18:48

Image
Wiloh: Je crois que j'ai compris ce que disait Elianh quand elle disait que son apprentissage me permettrait de la retrouver.

Au sein de la maison, le groupe s'était réuni. Eylion, de son côté, avait ignoré les regards inquiets de Kyuuji posés sur lui. Au moment des faits, ça faisait des jours qu'il n'avait donné aucune nouvelle à ses proches.

Eylion: Racontez nous, avait-il demandé sobrement en prenant place.
Wiloh: ... Je me suis remémorée tout ce dont elle m'avait laissé... La boîte à musique avec sa clé cachée, la boîte puzzle avec le cristal barde, la broche papillon avec un message caché, la plante chantante... Tout ça, nous le faisions sous forme de jeux lorsque nous étions enfants.

Il avait écouté avec attention tout en croisant les bras, pendant que le Raen avait opiné de son côté.

Wiloh: Alors, j'ai enquêté par rapport au message dans le chant de la fleur... Et cette histoire de Tour de Cristal. Ou Tour de Verre, peu importe.
Kyuuji: Qu'avez vous trouvé?
Wiloh: Elle et moi avions composé une musique toutes les deux... Moi en musique, elle en chant, elle avait mentionné dans ses paroles cette Tour de Verre. J'ai réécrit les paroles qu'elle avait inventé sur papier, et je me suis creusée les méninges jusqu'à ce que je trouve quelque chose.
"Dans mon Jardin Secret, dans mes Rêves,
Il n'y a de limite ni dans l'Espace, ni dans le Temps,
Où vivent en harmonie deux cœurs entre qui brûle un amour incandescent,
Ni même l'Union de la Lune et du Soleil dans une éternelle lumière qui s'élève,
Ni même un énième Fléau,
Ne sauront séparer le tintement de l’Écho,
Qui résonne et résonne de l'Aube au Crépuscule,
Autant que vivra cette Ode aux Cieux.
Seule cette incroyable Tour de Verre pourrait atteindre les Dieux,
Et leur prouver que pour notre Amour, dans une Dernière Prière, nous n'emploierons aucun Recul."
Wiloh: J'ai lu le texte de façon verticale et non horizontale, et j'ai trouvé où se trouve cette Tour.
Kyuuji: Oh, bravo.
Wiloh: Merci.
Eylion: Qu'en est-il, du coup? Qu'avez-vous... découvert vis à vis de cette Tour?
Wiloh: Je n'ai pas de localisation exacte, comme pour cette fleur qui chante, alors je suppose que mon cristal barde agira de la même façon? Cette Tour aurait une épreuve en son sein pour atteindre son toit et les étoiles. C'est en résumé ce qu'elle chantait.
Eylion: Vous avez, au moins, une zone...? avait-il demandé en acquiesçant.
Wiloh: Cela se situe dans le Thanalan.
Eylion: Hm, le Thanalan... Dans le désert?
Kyuuji: Je ne connais pas aussi bien le Thanalan que Sombrelinceuil... Une tour... avait-il émis, songeur.

Les traits de la Solaire s'étaient durcis à une pensée.

Wiloh: Pas exactement... Je pense savoir où cela peut se situer.
Kyuuji: Oh?
Wiloh: Je connais bien le Thanalan, j'y suis née. Et je pense que c'est dans le Thanalan Oriental plus précisément que cela doit se trouver. C'est un endroit riche en souvenirs pour nous deux...
Eylion: ... J'ai vécu à Ul'dah de mon côté mais... Je ne connais pas vraiment le désert.
Wiloh: J'ai vécu dans le désert avec ma Tribu natale.

Le Lunaire s'en était bien souvenu. Lui et un autre groupe s'étaient battus pour la tirer des mains de son Nunh discutable.

Eylion: Hm, je me souviens de celle-ci... Si on a au moins une piste, ça nous évitera d'arpenter de trop le désert. Malheureusement, J'reya a eu un empêchement avec Rhian.

Ce qu'il n'avait pas dit, c'était que J'reya avait dû le remplacer pour sauver le libertin des "griffes" d'une de ses amantes.

L'endroit ciblé, le trio s'était mis en route vers le désert du Thanalan. Le voyage, long, n'avait pas été sans danger, quand ils avaient dû passer à proximité d'un camp d'Amalj'aas. Cependant, Kyuuji et Eylion étaient parvenus à s'accorder pour endormir chacun un des gardes qui surveillaient la route qu'ils devaient emprunter. Les gardes neutralisés, chacun avait essayé de passer discrètement de l'autre côté. Wiloh y était parvenue sans difficulté. Kyuuji avait pu également la rejoindre. Mais au tour du Mage, un autre garde était arrivé et l'avait soudainement pris au dépourvu.

Les deux hommes, dans une action réflexe combinée, avaient pu lancer leurs sortilèges et endormir la sentinelle avant qu'elle n'ait pu donner l'alerte.

Le reste du chemin s'était fait sans encombre et ils étaient arrivés près de l'endroit indiqué, à bord de falaise. Ils s'étaient aussitôt mis en quête d'un quelconque indice. Wiloh et Kyuuji avaient fini par trouver, chacun de leur côté, des éléments. Kyuuji avait pu trouver une boîte, Wiloh un trou en forme de serrure derrière. Après quelques recherches, la Solaire avait pu déterminer que la boîte trouvée était une boîte puzzle comme celles qu'Elianh lui avait déjà confié. Sur les côtés, le groupe avait pu remarquer divers symboles: une Lune, une Tour, une Femme, et un Œil.

La mise en valeur de ces derniers avait engendré une multitude d'hypothèses. Sans moyen pour les vérifier, Wiloh s'était attelée à résoudre l'énigme de l'objet. Il lui avait fallu un peu de temps mais elle avait fini par entendre le déclic indiquant qu'elle était arrivée au bout de ses peines.

Elle avait pu extirper du coffret un pendentif en forme de croissant de Lune avec un cœur en Saphir ou en Cristal, accompagné d'une clé finement ciselée, aux allures de papillon. Ils avaient utilisé la clé sur la serrure, faisant apparaître un escalier qui descendait le long de la falaise. En bas, le groupe avait découvert un chemin bordé de champignons luminescents, au sein d'une immense grotte. Au bout du chemin, une Tour de verre imposante dépassait de loin le plafond ouvert, perçant le ciel de sa silhouette.

Il leur avait fallu résoudre une autre énigme pour y entrer, celle des double portes de l'endroit. Les symboles du coffret avaient pris tout leur sens face aux plaques des portes à déplacer, porteuses des mêmes dessins. Après plusieurs essais infructueux, Wiloh avait pu comprendre que l'ordre était plus simple qu'il n'y paraissait: du plus petit au plus grand et qu'il fallait insérer le pendentif pour compléter le motif de la Lune.

Les portes ouvertes, une fois à l'intérieur, ils avaient dû monter un long escalier en colimaçon, une épreuve certaine pour une femme à la grossesse aussi avancée que celle de Wiloh. Les deux hommes s'étaient adaptés à sa vitesse de montée, faisant des pauses au besoin. Ils étaient finalement parvenus jusqu'à une grande salle où une statue géante de cuivre les attendait, sous forme de Louve entourée de deux piliers munis de deux cubes de pierre en lévitation.

La Solaire avait immédiatement compris le principe, tiré des jeux qu'elle et Elianh faisaient avant la tragédie. La pièce était basée sur les règles de "1, 2, 3, Soleil" avec quelques différences. Les dalles qui séparaient le groupe de l'autre bord portaient toutes un chiffre. Il y avait deux phases. La première consistait à s'arrêter sur le chiffre indiqué par les dés au moment où la Louvre ouvrait les yeux. La seconde fonctionnait de la même façon mais il fallait toucher et s'immobiliser sur deux chiffres différents, ce qui pouvait obliger à quelques acrobaties.

Il n'y avait pas vraiment eu de doute sur le fait que la statue était enchantée de façon à "punir" ceux qui n'y parvenaient pas. Au vu de son aspect menaçant, aucun membre du trio n'avait été rassuré sur les conséquences possibles d'un échec. Après discussion, Wiloh avait été la première à se lancer, le Mage prêt à incanter en cas de besoin pour la protéger. Malgré son état, l'archère était parvenue de l'autre côté sans trop de complications.

Eylion avait été le second à passer. Pour l'ancien Roublard, l'épreuve avait été un "jeu d'enfant" malgré le fait que son âme avait été absente. Il s'était laissé guidé par son instinct, ses gestes aussi agiles qu'ils avaient été rigides de par le vide de son Deuil. Kyuuji, enfin, s'était avancé, une fois le champ libre. Le Prêtre avait eu plus de mal à aller d'un chiffre à l'autre jusqu'à ce qu'il ne trébuche à la toute fin.

La sentence s'était faite immédiate, la statue se mouvant pour lui lancer un sort de foudre. À cette vue, le Mage, prompt, avait étendu sa main dans les airs, sa voix tonnant le Verbe nécessaire pour plier le Vent à sa Volonté. Son élément de prédilection avait pu saisir à temps le Raen et l'amener auprès d'eux, en sûreté.

La frayeur passée, ils avaient continué leur route et monté un autre escalier en colimaçon. Ils avaient débarqué sur le toit, dans un grand jardin au sol tapissé d'eau. Des arbres fleuris montaient vers un ciel étoilé et une Lune, pleine, donnait aux lieux un aspect féérique. Devant eux, au fond, ils avaient pu apercevoir un miroir trônant sur un pilier. De celui-ci, une silhouette s'en était dégagée, à l'apparence d'Elianh.

Eylion: Est-ce qu'elle... nous voit?

L'apparition avait regardé chaque personne tour à tour avant d'entendre Eylion et de froncer les sourcils.

Elianh: Tu étais là toi aussi...
Eylion: ...! Ça veut dire que, durant ces visions... Vous me voyez? avait-il demandé pour situer un peu les connaissances de l'apparition.
Wiloh: Tu entends aussi sa voix?
Eylion: Oui... Et je ressens aussi son énergie... Ça ne ressemble pas à la chose qui vous parasitait.

La nouvelle avait tétanisé la Solaire pendant que l'adolescente éthérée s'était faite plus pensive en observant le groupe.

Elianh: Je ne t'ai vu que lorsque tu étais avec moi devant Hydaelyn, confrère Lunaire, avait-elle fini par dire en souriant.
Eylion: ... La Mer d'Éther... ... Dans ce cas, si vous êtes la véritable Elianh, je suppose que vous pouvez donner à Wiloh une anecdote que vous seules connaissaient?

Elle avait eu un léger rire à la question.

Elianh: Évidemment, Wiloh a tatoué sur sa jambe droite une œuvre pour me soutenir dans mon handicap. Je me trompe? avait-elle émis en regardant l'archère.
Wiloh: N-Non, tu... Tu es réelle...

Sous le choc, la Solaire avait tendu les mains vers Elianh. Cette dernière avait ri doucement en acquiesçant.

Elianh: Évidemment que je le suis. Tout est réalité. Mais tout n'est pas vérité. Or ici, c'est le cas, je suis vraiment réelle.

Le Mage, quant à lui, avait eu l'ombre d'un sourire peiné, à peine discernable.

Eylion: Hm... Il y a tellement de questions.

L'apparition s'était tournée vers lui, avec un sourire et des yeux plissés.

Elianh: Je n'en doute pas... Eylion le Mage. Et vous... Hm... Kyuuji, valeureux prêtre et dévoué à la Nature. Continue sur cette voie!
Eylion: ...!

Il avait froncé discrètement son sourcil unique sous la capuche.

Eylion: Comment connaissez vous nos noms...?
Elianh: N'as-tu donc pas deviné, toi qui est si perspicace de nature?
Eylion: ... Parce que nous sommes au plus proche de la Mer d'Éther, qui constitue nos Âmes respectives? s'était-il hasardé, incertain.
Kyuuji: Elle lit en nous, simplement, je pense.
Elianh: Kyuuji a trouvé la réponse! Tu n'y es pas encore toi, Eylion! avait-elle fait dans un rire.

Lire dans les Esprits? Ce type de capacité n'était clairement pas commun. Au point tel qu'il n'avait même pas voulu concevoir ou avancer ce genre d'hypothèse en premier lieu. Quel pouvoir pouvait donc...

La réponse n'avait pas tardé à venir.

L’Écho.

Il en avait déjà entendu parler mais il n'avait croisé, ou fréquenté, que très peu d'individus doté de ce don. Autant dire que le Lunaire avait été des plus mal à l'aise par rapport au fait d'être en présence d'un "fantôme" en mesure d'avoir des visions de son passé.

Après un court échange, l'apparition avait exposé ses intentions.

Elianh: Mon Devoir était d'être la voix pour Hydaelyn, comme beaucoup d'autres Porteurs de l’Écho. Mais je n'ai pas accompli ma mission... Avec la permission de Hydaelyn, je n'ai pas rejoint la Mer des Étoiles, pour pouvoir donner un héritier à ce Don, pour que ma mission inaccomplie ne soit pas vaine. Et C'Wiloh...

Elle avait posé ses mains sur le ventre arrondi, les yeux pétillants.

Elianh: Tu abrites la plus belle chose en toi, un être entièrement pur et vivant! Et je souhaiterais qu'il détienne ce Pouvoir, car je ne pourrais te le donner à toi précisément... Ton âme est déjà "occupée" par ce cristal que je t'ai offert.
Wiloh: Tu n'as jamais rien fait par hasard alors... Tu as toujours tout calculé...

Un frisson avait parcouru l'échine du Lunaire à cette déclaration.

Eylion: ... Quel est ce Devoir? avait-il demandé, méfiant.
Elianh: Apporter la Lumière en ce Monde grâce à mon Don.
Eylion: C'est très vague, avait-il dit, sourcil légèrement froncé.

Le Prêtre, quant à lui, était de dos par rapport à eux. En les entendant, il les avait regardé en plissant ses yeux, sans un mot. Il était resté, néanmoins, attentif, discret et respectueux.

Elianh: Assez oui, avait-elle fait dans un léger rire. La seule lumière que j'aurais pu apporter aura été celle pour C'Wiloh. Et je ne regrette rien.
Eylion: ... Qui a construit cet endroit?

Cette mention avait incité Kyuuji à se pencher pour ramasser un peu de terre au sol, la frottant entre ses doigts, songeur.

Elianh: Moi! Si moi, je suis bien réelle, cet endroit ne l'est pas. Il est le fruit de mon imagination et je lui ai donné une forme matérielle.
Eylion: ... La tour, la grotte, tout ç... ... Est-ce que ça a commencé quand le coffret a été ouvert?

Il avait déjà eu des soupçons dès la présence incongrue de la serrure derrière la pierre.

Elianh: Je ne sais pas? avait-elle fait, amusée.
Kyuuji: C'est pour ça qu'il est arrivé post Cartenaux alors vous ne pouviez avoir connaissance de cet endroit... vu qu'il n'existait pas encore... avait-il enchéri, songeur.
Elianh: Mais il n'existe pas Kyuuji, avait-elle dit, toujours amusée.
Kyuuji: Tant que nous y sommes si, après il n'existera plus.
Eylion: ... Malgré tout, vous ne trouvez pas que c'est discutable d'imposer un tel devoir à un nouveau-né qui n'a pas pu encore choisir pour lui-même la Voie qu'il souhaite suivre?
Kyuuji: D'autant que la Lumière... apporter la Lumière peut être un risque. L'équilibre rompu n'est pas enviable.
Elianh: C'était aussi mon cas. Hydaelyn choisit ses Porteurs et elle m'a encouragé dans cette voie, pour guider Wiloh jusqu'ici.
Eylion: Peut-être mais ici... Wiloh peut faire ce Choix, contrairement à vous. Je me trompe?

L'apparition avait exprimé de la surprise à la réplique du Mage. Elle s'était tournée vers Wiloh, cette dernière confuse.

Elianh: C'Wiloh...?
Wiloh: Je...
Eylion: C'est votre Enfant, Wiloh. Lui ne peut pas parler dès à présent... À l'inverse de vous, sa Mère.

Elianh avait eu une moue aussi enfantine que sérieuse en les regardant tour à tour.

Elianh: Je vous ai tous rendus un peu confus... Mince... C'est pas amusant ça.
Eylion: Je ne dis pas que vos intentions ne sont pas nobles mais c'est un grand pouvoir et de grandes responsabilités que vous portez au seuil d'une âme encore vierge comme vous le dites si bien.

Et ce n'était pas la seule chose qu'il "voyait". Un tel enfant serait forcément à part. "Différent". Le Lunaire ne savait que trop bien comment les gens traitent la différence. Quant au fait d'être en mesure d'avoir des visions? Il pouvait littéralement écrire une thèse sur tous les inconvénients, impacts et poids qu'une telle chose pouvait apporter. Sans parler du Devoir imposé par Hydaelyn, d'une Vie entière consacrée à prendre des risques.

Kyuuji: N'y a-t-il pas moyen de délayer votre don? Le mettre de côté le temps que l'enfant grandisse et qu'il puisse choisir sa Voie?
Elianh: Mais alors, je devrais attendre pour rejoindre la Mer Étoilée, Kyuuji...
Kyuuji: Oh... Il n'y a donc pas moyen...
Elianh: Mon âme s'affaiblit à force d'errer sans rejoindre cette Mer...

Un long débat s'en était suivi. Bien que Kyuuji avait été d'accord avec Eylion sur ce point, des désaccords étaient survenus sur leur manière de voir les choses. Le Mage était plus enclin à chercher des moyens de ramener Elianh d'entre les morts là où le Prêtre s'était fait porte-parole du cycle naturel de la vie. Eylion n'avait pas réellement insisté, respectueux du fait que ce n'était pas "ses" affaires mais celles d'Elianh et Wiloh.

Et comme il l'avait souligné à la Solaire durant la discussion.

Eylion: Écoutez... Je... Je ne suis pas le meilleur interlocuteur... Je ne suis pas doué de Raison actuellement. À votre place, je serai incapable de laisser partir Elianh par exemple. À votre place, j'aurai cherché un moyen de la ramener à la vie ou à la garder avec moi autant que possible. Ça, c'est pour ce que j'aurai fait à votre place, avait-il dit, la voix toujours éraillée. Et pour mes autres convictions, j'ai du mal à concevoir qu'on puisse imposer quelque chose à une si jeune âme.

Finalement, Elianh et Wiloh avaient décidé de tenter de transmettre le pouvoir directement à Wiloh, malgré les difficultés. L'apparition s'était rapprochée de la concernée, son pouce effleurant son front. Elle avait eu besoin du soutien du Prêtre pour l'aider à parvenir jusqu'au bout de sa tâche sans rejoindre la Mer d'Éther.

Le transfert s'était fait sans heurt mais Wiloh avait perdu à ce moment les eaux dans des grognements de douleur.

Wiloh: Huh... Aaaah, noon...
Kyuuji: Elle perd les eaux...
Eylion: ...!
Wiloh: Quoi...?! Non, non, non, non!
Eylion: Oh merde...

Ils avaient dû faire un Choix. Kyuuji avait dû rester sur place pour guider l'âme d'Elianh jusqu'à sa dernière destination, et pour retourner à la terre l'Éther utilisé pour créer l'illusion dans laquelle ils s'étaient trouvés. Eylion s'était chargé de prendre Wiloh dans ses bras et de courir pour rejoindre au plus vite la première ville.

Un trajet long, d'autant plus qu'il avait dû faire un détour pour éviter les camps Amalj'aas. Il avait manqué de tomber à plusieurs reprises durant son parcours et il avait dû poser un genou à terre à d'autres moments. Essoufflé, exténué, il s'était efforcé de continuer, tenant à la seule force de sa Hargne.

Au bout de ce périple, ils étaient parvenus jusqu'à un petit village, où le Mage avait littéralement hurlé sur le premier venu pour savoir où se trouvait le médecin des lieux. On lui avait fait comprendre que celui-ci était de sortie avant de lui indiquer une auberge où allonger Wiloh. Il s'était précipité autant qu'il le pouvait dans une chambre en allongeant la Solaire, au supplice de son état.

Eylion: Putain, me faites pas ça, tenez bon...

Elle s'était tordue de douleur, couverte de sueurs et du liquide qu'elle avait perdu. Il s'était jeté sur l'embrasure, se retenant à grande peine sur les bords.

Eylion: ... Un torchon, un récipient...! De l'eau...!

Une femme du personnel était venue lui apporter ce qu'il demandait, en panique. Il avait saisi le tout dans ses mains tremblantes avant de revenir auprès de Wiloh pour lui éponger maladroitement le front.

Eylion: Putain, putain... Quand est-ce qu'il arrive, ce médecin à la con...?!
Wiloh: Elianh... Thay... Gaaarh!!

Elle avait enserré le drap entre ses doigts, tant la douleur du pouvoir en elle et son bébé prenait place, en plus des contractions.

Eylion: Ils sont là, avec t-toi, avait-il balbutié, avec maladresse.

Il s'était autant senti à l'aise qu'un hareng hors de son étang.

Putain mais qu'est-ce que je fous là...?
...
Ce n'est pas MOI qui devrais être là!
...
Qu'est-ce que je fais si elle commence à accoucher?!


Un flot de pensées angoissées avait défilé en discontinu dans l'esprit survolté de l'infortuné Lunaire.

Wiloh: Oh bordel...
Eylion: O-Ouai, jure un bon coup, ça aide avec la douleur...

La femme du personnel était revenue.

Femme: Le médecin arrive d'ici quelques heures, il est en route...
Eylion: Des HEURES?!
Wiloh: Putain...!
Eylion: Mais... Elle va pas tenir... des heures... Ou si? Putain, je ne m'y connais rien...!
Femme: Je suis navrée, il y a des complications sur la route...!
Eylion: Mais, mais, mais...

L'angoisse s'était muée en panique totale.

Eylion: Qu'est-ce qu'il faut... Erh, Wiloh, tu m'entends...?
Wiloh: Je t'entends ouais... avait-elle péniblement dit, essoufflée. Je crois que les contractions peuvent durer des heures... Je tiendrais au piiiIIIIIIIIIIIIIIIIIIRE! AAAAH PUTAIN!
Eylion: ...!!

Les oreilles du Lunaire s'étaient dressées au cri.

Eylion: Erh, alors, déjà, il faudrait dégrafer un peu ton col pour pouvoir respirer...

La Solaire avait essayé de faire de son mieux pour rester éveillée malgré sa fatigue, manquant de s'endormir avant de se reprendre dans des sursauts. Le Mage, lui, avait dû retirer la capuche de sa coule, couvert de sueurs froides face à cette situation totalement inconnue pour lui.

Wiloh: O-Ouais... Si je me souviens de l'accouchement de mon amie, plus le temps entre les contractions sont proches, plus le bébé est proche d'arriver...

Elle avait essayé d'enlever son poncho. Le Lunaire, lui, n'avait clairement pas osé la toucher d'une quelconque façon.

Eylion: Et, errrhh... Elles sont proches là comment...? Et tu as... Erh, besoin d'aide...? avait-il fini par demander en la voyant galérer.
Wiloh: Ouais, je veux bien...

Il avait tâché de l'aider de son mieux, toujours avec maladresse.

Wiloh: Je dois compter combien de temps entre, mais je dirais environ 8 minutes... Je sais pas, c'pas moi l'arcaniste pro des maths ici...
Eylion: ... Je ne connais AUCUNE FORMULE qui enseigne le temps de CONTRACTION d'une femme ENCEINTE! s'était-il écrié, sa voix toujours éraillée, en panique, à la limite de l'étranglement.
Wiloh: DES MATHS, C'EST DES MATHS, C'PAS MOI l'INTELLO ICI! ALORS CALCULE. S'il te plaît. Hmpf.

Ils étaient parvenus à la dégager de son poncho mais Eylion avait beau tenter de réfléchir, son cerveau ne lui répondait pas. Un appel inattendu sur sa perle l'avait alors fait sursauter.

Eylion: QUOI?!

La voix de J'reya avait retenti de l'autre côté.

J'reya: Wow! Calme toi! Je voulais juste savoir si ça allait bien pour vous.
Eylion: Non, ça ne va PAS, Wiloh VA ACCOUCHER alors si tu connais, BORDEL, un moyen de TÉLÉPORTER un PUTAIN de médecin, je t'en serai reconnaissant à VIE!!!

Wiloh, au supplice, avait repris son poncho pour pouvoir mordre dedans tant la douleur avait été insupportable.

Wiloh: Punaise, c'était pas aussi rapide dès qu'elle a perdu les eaux, Xynia!
Eylion: Oh, non, oh non, non, non, avait-il fait en l'entendant.
J'reya: Je, euh... Je peux pas faire mieux que de vous rejoindre moi. Où vous êtes?
Wiloh: Roh c'est bon, C'EST PAS TOI QUI A MAL LÀ!

Il avait aboyé les cordonnées approximatives avant de raccrocher brutalement, puis de répliquer à Wiloh.

Eylion: Oui mais, bordel, je ne suis pas médecin moi!
Wiloh: BAH JE VOIS ÇA! avait-elle grogné.
Eylion: Putain, je... Alors, erh, il faut que tu sois, erh, calme... Oui, au calme, ça ralentira les choses...

Elle avait inspiré et expiré difficilement, les mains sur son ventre, le visage rouge sous la difficulté physique.

Wiloh: J'essaie de rester calme, mais comment l'être quand tu l'es pas? Bordel bébé, fallait que tu sortes n'importe quand et n'importe où avec n'importe qui, sérieux...

Il avait essayé de reprendre sa respiration de même, malgré son anxiété. Bien que tenté d'aboyer sur la Solaire, il s'était contenu de son mieux.

Eylion: ... Il y a quelque chose que je peux, erh, faire pour que tu sois, erh, plus confortable...?
Wiloh: Merci, Eylion, de garder ton calme.

Elle avait caressé ensuite son ventre.

Wiloh: Je veux bien un coussin en plus et que tu m'aides à me redresser un peu, je suis trop plate sur le lit là...
Eylion: Un, erh, coussin, oui... Tout de suite...!

Il s'était précipité volontiers vers la sortie, manquant de se heurter à J'reya qui était arrivée entretemps.

J'reya: Salut...? J'ai fait aussi vite que j'ai... pu, avait-elle dit, essoufflée.
Eylion: Vite, il faut un coussin...!

Étonnée, elle l'avait laissé sortir avant de regarder Wiloh, toujours à l'agonie.

Wiloh: Gnraaaaah!! avait-elle émis en se tordant à une nouvelle contraction. Je vais mourir...
J'reya: Ça, euh... Ça va...?
Wiloh: J'ai l'air d'ALLER BIEN?! avait-elle vociféré.

La combattante avait progressivement compris l'état du Mage, elle-même n'ayant jamais traversé ce genre de situation.

J'reya: C... C'est pas un bon plan de mourir dans ce genre de moment! Qu'est-ce que je peux faire pour aider?
Wiloh: J'en sais rien du tout, c'est mon premier bébé, je sais pas comment ça s'accouche!!

Eylion était revenu, "armé" de deux coussins. Il avait aidé la Solaire à se redresser pour pouvoir les installer derrière elle, même s'il l'avait fait du bout des doigts, comme si elle avait été en feu.

Eylion: Erh, n-non, ne dis pas ça...! T-tout va bien se passer!
Wiloh: Toi-même, t'as l'air d'en douter!

Il avait jeté un regard désespéré à J'reya.

Eylion: J'reya, tu sais comment faire...? avait-il balbutié.

Il avait presque manqué de hurler: "Tuesunefemmetusaisforcémentquoifaire!!". Heureusement, son instinct de survie l'avait arrêté à temps.

J'reya: Bah euuuh... Ça sort par là, y'a pas trente six façons!

Wiloh, elle, avait laissé sa tête lentement retomber sur l'oreiller, sa conscience lui échappant sous l'effet de la douleur intense et de l'épuisement. Le Mage lui avait aussitôt tapoté doucement la joue à cette vue.

Eylion: ...! N-non, non, non, non... Reste avec nous...!
Wiloh: Hmm... avait-elle émis en rouvrant les yeux.
Eylion: Il n'y pas le choix, J'reya, tu DOIS aller voir, erh... l-là dessous...
J'reya: Évidemment... Et merde! Eylion, tiens-la éveillée comme tu peux, hurle, je sais pas!

J'reya avait retroussé ses manches avant de grimper sur le lit et de s'installer en tant que "sage femme d'urgence".

Eylion: Je ne veux pas la stresser, bordel...!
Wiloh: Qu... Putain, bébé, tu commences bien ta vie, merde...
J'reya: Tu crois que le stress, c'est le pire truc qui peut lui arriver, là?

Elle avait pris son courage à deux mains pour regarder ce qui se passait pendant que le Mage aidait Wiloh à se redresser comme il le pouvait.

Wiloh: Tu regardes quoi là...?

J'reya se l'était demandé elle-même sur le coup.

J'reya: Je... Je sais pas? Si le bébé sort? Un truc? N'importe?

Puis, après un instant de latence...

J'reya: Oh. Oooooh.
Wiloh: Quoi, oooooOOOOOOOOOH, PUTAIN!

Elle s'était cambrée de douleur, serrant son poncho entre ses mains.

Eylion: Q-Quoi, "ooh"? C'est q-quoi "Ooh"? Parle Eorzéen, putain!
Wiloh: A-Aaaah, c'était plus proche cette contraction-làààààààà! avait-elle grincé entre ses dents avant de reprendre ses exercices de respiration.

La combattante n'avait pas répondu de suite, ses yeux plissés pour essayer de mieux voir. Elle avait ensuite balbutié des choses incompréhensibles qui s'étaient mués en un...

J'reya: C'est pour... Là maintenant, je crois...! Genre LÀ.
Wiloh: La vache, il force pour sortir, je le sens!
Eylion: Ç-ça... sort, là, vraiment?!
J'reya: Bah euuuh... Je sais pas... Poussez?!
Wiloh: ... Ghn... Okay...

Elle avait inspiré et expiré, se concentrant pour pouvoir contracter et forcer à la pousse.

Eylion: Erh, v-va y, Wiloh, tu... tu peux le faire...

Le Mage avait été d'une utilité remarquable. Pendant ce temps, Wiloh avait tâché de pousser de toutes ses forces, son aura devenant oppressante au fil de l'effort.

Eylion: O-oh putain, c'est... normal ça?
Wiloh: C'est trop dur...
J'reya: J'en sais rien, j'ai l'air d'avoir accouché?! ... Ça... Ça avance... Faut pas relâcher maintenant, Wiloh! Tenez le coup!
Eylion: M-mais si, il f-faut pousser, Wiloh, il faut p-pousser comme erh...
Wiloh: Okay, je vais essayer. PAS DE COMPARAISON, EYLION, C'EST GÊNANT.

Il s'était abstenu, fort heureusement.

Eylion: Non m-mais t-tu peux le faire, hein... P-pense à... ...

Oui, à qui...? Allait-il mentionner Elianh ou bien Thay?

Eylion: À un truc q-qui te plaît bien!
J'reya: PENSE À TON BÉBÉ ET POUSSE!!!
Wiloh: Merci! avait-elle lancé à la suite de J'reya en soupirant.

Elle avait repris ses efforts pour pousser, essayant de retenir ses cris et ses larmes au début avant de se laisser aller.

Eylion: O-oui, ton bébé!

Il avait alors vu que son aura augmenter en volume tandis que J'reya l'avait fusillé brièvement du regard.

Eylion: Oh bordel... Son aura...
Wiloh: C'est Elianh et son pouvoir...!! GAAAAAH!!
Eylion: Tu l-le vois, J'reya?
J'reya: Y... Y'a la tête. Continuez Wiloh, c'est parfait!
Eylion: Putain, il ne faudrait pas qu'il déconne ce pouvoir...!

Wiloh avait bien essayé de poursuivre mais ses forces l'avaient abandonné, ses oreilles et son corps s'affaissant.

Eylion: N-non, Wiloh...!
Wiloh: J'ai pas l'habitude d'avoir de la magie dans mon corps aussi... avait-elle souligné d'une voix faiblarde.
J'reya: Wiloh, s'il vous plaît. Encore une fois. Il est presque là, c'est pas le moment! avait-elle dit en levant la tête, aussi inquiète que sérieuse.
Wiloh: Je suis fatiguée là...
J'reya: Vous dormirez quand ce sera fini!
Eylion: Hm... J'ai...

Il lui avait tapoté à nouveau la joue, l'autre main venant chercher son grimoire.

J'reya: Tu peux pas faire un truc, toi? La magie, c'est TON domaine!
Wiloh: Il fait combien de yalms, ce bébé...? avait-elle fait en se réveillant grâce aux petites tapes, reprenant son souffle.

Le grimoire déposé sur le lit, il l'avait ouvert avant d'incanter, la page s'illuminant sous l'incantation éraillée du Mage. Sa main s'était imprégnée de son propre Éther qu'il avait tâché de transmettre à Wiloh en la plaçant au-dessus de son cœur.

Eylion: Ç-ça va, je lui transfère de quoi tenir! avait-il balbutié péniblement, lui-même à bout de forces. J'espère juste qu'il n-ne va pas tarder, je ne tiendrai pas éternellement...!

La Solaire l'avait regardé, reconnaissante. Encouragée, elle avait repris son effort jusqu'au bout, jusqu'à pousser un long cri de douleur fébrile.

J'reya: Il est PRESQUE là!
Eylion: J-je ne sais pas, tire le un peu pour aider?

Sous la suggestion, elle avait tenté de le faire même si elle avait craint de lui faire mal. Elle était parvenue à le sortir après quelques manœuvres maladroites.

Eylion: Ç-ca va, J'reya?
J'reya: Oh, ça y est!

Elle avait réajusté le petit être ensanglanté dans ses bras de son mieux.

Eylion: D-dis moi qu'il est sorti...!
J'reya: C'est bon!

Il avait pu arrêter son sort et s'effondrer presque au même moment que Wiloh, tous soulagés. Un soulagement qui avait été de courte durée quand ils s'étaient aperçus que le bébé ne pleurait pas. Il y avait eu moment de courte panique où le Mage avait espéré ne pas avoir à donner la fessée au nouveau-né pour l'inciter à prendre son premier souffle. Heureusement, les pleurs avaient fini par retentir d'eux-mêmes.

J'reya, déboussolée, avait remis l'enfant à sa mère lentement, avec précaution.

J'reya: C... C'est, euh...

Elle avait vérifié le genre au passage.

J'reya: ... C'est une fille...!
Eylion: O-oh, erh, f-félicitations...! Il... Il n'y a pas un c-cordon à couper, par contre...?
J'reya: S... Si, mais... Avec quoi?
Eylion: P-pourquoi tu me poses cette question!
Wiloh: Sérieux...?!

Wiloh avait éclaté de rire en prenant son bébé ensanglanté entre les bras, pleurant, riant, riant en pleurant. Elle avait laissé ses nerfs partir en serrant sa fille contre elle, se fichant de tout autour d'elle hormis de cette précieuse arrivée. Pour le Mage, ça avait été une véritable vision de l'apocalypse.

J'reya: T'as pas un... truc? N'importe, une lame, un... Juste... avait-elle balbutié, à court de mots.
Eylion: J'a-ai, erh, un poignard toujours sur moi...
J'reya: Donne.

Il l'avait sorti de sous sa coule pour la tendre à J'reya, complètement largué. Elle s'était occupée du nécessaire, même de laver la petite, Wiloh trop épuisée pour bouger. La petite avait été de nouveau confiée à sa mère, une fois propre. Le Mage, lui, avait relevé la capuche sur son visage.

Eylion: Je resterai ici, le temps que tu te remettes et que tu puisses repartir chez toi, Wiloh. Hm et, en fait, est-ce que... tu as déjà décidé d'un nom pour elle?
Wiloh: Oui, nous avions décidé avec Thay que si c'était une fille, ce serait Sveliannah...
Eylion: Un nom très sylvestre.

La voix de la Miqo'te s'était faite de plus en plus vague.

Wiloh: C'est un mélange du prénom de ma mère et celui d'Elianh...

Elle s'était ensuite évanouie. Sveliannah n'avait pas tardé à en faire de même après avoir autant pleuré.

J'reya: Wiloh...?
Eylion: Laisse, elle doit être épuisée... avait-il dit avec un geste de main. Merci en fait, pour ta venue.

Maintenant que la pression était retombée, J'reya s'était tournée vers lui pour le fixer longuement, très longuement. Elle s'était avancée vers lui avant de lui mettre une petite baffe, légère, et de se jeter dans ses bras, le prenant au dépourvu. Il avait alors constaté qu'elle tremblait comme une feuille.

Eylion: J'en conclus que... tu étais inquiète...? avait-il énoncé en lui tapotant maladroitement l'arrière de l'épaule, mal à l'aise.
J'reya: Plus JAMAIS, je ne fais ça... La prochaine fois, tu te débrouilles.

La prochaine fois...

Il avait bien espéré qu'il n'y en ait pas.

Eylion: Hé, c'est toi qui es venue...
J'reya: Parce que tu hurlais de panique! Je voulais vous aider!

Puis elle avait admis, plus difficilement.

J'reya: ... Je voulais t'aider...

Il avait continué à tapoter maladroitement l'arrière de son épaule.

Eylion: Et tu nous as beaucoup aidé, merci...

Elle l'avait finalement relâché en se reprenant un peu.

J'reya: Ouah, Eylion remercie une femme. Je suis flattée.
Eylion: ... N'en prend pas une habitude, avait-il essayé de plaisanter, avec un faible sourire douloureux.

Elle avait soupiré avant de le fixer à nouveau longuement, constatant son teint atroce.

J'reya: Ça... Ça va, toi...?
Eylion: ...

Il avait mis un temps infini à répondre à cette question. Il avait su, quelque part, que la repousser était inutile.

Eylion: ... J'ai quitté Solid, avait-il murmuré t'il dans un souffle imperceptible, presque inaudible.

Elle avait baissé les yeux à ces mots, les soupesant dans son esprit.

J'reya: Tu... Tu sais qu'on est là pour toi, hein...? Fuir... S'isoler... Ce n'est pas la solution. Tout le monde est là pour toi, même moi, même si tu me détestes. On... On a eu peur pour toi.

Il avait hoché faiblement la tête, même s'il n'avait pas du tout capté une partie de sa phrase dans sa fatigue.

Eylion: Je ne pouvais pas...

Il avait porté le dos de sa main à ses propres lèvres, pour rassembler ses forces mentales.

Eylion: J'avais... J'avais besoin de temps pour faire face à Azeyma... à la Vérité...
J'reya: Je... Je comprends, ouais. Mais... En tout cas, tu n'es pas seul, Eylion.

Elle avait tenté de le fixer droit dans les yeux, déterminée, même si elle avait eu du mal à cause de la capuche qui couvrait le visage du Mage. Mage qui avait eu un faible sourire de façade en retour.

Eylion: Il m'est difficile de... le concevoir mais... Mais je peux faire cet effort, oui...

Il avait tiré le rebord de sa capuche pour l'abaisser davantage sur le haut de son visage, de façon à le masquer. La Solaire s'était rapprochée pour lui tapoter légèrement le bras.

J'reya: Eh, si ce n'est pas toi, qui va rouspéter après Kyuuji quand il se déprécie, hein? Personne ne sait le faire aussi bien que toi, avait-elle dit pour détendre l'atmosphère.
Eylion: Oh, après les... ... excuses qu'il n'a pas... arrêté de faire, je compte bien... lui en toucher un mot, avait-il tâché d'énoncer de sa voix enrouée.

Ça s'était entendu qu'il avait fait des efforts pour lutter contre l’Émotion.

J'reya: ... Eylion... Regarde-moi...

Il avait détourné l'Azur en réponse.

Eylion: Hé, si tu n'as pas... envie de faire des cauchemars, vaut mieux que j'évite, avait-il dit, en essayant de plaisanter malgré sa voix fébrile.
J'reya: Dis pas de conneries... Regarde-moi. T'as pas besoin de te cacher...
Eylion: Laisse moi au moins... ma Fierté... ou ce qu'il en reste...
J'reya: Ça ne te rend pas moins "homme" de montrer ce que tu ressens. Mais... Je te forcerai pas.

Il avait émis un ricanement discordant et bas à cette mention.

Eylion: Ouai, non, je ne me sens pas spécialement "couilleux" à l'heure actuelle...

Elle avait gardé sa main sur son bras, serrant quelque peu sa manche. Elle avait haï le fait de se sentir impuissante de la sorte.

J'reya: Si jamais tu... tu as besoin de moi... N'hésite pas. D'accord? Ça, je ne l'oublierai pas.

Il avait acquiescé avant de baisser la tête, "honteux". Après un moment, il s'était obligé à s'arracher de son état pour poser une main sur le dessus de la tête de la Solaire.

Eylion: Le Temps...
J'reya: Hm? avait-elle dit en remuant des oreilles.
Eylion: Le Temps fera son œuvre... Quand bien même je ne sais pas si je désire encore rester ici en ce monde ou partir... Parfois, la nuance est floue... mais... quand l’Émotion ne prend pas trop le pas sur la Raison, je sais que je dois continuer...
J'reya: T'as intérêt à continuer. Si tu fais la moindre connerie, je viendrai te chercher et je te traînerai de force dans ce monde. Fais pas le con...

Il avait eu un faible sourire désabusé en relâchant le dessus de la tête de J'reya.

Eylion: ... On dit pourtant que c'est ma spécialité... avait-il dit en essayant de plaisanter à nouveau.
J'reya: Je pensais que c'était être de mauvaise humeur, ta spécialité. Repose toi un peu. Je reste là si y'a besoin.

Il avait tenté de la faire fuir de son mieux. En vain. Ils avaient fini par se poser à terre, dos au mur, à proximité du lit de Wiloh endormie. J'reya avait tourné la tête vers elle, sa main se posant sur son propre ventre, inquiète.

J'reya: Ça avait l'air de faire mal...

Il avait laissé sa tête aller contre le mur.

Eylion: Inquiète pour le quand ça t'arrivera? avait-il fait dans un faible sourire.
J'reya: Alors là, le jour où ça m'arrivera n'est pas encore arrivé... Il manque beaucoup trop de choses au tableau.
Eylion: Hm...

Il avait tenté de réfléchir à une plaisanterie douteuse sans y parvenir, l'épuisement ayant pris trop de marge sur son esprit.

Eylion: ... J'espère juste que Menphina sera clémente avec toi.
J'reya: ... Y'a toujours Rhian, avait-elle lancé sur un ton léger en haussant les épaules.
Eylion: ...

Il l'avait regardé, à moitié atterré.

Eylion: Même pour la plaisanterie, je dirai que c'est la pire chose à mentionner.
J'reya: Pas faux...

Elle l'avait ensuite regardé en coin à son tour.

J'reya: Repose-toi. Ou je t'assomme pour te faire dormir... On aura tout le temps de discuter demain.

Il avait hoché lentement la tête en se laissant aller davantage contre le mur et en fermant son Azur. Après un certain temps, sa voix éraillée s'était mis à émettre quelques notes jusqu'à former peu à peu un Chant discret. Malgré le fait que sa voix était abimée, il était parvenu, sans doute par un don inné pour le Domaine, à rendre son Chant harmonieux.
J'reya avait écouté en silence, repliée sur elle-même. À la fin des notes, il avait laissé sa Conscience se dissiper, une larme coulant sur sa joue.


Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités