[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 227
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 21 août 2020, 15:34

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"L’héritage de L’Inrien."

Image
Soixante-dixième Entrée – « Acte 11 – La création du Gaz des peines.»
Image
« Remonter jusqu’à la source de la provenance de l’eau viciée qui au contact de l’air produit le gaz manipulable ne fut pas chose aisée, mais les compétences de Stanislas Kortovin en la matière mêlés aux informations délivrés par les recherches de Licinia nous menèrent droit vers une bonne piste dans la Vallée des Pas Perdu. Ce qui pourrait potentiellement nous envoyer droit jusqu’à atteindre la Rousse, avec un peu de chance. Et si ce n’était pas là notre récompense, au moins, pourrions nous comprendre comment ils pouvaient bien créer cette matière étrange donnant une telle sensation de folie à qui la ressentir jusqu’à s’en servir pour prodigué le « Mal de L’inrien » atrophiant les corps et modifiant leurs structures pour en faire des outils de combats. Nous nous sommes retrouvés dans la ville d’Horizon, petite bourgade ayant l’habitude de nous désormais je dois dire ! Mais consciente que nous ne venions que rarement pour apporter la joie et les bonnes nouvelles malheureusement. Ainsi, proche d’un des passages clos, nous nous sommes retrouvés avec une équipe constituée de Merethir, Licinia et L’ahami avec qui nous avons pu travailler ensemble tout en recevant le retour d’Ika ayant prit le temps de comprendre la situation avant de pouvoir nous mettre en route, motivé à travailler un peu de nouveau.

La plus part occupés ou en travaux, l’équipe en fut diminuée mais loin d’être moins compétente et c’est avec cette force que nous nous sommes mis en route vers le centre de la Vallée. Cette fois, rien ne se passa dans la route intérieure jusqu’à découvrir les vieilles ruines et les eaux paisibles au cœur même de la vallée. Le temps n’était pas des plus cléments, des nuages particulièrement bas erraient en laissant une fine couche de brume, tout en recevant un peu de pluie qui n’était pas non plus déplaisante, si j’ose dire. La fraîcheur envahissait l’espace alors que nous progressions sur les allées de pierre mouillée au milieu de nulles part, rapidement les passages étaient bien plus rare dans les recoins empruntés de cette partie de la vallée afin d’atteindre des lieux fort peu recommandable. Merethir fit sursauté L’ahami en bondissant d’un coup dans les cieux, dans une lueur d’éther, atteignant les hauteurs d’un saut avant d’explorer les environs direct à la recherche de piste.

De son côté, il trouva des câblages différents reliés à des sortes de diffuseurs de brume gobelin modifiés par cette lueur mauve. En rendre un inactif à force devenait parfaitement vain, puis il prit le temps de reconnaître les types de câblages et leur utilité avant de se préparé à nous retrouver, car en bas, c’était déjà pas mal actif ! Nous avions bloqué un instant sur la présence d’un massif Roegadyn s’occupant d’une cargaison suspecte. Ika voulait en savoir plus sur ce dernier, laissant le Hyurois à la sacoche partir un peu rapidement en restant des plus nerveux sans savoir que quelque chose dans les eaux environnantes le poursuivait. L’ahami avait appris de Shana ce qu’elle pouvait sur cette étrange puissance mauve qui habitait les créations de L’Inrien, et par extension, d’Exstasia afin de ne pas nous laisser surprendre, et il y avait bien de cette force comme un serpent filant dans les flots. Ce qui était une bonne image, car une forme serpentine jaillis des profondeurs pour attraper la jambe du Hyurois en voulant le faire choir dans l’eau pour l’y noyé. Son bras fut rattrapé d’un coup par Licinia avec une bonne force physique pour l’empêcher d’y sombrer alors qu’Ika réclamait de l’aide au Roegadyn qui partait avec le chariot étrange, en vain. Décidant que ce dernier serait donc mieux inconscient qu’en train de nous filer dans les pattes, il mit un grand coup de manche qui aurait sûrement assommé un être vivant, mais pas une machine.

C’était un de ses manutentionnaires de L’Inrien, construit pour être massif et fait pour la force, propulsant Ika plus loin en arrière d’un bon coup de pied dans le ventre lui écrasant ce dernier. Le fait d’avoir pu reculé fut pour lui une bonne occasion d’aller protéger les civils dans une lueur de bouclier cristallin, face au déchaînement d’une sorte de gaz sous une condensation extrême due à une sphère identique à celles du Nuage mouvant de la dernière fois. Licinia ayant apprit de la dernière fois, après que le Hyurois fut mit en sécurité, les tirs de givres dévoila alors la sphère qui pu recevoir de ma part un bon coup de sabre, la tranchant nette en deux pendant que nous étions protégés par les boucliers de L’ahami empêchant des mauvais coup. Et tout se régla d’un coup net quand la machinerie de mort s’approcha d’Ika, lui faisait réalisé toute l’ignominie des créations qui venait de découvrir, avant de se prendre une pointe de lance plein torse l’épinglant au sol brusquement.

Si l’ennemi fut vaincu rapidement, il restait les indices à récupéré, et Ika après avoir mit les deux civils en sécurité qui partirent en vitesse inspectant le chariot en compagnie de Merethir. Les caisses étaient remplies de gens inconscients et drogués, empoisonnés par le Mal de L’Inrien que Merethir soigna en vitesse en leur arrachant le petit bout de métal à leurs bras en découvrant que c’était la matière première récupéré par un des derniers agents de La Clé toujours contraint au service : Le Hyurois désormais tenu par Licinia. Quand le Sergent Johnson et les Immortels vinrent à nous, ils purent récupérés tout le monde ainsi que celui ci alors que nous avions notre piste : Rejoindre « La Halte du Souriant » pour y rencontrer Joseph l’Amical, et ainsi découvrir où ce chargement allait bien pouvoir être amené.
Image
Laissant aux quelques Immortels le soin de s’occuper du Hyurois qui fut honoré pour sa coopération malgré son ancienne affiliation et des pauvres bougres déjà sous les soins d’une élémentaliste connue d’Ika, nous nous sommes mis en route vers la Halte du Souriant. Installé sur le chariot, Merethir, L’ahami et Licinia étaient cachés dans les caisses vidées pour passé sans être vue pendant que je cherchais dans les environs proche du dit chariot, Ika servant de sinistre cocher faisant avancer le chocobo lentement sur les recoins fort pu entretenu puisque laissé à l’abandon au profil des vauriens se trouvant ici. Progressant mollement dans la brume et la pluie, jusqu’à ce que se dévoile à nous des silhouettes et des tentes installés sur un recoin solitaire. Surveillé par deux massif Hyurgoth, les murmures étaient visiblement le propre de l’animation actuelle en ville éveillé par divers petit commerces. L’accès principal était gardé mais Ika se contenta de montrer le bon de livraison de la cargaison récupéré lors de notre embuscade pour faire valoir sa légitimité, ce qui fonctionna. Entrant à l’intérieur sous le regard des foules, au débuts certains étaient envieux de pouvoir nous piller jusqu’à constaté l’écusson sur les chariots, une grande stupeur les gagna et ils se mirent à reculés en vitesse pour ne pas avoir à croisé notre route.

Vraisemblablement, tout ce qui devait exister autours de La Rousse était intimidant pour les brigands locaux, et même les durs à cuire laissait jaillir quelques gouttes de sueurs. Ce fut l’Arche de métal qui intéressa directement Ika, semblable à celle de la décharge aux matériaux de La Clé proche de son sanctuaire, nous étions conscient de ce qu’il se passerait en essayant de la traverser sans la bonne considération, et le Roegadyn détruit étant loin derrière, impossible de simulé la présence de la machine à l’œil attentif. Quand on voudra passé, on sera repéré, quoi qu’il advienne. Alors après qu’Ika fut inspecté par le dit œil, tous se mirent à sortir en voyant du mouvement à l’intérieur notamment de la part d’étrange encapuchonnés et de quelques personnes aux yeux mauves dans la tente aux armements divers et variés, s’intéressant un peu trop à un canon Gobelin. Licinia joua le jeu de la mécanique en parlant comme ils procèdent dans la magitech, je suppose, ce qui leur fit lui donner le canon en la laissant s’en servir elle même. Merethir cherchait la présence de Joseph pendant que L’ahami restait caché, mais ce qui changea toute la situation fut quand Ika envoya un grand coup d’épée renforcé par mes soins afin de coupé nette l’arche en deux, s’effondrant en deux partie sur le côté pour nous laisser le passage grand couvert ce qui suscita l’indignation du mandataire local qui hurla pour savoir ce qui pouvait bien se passé.

Un certains désordre naquit, les deux gardes envoyés au tapis rapidement par Merethir pour leur demander où était Joseph l’Amical qui à notre grande surprise était le cuisinier reconnaissable à ses dents d’or, tenant la jeune Raenne de notre dernière mission qui était venue ici pour trouver un moyen d’arrêter la Rousse afin de se venger de ce qui lui était arrivé. Essayant de parler avec lui, le mandataire ayant eu un arrangement avec Ika en apaisant les foules avec espoir que La Rousse retrouvée par nos soins cet endroit serait à nouveau mieux géré et plus calme, Joseph lui n’en démordait pas et le boulet propulsé par Licinia explosa les restes de l’Arche, nous laissant un grand accès vers notre destination. En un tour de main, la jeune Raenne fut sauve, quand un bouclier apparut en ondulant autours de cette dernière de la part d’Ika, il fut sur le point de s’endormir à cause d’un maléfice de L’ahami mais ce fut le poing de Merethir qui le cueilli aussi tôt en l’envoyant s’écraser par terre. Pour ma part, je tranchais net dans un des encapuchonnés qui se mit à fondre devant même : Dans les trois coules, il n’y avait strictement rien, rien de plus que du Gaz se mettant à se concentré de plus en plus, formant la silhouette abjecte d’un Morbol. Trois sphères de contrôle des gaz étaient présente dans le même, générant ainsi un adversaire inquiétant qui balayait déjà pas mal de gens ici et là, l’un finissant encastré dans le tableau de mandat illégaux.

Il fallait partir avec la jeune Raenne qui savait où nous pourrions suivre la piste menant vers le lieu de création du gaz. Licinia fut rapidement capturée par les trois contaminés par l’effet du Mal de L’Inrien, mais la récupéré ne fut pas difficile non plus. Ika propulsant une vague d’énergie sur ceux la tenant au sol en les propulsant dans les affaires en de grand bruit de métaux, ce fut L’ahami qui l’attira à nous d’un tour de main rayonnant d’étoile afin de la ramené dans le groupe en vitesse. Merethir prenant la jeune Raenne sous son bras avant de se mettre à courir en vitesse, tous purent commencer la route après qu’un tonneau explosif ait détonné sur l’amas de gaz sur-compact ayant écrasé lourdement Joseph l’Amical inconscient en le réduisant en bouillie. Ses cibles étaient ceux en savant trop, et la Raenne en savait beaucoup trop. Il fallait parvenir à l’éloigné en vitesse tout en atteignant les derniers lieux, et nous voilà à courir dans l’eau sous les cris nous guidant, Licinia plus loin dans notre dos essayant de le retenir comme elle pouvait.
Image
Pour dire vrai, ce fut particulièrement efficace et dissipa ce dernier avant qu’il ne nous atteigne. Malgré le fait que Licinia fut éjectée et encastrée dans un poteau de pierre ancienne, cette dernière épargnée de bien lourd dégât grâce au bouclier d’urgence de L’ahami, les tirs de givre permit à Ika de bien voir où était les dites sphères à l’intérieur de la créature avant de les brisés en milles morceaux sous des lueurs d’éthers projetées par son arme. La dernière sphère entière s’éjecta elle même dans les cieux, se mêlant au brouillard, alors que nous venions d’arrivé dans l’abominable salle de création du gaz. La grande machine servant à ce procédé était dans un coin, des corps inconscients usés pour matérialisé l’éther de l’âme présente encore en cette lente agonie, ceux des corps déjà vidé pratiquement éradiqué, décomposé, dans des tubes de liquide mauve bullant paisiblement dans un coin. Dans un autre, s’y trouvait un pylône menant loin en haut, des câblages menant à tout les diffuseurs gobelins présent dans la Vallée ici même, et pour finir plus loin, un autre Gridanien comme la dernière fois surveillant des effets alchimiques en restant à la table de contrôle.

La petite Raenne fonça directement vers cette dernière en pensant pouvoir découvrir où était la Rousse, et je fus envoyée la couvrir, devant rapidement me débattre avec des morceaux de métaux Gobelin me fonçant dessus sans que ça n’ait aucun sens, se soulevant tout seul à cause du gaz contrôlé par une des sphères plantée dans un tas de métaux à sa disposition. Merethir était déjà en train de mettre tout le monde en sécurité, le problème étant que la machine au fur et à mesure laissait apparaître du gaz sinistre qui rendait fou ceux libéré, et le pauvre fut mêlé à une sorte de bagarre entre ancien prisonnier se voyant les uns comme les autres avec des visages monstrueux, cauchemardesque, mais au moins il prit son courage à deux mains et parvint à les mettre tous en sécurité en arrière, les éloignant des miasmes de la machinerie qui finie par s’éteindre. Après un tour d’inspection dans les hauteurs, Ika parvint à découvrir l’utilité du Pylône et de ses câblages avant de frapper en son sein pour s’en débarrassé définitivement en brisant le cœur d’énergie délivrant autant de pouvoir dans chacune des machineries diffusant la brume en hauteur qu’à travers l’immense tige qui retenait quelque chose au dessus de nos têtes. Le fait que Merethir ait délivré les personnes de la sinistre captivité fut primordial à cet instant là puisque la machinerie entière finie par s’éteindre brusquement en ne laissant plus une seule source disponible pour garder une activité, bien qu’ils ne savaient pas le chaos que ça allait provoqué.

Je progressais derrière la petite Raenne en tranchant les métaux comme je pouvais, le Gridanien allait devenir une plaie, les courant aqueux déversés par ce dernier se brisèrent contre le bouclier cristallin de L’ahami dans de magnifiques ondulations de force. Altérés par les miasmes d’un mal provoqué par son opposante et les jambes givrés par Licinia dès qu’elle est arrivée, il fut aisé de le transpercé d’un coup de lame avant de le laisser choir, abattu, mais ça n’empêchait pas les morceaux de métaux de venir sans cesse sans que je puisse les arrêtés. Ce n’était pas ma spécialité, la défense, et ils allaient finir par me submergé pendant que la scène devenait chaotique. Merethir avait bien mit les gens en sécurité, et le pylône brisait s’était effondré lourdement en deux morceaux au dessus de L’ahami, des tirs de la Pistolame de Licinia cherchait à brisé les morceaux venant choir sur cette dernière pendant que son bouclier rayonnant la protégeait le plus possible.

Mais ce fut Ika qui après l’avoir éloigné, parvint à venir prendre ma place pour empêcher les morceaux de métaux d’atteindre la jeune Raenne qui s’occupait de chercher les informations sur La Rousse, tout ne signalant pourquoi à travers la brume s’éloignant dans les cieux, des morceaux de métaux tombaient du ciel. Ils étaient nombreux, une petite installation de surveillant dans les hauteurs au dessus du nuage s’effondrait quand la tige de métal ne parvint plus à la tenir suspendue, laissant choir plusieurs machinistes captifs dans des hurlements alors qu’ils tombaient du ciel. Le reste de l’installation lentement s’écrasait dans les environs proche contre les massifs de pierre, nous laissant esquivé les décombres tout en récupérant les pauvres bougres au vol, là où Merethir fut largement plus efficace que moi pour les atteindre grâce à ses talents à bondir dans les cieux !

Les mettant en vitesse de côté, Licinia nous avait offert du temps précieux en brisant les morceaux de métaux que la dernière sphère de contrôle accumulait autours d’elle. La jeune Raenne ayant fini de récupéré les informations sous la protection de L’ahami dans une lueur éclatante, le baroud d’honneur provoqué par le gaz solidifié cognant autours de nous ne parvint pas à nous abattre malgré des chocs douloureux, jusqu’à ce que la sphère soit brisée après que le coup de Licinia ne la désactive en partie dans une lueur foudroyante quittant sa lame à l’activation d’un cristal de foudre, je suppose ! - Ne connaissait pas les méthodes de Licinia efficacement ! Mais Ika réagit dans une lueur bleutée sortant de sa Pistolame, la forte explosion propulsant des morceaux ici et là jusqu’à qu’il soit scindé en deux par un bon coup d’épée. Au calme revenant, les miasmes mauves s’éloignait petit à petit en nous libérant de l’emprise hallucinatoire de voir nos alliés avec des visages monstrueux. La détresse devint la paix à la vision de l’installation brisée sur les hauteurs rocheuses. Un repos bien mérité nous fut offert, laissant Stanislas et ses camarades des Forges faire disparaître l’implication d’Exstasia dans la machinerie gobeline détournée, pendant que nous savourions l’idée d’avoir une piste. Nous menant droit vers « La Rousse ». »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 227
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 23 août 2020, 15:22

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"L’héritage de L’Inrien."

Image
Soixante-et-onzième Entrée – « Acte 12 – Le fantasme de La Rousse.»
Image
« La dernière force auxiliaire de L’Inrien était à porté de main, celle qui permettrait de faire cessez ses activités principales et nous permettant enfin de commencer à retracer le moyen de lui mettre directement la main dessus. Ce fut des périlleuses semaines, mêlés aux difficultés à surmonter aussi bien physique que moral, jusqu’à nous mené à l’information permettant d’atteindre la Rousse installée sur un petit îlot solitaire de la taille d’une minuscule ville de pêcheur récupérant des crabes du nom de « La pointe du crustacé » en honneur à leurs activités. Le fait que le lieu délabré était oublié depuis quelques temps en faisait une bonne planque pour préparer des coups montés et ce qui avait du commencer par une planque d’alchimiste avait bien entendu largement dégénérés entres les mains de L’Inrien. Nous retrouvant à la Baie des vêpres et son activité habituelle plutôt chargé même alors que la nuit venait lentement à apparaître dans les cieux, et je pu retrouver Finaen, Runne et L’vinus qui se tenaient paisiblement proche de la grande statue de la place centrale. Rapidement, nous avons été rejoins par les habituels de notre équipe incluant Licinia et Merethir, ainsi qu’Ika de retour, et s’y ajoutant une nouvelle camarade inattendue : Mako, une Miqo’te douée pour les lames que j’ai rencontré il y à peu.

Mettant rapidement au point notre objectif et nos informations sur le sujet, il était grand temps de retrouver nos embarcations pour partir sur la petite île tout en désespérant de la qualité particulièrement médiocre de ses dernières : Des coques de noix, deux barques ravagés par le temps à peine prompt à grimper en mer ballotté par les vagues qu’on nous aurait laissé à cause de soit-distantes disputes administratives. Quelque chose ne collait pas, l’ambiance était identique à un de ses grands quais de commerce ou tout le long du pont d’accostage des nombreuses affaires se traitaient, Mako discutant avec une petite fille pendant que bien rapidement Finaen et Ika inspectèrent la qualité des embarcations. C’était lamentable, la plus part des nôtres testaient ou faisaient simplement de leurs mieux pour essayer de rafistoler quelque peu les débris qui nous avaient été confiés, libérant de la place en repoussant les caisses en premier lieu puis les fioritures comme des cordages et du tissu alors qu’ils voulaient reboucher différent trou. C’est peut-être ça qui nous épargna une condamnation à mort des plus stupides d’ailleurs, d’être consciencieux. A l’intérieur s’y trouvait une sorte d’œil reluisant d’un mauve mécanique, identique aux observateurs de L’Inrien, que Ika piétina brusquement du pieds pour éteindre sans savoir qu’il exploserait.

Ce dernier valsa en l’air en s’écrasant sur le pont alors que Licinia fut éjectée à l’eau, une des deux barques fournies avait été éventrée tout en renversant l’autre où pas mal de nos compagnons s’y trouvaient. Un peu partout sur le quai, des lueurs mauves de la fumée du gaz des peines s’extirpa pour assaillir les locaux, des cris de peur et de panique se faisant entendre, Runne avait rapidement gelé les caisses installés sur les bords pour ne pas que la fumée en sorte. Rapidement, ce fut un peu le chaos, essayant de contenir cette apparition soudaine pendant que Finaen discutait avec un Hyurgoth qui nous serait fort utile, car il était le capitaine d’une petite embarcation solide pouvant nous mené à notre destination. Balançant la plus part des caisses à l’eau à toute vitesse en récupérant Licinia se hissant avec une corde et récupérée par Ika et Mako, cela parvint à contenir l’avancée de ce poison vers nous. Il était clair que tout cesserait si La Rousse était arrêtée, voulant nous contenir ici le plus possible, nous nous efforcions de repoussé les problèmes essayant de nous empêcher d’atteindre le navire. Dès que les caisses piégées furent éjectés, celle contenant un de ses fameux drone de contrôle laissant la machinerie foncer vers le navire, avant d’être brusquement brisée par deux lames de jets bien placés avec Mako, laissant cette dernière se brisé au sol.

L’Vinus percuté une sorte d’animation de « Golem de débris » formé par une petite sphère dont le gaz récupérait des morceaux et s’y solidifiait pour en faire un corps, la puissance du moniale l’envoyant en petit reste éparpillés au loin. Le second avait été contenu par Finaen, mais retenant le bras de ce dernier, c’est Runne qui profita de l’ouverture pour brisé l’intérieur de sa carcasse afin de libéré son ami. Merethir quant à lui avait attrapé le vieillard qui nous avait remit les barques en le soulevant, ce dernier riait en parlant de la nécessité d’évolué pour tous, que La rousse promettait cette évolution, avant de poignardé Merethir d’une planté s’extirpant de son bras en quelques coulis sanglantes. Il fut empalé par la lance en retour rapidement, n’ayant à peine que le temps de rire de nos actes avant qu’Ika excédé ne le décapite. Il observait le quai, son état, avant de filer vers le navire de l’ami de Finaen : Le Capitaine Rodrigo Bigmuscle à bord de « L’imperturbable masculin. » Lentement, après une petite inspection, il quitta les flots en laissant les lieux entre cri et fumée. Nous ne pouvions pas plus protéger ses gens que les gardes de la ville ne pouvaient le faire. Mais nous avions un rôle : Atteindre la cause, et l’arrêté, malgré la colère qui naissait dans le regard d’Ika en observant un lieu avec tant de malheurs laissé derrière nous.
Image
Comme Runne l’avait découvert, les eaux étaient agités et nos barques n’auraient simplement jamais pu y survivre, des vagues frappantes contre la coque sans que cela ne soit non plus terrible, il y restait une certaine agitation. Tous s’occupaient comme ils pouvaient après ce conflit rapide, ils étaient sur les nerfs et ça se comprenait. L’vinus méditaient non loin d’Ika qui regardait au loin la Baie disparaître à l’horizon tandis que nous progressions vers l’îlot où un nuage mauve naissant au milieu d’ondulation étrange et sinistre. Quelque chose dans les cieux s’y préparait, Finaen plus que conscient en essayant de ressentir et de comprendre le réseau immense d’énergie parcourant ce qui devait se trouver au dessus des nuages dans la tanière de La rousse. Vérifiant que tout était en place, inspectant les environs, Rodrigo discutant avec Finaen en étant visiblement heureux de venir en aide à un ami qu’il estime comme tout les hommes relativement viril à son goût. Et pendant que tous s’occupaient pour la plus part de préparation mental ou d’aider avec le navire pour qu’il soit sûr et bien entretenu en découvrant déjà que les miasmes du gaz nous atteignait, deux appels furent entendu. Mako à la proue signala que des lueurs mauves étaient apparues dans l’eau proche du navire, mais ce qui affola tout le monde était le signalement de Merethir quelques secondes avant que des navires spectraux ne s’extirpe des flots.

Ils étaient mauve, quelques couleurs sur cette prédominance avec un équipage constitués de personnes presque mécaniques riant et s’amusant de manière irréelle. Mais quelque chose de bizarre était dans leurs allures, plutôt floue, ce qui certifia à Licinia qui portait aussi une protection au visage pour ne pas respiré les miasmes que c’était des mirages. Mais sous couvert des mirages, il y avait la réalité, la foudre projeté par Runne et une autre source semble t-il percuta l’eau sans atteindre quoi que ce soit alors que Finaen se concentrait pour trouver la présence des drones sous les flots. Le bouclier intense dressé par Ika sauvegarda le navire d’un tir d’un canon qui avait décidé de fonctionner, projetant un boulet de gaz comprimé s’écrasant contre les cristaux en l’envoyant paître au sol avec L’vinus. Chacun cherchaient leurs utilisés dans ce désordre intense, découvrant qu’effectivement les navires n’étaient que des vulgaires illusions mentales modifiés par les drones nous trompant en tirant vraiment parfois là où les autres projectiles n’étaient que fictif. Ika tenait le coup de plus en plus difficilement, Rodrigo venant à son soutiens, ainsi que Merethir posant une main sur son épaule pour nourrir d’éther sa protection. Licinia fit sauté un des drones avec une de ses explosions dans un choc sonore dans l’eau, et je me chargeais plus tard du second dès qu’il s’éloigna légèrement pour le trancher net d’un bon coup de sabre.

L’intérieur avait commencé à être envahit par les sortes de golems de débris que Mako et L’Vinus réduire rapidement au silence en rentrant dans la cale, mais après leur intervention, il restait encore des trous dans la coque risquant de nous noyés si ils n’étaient pas colmatés. Les deux s’en occupant avec des linges et autres en cherchant l’équipage qui tournait dans tout les sens en braillant des ordres motivés par les chants marins surprenant de Licinia essayant de leur donner de la motivation, une illusion d’une grande pierre faillit nous faire s’écraser sur un massif de roche bien plus grand qu’il n’y paraissait avant que Finaen ne dissipe les gaz et les illusions, permettant au navire d’esquive in-extremis le bord sous les lueurs des cristaux du bouclier d’Ika se brisant quand le navire glissait presque à bout portant de la pierre. Runne jouait avec les vents pour nous guidé, soufflant ses derniers pour qu’ils nous guident sans nous fracasser sur la roche alors que je voyais Merethir tiré comme un fou sur les cordages pour que le mouvement s’accomplisse sans que le navire ne tombe à la renverse et ne s’explose lourdement en nous faisant chaviré tous.

Au moins, les trous colmatés par L’vinus et Mako ayant sécurité la cale, et les menaces éliminés dès que le passage fut emprunté les silhouettes des faux navires n’étaient plus menaçant. L’île était à proximité, et aurait été plus facile à atteindre sans l’énorme vague qui se soulevait petit à petit. A son inspection, Finaen était clair, ce n’était là qu’une illusion aussi formé par énormément de gaz qu’il ne fallait surtout pas respiré vu l’intensité tout en repoussant les drones à l’intérieur. Passant dedans par un angle favorable, tous se mirent à fracassés à l’aveugle dans la passe dispersés par les vents conjurés par Finaen et Runne, fracassant les machineries en laissant des débris choir ici et là, Ika reprenant doucement des forces après avoir tant forcés sur son énergie il pu s’en tiré sans trop de dégât sous la protection acérés de ses compagnons luttant face aux silhouettes de drones apparaissant dans la masse intense et relativement dense de l’intérieur de la fausse vague.

Cela dura un temps qui sembla infini, comme si il s’était figé en nous laissant dans des actions intenses, jusqu’à ce que notre navire fini brusquement par sortir de la vague quand il escalada brièvement une pierre à cause d’une vague, s’écrasant sur la plage. Tous furent projetés ici et là, sauf ceux ayant pu se raccroché, Mako volant dans les flots en étant littéralement propulsée plus loin pendant que je m’explosais dans des cordages, pendouillant doucement dedans un peu blasée je dois dire. Au moins, nous avions surmontés les épreuves et autres défenses vicieuses dans la mer, jusqu’à atteindre l’île, où la première chose qui fut visible était un immense pylône montant vers les cieux à travers les nuages. Vers le domaine de La Rousse. 
Image
L’état du lieu était déplorable mais les vieilles ruines des maisons ayant jadis appartenu à des pêcheurs n’avaient même pas spécialement été dévastés ou pillés, simplement ignorés pour ceux venant s’installer qui montèrent cet immense pylône menant vers les hauts nuages où des éclairs mauves éblouissaient les cieux de temps en temps. Un œil magnifique d’un mauve éclatant s’ouvrit au milieu de ce dernier en observant le groupe, sans que rien ne se produise si ce n’est des lueurs cubiques au sol ressemblant à la fragmentation du pont lors de notre rencontre avec la tanière de La Clé il y à une semaine de cela. Tous se remettaient de leurs émotions, inspectant les environs en y trouvant que peu d’indice si ce n’est pour Mako qui observa longuement les nuages pour y voir la forme de ce qui devait jadis être un Aeronef Eorzéen, une épave ancienne détournée et renforcé par les savoirs des machineries d’Exstasia pour en faire une plateforme installé dans les airs connecté à ce dit pylône. Sans menaces, ni pièges, dès que Merethir approcha une voix de femme intense et délicate fut audible en délivrant une énigme, nous demandant de finir sa phrase sur ce qu’elle attendait visiblement sur le cœur humain.

Ika essaya un mot, mais passant à côté, un éclair passa brusquement proche de lui dans une lueur mauve. Des cubes se mettant lentement à s’élever en créant l’ambiance de nombreux cubes flottant dans les cieux, une musique douce et paisible aux intonations mécaniques fut interprétée par Licinia comme un appel et une invitation aux êtres vivants à accepter les principes de La Rousse visiblement intégrée au système du Pylône et du domaine aérien en lui même. Et c’est Finaen qui trouva le bon mot, « Evolution », laissant la lumière mauve jaillir sous ses pieds qui fini par être partagé par tout le monde en répétant ce dernier, les cubes tournoyant formant un vaste escalier en colimaçon au milieu d’autres cubes errants dans les airs en une vision magnifique et étrange, l’œil braqué sur nous. Ce qui laissa alors à Mako, toute force de pouvoir s’infiltrer dans le dispositif sans être vue d’ailleurs. Finissant notre ascensions aisément en laissant le sol disparaître lentement sous nos pieds pour devenir une couche de brume et de nuage, la plateforme supérieur jadis pont d’Aeronef fut aménagé pour accueillir un orgue et autres câblages errants en essayant de créer une certaine harmonie devenant trop blanche et lugubre, Ika ayant eu l’impression de monté vers la Mer des étoiles.

Deux amas de sphères se trouvaient proche des réserves d’énergies de la plateforme tenant le tout en l’air et La Rousse elle même, une grande Elezen dans une somptueuse tenue vaporeuse couvrant sa peau comme un drapé fumant, nous souriait paisiblement devant l’orgue crachant une lueur infâme vers les cieux. Une courte conversation sur l’évolution même s’engagea, qui ne mena strictement à rien. Sont souhait était déjà de changer l’humanité quelque soit son avis pour se protéger des désirs infâme de L’Inrien et d’Exstasia, dans un désirs et une croyance fanatique qu’elle pourrait atteindre les strates des hautes mondes de ce monde. Il n’en était rien, et l’assaut fut donné dans un chaos total quand grâce à son influence, des cubes frappèrent un peu partout dans la zone en de grand fracas. S’extirpant d’elle, la fumée mauve imprégnait son corps due à la connexion des câblages directement à sa personne tout en riant et chantant dans des sonorités parfaites. Assaillant en vitesse les sphères, Ika vint à mon aide rapidement en frappant lourdement de sa pistolame l’ensemble qui le bloquait un instant, les machineries diffusant du gaz était clairement ce qui permettrait à tous de rester stable et actif, Licinia ayant prit le temps de faire une analyse de toutes la scène en nous conseillant diverses approches pour atteindre nos cibles et les coupés de leurs sources de pouvoir. Mais l’essentiel était de parvenir à renforcer nos attaques les uns et les autres.

Ainsi, peu de temps après notre assaut, j’avais de mon côté déjà brisé la machinerie d’un grand coup de sabre bien placé là où Finaen ne s’embarrassa pas en propulsant une pierre dedans dans une forte explosion. L’Vinus s’échappa en arrière en dissipant en grande partie la fumée formant un serpent de gaz solide permettant à Finaen de percé de sa lame la sphère intérieur, de même pour Ika brisa la cohérence de notre adversaire afin que la tranche. Mais La Rousse, déjà en périlleuse position, s’énerva dans un cri parfait. Nous propulsant dans le vide brusquement, Finaen, Ika et moi nous tenions aux abords de la plateforme se mettant à tournoyer de plus en plus vite. Mais son contrôle sur le reste d’Aeronef s’échappa quand Mako s’extirpa de l’ombre pour trancher les câblages par surprise alors que Runne fit littéralement explosé l’orgue de contrôle avant de tout faire pour ramener Finaen sur ses pieds.

Tout ce temps, elle était occupée à se battre contre Merethir qui esquivait et prenait le temps de la défié en accaparant son attention, mais une fois éloignée de toute ses sources de pouvoir, elle ne pu rien faire quand tous la frappèrent ensemble après que Licinia nous ait récupéré d’urgence. Les coups de Merethir tournoyant dans les vents que Finaen prodiguait à sa lame mêlé aux chocs de L’vinus l’empêcha de pouvoir retenir ma lame et celles de Mako, jusqu’à ce que Ika brise définitivement la sphère intégré en son sein. Toute la structure était en train de choir, le pylône effondré en morceaux alors que les cubes tombaient dans le vide dans un amas de destruction nous menant droit vers le sol. Merethir me récupéra avec Mako pour bondir et descendre comme ce qu’il à toujours fait depuis son service en Ishgard, laissant aux autres des planeurs gobelins abandonnés dans les coins ayant déjà été repérés par Licinia et Mako. Descendre fut difficile, Finaen dans un moment de souffrance intense bloqua la chute de tous en se connectant aux restes du pylône pour nous laisser une ouverture, jusqu’à ce que tous se retrouve enfin sur la plage, contemplant le reste de la destruction auprès de Rodrigo qui nous attendait en réparant son embarcation. Les dernières scènes symboliques furent l’instant où Ika réceptionna La Rousse qui reprenait conscience de toute cette folie, s’excusant de ne pas avoir pu tous nous sauver des projets de L’Inrien, avant d’être abandonnée sur le trône même de tout ses fantasmes. Et une fois au repos, installé paisiblement sur le navire, ce fut cette étrange harfang blanche qui parcourra les cieux un bref instant. C’était la, la fin de la dernière collaboratrice de L’Inrien. Et notre objectif était donc désormais de l’arrêter lui, ainsi que de mettre définitivement la main sur le cœur d’Exstasia. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 227
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 26 août 2020, 15:23

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"L’héritage de L’Inrien."

Image
Soixante-douzième Entrée – « Acte 13 – Son dernier crime.»
Image
« Agir en mission avec une équipe n’ayant pas encore l’équilibre et la spontanéité de compagnons se connaissant peut parfois être un risque, et pourtant c’est la motivation qui fait que dans le désordre et le danger né quelques actions changeant parfois la balance. C’est ainsi que ce résume notre mission, bien qu’elle fut couverte de péripétie et de danger, et pas des moindres, alors que nous sommes toujours en quête de mettre la main sur L’Inrien. A l’affut de la moindre piste, c’est là que Stanislas débarqua en braillant en pleine discussion dans le local de l’Aube Obscure qu’une troupe d’Ishgard mené par Melestian Lameciel lui même aurait disparue dans une vallée perdue du Thanalan Occidental. Réunissant mes camarades au plus vite à l’accès le plus proche à quelques lieux de la ville d’Horizon, une équipe fut formée avec plusieurs éléments avec qui il était temps de forgé notre équilibre. N’Lamahni, jeune et grandissante dans les péripéties de ce monde. A’Tinea, pouvant suivre et soutenir le pouvoir des Astres célestes que pouvait soulevé Shana de retour de son voyage d’Orient. J’rhal Tia, le cousin de Shana, prompt à évolué lors de nombreux périples pour exercer la force des Moniales dont il suivait la voie. Et nous accompagnant des équipier plus habituels, Mako, Licinia et Merethir.

Discutant un instant de nos compétences, et de nos possibilités, le temps fut néanmoins court pour prévoir quelque chose de grandiose et nous nous sommes mis en route en urgence pour sauver le groupe dont je n’avais pas encore donner la nature. Si il était su qui était menacé, je craignais que quiconque perde sont sang froid et ne s’avance bien droit en mettant tout le monde en danger. Ce qui s’avérerait rapidement faux aux découvertes acquises le long de la route. Au loin, une tempête menaçait sous la lueur d’éclairs lointains, et nous voilà descendant le misérable accès de bois tremblant à l’affût des menaces et des difficultés. Dès lors, Mako saisit une piste difficile à cause de la poussière se soulevant sans cesse, pendant que Shana elle était clair. Ce malaise que nous subissons, laissait transparaître les malheurs provoqués par les folies locales de ce qui avait pu provoqué l’attaque des Ishgardais. Progressant tous ensemble doucement en remontant la rivière, Merethir se tenait sur des pierres en observant les environs proche tandis que Mako nous servait d’éclaireur en avant garde, guidant notre route et vérifiant ce sur quoi nous pouvions tombés, des voix se mirent à se faire entendre durant la route.

Si de prime abord, cela pouvait avoir un impact moral donnant l’impression de centaines de spectres, il y avait une autre fonction morbide derrière. Licinia vient à le découvrir et fit de son mieux pour essayer de passer outre, pendant que nous étions dans l’action à venir, elle s’efforça d’en trouver une utilité jusqu’à finalement diffusé de la foudre dedans, ce qui nous permettrait plus tard de trouver au moins une piste afin d’être directement menés jusqu’à l’installation de L’Inrien locaux. Mais de notre côté, nous avons été un peu long à nous préparer bien que la situation était tendue je dois dire. La route ne fut pas bien longue, mais longue et nerveuse, Merethir observant le groupe de pêcheur bien trop heureux et suspect pour avoir des réactions normales, ce qui était normal, les machineries infectes de L’Inrien ne font que mimer des attitudes humaines d’un bonheur stupide. La situation dégénéra relativement rapidement dès que nous nous sommes enfin mit en action, en arrière les « pêcheurs » furent omnibulés à l’idée de rejoindre deux des chevaliers des Fortemps étalés au sol proche de la bannière des Lameciel planté dans les eaux de la rivière.

Plusieurs se préparèrent aussi à sorti du sol, et j’ordonnais à N’lamahni de mettre les blessés en sécurité avant tout, Mako étant coincée avec un bras d’une des machineries à peau humaine posée dessus lui retenant le bras avec toute l’horreur possible derrière. Pour une première expérience avec, ils ne paniquèrent pas, Merethir et Shana eurent une action de force ensemble en envoyant s’écraser les faux pêcheurs dans l’eau brusquement alors que cette dernière envoya J’rhal protéger N’lamahni et A’Tinea pour guérir les blessés. Repoussant de toutes part les horreurs mécaniques malgré quelques entailles et légères blessures, le plus urgent fut quand L’Inrien nargua à travers la gorge macabre d’une de ses machines Mako qui venait de se libéré, avant de vouloir faire détonné sa création. Elle bondit jusqu’à A’Tinea qui ne cessait de renforcer et faire naître divers bouclier, l’attrapant par les hanches avant de saisir le lasso de N’lahamni pour l’amener jusqu’à elle brusquement. Shana éloigna la source d’explosion qui détonna fortement plus loin dans une grande lueur mauve, l’onde soufflante doucement sur nos compagnons alors que J’rhal fracassait les pierres les unes après les autres. Licinia pu nous retrouver en demandant ce qu’il s’était passé, mais le temps nous était compté. Il manquait Melestian, et tout le reste de l’équipe, ne pouvant que nous mené vers l’emplacement lointaine de l’explosion provenant du sabotage du diffuseur de voix sinistre.
Image
Après avoir mit les chevaliers en sécurité et demandé une intervention du Capitaine Dentelion pour récupéré les blessés, nous avons pu nous rejoindre et nous mettre en route, bien que tous n’étaient pas prêt et fatigués par cet instant intense, trop de vies étaient en jeu. La marche du difficile au début puisque marchant un peu à l’ombre du manque d’informations pour rejoindre efficacement notre cible, Mako trouva quelques machineries et notamment un diffuseur grâce auquel Shana pu suivre le fil d’éther jusqu’à la destination. L’ambiance y était des plus mornes, sinistres, désagréable, tout le passage était des amas de roches et quelques fois de métaux où tout était mit en place pour parvenir à rendre l’accès impossible sans forcer un peu et avoir une bonne route passant parfois outre des pierres élevées et acérés. Ce recoin de la Vallée avait été modifié par les créations de terraformations de L’Inrien afin que jamais quiconque ne puisse atteindre le projet de L’Inrien. Pourtant, après quelques difficultés, nous y sommes arrivés.

Nos pas foulèrent un sol métallique caché sous la couche de poussière où était installé une sorte de grande machinerie centrale en forme de tour creuse où se trouvait des cubes flottant doucement dans des cercles parfaits, des chants des bruits de métaux se touchant ou battu par les vents bougeant les formes bien moins lisses et bien faites de la plus part des créations par manque de temps et de moyens. Le cadavre d’un Elezen au visage arraché était installé sur une table dans un coin, mit un peu de côté après avoir répugné la plus part des nôtres, beaucoup étaient intrigués par la demeure gobeline peu modifiée et scellé dont la porte avait à peine été ouverte par l’explosion due au sabotage. N’lamahni suivie Mako pour essayer de l’ouvrir doucement, mais c’était encore bloqué par des levées de métaux, laissant voir à l’intérieur des silhouettes puis des bruits intenses se cognant contre la dite porte. J’rhal fonça pour leurs venir en aide, brisant les morceaux de métaux en vitesse en laissant surgir les quatre chevaliers Ishgardais manipulés. Des ossatures de métaux étaient plantés dans leurs armures reluisants en certains points névralgique pour que leurs corps soient déplacés contre leurs volontés, des pantins de consciences qui étaient bien compliqués à affrontés puisqu’il ne s’agissait pas de les tués, mais de les libérés de cette entrave pour ne pas abattre nos propres alliés.

Voilà bien une des manipulations écœurantes de nos ennemis, mais ce n’était pas encore le pire, car pendant qu’un combat compliqué éclatait encore plus alors que Merethir retrouvait son frère, Vulkaroix, contrôlé avec les autres. Shana avait découvert avant même le combat une sorte de cristal étrange mauve recouvert de cette énergie lié à L’Inrien qui servait de sorte de bouchon et de contrôle directement à quelque chose sous la tour. Elle voulu en prendre le contrôle, mais cela fit qu’elle fut assaillit par une énergie bien différente, bien plus bestiale et monstrueuse qui commença à suppuré du cristal souillé en créant une brume d’un rouge – noir infâme. Glissant dans les environs petit à petit en essayant de dévoré tout le monde, Shana fut libérée rapidement par A’Tinea et Licinia pour la mettre rapidement de côté afin qu’elle reprenne ses esprits, malgré le sang coulant de leurs nez. J’avais pu libéré deux des chevaliers à toute vitesse en usant de ma lame sur ceux paralysés par Mako au bon moment, nous libérant de ce poids, tout en les secourant quand un éclair s’écrasa brusquement sur notre position dans l’inattendu.

Nous redressant de la poussière, pour voir peu de temps après la dite tour se mettre à s’effondrer sous les lueurs verdoyantes de la gravité monstrueuse usée par Shana pour se débarrassé de cette création infâme. Mais elle, accompagnée par Licinia dans une furieuse attaque mêlant la croix céruléenne et les étoiles stellaires jusqu’à ce que le cristal explose, créant une lueur intérieur dans la terre puis une explosion menant droit vers la grotte où devait être enfermé Melestian. Vulkaroix avait été libéré par J’rhal et Merethir jusqu’à secourir le dernier chevalier, même inconscient, et devant se défendre d’une terrible bombe de poivre d’une N’lamahni ayant été sous l’emprise de l’énergie rougeoyante. Ce qui sur l’instant provoqua même un petit conflit avec J’Rhal qui essaya de la ramener à la raison même quand ce fut déjà le cas, et A’Tinea paniqua en levant un bouclier brusquement pour dévié le poivre. Tout était au moins réglé sur l’instant puisqu’il n’y avait plus de menaces strictes, les foudres quittant les yeux de la tour avaient explosés avec la chute de cette dernière, nous avions peu de temps pour atteindre Melestian mais au moins pouvions nous souffler un très bref instant. Il restait néanmoins encore la grotte à atteindre, et la terrible vérité des documents retrouvés par Mako, parlant de nous tous.
Image
Il y avait sur la table bien des informations nous concernant. Des notes, des illustrations de proches, visiblement ce fut Merethir qui fut ciblé en premier par la vague de tentative de L’Inrien de se servir de nos propres proches pour nous arrêté, mais il avait trouver dans l’histoire de Merethir un pouvoir bien plus intéressant sur l’instant. Un pouvoir qu’il pourrait utilisé pour créer un mécanisme digne de nous massacré nous. Mettant outre ses informations pour l’instant en les gardant bien afin que L’Inrien ne s’attarde pas à s’attaquer à nos proches, bien qu’il l’ait déjà fait, nous laissions un bref instant à tous de se remettre de leurs émotions mais nous ne pouvions attendre trop longtemps, l’accès à la grotte était difficile mais au moins illuminé par des lueurs mauves infâmes éclairant l’espace d’une manière très monochrome. Les câblages tournoyaient autours des quelques roches restantes rapidement remplacés par des outillages mécaniques et autres plaques de fers créant l’espace de travail abandonné et construit à la va-vite par les petites araignées mécanique se baladant ici et là, plusieurs chutant au sol quand l’étrange boîtier de Licinia était trop proche de ses dernières.

Mais ça grouillait, énormément, Licinia préférant reculé visiblement pour garder l’extérieur afin que tous ne soient pas isolés devant le moniteur caché au plus profond de la dite cavité rocheuse, et fut rejointe par A’tinea qui fut installé par J’rhal consciencieusement afin qu’elle ne soit absolument pas blessé plus que ce qui pourrait être fait, même si pour l’instant celle ayant eue le plus tendance à prendre des chocs fut N’lamahni surtout quand elle fut plaquée par un chevalier de toute ses forces pendant les combats comme dans un match de ballon-laine de la Basse-Noscea. Pour cesser de m’égarer, nous étions donc en train de découvrir un lieu mystérieux où la sorte d’écran vide ne reflétait absolument rien, mais dont la luminosité éclairait bien Melestian captif rattaché à des cordages l’empêchant de se mouvoir sur une sorte de table à la verticale. Il avait faiblit, grandement, depuis sa brève captivité et Shana empêcha Merethir de retirer trop vite ce qui le contraignait pour qu’il puisse être retiré plus doucement. Alors que nous étions en train de le libéré, l’imagerie de L’Inrien se dévoila à nous : Un tube de verre, où errait des morceaux de cadavres anciens aussi bien des os et que des organes internes errants sur la sorte de tube installé sur des pinces mécaniques, le tout connecté à un grand réseau de mécanisme, discutant un instant en expliquant à quel point nous avons été ingrat d’empêcher la naissance du foyer digne d’accueillir l’éveil de sa « Mère », Exstasia.

De la folie, et de la souffrance, voilà ce qui pouvait se ressentir de sa voix autant que de son esprit qu’avait jadis pu effleuré Shana il y à quelques temps. Mais il ne désirait pas simplement nous parler, il attendait Merethir pour aspiré quelque chose de plus que puissant. Le tube cogna le plastron de l’Elezen et une forte lueur bleutée apparue alors en rayonnant dans les environs, tandis qu’une partie de sa vitalité s’échappait depuis là où se trouvait son cristal hérité de Melestian lui même. Des scies et des pinces sortirent de toute part, ayant faillit nous coupé en deux avec N’lahamni et je lui fis la joie de trancher une de ses maudites pinces pendant qu’elle fonçait secourir Merethir. Derrière nous, Shana avait été attrapée et agitée brusquement en l’air, la pince serrant de plus en plus fort mais elle ne fit rien pour se protéger d’elle même : Bien consciente que d’autre pourrait le faire à sa place. Et c’est arrivé ! Licinia tirant sur une jointure l’arrêtant nette, A’Tinea écartant un peu la pince grâce à un sort pendant que J’rhal tirait le plus fort possible sur cette dernière en finissant par l’arracher avec un grondement fort, elle avait déjà trouver la source de puissance des lieux en l’extirpant de derrière l’écran massif là où Mako quitta les ombres pour planter ses lames dedans, explosant brusquement cette dernière en dévastant l’énergie maintenant la grotte en place qui s’effondra petit à petit.

Récupérant Merethir pour N’lamahni et Melestian pour Mako par nos deux Astromanciennes usant des sorts de sauvetage, nous sortions alors avec J’rhal en brisant les pinces restantes sous couvert des tirs de Licinia pour nous aider. Derrière nous, tous s’effondrait, la tempête nous avait rattrapé et c’est sous la pluie qu’on observait le choc intense des pierres ravageant l’ancienne accès et ce qui se trouvait là dedans. Pendant un bref instant, le calme nous parvint, sous une pluie battante éclairés vaguement par les lueurs de l’orage. Et ce jusqu’à ce que sorte des tréfonds de la tour brisée la forme monstrueuse de la créature née du projet de L’Inrien. Fait de métal gobelin enchevêtré et mouvant de manière irréelle, ayant acquit la force extirpé de Merethir lui donnant forme et cohérence. C’était à l’intérieur, que la Gae Bolg de Merethir volée à Melestian devait se retrouvé, source du pouvoir de ce Dragon de métal et d’acier qui d’un battement d’aile, s’éloigna de notre vue. Si notre priorité était d’abattre L’Inrien, cette chose avant tout devait disparaître, avant qu’il ne cause les dégâts que ce fou attendait de lui. Suffisamment pour nous distraire en lui laissant le temps de réveillé Exstasia. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 227
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 28 août 2020, 13:18

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"L’héritage de L’Inrien."

Image
Soixante-treizième Entrée – « Acte 14 – La Bataille du Déchaîné»
Image
« Bien que l’ombre du dragon de métal planait encore sur le sud de la contrée, il était temps de parvenir à scellé L’Inrien pour que son dernier méfait soit son dernier crime avant de mettre la main dessus. L’accès à son « tombeau » se trouvait alors découvert dans une faille dans les montagnes au nord derrière une cuvette où se trouvait la petite ville des Arènes pourpres, lieu favoris pour des tournois clandestin indépendant du grand Colisée Uldien où se retrouvait canailles, fripouilles, et toutes autres sortes de différents règlements de compte entre personnes de la pègre. Cette dernière ne serait resté qu’une simple ville si du jour au lendemain, le dernier prétendant n’avait pas refait surface. « Le Déchaîné », un énorme Roegadyn ayant visiblement reçu les ex-ossatures ayant transformé Vulkaroix en machine de guerre mais à un niveau bien différent. Nombreux purent s’enfuir, mais la ville tomba entre les mains des machineries restantes de L’Inrien dans un dernier espoir de pouvoir avancer des pièces. Envoyé par le Capitaine Dentelion, les vétérans du Sergent Johnson mené depuis le Pacte du Feu Vengeur purent se rejoindre en vitesse à l’Ouest d’Horizon afin de préparé l’assaut. En tant que soutiens, des aventuriers à leurs aides, nous étions destinés à pouvoir atteindre les objectifs particulier pendant qu’ils s’occupaient d’étendre leurs forces afin de mettre la main la ville en éradiquant leurs forces.

Notre équipe ne pu compter sur Merethir, occupé à prendre soin de Vulkaroix et à préparé ses forces pour affronter la machine aux ailes d’acier, elle fut tout de même forte de la présence de ceux s’habituant désormais à notre équipe. J’rhal, A’Tinea, Mako et Fjrn, tout en restant avec des anciens tels que Shana, Licinia et Ika. Discutant un instant de notre affaire en traversant la Vallée des Pas perdues après avoir pu rejoindre Johnson, parlant de la carte de la cuvette tout en discutant de ce que feront les Immortels pendant que nous nous chargerons des cibles importantes, une longue marche à travers un temps poussiéreux et ironiquement sec malgré l’eau en abondance offerte à nous se combla par quelques préparations nous occupant l’esprit. Et pourtant, une fois sur place, l’accès intérieur où le vent sortait comme le soupir d’un fantôme affamé avait de quoi glacé le sang, une fine lueur mauve et la confirmation de Shana qu’ils se préparaient à nous accueillir n’aidant en rien à être rassurés. Mettant au point nos idées, ce furent Ika, Shana et Mako qui partirent de l’avant pour vérifier que rien de mauvais ne nous attendait tout en gardant une bonne distance derrière eux afin de les gardés à l’œil, les Immortels suivant non loin derrière.

Il ne fallut pas bien longtemps avant de constaté à quel point ce lieu était dangereux, des cadavres éparpillés un peu partout autours de nous où des petites araignées de métal traînaient encore en rampant sur les murs, Mako découvrit aisément les pièges tout en laissant voir les personnes travaillant sur une sorte de plaque de contrôle plus loin. Cela dit, le Canon d’énergie face à nous était bien plus dangereux, Shana peu désireuse que nous soyons visiblement désintégrés donnant quelques indications. Bien que la situation changea brusquement quand nombreux des corps se relevèrent. Les plus intacts étaient des leurres, ce n’était que de la peau et du sang installé sur des machineries de mort dont la première attrapant le bras de J’rhal, toutes sortant pour assaillir nos compagnons. Fjrn dansait, le pouvoir émanant tâchait de nous protéger, et les pièges furent désamorcés quand le panneau de contrôle avait été malmené à distance par plusieurs sorts et un tir foudroyant de Licinia. Le Hyurgoth, du moins d’apparence, avait un bras intégré au canon servant d’artilleur éternel et la lame de Mako faillit lui arraché le bras, finissant par étranglé cette dernière.

Le tir intense du canon, bien moindre que si il avait pu chargé plus longtemps, glissa le long du bouclier de Shana et Ika en explosant sur ses alliés, les machineries furent rapidement vaincu par les tranchants de nos lames avec Fjrn, les étoiles projetés par A’Tinea et la puissance brute des coups de J’rhal n’ayant laissé que des tas de cuir humain mêlé aux mécanismes brisés. Dans un pouvoir scintillant de lueur étoilée, le canon fut retourné vers le panneau de contrôle avant qu’un grand tir forcé par Licinia n’explose définitivement ce qui pouvait réanimé les pièges. Mako se dégageant de l’étreinte en achevant l’artilleur, la voie était dégagée et déjà au loin se faisant entendre le début des jeux sinistre qu’il nous fallait interrompre. Nous hâtant, les Immortels juste derrière nous, la poussière et les petites araignées tombaient du plafond autant que quelques opposants restant brisés sous le coup de nos armes. Des boucliers levés dans des lueurs de cristaux pures empêchaient de recevoir trop de dégâts de la part de la foudre mauve et des défenseurs brisés. Rien ne nous empêcherait d’atteindre la ville, et de condamné le dernier prétendant pour ses méfaits.
Image
Arrivant sous la sphère de lumière de Shana qui avait écarté toutes menaces, libéré du chaos du passage sombre sous la montagne avant de pouvoir revoir les cieux touché par un crépuscule qui aurait été paisible sans les hurlements des marauds et les crissements de métaux des machines. La grande arène centrale fut utilisé pour libéré des citoyens captifs poursuivi par des guivres aux ex-ossatures de métaux cherchant à dévoré ses pauvres gens. Un grand pylône de pierre avait été reconverti en utilitaire pour disposés des ressources d’énergies dans les tubes du Gaz des peines où des gens se trouvaient pour ponctionné leurs forces. Et tout au fond, engoncé dans une armure noire infâme, s’y trouvait le Déchaîné. Seul Ika l’avait jadis rencontré quand nous chassions la liste des prétendants afin que nulle ne poursuivre le rêve de devenir L’Inrien, et il en est le dernier survivant, observant les chef de cette ville sans dire un mot, monstrueux et ayant cette ossature tant dans la peau qu’elle avait l’air d’y être greffée à vie. Le cor des Immortels sonna la charge, alors que tous se trouvaient leurs objectifs tandis que les soldats de Johnson se ruaient dans une bataille intense se dispersant dans les faubourgs de la ville pour déniché le moindre de ses faquins afin qu’aucune ne puisse encore rôdé ici.

J’escortais Licinia dont l’objectif premier était d’atteindre un canon gobelin modifié guettant les cieux et risquant de provoqué de nombreux dégâts au sol, en tranchant qui se mettait sur sa route. Arrivant aux pieds de ce lieu, et se débrouillant à merveille seule pour abattre la sorte d’humanoïde au dos pleins de patte de métal comme une araignée difforme jusqu’à plus tard atteindre le dit canon et faire cesser ses tirs qui balayèrent les lieux lors de quelques salves avant qu’il ne lui appartienne. Naturellement, Ika était parti à l’aide des civils, ses boucliers leur offrant le temps que J’rhal bondisse en plein dans la mêlée en repoussant les bêtes, laissant son compagnon les sortir de là en ayant frappé les spectateurs pour s’offrir de la place, A’Tinea à son aide juste derrière lui. C’était le chaos de ce côté, A’Tinea avait presque été enlevée avant de parvenir à s’échapper en lui mordant l’oreille, jusqu’à ce que la salve du canon passe et éparpille son agresseur tout en restant protégée par son bouclier de cristaux, Ika à ses côtés ayant bondit pour la mettre en sécurité elle et les civils fuyant loin de là. Il avait permit à tous de partir, et J’rhal quant à lui fini vainqueur de l’arène en affrontant les bêtes, jusqu’à ce que quand il bloqua un souffle surpuissant d’une guivre, cette dernière n’explose en le catapultant blessé au dessus d’une statue de bronze de Lolorito au milieu de l’arène.

Shana quant à elle s’était concentrée sur le pylône pour que le gaz environnant se dissipe et l’énergie se perde, ayant brutalement fragilisé l’énorme amas de pierre en ayant pu fini sa tâche quand l’homme l’ayant presque poignardé reçu une munition en pleine tête. Se concentrant sur son sort de gravité, avec plus d’impulsion encore, l’énorme colonnade s’écroula sur la demeure commandant aux ex-ossatures ce qui entraîna en plus d’un désordre immense due à la fumée et aux débris volant partout, la confusion de perdre tant de force chez l’ennemi. J’interviens en vitesse pour brisé les machines se ruant vers elle, Ika et A’Tinea venant à monde aide face à la seconde avant que je ne sois blessée dans un fort bon travail d’équipe nous laissant dans les débris.

Tous devant rejoindre Fjrn et Mako assaillie par Le Déchaîné. Mako avait pu s’infiltrer rapidement et libéré les civils, tuant d’un coup net les gardes quand ils furent occupés par l’intervention de Fjrn avant de les faire partir, les fumigènes balancés ouvrirent la voie pour que la Viera jaillisse en tranchant net les yeux mauves foudroyant les environs autant que les brigands encore présent. Shana l’avait rejointe pour guérir ses blessures, mais toutes deux furent attrapés par une chaîne d’un fléau d’arme avant d’être brutalement et très fortement traînée au sol face à l’énorme Roegadyn de guerre. Ses forces fuyaient vers le nord, fermant la grande porte menant à l’accès de L’Inrien, et pendant que nos compagnons partaient à l’assaut du Déchaîné, j’accompagnais J’rhal en tranchant tout opposant nous empêchant d’y aller, jusqu’à ce qu’il empale le torse de la machinerie principale en lui arrachant le cœur, sa source d’énergie, le laissant choir plus loin en récupérant son cristal qu’il voulait lui voler. Plus loin, le Déchaîné tombait.

Le tir infligé par le canon de guerre de Licinia avait créer une ouverture pour qu’Ika lui explose l’épaule de sa lame tout en perdant son casque quand une étoile éclata devant ses yeux, l’aveuglant, Mako libérant ses deux camarades en vitesse. Il tenta de se débattre en ayant expulsé Ika de toute ses forces à travers un palmier, brisant la terre sous la force de la bête intérieur, ce qui ne dura pas longtemps quand un Kunai passa devant son visage, Shana en profitant pour lui griller l’esprit. Tombant à genou, il n’eut que le temps de la remerciée avant que Fjrn ne le décapite net d’un grand coup de sabre, un rugissement effrayant dans une impulsion rouge se dégageant de lui, ravageant la terre au sol en nombreuses fissures en passant par la porte explosée par le dernier tir de Licinia l’ayant fait choir sur le sol. La dernière installation de L’Inrien se trouvait droit devant nous, et pourtant, cette bataille nous avait déjà coûté beaucoup de nos forces.
Image
Inquiète pour Ika, je fonçais le retrouver en le voyant dans un bien piteuse état. Le coup qu’il avait reçu était effroyable et la plus part d’entre nous serait tombé inconscient sans l’équipement et la férocité du protecteur habitué à tels chocs. Des soins étaient quand même nécessaire pour tout ceux ayant reçu bien des chocs, élixirs et magies furent de mise mais ce n’était là que des moyens de poursuivre. Le corps subit, et tôt ou tard il fait les frais, mais autant que ce soit chez nous qu’au milieu de la tempête. Réunissant notre équipe épuisée devant la porte, l’accès nous paraissant sinistre en direction d’un ancien campement des Immortels qui n’était pourtant pas si loin. La fatigue, les pointes de douleurs, et l’intensité donnait l’impression que c’était bien plus loin encore. Progressant entourés par les corps des brigands ayant voulu fuir, entre ceux malchanceux et ceux refusés par les entités de L’Inrien se trouvant sur cette terre, il n’eut pas seulement qu’un cimetière pour malandrin et un tas de décombre d’acier gobelin abandonné.

Mais cinq minutes d’intenses actions pour éloignés de ses humanoïdes-araignées descendant des hauteurs par les pattes quittant leurs dos, les tirs de cette énergie mauve frappant le sol arrêtés par J’rhal ayant arraché une partie de la porte afin de s’en faire un bouclier déviant les tirs pour atteindre ce qui les provoquait afin de les broyés. Licinia vint au secours de Fjrn qui lançait diverses fioles alchimiques explosant en nimbes enflammées un peu partout là où l’opposition pouvait se faire sentir, quand une machine faillit la faire cuire avec une de ses propres fioles. Ika et moi passions en avant, tranchant net ceux se mettant sur notre chemin malgré nos états sous le soutiens de A’Tinea dont les boucliers arrêtaient les chocs qui auraient pu être malheureux. Guidés par Mako, installé sur les hauteurs en nous signalant ce qu’elle voyait, nous avions donc notre objectif après avoir traversé le passage où les pièges grâce à la concentration de Shana furent évités au mieux. L’installation des Immortels jadis faites de pas mal de métal n’avait pas trop changé, ce n’était pas utile pour eux, ils n’avaient qu’installer avec les matériaux une table de construction et visiblement d’éviscération débordante de tâche lugubre où siégeait le buste d’une machinerie infernale. Elle devait représenté la bête intérieur du Déchaîné selon les palpitations du câble le noyant d’une lueur rouge haineuse.

Dès qu’elle nous vit, une hache se mit à prendre brusquement forme autours de son bras pour écrasé le sol dans une onde de choc, mais les informations de Mako nous permirent de devancé la frappe et d’agir avant son coup. De mon côté, je me ruais vers une étrange machinerie faites de trois têtes et d’une longue rouge ondulante autours de sa forme qui inspectait la Porte de L’Inrien, menant vers le nid d’Exstasia. Les rayonnements sortant des surfaces en forme de cube apparurent quand Licinia désactiva les cubes flottant dans les environs poches dans des lueurs foudroyantes. Elle prit soin de le faire tout ceux errant en l’air, dévoilant alors qu’ils faisaient partie de la porte. Un moyen de la clore de ce côté afin de la scellée. Du moins, pendant un temps. Mais il était urgent de le faire car la machinerie gardienne qui nous suppliait de partir loin d’ici était invulnérable : La foudre dominée par Mako autant que ma lame ne purent l’éteindre, car les lueurs foudroyante d’un mauve puissant ne cessait de lui rendre ses forces.

De l’autre côté, le reflet mécanique de la bête intérieur fut difficilement détruit, Ika avait pu soutenir l’action de Shana qui dévasta le câblage central en empêchant d’un coup l’afflux permettant la création de la hache, le flanc dévasté par le « bouclier » de J’rhal dévoilant un cœur de cristal et la fumée mauve formant le bas de son corps comme une petite tempête. Résistant à ses assauts, en repoussant les métaux envoyés, profitant de l’effet puissant des danses de Fjrn nous donnant la force, puis à J’rhal toute l’opportunité de frappé avec le pouvoir que Shana lui conféra à son tour, A’Tinea s’occupant de guérir un peu plus ceux blessés autours de nous. Le choc fut tel qu’un bruit de cloche résonna dans les airs, dévoilant bien plus le cœur qu’Ika transperça de sa lame avant que J’rhal ne fut saisit, et balancé sur lui en les envoyant paître au sol lourdement. Un dernier hurlement s’extirpa de cette incarnation de colère, avant qu’il ne reste que de la poussière de son cœur, les débris de métaux chutant lourdement au sol fumant encore. Dès que, aidée par Fjrn, Licinia pu installer rapidement les cubes dans les encoches étant toutes similaires, les dits cubes se mirent à tournoyer à toute vitesse en formant des lueurs mauves en divers lignes tout le long de l’espace.

De la fumée mauve quitta doucement les flancs de la porte, et plus rien ne pouvait régénéré en boucle la machine à trois tête qui, bloquée par Mako, reçu un coup à toute puissance d’un Ika épuisé et à peine requinqué par Shana, tout comme je trancha net pour l’abattre. Il ne restait alors plus que cette porte, qui tôt ou tard devra être ouverte pour mettre la main sur L’Inrien et le cœur d’Exstasia. Néanmoins pour l’instant, il nous reste une horreur de métal rugissant plus au sud à vaincre, afin que rien n’assaille les innocents pendant que nous mettions définitivement un terme à cette histoire. »

Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 227
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 30 août 2020, 14:04

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"L’héritage de L’Inrien."

Image
Soixante-quatorzième Entrée – « Acte 15 – Un Dragon de métal.»
Image
« Maintenant que la porte d’accès vers la tombe de L’Inrien est close, nous laissant du temps avant qu’il n’essaie d’en sortir d’une autre façons pour arrêter ce qu’il à pu libéré dans le sud du Thanalan occidental, cette affaire semblait arriver à sa fin. Et pour autant, il était loin d’être aisé de dire que nous pouvions nous en sortir facilement avec la dernière création réussie hantant un des grands marteaux traitant les minerais en ayant provoqué bien des effrois sur son passage. Parvenir à mettre à l’arrêt cette chose n’allait pas être de tout repos, la Gae Bolg dérobée à l’ancien mentor de Merethir, Melestian, lui fournissait une énergie monstrueuse capté par l’ensemble de cette damnée machinerie. Celle ci avait eue visiblement le temps de préparé ses projets d’après quelques saoulard du coin parlant des légendes de cette bête ayant attaqué un des marteaux en terrorisant les environs tout en allant souffler dessus comme un bien précieux. Nous nous sommes donc réuni à l’entrée d’un lieu nommé « La Croisée des Coccinelles », un passage de commerce et d’entretiens des fournitures, stockages des richesses transportés par les ouvriers locaux, qui à complètement été délaissé depuis le Rond point des Scorpions plus à l’Est encore.

Nous retrouvant à l’entrée, bien que mon équipe était presque entièrement déjà là installé à l’intérieur, venant me rejoindre pour préparer notre départ, elle fut constituée d’habitués : N’lamahni pour sa deuxième mission ensemble. J’rhal et L’vinus pour une équipe d’adepte de la voie des moines. Merethir, Licinia, Mako et toujours le plaisir de revoir Aerlin pour s’occuper de nos blessures ce qui nous serait fort utile. Ainsi le tout préparé, des équipements mit en place pour nos adversaires, la route fut prise dans une lueur solaire des plus agréable. Le temps était paisible, même si la route n’était pas des plus active en voyant des chariots brisés abandonné un peu partout, une Lame de cuivre effrayé scrutant les cieux et une vieille folle nous disant qu’il fallait ne pas espérer grand-chose de l’ombre venant des cieux. Mais c’est sans encombre que nous avons pu rejoindre le dit marteau inactif, le seul même dans cet état, quelques traces de griffures sur les métaux et le bois le constituant en laissant un certains désordre dans les affaires locales. Quelques corps des courageux ayant voulu défendre leurs gagnes pains jonchaient le sol, autant que les traces du saccage, mais rien qui ne semble en premier lieu suspect. Ce n’était pas anodin si il était revenu précisément ici, quelque chose devait s’y trouver, et je donnais à mes compagnons l’injonction de commencer les fouilles alors qu’ils observaient pour la plus part les cieux, inquiet de la venue du dragon.

Ce dernier se présenta tout de même loin au dessus de nous, passant à travers le ciel et fonçant vers les montagnes sud. Le temps pressait avant qu’il ne revienne, et tous se mirent rapidement au travail. L’vinus et J’rhal se tournèrent vers l’accès souterrain dont le passage ait obstrué par de très nombreux débris, comme si quelque chose de massif avait attraper tout ce qui traînait pour former un amas compact empêchant quiconque d’entrer, voir même de sortir. Ce n’était pas un soucis pour les moines, une onde de choc dispersant les débris en leur permettant d’agir en se préparant un chemin, la lueur mauve au loin n’indiquait rien de bon. S’armant d’un bouclier improvisé, J’rhal mena le voyage tout en subissant avec son camarade l’apparition de Coblyn rugissant, visiblement déviant à cause de cette énergie noyant les cristaux sur leurs dos, provenant de ce qu’ils étaient venu chercher. Se battant bec et ongle contre les bêtes et les pierres chutant du plafond, jusqu’à atteindre la source d’énergie alimentant les projets du dragon : Un cristal d’un mauve intense, l’énergie d’Exstasia. Mako avait découvert avec Licinia un grand conteneur où s’y trouvait les réserves secondaires, comme des casse-croûte laissé de côté. Si Licinia partie de son côté chercher les commandes du marteau en lui même pour commencer des réparations de fortunes afin de pouvoir le remettre en place, Mako eut le courage d’entrer dans la sphère noyée dans le gaz mauve afin d’essayer de l’obstrué en vitesse.

Des bruits de désordre se faisait entendre, en plein combat contre des câblages à pince qui comme des tentacules voulaient l’enlacer. Licinia pu quant à elle réparé les soucis de la commande principale, malgré les petites araignées ne cessant d’essayer de l’en empêcher et les débris volant ici et là s’écroulant autours d’elle. Mais ce chaos avait une raison : Le dragon était revenu du Sud pour passé à l’attaque. Connecté aux installations et surtout au noyau d’énergie, sa source d’intelligence dans son dos avait prévu cette confrontation et s’était préparait un bouclier gardien le régénérant. Merethir bondissait dans les cieux, parfois s’accrochait au monstre de métal dans les cieux en usant de sa lance et de ses talents de chasseur de dragon. Rien n’y faisait, ses protections tiendraient, et je ne pouvais que l’aider de ma lame quand il passait à proximité. Aerlin à mon côté, nous surveillons alors le passage et les différents mouvement de la scène. Après un grondement de Merethir sur les informations, tous réagirent en donnant ce qu’ils pouvaient, et un plan émergeait petit à petit. Comptant alors que la découverte de N’lamahni sur l’installation intérieur du marteau.
Image
Cette dernière avait pu infiltré l’intérieur du marteau, profitant de sa petite taille pour vagabonder dans quelques réseaux de tunnels fait de différentes plaques de métaux grouillant d’araignées mécaniques voyageant ici et là en l’ignorant jusqu’à atteindre son centre, où le broyeur inactif se trouvait. L’ensemble dès l’approche du Dragon avait d’ailleurs commencé à s’illuminer d’un mauve puissant, des éclairs d’énergies vrillant les environs, et bien qu’il s’inquiétait de ne pas pouvoir y faire grand-chose, Aerlin choisis la manière brute en créant des pierres frappant les accès de l’énergie logique se brisant dessus, ralentissant énormément les acheminements de pouvoir provenant des divers recoins du marteau. Revenant en vitesse jusqu’à Aerlin, notre miqo’te d’exploration mit en place son projet pour saboter les lieux en indiquant à tous de s’éloigner afin que l’explosion ne menace pas qui que ce soit. Merethir s’éloignant rapidement du marteau pour que le Dragon de métal le poursuive, résonnant à l’échos du hurlement draconnique, Licinia ayant fini de réparé les commandes vie le marteau renaître. Celui ci ne fut pas actif si longtemps, à vrai dire, car peu après qu’il se mit en mouvement en l’attirant via l’énergie draconnique entrant en résonance avec la Gae Bolg intérieur qui lui fournissait sa force.

Le sabotage de N’lamahni eut lieu, des grandes explosions à l’intérieur du complexe se firent entendre, la Miqo’te attirée très brusquement par Aerlin en se prenant plusieurs mur de métaux quand les vents se joua d’elle, jusqu’à finir au sol devant notre guérisseur. Proche, la réserve s’écroula en laissant Mako en sortir brusquement, ayant saboté les réserves auxiliaires en ne laissant aucune chance au dragon d’avoir des moyens de récupéré ce qu’il perdait, il ne restait vraiment que le coeur à détruire. Le sabotage ayant malheureusement arrêté le processus du broyeur, J’rhal et L’vinus purent sortir de là malgré les écroulement intérieur, un Coblyn sortant avec eux en agitant ses tentacules sous la panique. Toujours attiré de notre côté, nous avons pu porter quelques sérieux coup à la bête, les cristaux de foudre de N’lamahni frappant contre son bouclier en le gardant sur nous, jusqu’à ce que Merethir n’explose le centre de son intelligence. La fureur, la folie, prit le dessus, et il se mit à partir en vol en directement de l’est. En plein vers la Croisée des Coccinelles.

Licinia réactivant le broyeur comme elle le pouvait, Mako et L’vinus brisèrent les débris retenant les rouages alors que le cristal fut balancé par J’rhal en plein sous l’énorme broyeur tombant dessus et mettant un terme définitif à ses protections. Si nous avions subis, il était impossible de se dire qu’une pause nous rendrait des forces vue sa destination. N’lamahni avait directement commencé à courir sans attendre, pour que personne ne le perde de vue, fonçant à toute hâte. Je pris un instant pour que nos compagnons se réunissent, soutenant Aerlin qui s’était déjà bien dépensé en sauvant la vie de N’lamahni notamment quand il avait levé une barrière de pierre, mais nos combattants partirent aussi alors, fonçant tous en vitesse vers la ville. Sur le chemin, notre éclaireuse pu nous prévenir des dégâts causés à un pont alors que le Dragon de métal avait commencer à dévoré des morceaux de cobalt partant aux raffineries, reluisant d’énergie quand ils furent touchés par sa gueule béante, mettant en péril ceux qui s’y étaient installé. Une partie de l’équipe arriva en avance, mais les deux moniales comme deux frères d’armes de toujours alors qu’ils venaient de se rencontré, l’un tenant le chariot pendant que l’autre redressait ce dernier avant qu’il ne chute dans le vide avec les chocobos et les habitants dedans. Aerlin pouvant les rejoindre en administrant quelques soins d’urgences, en compagnie de Licinia les laissant partir vers l’Ouest en direction du Bazars argenté.

Ce fut un bref ralentissement, qu’ils pourraient comblés avec les bêtes du chariot qui furent nourrie de quelques légumes de Gysahl pour leur offrir un peu de courage, et ils eurent le courage de le faire en criant à Merethir et Mako de continuer la route afin de ne pas laisser le dragon de métal faire trop de dégât sans qu’ils ne puissent intervenir. Et même si l’un des paysans vomit sur les bottes de J’rhal d’ailleurs. Après avoir laissé aux bons soins de ceux encore en étant de le faire de s’en remettre, et détaché les cordages de la caravane, ils purent récupéré les chocobos afin de parcourir la distance nous séparant d’eux avec expertise. Tout ici était une notion de vitesse, N’lamahni retrouvant rapidement Merethir et Mako, tout en parvenant moi même à la rejoindre en me hâtant de plus belle, c’est à toute vitesse que nous arrivions directement à la Croisée des Coccinelles en sachant le reste de notre équipe en route pas si loin maintenant. La création mécanique immense cherchait à se nourrir toujours et encore, fonçant en rond autours de la structure en laissant des personnes hurlantes agitant les bras dans tout les sens. Et il était hors de question de les abandonner.
Image
Le chaos. C’était le chaos à l’intérieur, des débris volaient ici et là à mesure où il approchait des remparts de bois se brisant sous son poids. Merethir bondit directement sur les hauteurs d’un saut puissant, se préparant à le recevoir, alors que N’lamahni étudiait son mouvement pour intervenir en sortant son lance-grappin. Mako avait déjà une idée malicieuse en tête, en voyant les réserves d’explosions et les réserves de minerais précieux convoités par la monstruosité d’acier. Elle se mit rapidement au travail en mêlant les explosifs aux pierres, rapidement rejointe par L’vinus dès qu’il bondit du Chocobo d’Aerlin. Ce dernier se cacha sous une arche avec J’rhal, observant les environs en cherchant que faire, mais ils eurent à peine le temps de respiré avant que l’arche de bois n’explose au passage du dragon de métal quand il s’écrasa dessus avec l’espoir de récupéré Merethir. Ce dernier se trouvant à planté sa lance fortement dans le dos de la machinerie, s’y accrochant en virevoltant dans les cieux, voyant N’lamahni juste derrière accrochée à son lance-grappin autours de la patte de l’entité, volant derrière elle.

Quand il traversa une des hautes tour de la Croisée des Coccinelles, celle ci explosant en de nombreux débris volant ici et là donc certains percutèrent Merethir en l’envoyant s’écrouler pas bien loin d’Aerlin ayant échappé aux fracas ayant forcé se dernier à partir en vitesse avec J’rhal pour ne pas finir écrasé comme des crêpes. Pour m part, je venais de délivré les chocobos qui purent se mettre à fuir dans toutes les directions, abandonnant les lieux en sauvant ses derniers, je n’avais malheureusement pas le temps d’atteindre les jeunes aventuriers écrasés sous une des arches. Personne n’en avait le temps d’ailleurs. Le piège était préparé en laissant Mako et L’vinus se mettre de côté tout en espérant qu’il allait bientôt essayer de mettre le nez dans cette réserve de pouvoir, sûrement le fait que Licinia ait commence à se servir dedans n’ait pas aider à l’entité pour ne pas se sentir impliqué dans l’idée de dévoré tout ça en vitesse. Aerlin était en train de s’occuper de Merethir pour lui rendre des forces après son choc important, N’lamahni quant à elle avait pu s’installer sur son dos et s’était mise à installer des cristaux de foudre sous les écailles de son épine dorsale, l’ensemble prompt à partir dans une immense déflagration qui pouvait être renforcé si je parvenais à faire déferlé ce pouvoir, celui de la foudre, lors de son passage.

Il frôla les murs, et hurlant à N’lamahni de bondir pour ne pas être transformée en Miqo’te cuite à point, mon sabre entailla grandement son ventre en laissant l’éclair faire détonné les cristaux dans son dos en l’affaiblissant suffisamment pour que quand J’rhal parvint à écraser son poing sur son aile abîmée, le choc fut tel qu’il se laissa choir devant les cristaux en centre dans un sillon gravé sur la terre provoquant un grand fracas. J’rhal avait été balancé à travers une tente brusquement et je m’écrasais contre le bois d’un pilier de mon côté, seul la régénération d’Aerlin me fit reprendre lentement conscience alors que le chaos était toujours aussi présent. Licinia était juste devant la bête monstrueuse, qui quand elle fit usage de son déferlement dans une puissante lueur mauve, tomba sur le côté quand L’vinus la projeta au sol pour esquivé le rayonnement explosant une barricade plus loin. Bloqué une seconde par le foudroiement du cristal en pleine gueule, les explosions se succédant quand plusieurs kunais envoyé par Mako tombèrent en plein dans l’amas de piège en dévastant la structure abîmé par le précédent choc foudroyant, le laissèrent presque exsangue tant l’intensité fut importante. Et si l’énergie interne mauve commençait de plus en plus à s’éteindre, ce n’était pas le cas de la puissance de la Gae Bolg encré à l’intérieur de cette dernière.

Me relevant après avoir ressentie le support d’Aerlin se diffusé dans mon corps, traînant mon sabre en observant la situation, ce n’était que pour voir le monde devenir fou et entropique. Les éclairs d’énergies rouge fusèrent dans tout les sens, brisant des caisses, dans des déflagrations quittant à même une terre souillée par cette présence pleine de haine, la décharge de pouvoir draconnique intense pulsa en s’extirpant de l’artefact intégré à l’intérieur. Nombreux des jeunes aventuriers encore coincés périrent, n’en laissant qu’une survivante pleurant ses camarades perdu dans les décombres. Plusieurs protégèrent nos compagnons ou se firent un malheurs d’être expédiés au sol lors des décharges de pouvoir, la plus part s’écroulant à terre, mais l’impulsion de ceux défendu par leurs pairs donna le ton d’une contre-attaque puissante.

Cette ouverture débuta par l’impact des moines, et si J’rhal qui sortait des décombres où il fut expulsé fracassa son poing sur son flanc à en bloquant, L’vinus lui explosa pratiquement le crâne en deux tant la puissance de son coup fut imposant. La tête du dragon de métal était dévasté, dans un angle improbable, mais essayait de frapper ceux autours de lui, jusqu’à ce que sa carcasse soit épinglée au sol. La foudre se déchaîna de nouveau, le cristal de foudre de N’lamahni lui tombant dans la bouche autant que j’accompagnais celle convoquée par Mako pour frapper en plein dans sa carcasse brisée. Merethir le brisant au sol, définitivement, il n’aurait pu survivre à l’impact du coup de L’vinus mais ne fit pas plus de dégât ainsi. Récupérant son ancienne lance plantée au milieu des débris qui jadis était une horreur, la vie reprit lentement dans la Croisée des Coccinelles. Ceux qui n’étaient pas occupés à regarder les décombres, horrifiés, s’occupaient des blessés, et ceux ne faisant rien de tout ça sifflait et applaudissait. Seul dans l’ombre, restait le regard froid de la jeune aventurière ayant perdu ses compagnons. Mais pour l’instant notre préoccupation est de pouvoir arrêté définitivement L’Inrien dans son repère même. Au cœur de sa tombe. »

Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 227
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 02 sept. 2020, 14:57

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"L’héritage de L’Inrien."

Image
Soixante-quinzième Entrée – « Acte 16 – Le cœur d’Exstasia.»
Image
« Après tout notre labeur, il était enfin tant finir avec L’Inrien et de ses projets macabres. Des vies furent volés, aussi bien prises que traumatisés par les expériences des prétendants ordonnés dans l’intérêt de ce funeste projet. Réveillé Exstasia. Même à l’instant, il était difficile de seulement concevoir ce qu’il désirait vraiment et ce qui avait valu autant de souffrance dans cette partie du Thanalan. Mais en observant la grande porte de métal fumante encore tout les scellés laissé close depuis la Bataille du Déchaîné, il était au moins certains que nous en étions enfin sur la fin de cette épopée. Stanislas Kortovin discutait avec des ingénieurs des Forges, deux proches de Corvus, ayant préparé l’ouverture de l’accès dès que notre équipe serait prête à s’introduire à l’intérieur du complexe avant de pouvoir enfin atteindre L’Inrien lui même. Autours d’un feu de camp éteins par la pluie battante, petit à petit notre équipe s’est formée. Pour nous guérir, A’Tinea serait en premier ligne, et nos amis Runne et Finaen purent nous faire profiter de leurs magies. Les habituels compagnons de ses derniers jours : Merethir, J’Rhal, Licinia et Ika étaient eux aussi présent en nous fournissant ainsi une équipe des plus équilibrées pour se soutenir et accomplir nos objectifs.

Après une discussion pour tout mettre au bout sous les flots d’un temps capricieux, Stanislas lança l’ouverture de la porte. Des remous de technologies firent tournoyer sa surface en vitesse, les cubes arrangeant des lignes concentriques parfaites formant un rectangle qui se rétracta en laissant une grande ouverture où le vent s’engouffrant dedans directement fit penser à des cris de Banshee gémissante. J’rhal et Licinia vinrent plusieurs fois rapidement au soutiens de A’Tinea face aux horreurs que pouvait suggérer ce trou béant vers une obscurité profonde. Nous donnant l’impulsion de braver la peur engendré par un inconnu des plus dangereux, je donnais l’ordre de passage en laissant Ika et Licinia nous conduire tout en fermant la marche avec J’rhal. Quelques lumières usés permirent d’y voir quelque chose, et ce qui était une cavité de pierre où des morceaux de métaux siégeaient encore abandonné un peu partout devint rapidement un complexe abandonné n’y gardant aucune énergie active. Les câblages semblaient aussi défunt et inutilisé que les squelettes des gobelins éparpillés un peu partout autours de nous en fort grand nombre. Voilà donc où était toute la manœuvre usée par les sbires de L’Inrien pour mettre en place ses créations et avoir l’usage des matériaux gobelins qu’il pouvait dès lors manipulés à sa guise.

Des pièges devaient avoir été actif, mais pour l’instant, tout restait éteins et des plus calme, mais nous ne prenions plus soin de nous mettre en route dans ce genre d’endroit sans que nos compagnons ne ressentent l’éther pour essayer de trouver des traces de la source d’énergie propre aux créations d’Exstasia. Mais ce qu’A’Tinea et Finaen découvrirent était bien plus grave que des présences de la sorte, ce lieu était littéralement noyé dans les présences éphémères des esprits n’ayant pas pu rejoindre la mer des étoiles, ceux des gobelins et de bien d’autres personnes assimilés par les entités des prétendants et sacrifiés en ce lieu dans un objectif encore obscure à cet instant. J’rhal insista pour aller de l’avant, mais précautionneux, nous avons au début progresser en faisant le plus attention possible. L’énergie reprenait lentement place, sortant de nulles part, comme apporté par les fantômes qui eux aussi se mettaient à jaillir de là où il n’y avait l’instant plus tôt absolument rien.

Alors que nous étions simplement en train de progresser sur ce passage, l’instant d’après, nous voilà fuyant le plus vite possible pour échappé à ce que Finaen perçu comme un amalgame de ses pauvres coincés ici bien désireux de se débarrassé de nous. Comme l’avant ressentit J’rhal, leur contact absorbait notre énergie, et nous avons puis foncés tout ensemble et nous débarrassant des pièges tout en essayant de les esquivés au mieux quand ils se réactivaient à mesure que le lieu reprenait vie, baignant l’ensemble dans des lueurs mauves. Quelques blessures ne purent nous arrêtés, Ika jouant son rôle ayant été le seul avec un choc véritable pour défendre ses compagnons, les vents nous portant de Runne fit qu’après quelques instants à tirer nos armes face à des fantômes, la sortie nous semblait bien heureuse.

Derrière nous, arrivait encore l’amas hurlant, qui fut bloqué par les couches de givres s’accumulant de Runne devant les barrières de pierre que Finaen dressait, la gravité provoqué par A’Tinea fit un véritable éboulement, et les rares âmes passant étaient destinés à nos armes, J’rhal ayant quant à lui attraper un poteau de métal pour frapper les plus envieux de nous atteindre alors que Merethir jouant de l’éther et de la portée de sa lance bien efficace. Sous le regard d’Ika les ayant vu, Licinia pour lancer l’activation des machineries du passage qui se mirent à ponctionner dans l’éther résiduel des spectres jusqu’à ce qu’ils soient de nouveau épuisé, conditionné dans cette ferme à énergie leur permettant de nourrir leurs installations de cette énergie mauve dangereuse. Pendant que certains discutaient de si nous avions bien fait de renforcer les tubes d’énergies malgré l’influence de ses êtres alors qu’A’Tinea prodiguait quelques soins. Je me tournais pour observer le domaine intérieur de la Tombe de L’Inrien, ou plutôt devrais-je dire contempler la beauté majestueuse de ce lieu à l’air libre qui avait l’air de sortir de la réalité.
Image
Les herbes était d’un bleuté se mêlant parfaitement aux différentes nuances de mauves des fleurs, des arbres, bercés par un vent léger. Cette végétation n’avait rien à faire là, un effet éphémère et illusoire des expériences de L’Inrien. Des câblages tournoyaient ici et là, installés sur les hauteurs ou serpentant au sol, tandis que des cubes flottaient paisiblement dans les cieux sans logiques quelconques. Difficile de comprendre ce qui se passait vraiment ici, mais l’immense faisceau de lumière mauve s’extirpant du centre de ce lieu était un signe que notre venue n’était pas passé inaperçue et que cela hâta les projets de ceux vivant ici. Abandonnant derrière nous le passage scellé par les différentes sorts et la magie, oubliant un instant le chaos et la peur dans un lieu si étroit, pour regarder les œuvres de végétation pendant la marche suivant notre objectif pendant une dizaine de minutes. Malgré la beauté, tout le monde était particulièrement tendu à l’idée des épreuves supplémentaires nous attendant, Runne comprenant que ce lieu était au final que fictif, les fleurs se désagrégeant rapidement une fois saisie , Finaen perçu dans les cieux que ce faisceau de lumière cherchait à récupéré quelque chose, attirant visiblement ce qui fut perdu par Exstasia lors de son échec en Vylbrand il y à une année de cela. Mais en se concentrant sur le câble principal qu’il perçu, il vit bien plus que ça : Notre destination.

Notre adversaire se terrait proche de là. Néanmoins l’accès était encore clos par une immense arche avec au sommet un pylône partant vers les cieux, d’une immense hauteur, des câbles tournoyant autours de ce dernier en crépitant de cette énergie mauve due à l’intense activité en œuvre, ressemblant au bras d’un titan planté dans le sol par deux pinces. Autours, il y avait plusieurs hommes des prétendants survivants qui comme des esclaves ahuris par les sonorités d’une chanson les affectant, jetaient des pierres mauves ressemblant aux résultats de désagrégation des corps par les machineries de L’Inrien depuis l’exposition du mécanisme pourpre. Ils suivaient ainsi les chants du prêtre : Une machine fine dans une toge pourpre chantant avec une myriade de chœur constitué d’autant d’humanoïde de métal déformés et odieux. Le plus dangereux était le surveillant plus loin, un fusil étrange et d’une haute précision se prépara rapidement à tirer sur Finaen quand il revint à lui et fut découvert. Des couches de protections furent dressés autours de lui rapidement, le tir du sniper perçant le bloc de glace de Runne avant d’atteindre les cristaux des boucliers cédant, laissant Finaen choir au sol sans trop de dégât.

J’rhal était déjà dans la mêlée, enchaînant poings sur poings dans les chœurs jusqu’à trouver un des vieux Roegadyn de manutention nous ayant déjà causé tant de soucis à l’époque. Il était encore plus difforme et énorme que les anciens, engageant un combat tout en puissance avec le Moine dans des lueurs d’éther alors que Merethir d’un bond digne d’un chevalier dragon atteins à toute vitesse le superviseur, engageant un combat de mêlée bénéfique pour qu’il cesse de nous tirer dessus de loin. Ika ayant toute l’attention du Prêtre sur lui, une bataille s’engagea alors pour la prise de cette Arche afin de l’arrêter enfin pour avoir accès au sanctuaire intérieur de L’Inrien, et arrêter la reprise de conscience d’Exstasia. Runne fila essayer d’atteindre les ressources d’énergies secondaires après que Licinia ait interrompu les esclaves arrêtant leurs procédés en essayant de leur faire reprendre conscience pour créer un soulèvement.

Mais tant que la chanson du Prêtre se poursuivrait, impossible de les sortir de leur état second. Néanmoins, pour le laisser atteindre son objectif, Ika du en payer le prix du sang, et j’intervins en vitesse pour détruire tout ceux voulant s’en prendre à Runne. Ce dernier bondit sur le câble en maniant les vents, parvenant tout en haut à toute vitesse avant de le détaché, se retrouvant avec une Runne tournoyant autours de l’arche involontairement à une bien trop grande vitesse. Pour le secourir, Merethir avait déjà écrasé son adversaire et quand il tira pour essayer de brisé le câblage tenant le Lunaire en vol, le bond du chevalier-dragon récupéra ce dernier quand il ralentit sa vitesse grâce aux vents en tombant tout deux dans des broussailles. Bien portant. Tout tournait en notre faveur, jusqu’à ce que les machineries furent brisés par Finaen dans une dévastation terrestre au sol, J’rhal s’embrochant dans le Roegadyn en se coinçant littéralement dedans. Pour échappé à un immense rayonnement, l’Elezen essaya de le sortir de là, jusqu’à ce que A’Tinea ne les tire avec sa magie en tombant au sol, ne laissant qu’Ika et moi prendre ce dégât en chutant en arrière, mal en point.

La foudre frappa brutalement la protection magique du Prêtre qui paniqua quand Licinia désactivant une partie des pinces de l’Arche, totalement ahurit par la peur de ce que ça pourrait engendré pour Exstasia, il ne vit ni son bouclier être brisé par un éclair, ni J’rhal lui attrapant le crâne pour l’encastré dans la machinerie. Privée de ses commandes comme de ses ressources, une onde explosant dans les cieux en les imprégnant de mauve, des débris de l’arche s’y mêlant avant de tomber comme des météorites de métal s’écrasant autours de nous, les cubes flottant se joignant au mouvement, en un champ de dévastation. Les anciens prisonniers prirent la fuite, et nous nous sommes traînés jusqu’à l’accès vers la chambre du cœur, soutenant un Ika ayant besoin de quelques soins pour se remettre d’aplomb jusqu’à ce que comme avec une technique de second souffle, il soit de nouveau partant. A’Tinea nous ayant rafistolé efficacement et échappant aux débris chutant des cieux grâce aux vents convoqués par Finaen et Runne. Nous voilà donc tous en équipes, fatigués et blessés, mais déterminés à en finir. Devant la chambre d’Exstasia.
Image
L’endroit n’était pas si grand que ça, comparé au reste, mais c’est dans sa structure qu’elle avait une surprenante majesté. Des câblages parfaitement collés formait comme un cocon ouvert où des lueurs mauves donnaient l’impression de continuelles étoiles filantes se diffusant à toute vitesse. L’Inrien était là, un tube étrange avec une eau mauve contenant les organes et les ossements de qui était jadis un arcaniste Miqo’te, un aventurier, transformé par Exstasia il y à longtemps de cela quand elle avait eue conscience. Cette incarnation était installé devant le berceau où le cœur d’Exstasia, n’étant simplement qu’un œil clos au sommeil amoureusement enrobé dans un tissu mauve, veillant encore en paix. Il était dans une machine de combat immense, bien plus avancée que les autres créations vue jusque là, ses bras s’extirpant d’autres parties de la pièce en nous opposant réellement à un adversaire immense. Il prit le temps de parler un instant avec Runne et Finaen, s’étant déjà rencontré, leur expliquant qu’il ne supportait plus entendre la souffrance d’Exstasia endormie et qu’il fallait à tout prit la réveillé pour ne plus subir la peine de cette machine éteinte. Pendant la conversation la plus part de nous intervinrent en vitesse pour frapper et l’arrêter une bonne fois pour toute. Parler permettrait de comprendre, mais L’Inrien était déjà perdu dans la folie et la paranoïa du à son étrange statut de création d’Exstasia, et alors que la discussion attirait en partie son attention tout le monde se mit en mouvement sur les flancs pour briser les immenses bras de contrôle.

Merethir s’engouffra dans la faille provoqué par un tir de Licinia, dévastant un peu plus le noyaux d’alimentation visible quand il percuta se dernier de sa lance là où le choc l’avait endommagé sévèrement. Et si Ika et J’rhal s’étaient coordonnés pour frapper en même temps le second bras, l’énorme main s’ouvrit et attrapa les deux combattants en même temps en serrant le plus fort possible. Quand il fini par l’ouvrir de nouveau, plus rien, ils s’étaient tout bonnement désintégré dans les airs en nuage de vapeur. Sous le choc d’avoir perdu aussi vite deux de nos compagnons, plusieurs réagirent avec force en déchaînant différent pouvoir. La foudre que Finaen gravé dans mon sabre me permit d’endommagé de plus en plus la structure torsale de L’Inrien en la tranchant avec force, pendant que la sphère obscure d’A’Tinea éclata en plein centre dans une lueur puissante. Toute la sphère se mit à tournoyer brusquement, les câblages se mettant à bouger de plus en plus vite, à l’image du premier cœur Cristallin que nous avions découvert mais à une influence encore plus grandiose. Les formes des câbles s’effacèrent dans le vitesse non sans percuté ceux restés bien trop loin à l’arrière en les envoyant paître en avant. Rapidement, ce qui était alors comme un nid nous donnait l’impression d’être à l’intérieur d’une étendue étoilée aux milles formes, naviguant dans un grand vide inquiétant sans repère ni étendues de terre, des pétales mauve continuant de tomber de nulles part.

L’énorme bras droit de l’armure de combat de L’Inrien fini par se détruire en s’écroulant au sol, plusieurs missiles fusant en l’air avant d’essayer de s’écraser au sol, retenu de justesse par Finaen et Runne venant de s’échapper d’un coup énorme du second bras qu’A’Tinea retint le plus possible. Une fois la situation relativement stabilisée, j’avais pu finir de briser le torse en me retrouvant en opposition directe avec L’Inrien dans sa parure de bataille en métal renforcé, nos lames se frappèrent sans cesse, lui laissant des stigmates, jusqu’à ce que son coup porte et me laisse une blessure sérieuse. M’écrasant sur un genou, la vue floue, tout autours de moi semblait plus lumineux et plus choquant. Licinia avait découvert que l’était l’utilité de l’étrange portail inactif au dessus de nous, jusqu’à ce qu’il soit ouvert par elle et Finaen en laissant s’échapper J’rhal et Ika. Ses derniers avaient été enfermés dans un espace étrange mêlé de pierres chutant au milieu des étoiles, ayant du bravé les mécanismes les assaillant et ses roches flottantes.

La première chose qu’ils firent, c’est protégé leurs compagnons, J’rhal attrapant A’Tinea pour s’éloigner du choc d’une sorte de morceau de masure venant s’écraser au milieu de la salle. Quant à Ika, il pu intervenir pour arrêter la chute du second bras de métal que Runne et Licinia avaient rendu inopérant jusqu’à sa chute, tombant sur l’amas de cristaux de son bouclier. Tous s’en remettaient, si ce n’est Licinia écrasée par l’amas de décombre sans avoir pu se déplacer en vitesse. Il ne restait alors que L’Inrien dans ce lieu en mouvement perpétuel, ayant écrasé Merethir contre la paroi de métal lumineuse en mouvement, et me piétinante au sol en profitant de ma blessure gênante. Tous vinrent l’affronter, en profitant de l’ouverture de J’Rhal : Il percuta les Chakra ouvert de toute sa puissance le cœur d’Exstasia, brisant brutalement son couvert et sa cloche, se fissurant en milliers de morceaux, avant qu’il ne reste plus que cette sphère dont l’œil s’ouvrait doucement. Saluant J’rhal d’un petit bonjour, L’Inrien était perdu. L’entité l’ayant transformé ainsi, l’être qu’il pensait être divin, n’était qu’une petite chose fragile, perdue, sans but. Toute son œuvre rendue vaine, ses tentatives disparurent alors qu’il approchait lentement de J’rhal et Exstasia. Mais Merethir et Runne dispersèrent ses couches d’armures qui furent ejecté par une onde de puissante dans l’impact d’Ika. Seuls les soins de A’Tinea me permirent de pouvoir effectué une dernière frappe malgré mon piteuse état, rechutant au sol en perdant conscience, mes dernières visions furent de voir L’Inrien tendre une pince désespéré vers une Exstasia confuse, avant que son tube n’explose sous la pression exercée par Finaen. Rependant ce qui était jadis un tyran au sol, en finissant définitivement.

Mon réveil fut dans les bras de Merethir. Ayant été stabilisée au mieux par les guérisseurs, reprenant conscience lentement en étant à l’extérieur. Le monde fantasme se L’Inrien s’effaçait lentement, les herbes mauves devenant poussière, au milieu de là où mes compagnons marchaient pour quitter les lieux. Stanislas et les Immortels de Johnson nous avait ouvert la voie pour partir, les Forges de Garlond recevant une Exstasia n’ayant plus aucun contact avec le monde. Si le cœur ne fut pas détruit, il est difficile de savoir ce qu’il en sera à l’avenir. Cela pouvant apporter de bonne chose, autant que de nouvelles horreurs, mais le mal en lui même avait enfin été éradiqué. Espérant peut-être enfin le meilleur, mais prêt à nous défendre du pire. Cette histoire se conclu, nous laissant enfin un peu de repos. Bien que dans l’obscurité, pendant que nous profiterons du calme, le Culte de l’Arbre-en-Deuil lui poursuit sa quête en espérant rallié à lui, la folie malheureuse du Tree Barar. »

Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 227
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 06 sept. 2020, 14:35

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Le Culte de l’Arbre-en-Deuil."

Image
Soixante-seizième Entrée – « Acte 9 – Un soupire de l’Arbre-en-Deuil.»
Image
«Quand une histoire s’achève, c’est qu’elle laisse la place à une nouvelle. Et chez les aventuriers, il s’agit là de nos périples qui jamais ne cessent. Après la défaite de L’Inrien, les jours passés furent paisible et confortable, notre équipe changeante aux gré des départs et des venues pour poursuivre l’objectif qui attendait dans l’ombre jusqu’à enfin pouvoir y remédier : Le culte de l’Arbre-en-Deuil. Afin de pouvoir mettre la main dessus, tout débute dans une direction surprenante dans le Thanalan oriental : Un recoin perdu au nord du village ayant l’éthérite locale où devait se trouver ce que l’on nomme le Temple itinérant de Laurianne, une bien curieuse création des plus réussies permettant de colporter la foi de Nald’Thal efficacement. Mais proche de ce dernier, devait s’y trouver un site où l’influence du Tree Barar lui même fut éloignée, empêchant de colporter ainsi sa souillure. Si il y avait une arme pour le détruire, peut-être pouvait-elle se trouver là-bas, cela valait le coup de s’y accroché. Notre équipe pu se réunir en vitesse au Camp des Os desséchés par une belle journée qui lentement déclinait vers une fraîche nuit paisible dans cette partie du Thanalan, au moins le temps était-il à nos côtés pour progresser sur cette terre en paix.

Nombreux furent les protecteurs, car nous avons eu Chachapo Chapo portant avec elle la force d’un Paladin. U’kailya de même est une protectrice Miqo’te à nos côtés, ainsi que les habituels : Merethir, Ika, L’vinus, A’Tinea et N’lamahni. Après un court instant à faire la présentation de notre objectif, nous voilà filant à travers la contrée vers le nord-est pour atteindre le dit temple de Laurianne sous les odeurs d’une ville paisible, la tranquillité de la route marchande où quelques cadeaux furent offert pour les aventuriers sur le départ, et quelques anecdotes plus amusante. Comme les enfants poursuivants Ika en jouant quelques scènes héroïques, ou U’kailya malheureusement balancée dans un chariot à choux par une rixe en propulsant des choux un peu partout, soutenue par Merethir en dédommageant le marchand pour ce qui fut perdu dans le dommage. Mais si tout ça était quelques faits pleins de vie sur la grand route, ce qui allait suivre rapidement ne serait plus aussi paisible et joyeux. Sortant des routes communes pour protéger sur les sentiers abandonnés que nulle ne prenait sauf pour des situations de notre sorte, les premiers instants furent paisible jusqu’à ce que les environs ne deviennent trouble.

L’odeur avait quelque chose d’agréable, N’lamahni nous parlant de quelque chose de fruité et paisible, mais les chants qui devenaient de plus en plus présent avaient malgré tout quelque chose digne de nous glacé le sang. Notre jeune camarade fut d’un coup frigorifiée, tombant en arrière, rapidement retenue par Ika sur le point de défaillir, tant le froid devenait mortel. Étrangement, son état se stabilisa au contact du fredonnement d’A’Tinea suivant les chants étranges qui s’amplifiaient. L’origine fut certifiée spectrale par les inspections et les connaissances de Chachapo, observant une silhouette sur les hauteurs qui semblait alors trouble, pendant que nous étions sur le point de partir. Bien que n’ayant pu libéré notre camarade cet étrange état de santé de plus déplaisant, progressait était peut-être une solution pour la sortir de là, ou bien malheureusement pour la laissé définitivement dans cet état. Ika et L’vinus veillaient sur elle, la réchauffant comme ils pouvaient pour la tenir conscience, sous la surveillance d’U’kailya surveillant les environs en tenant bien sa lame en main, pour autant rien de nous tomba dessus dans une sanglante embuscade et heureusement.

Mais la situation se débloqua quand Merethir mit de côté ses craintes sur de tels chants, convaincu de son expérience des chants des dragons ne provoquant souvent rien de bon. Il éleva la voix avec celle d’A’Tinea en ajoutant son propre talent à celui de la jeune Miqo’te, autours de nous de nombreux Gridaniens spectraux apparurent alors, dans un magnifie chœur prenant de l’ampleur, libérant d’un coup net N’lamahni. C’était magnifique à voir, malgré l’inquiétude face à des esprits, et la Gridanienne pu adressée son message à Chachapo parlant du sceptre noueux comme étant la clé de son souffle, que ce dernier capturera ce brin d’essence pour nous mené jusqu’à lui. Qu’ils se trompent. Par cela, il fallait comprendre que le Culte en lui même se trompe. Laissant s’estomper après l’effort surhumain pour rester incarnés par les esprits las, qui finirent par ne laisser d’eux que le souvenir de leurs présences, nous nous sommes très rapidement occupés de N’lamahni avant de reprendre la route en urgence. Le temple itinérant de Laurianne n’était plus très loin, et avec lui visiblement pas mal de réponses à nos questions sur cette curieuse source liés à ses esprits.
Image
Après une vingtaine de minute de marche supplémentaire, ayant cumulé un bon voyage avec tout ça, nous y sommes arrivés. Il y avait là une ambiance vaguement festive, mais qui faisait très vite pensé à un commerce d’ampleur sur une petite place improvisée. Des marchands et croyants de toute nature échangeant sur la grand place en lançant parfois des regards curieux aux occultistes parlant fort en présentant des objectifs, des symboles et des pratiques comme si ils avaient été le cœur même de leur raison ici, installé sur hauteur pour présenté à la vue de tous leurs affaires. Une curieuse tente des plus immenses pour des latrines étaient bien occupés car il était compliqué de faire passé les gens, devant y aller un par un, géré par les étranges gardes encapuchonnés des pieds à la tête sans laisser voir un morceau de peau avec des habits typiques du désert, fait pour traverser Sagoli par exemple. Et Dame Laurianne, une beautés hyuroise finement maquillée dans des habits de la contrée siégeait sur une sorte de petite trône des plus décoré auprès de ses gardes personnels, des gladiateurs massifs ayant l’air fier d’un tel poste.

Notre entrée ne fut vraiment pas difficile, puisqu’à peine arrivé, Chachapo fut reconnue de part son passif aussi bien dans son ancien métier à Ul’dah et peut-être de la valeur de sa famille ? En tout cas, en plein Thanalan, cela ouvre aisément des portes, et les deux protecteurs nous laissèrent passé en vitesse. Ne laissant qu’A’Tinea et U’kailya veillant sur elle après lui avoir demander d’inspecter l’éther environnant. Mais de fait, elle finie piégée par les influences étranges et néfastes baignant dans ses lieux, étrangement contenue, mais pas suffisamment pour qu’elle n’ait pas à lutté là où personne ne pouvait la soutenir. Son corps devenue une cible, pendant que tout le monde œuvrait, bien plus loin U’kailya luttait pour briser les racines sortant du sol dans toutes les directions auprès des deux gardes de la porte, et de L’vinus qui en revenant vers elles perçue le danger, et vint à leurs côtés. Pour eux, c’était déjà un temps d’action et de conflit, même à l’échelle de quelques branches essayant de les saisir. Mais pour ceux à l’intérieur, l’investigation était de mise. N’lamahni encore un peu souffrante s’installa à mes côtés, l’effet des esprits sur elle l’ayant bouleversée, j’eus quelque mot réconfortant pour la remettre d’aplomb avant qu’elle ne parte inspecté en vitesse les soi-disante latrines, d’une manière des plus discrète, me laissant proche pour venir l’assister en cas de problème.

Auprès des Occultistes, Ika vint rapidement aux nouvelles, ils étaient censés être des nôtres puis-qu’envoyés par Adel’Delroy, mais un étrange jeu d’esprit se déroula de son côté, petit à petit l’amenant au centre de leur petite formation sous le regard et la vérification de Merethir qui observait ce petit jeu, il fut convaincu bizarrement que ce dernier était Jérôme, ce proche décédé notamment d’Ika lors de la chute d’Urdhan Rah, dans des sentiments de honte. L’impression qu’il pouvait se rattrapé. Mais avant qu’il ne soit enfermé dans une sorte de cage de métal noir s’extirpant du cercle incantatoire, Merethir bondit et le plaqua au sol pour s’en échappé. Tout s’enchaîna très rapidement : Chachapo qui s’était installée pour discuter longtemps avec Laurianne en tant qu’invitée de marque bondit pour paré l’épée qui allait l’égorgée, la lueur de sa lame aveuglant les faux gardes qui venaient de se dévoilé : Des monstres. Des abominations de chair putride et d’écorce à l’image de ceux contaminés par la souillure du Tree Barar. Il y en avait un renforçant les réseaux de racines sous la terre, directement installé dans la grande tente.

Quand N’lamahni le planta à la jambe en le prenant pour un homme sans pouvoir connaître sa nature souillée, il recula en libérant la vieille femme se faisant inconsciemment ponctionnée son énergie. J’intervins à toute vitesse pour lui trancher la tête avant qu’il n’assaille N’lamahni, laissant sa tête choir au sol, mais elle avait trouvé ce qui nous fallait : Une racine menant droit vers le cœur de tout cet enchevêtrement. Tirant sur ce dernier, nous sommes sorti en vitesse pour retrouver le chaos à l’extérieur, des civils hurlant un peu partout, et une boule de feu ayant fracassé un des gladiateurs de Laurianne écrasé sur le Temple sur chariot après avoir reçu une boule de feu en pleine figure. Merethir et Ika se battant avec acharnement contre les occultistes de l’Arbre-en-Deuil installé au lieu de sacrifice pour les abattre avant qu’ils ne provoquant d’autre soucis, leur chef s’échappant avec le contre-maître mort-écorce pour le protéger. A’Tinea venait d’offrir une échappatoire aux civils, là où U’kailya luttait dans la masse pour ouvrir un accès en laissant une ouverture à L’vinus, laissant les gardes soignés plus loin au sol. Mais rapidement deux de nos objectifs venaient d’apparaître : Le noyaux des racines maudites au cœur de la place de rencontre, et le sceptre noueux entre les mains de Laurianne assaillie de toute part, protégée par une Chachapo se battant au milieu de cette marée.
Image
Les fuyards ne purent pas partir bien loin. Ika n’avait pas l’intention de laisser fuir celui ayant ravivé une telle douleur avoir l’image de Jérôme, le visage du cultiste floue et tournoyant comme si il n’avait pas de forme. Ce dernier ne pu pas faire grand-chose, le coup d’Ika fut tel qu’il le trancha littéralement en deux quand sa lame lui passant en travers dans un grondement de colère. A sa suite, Merethir chuta des cieux pour transpercer à son tour l’opposant d’un coup fatal, laissant le Contre-maître avoir un rire sombre en se laissant disparaître. Le corps pourrissant, laissant un amas de ronces et de racines essayant de saisir les deux combattants autant que le cadavre frais du cultiste qui semblait pourtant hurler de peur même dans la mort. Tout deux s’acharnèrent à créer une faille, conscience que la source du sceptre menant là-bas.

Ce dernier fut d’ailleurs usé avec malice - Nous étions en plein combat au centre du Temple itinérant, N’lamahni ayant trouvé le noyaux avant que je ne sois saisir brutalement dans une sorte de main étrange de racines noires accumulées pour m’écraser dedans. L’vinus me sorti rapidement de là, avant que N’lamahni n’installe ses cristaux de feu dedans. Nous nous acharnions à créer la brèche pendant qu’A’tinea luttait mentalement avec cette folie. Quand elle fut consumée par les flammes de l’intérieur, Chachapo qui avait récupéré le spectre après un rude combat côte à côte avec U’kailya pour repoussé les vagues de mort voulant s’en emparé, finie par en faire usage. Sa radiance fut telle, que le noyaux brisé de désagrégea comme purifié autant que nos assaillants. Nous retrouvant avec Ika et Merethir qui revenait d’un rôle d’éclaireur en ayant bien vu la Source de pouvoir recherchée par l’esprit de la Gridanienne, mais la souillure était de plus en plus envahissante.

Malgré les blessures rapidement traitée par A’tinea, et notre état déplorable, nous laissions en formation équilibrée les restes de ceux n’ayant pas fuit le temple se remettre de leurs émotions. Tachant de partir empêcher que quoi que ce soit ne vienne les achevés. Progressant dans la végétation entièrement faites de sortes de ronces noires se déplaçant autant par leurs propres volontés que par le déplacement des entités en mouvement dans la masse, des morts-écorces jaillirent sans cesse pour essayer de nous saisir entre leurs odieuses griffes. Chachapo de tête brandissait le sceptre en se concentrant pour que la lumière se diffuse en éloignant ce qui devait nous retenir, créant un chemin praticable mais pas moins dangereux, les armes de la plus part de nos compagnons frappèrent pour repoussé chacune des créatures voulant nous atteindre.

Dans ce genre de situation d’urgence, coopération était de mise, mais aussi l’équilibre d’une formation respectée avec discipline pour ne pas s’éparpiller et nous faire massacré les uns après les autres. Ce qui n’empêcha pas une douloureuse blessure pour notre cher Ika qui protégea vaillamment l’avant-garde mais dès notre sortie, une sorte de tentacule éclata les protections éthérés pour lui laisser un blessure au ventre plutôt sérieuse, notre compagnon s’écroulant au sol pendant que tous découvraient l’étendue des lieux, laissant derrière nous l’atrocité du passage se refermant sur les morts qui avaient presque l’air de s’éteindre comme si ils étaient éblouie par la lumière cachée par une cloche de ronce noire essayant de l’étouffé en vain. Stella Langston restait inconscience, comme protégée par le bijou la laissant dans ce piteuse état, mais la plus grande horreur était la sorte de Morbol à moitié incarné dans les ronces essayant comme de prendre forme, sans jamais définitivement y parvenir. Et si ce n’était pas suffisant, il parlait, d’une façons rauque et écœurante en nous défiant de venir récupéré ce qu’il scellait. Notre objectif le plus important restait de parvenir jusqu’à la source, U’kailya ouvrant la voie en brisant toutes tentacules pullulante fonçant vers Chachapo progressant à toute hâte vers la lumière, le passage fut grand ouvert quand L’Vinus dévasta l’étendue de ronce peu après l’impact d’un Merethir aérien. Les boucliers protecteurs d’A’Tinea ne cessaient de jaillir pour écarté les dangers, après avoir pu offrir l’énergie nécessaire à Ika pour contenir la douleur et le sang, le laissant jaillir en frappant lourdement contre la forme de Morbol accompagnant ma lame pour le renvoyé de là d’où il voulait provenir. N’lamahni récupéra Stella Langston qui chutait dans ses bras, un bref instant avant que la lumière ne jaillisse du sceptre produisant une onde nous traversant tous.

Chacune des ronces devinrent des particuliers de lumière qui lentement s’effritaient en baignant l’univers autours de nous dans les lucioles errantes, le Thanalan reprenant petit à petit de sa beauté charmante imprégnée par la nuit ayant finie par tombé pendant notre mission. Le sceptre Noueux était désormais plus qu’un simple bâton de bois, parcourut de feuillage, d’écorces et de fleurs, captant de ce que Stella expliqua peu de temps avant de prendre conscience comme étant le souffle, le soupire capté de l’Arbre-en-Deuil. Il était possible que ce dernier existe encore, quoi qu’en dise son soi-disant culte. La clé n’était peut-être pas simplement de détruire des adeptes. Mais de savoir si ce qu’ils veulent faire renaître est par nature, vraiment mort ou non. »

Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 227
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 09 sept. 2020, 18:48

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Le Culte de l’Arbre-en-Deuil."

Image
Soixante-dix-septième Entrée – « Acte 10 – Les reflets de Bonne-vie.»
Image
« Les informations découvertes par Chachapo lors de sa discussion avec Dame Laurianne du Temple itinérant portèrent ses fruits, nous menant droit vers un lieu nommé la Pointe de Bonne-vie là où cette dernière hérita du sceptre noueux de la part d’un mystérieux personnage ayant pour toute bonne volonté que cette de venir en aide à l’Arbre-en-Deuil malgré la proximité des problèmes parmi les plus graves. Mais à cet instant, nous ne savions pas encore ce qui menaçait la tranquille petite ville de Bonne-vie, aussi notre tâche était d’en comprendre le plus possible sur la légende autours du sceptre avant même qu’Aerlin ne puisse commence son expertise sur ce dernier. Mais les nouvelles à son sujet restaient floue, les jugements sur son état depuis les deux dernières lunes plus que déplorable, et lentement il s’y installait une atmosphère de festivité viciée. Aussi était-il possible que la situation là-bas ne puisse se réglé si facilement sans nous battre. Nous retrouvant au Camp des Os desséchés proche de la sortie nous dirigeant vers le nord, notre équipe ne fut pas moins efficace mais moins nombreuses, comportant ceux ayant déjà accomplit leur mission la dernière fois : N’lamahni, Merethir, Chachapo Chapo, U’kailya et A’Tinea, ce qui nous confortait à l’idée d’avoir des moyens d’être soignés, protégés, tout en assurant des assauts efficace. Ainsi, nous sommes parti en route sur un sentier des plus paisible, bien que le jour restait grisonnant et quelques averses finirent par tombé, il n’y eu pas de problématique sur le trajet jusqu’à arriver sur les sentiers nous menant directement à notre destination.

C’est là qu’être attentif pour ceux veillant sur notre trajet s’avéra des plus efficaces tandis que N’lamahni chantonnait quelques airs sous le regard juge de notre protectrice miqo’te qui jugeait aussi la tenue d’A’Tinea n’ayant pas eue le temps de grandement se préparer avant d’arriver en retard en courant à toute vitesse pour ne pas que la mission se lance sans elle. Merethir de son côté avait pu voir ce qui semblait être un bras à l’intérieur d’une plante abandonnée dans le désert entres des pierres, légèrement caché. Signalant ce qu’il vit avant de s’en approché, tous se réunirent avec un sentiment de paranoïa à l’idée qu’il puisse y avoir quelque chose de bien plus hostile et dangereux autours de nous. Le calme, seulement cette présence de telles ronces souillées par le vice qui pulsait doucement à mesure que le bras s’accrochait à la hampe de l’arme à Merethir. Il dégagea l’être qui se trouvait dedans, faisant tournoyer son arme en se préparant à frapper d’un coup net en laissant une fine balafre sanglante sur sa joue à mesure qu’il faillit l’embroché au sol dans le même mouvement. C’était là qu’un homme, un Thanalanais en tenue locale qui se recroquevilla brusquement en hurlant de ne pas lui faire de mal.

Après un instant d’observation, à répété régulièrement de purifié la plante pour ne pas laisser de trace de la souillure, il parvint à expliqué qu’il était à Bonne-vie mais ses souvenirs restaient floue, ayant des images de fêtes, rires et chants, jusqu’à ce qu’il soit décidé de faire de lui une graine d’une nouvelle évolution. La macabre découverte ne devait pas nous gêné, tous se préparant à partir avec au début de mission, une coordination plutôt éparpillée qui j’essayais de remettre dans les clous. C’est en progressant, Chachapo de tête, que lentement une certaine discipline refit surface en même temps que le danger croissait depuis la découverte sinistre. Plus nous nous approchions de la ville, plus il semblait y avoir des traces de cette souillure qu’apporte le Tree Barar, et la Pointe fut rapidement visible après une longue marche. Cette dernière restait à une certaine distance, mais semblait noyé dans un environnement de calme presque sinistre. Sans joie sous cet air sombre apporté par les nuages errants dans les cieux.

La caravane d’un certains Jejepo se trouvait juste devant, Chachapo assurant qu’il devait y avoir à l’intérieur tout un tas d’explosif et feux d’artifices de contrebande, il fut vraisemblablement interdit de passage par un étrange Hingashien se tenant sur la route, lui disant strictement qu’il n’avait rien à faire ici. Certains se contentaient de ne rien faire en observant la situation, et d’autres fouillaient un peu le chariot et les environs, Merethir aux aguets bondissant des hauteurs pour chercher à comprendre ce qui pouvait se trouver dans la masse de plantes presque huileuses. Ses dernières s’activèrent, des ronces tournoyant autours du chariot pour l’emporter dans le sol dans des craquements de bois, autant que les morts-écorces dans un état encore pire qu’ils ne furent jamais découvert sortaient de leurs trous dans des grognements rauque. Malgré la situation d’urgence, il y avait encore une difficulté de concentration face à l’absurde menace qui d’un coup nous tombait dessus. Sans cible, c’était comme si le sol lui même sous nos pieds était devenu un ennemi goudronneux nous collant les bottes par terre. Au moins y avait-il une solution : l’Hingashien qui avait fait chuté A’Tinea au sol quand cette dernière se concentra sur l’éther qu’il dégageait, réalisant le danger grandiose qu’il comportait, n’avait fait que reculé pour disparaître d’un coup. Et les plantes sur la route menant à Bonne-vie ne semblaient pas apparaître ou même s’y déplacé. Quoi qu’il pouvait se trouver devant nous, nous serions peut-être en sécurité, mais dans ce genre de situation, on ne fait souvent qu’échanger une menace pour une autre.
Image
Nous extirpé de ce sol écœurant et des ronces essayant de nous saisir se fit en quelques mouvements efficaces et commençant enfin à être de pair. Si Merethir était en première ligne pour repoussé morts et plantes, U’kailya fini par tirer l’épée pour retenir tout ceux s’approchant du chemin que Chachapo avait fini par créer en fonçant en avant, passant par l’épée tout ceux qui pouvaient la gêné. Jejepo allait être emporté avec le dernier, mais N’lamahni qui venait de déposé A’Tinea sur ses jambes l’extirpa de la caravane pour l’emporter avec nous. Plusieurs des caisses d’explosifs furent balancés par les deux camarades Miqo’te, U’kailya et N’lamahni, au milieu des ronces à l’exigence de Merethir pour nous débarrassés de celle ci afin de pouvoir partir. Tout le monde fini par atteindre le passage sous les lueurs des protections éthérés de notre guérisseuse, et la dernière scène fut le tir du lance-patate de N’lamahni vers les caisses accumulés entre les ronces et les morts, seulement la caravane brisée laissé dernière nous, emportée par ce qui aurait du être une énorme détonation. Mais à la place, rien. Rien qui ne fut visible en tout cas, alors que nous aurions du admiré une formidable explosion emportant les ronces, en tournant la tête il n’y avait strictement rien. Ni décombre, ni cratère fumant, ni quelconques menaces depuis que nous avions traversés comme un reflet de miroir qui se brisa en milles morceaux dans des bruits cristallins, mais sans effet visible.

Du moins, pas avant de se concentré, car nous étions dès lors au milieu d’une belle journée ensoleillée d’où provenait les rires et les échos des activités des locaux s’amusant à l’intérieur de Bonne-joie. Ce changement flagrant en toucha plus d’un, nous qui étions en péril, venions d’un coup de finir dans une situation des plus simple et paisible. Bien décidée à comprendre ce qui se passait là, Chachapo se dirigea en vitesse vers la porte de la ville en étant rapidement suivi par l’ensemble du groupe venant de se remettre de cette découverte. Ce qui au loin n’avait l’air de rien, à l’intérieur regorgeait de vie et d’activité de toutes sortes entre des danses autours de poteaux pleins de rubans, des lieux où plusieurs mangeaient, buvaient de tout leurs saouls au milieu d’histoire rires et champs. Et même des spectacles de gladiateurs improvisés sous des rires et des chants partagés. Plusieurs locaux riant vinrent à notre rencontre en essayant de nous étreindre, de nous souhaiter la bienvenue, l’un ayant même appelé Chachapo « petite fille » se prit un déluge incendiaire de l’ancienne garde du Sultanat outrée. Et le gloussement qui fut échos à ce grondement, fut partagé de manière incompréhensible par notre protectrice, qui en fut des plus choquées. Nous n’étions peut-être pas autant maître de nos sentiments ici, A’tinea par exemple qui après avoir inspecté les lieux pour découvrir ce linceul de mensonge déposé comme une nappe de brouillard, arriva bien difficilement à rester concentrée.

Les inspections de Merethir confirma les craintes depuis le petit rire involontaire de Chachapo, découvrant à chaque endroits petits morceaux de miroirs abandonnés rappelant l’histoire étrange de reflet évoqué par le Thanalanais à l’extérieur, la vision à travers ceux ci dévoilait en partie la vérité. Si ceux ne riant pas et souriant simplement étaient floue, et les autres avaient l’air bien plus pâle et malade. Tout comme nous étions en train de le devenir sans même nous en rendre nécessairement compte, les atrocités autre comme les personnes tournoyant avec des boyaux des corps empalé à la place de ses merveilleux rubans, tout ressemblait à une parade des horreurs abominables couvertes par des reflets de mensonges. Alors que tous inspectaient, N’lamahni discutant avec un gros bonhomme plein de vie en tenue couleur lie de vin, la lame d’U’kailya se planta au sol et sanctifia les environs. La lumière brisa pendant quelques instants les miroirs illusoires dans des innombrables visions de cristaux brisés, dévoilant la vérité dans les environs, notamment que l’homme était bien plus maigre et désolé.

Désignant la masure et l’occultiste devant, nous montrant où il pensait pouvoir être sauvé, jusqu’à ce que la couche de miroir s’installe de nouveau à nos yeux, le rendant jovial et amical. L’approche de la demeure se fit encore sous couvert d’une fausse joie et d’un amusement de parade qui devenait de pire en pire en passant dans la foule, ceux tardant le plus à venir furent contactés par des personnes tirant un peu sur leurs places en leur demandant de « les accompagnés devenir des fleurs à leurs tours. » Comme si quelque chose avait fini par découvrir nos intentions, la discussion avec l’occultiste fut raccourcie. Il essayait de se sortir de là se débattant à l’intérieur des échos différents parlant sous des dizaines de reflets différents en étant désespéré : C’était un cultiste de l’Arbre-en-Deuil, un de ceux ayant visiblement fini par essayer d’arrêter les projets de son maître, mais ce dernier maudissait visiblement une créature du nom de Luxrus. Nous expliquant de traverser avant de détruire ce qui produisait les reflets, avant de disparaître de l’illusion dans un hurlement effrayé. Happé par ce qu’il voulu nous prévenir, nous laissant que la demeure derrière lui. Celle qui à travers les morceaux de miroir semblait être un amas de ruine antique, là où nous attendait le cœur de cette folie.
Image
Pour Chachapo, hors de question d’attendre trop longtemps, sous le couvert de Merethir veillant sur elle lance en main, sa colère était peut-être mue par l’intensité de la tentative de contrôle mental ce qui lui fit littéralement explosé le mur de pierre qui était présent à la place de la porte. Ici, les reflets matérialisait bien plus difficilement un fil illusoire, laissant voir le seul lieux identique d’une phase à l’autre. L’intérieur était une sorte de vieille ruine circulaire avec des gravures installés un peu partout, recouvertes de ronces noires glissant tout autours des fresques en se joignant au cœur d’un étrange miroir immense, dont le verre était une sorte de cascade ne produisant pas d’eau au sol, légèrement brumeuse, où on pouvait voir la vérité hors des mensonges à travers ce dernier. U’kailya était partie chercher A’Tinea toujours en situation difficile, se laissant petit à petit charmés par les propositions des colporteurs ahurit. N’lamahni confondit cette allure avec celles des démarcheurs sinistres de Limsa et s’enfuit dans un cri de panique, j’intervins pour trancher net ceux se prenant les pieds dans les chausses-trappes où poursuivant U’kailya et A’Tinea.

La protectrice dans un éclair de lucidité ayant transpercé son assaillant. Ils étaient nombreux à venir, mais l’appel de Merethir était clair : Il fallait traverser le miroir avant de le détruire pour ne pas être coincés dans le linceul d’illusion. La charge de Chachapo la mena droit à travers tandis que je balançais A’Tinea dedans pour combler son état d’hébétement. Tout le monde fini par traverser le voile, se retrouvant de nouveau hors des illusions. Cependant, prise sous la frayeur, N’lamahni du être récupérée par U’kailya à grand effort pour la sortir de son état mental ayant été brisé par ses souvenirs – Bien que je m’efforce à croire qu’elle n’est pas totalement déréglée pour son âge quand elle soutient le regard de monstre abjecte mais pas de ses traumatismes passés ! Les morts-écorces apparues désormais à notre regard fonçaient vers eux à travers l’illusion, tranchés nets par un enchaînement entre Chachapo et moi en nous laissant reprendre le front, pour observer l’obscène créature de cauchemars.

Sa présence en Bonne-vie se mélangeait parfaitement au cadre local – Les combats de gladiateurs étaient en vérité sinistrement résolu à la mort de son prochain, les corps menés à ceux festoyant pour être découpés et parfois ingérés, des personnes dansant avec les organes chauds de ceux embrochés à des lances. Folie, dépravation, maléfice résidait dans le tissu de mensonge du serviteur du Tree Barar dont le corps boursouflé et immense avait brisé les restes de ses habits hingashiens dont le mauve trahissait son ancienne allégeance à Onotsaku. Merethir plongea à toute vitesse à sa rencontre, sa lance percutant son torse de chair bulbeuse au milieu de l’amas d’écorce comme si un arbre avait voulu se faire un habit de peau. Progressant lourdement après avoir envoyer paître le chevalier dans un amas de brique et de bois, sa voix était rauque et se mélangeait à de nombreuses autres à la manière des maléfices de son maître, abandonnant le cadavre du cultiste de l’Arbre-en-Deuil au sol.

Il serait apprit plus tard que c’était lui qui avait trahi son maître pour offrir le Sceptre noueux à Dame Laurianne, sans avoir conscience qu’une source plus noire encore veillait à ce qu’il n’en soit rien. C’est proche des ruines de la Prison de Luxrus que le sceptre fut attiré, et ce poison avait contaminé Bonne-vie en laissant ce séide infâme faire de ce lieu un reflet obscène pour y cacher ses méfaits. Le miroir était porteur de ce linceul, dès que nos camarades finirent de sortir de là, Chachapo trancha net l’artefact en y laissant une fissure de lumière, le brisant en deux. Le voile s’écroula brusquement, libérant les civils encore conscient de ce tissu faux-semblant en laissant des hurlements croître un peu partout dans la ville quand ils réalisèrent l’horreur dans laquelle ils se trouvaient. Se reprenant de la peur qui l’assaillant, N’lamahni resta à couvert des ruines que Chachapo protegeait comme elle le pouvait pour préservé la carte menant aux ruines de Luxrus, et l’héritage de ce lieu magnifique. U’kailya restait auprès de moi et A’tinea.

Nous avions subies des chocs intenses, gisant sur les pierres de la vieille ruine maintenant dévoilée, l’énergie draconnique s’extirpait des assauts de Merethir offrant à N’lamahni une ouverture pour sa javeline, notre combattant aérien ne cessant de le harcelé jusqu’à lui planté sa lance dans la nuque. Chachapo et U’kailya firent union de leurs forces, sanctifiants comme elles pouvaient la créature en laissant un rayonnement de lumière se dégagea de sa poitrine, purgeant les ténèbres qui pouvait la consolidé dans des hurlements ne cessant de s’étendre. La guérison provoqué par ma camarade miqo’te fut surprenant, laissant A’tinea usé de quelques renforts, je bondissais pour planter ma lame en plein cœur de la sanctification pour laisser choir la créature. C’était fait. Nous étions triomphant, seulement pour observer un village ruiné par les reflets de Luxrus. Malgré tout, les civils qui n’étaient pas occupés à aider ceux qui devaient l’être, ou repousser un peu des restes affreux du carnage laissé derrière le passage du vice, vint à nous saluer pour cette libération. Le Capitaine Dentelion fut bien vite contacté pour amener de quoi secourir tout le monde et nettoyer la zone avec des Occultistes de la guilde. Mais pour que jamais cela ne se reproduise, notre prochaine destination était la cage de Luxrus, afin de découvrir aussi quel est son mystérieux lien avec le Sceptre noueux. »

Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 227
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 13 sept. 2020, 17:32

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Le Culte de l’Arbre-en-Deuil."

Image
Soixante-dix-huitième Entrée – « Acte 11 – Dans la cage de Luxrus.»
Image
« Explorer une vieille ruine abandonnée est souvent le début de bien des soucis, sauf pour les chanceux tombant sur une ruine Nymienne en Vylbrand en sortant avec des cristaux destinés aux érudits et finissant plus que riche. Mais cette fois, il s’agissait d’aller atteindre le cœur de ce qui avait menacé le Temple itinérant de Laurianne autant que cette menace avait dévasté Bonne-vie. Le nord du Thanalan oriental avait à craindre cette présence, mais autant nous avions but de stabilisé la situation, autant il fallait comprendre ce qui avait tant attiré les mystères de l’Arbre-en-Deuil jusqu’à la cage de Luxrus. Les occultistes ne pouvaient que nous informés en tout cas que ce lieu était censé être interdit, mais maintenant que l’influence affreuse de l’entité coincée là-bas s’étendait, il n’était plus question d’interdire grand-chose. Il fallait intervenir, et c’est ainsi que notre équipe à commencé à se préparer au camp des os desséchés pour nous mettre en route vers le cœur des derniers soucis locaux. Cette fois, nous avions le Sceptre noueux découvert et avec un début d’essai d’Aerlin qui vint avec l’artefact entre ses mains, un élémentaliste de Gridania était alors tout ce qui nous fallait pour l’user à son plein pouvoir. Mais le reste de l’équipe était tout à fait stable, des compagnons récents : A’tinea, N’lamahni, Chachapo Chapo, Merethir, U’kailya, et s’y ajoutant à notre groupe la compagne d’Ika Rifter : Aranaelle. Une viera ayant le même rôle que sa moitié, portant une grande armure de bataille et une épée faites pour détourner, parer, et arrêter les chocs intenses.

Fort de notre groupe en place, il était temps de parcourir la contrée pour atteindre notre objectif loin des routes aux nombreuses caravanes et aux voyageurs se plaisant à vadrouiller dans les parages. Ce qui fut plus triste à été la rencontre avec une petite équipe d’aventurier revenant de la destination que nous empruntions. Visiblement, ils poursuivaient sans le savoir un Mort-écorce et finirent taillé en pièce, au sens propre : L’un des leurs s’était fait coupé la jambe d’un coup net, et ne fut sauvé que par une intervention urgente de nos guérisseurs arrêtant l’hémorragie tout en laissant N’lamahni couvrir le tout de ses utilitaires médicales. Si ils furent heureux, ils étaient encore sous le choc, et visiblement bien des problèmes nous attendaient car les morts-écorces ont du essayer de renforcer les rangs de se monstre. L’état des ruines était identique à ce qu’on pouvait souvent trouver dans le Thanalan, symbole d’anciennes civilisations dont Shana pourrait vous faire certainement un détail de quelques heures, mais qui pour l’instant ne nous apparaissait comme des amas de pierres abandonnés. A quelques heures de marche de ce lieu nommé « La citée invisible », gisait les décombres de cette prison bâtie sur les fondations anciennes.

Mais même vieille, l’endroit ne semblait pas dénué de protection, en attestait le cadavre relativement récent d’un voleur empalé par une épée de pierre contre un mur. Merethir bondit sur les hauteurs, voyant clairement la propagation vicieuse de la souillure s’extirpant du cœur de la ruine, il perçu néanmoins que la route était relativement sûre. Les protecteurs étaient nombreux, des sortes de golems de pierres en forme humanoïde n’attendant qu’une chose : Que quelqu’un ose essayer de souiller ce lieu en brisant des affaires précieuses. Tout le monde progressait attentivement, nous concentrant sur les environs en écoutant les informations apportés par nos camarades, jusqu’à ce que les ronces noires vicieuses se mirent en œuvre. Un peu partout, Anja et U’kailya avant tout le monde, finirent par remarqué leurs présences. Merethir tombant des cieux en dévastant une des ronces tenant un vieux livre de pierre nous hurla qu’il était grand temps de partir, un sanctuaire était probablement actif plus loin, mais avant d’y parvenir les ronces feraient tout pour nous arrêté.

Nos compagnons se préparaient à se remettre en route, les informations d’Aerlin qui avait été figé un temps, soutenu par A’Tinea, nous permit de comprendre que les protecteurs ne voyaient hélas pas la corruption, mais leurs regards même clos étaient portés sur les moindres de nos faits et gestes, alors quand un vase fut brisé par une ronce. Ils chargèrent. S’éveillant en des billes de lumières à leurs yeux vide, ils vinrent à notre rencontre à toute vitesse l’un ayant même faillit décapité notre élémentaliste, mais ne coupa finalement qu’une dreadlock à N’lamahni en lui laissant une petite entaille sur la joue. Tous en formation, nous nous sommes rués vers le sanctuaire attendu à bonne vitesse, frappant ronces et golems qui n’étaient pas repoussés par la concentration d’Aerlin et les protections éthérés d’A’tinea. Ouvrant la voie à grand coup d’épée, Anja brisa finalement l’amas de ronce bloquant l’accès au sanctuaire, nous permettant tous d’y pénétré. Ce fut une course folle, cinq longues clochettes à essayer de survivre à ses assauts répétés en gardant un équilibre dans notre formation afin de ne pas finir dispersés et massacrés par les problèmes s’accumulant. Mais plus les ronces étaient brisés, moins les golems étaient prompt à réagir aux fissures dans les affaires des ruines, ce qui nous permit d’atteindre le sanctuaire efficacement après que le passage fut ouvert.
Image
L’endroit était splendide, des effets de miroitement de milliers de cristaux ressemblant à des miroirs donnait l’impression que les formes se superposaient les unes sur les autres sans véritable sens dans un véritable casse tête de visibilité, tout en laissant l’accès à ses éléments important ouverts et accessibles. Il s’agissait d’une ruine, mais comme le vieux sanctuaire du Thanalan méridional où fut trouvé la clé menant à Urdhan Rah, ce qui était brisé avait l’air rencontrer par de tels cristaux. N’lamahni et U’kailya n’étaient pas confiantes en leurs capacités à comprendre les énigmes de ce lieux, préférant surveiller l’accès extérieur pendant que la porte était inspectée par Anja et Aerlin. Ils purent véritablement y lire une histoire, ainsi raconté, celles des trois druides qui furent jadis enfermés ici par des cultistes souhaitant les faveurs de Lakraedas, ayant torturés et transformés les druides en une horreur à trois cœur. Luxrus, ainsi était-il né de la souffrance et de la dépravation des pouvoirs mêmes de Gridanien emporté ici pour en faire une incarnation monstrueuse formant de nouveaux desseins. Les aventuriers de cette époque aidèrent à enfermé Luxrus puisqu’ils ne purent le détruire, et laissèrent la veille aux antiques gardiens de ses lieux lors d’une sorte de contrat.

Si l’histoire donnait de nombreux indices, le moyen d’ouvrir la porte était plus flou : Une sphère blanche devait être placé à l’intérieur de la porte, mais celle ci restait scellée tant que nous n’aurions pas posés nos mains sur les bons miroirs afin de se délaissé d’une partie vicieuse de nos êtres. L’inspection de Merethir et Chachapo parvint à nous faire comprendre que nous étions tous liés à un des miroirs ayant surgit de nulles part en se liant à notre arrivée dans le dit sanctuaire. Tant qu’il resterait le risque qu’une seule personne désapprouvée puisse passé, jamais la porte ne pourra s’ouvrir. A chacun son reflet, quand il parvint enfin à être stable à sa vue, mais nous nous avancions bien trop sans avoir inspecter les moindres aspects de ce sanctuaire plein de mystère.

Peut-être aurais-je du donner plus d’ordre de recherche ? Car la voie grondante quittant l’énorme visage de pierre se mit à gronder de plus en plus, nous demandant qui nous sommes. Il devait être le maître des gardiens, le visage pour les moindres golems qui sortaient des ronces, attirés par ses dernières, pour les forcés à venir nous assaillir. Certains se présentaient, mais une fois de plus, ils étaient sourds et presque aveugle : Leurs perceptions ainsi brouillées ne pouvaient pas réagir normalement. Alors que tous se tortillaient de douleur, installés contre leurs miroirs, pour d’autres sensibles des oreilles comme Anja l’expérience fut encore pire, mais Merethir délaissa la douleur pour s’effondrer sur la dite statue afin d’y extirpé le parchemin siégeant dans sa bouche. A l’intérieur, des runes et des gravures à l’image de ce qui pouvait se trouver dans ce dit sanctuaire justifiant qu’il n’était pas forcément atteins par la souillure, mais le plus important restant ce qui y était écrit. De l’Eorzéen, parfaitement lisible bien que peut-être un peu vieillot, détaillés les termes de la promesse faite par les anciens protecteurs ayant jadis scellé Luxrus pour se rallié aux gardiens antiques.

La situation était critique, nos compagnons se regroupant lentement sous les bruits des braillements tandis que l’ensemble des golems nous encerclaient en levant leurs lames, et personne ne pouvait faire grand-chose vu leurs états si ce n’est observer les environs dans air paniqué jusqu’à ce que Merethir décela la manière dont on pouvait au lieu de combattre tout les gardiens des lieux, nous faire finalement accepté. La promesse fut récitée et parfois personnalisée par plusieurs des nôtres, leurs noms véritables s’inscrivant doucement sur le parchemin et nourri par le sang de leurs paumes. Liés par cette promesse, les golems de pierre s’éloignèrent et furent comme enfin conscient de ce que nous pouvions dire et faire, la tête de pierre immense et barbue répondant à nos questions : L’abandonné, tel était son nom, fut isolé ici à jamais pour veillé sur les lieux. Et il se rallierait à qui promettrait d’agir dans les intérêts de cet endroit, ce qui depuis l’intervention du Tree Barar sur la cage de Luxrus était de détruire la chose enfermée dans ce domaine. Tout le monde déposant leurs mains sur leurs miroirs finalement, Chachapo récupérant la sphère blanche enfin débloquée par la disparition des miroirs et des vrilles de verre noire disparaissant en étincelles comme des milliers de feux follets s’éparpillant. De nos paumes guéries par A’tinea après qu’un peu de sang en ait coulé pour scellé la promesse sur le grand parchemin, des sortes de flammèches d’un bleutée pure tournoyèrent autours de nous.

Ce fut là un bref instant candide, N’lamahni appelant la sienne « Flamy » et Anja préférant le plus gracieux « Saphir », nous laissant un bref instant plus plaisant après la pression exercées par les gardiens, bien que se dévoila à nous un domaine qui allait rapidement devenir bien plus sinistre que ce que nous venions de vivre à l’instant. Vaste, étendu, une grande salle ouverte qui à l’image du sanctuaire refermait par les lueurs de cristaux de milliers de reflets de verre là où l’antique ruine à été détruite. Celle ci était circulaire, des cercles concentriques aux nombreuses arabesque et aux colonnades de pierre nous menant droit vers le centre où se trouvait un large rond de métal au sol ayant la figure du morbol reflété par l’incarnation de Luxrus aux trois cœurs. Il avait l’air de capté toute lumière, une fumée verdâtre en sortant doucement là où il était hélas fissuré, et de nombreuses racines puantes et autres aspects d’une nature décrépie avait envahit les lieux en de divers endroit. En marchant, tout les reflets des cristaux au dessus de nos têtes, formant un vaste toit, se ternirent, devenant aussi sombre qu’un noir de jais ne laissant plus une goutte de lumière nous abreuvés. Des racines se mirent à glissés sur les pierres autours de nous, s’y mêlant la puanteur et un rire rauque dont on pouvait ressentir toute la malveillance putride.
Image
Plusieurs sources de lumières furent usés, entres les radiances d'A'Tinea et les bâtonnés-lumières de N’lamahni balancés autours de nous, dévoilant un chemin efficace et hors de danger des ronces jusqu’au cercle intérieur où devait se trouver Luxrus. Des nombreux morts-écorces jaillirent dans des hurlements écœurants, n’ayant plus rien d’humains dans leurs timbres, mais ce furent les gardiens de pierre qui réagirent promptement. Nous étions au milieu d’une véritable tornades de différentes mêlées entres des pantins de deux natures très différentes mêlant les lames de pierres et les griffes d’un bois puant. Chachapo ne cessait de réclamé à notre opposant de se montrer, mais celui ci n’en avait visiblement guère le besoin. Il usa visiblement les parties extirpées des reflets vers les miroirs de la salle précédente pour créer des incarnations de nos personnes formés d’énergies élémentaires à l’opposé de nos affinités propre, ainsi que dans nos mentalités en général. Tous purent voir l’opposer de leurs personnes, devenant bien plus agités ou terriblement plus sombre. Les altruistes observant des reflets d’eux égoïstes. Nous étions une équipe, eux n’étaient que des individus en soif de nous détruire à grand effort de coups meurtriers. La tactique puisqu’ils nous encerclaient était d’atteindre leurs éléments magiques, tout en protégeant les nôtres afin de pouvoir préserver une défense efficace face aux assauts des plus vicieux.

Rapidement, l’Aerlin fictif fut brisé par une lance et le véritable Aerlin lui utilisé avec astuce les défauts élémentaires de ceux ci, N’lamahni faisant de même consciemment ou pas avec son explosif ayant permit à la lance de Merethir de nous donner rapidement l’avantage. Si quelques uns des nôtres furent blessés, ça à été minime, et rapidement les doubles non-coordonnés furent vaincu en s’écrasant sur les diverses protections d’A’tinea, d’U’kailya et de Chachapo dans des ondulations de lumière. Anja avait plus de mal avec la Lalafell enflammée qui était face à elle, plusieurs coups d’épées partagés furent cessés quand la lame d’U’kailya s’extirpa de son dos en la transperçant fatalement. Mais la situation fut plus déroutante une fois qu’un éclair concentré frappa au centre de notre formation, nous laissant un instant de confusion jusqu’à ce que les doubles maudits furent définitivement achevés en finissant sur ceux d’Anja et U’kailya. Dès lors, les huit embouts de mirent à s’illuminer autours de l’accès à l’intérieur de la cage, des colonnades de lumière s’en extirpant pour partir vers les cieux, avant que le cercle de métal ne se décroche pour tomber dans le vide.

Le sol se déroba sous nos pierres, l’étendue poursuivant en fissurant la pierre, nous faisant tous choir dans le vide en quelques cris de paniques pour ceux le vivant dans l’inattendu total. Merethir fut le seul à ne pas tomber dans le vide, bondissant en rattrapant Anja dans les airs avant qu’elle ne se rompe le cou par terre dans un geste rapide, la plus part se cassèrent la figure au sol dont Chachapo qui ne se releva pas immédiatement, tandis que je soutenais Aerlin pour qu’il parvient à se remettre sur pieds. L’endroit était putride, abominable, de la fange et de la crasse partout avec un fond d’eau croupie trempant nos bottes dont chaque relent putride nous donnait envie de vomir : Enfin, pour ceux qui n’avaient pas déjà rendu leurs tripes, soit à cause des odeurs, soit à cause de Luxrus lui même. L’incarnation des trois druides torturés formait une sorte de Morbol abominable difforme et incarnation même de ce que la peur des organises abominables offrait. Il n’avait pas l’air maléfique d’un Urdhan Rah, ou l’air glacial des machineries de L’inrien. C’était de la pourriture vivante, et en raillant une Chachapo se redressant après l’impact, il parti à l’attaque. Ses tentacules éparpillèrent la première ligne en frappant nos pairs de pleins fouets jusqu’à la contre-attaque, la grenade de N’lamahni nous fit réalisé qu’à l’intérieur il y avait les trois cœurs battants, mais son corps se régénérait à toute vitesse.

Des chanteurs collés à ses tentacules empêchait les échos de l’Arbre-en-Deuil de l’affaiblir, son fragment d’âme encore en vie coincé et ponctionné très lentement dans une petite cage. Merethir s’appliqua tout le long à détruire l’accès pour qu’Aerlin puisse faire usage du sceptre noueux pendant que nous luttions face à Luxrus. Chachapo et moi avions dévastés les chanteurs forcés sur ses tentacules pour laisser les esprits des anciens adeptes de l’Arbre-en-Deuil nous offrir force, et courage, tandis qu’Anja nous servait de première ligne auprès d’U’kailya qui défendait Aerlin et A’Tinea dont les boucliers et les soins relevaient ceux qui étaient éprouvés par la bataille. Finalement, deux des cœurs furent dévastés, avant qu’il ne s’écrase sur le bouclier d’une U’kailya blessée par du mucus acide. La douleur d’Aerlin était poignante, hurlant en essayant de jugulé le pouvoir de l’esprit qui gagnait le sceptre et sa propre connexion, soutenu par Chachapo qui lui confiait sa propre essence et A’Tinea essayant d’empêcher notre élémentaliste d’être dévoré par cette force à l’instar d’un puissant sort de Magie Blanche.

Le dernier cœur fut atteins alors qu’il s’acharnait à vouloir écraser et dévoré Aerlin lors de cette transe, jusqu’à ce qu’on puisse permettre à la lame d’Anja de le fissuré en deux, laissant l’entité s’effondrer sur la protection en ne laissant d’elle que chair putride et les corps antiques des druides affectés. L’impulsion de lumière délivrée par la maîtrise d’Aerlin sur le sceptre noueux, devenu un grand bâton magnifique aux multiples feuillages, régénéra les lieux en transformant ce qui était souillé en herbe fraîche et mousse possible. Plusieurs des nôtres tombèrent dans l’inconscience due aux blessure et à la fatigue, mais nous étions lors dans un sanctuaire à la place d’une geôle où nous pouvions enfin guérir nos plaies. L’Arbre-en-Deuil à travers le sceptre, est à nos côtés. Maintenant, nous devons trouver un moyen d’arrêter ce conflit sans avoir à abattre tout le culte : Peut-être qu’une solution paisible était enfin viable pour protéger l’Est du Thanalan. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 227
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 16 sept. 2020, 13:11

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Le Culte de l’Arbre-en-Deuil."

Image
Soixante-dix-neuvième Entrée – « Acte 12 – Un cristal à éteindre.»
Image
« Après le triomphe de la cage de Luxrus, j’étais particulièrement motivée par la réussite malgré les difficultés, et c’est sur cette lignée que nous sommes parti poursuivre notre péril en ayant cette fois pour rôle de préparer le sanctuaire de l’Arbre-en-Deuil. Le projet d’Adel’Delroy concernant le Hicor récupéré lors de la bataille du cristal mauve était toujours d’actualité, mais pour cela, il nous fallait parvenir à accomplir quelque chose de particulièrement dangereux : Le vider de sa source. Cela ne pouvait pas être fait n’importe comment au vue de l’énergie infâme qui résidait à l’intérieur. Pour cela, notre objectif était d’atteindre une vieille création du sorcier Hector Spencer afin d’y greffé le dit cristal. En grand risque, son pouvoir animerait sa création qui se déchaînerait sur tout ce qui existe autours d’elle, mais l’hicor n’est pas une source intarissable d’énergie du néant. Ce n’est là qu’un fragment débordant de ce pouvoir ayant pour capacité de brisé le corps des simples mortels essayant de le manipulé, loin d’être fait pour être utile.

C’est auprès de deux des occultistes d’Adel’Delroy que nous nous sommes retrouvés dans le camp des Os desséchés auprès de nos compagnons. C’est un groupe de six cette fois qui s’est rejoint, avec pour nous protéger Chachapo, Anja et U’Kailya, ainsi que notre groupe de brave combattant constitués de L’vinus, Merethir et moi même. Le temps n’était pas là pour nous faire des faveurs, et c’était donc sous une pluie déchaînée que nous avons parcouru la contrée en direction du sud afin d’atteindre les vieilles ruines où jadis le Premier L’Inrien et son acolyte Hector Spencer créèrent ce qui aurait du pour eux être une arme de guerre à jamais oubliée. Pourtant comme nous le découvririons bien suffisamment tôt, le mal aime conserver un regard sur ce qu’il peut corrompre tôt ou tard. C’est donc trempés que nous avons débuté notre voyage sur des sentiers isolés et simples pour commencer, les routes n’étaient pas envahie de monde avec le temps qu’il faisait, mais il y avait tout de même une ambiance nocive quand un vieillard s’accrochant à la jambe de Chachapo en lui disait que les serres mauves viendraient. Il ne cessait de nous suivre, bientôt accompagnés de nombreux autres, au moment où nous avons fini par rejoindre l’accès vers la ruine.

Les occultistes souffraient de la proximité et du déplacement de l’Hicor, l’un finissant par mettre un genou à terre au pire moment. Nous n’étions pas des plus concentrés à cause de l’attroupement, aussi personne ne constata qu’ils observaient ce qui se traînait dans les cieux. Heureusement, le réflexe de Chachapo qui cherchait à les éblouir pour les éloignés nous offrit aussi le temps de constatés le problème de taille qui était au dessus de nos têtes : Des nuées et des nuées de sortes de corbeaux au corps écailleux et purulents comme des petits démons piaillant et essayer de nous attraper comme un des pauvres bougre qui fut amené en l’air et déchiré par les oiseaux tournoyant en une véritable tornade autours de nous. Heureusement, U’kailya avait déjà relevé les occultistes et nous progressions dans la difficulté en ayant au moins conscients que la plus part des détraqués n’ayant pas dormi depuis trop longtemps avaient été balancés à terre par Chachapo lors de sa lueur incroyable. Le rideau de pluie n’aidait absolument pas, et une bonne formation permit au moins une progression efficace.

Des bonnes initiatives furent rapidement prise : Défendre les occultistes et garder scellé le Hicor qui visiblement commençait à se débattre sous ses runes. Nos arrières étaient maintenue par Anja avec efficacité, qui prit même le temps de dressé des protections autours des Occultistes dont celui épuisé se faisait soutenir par U’kailya qui protégeait un flanc avant que les serres d’une bête ne lui lacère le dos. Le temps de le trancher en morceau, c’était déjà trop tard pour évité une blessure, mais rien de trop grave heureusement. Chachapo avait plusieurs difficultés à se tailler un chemin dans la masse, la lumière qu’elle éjectait régulièrement au moins nous offrait clairement de la distance de vue et de l’initiative de réagir à leurs assauts. Merethir et L’vinus taillant et frappant entre terre et cieux selon leurs deux spécialités, ce n’est qu’après quelques instants intenses que nous avons quitté la tornade croassante pour atteindre la grande herse montrant le début des ruines où se trouvait le maléfice que nous étions venu sympathiquement rencontrer.
Image
L’endroit était ancien, sale et souillé, et il y avait une certaine sensation de malaise venant de nulle part comme si nous étions observés par quelqu’un ou quelque chose à l’affût de nos moindres gestes. Profitant d’un bref temps de repos pour traiter les blessures, tandis que L’vinus prit un temps considérable à observer les oiseaux au loin, si on peut nommer ça des oiseaux. Ils n’osaient pas approcher, et les plus courageux finissaient par disparaître dans des miasmes étranges comme si ce lieu leur refusait une existence claire et finirent désorganisés comme un nuage de mouche stupide errante dans tout les sens. Merethir ayant directement installé son étherimètre eut à son regard ce que l’œil ne pouvait observer sans aide, dévoilant les vagues formes des quatre statues des Chevaliers portant des drapés obscures et quelques différences intéressantes qui pour l’heure ne furent usés. Nous avions une véritable difficulté à comprendre ce maléfice pour pouvoir le déjoué, j’aidais U’kailya à extirpé la griffe et à traité rapidement sa blessure au dos sous la surveillance d’Anja qui veillait sur les deux survivants parmi les fous, dont un se traînait lentement vers elle en lui suppliant de se souvenir de lui. Son regard était fuyant, fou, d’un air ahurit. Comme si il ne savait ni quoi ni comment penser. Bégayant un peu, lui disant qu’il ne voulait pas devenir comme ceux autours de nous bien que nous ne pouvions pas encore les voir. Avant que lentement, son corps se mit à devenir pierre, se paralysant et finissant par n’être qu’une de ses statues abandonnées.

Partie vers la herse directement, Chachapo vit cette dernière choir et s’écraser lourdement sur le passage pour empêcher le passage. Merethir voulu bondir au dessus pour trouver un mécanisme afin de l’ouvrir, mais il percuta brutalement la protection d’énergie malsaine dans une ondulation mauve puissante, Chachapo le rattrapant comme elle pouvait pour évité que le choc en rechutant ne soit pas trop dangereux. En haut, s’y trouvait un des hommes du Culte de l’Arbre-en-Deuil, un des captifs fait par le Corbeau mauve destiné à n’être plus qu’un gardien pour leurs projets conservé là par des chaînes sortant de nulles part. Une vague conversation n’entraînant que des insultes fut prématurément arrêtée, nous ne savions rien de ce qu’il faisait ici, ou comment, nos compagnons n’avaient que l’accès à leurs yeux d’intéressant et tout ce liait à l’étrange bras sortant de nulles part tenant le levier de la herse. Pendant que tous surveillaient, discutaient, voulaient trouver un moyen aussi violent que malin pour passé cet épreuve, U’kailya fini par aider les occultistes à l’aide du projet de Merethir : Offrir un peu de l’énergie du Hicor dans les différentes statues afin de les activés, ses dernières furent nourries en partie par la force du Cristal que nous avions de toute façons à vidé, dévoilant d’un coup en lieu et place des statues voilés, des Chevaliers infâmes du Corbeau mauve.

Deux tiraient leurs lames dans des bruits d’aciers, seulement des billes mauves servant d’yeux sous leurs casques en signe de profonde malveillance, alors qu’ils assaillirent Merethir et U’kailya en des puissants chocs envoyant notre camarade à la lance au sol. Les deux plus intéressants étaient ceux ayant des morceaux d’eux même disparaissant dans le vide : L’un devait être liés aux chaînes tenant l’homme aux ronces sur les hauteurs et le scellant ici, et le second avait un bras disparut dont il prenait bien soin de ne pas trop bouger ce dernier. Coordonnant des assauts, ce qui au moins fut bien plus aisée que partir à comprendre cet intrigue, les chevaliers furent vaincu à toute vitesse par des attaques puissantes laissant leurs corps entropiques disparaître en noir poussière quand ils ne purent supporter leurs blessures. Anja jouant de protection aux côtés d’U’kailya dans des lueurs splendides jusqu’à ce que nous puissions la soutenir.

A la mort de celui portant les chaînes quand L’vinus et Chachapo l’écrasèrent d’un mouvement coordonné, ce qui retenait l’Homme aux ronces explosa brutalement en emportant la vie de ce dernier, nous n’aurions alors plus de réponse à son sujet, la fumée s’élevant lentement au dessus du rempart en laissant de son cadavre à vrai dire plus grand-chose. Le dernier ayant le bras en moins abandonna, prompt à se laissé mourir, Anja essayant de lui parler mais elle ne discernée que cruauté et malveillance dans ses billes mauves. Il voulait être détruit pour que le levier éclate avec son bras derrière la herse, mais Merethir tira brusquement ce dernier peu avant qu’U’kailya ne l’achève un peu vite. Ce dernier éclata en brisant le levier quand la herse fut haute, et elle se mit lentement à redescendre quand le mécanisme fut brisé. Tous se mirent à passé à toute vitesse, U’kailya pensant à la boite contenant l’Hicor dont les runes se brisaient les unes après les autres en essayant de se libéré. L’vinus retenant la herse en usant d’un Chakra, nous laissant un peu de temps, les occultistes à terre sonnés furent presque abandonnés derrière nous jusqu’à ce que Merethir hurla de les gardés à nos côtés, Chachapo venant en récupéré un malgré la difficulté sur les épaules du moniale pour retenir la herse tout en laissant Merethir bondir sur les hauteurs, n’ayant plus de protection pour le retenir. Quant à nous, la boite ne devait pas cédé ici, et nous foncions en vitesse vers le fond de cette ruine en espérant qu’il n’était pas trop tard pour greffé le cristal dans la vieille création de Spencer.
Image
Elle était là, après une intense ruée dans la ruine dont les formes étaient de plus en plus étrange comme si il y avait un voile dessus essayant d’y matérialisé deux réalités dont la seconde était insidieuse, infecte. On ressentait clairement malgré la splendeur provoqué par les jeux de lumières mauves ondulant en divers surfaces glissant comme le reflet de l’eau, que rien dans cette version de la ruine ne serait bon pour quiconque, donnant l’impression que la terre même devenait d’un mauve sombre strié de veine pulsante, et pourtant c’était toujours la poussière et le sable que nous touchions en foulant la terre du pieds. La statue de pierre ressemblait vaguement à un massive Vodoriga à tête de corbeau, ailes de plumes déployées, attendant que l’œuvre de son maître un jour l’achève depuis une ou deux années désormais. Malheureusement, la dernière rune éclata brutalement dans les bras d’U’kailya qui jeta cette dernière au sol, se dressant devant moi pour me protéger de la lueur infâme qui s’en extirpa lorsque l’Hicor se libérait, Anja bondissant sur le côté pour ne pas être happé dans la lueur sinistre qui grava au sol sa marque en donnant encore plus l’impression de malaise dans ce recoin morbide. Nos compagnons arrivèrent avec les deux occultistes à leurs tours, un peu pressé, certains traînant les dits magiciens après les avoir requinqués au mieux en sachant que leurs pouvoirs nous seraient que fort utile.

Dans un acte de bravoure dangereux, L’vinus jaillit récupéré le cristal mauve fumant au sol au dépit de la douleur dans son bras droit dans quelques frappes foudroyantes ayant laissé une noirceur sur l’étendu de son bras. Ce fut rapide, le temps de mettre à toute vitesse le cristal à l’intérieur de la statue, mais cela laissa tout de même sa marque. L’infusion de l’Hicor anima aussi tôt l’entité, un « Corbeau mauve » comme l’emblème de la secte d’Arun’Brakkar. Les veines jaillirent dans des lueurs obscures, de la pierre se brisant naquit la peau écailleuse et bulbeuse à l’image des démons, sont poing se relevant pour percuté le bouclier autours de L’vinus en l’envoyant relativement indemne en arrière, la prévision d’Anja sur l’impact l’ayant sauvé. De partout des problèmes jaillissaient. Plusieurs acolytes du Corbeau avaient du être éveillé par l’animation de cette chose, tout comme une faille se préparant à s’ouvrir en laissant déjà quelques corbeaux-démons apparaître en croassant, battant furieusement des ailes. J’essayais de juguler les passages de la faille tandis que les occultistes se tenaient devant, se concentrant au mieux pour empêcher sa véritable ouverture afin de la préservé close jusqu’à ce que le cristal soit vide de toute puissance.

L’un des mages sur les hauteurs dévia l’impact de Merethir dans les airs en tournoyant soudainement un peu trop dans un arc foudroyant, tandis que le second recevait L’vinus propulsé avec un jeu d’équipe d’U’kailya en plein dans le ventre, le rétamant brutalement contre la pierre dans un grand fracas terrestre. Ce n’était pas la chance pour Chachapo qui essayait de contourner l’aberration massive dont toute l’attention était sur Anja, mais après le passage des herses, je pense que la plus part n’était pas parfaitement concentré. Au moins vit-elle les artefacts sinistres invoqués pour fournir plus de puissance à l’Hicor et à la créature abjecte s’en nourrissant, plusieurs lueurs d’énergies s’extirpant en propulsant Anja au sol en essayant presque atteins les occultistes défendu par les lueurs d’U’kailya.

La situation était lentement en train de nous échappé, malgré la mort du second sorcier empalé par la lance de Merethir dans un choc surpuissant, nous nous éparpillions en objectif et certains en conséquence ne faisait rien de plus que se mettre en place sans avoir le temps d’agir sur un objectif clair. Peu envieuse que nous soyons dépassés par les évènements, Chachapo se mit tout de même en danger pour sanctifié l’un des artefacts venant d’apparaître pendant que je taillais l’autre en pièce. Ceux ci furent détruit par nos efforts, laissant notre camarade Lalafell avec un filet sanglant à la bouche sous l’effort, la situation était cela dit périlleuse pour Anja : Écroulée sur les deux genoux, un poing se hissant pour essayer de la percuté avec force afin de l’achevé définitivement ,ce ne fut qu’au prix des efforts de Merethir intervenant et Chachapo qu’elle ne fut que repoussée en arrière afin de ne pas être tuée sous le choc. L’vinus s’occupait du dernier sorcier qui produisait devant lui un effet d’aspiration d’énergie des plus vicieux : Conscient ou non, tout ce qui était devant lui aspirerait de l’énergie, ce qui aurait pu être utile pour affaiblir encore plus l’Hicor, mais il n’eut pas le temps d’y réfléchir occupé comme il l’était à essayer de le faire sombrer dans l’inconscience. Après ses nombreux assauts, l’entité avait presque fini de faire usage de toutes son énergie, blessée comme elle le fut par les différentes attaques, son choc serait le dernier et c’est là qu’il y eut une opposition difficile : Chachapo et Anja firent en sorte qu’il se dévie pour que ce dernier coup ne menace pas les occultistes et moi occupée à trancher tout ce qui sortait de la faille jusqu’à sa fermeture définitive.

Mais U’kailya était trop inquiète pour l’état de ses deux camarades, elle ne voulait pas que ce monstre puisse tué quiconque lors d’une mission, malgré la nécessité d’accomplir notre tâche pour la vie de bien d’autres innocents. Merethir bondit et roula dans les escaliers avec elle, subissant une estafilade douloureuse le long du flanc à cause de la lame, empêchant le choc. Il ne balançant sa lance vers la nuque de l’entité qu’après le sort, qu’Anja et Chachapo tinrent en respect avec un peu de mon aide dans une lueur foudroyante pour dévié le choc le plus possible. Le cristal vide glissa hors de son torse, tombant en bondissant deux fois à côté de nos camarades effondrés, et la chose pu enfin disparaître en cendre après cette dernière passe. Les occultistes épuisés s’en remettaient lentement, et tout l’aspect malsain qui donnait l’impression d’un monde infâme sur le notre fini par s’effacer en nous laissant enfin à nos aises. Malgré la forte difficulté dans cette mission, le cristal est désormais vide de l’énergie malveillance qui jadis l’animait. La question étant désormais : Que souhaite vraiment en faire Adel’Delroy qui pourrait nous aider à arrêter le culte et le Tree Barar ? »
Akayane Kosenjobi.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités