[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 292
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 21 mars 2021, 14:33

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Sous l’ombre du Nuage noir."

Image
Cent-trentième Entrée – « Acte 16 – Le dernier maître de l’Aube Obscure.»
Image
« Nous y sommes enfin. Le combat final pour arrêté les serviteurs de Tsakyoki, et faire disparaître l’influence du nuage noir de Sombrelinceul. La forêt Central n’ayant déjà que trop souffert de sa présence, Ikijin restait notre cible avant tout pour qu’il n’y ait plus d’ordre relayés depuis Himitsu no Taki même. C’est devant le manoir des Haukkes, que tout allait fatalement se jouer, là où l’ancien maître de l’Aube Obscure avait trouvé refuge pour préparer ses futurs projets. Sulfur surveillant les lieux, le temps que nous ayons repris des forces depuis la destruction du Cœur obscur, mais nous ne pouvions pas rester éternellement dans l’attente avant de sauter sur l’opportunité d’en finir définitivement. C’est donc une fois préparé, pendant les deux vipères observaient le passage, que nous nous sommes retrouvés pour la dernière fois à la Tour de Dunstan afin de préparer notre départ en mission. C’était un sentiment surprenant de se dire que nous nous retrouvions tous ici, après tout ce temps passé depuis notre première mission pour arrêté l’invocation du nuage noir, sur le point d’enfin y parvenir. Ainsi, c’est bien des cloches en avance que nous nous sommes installés là-bas pour discuter, tous nerveux de ce qui pouvait bien nous attendre, mais envieux de pouvoir partager, manger, discuter, et nous reposer les nerfs. Même Kyuuji fit un bref passage avant de devoir partir remplir ses propres obligations avant tout. Ainsi, nous avons passer la fin de l’après midi avec Runne, Finaen et Eloise à discuter de tout et de rien jusqu’à ce que le reste de l’équipe nous rejoigne petit à petit. Livio avait prit son équipement de fusiller, ce qui allait nous apporter un bon support de feu mais peut-être un peu trop en détriment de la résistance de l’équipe : Seul Ugumori serait là pour nous protéger en première ligne face à tous les assauts qui pourraient nous être menés. Sorn se joindrait efficacement à cette force de frappe, avec N’lamahni à ses côtés et ses fameuses javelines. Et pour guérir nos blessures et nous rendre vitalité et vigueur, Tinea et Aerlin seraient de pair comme souvent pour évité des morts et des blessures graves.

Même Teris & Vaule étaient normalement pas loin, avec Adel’Delroy, prompt à réagir en cas de besoin urgent, la presque intégralité de l’Aube Obscure allait donc agir pour cette mission afin de renvoyé définitivement Ikiji à la mer des étoiles, et le nuage noir à son île-prison dont il ne devra jamais sortir. Une vieille femme que nous avions connue au radeau de la calebasse s’inclinant, et se mit doucement à chanter. Ce chant était simplement merveilleux, une sorte de délice pour les oreilles imprégnant les sens et donnant l’impression d’être bercé par un sentiment d’envie, de volonté et de courage. Les soldats environnant n’hésitèrent pas à se mettre à chanter à leurs tours, la force vitale de cette chanson donnait l’impression de nous offrir des pulsations du cœur supplémentaire tout en nous aidant à nous focalisés sur l’objectif de notre mission : Sauver des vies. Lentement, si le chant disparaissait de la bouche des hommes et des femmes qui resteraient au camp de la Tour, elle était reprise par plusieurs d’entre nous qui à défaut de chanter comme Aerlin nous fit la surprise de le faire. Ceux touchés par cette beauté, rayonnèrent, littéralement. Comme si un flux de lumière les avait imprégné de cette force, et accompagnerait leurs actes afin de se dépassé, bien plus qu’ils n’auraient pu sans. En soit, c’était nécessaire, au vue de ce qui nous attendait, mais la sylve irradiante de vie sous les lumières du crépuscule passant à travers les feuillages semblait chanter tout autant que les sonorités magnifiques nous avaient menés jusqu’ici.

Quittant les chanteurs, Sorn bien heureux de sa balade, tous en profitaient quelques peu, mais cette vitalité allait hélas rapidement décroitre. Lentement, nous nous enfoncions dans les ténèbres du marais sinistre menant droit à la cour du Manoir des Haukkes. Donnant l’impression que la lumière si radieuse et éclatante nous ayant offert un bien agréable voyage, étaient toutes en train de tourner pour devenir une radiance mauve bien plus inquiétante. Au fur et à mesure où nous nous enfoncions dans les parages, certains distorsion se faisaient visible de plus en plus. Comme si à distance, nous ne contemplions que la couche illusoire qu’ils voulaient nous empêcher de contempler. Il y avait encore bien des affaires abandonnés, témoignant du passage récent des Deux vipères ayant été mené par Sulfur, bien qu’aucune trace d’eux ne fut visible. Finalement, c’est en arrivant suffisamment proche, que nous avons eu la cruelle vérité : Le monde avait été assombris, le sol était devenu d’un onyx noir donnant l’impression qu’ici un palais devait être construit. Il ressemblait tragiquement à la prison de Tsakyoki, une sorte d’hommage à son domaine intérieur fait par ses partisans, tout ça sous une cruelle cloche d’illusion empêchant de voir l’étendu de cette structure en perpétuel mouvement. Au loin de là, se trouvait le manoir des Haukkes, semblable à lui même si ce n’est l’immense aurore boréal d’un mauve de nombreuses intensités semblant vouloir déchiré le voile de la réalité. Il était bien plus grand qu’attendu, et il fallait donc réagir sans plus tarder !

Après avoir subi des visions un peu brusque des anciens samouraïs s’étant battu ici, Eloise usa de son totem pour prendre l’aspect d’une chouette avant de s’envoler subitement dans les airs, tandis que nous marchions sous un passage renforcé par la concentration de Finaen afin de nous équilibrer sur la bonne route, Aerlin dégageait une lueur de purification tandis que tous essayaient de progresser à leurs suites rapidement en observant les environs. A l’éthérimètre, Livio indiqua la première menace arrivant bien trop proche . Installés sur des grands amas d’onyx noir flottant dans les airs, des Masques de Tsakyoki nous attendaient et se mire à nous bombarder de sort dans une véritable dévastation. Au milieu des Deux vipères survivants et des Flèches Divines, il fallait progresser sous la cloche protectrice de Tinea rayonnante autours de nous en essayant d’empêcher les chocs de nous atteindre. Nous avions vu un Deux vipères se fait brutalement transpercé par un pique d’Onyx noir sortant du sol, alors il était clair que le terrain était tout aussi dangereux que ceux installés dessus, toute la route menant au Manoir était devenu une sombre fortification aux aspects chaotiques. Finaen se concentrait alors encore sur la manipulation du terrain, faisant de son mieux pour nous évité de recevoir des chocs intenses, ou de se retrouvé catapulté en l’air sans que ça vienne de nulles part, un sort nous envoya tout les deux au sol, en observant Sorn être balancé en l’air par un puissant choc avant qu’Aerlin ne le récupère en vitesse dans une lueur aérienne.

Faisant de son mieux pour dégager la route avec Ugumori et Livio qui avait prit la forme d’un tigre blanc, Runne progressait sur le côté en vitesse, peu avant que les spectres des anciens samouraïs ne jaillirent du sol. Taillant l’ennemi en pièce, Ugumori du faire reculer rapidement le plus terrible d’entre tous : Ashizen lui même. L’esprit de l’ancien Gardien récupéré par Ikijin pour défendre sa demeure ne se laisserait pas faire, et nous les repoussions efficacement tandis que les mages sur les hauteurs étaient foudroyés, et se faisaient descendre par Sorn rapidement pendant qu’Eloise tournoyaient en vitesse en leurs lacérants parfois même les yeux de ses serres. Tout se passait bien, quelques blessures mais rien encore de si mauvais que des chocs brutaux, quant bien une flèche. Elle passa droit à côté de N’lamahni qui tenait le bras de Tinea pendant son bouclier, en transperçant Aerlin de part en part. Chutant au sol, avant de disparaître rapidement en poussière, si ça mort était suspecte avec du recul, le choc lui à été direct et intense. Dès le début des combats, nous avions l’impression d’avoir perdu un des nôtres. Un de nos meilleurs amis même. Happé par un trait si bien ajusté qui avait été tiré depuis la cour même. Par déni, colère, fureur, ou triste, tous se ruèrent en avant en repoussant l’écho d’Ashizen et tout ceux essayant de nous arrêté, avec l’espoir de retrouver potentiellement Aerlin ailleurs que le tas de cendre qu’il était devenu. Je bondissais d’un amas de cristal dans les airs en tranchant ceux qui devaient encore l’être pendant que Livio et Ugumori balayaient littéralement les lignes avant voulant nous retenir. J’avais maigre espoir, mais celui ci fait vivre, et c’est Tinea qui nous enseigna dès lors cette leçon malgré la peur et les larmes.
Image
Défonçant subitement le grillage sinistre qui avait l’air encore plus effrayant sous les lueurs mauves nocturnes imposées par la corruption et les maléfices locaux, la cour s’étendait dans un large terrain avec une myriade de problème qui devaient être réglés. Nous avons été suivi par quelques des Flèches divines survivants, la plus part continuant de se battre derrière contre les masques de Tsakyoki enfin de stabiliser les lieux au nom de Sulfur. Le marbre délicat était devenu cet onyx noir bien trop présent, les haies d’herbes étaient devenu des monstres atroces flottant dans les airs à l’intérieur de leurs pots. Des flammes bleutés ondulantes doucement aux gré des vents là où des braseros étaient installés. Il y avait donc définitivement bien quelque chose de terriblement sinistre en ce lieu, et la vision du manoir n’était pas rassurante. Comme si à l’intérieur, se reflétait un vicié reflet du néant en donnant l’impression qu’il s’agissait d’un passage pour rejoindre le monde démoniaques d’où s’extirpaient les démons. La vision semblait provenir de l’aurore boréal mauve magnifique qui s’étendait au loin, belle, mais très inquiétante si ils voulaient à travers celle ci invoqué des démons comme le nuage noir lui même. S’extirpant de là, Imp et Ahrimans se ruèrent à toute vitesse dans notre direction dès lors que nous avions emprunter le passage des grilles en se focalisant sur notre description, mais malheureusement pour eux, ça ne serait pas aussi aisé. Une fantastique déflagration apparut dans les cieux, alors qu’Adel’Delroy accompagné de Teris&Vaule et des flèches divines, vinrent s’occuper du ciel avec comme appui l’Aeronef où Stanislas ordonnant ses commandes. Au dessus de nos têtes, tout était en flamme, et ça serait hélas bientôt le cas en dessous – Tous se préparèrent à partir accomplir leurs rôles dans la cour, et nombreux ceux qui furent directement intéressés par la vision d’Aerlin qui avaient été enfermé dans une cage face au Masque de l’Aurore dont les quatre ailes, à l’image de la démone, s’étendirent dès lors dans son dos.

Fonçant toujours dans son aspect de tigre blanc, Livio se rua à toute vitesse ce qui offrit clairement du temps et du soutiens à ceux venant délivré Aerlin rapidement de la cuve où le sort actif dans la flèche l’avait convoqué droit dedans. Au moins était-il en bonne santé, mais pour combien de temps ? Ça c’était à nous de le déterminé j’en ai bien peur. Mordant subitement le bras de l’archer sinistre, un homme au masque dans une armure infâme, en l’envoyant s’écraser de côté. La créature réagit aussi tôt en remettant sa nuque et son bras en place dans des bruits de craquement lugubre. Profitant d’avoir le temps pour le faire, Runne congela les cuves en vitesse afin de les faire éclatés les unes après les autres dans un grand choc sonore, surtout quand Aerlin prit sur lui de brisé le passage en finissant au sol, au milieu de l’eau écœurant dans laquelle il avait été sauvagement installé. L’entité était visiblement une des anciennes connaissances d’Aerlin, Gassanoix, qui jadis fut condamné pour utilisation du néant après avoir exploré toutes les possibilités de l’élémentalisme. Finaen le repoussant dans une lueur de purification puissante, il reçu un tir au visage par Sorn qui dévasta son masque et une partie de son visage, et c’est là que l’horreur intervint. En leur parlant, il arracha soudainement son visage en laissant entrevoir vaguement une figure qui ressemblait au Tree Barar. Voilà d’où provenait la naissance du Cœur Obscure, qui le Chambellan était allé chercher pour lui offrir une place auprès d’Ikijin.

Cet homme était le relais du pouvoir de la Souillure du Tree Barar, il faisait en sorte d’essayer de balayer nos camarades dans des puissantes énergies du néant. Aerlin soulevant une protection de pierre se mêlant à celles de Runne, il se concentra en retour pour essayer de purifier brusquement Gassanoix pensant que Runne épinglait ses ailes avec des puissants amas de glace. Au sol, il se rua comme une bête enragée droit vers Aerlin en l’écrasant lourdement au sol pendant qu’un bras fait de souillure étranglait le Miqo’te. Si les flammes conjurés à l’intérieur du bras le blessa sérieusement, ce fut quand Finaen purifia à toute vitesse l’arbre noire qu’il reprit suffisamment conscience, pour aider Aerlin à lui transpercer directement le cœur. Observant son ancien camarade, l’air simplement perdu, sa vie s’échappa lentement alors qu’il chutait à côté d’Aerlin. L’Archer infâme avait été vaincu non loin de là par Livio qui le tailla littéralement en pièce dès que Sorn parvint à lui tirer en plein à l’intérieur, le traversant de part en part après que Finaen ait aidé en percutant les entités de ses amas de lames de vent. Les Masques avaient été dévastés par les efforts de Sorn et Livio principalement, le support des tirs de Sorn aidant parfaitement les manœuvres de son compagnon jusqu’à ce qu’il n’en reste rien. Si de ce côté, tout avait été réglé dans des affrontements violent, de l’autre versant tout avait débuté avec des formidables explosions. Tinea ne se tenait pas loin, elle préparait un sort depuis longtemps et produisait des soins et des supports pour renforcer les actions de tous notamment d’Ugumori, Sorn et N’lamahni.

Proche de notre guérisseuse active en arrière, N’lamahni avait directement tiré sur une sorte de démone mi-femme mi-scorpion qui dirigeait les forces de Légion occupé à travailler sur un grand autel dédié au sang maudit qu’utilisaient les membres du culte de la guerre. Joint à son explosif, Eloise avait prit soin de tout faire sauté dans des énormes chocs qui fissurèrent l’autel, dont le sang essayait de se rependre vers la sphère maléfique centrale qui cherchait à unir le manoir à son obscurité factice qu’Ikijin nourrissait. Tandis que son Egi aidait N’lamahni à frapper sans cesse la démone, un javelot la traversant de part en part, le dard de la femme-scorpion embrocha subitement l’Egi en la brisant soudainement, laissant Eloise choir brusquement tandis qu’elle cherchait à faire usage d’un rite de purification puissant en traçant les diagrammes en vitesse. Esquivant une patte cherchant à la fendre en deux, N’lamahni offrit une distraction avisée en bondissant vers la créature de légion ravagée avant que la queue de scorpion ne l’attrape dans les airs en essayant lentement de l’écraser sous sa force de pression.

Heureusement pour elle, le sort de la Mandragore de Tinea s’acheva en une ondulation surpuissante, concentré depuis le début de ce combat, il affecta énormément la démone-scorpion en un maléfice la faisant ployée mêlée à une purée de pois, permettant à N’lamahni de planté son poignard en plein dans la gorge de la créature en l’achevant définitivement. Saisissant cette ouverture, Eloise acheva le diagramme émettant une lueur pure qui gagna les flots en filant droit vers l’incantation abandonnée au centre de tout. C’est là qu’Ugumori et moi affrontions Ashizen, ou du moins l’écho de l’ancien Gardien, greffé à l’intérieur d’un amas de pierre noire à l’image d’un Golem Amdapori. Ils avaient prévu d’utiliser le Halo des Profondeurs en ce lieu exact, et si Spark aurait pu prendre une éternité à toute décortiquer en ne saisissant jamais de parler avec passion de ses découvertes immenses, cela ne nous empêcha pas de tout réduire à néant. Mon sabre pourfendait tout les serviteurs spectraux qui devaient être ralliés à Ashizen pendant qu’Ugumori dévastait ce dernier. En des lueurs puissantes, les boucliers de Tinea nous permirent de subir plusieurs chocs autant qu’Eloise créa un instant une barrière qui empêcha le Kanabo d’Ashizen de l’envoyer à plusieurs pas sous la terre dans un choc titanesque.

Plusieurs fois, Ugumori frappa en plein torse, plusieurs fois, la fracture s’étendait dans des chocs immenses jusqu’à ce qu’il ne lui attrape la tête. Un éclair fusa dans une lueur intense avant de frapper le crâne de ce dernier, me laissant en profiter pour le décapité net pour libéré Ashizen de l’emprise du nuage noir. S’effondrant au sol, les spectres se dissipèrent en laissant voir face à nous la sphère magnifique reluire d’un blanc nacré au lieu d’être une incarnation affreuse du pouvoir du nuage. Un miroir cristallin naquit, comme ceux des pics noirs, offrant à notre vue un passage droit vers le trône d’Ikijin. Il n’était pas présent dans notre phase, mais bien dans l’obscurité illusoire du nuage noir. Elle avait été bien plus renforcée qu’au Bannock, ça n’était pas qu’une phase lugubre, c’était l’incarnation du projet de Tsakyoki pour la création de son temple censé l’accueillir. Se soutenant les uns les autres, N’lamahni sautant dans les bras d’Aerlin en constant que son ami était en vie. Les réjouissances devraient hélas attendre, même si mon cœur fut rassuré de le savoir encore là. Quelques soins furent offert afin nous préparer à traverser le miroir. Il était temps d’en finir définitivement avec Ikijin.
Image
La traversée du miroir ressemblait au passage d’une eau clair, magnifique, mais inquiétante. Le contraste de température et de pression n’était pas tant gênant, mais on pouvait ressentir clairement une pression autours de nous comme si nous étions rentrés dans un espace bien plus écrasé par la présence locale. Nous étions installés sur un plateau d’onyx noir flottant au milieu de nulles part, les horizons n’étaient que des lueurs mauves et sombres illuminés d’étoiles vagabondes tournoyantes lentement en une danse macabre. Sous nos pieds, une vision de l’orient se retrouvait en ayant pour centre l’île d’Himitsu no Taki, étendant la vue sur l’archipel d’Hingashi jusqu’aux terres de Doma à travers la mer de Rubis. Un nuage immense s’étendant le long de l’orient, étendant ses tentacules sur le monde en laissant voir au centre du nuage le plus massif, six yeux mauve. C’était une vision de l’ambition de Tsakyoki, celle ce s’étendre et recouvrir Hydaelyn en ayant pour intention de devenir le cœur du monde. Rallié et et uni à lui, comme le culte de la Guerre l’espérait, il serait celui qui créerait le lien unique et incassable envers chaque être à travers leurs émotions. Toutefois, ça ne restait qu’une vision illusoire, une ambition immense que ce genre de créature pouvait avoir, pleine de mensonges et de faux-semblant. La seule chose de réelle ici, était l’immense incarnation du Manoir des Haukkes en train de se transformé lentement comme si dans son obscurité, il était déjà en train de changer pour devenir le palais du nuage noir. Installé sur un trône de cristal mauve, comme des conséquences aux présences d’un Hicor, Ikijin siégeait tranquillement en attendant la confrontation finale. Il était temps de le rejoindre, et tous foncèrent en bondissant sur les passages d’Onyx noir irrégulier qui flottaient dans les airs. Utilisant de nombreux diagrammes, Eloise stabilisant soudainement le passage en de nombreuses lueurs rapprochant les pierres les unes des autres alors qu’Aerlin se permit de faire usage de son pouvoir pour unir les pierres et les onyx afin d’établir un véritable pont face à nous.

Ugumori en tête, son Kanabo frappait toutes créatures des émotions qui se traînaient dans toutes les directions pour nous assaillir dans des hurlements immondes et des craquements de leurs incarnations modifiés aux grès de leurs sentiments. Livio et moi étions aux côtés du Gardien, lui à droite et moi à gauche, frappant tout ceux qui arrivaient vers nous de nos lames en recevant quelques coups de griffes au passage. C’était intense, terrible, Sorn protégeant entre deux tirs Tinea dont les lueurs bénéfiques tentaient de nous soigner des anciens chocs dans un acte héroïque de mettre son dos en travers d’une griffure. La récupérant rapidement, tandis que Runne à ses côtés envoyait des lames de vent vers les créatures, Finaen lui déplaçait les pierres d’onyx noir pour essayer de récupéré ceux en péril, rattrapant N’lamahni qui avait été attrapée par la jambe par une de ses choses en risquant de choir dans le vide. Tous parvinrent jusqu’au bout, marchant lentement devant le trône d’Ikijin qui levant lentement la tête vers nous. L’air désabusé, il gardait néanmoins ce froid qui parvint même à m’inquiéter que partageaient les samouraïs de la première Aube Obscure, l’ancien Raen au corps dévasté par la corruption était prêt à nous affronter pour la dernière fois.

Les marques de Runne, Finaen et Aerlin s’étendirent brusquement et se mêlèrent proche du trône en créant une incarnation funeste de leurs trois pouvoirs. Un Elezen l’air taquin, maléfique, levant doucement une rapière vers nous en ayant le support de nos propres magies pour aider notre adversaire. Et il ne serait pas le seul, la machinerie d’Allag rayonnante d’énergie du néant se leva lentement en étendant ses quatre bras. Envieuse de recevoir du renfort de la part de Tsakyoki pour reprendre des force,s la Mort de Fer avait envoyé une des créations allagoise amenant les réclamations de la Mort de Fer. Étendant ses quatre bras, celle ci allait mérité ce pouvoir en nous massacrant tous, et rapidement le combat débuta avec acharnement pour en finir définitivement avec Ikijin. Vaincre ses alliés était nécessaire pour parvenir à nous concentré sur Ikijin, bien trop puissant pour être une cible isolée, il serait pour l’instant contenu par une bonne partie de l’équipe ainsi que par la malice de Finaen.

L’incarnation des pouvoirs volés avait reçu les piques terrestres d’Aerlin le perçant de part en part, s’y mêlant à la foudre de Runne frappant fortement contre ce dernier, l’élémentaliste recouvrit rapidement une protection dès lors qu’elle arracha les piques terrestres en progressant difficilement dans une lueur enflammée d’un noir profond, laissant naître des déflagrations vermeilles. Les chocs de puissances cognèrent douloureusement Runne et Tinea pendant qu’Aerlin s’en défendit en vitesse pour ne pas recevoir l’impact, tandis que dés que le choc s’estompa, il fit usage de tout son talent pour faire rayonné avec Tinea des lueurs de guérisons pour soigner tout nos compagnons dans des radiances pures et magnifiques ondulants autours de l’équipe. Fonçant dans sa direction pour le transpercer de nombreux coups d’épées, hors de question de laisser Runne seul, mais je ne parvins pas à temps quand l’incarnation des pouvoirs usa d’une technique de Runne : Il lui envoya un coup droit dans les bourses, le fameux coup à l’entrejambe qui fit choir le pauvre miqo’te au sol. Tranchant droit là où ils avaient déjà frapper en de nombreux coup de sabre pour le trancher en morceaux définitivement.

Plus ou moins en même temps, la machinerie avait été détruite après avoir fait subir des terribles coups à nos alliés – Livio glissant sur le côté traversa ses câblages dans un tir puissant avant de prendre un coup du pommeau d’une épée du néant qui l’envoya s’écraser vers des lueurs cristallins dans le dos d’Ikijin – des immenses cristaux reflétant devant le Manoir des Haukkes, les reflets de nombreux lieux qu’il surveillait. Notamment nos maisons et celles de nos proches. Enragée à cette idée, N’lamahni fonça en profitant de la purée de pois de la mandragore de Tinea pour planter sa lame plusieurs fois dans la machinerie, avant d’être balancée en l’air en recevant un très mauvais coup d’épée dans le dos. Sorn lui avait littéralement arraché un bras d’un tir bien placé, impactant directement son bras armé, avant de se défendre des coups retour avec Atlas paniquant en criant qu’il n’est pas un bouclier. Propulsant Atlas dans la tête de la machinerie, qui criait en appelant à l’aide une fois qu’elle fut attrapée par la création d’Allag, elle fut traversée de part en part plusieurs fois dans le dos par Livio quand les tirs fusèrent au loin tandis que Sorn levait son arme en même temps que Livio, dévasta la tête de la machine, détruite sur le coup.

Nous affrontions jusque là Ikijin. Se relevant lentement, c’est à trois dessus que nous parvenions à équilibré sa maîtrise tandis qu’il frappait sans cesse dans des bruits de lames s’entrechoquant avec le Kanabo d’Ugumori, la rapière de Finaen et mon propre sabre. Un rayonnement de puissance venant d’Eloise en trois éthers concentré frappèrent Ikijin, permettant à Ugumori de frapper dans son sabre pour laisser une ouverture à Finaen. Sa rapière se plantant dedans, il diffusa l’éther mémoriel du vrai Ikijin qui le fit hésité. Tranché par ma lame, il recula lourdement en laissant choir le cristal de Samouraï au sol, reprenant un instant conscience grâce au coup de Finaen. Nous étions débarrassé d’Ikijin, libéré et son cristal sauvé, c’est Tsakyoki qui prit sa place. Un Hicor naissant sur le front de l’ancien maître de l’aube obscure fit naître six yeux infâme sur son front, tandis qu’il rugissait subitement en nous faisant tous reculés d’un grand coup d’épée. Arrachant Esmeralda à travers un des cristaux montrant cette dernière en épuisant dans cette action une grande partie de son pouvoir, il transperçait sous le regard de Rodrigo à travers le miroir sa bien-aimée, la lame la traversant de part en part, avant de laisser tomber le corps perdu de la danseuse. Impactés par cette vision, cette fois réelle, d’une personne tuée au combat. Finaen s’acharna et frappa comme un samouraï grâce au cristal qu’il avait en main en tranchant le bras d’Ikijin, ce qui le déstabilisa quand il reçu le choc d’Ugumori dans le torse en l’écrasant sur son trône. N’lamahni se jettant dessus, le mordant à la gorge même en s’acharnant avec un enragement immense, elle aurait tuée un homme. Mais elle combattait un démon. Fracassant la miqo’te contre le trône de Cristal, le crâne en sang, il propulsa N’lamahni plus loin roulant jusqu’à Aerlin qui fit bouclier de son corps. Et peu après que les griffes enflammées de Bahamut furent usées par Eloise pour frapper Ikijin droit au torse, laissant des blessures immenses sur son incarnation, il avait décidé qu'il devait réagir. Pour lui, il était temps d'en finir avec nous tous.

Partout, dans les incarnation de cristaux montrant nos lieux d’affinités, des spectres démoniaques essayaient d’apparaître pour attaquer nos proches. Il voulait nous faire souffrir le plus possible, dévoilé nos pires émotions pour prendre le contrôle de nos êtres, mais nous avions qu’un but : Le détruire. Dans un Iajutsu faisant apparaître une Aube obscure dans son dos, il trancha sans cesse et partout en ayant faillit tué Ugumori sous les chocs répétés. Tous élevant des protections soudaines, elles ne suffirent pas et nous avons été balayés par la libération de pouvoir intense tranchant autant le manoir fictif que le cercle d’Onyx au sol. Tous étalés au sol, c’est Tinea en se levant doucement qui nous offrit les forces de parvenir à en finir avec notre ennemi. Illuminant sa sphère, dans une radiance magnifique, s’y déploya d’innombrables étoiles rayonnantes autours de nous en créant une force glorieuse qui aveugla même Ikijin reculant malgré l’état de l’ancien Raen au corps ravagé par la corruption.

Des étoiles innombrables apparaissant autours de nous, une force intense s’extirpa du sol en nous rendant nos forces, notre conscience, apaisant nos blessures en permettant à tous de se relevé. Même Ugumori, sur le point de choir et de trépassé, fit un pas en avant en rouvrant les yeux sous cette force incroyable. Passant brusquement dans tout les cristaux de visions, l’incarnation du Kami des tempêtes fit acte de présence en fermant les yeux, disparaissant en diffusant à chacun un renfort d’éther se mêlant à merveille à ce que Tinea nous avait offert : Ce qu’il nous avait donner, était une conscience d’une attaque venant d’Hingashi pour frapper directement Ikijin. Il se défendait brutalement, envoyant des coups de sabres qui s’allongeant à mesure de ses chocs pour frapper tout ceux l’assaillant, tout le monde essayant de l’abattre définitivement allant de la pierre de roche d’Aerlin à la foreuse propulsée par Sorn. Il recula, et quand le Kanabo d’Ugumori lui écrasa la tête, il était temps d’en finir. Dans une clarté magnifique, Aerlin fit usage d’un soin majeur pour nous offrir la force de frapper une dernière fois, chacun enchaînant les coups en même temps que nos alliés dans une synergie d’équipe parfaite jusqu’à ce que renforcé par Runne, Finaen ne puisse en finir peu après le choc de N’lamahni et Livio l’ayant paralysé brusquement. Une colonnade de lumière aux lys blancs naquit, mêlé de bien des énergies, tout en y ajoutant l’éther mémoriel qu’il avait acquit dans les pierres d’Onyx noir.

S’extirpant du passage du miroir, l’Aeronef de Rodrigo était venu nous chercher – et récupéré le corps de sa compagne, en larme, pendant que tout autours de nous s’effondrait. L’obscurité du Manoir avait été détruite avec la mort d’Ikijin, qui était effondré sur le dos en ayant récupéré sa conscience. Lentement, il tombait en poussière, tout chez lui brisé et libéré de l’emprise du nuage noir. L’esprit de sa bien-aimée, Shakano, naquit à ses côtés en posant une main sur sa joue, heureuse de pouvoir partir tout deux vers la mer des étoiles en étant enfin libéré des maléfices de Tsakyoki. Nous observions depuis le pont du nef, qui retournait rapidement vers la cour du Manoir où nous attendaient nos alliés dans ce triomphe final, le dernier instant du dernier maître de l’ancienne Aube Obscure. Il était temps d’aller de l’avant, maintenant que cette histoire est close. Le nuage noir restera enfermé sur Himitsu no Taki, jusqu’au jour où il nous faudra l’affronter pour enfin le détruire. D’ici là, d’innombrables histoires nous attendent. La curieuse histoire de Teclis autours de l’héritage de Sorn à commencer à effleuré nos pensées. Mais pour l’instant, après toute cette douleur, ses blessures, cette fureur. Il était surtout temps de nous reposer, tandis que je songeais enfin que mon cristal de Samouraï m’était finalement revenu. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 292
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 24 mars 2021, 14:29

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Deux frères - L'héritage de Teclis."

Image
Cent-trente-et-unième Entrée – « Acte 1 – Le projet est en marche.»
Image
« Après la chute d’Ikijin, nous avons tous pu profité d’un peu de repos bien mérité. Ce long voyage prenait fin, mais d’autres affaires s’étaient déjà profilé à l’horizon. Notamment la curieuse histoire autours de la mécanique apparaissant sur Sorn lors d’instant un peu trop intense, où il acquit comme une machinerie autours de ses membres prompts à déchaîné des tirs et des utilitaires impressionnant. Teclis, fut-il nommé lui même dans une voix mécanique, avait encore bien des mystères qui s’identifient aux affres d’Exstasia. Après avoir rencontré la sus-nommée lors d’une enquête aux forges de Garlond, Finaen et Runne accompagnant Sorn eurent compris rapidement que Teclis devait être un prototype impérial inspiré de cette création ancienne. Quoi qu’il puisse nous attendre, Teclis aurait certaines notions semblables à l’étrange création que L’inrien à réveillé. Mais bel et bien manipulé par les forces de Garlemald lié à Landfust. En proie à des nouvelles sur le développement de Teclis, Stanislas nous convia directement là où les impériaux ont commencés à mené des recherches pour faire usage du projet à leurs bénéfices malgré la disparition de son concepteur. Sorn en était la clé, son sang permettait son usage instinctivement il est vrai, mais cela ne les empêchaient pas d’essayer de faire siens tout ce qu’ils pouvaient convoité, à commencé précisément par ce qu’Alaric voulait arracher à son frère : La maîtrise de Teclis.

Installés en Gyr Abania, ayant fait parvenir des troupes en nombre mineur pour passé outre le front de guerre de Ghimlyth, c’est dans les Pics que nous allons devoir affronté les Impériaux et leurs manœuvres pour lancer le travail qui leur permettra d’atteindre l’éveil du projet. Visiblement, investissant Fièrelame, nous avions déjà une cible alors que les autorités Mhigoises surveillaient les lieux en interrompant les venues des voyageurs et de leurs forces pour ne pas qu’elles finissent entre les griffes des impériaux. C’est à l’éthérite d’Ala Ghiri que nous nous sommes retrouvés, la pluie était tonitruante et résonnait dans mon crâne comme un bruit irritant incessant, la foule de gens essayant de se progresser d’une pluie irrégulière et monstrueuse pile le jour où nous étions en intervention. N’lamahni maudissait cela, elle qui en avait marre de la pluie en Sombrelinceul, désirait un peu de soleil Noscéen plus que tout. Gyr Abania aurait pu être sa félicité, mais ça n’était pas le bon jour, et nous nous contentions d’essayer d’avancer malgré les flots torrentiels tombant des nuages nous voilant la vue. Venant se joindre à nous, Kyuuji et Tinea seraient ceux qui veilleraient sur nos blessures afin de pouvoir rentrer entier de notre mission. Notre unique protecteur serait Livio, dans ses autours de pistosabreur avec la lame du vieux Hrothgar, et il serait efficacement assisté par N’lamahni et Sorn un premier temps avant de pouvoir retrouver Runne et Finaen sur place. En l’heure, Eloise serait notre expertise en magie de destruction, et nous en profiterions bien.

S’extirpant des foules immenses de ceux rentrant chez eux pour évité la pluie, N’lamahni chassant les tires-goussets cherchant à attraper quelques de nos bourses tandis que Kyuuji restait inquiet d’une vieille femme lui suppliant de pardonner son enfant. Le fantassin Mhigois de garde nous gratifia d’un sourire, et d’un bon chance, semblant convaincu que nous en aurions besoin. Et ça n’était pas vraiment faux, car peu de temps après notre départ, nous étions déjà en péril. Les environs étaient sinistre, la sécheresse brisée par l’eau ne cessant de couler dans les parages en donnant l’impression qu’elle ne voulait s’arrêter pour rien au monde, nous y avions vu quelques traces. Mais c’est le sérieux de nos compagnons qui nous évitèrent de tomber dans un piège grossier. Un filet nous tombant dessus, Livio le fendit brusquement en deux aider par Eloise dans une lueur de vent, de nombreux Eques Impériaux se penchant depuis les hauteurs en se préparant à nous charger, quelques tirs fusant déjà vers nous. Coup pour coup, Sorn fusillait les cibles dans des lueurs bleutés alors qu’elles étaient gênées grandement par Kyuuji grâce à une manipulation de l’eau habile impactant quiconque avait l’audace d’essayer de poursuivre le feu. Sous un dôme d’éther dressé par Tinea, il était aisé de se sentir en sécurité, mais quelques brèves blessures nous fumes affectés : Une balle me laissa une blessure au flanc, et une explosion d’un jet de grenade propulsa Sorn au sol, recouvert de crasse boueuse, en ayant protégé Tinea et Eloise, dont cette dernière se concentrait pour voler l’énergie des Eques tenant des otages. Ils nous avaient appâtés avec un appel à l’aide d’un Mhigois, avant de se dévoilé, mais ils ne purent pas les exécutés. N’lamahni ayant profité de la faiblesse des porteurs d’armes, s’en occupa rapidement en permettant à Livio de progresse avec Kyuuji à ses côtés en première ligne.

Au milieu d’un champs de cadavres des fantassins de l’Empire, nous marchions un peu jusqu’à la rencontre d’un cocher. Prétendant provenir de Javius, des Populares, il était là pour nous aider à rentrer à l’intérieur du complexe impérial dressée sur les vieilles ruines. Il y eu des doutes, des hésitations, même des idées de s’en servir comme otage bien que les impériaux ont tendance à se ficher de tels états d’esprits. Et nous voilà ainsi installés à l’arrière de sa caravane en direction Fièrelame en laissant les otages repartir vers Ala Ghiri pour signaler notre progression aux forces Mhigoises. Abandonnant les corps de nos assaillants en un triste champs de bataille, Kyuuji faisait de son mieux pour nous tenir tous en bonne santé pendant que Tinea reprenait des forces lentement en soufflant. Tous étaient nerveux, faisaient le moins de bruit possible, et regardaient à l’extérieur les habitants ayant été captifs travaillés sur un étrange réseau d’énergie bleuté, qu’Eloise s’assumait qu’on suive parfaitement vers le noyaux du problème. C’était là, une source de pouvoir pour Teclis, et elle était bien décidée à savoir ce que l’Empire escomptait en faire. Passant outre les pauvres bougres qui seraient à libérés plu tard, la morosité de l’extérieur n’avait rien de très agréable aussi vérifiais-je quand même que tout allait bien. Et tout se passait à merveille, jusqu’à le passage de la première barricade, notre cocher arrêté par un Centurio Impérial bien décidé à vérifier sa parfaite identité. Ah, là, il était temps d’agir si j’ose dire. Et nous nous sommes élancés à l’attaque de l’Empire.
Image
Le Directoire de Draeront, voilà quel était le nom des forces chargées du projet Teclis comme nous l’expliqua lentement l’agent de Javius qui était en train de diriger l’énorme insecte Gyr Abanien qui tirait doucement notre chariot vers l’intérieur de la base. Des dévots fanatiques aux sciences possibles et à la considération des autres peuples comme primitifs, sauvages, à peine plus évolué que les hommes-bêtes. Et le Centurio qui observait notre cocher semblait comprendre que quelque chose n’allait pas, autant qu’une énorme machine de combat ressemblant à un Moudsoud – une type de démon errant encore dans la contrée, nous avait visiblement repéré. Tinea convoqua une lueur blanche magnifique, cherchant à créer un champ d’apaisement en espérant calmer les impériaux, mais tous agirent aussi tôt pour essayer de se débarrassé de nos cibles. Utilisant le totem des milles bêtes, Livio jaillit changé en tigre blanc reluisant d’éclair avant de jaillir droit vers le Centurio en l’écrasant au sol. N’attendant pas pour lui venir en aide, Sorn tira sans discontinuer jusqu’à balancé à la figure d’un des soldats directement sa petite machinerie, Atlas, dans le visage d’un soldat.

Ceux qui ne furent pas tués par les tirs, subirent d’un coup la paix de Tinea que Kyuuji avait renforcé et transformer. Il ne s’agissait plus simplement de les apaisés, désormais. L’élémentaliste les avait directement endormi en les laissant choir au sol. Ironiquement, ils ne le savaient pas encore, mais ils seraient les personnes les plus chanceuses de leur faction après que les combats aient été menés. Puisqu’ils furent les survivants les plus indemnes parmi tout les captifs n’ayant pas été tués dans la fureur des combats. Tirant en cloche, N’lamahni empêchait leurs renforts d’intervenir en les noyant dans la fumée noire, ses derniers s’étouffant en essayant de sortir des fumigènes pendant que tout se mettait en place – Kyuuji et Tinea tiendrait un dôme de protection autours des endormi et de tout ceux que nous allions parvenir à libéré des cages, pendant que Sorn était sur le départ rapidement rejoint par d’autres pour atteindre les lieux d’emprisonnement des Mhigois captifs.

Tinea cria à N’lamahni de venir l’aider, mais ce qu’elle n’avait pas vue venir, c’était que Stanislas avait réussi en retard sa mission d’infiltration. Plutôt que de faire du sabotage, il s’était contenté d’apparaître dans une grande caisse de nourriture en tenant Runne et Finaen à ses côtés. Son plan avait marché, mais ne ne peut pas dire que ça l’avait avancé à grand-chose si ce n’est nous rejoindre à cet instant ! M’extirpant rapidement de la toile pendant que le cocher restait à couvert des protections de nos alliés, je pris un temps d’observation pour contempler les lieux inquiétant. Les ruines avaient été investie en urgence, laissant des câblages attachés sur les côtés des bâtisses brisées reluisant de bleutés d’une énergie apportées d’un de ses étranges ballons installés là où les mineurs forcés avaient créer des trous un peu partout. Ils avaient essentiellement récupérés des outils abandonnés et brisés depuis la reconquête de Gyr Abania, cette fois, c’était eux les forces clandestines essayant de s’installer en place pour leurs occupations. Voyant Eloise passé au dessus de tout le monde sous la forme d’une chouette, ses serres frappant les yeux de l’opérateur de contrôle impérial qui travaillait sur une console de donné pas loin du générateur d’énergie captant les forces en transit jusqu’ici. Elle prit le contrôle de la machine en se servant de ses quelques notions en Magitek pour essayer de découvrir ce qui se cachait dedans, laissant son Egi-Garuda repoussé les Eques impériaux qui essayaient de la taillé en pièce. Je n’étais pas loin d’elle, ayant coupé en deux une sorte de machinerie flottante dans les airs, ce modèle de drone magitek m’était encore inconnu.

Confrontée au Signifer – le titre des magiciens impériaux venant des peuples annexés, ce dernier frappa le sol et laissa s’extirper de ce dernier de nombreux autres drones s’envolant en vitesse en l’air ressemblant vaguement à ce que Gladys est, mais en format uniquement magitek. Au milieu des flots tombant des cieux, des lueurs d’énergies foudroyantes passaient un peu partout dans les cieux comme si leurs présences déchaînait un orage involontaire. Tirant des faisceaux d’énergie bleuté, ils harcelaient massivement nos compagnons en essayant d’abattre le bouclier d’énergie de Kyuuji et Tinea, ceux ci ayant dressés un immense dôme où les blessés et les prisonniers libérés pouvaient s’abriter, les forces impériales se déchaînant dessus en hurlant de colère. Le scientifique principal installé sur une sorte de hamac magitek, avait tirer sur le dôme avec un canon massif, et nos deux guérisseurs allaient finir par céder tôt ou tard. Quel affreuse pression de ne pas pouvoir fuser les aider directement ! Sorn était occupé à essayer d’arrêter une machine bipède essayant de massacrer les prisonniers enfermés pour voler quelque chose en eux, Finaen l’ayant rejoint pour qu’ensemble, ils se protègent et briser la création sinistre dans une lueur de foudre sinistre provenant de Finaen avant que les tirs de Sorn ne l’abatte brusquement. Ayant envoyée un javelot de lumière en plein dans le torse du Signifer, me permettant de le décapité d’un coup de sabre net, N’lamahni avait rejoint les autres en envoyant des couteaux de jets sur les drones errant dans les airs et tirant sur le bouclier cristallins de nos protecteurs.

S’y joignant brusquement, la foudre de Runne frappa dans les airs en massacrant les drones les uns après les autres, créant des arcs d’éclairs au milieu des flots tombant sans cesse. Au moins, les airs étaient dégagés et les prisonniers furent libérés en grande partie, et c’est là qu’ils montrèrent la ténacité Mhigoise : Ils volèrent les armes des impériaux, et au lieu de fuir, la plus part firent acte de résistance en investissant les ruines dans des cris de haines envers le Directoire de Draeront. Fonçant vers la machinerie qui protégeait le générateur, la sorte de Moudsoud magitek l’envoya un tir de lumière pour m’empêcher de défendre Eloise qui fut littéralement écrasée sur la console, semi-consciente et ayant besoin de soin d’urgence. D’un autre côté, Livio fut attrapé par une pince mécanique du scientifique installé sur le hamac magitek, avant de lui inoculé une dose d’un étrange liquide vert qui semblait l’affaiblir de plus en plus.

Ce dont le scientifique ne s’attendait pas, c’est qu’il avait un soutiens magique puissant : Sous le couvert de Tinea tenant encore la sphère en s’épuisant de plus en plus à la tâche, en sueur, laissant à Kyuuji le soin de dissipé tout les effets de poison néfaste en créant une marque semblable à celle de l’Atrofakt sur Livio qui reprit d’un coup toute ses forces, avant de dévasté un bras du hamac qui s’effondra éteins au sol brusquement. Le scientifique rampait au sol, Livio non loin de lui sous la forme d’un tigre blanc, et il tomba inconscient tant la peur l’étreignait qu’il y fit face à face avec le museau de la bête. Profitant de l’assaut de l’Egi-Garuda d’Eloise, mon sabre parvint à trancher brusquement ce qui l’assaillait jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un tas de ferraille. Les forces impériales avaient perdue, Eloise se traînait au sol en reprenant conscience en manquant de chercher des soins à son état, tandis que nos guérisseurs étaient simplement épuisés. Tous se retrouvaient petit à petit dans les décombres, en voyant quelques déflagrations dans les ruines là où les Mhigois secouru affrontaient les quelques Eques encore présents éparpillés dans les ruines de l’installation. Le générateur défaillant émettait de plus en plus de lumière terrible, ainsi que la tour proche d’ici. Il fallait empêcher leurs explosions, avant que cela ne ruine nos efforts en tuant tout le monde.
Image
Livio reprenant forme en étant rapidement rejoint par Sorn, les deux observaient la machinerie Magitek en essayant d’identifier comment faire disparaître l’énergie qui y résidait sans que tout n’explose brusquement. Pianotant les boutons de la console interne, usant de leurs maîtrises de la Magitek bien utile dans cette situation là tout en profitant du bouclier d’énergie autours du générateur qui avait été levé dans une lueur puissante pour mitigé les apports d’énergies qui ne cessaient de rejoindre le cœur du générateur. Bloquant dans les informations du système les accès à son tour, Sorn arracha les câblages principaux dans des lueurs intenses frappant les environs alors que les forces intérieur dégorgeait au sol brusquement en se vidant doucement plutôt que de produire une formidable déflagration. A la tour, N’lamahni avait voulu tout faire exploser avec un détonateur d’urgence, mais elle fut arrêtée par Finaen lui tenant le poignet, conscient qu’avec l’entropie des énergies tout risquait d’exploser dans tout les sens. Je comprenais la jeune, quand quelque chose semble sur le point de provoquer bien des soucis, j’ai essayer tendance à simplement essayer de tout trancher en morceaux – C’est ce que je faisais d’ailleurs ! Maintenant que les machines étaient brisés, c’est renforcée par une carte de pouvoir de Tinea que je me retrouvais à trancher les derniers Eques dans des lueurs d’éthers tranchant à toute vitesse auprès des Mhigois libérés.

Protégés par les boucliers de Kyuuji reluisant de cristaux magnifiques, les arcs foudroyant sortant de la tour ne purent pas atteindre N’lamahni, Finaen et Runne pendant que les deux magiciens dérivaient comme ils pouvaient l’énergie à l’extérieur de la tour dans un procédé un peu chaotique. N’y connaissant rien en magitek, ils se contentaient de vider la tour de son énergie pure, à grand risque jusqu’à ce que tout s’éteigne un peu partout, réduisant grandement les lueurs partout en ville si ce n’est celle d’une sphère inquiétante d’un bleuté magnifique qui reluisait plus loin alors. Au centre des ruines. Laissant Stanislas s’occuper d’identifier la tour magitek, N’lamahni faisant un fort beau cadeau à Stanislas, nous avons commencer à partir vers l’intérieur des ruines directement bien que Kyuuji resta avec les prisonniers libérés en piteuse état en les raccompagnant vers Ala Ghiri afin de les guérir et de les faire revenir en vie et entier. Ayant du tant subit avec Tinea, il lui proposa aussi de venir avec les rescapés, mais prenant son courage à deux mains et malgré ses forces au plus bas.

Tinea fonça vers nous en forçant ses jambes à tenir malgré tout, profitant de la protection d’un Sorn souriant qui ferait tout pour que plus rien n’arrive à son amie. Ce qui inclus qu’il prit un impact d’une explosion magitek l’envoyant s’écraser au sol avec des débris un peu partout sur sa pauvre tunique. L’aidant à se relevé, les toits ayant survécu au vieux ravage de Fièrelame était investit par les quelques forces impériales encore présentes qui tentaient d’ériger des barricades de fortunes. Plusieurs n’étaient que des enrôlés stupides ayant accepté de travailler pour le Directoire en espérant améliorer leurs conditions de vies, comme si ils n’avaient pas apprit de l’occupation précédente. Eloise avançait avec Tinea, les deux reprenant leurs forces, les blessures de notre invocatrice ne lui permettait pas encore de grandement aider, laissant son Egi-Garuda tournoyer dans les airs en frappant les tireurs dont la plus part étaient gênés dans les fumigènes de N’lamahni qu’elle avait tirer sur les hauteurs. Dans des lueurs puissantes, Finaen avec le support d’Eloise, empêchait que les hauteurs poussés par des drones magitek ne nous tombent dessus en des écrasements puissants saccageant tout sur le passage, les ruelles encombrées par des barricades de fortunes dont nous nous débarrassions en vitesse avec Livio tout en fonçant en avant sous la protection de nos compagnons légèrement plus en arrière. Runne s’était littéralement éjecté en avant, se prenant un peu douloureusement une barricade dans les jambes en tournoyant en l’air avant de se retrouver miraculeusement debout. Nous ouvrions la voie de nos armes, en entendant les cris de colères des libérateurs venant se débarrassé de ses impériaux zélés dont une partie étaient des vermines de leurs propres peuplades.

Ce qui nous ouvrit l’accès droit vers le centre de la ville. La faucheuse aérienne impériale tournoyait doucement en l’air en tirant parfois à l’intérieur de la ville, vers ce qu’elle visualisait depuis la hauteur comme étant des proies faciles pour déchaîné des tirs de céruleum en des lueurs ardentes d’un bleuté surprenant. Tout était lié à cette sphère qu’on voyait : Une source d’énergie, tournoyante doucement en un cercle décomposé de nombreux morceaux dont ils avaient copiés en partie le nid de câble en dessous ressemblant au berceau d’Exstasia sur lequel jadis L’Inrien l’avait déposé. Les impériaux avaient ici pu créer une expérimentation de source d’énergie de Teclis pour essayer de développer leur compréhension de que le Père de Sorn avait jadis mit au point et lié au sang de son fils. C’est ce qu’il leur avait permit visiblement de créer les différentes mécaniques ayant une vague ressemblance avec les anciennes créations d’Exstasia. L’officier impérial parlait à une femme rousse, censée aux yeux de Sorn être morte, nommée Marilith à travers un écran de contrôle qui fini par s’éteindre. C’était l’officier en charge de cette ruine, dans imposant équipement magitek autant que son casque clos à corne pouvait être intimidant. Marchant doucement sur les câblages et les pierres brisés, accompagné de la silhouette mécanique d’un Roegadyn qui était en train de travailler proche de là. L’Officier du Directoire était prêt à défendre son complexe de notre présence aux ordres de cette femme qui avait d’un coup rendu fou de colère Sorn.

Comme si il était devenu fou, hurlant qu’ils n’avaient pas le droit d’user l’image de cette femme censée être morte. Dans une puissante lueur miroitante de cristaux, Tinea nous offrit à tous des protections en nous permettant de foncer au combat en toute sécurité. Envoyant une explosion puissante sur la machine volante, Eloise ouvrit la voie à Livio qui comme dans une manœuvre de Iajutsu apprise par le kami en brisant les ailes et les réacteurs de la faucheuse aérienne. Tournoyante, en flamme après les vagues de dévastation l’ayant soudainement mise en difficulté en produisant des tirs un peu partout s’arrêtant sur les boucliers de Tinea. N’lamahni jaillit en l’air grâce à un cristal de vent propulsant son deltaplane, pour envoyer une dague de jet droit sur le pilote en panique, laissant la machine volante continuer son chemin en explosant plus loin. Runne était concentré sur la robotique magitek qui récupérait des grosses pierres pour les propulsés vers lui. Des éclairs frappaient sans cesse, à l’intérieur de la machine, en essayant de la brisé intérieurement. Mais avant que ça ne soit trop tard, je diffusais des lames de foudre afin de m’en saisir pour frapper à toute vitesse l’entité de part en part, me focalisant sur les impacts laissés par les explosions foudroyantes de Runne pour le trancher en des myriades de morceaux épars. Laissant les décombres choir au sol. L’officier impérial ne pu pas faire grand-chose, levant sa pistolame vers Sorn pour rendre coup pour coup, son bras lui fut ôté quand après quelques tirs de Sorn contre son armure, sa lame explosa dans une déflagration de Céruleum grâce à la dévastation intérieur que Finaen provoqua dans l’épée.

Peu envieux de mourir sans nous emporter avec lui, il actionna l’utilisation des missiles magitek qui s’apprêtaient à choir brusquement autours de nous. Tinea renforçant avec ses cartes encore plus les protections de ceux se préparant à les arrêtés, les trois missiles se figèrent en l’air au dessus de protections magiques que Livio, Finaen et Runne tenaient en l’air en essayant de les arrêtés soudainement dans une lueur d’éther puissante jaillissant encore et encore. Essayant d’en diminuer les impacts, Eloise aidait comme elle pouvait à son tour, jusqu’à ce que Runne au moins puisse dans une petite tornade voir le missile qui lui était du fuser en l’air et exploser soudainement. De même pour Finaen, débarrassé du siens quand Sorn fonça à la table de contrôle pour les désactivés en vitesse, je bondissais en coupant la jambe de l’officier au passage pour attraper Sorn et nous faire rouler plus loin hors de porté de celui qui était au dessus de Livio. Détourné par un impact très violent du boomerang de N’lamahni, il tomba droit sur l’officier Impérial étalé au sol dans une grande explosion qui brisa la table de contrôle. La sphère étrange s’écroula au sol, tombant en morceaux de débris, désactivés définitivement alors que s’éteignaient les lueurs bleutés. Les rescapés avaient fini de mettre la main sur les derniers survivants impériaux, attachés et réuni, nous avions entre les mains le scientifiques responsables des technologies des lieux. Grâce à lui, peut-être aurons nous des réponses pour savoir ce que le Directoire de Draeront compte faire ici. Et comment l’arrêter, maintenant que le projet Teclis est en marche. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 292
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 26 mars 2021, 14:42

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Deux frères - L'héritage de Teclis."

Image
Cent-trente-deuxième Entrée – « Acte 2 – Un sacrifice pour l’avenir.»
Image
« Après avoir empêché le Directoire de Draeront de lancer son projet sur Fièrelame en utilisant les ruines comme véritable générateur à énergie bleuté proche de ce que Teclis semble pouvoir faire, nous avons interroger le scientifique impérial qui avait été capturé avec les survivants parmi les Eques sur bonne surveillance de l’armée Mhigoise. Ce dernier nous à révélé, plutôt facilement il faut dire effrayé comme il était par la bande de sauvage que nous étions à ses yeux, de là d’où provenait la source de pouvoir qu’ils utilisaient pour créer la sorte de sphère canalisant les puissances qu’ils tiraient en posant les étranges ballons d’énergies. Une position plus à l’Ouest visiblement, isolé au milieu de nulles part installé proche d’une ancienne statue de Rhalgr malheureusement désacralisée, décapité depuis les œuvres du Roi Fou d’Ala Mhigo il y à des années de cela. Il décrivait ça comme une source de pouvoir quasiment inépuisable liés à Teclis pour essayer de créer la clé qui armera définitivement l’équipement qu’Alaric possède pour pouvoir s’en servir à son compte. Maintenant, ils essayaient d’ouvrir l’accès au cœur d’énergie isolé, et nous devions tout faire pour arrêté le Directoire avant qu’il ne parvienne jusqu’au bout de leurs machinations. C’est une fois de plus à Ala Ghiri que nous nous sommes retrouvés dans les Pics de Gyr Abania, et plutôt que la pluie soudaine et immense qui recouvrait le paysage, un charmant crépuscule illuminait doucement les cieux d’un orange de miel en rendant radieux les nuages sombres errant parfois dans les cieux en se dirigeant vers le Sombrelinceul. Quelques des locaux vinrent à notre rencontre en remerciant les compagnons ayant aidé à ce qu’ils soient libérés en permettant à Kyuuji de les ramenés chez eux, auprès de leurs familles, sains et sauf.

Tandis qu’un vieillard marcha doucement à la rencontre de Sorn pour lui offrir une sorte de médaillon brisé en deux. Lui avait la signification, et certainement pas nous, mais ça devait possiblement être lié à son frère ou à un membre de sa famille ou de ses proches du passés peut-être ? En tout cas, il en fut ému, et notre équipe pu quitté Ala Ghiri sous les salutations de la garde tout en profitant de ce radieux soleil. Bien qu’encore blessée par la dernière mission, Eloise vint à notre rencontre en se tenant bien raide avec un corset de métal pour la tenir correctement afin de ne pas trop souffrir. Elle prenait plus en compte l’importance de l’objectif que son état, mais un passage chez nos soigneurs devrait être efficace, aussi je me jurais de garder un œil sur elle pour que rien ne lui arrive de mal.

Si Finaen avait un peu d’avance avec Stanislas, Runne pu nous rejoindre directement rapidement rejoint par un Sorn à la nouvelle tenue extravagante. Notre protecteur du soir serait Livio, armé de sa pistolame, et une surprise vint à notre rencontre pour s’occuper de nos blessures : Voilà fort longtemps que nous n’avions pas pu travailler avec Uldric Seragoix, et l’ancien officier des deux vipères avaient adaptés ses compétences en magie bleue pour nous offrir des soins efficaces. Fort d’une équipe équilibrée, à défaut d’être complète, nous nous sommes engouffrés dans les passages à l’Ouest en traversant une étendue à l’aspect dans un premier temps, paisible. Un de ses immenses insectes Gyr Abania bondit au dessus de nos têtes, Runne ne cessant d’expliquer tout ce qu’il connaissait de la région après y avoir passé longtemps et avoir vécu dans les environs ce qui lui permettait visiblement de se sentir encore plus à l’aise dans la contrée. Nous profitions de ce qu’il avait à nous dire, Uldric buvant paisiblement une de ses nombreuses gourdes, il y avait un aspect agréable à traverser une longue étendue de cette façons. Du moins, jusqu’à notre arrivée dans les environs proche où le Directoire avait commencé à s’installer.

Soulevant directement un bouclier dans le doute d’avoir été repérés, nous observions au dessus de nos côtés les drones magiteks impériaux qui rôdaient à la recherche de la moindre proie. Des patrouilles, et autres passages, empêchaient de progresser efficacement sans être retenu et balayés par les renforts risquant de venir rapidement en cas de soucis. C’est pour une approche relativement furtive et efficace que nous avons choisis, et plusieurs usèrent des enchantements du totem des milles bêtes pour se transformer. Ayant laissé le dôme, Eloise restait le plus petite possible sous le forme d’une chouette progressant avec nous pendant que Runne essayait de surprendre avec l’apparition d’un jeune chat gris, qui fut récupéré par les Impériaux pour le grattouiller dans quelques rires des jeunes soldats venant des territoires annexés. Les moindres occasions étaient les bonnes, la réflexion des lueurs environnantes par l’outil de Sorn nous permettait d’être pratiquement invisible, mais il ne fallait pas tomber nez à nez avec une patrouille tout de même. Au moins, la plus prompt à nous repéré, la Roegadyn installée en hauteur qui servait de surveillance fut rapidement assommée par Livio qui sous la forme d’un tigre blanc, lui avait attrapé la cheville pour l’écraser lourdement par terre. Le dernier geste qui nous permit de foncer loin des zones de détections fut quand Uldric laissa exploser un sort d’éther puissant loin de nous, permettant de garder l’esprit des impériaux orientés vers la position d’où provenant la déflagration. Bien entendu, certains étaient plus prompt à observer les environs dans le doute, mais les petits malins sur le point de repéré notre équipe tombèrent sous ma lame quand j’ai pu les surprendre en embuscade, abandonnant les corps pour foncer droit vers ce qui ressemblait à un amas de poussière immense.

Il n’y avait aucune raison qu’un semblant de tempête de sable ne se lève, mais d’après l’éthérimètre de Livio qu’il avait usé avant sa transformation, c’était bien derrière que les étranges bulles de lumières émettait des ondes de magies curieuses. Il ne pu garder cet aspect bien plus longtemps, dans l’amas de poussière, plusieurs Eques et armes magiteks essayaient de nous atteindre tout en étant particulièrement gêné par les vents d’Eloise dont l’Egi-Garuda repoussait la poussière pour l’intensité dans le visage de nos ennemis. De l’autre main, elle enchanta nos armes d’une lueur rouge inquiétante, et mon sabre ainsi que les griffes de Livio taillèrent l’ennemi en pièce. Ils étaient gênés, trempés par les flots incessant projetés par Uldric tout en ayant plusieurs enchaînés par des tirs de Sorn qui utilisait un curieux fusil qui enlaçait ses cibles plutôt que de les abattre. Plusieurs ripostèrent, Uldric héritant d’une décharge de céruleum dans le dos l’envoyant au sol. Et avant qu’il ne soit achevé, Livio massacra l’Eques responsable avant de dresser une paroi de cristal rayonnante empêchant les autres tirs de passés jusqu’à ce que nos adversaires ne soient vaincu. Soignant comme nous le pouvions Uldric tout comme il se guérissait lui même, traînant notre camarade hors de cette tempête de poussière fictive soulevée par les machines impériales. Nous avions enfin laissés les défenses ennemis pour nous introduire droit au cœur de l’installation impériale. Et il y aurait hélas beaucoup à faire pour les réduire au silence. Cela débuterait par l’arrivée de Finaen auprès de nous.
Image
Tentant d’arrêter les approvisionnements, Finaen et Stanislas avaient pu rejoindre notre position en s’installant sur le toit d’une machine volante impériale qui ramenait divers équipements récupérés dans les décombres des positions impériales datant de l’occupation. Le tout allait sur une grande plateforme de changement où une arme magitek se déplaçait paisiblement sur ses six pattes sous les ordres d’une ingénieuse l’air peu dégourdie. C’était là, la cible prioritaire de Sorn pour nous permettre d’entrer dans le campement en libérant les prisonniers et nous chargeant des étranges infrastructures en nous dispersant ici et là. Essayant d’assommer celle qui s’occupait de la maintenance du chargement et d’ordonner à l’arme magitek d’agir pendant que sa tourelle, Gladys, devait essayer de court-circuiter visiblement ses mécanismes internes en cherchant à en prendre le contrôle, il fut bien surpris de voir une demoiselle et ne pu s’empêcher d’arrêter son coup pour lui faire la court d’un air séducteur. Brusquement une des pattes de métal se mit entre elle et lui, Gladys captive fut littéralement avalé par la machinerie avant d’être recrachée à toute vitesse vers Uldric. Notre guérisseur, si il put en premier temps empêcher la sphère de métal bien malmenée de l’atteindre, reçu comme une intense gifle de la part de la machine le sonnant quelques peu sur le coup.

Étalé au sol, après avoir prit un grand coup de patte de métal, quelque peu sonné. Il sourit à la jeune ingénieur en lui disait quelque chose de romantique à ses yeux, mais aussi pour donner le temps à l’explosion qu’il avait collé dans le ventre affaiblie de l’arme magitek en déposant une grenade sans qu’elle ne s’y attente. Expulsée en avant, tombant dans les bras de Sorn, il lui fit un numéro de charme bien à lui avec un petit clignement d’yeux pendant que l’arme magitek essayait de se remettre difficilement sur pieds, profitant des soins prodigués par Uldric rayonnant doucement autours de lui en lui ayant offert son soutiens. Pendant que son adversaire bousculait des caisses et foutait pratiquement en l’air la plateforme de décollage, tout en abandonnant la dame qu’il avait attrapé et en esquivant un tir magitek, Uldric plus loin évitait de finir écrasé comme une crêpe sous une énorme caisse, il parvint jusqu’à la plateforme impériale pour observer ce dont nous allons traiter à l’instant d’un air sinistre. Pendant que Gladys pénétrait le trou provoqué par l’explosion en tirant dans tout les sens à l’intérieur, saccageant l’arme magitek depuis la faille interne. Ayant bondit depuis le haut de la cabine de pilotage de l’engin aérien, Finaen s’était écrasé contre un chercheur impérial. Un Elezen sombre de peau l’air hautain, qui ressemblait comme deux gouttes d’eau à Sorn. Tellement que même la Lalafell Signifier qui s’occupait des Eques enfouis sous les nuages de sombre provoqué par le magicien le nommèrent « Rhian », le véritable nom de Sorn.

Livio et Runne n’étaient pas loin, soutenu par Uldric en premier temps quand il dévoila littéralement des failles de la machine de torture dans une lueur verdoyante puissante. Cela permit à Livio de faire explosé un des noyaux central de l’immense mur de torture magitek qui était en train de faire souffrir des compagnons Populares de Javius pour leurs extraites leurs connaissances de Teclis. Cela devait faire des jours qu’ils étaient ici, les pauvres, mais Runne leur ouvrit rapidement la cage pour qu’ils puissent sortir et se mettre à l’abri. La machine de torture essaya bien malgré le fait que Runne avait coupé son alimentation d’énergie, et Livio l’avait fracassé, de faire quelque chose, mais en retour, Livio déchaîna ses forces en passant littéralement à travers la machinerie. Sa pistolame dévastant tout sur son passage dans une lueur d’éther puissante quand une cartouche fut utilisée, ne laissant que des décombres sur son passage. Essayant d’arrêter le Faux-Sorn avec une cage aérienne après avoir évité une strangulation, Finaen vit avec effroi ce dernier traverser les vents en laissant sa peau se faire arraché subitement, ainsi qu’en grande partie sa tenue. Dessous, il n’y avait que du métal. De l’acier sans vie, une représentation grossière de ce que Rhian aurait du être aux yeux d’Alaric formé par les savoirs acquits de Teclis, ressemblant aux pantins de chairs d’Exstasia. Il poursuivit sa route, entrant dans la faucheuse aérienne impériale en balançant Stanislas par dessus bord qui s’écrasa dans une caisse remplie de poisson. En décollant, il tenta tout de même de tirer dans tout les sens une grande bordée qui explosa autours de Runne et Finaen qui contenaient les forces impériales et notamment la Lalafell qui produisait des fortes explosions. Endommageant grandement la machine volante dans une lueur puissante, Sorn observa la création malsaine de son frère qui devait le représenté lui de la façons parfaite qu’Alaric l’estimait être. Arrogant, mauvais, et surtout, loyaux à l’Empire.

Il s’échappa vers le sud, droit vers les montagnes, alors que la Lalafell après avoir été partiellement congelée par Runne se mit à fuir vers la source de pouvoir que les Impériaux exploitaient par ici en abandonnant ses troupes qui avaient été en partie dévasté par les tirs de leur propre chef quand il s’échappa après le choc que Livio avait laissé sur son transport. Heureusement, Uldric vient en aide à toute vitesse à Finaen en prodiguant un sort de soin important dans une lueur magnifique bien que la sonorité bizarre de Mog qu’il produisait était des plus surprenante. Evitant que Finaen ne succombe donc à des blessures qui aurait du être très grave sans l’aide du soigneur, notamment pour ses poumons, il pu provoquer une décharge foudroyante envoyant paître tout ceux autours de lui, laissant les Garlemaldais définitivement en déroute. Envieuse te tenir ma promesse, j’avais garder Eloise en sécurité en me mettant en face de toutes cibles risquant d’essayer de blessé cette dernière. Elle avait perçue l’étrange tour qui intriguait Uldric, une antenne qui émettait des lueurs bleutés droits vers les montagnes plus au sud.

De l’éther mémoriel, c’est ce qu’ils envoyaient là-bas, sans que nous n’ayons encore spécialement conscience de ce qu’ils pouvaient bien traficoter par ici. Bloquant l’accès aux éthers en produisant des chaînes dévoreuses le long de l’antenne, les quatre machineries protégeant des dômes de lumières bleutés contenant des lits où des personnes dormaient progressèrent d’un coup vers nous après avoir sentit que le flux était contenu, ce qui faisait gémir dans leurs sommeils ceux qui étaient connectés aux machineries ressemblant à des bipèdes étranges, sans tête, avec des bras énormes. Cela devint évident après la première victime, l’Egi d’Eloise essayait de les faire tomber pour qu’ils roulent le long du pont de pierre, l’un explosant au sol et un second chuta suffisamment pour que je le taille en morceau. Devant ma camarade, hors de question qu’elle soit frappée par quoi que ce soit, même après le choc au ventre qui faillit me faire vomir mon dîner après l’impact. Pendant que l’Egi-Garuda dévasté les liens avec les personnes endormies, les deux victimes que je fis ma lame enflammée par un enchantement d’Eloise m’aidant à les trancher en morceaux en concentrant l’énergie du Getsu à chacune des frappes partant à la fureur de l’orage, je me sentais dès lors bien plus en harmonie avec mes coups depuis que mon cristal m’était rendu. Deux des lits explosèrent littéralement quand les dômes cédaient dues aux morts des personnes liés aux golems de combats, et l’un fut réveillé brusquement et tomba inconscient aussi tôt.

Le dernier fut absorbé par sa propre machine, devenant bien plus terrible, émettant un faisceau rayonnant m’écrasant au sol tandis que je faisais tout pour tenir Eloise en sécurité. Elle ponctionna l’énergie de la machine, pour m’offrir une ouverture, ma lame frappe dans un éclair résonnant notre dernier terrible adversaire alors que je pu profiter des sorts de soins d’Eloise après avant tant subie lors de notre dernière passe d’arme. L’antenne était désactivé, et les Populares de Javius étaient déjà en train de mettre tout le monde en sécurité. Le cocher de la dernière fois, l’homme aux grandes cernes, nous demandant d’arrêter en vitesse les tentatives du Directoire de mettre la main sur la source de puissance, droit là où était partie la Lalafell. Abandonnant l’idée de poursuivre le Faux-Sorn vers les montagnes, nous devions remplir notre mission, et c’est après des soins organisés par Uldric alors que tous se soutenaient les uns les autres pour progresser, que nous sommes parti en finir avec la source d’énergie principale.
Image
Pendant un bref instant, nous étions tout de même en sécurité, il n’y avait personne sur la route et nous avons pu progresser facilement sans avoir été assaillit par les impériaux qui s’étaient repliés autours d’un immense dôme de lumière bleuté. Il ressemblait à ceux qui veillaient, utilisant leurs subconscient pour faire usage des forces de Teclis avec lesquels ils étaient liés. Mais bien plus massif, impressionnant, voir simplement en bien plus réussi que les autres créations environnantes. Des soins avaient été usés en nombre, bien que sans experts en la matière présent ce soir, c’est en souffrant et en nous entraidant que nous avons progresser – Runne aidant Finaen à la marche, et Eloise s’appuyant sur Sorn, nous n’avons pas tant l’air d’une équipe de combat prompt à recevoir les assauts sur le coup ! Le temps que les effets galvanisants fassent effet, nous avons été confrontés aux défenses de la dernière chance levés par la Lalafell hystérique hurlant aux forces de se mettre en position pour nous arrêtés. Plusieurs barricades magitek fait de tout et de rien amenés par les transports aériens essayaient d’être levées, mais elles ne pouvaient simplement pas contenir Livio qui progressait au milieu de cristaux protecteurs où les quelques tirs tombaient sans parvenir à l’atteindre. La tactique impériale se basait cette fois sur du maudit gaz toxique, que je n’avais pas eu à craindre depuis le front de guerre en Ghimlyt il y à quelques années de cela maintenant. Déversant ce flux vert immonde, Finaen dans une levée de vent tournoyante empêchait pendant un bon moment les gaz de nous tomber dessus, des lueurs verdoyantes tournoyant en une petite tornade miroitantes au milieu de laquelle les lames de vent de Runne s’extirpaient pour frapper les Eques impériaux. On pouvait clairement les voir, ils portaient des sortes d’armatures magitek essayait d’imité les procédés de combats Teclis qui avaient déjà pu apparaître sur Sorn dans des moments de paniques intenses comme nous l’avions observés lors des combats contre le Nuage noir.

Cela les rendait malheureusement bien plus dangereux, grâce à quoi ils avaient pu presque mortellement atteindre Finaen lors du combat pour la prise du campement. Progresser n’était donc pas si aisé, Eloise essayant de faire naître quelques protections reluisante pendant que Sorn la soutenait d’un bras en tirant sur tout ceux osant s’approcher d’elle, jusqu’à prendre une balle qui lui griffa tout le flanc à sa place avant que je ne taille en pièce le responsable de mon sabre. Nous étions bien parti pour passé et atteindre le dôme, au milieu des ruines perdues offrant à notre progression une ambiance particulière entre la poussière et les lueurs bleutés des câblages installés un peu partout. Mais d’un coup, le nuage de fumée vert nous tomba dessus brusquement. Les Impériaux étaient certains de s’être alors enfin débarrassé de nous, jusqu’à ce qu’ils vinrent Livio apparaître en explosant une des machines bipèdes produisant les toxines dans un coup puissant de sa pistolame. Je sortais peu de temps après, votre le reste de l’équipe, parfaitement indemne : Uldric avait préparé un puissant sort vital pour que notre organisme soit amélioré, énormément, pendant une courte durée. Ce qui fit que quand le poison nous à atteins, il n’était simplement pas en mesure de survivre et nous avons été immunisés pendant ce bref instant grâce au support de notre allié. Traversant les derniers opposants hébétés ou vaincu, nous avons comme la Lalafell traverser la bulle qui émit comme une onde aqueuse lors de nos passages, avant de dévoilé l’intérieur étrange qu’elle abritait.

Sous la cloche, s’y trouvait comme une vision illusoire d’Ilsabard, proche du lieu de naissance et où avait grandit Sorn. La neige tombait doucement, paisiblement, sans nous atteindre comme si il n’y avait là qu’un reflet vague et fictif de comment l’éther mémoriel contenu dans l’artefact qui nous attendait laissait croître les anciennes visions de la demeure de celui qui se trouvait alors à l’intérieur. La statue de Rhaglr au milieu du dispositif était immense, la tête décapitée par le Roi Fou ayant rejeté le divin il y à longtemps de cela, et l’emplacement de la tête avait été remplacée par une sorte de cœur d’énergie reluisante doucement en émettant les pulsions qui produisaient le dôme. Des installations impériales magitek étaient toutes autours du cœur, essayant visiblement de brisé la protection la maintenant hors de portée de tout le monde sans encore y parvenir.

Le gardien qui protégeait le cœur avait été modifié et transformé en arme, le Teclis – Erdran Draeront, le nom du père de Sorn. Il rayonnait de bleu et de rouge, comme si l’énergie intérieur le rendait parfaitement chaotique, autant que les plaques de métaux tournoyant autours de façons chaotique. Le Garlemaldais pure souche nous maudit de notre présence ici, n’ayant pas eu le temps de finir son travail, il récupéra dans les amas de technologique magitek autours de lui une arme à feu à répétition se mettant à tirer encore et encore vers les protections reluisantes des boucliers de nos compagnons. Runne recevant un tir à l’épaule, faisant quelques pas en arrière tandis qu’il arrêta le déchaînement furieux des tirs du canon d’assaut en congelant ce dernier. Il voulu tout faire pour reprendre, mais les éclairs de Finaen fusèrent sur toutes les technologies autours de lui en quelques lueurs furieuses ne cessant d’apparaître autours de lui. L’attrapant avec une sorte de langue immense, Uldric fait usage de la magie bleue pour le tirer d’un coup hors de ses défenses. Tombant au sol en roulant, sans la moindre résistance, il leva la tête pour observer Sorn en tirant son propre pistolet impérial. Mais Sorn tira le premier. La munition le traversant de part en part, en le laissant s’écraser au sol en le narguant une dernière fois sur les projets d’Alaric, et du fait que malgré tout, c’est lui qui possédera tôt ou tard Teclis.

J’avais tailler en pièce le drone sur lequel était installé la Lalafell essayant d’envoyer des sorts, celle ci se trainant blessée vers la statue pour essayer de faire usage des énergies bleutés en place. Envoyant des sorts de feu un peu partout dans des intenses déflagrations enflammés, Runne fusant à mon côté pour essayer de l’atteindre, elle fut interrompue dans son amas de sort déchaîné quand Sorn utilisa une technique légendaire : Un coup de pied dans la Lalafell. Tombant en arrière, elle fut percé par l’ombre de Runne et ce dernier dédoublé en usant la technique du Kami, me laissant la décapité nette alors qu’elle tentait une dernière incantation suicidaire. L’immense machinerie avait été écrasé au sol par l’Egi-Garuda d’Eloise et sa propre force. Essayant de la faire tomber du pont, elle était malheureusement un peu trop puissante et lourde pour choir aussi aisément ! Mais la pression permit à Livio de frapper de toute ses forces de sa pistolame sur une des trois jambes de métal qui la composait, la pression du vent la faisant cédé alors qu’elle parvenait enfin à s’écraser lourdement par terre dans un bruit de métal résonnant. Se redressant en tirant sur Uldric et Finaen en les envoyant brusquement en arrière, Uldric se concentrant de nouveau sur les soins dans une lueur magnifique autant que Finaen, les deux faisant rayonnés Livio de plus en plus après qu’il ait subi un déchaînement surpuissant d’énergie l’ayant fait choir sur les deux genoux, sérieusement touchés.

Après l’usage d’une cartouche aurore, renforcé par Uldric et Finaen qui était tombé au sol après un tir magitek, le Pistosabreur rugit et fonça sur sa cible en activant une de ses cartouches explosives. Brisant définitivement le gardien modifié, dans un choc intense, non loin d’Eloise qui avait essayait de récupéré l’arme d’assaut du Garlemaldais avant de se mettre à tirer dans tout les sens sans compensateur, ce qui lui fit hélas un petit coup sur le haut de la tête ! Toutes les cibles avaient été vaincu, et la conscience du Gardien apparut juste devant la statue. Le Père de Sorn, Erdran Draeront, du moins une vision de ce dernier bleuté comme fait de l’énergie de Teclis qui ondulait doucement en parlant enfin à son enfant. Comme si même de son vivant, il n’avait eu jadis l’occasion de lui parler sincèrement, une main dans la sienne, en lui léguant la Clé qui permettrait d’activé définitivement Teclis pour le mettre hors de porté de son frère Alaric. Erdran n’était pas mort, pas entièrement, et il n’avait pas disparut pour rien. Afin de mettre Teclis loin des griffes du Directoire et de l’Empire en général, il était simplement lui même devenu Teclis, isolant son cœur et son corps pour que nul autre que son fils qui avait apprit auprès de sa bien-aimé Marlithe une valeur des plus importantes. Celle d’éprouver de l’affection tendre et sincère envers ceux qui les entours, ce dont il avait été trop longtemps en défaut jusqu’à la mort de sa propre femme. L’ultime sacrifice d’Erdran Draeront le ferait vivre éternellement auprès de Teclis, et il avait sacrifier son corps, et son destin pour l’avenir. Et plus précisément, avant tout le reste, l’avenir d’une seule personne qui lui était réellement importante. Celle de son fils. Sorn. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 292
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 28 mars 2021, 15:46

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Deux frères - L'héritage de Teclis."

Image
Cent-trente-troisième Entrée – « Acte 3 – Teclis-01, le colosse impérial.»
Image
« Avant de pouvoir essayer de mettre la main sur Alaric, le frère de Sorn, afin d’essayer de lui arracher le projet Teclis des mains et disloquer si possible le Directoire Draeront. Nous avions déjà un autre objectif : Découvrir ce qu’ils préparaient et avaient installé dans les montagnes à l’Ouest d’Ala Ghiri afin de vérifier que les lieux étaient parfaitement en sécurité. Nous ne pouvions simplement pas partir en laissant une menace derrière nous, et la présence du simulacre de Sorn grâce aux technologies impériales tirées du savoir de Teclis restait une sérieuse menace. Surtout si il recevait ses ordres directs d’Alaric. Mais pour cela, il fallait parvenir à grimper une hauteur rocheuse nous séparant malheureusement de l’objectif solitaire, ce qui imposait une séance difficile – du moins relativement difficile selon les capacités de chacun, d’escalade entre les pics rocheux tout en devant rester attentif à toutes les menaces potentielles. Les lieux étaient normalement investit, et la présence des drones magiteck ayant surveillé les cieux depuis notre dernière mission en laissant les habitants d’Ala Ghiri plus qu’anxieux à la vue de ses machines flottantes dans les cieux en les guettant comme des cruels prédateurs.

C’est proche de l’éthérite de la ville bien plus déserte que les dernières fois que nous nous sommes retrouvés. Finaen nous attendait directement sur place, assis paisiblement au sol en observant les environs avant d’être rejoint par Eloise et moi même, cette première semblant heureusement en meilleure forme depuis le choc qu’elle à reçue en début de semaine. Petit à petit, nos compagnons ont fini par nous rejoindre au fur et à mesure, et nous n’aurions hélas pas de guérisseur pour cet objectif : Il allait falloir veiller les uns sur les autres sans quoi nos effets de soins seraient limités aux sorts de soutiens des mages présents. Runne vint nous retrouver, et c’était à Livio de nous permettre de survivre aux assauts en luttant de front avec sa pistolame directement. Et pour ce faire, il aurait le support de l’artillerie sur patte incarnées par Sorn et sa nouvelle machine de combat : « Marvin. » Tout en étant rejoint par une camarade inattendue ayant décidé que rester derrière une forge et frapper une enclume ne serait pas la seule façons de s’occuper aujourd’hui. Ayant raz-le-bol de n’être là que pour réparer l’équipement au lieu de faire en sorte de casser la figure de ceux qui le démolissent, Drunken Siren, la forgeronne de l’Aube Obscure qui s’occupait – trop – souvent de l’équipement de Grob vint nous retrouver en équipement de combat lourd. C’est donc avec une équipe de terrain d’habitués que nous avons quitter la ville sous les salutations d’un des gardes en faction nous disant bien de faire attention au vent vicieux qui soulevait la poussière en trombe en rendant les environs flous et incompréhensibles. Ça n’était pas encore une tempête de sable, les cieux étaient vaguement encombrés par la poussière tournoyante à toute vitesse en donnant l’impression d’une purée de pois irritante.

Progressant de tête, Livio nous conduit hors de la ville avec Drunken dont les lunettes de visions allait l’empêcher d’être aveuglée, tout comme Sorn en profiterait à son tour. Il n’y avait que des vagues silhouettes des drones magiteks surveillant Ala Ghiri visible le long de la route, tout le monde faisait en sorte de lutter contre cet environnement hostile ayant poussé la plus part des habitants à rester chez eux. Au moins, l’Egi-Garuda comme les effets de nos mages essayaient de tenir à distance les amas de poussières pour y voir quelque chose, et ne pas s’y perdre. C’est après une bonne heure de route, si ce n’est un peu plus, difficile d’évaluer le temps qui passe quand nous sommes encombrés à l’intérieur de ce vent furieux empêchant d’y voir grand-chose, que nous sommes finalement arrivés proche de la paroi rocheuse.

Ça n’était malheureusement pas une pierre menant aux montagnes à contournés, selon l’étude de Finaen des sortes de ballons bleutés retrouvés ici et là, c’était la destination où l’énergie s’accumulait encore et encore en débordant tellement qu’il y avait des lieux où l’énergie crépitait furieusement en créant des véritables petites déflagrations d’éther incontrôlable. Runne grimpa à toute vitesse proche de Livio, tirant la corde que je lui avais fourni, pendant que Livio et Drunken eux profitaient de leurs lances grappins pour escalader efficacement en essayant tout deux d’évités les déflagrations d’énergies, et la présence des drônes rôdant non loin d’ici. Eloise fut saisie par son Egi, fusant dans les cieux en essayant de faire usage des vents pour éloignés les amas de roches tombant des hauteurs aux moindres tremblements de terre, pendant que Finaen lui se concentrait sur la protection face aux énergies chaotiques en voulant les détournés subitement, créant des amas de terres pour nous servir d’aides afin d’escalader bien plus efficacement sans tomber dans le vide. Envoyant une grenade aveuglante, Drunken pu éloigné la vision des drônes en nous offrant le fait, mêlé au déflecteur de Sorn qui ondulait autours de nous en empêchant quiconque de nous observer facilement grâce aux reflets camouflant notre présence, de parvenir dans les hauteurs plus stable sans être assaillit par les forces du Directoire de Draeront sur les hauteurs.

Et les fantassins impériaux étaient nombreux, je le crains. Ils finirent par remarquer notre présence au milieu de leurs patrouilles nécessairement, et tous dans la confusion générée autant par notre apparition que par les vents soulevant la poussière. Essayant de repoussé les armes magitek tripodes qui progressaient sur les flancs, Sorn essayait de tirer dessus jusqu’à envoyer un explosif qui lui revint malheureusement droit dessus quand la machine l’attrapa pleine bouche dans une puissante déflagration en l’envoyant subitement au sol. Runne progressait à toute vitesse sous le couvert des sorts de Finaen et d’une Eloise fusant dans les cieux à toute vitesse, il bousculait avec les vents tout ceux qui se tenaient pas loin de Livio en les envoyant paître dans le vide, bien que l’un tomba brusquement sur Drunken en essayant de la faire tomber dans le vide son tour en la frappant au passage, des lueurs puissantes naissantes dans les environs rendant la situation un peu plus chaotique, bien que Livio essayait de faire en sorte qu’on puisse progresser le plus possible en envoyant des grands coups de pistolame sur quiconque s’opposait à lui et à notre passage avec le soutiens de Drunken. Cette dernière due faire un passage en vitesse pour me récupéré, après que j’eus été happé par une sorte de faisceau d’énergie bleuté venant de deux étranges billes bleutés m’observant depuis les hauteurs. Mais pas des roches non. Au dessus de moi, comme venant du ciel, avant de m’envoyer manger la poussière dans une lueur puissante.

Reprenant conscience en étant amenée par Drunken en avant, nous étions dès lors sur le point d’atteindre le bout de notre périple dans les hauteurs montagneuses en devant escalader en vitesse sous la surveillance efficace des tirs de nos compagnons abattant les drones de combat, jusqu’à rejoindre une ruine ancienne. La poussière ici s’engouffrait bien moins, dévoilant l’installation cachée dans les montagnes. A l’image du Bras du rachat, il s’agissait d’une ruine perdue pratiquement inatteignable sans de grand efforts où les impériaux avaient déposés ici tout l’équipement requit pour préparer une installation de combat Garlemaldaise. Sous notre regard. Se dévoilait lentement l’installation Teclis 01.
Image
Dans notre dos, les ennemis continuaient dans la plus grande confusion d’essayer de s’approcher de nous en vitesse pour essayer de nous arrêter. Pour parvenir à ce que tout le monde progresser ouvre la voie, Drunken envoya un explosif droit vers poursuivant tout en tirant sur toutes silhouettes autant des machineries de combats que des soldats du Directoire hurlant de tout faire pour nous arrêtés. Ce qui offrit le temps à Finaen de faire se soulevé les piques terrestres en des grandes levées de terres pour bloqué le passage et les moyens de tirs de tout ceux qui derrière nous essayaient de nous atteindre, offrant à Sorn la possibilité de nous revenir après que l’explosion de son adversaire n’ait faillit le balancé subitement dans le vide. Tous essayant de se rejoindre en vitesse, laissant l’ennemi acharné sur les protections de pierres reluisant d’une puissante lueur d’ambre, nous avions avons Runne déjà progresser à toute vitesse en ouvrant le passage à Eloise qui descendait habilement au sol avec son Egi-Garuda, tout deux bondissant d’un drone arrière à l’autre – Moi grâce à mes habilités venant de mon art du sabre, lui grâce à la magie directement l’envoyant comme une fuse droit d’un drone à un autre, nous atteignons dès lors brusquement le sol tout les trois en premier rejoint à toute vitesse par Livio qui avait descendu la hauteur en faisant usage de son grappin. Drunken, avec Finaen non loin, en fit de même pour nous rejoindre dès que les arrières n’étaient plus un problème, laissant l’ennemi embourbés entre les pierres et la masse de poussière les aveuglants, Sorn tombant sur le fessier en ayant rebondit sur Marvin qui chuta à son tour.

La machinerie de combat créer par Corvex ironiquement tomba droit sur Livio en le balançant lourdement par terre, le fixant un peu bizarrement après qu’ils aient tout les deux chutés au sol. Il ne fallait surtout pas tombé dans les eaux bleutés rayonnante d’une lueur puissante et étrange, contaminés par le surplus d’énergie que Finaen avait déjà découvert, et ce fut prouvé en voyant un soldat bousculé par un coup d’épaule de Livio choir dans le vide en tombant en plein dans l’eau, se mettant littéralement à fondre sous nos yeux. Nous étions à l’entrée de l’installation Teclis-01, dans l’intérieur, nous pouvions y voir plusieurs scientifiques et aide de travaux impériaux s’occuper des cablages et des écrans technologiques en ayant visiblement établie un véritable petit base ici. Travaillant comme ils pouvaient sur quelque chose qui nous était encore inconnu, mais ils l’avaient totalement mêlés à l’ancienne ruine où des arbres avaient fini par poussés en donnant l’impression qu’ils avaient grattés sous terre pour y disposer leurs matériaux. C’était l’oeuvre d’ailleurs de deux Mhigoises. Elles maniaient les énergies terrestres pour manipulé la cohérence de la ruine en lui donnant un bien étrange aspect, comme si elles savaient exactement ce qu’elles devaient faire pour que le terrain soit adaptés à leurs machinations. Et cet ensemble répondait à une sorte d’antenne visible sur le côté, celles qui envoyait de l’éther mémoriel depuis l’installation aux dômes rêveurs lors de notre dernière mission, avait l’air d’être reçue jusqu’ici désormais.

Progressant lentement en avant, protégeant l’accès vers l’intérieur du domaine de recherche impériale, le faux-Sorn en son habit de scientifique nous fit face. Frappant l’interrupteur provoquant l’alerte face aux intrusions, la garde locale vint en vitesse nous rejoindre en ammenant un Raen en armure complète, masque de combat compris, observant Livio avec dedain et agacement. Un adversaire venant du passé, un Raen qui aurait très bien pu être Livio si Corvus ne l’avait pas sorti de Rocasterne. Lui y était resté, et était devenu un véritable élément de l’Empire de Garlemald. Pour ma part, en ouvrant le passage à Runne qui filait à toute vitesse vers les Mhigoises, je fonçais tailler en morceau une des machines de combats sortant d’une sorte de trou dans le sol qu’Eloise essayait d’obstrué avec un sort de rebondissement dans une intense lueur. Toutes les armes magitek prompt à essayer de nous atteindre ne purent alors que se heurter et rebondir, se cognant les unes aux autres, en rendant le passage parfaitement confus en essayant sortir de là pendant que l’Egi-Garuda essayait de propulser avec moi les machineries de combat vers les eaux dangereuses, aidant cette dernière à y parvenir en tranchant en morceaux un de ses amas de métaux.

Au moins, d’autres ne pourraient pas pour l’instant sortir, et Drunken changea ses plans en rangeant son explosif avant de se mettre rapidement à tirer vers une des Mhigoises vers lesquels fonçait Runne. Le tir traversa une épaule très douloureusement en envoyant la jeune fille au sol quand les pieds du Miqo’te s’écrasèrent dessus pour la faire choir par terre lourdement. La seconde, voyant sa camarade au sol, lui hurla que Garlemald seul leur permettrait d’avoir une meilleure situation de vie que la misère dans laquelles elles vivent, en essayant d’ensevelir littéralement Runne dans la roche, les pierres fonçant vers lui, jusqu’à ce qu’il parvienne à s’en dégagé pour envoyer un grand coup de pieds dans celle encore debout. Elle percuta son amie, mais avant de tomber dans le vide, l’une leva une sorte de chaine de pierre attaché à la jambe de Runne pour s’accrocher à lui. Les trois pendouillant dangereusement dans le vide, ce qui allait devenir encore plus grave un instant plus tard. Pendant que je retenais les machines de mon sabre, Livio tenait tête directement aux fantassins de l’Empire en permettant ainsi efficacement à Finaen d’atteindre l’antenne pour chercher à décortiqué ce qui se trouvait dans les informations à l’intérieur. Découvrant visiblement que l’installation Teclis 01 devait être contrôlée à distance par Alaric lui même en utilisant un des dômes du sommeil leur permettait de faire usage du projet Teclis à travers leurs rêves même.

L’onirisme était au coeur de leurs usages, mais je crains qu’Alaric n’ait un moyen de le faire largement à distance, et Finaen se mit à tout faire pour éteindre la machinerie en commençant à bloqué pas mal des circuits pendant que derrière lui, Livio luttait. Le Raen l’insultait en lui disait qu’il n’était qu’un traitre à Rocasterne ayant quitté ses terres pour agir auprès des sauvages que nous sommes, essayant de lui mettre un grand coup de tête avant qu’ils ne partagent l’un contre l’autre des nombreuses passes d’armes explosives sous l’intensité des cartouches d’éther frappant le céruleum de sa lame. Finalement, c’est bien la pistolame de Livio qui frappa son flanc en le laissant grièvement blessé au sol, une main sur sa blessure, haletant un instant. Et proche de là, le Faux-Sorn avançait. Une langue de feu s’extirpa de son lance-flamme en tombant sur Eloise et Drunken, pendant que notre ami Sorn essayait de l’arrêter en tirant plusieurs fois dessus dans des grands bruits de métaux. Progressant vers lui, il essayait de l’arrêter, abimant la carcasse de métal sous la couche de peau illusoire emettant des rayonnements bleutés à mesure qu’il se faisait atteindre. Jusqu’à ce que Drunken parvienne à touché le réservoire de son lance-flamme.

Une boule de feu apparue en une déflagration sonnore et inquiétante, laissant voir la silhouette de métal abimée vaciller en milieu des flammes, avant qu’Eloise ne fases en sorte que son Egi-percute subitement ce dernier pour l’envoyer choir dans le trou d’où les machines de combats sortaient en lui envoyant Marvin que Sorn lui fournit pour le percuter subitement. Choisissant le repli, il fit clore le passage rapidement avant de disparaître. Mais hélas, c’était aussi le moment où tout fut chamboulé. Finaen avait fini par détruire l’antenne ainsi que le soldat Impérial qui était rentré dedans en essayant de le charger dans une grande déflagration, avant que les deux billes bleutés ne se tournent lentement vers nous depuis le ciel. Dévoilant lentement ce qui était visiblement une tête, installé sur un corps titanesque. Tout tremblait autours de nous, les gens se mirent à choir à mesure que les plateformes changeaient d’angle, dévoilant toute la problématique de notre adversaire. Nous n’étions pas simplement arrivés sur l’objectif pour atteindre notre cible. Nous étions sur notre cible. Le Teclis 01 n’était rien d’autre qu’un titanesque colosse impérial qui se mit lentement en marche.
Image
Tout le monde essayait de ne pas tomber dans le vide, car nous attendait en dessous les eaux nocives surchargées en énergies qui risquait de nous faire disparaître en poussière au moindre contact. Il restait des plateformes visiblement stables, et d’autres naquirent quand Finaen se concentra en vitesse pour créer des amas de terres sur les roches des ruines utilisés pour former le corps du colosse manipulé à distance par Alaric. Profitant des plateformes, il attrapa le bras d’un des soldats du Directoire avant de le faire tomber sur une des hauteurs rocheuses stables, ce dernier l’observant confus, sauvé par son ennemi. Tirant avec un sort de secours, Runne fut mit en sécurité avec les deux jeunes Mhigoises qui restèrent au sol, toute tremblante, tandis que Livio attrape le bras du Raen hurlant avant de le mettre en sécurité à son tour. Les deux s’observaient un instant. Sur Rocasterne, ils auraient pu devenir ami, et même si tout les séparait, l’un venait de sauver la vie de l’autre d’une chute assurément mortelle. Ce qui allait rapidement lui venir en aide par la suite. Découvrant une alternative, Drunken avait fait exploser une des trappes de métal d’où étaient sorties les armes magitek de défenses bipèdes, en laissant un passage béant vers les entrailles du colosse qui venait de se mettre debout, les flots dangereux glissant de son corps autant que les malheureux du Directoire qui n’avaient pas pu se mettre en sécurité sur un endroit stable. Si nous allions grimper pour essayer d’atteindre la tête, là où Alaric devait avoir laissé la sphère de contrôle dans la plus grande hauteur du colosse, la majorité du groupe allait passer par les entrailles en essayant de tout cassé sur leur passage.

Menés par Drunken, Sorn vint rapidement la retrouver en ayant été tracté par Marvin dont les pattes s’enfonçaient dans la roche en lui permettant d’escalader littéralement à la verticale, amenant son maître à l’intérieur du passage où Runne et Eloise s’engouffrèrent un instant plus tôt avec la joie de pouvoir tout cassé dans les mécaniques impériales. Et ils s’en donnèrent à cœur joie, malgré les difficultés, les soldats du Directoire essayèrent de les arrêtés mais le passage était bien trop étroit pour faire jouer le nombre et ils étaient submergés autant par les effets de magie foudroyante de Runne bloquant quiconque arrivait, le temps que Sorn et Drunken ne les fusilles à toute vitesse. Des déflagrations apparaissaient visible même depuis l’extérieur, prouvant que malgré tout ils ne s’en sortiraient pas sans quelques dégâts là dedans, ce qui nous laissaient à Finaen et Livio le soin de progresser droit vers l’avant. Bondissant d’une pierre à une autre, je tranchais à toute vitesse les fantassins usant des canons installés sur les flancs du colosse pour essayer de nous repoussé à toute vitesse. Mais celui qui y parvint, alors que les vents soulevés par Finaen à toute vitesse dans des lueurs puissantes, fut surtout le protecteur du colosse.

La conscience d’Alaric faisait naître une sorte de reflet bleutés de lui même, bien plus rapide et efficace qu’il ne l’était lui même, dont le sabre fonçait vers moi. Nous échangions quelques passes d’armes, dans les airs, l’incarnation même d’un combat de mon art de la lame jusqu’à ce qu’un coup trop puissant ne m’envoie choir dans le vide. Finaen m’avait bien aidé, empêchant le choc de devenir une blessure grave grâce aux vents, et la conscience voulait lui faire payé. Mais se mettant devant lui, le jeune soldat du Directoire que Finaen avait sauvé fut littéralement empalé par la lame d’Alaric en souriant doucement vers Finaen. Le remerciant avant de lentement fermer les yeux, son corps balancé dans le vide en disparaissant dans les hauteurs rocheuses que le colosse essayait de parcourir après avoir écrasé d’un poing immense un pauvre éclaireur Mhigois qui vérifiait l’état de la situation. Livio nous sorti de là, et il fut épargné d’être empalé à son tour par l’épée d’Alaric grâce aux tirs du Raen qui s’acharna sur sa cible en lui hurlant de progresser vers les hauteurs. Blessés, malmenés, nous arrivions sur la nuque en observant l’accès vers la tête relativement creuse du golem où était installé une sorte de sphère, avec à l’intérieur, une vision d’Alaric endormi depuis le camp principal du directoire qui devait se trouver bien loin d’ici. Le colosse poursuivrait sa marche, tant que tout ça ne serait pas arrêté, mais apparaissant dans une lueur puissante, l’incarnation du reflet d’Alaric s’installa proche du noyaux de contrôle faisant tournoyer des outils magiteks à l’intérieur du crâne en une danse magnifique mais inquiétante. Les deux frères nous firent face, alors qu’ils n’étaient que des pâles copies usés grâce aux technologies de Teclis dévoyés par Alaric, car le Faux-Sorn n’étant plus qu’une horreur de métal brandissait son arme à feu droit vers nous en un ultime défi. En premier temps, nous ne pouvions pas nous attarder tous ensemble sur les adversaires majeurs qui tenaient devant les moyens de contrôle, puisque les épaules du golems furent armées pour essayer de nous arrêtés.

Celle de droite reçue la pleine puissance de Livio envoyant brusquement sa pistolame partout où il pouvait saccager des armes et canons que l’Egi-Garuda d’Eloise accumulait droit vers lui afin qu’il puisse plus efficacement encore détruire tout ce qui tentait de le gêné. Envoyant des puissants chocs, jusqu’à ce qu’il reçoive en retour après avoir tout dévasté un tir en plein dans le torse qui l’envoya s’écraser sur le dos pas loin d’Eloise et Drunken qui se tenaient légèrement en arrière. Malgré la douleur, il avait au moins pour en finir avec cette maudite incarnation de métal, et Eloise se concentrait en quelques soins pour nous aider à tenir le choc. De l’autre côté, à l’épaule gauche, je me tenais avec Finaen pour essayer de tailler en pièces canons et outils de combats qui sortaient en tranchant absolument tout au passage. Venant d’une des plus grosses pièces, qui se surchargea soudain à cause des nombreuses entailles, un faisceau d’énergie bleuté jaillit et nous frappèrent fortement au torse avec Finaen en nous balançant plus loin. Heureusement que nous avions quelques défenses, sans quoi nous aurions peut-être été fendu en deux, nous laissant légèrement blessés proche de l’épaule qui détonna brutalement à son tour en envoyant des morceaux de métal un peu partout. Les protections dévastés, il ne restait plus qu’à nous occuper de l’intérieur de la tête du colosse en fonçant droit vers ce qui reflétait Alaric endormi. Contre le faux-sorn devenu plus qu’un monstre de métal, progressant en transformant un de ses bras en épée quand Drunken dont la vue était affûtée par Eloise dans un sort d’aide pour faire sauté brusquement dans la pistole impériale à la main du Faux-Sorn lui dévastant au passage, l’entité envoyant un coup vers Drunken en essayant de lui trancher le bras, mordant dans la chair de la Roegadyn brusquement en essayant de l’abattre.

Runne tenait le coup en frappant de sa rapière encore et encore contre le reflet bleuté d’Alaric, ouvrant le passage à son camarade Sorn pour qu’il puisse essayer de déjoué les forces locales grâce à la clé obtenue auprès de son père. Pendant un instant, après que Runne ait été balayé par un coup de sabre l’envoyant s’écraser au sol un peu plus loin, les effets de la clé se faisaient sentir de plus en plus fort dans des ondulations de lumière. La tentative de prendre le contrôle de l’intérieur du Colosse Magitek. Mais la contamination se fit voir, Alaric avait essayé de détourné Teclis par des méthodes détournés fini par montrer le problème immense qu’il avait provoqué. Une folie intégré au projet Teclis qui prit le pouvoir, toutes les lueurs bleutés magnifiques devinrent d’un rouge intense puissante. La vision d’Alaric se mit à hurler de douleur, prise dans son sommeil et condamné à la souffrance tandis que le pouvoir de Teclis était en train de le ponctionner à son tour. Rapidement, le faux-Sorn fut repoussé brutalement par l’Egi-Garuda d’Eloise qui utilisait ses diagrammes pour soigner le bras de Drunken qui envoya un grand coup de pied dans le ventre de l’entité, permettant à Livio de levé sa pistolame pour brisé en milles morceaux son adversaires dans un choc explosif en nous débarrassant définitivement de cet adversaire que nous avions un peu trop affrontés ses derniers temps.

Je fonçais en avant, guérie et épaulée par Finaen pour atteindre l’incarnation malsaine d’Alaric devenue d’un rouge intense, tranchant subitement ce dernier alors que Runne essayait d’attirer l’attention en esquivant comme il pouvait le sabre voulant tailler le miqo’te en miqo’brochette. Nous avons pu nous en débarrassé, mais je bondissais devant Finaen pour ne pas qu’il soit taillé en pièce en recevant un coup, tombant au sol en laissant Finaen par la suite venir me soigner après un coup sérieux. En utilisant la clé, il fini par coupé tout les liens, Sorn regardant Alaric à travers son rêve lui demander de l’aide avant de disparaître soudainement. Le colosse Teclis 01 vint s’éteindre en s’effondrant brutalement au sol, dans un amas de destruction dans la montagne pendant que tout s’agitait dans tout les sens. Les forces Mhigoises n’était pas si éloignée, s’approchant doucement pour venir récupéré les blessés et les captifs, observant ses ruines dévastés qui avaient été une machine de guerre faites pour accomplir leur prochain objectif. Nous avons hélas notre prochaine objectif, en attendant que le Directoire se prépare pour assaillir leur proie. La prochaine mission que nous aurons à accomplir, je le crains, ce sera de défendre Ala Ghiri face à la fureur du Directoire de Draeront. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 292
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 29 mars 2021, 11:02

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"L’éveil de la Mort de Fer."

Image
Cent-trente-quatrième Entrée – « Acte 7 – Le démon aux sombres souvenirs.»
Image
« Pendant que les forces Mhigoises se préparent à recevoir le choc du Directoire de Draeront, nous avions le temps de réagir aux attentes de la grande compagnie des Immortels : Les influences de la Mort de Fer s’étendait dans les environs où il se serrait, au Labyrinthe rouge, et essayait de dévoré l’éther mémoriel afin de reprendre des forces. Rien ne pourrait lui venir spécifiquement en aide, maintenant que Ikijin à été vaincu, isolant le démon dans son recoin solitaire d’où il cherche à reprendre l’énergie volée afin de persisté en ce monde. Il nous fallait intervenir rapidement, maintenant que tout s’était tassé avec nos dernières affaires, et c’est à la Petit Ala Mhigo que le lieu de réunion se trouvait cette fois, nous éloignant finalement de la Tribu des U et du désert de Sagoli après y avoir maintes et maintes fois travaillé. Les immortels ayant subi plusieurs fois des problèmes dues à cette présence, un Lalafell vint à notre rencontre à l’éthérite pour nous expliquer qu’ils ne peuvent pas raisonnablement envoyer d’équipe au vue des problèmes possibles là-bas, mais que l’avant-poste devant le Labyrinthe rouge est censé surveillé tout changement. Ils pourraient, ils y répondaient seulement à la perle au lieu de faire silence. L’extérieur n’était pas vraiment des plus confortable, la tempête de poussière d’hier sur Gyr Abania s’était aussi abattue et continuait à bon rythme dans cette partie du Thanalan en soulevant le sable en créant un véritable chaos à l’extérieur. Il nous fallait néanmoins tout de même avoir le courage de nous y enfoncer, et l’équipe fut constituée à l’éthérite peu avant la discussion avec le jeune Lalafell.

Une fois de plus, nous retrouvions Lalavyr et Karol qui vivent encore dans les environs proches tant que la Mort de Fer risque d’être une gène, mais nous les avons rejoins avec Finaen et Runne malgré la fatigue de la dernière mission. Cette fois, pour veiller sur nous, Kyuuji vint afin de nous empêcher de finir en tapis fait maison. Normalement, Sorn aurait du nous rejoindre, mais j’ai ses aveux qu’il ne s’est pas réveillé et qu’il à du faire au plus vite pour nous rejoindre plus tard ! C’est au moins avec cette équipe que nous sommes sorti en direction du Labyrinthe rouge tout en affrontant la tempête qui soufflait dans les environs en nous empêchant d’y voir grand-chose. C’était vraiment peu agréable!Sans compter les murmures à nos oreilles, qui semblaient avoir milles et une promesses infâmes.

Mais il nous fallait progresser droit en direction du poste de contrôle censé être occupé par les Immortels ne donnant plus de signe depuis peu, nous laissant une chance que tout ne soit pas catastrophique en parvenant jusque là-bas. Défiant les éléments et les vents en enfilant nos équipements, je disposais moi même mon respirateur sous mon col, nous avons lentement pu approcher du pont dont le brasero installé proche devint d’une lueur mauve intense peu de temps après notre arrivé, témoignant de la présence infâme locale. Nous étions sous le regard du démon vraisemblablement, Runne inspectant les effets en témoignant de cette présence, tandis que nos mages comprirent bien vite les menaces qui étaient présentes dans les environs. Regardant le pont, ressentant à travers mes cornes les formes en espérant dévoilés tout ennemis invisibles, nous y avons perçu en approche des armures animés. Elles étaient que des amas de fer et d’acier mue par des énergies sombres, l’ensemble alimenté par les corps des Immortels inconscients dont l’éther disparaissait petit à petit. Si la torche mauve qui avait tenté d’assaillir Runne et Kyuuji en une déferlante enflammée avant d’être purifiée par Runne, en se concentrant sur les effets environnant, Kyuuji avait constaté la présence des armures sur le pont, mais surtout des personnes inconscientes au campement plus loin.

Même à distance, Kyuuji fit tout pour les maintenir en vie, déployant de puissants sortilèges de soin se connectant directement à eux, pendant que je fusais en avant à la rencontre des armures animés en espérant laisser le temps à mes compagnons d’en faire plus. Finaen intervint en vitesse, et nous en avons détruire une en un claquement de doigts, nos armes dévastant les plaques d’aciers avant d’observer celles qui nous encerclaient lentement. Pour les maîtrisés, Karol faisait naître des murs de pierres sortant du sol brusquement, essayant de les coincés et de les empêchés d’agir, mais plusieurs fut au début détruite en laissant les armures vivantes essayer d’atteindre lentement Kyuuji pour l’empêcher de purifier ceux qui lui donnaient leurs énergies vitales pour qu’elles survivent. Progressant en brisant les armures animés les unes après les autres, l’une fondant sous une flaque de lave en arrière tandis que nous progressions en tranchant et brisant celles qui nous faisaient encore face avec Finaen pour essayer d’atteindre l’avant-poste au plus vite. La dernière survivante fut arrêtée par les murs de pierres avant qu’en progressant, Karol ne puisse l’achevé d’un choc rocheux intense. Ce qui nous laissait malheureusement encore une chose à accomplir : Derrière se tenait l’avant-poste des Immortels, où les quatre pauvres âmes étaient en train de se faire absorbés par les sabliers errants autours d’eux.

Soutenu par Finaen, Runne et Lalavyr firent tout ce qu’ils pouvaient pour détruire les dits sabliers dans un choc intense, tandis que je tendais de couper le lien entre les Immortels et ce qui était en train de voler leurs vies grâce à un sceau. Grâce aux soins administrés à distances encore et encore, ils furent tenue en vie, l’énergie volée remplacée, et nous avons pu nous réunir à l’avant-poste pendant que l’équipe était en train d’essayer de les réveillés afin de prendre un temps de discussion avec ses derniers. Quoi qu’il pouvait nous attendre, le Labyrinthe rouge se tenait proche d’ici, et les effets qui se dégageaient de cet endroit étaient déjà plus qu’inquiétant.
Image
Finalement, les troupes des Immortels purent reprendre conscience et discutèrent un instant avec les deux lalafells ainsi que Runne, bien que la conversation n’avait semble t-il rien de si courtoise. Distribuant de l’eau à tout le monde, la maudite poussière et le sable soulevé par les vents furieux donnaient toujours l’impression de navigué dans une mer grise aux grains innombrables tournoyants dans les cieux. Ce qui donnait à l’accès vers le Labyrinthe, quelque chose d’encore plus austère et effrayante. Comme si des silhouettes de personnes étaient captés en des lueurs sinistres droit vers la gueule de la Mort de Fer qui attendait à l’intérieur. Nous ne pouvions rester bien longtemps, mais je profitais de cette attente pour surveillé et soutenir pendant que les Immortels furent finalement convaincu de rentrer droit vers la Petite Ala Mhigo dans leurs états pour ne pas être mit plus en danger que nécessaire. Visiblement, la moindre personne présente pouvait devenir un danger pour les autres en devenant une source pour créer des armes constitués par la Mort de Fer. Dès que ce fut fait, nous avons pu reprendre la marche en entrant finalement dans la cavité intérieur où rayonnait les souvenirs de l’éther mémoriel volé. Si cela pouvait avoir quelque chose de magnifique, les murmures incessant restaient des plus agaçants et encore plus la vision des silhouettes qui pénétraient à l’intérieur. Il s’agissait de personnes que nous avions jadis connu, des personnes précieuses en général auxquels nos souvenirs restaient précieux et important.

Ce qui témoignait que la Mort de fer n’avait en rien besoin de nous ponctionner pour avoir un accès même mineur à nos pensées de surface. Le support guérisseur de Kyuuji avait au moins de quoi nous offrir des forces supplémentaires pour ne pas choir au sol pendant le chemin. Aux aguets, Lalavyr nous disant bien de ne pas écouté les murmures devenu bien plus présents maintenant que nous étions dans la gueule du loup, bien qu’ils furent déjà présent depuis le début de notre voyage, ils avaient maintenant quelque chose de plus réaliste encore. Je progressais en avant en essayant de passé outre les impressions forcés, regardant les silhouettes notamment celles que je ne connaissais simplement pas. Jusqu’à parvenir au milieu du chemin de la galerie des sombres souvenirs où nous avons été confrontés à des reflets du passé. Ils étaient physiques, je le crains, l’amas d’éther et d’énergie démoniaque avait cette qualité de les rendre palpable et dangereux tout en se préparant à nous affronter. Plusieurs avaient des affinités avec les notres, ce qui risquait tout autant de leur donner des vagues connaissances de nos techniques et des moyens de nous arrêtés. J’admet n’avoir que fort peu apprécier l’ironie de me retrouver nez à nez de nouveau avec Ikijin, une version de ce dernier semblant de nouveau pure et inatteind par le Nuage noir. Combien de fois ses satanés démons vont-ils me faire tuer mon propre maître d’arme ? Je n’étais pas la seule à en souffrir. Une Garlemaldaise du nom d’Ateia et une Elezen portant une grande lame et un bouclier du nom de Lysianne si j’en crois les propres notes de Runne ayant fait un rapport de notre expédition sur ses notes pour m’offrir le repos de ne pas à le faire – Sans avoir compris que j’avais déjà commencer ! Et le dernier semblait être un proche de Kyuuji, sa présence pour lui restait une souffrance, car son affection vis à vis du Raen que nous observions avait l’air sincère et profonde.

Fonçant à toute vitesse pour ma part vers l’Elezen au bouclier, je bondissais sur le serpent de sable soulevé par Karol qui fonçait droit vers la combattante qui se tenait droite avec son bouclier, encaissant les vagues de sable du serpent qui me conduisait droit vers ma cible en bondissant au dernier instant. Elle pu tenir les deux premiers coups de lame, mais pas les deux suivants, laissant des blessures sur son incarnation. Runne se chargeait se préparer le terrain contre l’impériale, dans un élan purificateur, mêlé aux efforts de Finaen pour les arrêtés, tandis que proche d’eux Lalavyr décida d’essayer de faire fondre le Raen proche de Kyuuji que ce dernier essayait aussi de faire disparaître par la purification afin de lui offrir une disparition en douceur. Des chaînes fusèrent de nulles part, tirés par une arme à feu, et Ikijin les trancha avant de finir emprisonné tout en levant la tête vers le responsable : Sortant de la tempête de poussière, l’air totalement débraillé et recouvert par tout ce qu’il avait reçu du temps exécrable à l’extérieur. Sorn apparu, la plus part de son équipement perdu pendant sa ruée dès le réveil pour nous retrouver, c’est donc en short que nous avons retrouver notre compagnons curieusement vêtu.

Il essaya d’arrêter Ikijin de plusieurs tirs, malgré sa ruée vers le groupe arrière, pendant que nous nous chargions déjà d’une bonne partie des adversaires au passage. Deux souvenirs furent brisés. J’abandonnais celui de Lysianne en rebondissant sur son bouclier après sa tentative de choc, pour me propulser droit vers l’avatar du proche de Kyuuji. Lysianne fut prise dans la purification intense avant d’être brisée par Karol dans une lueur intense. La garlemaldaise, Ateia, rompit le combat contre les autres en profitant pour essayer de partir le plus vite possible tandis que Runne et Lalavyr amplifiaient l’effet de la lave autours du Raen, me permettant de le décapité net, malgré la douleur que cela infligeait à Kyuuji de voir cela ainsi. Plus vite il disparaissait, plus vite il n’aurait plus besoin d’y penser. Observant Ikijin se préparant à tailler Sorn en pièce, j’ai pu grâce à ma vitesse me mettre parfaitement entre les deux peu après qu’ils se soient entremêlés en tombant au sol, déviant la lame d’Ikijin avant qu’il ne massacre Sorn. Rompant la parade, il fit un grand pas en arrière en se prépara à faire usage d’un Iaijutsu surpuissant – Pour Runne, c’était la technique usée dans l’ombre du Manoir, pas celle du Pic noir ! - Mais la glace retint brusquement son bras, Kyuuji s’efforçait de nous guérir tous en nous rendant suffisamment de force dans une lueur bienfaitrice pour foncer conjugué nos efforts à ceux de Runne afin de le retenir. Des dômes de cristaux furent dressés par les Lalafell, et sa main ne tenait plus à grand-chose une fois que j’ai essayé de la coupé. Toutes les forces usés se brisèrent sur les protections d’argents, s’effondrant en même temps que le souvenir d’Ikijin qui disparaissait enfin. Et je l’espère, pour la dernière fois. Un rire rauque se fit entendre de la part de la Mort de Fer, tandis que les reflets des souvenirs ondulaient le long des murs, nous invitant à progresser jusqu’à lui. Afin que pour la dernière fois, nous soyons directement confrontés à cet odieux démon.
Image
Fatigués par la confrontation, nous n’étions au moins par mortellement blessés. Malgré son arrivé inattendue, Sorn fut au moins épargné de recevoir trop de blessures que son manque d’équipement adapté n’aurait pu contenir – Ce que je tiens à notifié pour qu’Aerlin puisse autant le gronder que Kyuuji semblait avoir comme désapprobation à le voir venir en short. Mais le temps est le temps, peut-être était-il aussi mieux qu’il ait pu se joindre à nous pour nous débarrassé définitivement de la Mort de Fer. Il nous avait invité à le rejoindre directement dans sa tanière, et c’est une proposition que nous avons décidé d’accepter. La garlemaldais devait aussi être trouvé, et il était fortement probable qu’elle nous mène directement là où devait être installé le démon qui nous attendait. Les reflets des souvenirs autours de nous se murent en véritable scènes de vies, dévoilant surtout celles des victimes que la Mort de Fer avait jusque là dévasté. Celles de personnes qui avaient tout perdu, gravant leurs moments les plus précieux en nous reflétant les images des chasseuses, des immortels, des Amalj’aa, de tout ceux qui furent sacrifiés pour que ce démon puisse progresser dans son accumulation de pouvoir. Les murmures étaient bien plus insistant, et tous essayaient de se débarrassé de ses voix qui voulaient nous arracher à notre tour les souvenirs dont nous voulions retrouver les racines au creux des entrailles de ce démon. Finaen se concentrait pour que ses mémoires soient intouchables, autant que la plus part en vérité, mais j’étais contente de voir Runne et Karol suivre la mélodie que je chantonnais en espérant m’accrocher aux bons moments du passé.

Marmonnant une chanson qui avait été précieuse à ma famille quand nous avions des jours peu heureux, celle ci nous évita de trop pensé aux silhouettes brumeuses nées de la poussière qui se trouvaient toutes autours de nous. Il fallait parvenir à évacué les idées et les tentatives d’offrir au démon ce qu’il souhaitait recevoir de nous. Tout autours, les illusions des lieux jaillissaient sans cesse en donnant l’impression d’être partout et nulles part à la fois, comme si le Labyrinthe rouge était devenu le portail afin de retrouver le passé de toutes ses personnes tuées par la Mort de Fer. Et ce dernier nous attendait au milieu d’un trou de lumière laissant voir vaguement le ciel au milieu des éclats des souvenirs. Son incarnation était une ancienne et puissante machinerie Allagoise digne du pacte de l’ancien Empire pour la maîtrise des forces du Néant, mais les rayonnement mauves se mêlant à la crinière flamboyantes du démon à la grande épée à deux mains témoignait qu’il maîtrisait parfaitement son incarnation.

Donnant l’impression d’avoir un immense chevalier noir de métal, une armure vivante maudite par un démon majeur qui se ressourçait grâce aux deux immenses sabliers qui flottaient dans les airs. S’allumant tout les deux doucement dans des lueurs mauves pour essayer de se préparer aux ponctions de mémoires pour se renforcer pendant le combat qui allait nous confrontés à lui. Une fois de plus, évoquant le souvenir qu’il avait déjà arraché à Karol à l’Oasis oublié, il nous invitait à faire de même en observant jusqu’à l’intérieur de nos esprits, au plus profond de nos âmes, en souhaitant que nous lui fournissions plusieurs aspects de nos pensées adaptés à nos personnes. A ses côtés, pendant qu’il tendait les bras vers nous, se tenait l’incarnation de la Mère de Runne se préparant au combat avec la Garlemaldais l’air bien plus dévastée, reflétant le moment où elle avait jadis perdue la vie. La vision de sa Mère fit déraillé brutalement Runne, qui proche des tirs de Sorn qui essayait d’enchaînés les coups au but vers l’impériale en usant de son fusil ,fonça droit vers le démon majeur. Sa rapière fendait l’air, essayant de fracasser la Mort de Fer en envoyant de nombreux coups de sa lame jusqu’à ce qu’un revers du démon ne l’envoie s’écraser dans les pierres brusquement. Bien qu’inquiète pour le Miqo’te, il fallait avant tout nous débarrassé de ses moyens de nous voler de l’énergie : Les sabliers étaient prioritaire avant tout. Le premier fut dévasté par Karol et Kyuuji, du moins n’avait-il pas été simplement « détruit » au sens brutal du terme, mais les incarnations du néant qui permettait son usage furent purifiés par les efforts des deux compagnons laissant une lueur rayonnante à l’intérieur du sablier. Des pulsations de lumières jaillirent, laissant le dit sablier s’effondrer lentement sur lui même en ne laissant rien de ce dernier. Tandis que Finaen offrait un support en tenant le coup contre la Garlemaldais, sa rapière s’opposant à la lame impériale, j’en profitais pour en vitesse rejoindre le dernier Sablier alors que Lalavyr se préparait à le dévasté d’un pique terrestre.

Pour profiter de la moindre faille, je faisais usage de la mémoire pour diffusé dans le chant que je lui offrais, l’éther céleste canalisé dans un des rouleaux d’incantations de Moutah. Ironiquement, il coupa bien vite le lien quand il sentait que je le bombardais d’énergie céléste purificatrice avec le rituel du parchemin de l’Astromancien. Se remettant en position d’assaut, Lalavyr et moi esquivions l’onde de choc d’un rose inquiétant s’extirpant du sablier utilisé pour partir à l’assaut. Lui faisait en sorte d’en finir avec le sablier en essayant de le brisé totalement, tandis que Sorn et Kyuuji faisaient en sorte de tenir la mère de Runne à distance. Il fut amusant d’entendre Runne hurler à Sorn de ne pas séduire sa génitrice, bien que plutôt normal. Rayonnant de la purification de Runne, je frappais droit dans la fissure de la Mort de Fer d’un terrible coup de sabre qu’il ne put arrêté, déstabilisé par Karol en l’empêchant de se tenir en place. Mon sabre percutant la faille, il recula dans une lueur foudroyante en essayant de levé son épée à deux mains pour nous tailler en pièce avec Lalavyr. Sans y parvenir, derrière, Kyuuji venait de protéger la vie de Sorn une nouvelle fois dans une lueur radieuse soulevant la pierre du sol pour les protéger des assauts du reflet de la Mère de Runne, essayant ensemble de s’en débarrassé pendant que Finaen luttait toujours la rapière à la main contre l’impériale.

Encore blessé par une onde de choc, Runne resta pour l’instant isolé sous les roches, mais soutenait quand même les moindres assauts dans des purifications puissantes alors que le dernier sablier se brisait non loin d’ici. Je frappais sans cesse la Mort de Fer, utilisant la technique du Kami pour enchaîné les coups fulgurants jusqu’à ce qu’il soit fissuré sur l’intégralité de son incarnation. Il tenta à force de désespoir, d’écraser sa main au sol pour tous nous corrompre en même temps. Les illusions volèrent en éclat, et le monde autours de nous ne devins plus que des lignes concentriques allagoises d’un rose intense qui envahissait les environs entièrement. Si ça n’était que la grotte qui était envahie de ses schémas incroyables, cela aurait été plus simple, mais tout le monde furent affectés par les lignes s’installant de plus en plus sur nos corps, en laissant une impression de douleur et de souffrance difficile à contenir. Malgré tout, il fallait en finir avec que les lignes allagoises ne nous dévorent intérieurement, et Karol ainsi que Lalavyr se concentrèrent pour brisé les effets dans des lueurs puissantes. Nous offrant un puissant sort de guérison pour essayer de nous offrir la force d’agir une dernière fois pour une finir, Kyuuji fournissait l’énergie suffisante mêlé aux efforts des Lalafells à soulevé la Lave lentement le long des jambes de la Mort de Fer pour qu’il soit trop occupé pour arrêté la purification de Runne qui prenait de plus en plus d’ampleur.

Soutenue par la magie mémoriel de Finaen, ma lame nimbé d’éther trancha subitement le démon en deux, de l’épaule à la hanche. Il essayait tout de même de ne pas se disloqué en deux morceaux, en rugissant de panique et de fureur, mais la déflagration de la grenade de Sorn le réduit en morceaux définitivement, envoyant les débris de son incarnation un peu partout. Et moi aussi d’ailleurs, tombant lourdement par terre en regardant le ciel qui se dévoilait lentement à mes yeux. Le spectacle était magnifique, car je réalisais que la Mort de Fer à son tour venait d’être enfin renvoyée dans le néant. Tout mes compagnons se reprenaient, Kyuuji s’occupant des blessés en vitesse alors que tout cet odieux combat prenait enfin fin. Tous allaient profiter d’un peu de repos, bien que la menace de la Lignée des Delatour n’est pas encore éteinte, il fallait se préparer aux affaires récentes à achevé. Et ses dernières lignes seront dédiés à un mot d’excuses pour Runne. Désolée de t’avoir dit que tu ne pouvais pas faire de rapport, car ils ressemblaient à des écrits d’enfants de dix ans. Alors merci de ton attention à avoir écrit tes propres notes, dont des informations ont été utile à la rédaction du miens. Tout vos efforts seront toujours précieux à mes yeux. Car tous autant que vous êtes, êtes ce qui ressemble le plus à une famille à mes yeux. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 292
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 31 mars 2021, 11:29

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Deux frères - L'héritage de Teclis."

Image
Cent-trente-cinquième Entrée – « Acte 4 – La défense d’Ala Ghiri.»
Image
« Nous y sommes. Le temps d’empêcher le Directoire de Draeront de mettre la main sur Ala Ghiri afin d’y finaliser le projet Teclis en essayant de le débloqué avec le sang de Sorn. La chute du colosse avait bien fait réagir les autorités Mhigoises quant à l’importance de devoir se préparer à recevoir une attaque même d’une force aussi disparate que celle du Directoire, et avait au moins pour envoyer quelques soldats supplémentaires. Ils n’étaient ni les plus nombreux, ni les plus vétérans, mais motivés et fiers de pouvoir protéger un lieu de leur nation qui à été arraché aux griffes de l’occupation pendant la reconquête Mhigoise. « Pas deux fois » était le mot d’ordre, et nous étions auprès d’eux pour que cela n’advienne pas. Les horreurs de la guerre se poursuivent sur le front Impériale, l’Alliance grandement occupée garde tout de même un œil sur ses terres que des factions vicieuses comme celles sous les mains de Landfust peuvent essayer d'attaquer pendant que les combats sont déchainés loin d'ici. Nous réunissant à l’éthérite avec un seul objectif clair : Il était temps pour nous de défendre Ala Ghiri contre le Directoire. Et ainsi, briser l’élan de toutes ses machinations tentés depuis leurs actions à Fièrelame quelque peu trop audacieuse. C’est proche de l’éthérite que nous nous sommes retrouvés pendant que les forces Mhigoises se préparaient aux combats à venir, établissant une force de défense sous la directive de l’officier Stronghead, un vétéran de la résistance.

Pour lui, ça ne devait pas être joyeux de devoir de nouveau protéger une ville reconquise pendant la libération. Nos premiers compagnons furent donc Eloise installée paisiblement en nous attendant, rejointe par Sorn et Livio qui seraient nos supports avec leurs armes à feu et leurs équipements de tirs. Pour l’heure, Runne et Finaen cherchaient ce que les impériaux du Directoire voulaient à Ala Ghiri, ce qui laisserait avant tout Kyuuji pour s’occuper de nos blessures et Namiko pour nous protéger de tout problèmes avec son bouclier – Et je dois dire que ses deux là se sont épuisés pour qu’on s’en sorte bien. Sans avoir le temps de discuté, la terre se mit à tremblé et les bruits d’alarmes se déclenchèrent alors que les cieux nuageux étaient illuminés par les rayonnements d’énergie des tirs qui fusaient pour s’abattre sur la ville. Le Directoire n’avait pas choisis de foncer récupéré ce qu’ils voulaient, mais bien d’abattre les défenses Mhigoises avant de pouvoir se servir, quelque soit le prix et le coût sur la population d’Ala Ghiri. Forte heureusement, ils ne se laissèrent pas faire, nous avons même aperçue les deux jeunes mhigoises enrôlées que Runne à sauvé qui levaient des boucliers de terre pour que les projectiles s’écrasent dessus, tandis que tout le monde progressait vers la sortie en aidant la population. Livio et Sorn les mettaient en mouvement, faisant en sorte que les citoyens aillent dans la bonne direction en braillant les ordres des officiers, soutenant ceux que Kyuuji soignait en vitesse quand ils étaient malheureusement blessés.

Se concentrant pour dévié les projectiles, Eloise participait aux contre-mesures en élevant un bouclier cristallin autours de nous, là où plusieurs tirs s’écrasèrent brusquement en laissant des marques sur les cristaux. Namiko soulevant son pavois, empêchant des débris de choir sur nos alliés tandis que tous progressaient droit vers la porte où je les attendais. Plus loin, dans une déflagration lumineuse, déjà un des canons du Directoire éclatait sous la pression de Javius et de ses Populares agissant pour arrêté l’attaque. Plusieurs Mhigois s’étaient joint à eux, et Stronghead exigea qu’ils soient rapatriés en urgence avant qu’ils ne se fassent tous massacré. Il faut dire que la fusée de détresse tirée par Javius indiquait que lui aussi, aimerait bien être rapatrié rapidement ! Nous fournissant des Chocobo, je m’installais sur mon bras Wilbert qui attendait en ville de pouvoir agir, fonçant à toute vitesse en avant avec Eloise accrochée dans mon dos, Sorn derrière et Namiko à ma droite sur un autre chocobo de guerre. L’Egi-Garuda défonçait les amas de débris empêchant notre sortie, ainsi, les trois chocobos fusèrent droit vers la position ennemie pendant que le bombardement continuait sur les protections de la ville. Et nos deux dernier compagnons étaient au dessus de nous, Livio fusait en fracassant les quelques drones magiteks errant dans les airs, qui nous cherchaient en bas sans y parvenir depuis que Sorn avait activé une sorte de champs visuel empêchant quiconque de nous observer. Au moins les éclaireurs avancés auraient plus de mal à faire grand-chose de plus que de se faire charger par Namiko avant de se faire balayés par son épée. Je me chargeais de la protection d’Eloise qui tentait de détourné les tirs nous tombant dessus, l’un passant proche de Kyuuji en ayant faillit le happé dans les airs dans une lueur merveilleuse en le frôlant tandis qu’il tournoyait dans les cieux sur une sorte de nuage formé par les vents.

Son sort se mêlait un moyen pour que les gens nous fasse partir bien plus vite alors vers l’avant, à un moyen de se déplacer lui même dans les hauteurs à toute vitesse. C’est ainsi, en nous débarrassant des quelques avant-gardes tout en évitant de finir écrasés par les tirs réguliers des canons Garlemaldais embusqués, que nous avons fini par rejoindre leur terrain de tir. Javius avait réussi à fait détruire quelques canons, au sacrifice tragique de la moitié des combattants l’ayant accompagnés. Il avait été récupéré par une griffe magitek d’arrestation, que Livio chassa en vitesse en laissant le griffon de son père s’écraser dessus pour l’abattre au sol, afin de libéré Javius pour tirer un peu partout, cherchant à ouvrir la voie. De fait, quand il s’envola de nouveau, Sorn n’était pas loin en tirant dans tout les sens, avant de s’être mit à poursuivre un groupe de soldats impériaux en traversant le nuage de poussière que Kyuuji soulevait perpétuellement pour nous donner l’avantage de récupéré tout les blessés, avant de partir au plus vite. Notre valeureux compagnons sorti rapidement de l’amas de poussière en course arrière, poursuivit par l’intégralité de l’armée du Directoire qui se préparait à attaquer Ala Ghiri, rapidement récupéré par les serres du griffon de Livio tout en partant dans les cieux proche de Kyuuji qui avait récupéré aussi un des populares, se retrouvant avec les moitiés des personnes à secourir.

L’autre moitiés étaient les Mhigois, mais nous avons été désarçonnés avec Eloise par une explosion magitek qui envoya Wilbert au sol. Le temps que mon Chocobo ishgardais se reprenne quelque peu, Namiko lutait contre tout ceux approchant des rescapés survivant le temps qu’Eloise ne les attrape avec un filet d’éther, pour les récupérés avec nous. Défonçant un des canons impérial, je vins récupéré mon Chocobo tandis que celui de Namiko venait sauver sa maîtresse qui gisait au sol à cause d’un impact puissant de la part du chef des opérations ennemis. Un Garlemaldais portant une cérulame cherchant à abattre notre camarade, avec les écussons des forces scientifiques de Landfust. Un des responsables du Directoire, donc. Partant tous en vitesse, Eloise laissant quelques explosifs d’éthers sur le passage ce qui fut efficace avec la grenade de Sorn laissant une détonation pour ralentir l’ennemi. Nous faisions tout pour rejoindre Ala Ghiri, bien conscient qu’hélas, nous avions l’armée du Directoire dans le dos prompt à assaillir la ville dès qu’ils seront à portées.
Image
La course-poursuite n’en était pas vraiment une. Ralentit par les déflagrations des explosions d’Eloise et par la grenade de Sorn, nous avions été rendu bien trop rapide par les efforts de Kyuuji pour mettre de la distance entre nous et l’ennemi pour qu’ils aient le moindre espoir de nous rattraper. Ainsi, c’est à toute allure que nous avons retrouver Ala Ghiri, Stronghead agitant les bras en nous appelant, satisfait de nous voir revenir avec quelques survivants et encore plus parce les tirs d’artilleries avaient cessé malgré le désordre que ça avait hélas laissé à l’entrée de la ville. Mais sa joie devint d’un coup de la surprise, et de la peur, quand il cria de faire attention. Descendant des nuages, le Juggernaute Impérial fila sans frapper qui que ce soit comme si ça n’était là qu’un tour d’observation. Les sortes d’immenses tours blanches flottantes de l’Empire possède quelques choses de très inquiétantes autant dans leurs formes que dans leurs puissances de tirs, et tous ont néanmoins prit le temps de rejoindre en vitesse les défenses tout en laissant les Chocobos se reposer. S’installant dans les hauteurs, Eloise et Sorn s’y déposèrent en observant depuis la grande muraille d’Ala Ghiri la poussière s’accumulant des ennemis qui arrivaient, l’un préparant son arme à feu, et Eloise entamait des créations de pierres pour recevoir convenablement le Directoire. En bas, Namiko aidait Stronghead à garder la motivation tandis que Livio tournoyait sur son griffon en attendant le retour du Juggernaute pour cette fois, parvenir à l’affronter. Au moins, les défenses avaient été renforcer par Kyuuji, des amas de lumières magnifiques naissant de sa magie pour permettre à l’acier et au bois de tenir un peu plus face aux armes impériales, jusqu’à ce qu’enfin ils nous fassent face.

Ils étaient nombreux, des engagés impériaux venant de tout horizons en ayant le symbole du Directoire de Draeront sur eux, envieux d’en finir avec nous et de mettre la main sur la source de pouvoir qu’ils étaient venu chercher en Ala Ghiri. Les deux forces armées se faisant face, nous devions tout faire pour empêcher les Garlemaldais d’approcher les portes de la ville, afin d’épargner aux populations civiles d’être mêlées à tout ça. Après un déluge de tir s’arrêtant sur les remparts, ils chargèrent, et une furieuse mêlée débuta au milieu des foules. Depuis la hauteur, Sorn faisait de son mieux pour faire taire le canon que nous n’avons pas réussi à brisé, l’Egi-Garuda d’Eloise frappant ce dernier pour dévasté son mécanisme, le tir de Sorn l’avait alors particulièrement mit à mal. Mais la chef des opérations impériales ne s’arrêterait pas à ça : Une pure-sang, cruelle et haineuse, ses cheveux blond tombant sur son visage dont le masque avait été brisé par les amas de pierre d’Eloise se fracassant sur l’arrière ligne Garlemaldais en blessant leur chef au visage.

Agacée par ce fait, elle fit tiré brutalement le canon sur le rempart, bien que le dit canon explosa avec en emportant les servants d’armes et l’Egi dans une déflagration bleuté importante donnant l’impression d’une sphère de pouvoir rayonnante et laissant une fissure au sol où il ne restait simplement rien. Le tir fit mouche, mais nos deux camarades purent s’entre-aider pour ne pas tomber dans le vide, ouvrant un trou à l’intérieur du rempart où Finaen et Runne travaillaient en suivant un vieil archiviste les menant droit vers la source de pouvoir que cherchait les impériaux : Une stèle ancienne parlant d’un disque immense lié à la constellation de la Tour, fait pour canalisé les énergies célestes. C’était avec acharnement que je luttais sur le champ de bataille. Kyuuji nous avait demandé de nous débarrassé en vitesse de celle qui se préparait à faire choir le mur de pierre sur nos propres troupes, ce que je fis en vitesse dès que Namiko brisa ses défenses en envoyant de nombreuses épées de lumières, me donnant l’ouverture pour frapper et décapité la Signifer d’élite. Nous n’étions pas trop embarrassés de l’état du front – Passant d’un support, à un soin, guérissant le plus vite possible, Kyuuji sauvait ceux qui le pouvait et renvoyait en arrière les blessés sérieux et les inconscients pour qu’ils soient traités rapidement. Enardit par cette force, la commandante choisis bien vite Kyuuji pour l’abattre, et fit tirer l’armure Magitek sur laquelle elle était installée droit vers lui. Le tir fut en grande partie dévié par Namiko dans une ondulation d’argent magnifique dressé hors de son bouclier qui ne parvint hélas pas à contenir le choc. Écrasée par le choc, c’est avec les soins de Kyuuji que nous sommes remontés à l’assaut, dévastant l’armure magitek qui fit littéralement taillé en morceaux par mon sabre pendant que Namiko lui faisait face – bien qu’elle s’était surtout faite écrasée par le pieds de l’armure, le choc arrêté car Kyuuji avait dressé un bouclier autours d’elle pour l’aider.

Apparut d’un peu nulle part, Runne sauta dans la mêlée, et se mit à tailler dans le tas pendant que depuis la hauteur lointaine, les tirs de Sorn s’abattaient sans cesse sur la machine de bataille, renforcé par la magie d’Eloise. Finalement, déjà désarmée, elle dut m’affronter avec Namiko en récupérant une sorte de Pisto-halbarde, me frappant au flanc dans une blessure douloureuse tandis que Namiko tenait le coup. Alors qu’il soignait encore nos blessures et ceux des soldats, Kyuuji eut quand même le temps de faire usage des vents pour bénir nos armes. Ainsi, Finaen qui était sur les flancs pu malgré quelques coups douloureux, taillés en pièce les fantassins qui prenaient notre troupe de revers en brisant dans des grandes destructions affreuses, les exossatures inspirées de Teclis qu’ils portaient. Ce flanc était sûr, Runne dont la rapière fut aussi renforcée par Kyuuji, passa littéralement à travers le tripode impériale qui servait d’observateur à Alaric pour voir l’avancée des combats, après que ses tirs aient complètement manqués nos compagnons. Fonçant en avant, je rebondissais sur le bouclier de Namiko présenté à moi, et tandis qu’elle tranchait les jambes de la commandante impériale, je m’occupais de lui coupé la tête d’un coup net.

La bataille au sol semblait être victorieuse. Mais dans les cieux, s’achevait aussi lentement la bataille dans les airs. Livio était seul dans son combat pendant un instant, luttant contre le Juggernaute en essayant de brisé son aile dans un amas de dévastation venant de sa propre cérulame. Forcé de battre en retraite, une aile en flamme, la machine volante surpris Livio en réapparaissant dans son dos tout en quittant les nuages de manière inattendue, parvenant à touché le cavalier et sa monture dans des nombreux tirs puissants d’un bleuté intense. Parvenant jusqu’au Juggernaute dans un balais aérienne, le griffon le percuta et les deux se mirent à tournoyer un instant, droit vers Ala Ghiri. Percutant légèrement la muraille, il ne fut que plus étonnant pour eux de se retrouver avec Sorn qui s’était accroché à la machine, observant bizarrement celui qui tentait de réparé l’aile avant qu’il ne lui balance tout ce qu’il avait sous la main, dont un sandwich au jambon – quel gâchis ! Livio, malgré les tirs qu’il reçu du soldat impériaux qui était sorti le déloger, tomba vers le vide alors que la machine tournoyait dans toutes les directions entre les ruelles d’Ala Ghiri dans un foutoir monstrueux. Tombant droit vers son griffon qui le rattrapa, il tira plusieurs fois en essayant de faire sauté en avance l’explosif, ce qui advint quand Gracius, le Raen qu’il avait sauvé sur le colosse impériale, lui vint en aide.

La grande déflagration ouvrit un accès où Sorn y jeta une grenade un instant avant d’être attiré très brusquement sur une grande partie de la ville pour retourner à côté d’Eloise sur la muraille. Utilisant l’éther pour créer une couche rebondissante pour que le Juggernaute n’explose pas en ville, il éclata dans les cieux en envoyant des débris hélas un peu partout quand la machine fut brisée. C’est là qu’un instant après, les nuages sombres s’ouvrirent soudainement, balayant les environs d’une lueur lunaire magnifique donnant l’impression que les nombreux feux qui avaient été déclarés par les tirs de magitek étaient d’un bleu fantomatique. Dans les cieux, un trou magnifique montrant la constellation de la Tour était apparut. Ça, et l’immense griffe magitek descendant lentement des cieux pour atteindre le cœur d’Ala Ghiri.
Image
Profitant de la bataille, malgré la défaite arrivant des troupes du Directoire, leur chef en avait profiter pour effectué une descente en ville en espérant mettre la main sur le pouvoir qu’ils étaient venu convoité. Celui du disque souterrain captant les énergies célestes. Il fallait quitté la ligne de front, Kyuuji soulevant des murs de pierres pour nous laisser partir en vitesse en donnant aux Mhigois la responsabilité de défendre l’entrée en repoussant les derniers impériaux restants. Quoi qu’ils cherchaient, ils étaient sur le point de mettre la griffe dessus – pratiquement au sens propre au vue de la forme du vaisseau impérial utilisé pour amorcé la descente jusqu’au cercle stellaire. Nous avons donc du traverser la ville à toute vitesse, bien que nous étions été dans des recoins bien différents, les cieux étaient contestés par le passage du griffon de Livio pendant un instant alors qu’il cherchait à abattre les drones volant dans les cieux tout en créant des bourrasques d’air suffisamment puissante pour les éloignés. C’était plutôt majestueux à voir, au dessus de nos têtes, et pour ma part je préférais rester non loin de Kyuuji : Il devait soigné ma plaie à la hanche rapidement pour qu’elle ne me gène pas dans l’affrontement à venir, et hors de question de laisser notre soigneur sans surveillance.

Non loin de là, se tenaient Runne et Finaen qui tâchaient d’éloigner à leurs tours les menaces en créant des véritables chaînes d’éclairs. M’occupant de ceux qui passaient leurs surveillances de mon sabre, des éclairs fusaient ici et là tandis qu’ils tentaient de limité les dégâts que l’intérieur de la ville pouvait recevoir maintenant qu’une petite troupe et leurs drones magitek étaient à l’intérieur des murs. Mais pour ce qui était déjà brisé, Namiko tâcha de venir en aide à un petit garçon qui était à moitié sous les décombres, ses parents n’avaient hélas pas survécu à la chute du toit et elle tentait au moins de le sortir lui de là pendant qu’un des drones essayait de la massacrer à distance.

La plus part des coups reçues furent soignés par Kyuuji qui se concentrait pour que nos blessures et notre fatigue se tarissent au fur et à mesure du voyage dans la ville, mais ça restait très douloureux. Le drone reçue une volée de tir de Livio passant à toute vitesse, dont le griffon en retour fut percuté par une explosion magitek intense forçant ce dernier à le laisser au sol pour qu’il soit soigné par les guérisseurs Mhigois de Stronghead. Hors de question de mettre la vie de la précieuse bête de Corvus Vendex en jeu dans cette bataille. Descendant de la haute muraille, Eloise avait créer un de ses sorts de trampoline d’éther afin de bondir dessus et arriver en vitesse vers le centre de la ville. Si Sorn s’en tira relativement bien, tirant ici et là dès qu’il fut en bas avec Gladys orbitant autours de lui, la vitesse fut un peu trop rapide pour Eloise et elle due être rattrapée par les vents convoqués par Finaen avant qu’elle ne percute à toute vitesse un mur de pierre en ville. Tous nous en tirions relativement bien, sous les lueurs magnifiques du tissage d’énergie céleste qui descendaient de la trouée dans la nuages, d’où ils tiraient la force de cette puissance. L’ensemble tombait sur la griffe magitek immense servant de véritable transport aérien, qui avait été installé au dessus d’un cercle ancien qui avait nécessité de défoncé le sol pour le faire apparaître.

Nous avions enfin une des raisons d’où provenait l’énergie d’Exstasia elle même, ainsi que de la création inspirée de celle ci : Teclis se nourrissait et transformait l’énergie céleste en cette forme de pouvoir traversant ses mécanismes. Un vieux astromancien que j’ai appris se nommé Plaius Lux Grissious – Que Sorn nommait Papy Gris, s’occupait docilement de la recharge sous la surveillance de l’officier à la cérulame qui dirigeait l’assaut au nom de Landfust en tant qu’observateur. Il était venu faire en sorte qu’Alaric puisse charger le projet Teclis et le mettre entre les mains de son maître, quelque soit le coût, Reconnaissant le vieux Plaius, Sorn fonça à toute vitesse vers ce dernier qui était désorienté par Kyuuji. A vrai dire, notre élémentaliste faisait en sorte d’empêcher tout travaux de son astrolab en manipulant les glyphes et en modifiant les symboles créer par le vieillard qui avait tout l’air de s’en amusé. Envoyant quelques sphères de lumières vers Kyuuji, qu’il esquiva sans trop de difficulté, les deux s’échangeaient des semi-grossiertés de personnes âgés amusées l’une envers l’autre de s’arrêter dans leurs manœuvres. Jusqu’à ce qu’Eloise décide que s’en était trop. Utilisant une technique des chaînes rouges, elle transféra ainsi les dégâts qu’elle s’infligea elle même directement à la main du vieux Plaius en calcinant celle ci, lui faisant perdre l’usage de son instrument manipulant les énergies des étoiles. Propulsé par Gladys à toute vitesse, Sorn s’écrasa dessus et lui envoya un grand coup dans la figure, mue par la colère de le voir ici toujours au service des mauvaises personnes. En retour, il lui sourit tendrement, et fut heureux de voir que Sorn avait bien grandit. Sans détour, Eloise voulu en finir sans savoir le lien qu’il partageait avec Sorn, qui encaissa pratiquement à sa place le foudroiement du vieillard qui le fit tombé dans l’inconscient, Sorn tombant à côté encore un peu fumant après avoir protéger ce visage du passé.

Nous étions à côté en plein combat contre l’Hexadrone, régulièrement Kyuuji s’occupait des blessures de ceux qui tombaient, notamment de Namiko et Finaen qui avaient reçu des impacts plutôt sérieux pendant les affrontements. Me propulsant avec son bouclier, Namiko elle profita que Livio avait congelé les pattes ajoutées à l’arme magitek immense pendant que je me chargeais de l’officier impérial installé sur son dos. Partageant plusieurs coups d’épées entre mon sabre et sa cérulame, jusqu’à ce que la pointe de mon acier dans une lueur foudroyante ne lui laisse un sillon sanglant le long du torse, nous avons vu Finaen apparaître à son tour. Il se concentra pour que l’espace aérienne soit dégagé et renforcé pour que la ruée de Runne soit surpuissante, mais en retour, il reçu un choc de céruleum en plein dans le torse le renvoyant au bas de la machine en roulant au sol un instant. Runne tomba, transperçant brutalement notre adversaire en l’écrasant au sol.

A deux contre un, il s’employa pour faire en sorte de se renforcer, et activa la griffe. D’un coup, l’énergie bleuté de Teclis devint d’un rouge intense, celle de la Folie de sa tentative d’activation forcée qui avait torturé Alaric dans le colosse impérial. Au sol, Finaen fit tout pour coupé le liens entre la griffe et l’Hexadrone, brisant tout le flux de renforcement et d’énergie – bien qu’en retour, il reçu un sacré choc au torse peu après avoir été soigné du premier par Kyuuji. Namiko, revigorée à son tour, se rua pour détruire les pattes gelées et chercha à atteindre le cœur de la machine. Renforcée par les soins, elle eue une ouverture quand la croix de Céruleum de Livio percuta la carcasse de métal en lui ouvrant la voie. Pour que son épée se plante dans le cœur d’énergie, dévastant la machinerie impériale. Malgré les blessures que nous avons reçu, Runne au flanc et moi à la cuisse, nous frappions encore et encore de nos lames en un balais de coups partagés avec l’officier de Landfust, jusqu’à ce que nos deux épées ne le transpercent de part en part. S’écroulant lentement en arrière, tombant de sa machine de bataille, il disparut dans les flammes de l’explosion de l’Hexadrone sans la moindre chance de survie, les décombres de son arme filant ici et là, percutant la griffe qui inutilisée, avait fini par s’écraser sur le côté contre le flanc d’une masure. Les Garlemaldais battaient en retraite, les rares dernières forces du Directoire furent mise en déroute ou captive, tandis que Gracius se rendait de lui même après avoir aidé Livio malgré tout. La défense d’Ala Ghiri se concluait sur une note positive, rares furent cette fois les victimes civiles – se comptant sur les doigts d’une main, ayant pu mettre l’ensemble en sécurité avant que tout ce saccage ne débute. Maintenant que le Directoire à échoué, et à perdu celui transmettant les ordres de Landfust, notre cible est avant tout de retrouver Alaric. Pour l’abattre, ou pour le sauver, je l’ignore encore. Mais j’ai bien peur que quelque soit le choix, cela restera une épreuve particulièrement difficile pour les deux frères qui auront enfin à se retrouver réellement en tête à tête. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 292
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 02 avr. 2021, 12:48

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Deux frères - L'héritage de Teclis."

Image
Cent-trente-sixième Entrée – « Acte 5 – Le choix de la vie ou de la mort.»
Image
« Après avoir pu mettre en sécurité Ala Ghiri des forces du Directoires, celles ci furent particulièrement épuisés notamment vis à vis des troupes de l’Empire avait envoyé là-bas pour supporter leurs efforts. Ils ne le restaient avant tout plus que leurs sciences, mais c’était ce qui restait de plus dangereux entres leurs mains. Après avoir assisté les forces Mhigoises et les civils à remettre un peu d’ordre en ville, surtout Finaen et Runne qui prirent très à cœur de réparé les problèmes que les impériaux ont provoqués lors de l’offensive. Nous nous sommes néanmoins préparé à tout faire pour mettre la main sur Alaric, le frère de Sorn. Une fois cela fait, il était fortement probable que le Directoire entier soit paralysé voir vaincu, ce qui laissait sous-entendre que nous devions préparer une opération directement là où il pouvait bien se trouver. Et ce là, était une sorte d’antenne immense se trouvant proche du Specula Imperatoris où ils captaient leurs énergies afin de préparer de nouvelles expériences conçues à partir du projet Teclis lui même. Alors que j’exprimais notre objectif à mes compagnons, installés devant la ville, il me fallait rappeler quelque chose d’essentiel : C’était à Sorn d’avoir le droit de vie ou de mort sur Alaric, au bout du compte. Et il ferait tout pour que nous n’ayons pas à mettre fin à ses jours. L’équipe fut constituée de nos supports magiques habituels : Runne et Finaen faisant la pair de mage rouge efficaces. Eloise cette fois était auprès de Javius pour l’instant, en infiltration parait-il, afin de pouvoir intervenir directement sur place. En guise de force de frappe à distance, Drunken Siren notre forgeronne intéressée à l’idée de tout fracasser ferait une bonne pair avec Sorn en amenant leurs armes à distances, tandis que Livio avait ses autours de protecteurs s’arrangeant pour mettre en valeur ses techniques de pistosabreur. Et pour veiller sur nous, malgré la difficulté de la mission, Tinea serait à nos côtés pour s’occuper de toutes nos blessures.

Le début du voyage s’engagea par l’apport de sandwich gourmet de la part d’une jeune citoyenne toute intimidée nous offrant de quoi nous sustenté. La route était plutôt reposante et agréable, les lueurs du crépuscule lentement s’éteignaient pour laisser apparaître le voile nocturne à mesure que nous progressions les deux cloches de routes longues et éreintantes à travers Gyr Abania. Tous s’occupaient comme ils pouvaient, Tinea dévorant son sandwich en ayant oublié de manger pour venir le plus vite possible, aussi n’était-elle pas vraiment d’humeur à être si joyeuse. Et hélas, ce que nous allions découvrir n’allait rien faire pour arranger son moral. Car après un temps de marche, où Livio en tête menait l’équipe tout en vérifiant comme Finaen que les cieux n’étaient pas contestés par la présence des drones de reconnaissances. Nous sommes tombés sur un campement de voyage de l’Alliance Eorzéenne qui avait été dévasté. Régulièrement, nous étions tombés sur des anciennes traces des combats menés par le Directoire avant que les voyageurs ne soient plus autorisés à passer par ici pour leurs propres sécurités.

Mais les renforts qui étaient effondrés par ici, dans un recoin brisés par des flammes bleutés étaient des combattants venu porter assistance à Ala Ghiri, pas des civils, et ils avaient été balayés soudainement. Venant en aide au soldat étalé sous du bois et des pierres, Tinea et Finaen vinrent directement utiliser des sorts de soin dessus pendant que Livio le hissait hors d’ici. Concentré sur les environs, Sorn cherchait des traces pendant que Drunken non loin aider à la manipulation du blessé, restant attentive aux menaces potentielles, jusqu’à ce que dans sa recherche, Sorn mit le doigt sur le problème qui nous fonçait dessus. Au moins Runne en parlant à la jeune magicienne roulée en boule découvrit le problème principal : Elle avait vu certains de l’expédition se fait enlevé pour être installés dans des sortes de tubes avant qu’ils ne soient greffés aux machineries. Ils déposaient des rêveurs directement dans les machines de combats créer avec l’inspiration de Teclis. Dans un cri, Sorn nous prévient de l’apparition d’une de ses armes nouvelles dont le pied s’écrasa soudainement là où un instant plus tôt un soldat se trouvait, et une seconde vint dans notre dos en enflammant les environs un peu plus créant un véritable espace en flamme, des nuages lourds et chargés de celle lueur bleutés s’élevant désagréablement dans les cieux au dessus de nos têtes. Nous avons réagis en vitesse, la première des armes n’eut pas le temps de faire grand-chose quand Drunken qui était aux aguets tira droit dans son genou en le laissant s’écraser au sol.

Usant de sa magie, Finaen dans une lueur des vents magnifiques, pendant que le crépusculaire s’échappait avec le soldat blessé malgré un tir qui l’envoya s’écraser dans la cendre et le sable. Cela offrit quand même à ce dernier de renforcé Livio qui bondit d’un geste magnifique droit vers le tube dont parlait la magicienne traumatisée, extirpant de là un homme relativement âgé en le déposant à terre. La jeune fille hurla « Papa ! » avant que des explosions ne balayent Runne et Tinea qui envoyait de nombreuses cartes dont une qui me renforça particulièrement. Sans son bouclier, Tinea serait morte, mais elle tomba au milieu d’une table brisée. La jeune fille eue une jambe désagrégée dans les impacts d’énergies bleutés intenses, jusqu’à ce que Sorn profitant de la lenteur étrange de la machine subitement ralentie, ne tire dans un de ses canons en faisant tout sauté à l’intérieur, dont le boîtier gelé par Runne. Sans espoir de la sauver, je tranchais la machinerie en deux d’un coup de sabre ainsi que le corps de la personne, découpant définitivement celle que nous ne pourrons arracher aux griffes du Directoire maintenant. Il fallait progresser, l’immense antenne où était censé être Alaric rayonnait d’une énergie peu rassurante, captant l’éther mémoriel des environs. Laissant la jeune fille guérie – malgré sa jambe en moins – et inconsciente comme son père avec le jeune soldat qui s’éloignait vers la direction où ceux venant les chercher devraient arrivés, nous nous sommes quant à nous précipités vers l’objectif.

Les environs étaient nimbés de flammes bleutés, quelques expériences errantes ou se traînant au sol dévastés par les tentatives ratés d’en faire des armes rôdaient dans les environs comme des fantômes. Livio n’eus aucune pitié après ce qu’il avait vu, balayant les patrouilleurs de grand coup de sa lame pendant que Tinea élevait des boucliers d’énergies autours de nous. Si nous avons écrasés la résistances environnantes, les éclairs de Finaen et Runne épaulant les tirs répétés de Sorn et Drunken laissant choir les drones et autres mécaniques autours de nous, ce sont les flammes qui gênaient. Sans rien pouvoir faire contre, elles nous brûlaient parfois douloureusement, et nous suffoquait en nous arrachant des quintes de toux grasses. C’est dans cet état de colère, et de fatigue, que nous sommes arrivés aux abords du laboratoire d’Alaric sur une hauteur rocheuse loin au dessus de nos têtes. Y accéder n’aurait rien d’évident hélas. Mais c’était maintenant nécessaire, alors que les soldats impériaux nous tiraient déjà dessus en descendant eux même à la corde pour venir nous atteindre.
Image
Pas la peine de venir à nous, pensais-je, on arrive. L’ambiance autours de nous ayant déjà quelque chose de très inquiétant : Tout était mêlés dans les flammes bleutés s’élevant un peu partout, créant une impression d’un nuage de poussière perpétuelle tandis que nous observions l’accumulation de créations magiteks faites pour soutenir les bâtiments préfabriqués miteux des impériaux installés en hauteur. Il fallait atteindre les hauteurs au plus vite, Finaen éloignant les flammes avec des salves d’eau sur tout ce qui était autours de nous pour au moins retenir l’effet des brûlures et de l’essoufflement afin de nous sentir de nouveau mieux, et avec Livio, nous avons foncer en avant en premier pour abattre les premiers impériaux. Plusieurs étaient sous les tirs de Sorn et Drunken, mais notre objectif était surtout d’arriver en haut, et Livio eu une technique très astucieuse et amusante : Il percuta brutalement un des soldats et lui vola sa corde de descente. Tirant deux fois dessus, le soldat au bout qui s’occupait des cordes éleva Livio sans qu’il n’ait besoin de faire le moindre effort en lui permettant de tirer ici et là, tandis que je progressais en tranchant quiconque gênait en souffrant à cause du choc de céruleum m’ayant impacté à la cuisse. La plus part usèrent néanmoins de leurs côtés des griffes magiteks des machines volantes faites pour arrêtés les suspects, qui furent utilisés par la plus part, si ce n’est par Runne qui fut balancés en l’air un peu contre lui en percutant le sol plus haut, se catapultant avec sa magie droit en haut.

Quant à lui, Sorn, il fit en sorte que sa tourelle Gladys prenne le contrôle de la griffe en bondissant dessus, tirant ici et là alors que Tinea fut percutée tandis qu’elle laissait la gravité inversée la conduire en haut, s’accrochant à la griffe après un choc au ventre difficile à vivre. Ne crachant pas son repas, elle tomba sur la plateforme au sommet tandis que Sorn descendait bon en laissant sa tourelle tournoyer en l’air avec la griffe, jusqu’à ce que Finaen et Drunken nous rejoignent. Ils avaient bondit sur des griffes, les laissant remonter en essayant de les saisir, Drunken déposant un explosif sur le flanc de la sienne créant une déflagration puissante en laissant les deux griffes tomber derrière en se percutant l’une l’autre en venant exploser dans leurs dos dans une scène quelque peu héroïque. C’était beau à voir, quoi qu’un peu dangereux, mais qui suis-je pour osé parler de rire du danger vu ce à quoi on est souvent confrontés ? Mais face à nous, il restait encore le cœur du problème, si nous avons pu grimper en vitesse sans trop de dégât si ce n’est pour Tinea qu’il fallait protéger désormais, l’installation impériale gardait encore des protecteurs risquant grandement de nous mettre des bâtons dans les roues. Au moins, Javius fit son apparition avec Eloise, les deux déguisés en scientifiques impériaux firent tombés les masques en désactivant les mécanismes permettant d’utilisés les rêveurs dans les tubes, qui tombèrent nues par terre inconscient mais au moins libéré de cette morte affreuse qui les attendaient dans une forme d’esclavagisme inconsciente. Aussi tôt, tous jaillirent aux différents objectifs pour empêcher que plus de problèmes ne se déroulent – Eloise surveillait quant à elle que personne n’assaille le poste de contrôle des corps en envoyant son Egi-Garuda assaillir dans le dos les gardes menés par une immense Roegadyn aux deux boucliers armés de fusils magiteks.

Des éclats de glaces, renforcés par Tinea, jaillirent de Runne en essayant de bloqué les forges jusqu’à ce que les marteaux ne s’écrasent lourdement dessus dans des bruits puissants d’aciers. Réagissant à la menace, ce n’est que quand ils furent libérés des effets paralysants des grenades de la tourelle de Sorn que les tripodes de combats partirent rapidement assaillir Eloise en bondissant dessus pour la mettre au sol. Elle fit revenir son Egi-Garuda pour s’en débarrassé, utilisant quelques diagrammes pour les repoussés, jusqu’à ce que Runne n’apparaisse de nouveau en percutant soudainement un des tripodes en passant littéralement à travers. Tous furent brisés les uns après les autres, Runne balancé par un des tripodes au loin percuta en revenant lourdement un mur d’acier impérial à côté de la Forge que Finaen finit par détruire de l’intérieur. Il avait du esquivé encore et encore les marteaux de forges essayant de massacrer Finaen pour faire quelque chose de sa carcasse, jusqu’à ce que dans une explosion vermeille, elle éclate de l’intérieur avant de créer le moindre tripode de combat supplémentaire. La ligne de la Roegadyn avait été balayée à toute vitesse. Prise par surprise par l’Egi dans leurs dos, leurs boucliers ne leurs permirent pas longtemps de faire face à un coup déchaîné de Livio les repoussant soudainement dans un bruit de cloche provenant de leurs boucliers. Les prenant à revers, Drunken bondit, et se mit à tirer dessus dans tout les sens alors qu’ils eurent un instant d’arrêt quand la foudre renforcée de Finaen jaillit dessus en les laissant à la merci de ses compagnons.

Isolée, la meneuse blessée fit comme un prédateur à la déroute : Absolument tout pour s’en sortir. Elle leva d’un coup ses deux boucliers, et se mit à tirer dans tout les sens en rugissant comme une bête féroce. Nombreux furent les tirs à s’arrêter sur les protections luisantes de cristaux de Tinea, mais quelques tirs passèrent notamment un qui traversa l’épaule de Tinea de par en par lui laissant un déchirant cri de douleur. Il lui fallait de l’aide d’urgence, le temps qu’elle soigne cette blessure odieuse, et Livio avec Drunken foncèrent pour se débarrassé définitivement de la Roegadyn : Notre camarade au fusil rechargea les six cartouches dans un claquement sec, et vida sa capacité de tir brutalement entre les deux boucliers, permettant à Livio de la transpercé de part en part, la lame sortant de son ventre plantée dans son dos . Et dès qu’elle fut extirpée, elle tomba dès lors de la plateforme rejoignant la mare de flamme bleuté en dessous de l’installation impériale. Pendant ce temps, je luttais non loin de Sorn. Il avait été attrapé par ce qui ressemblait à un vieux Garlemaldais, un officier technique, mais ça n’était qu’une enveloppe illusoire rayonnante d’un bleuté inquiétant. Tout comme le faux-Sorn, il était un vestige du passé ramené à la vie par le procédé Teclis dans le désespoir de faire réapparaître ceux qui avaient été perdu. Ma lame lui tranchant subitement un bras, j’en vins à lutter contre une lame d’énergie jaillissant du passage coupé pendant qu’il étranglant de l’autre main Sorn. L’observant cette figure du passé, dans un rugissement de colère, il lui colla une de ses grenades explosifs en plein sur le visage avant de bondir pour me récupéré afin de nous éloigné de la zone d’impact.

Me laissant faire, cela me fit profité pour envoyer une bille de feu en plein dans le détonateur collé. La déflagration fut-elle que même en nous éloignant, nous avons été repoussés au sol et recouvert de poussières. De ce vestige du passé, il ne restait que deux jambes et des hanches qui marchaient lentement sous le regard d’une femme affichée par l’hologramme de contrôle impérial. Depuis la console qui montrait jadis les zones où le Directoire s’intéressait à Gyr Abania, il ne restait alors plus que le visage de Marlithe qui nous dévisageait de haut, une lueur rougeoyante apparaissant au fond de son regard. Puis d’un coup, c’est toute l’installation qui prit cette même lueur rouge : La Folie de Teclis. Toutes les commandes qu’Eloise observait laissait voir des alertes maximums de sécurité tandis que la Folie de Teclis prenait de plus en plus d’ampleur dans les mécanismes impériaux. Au loin, l’antenne réagissait de façons inattendue, dans des bruits chaotiques. Tout en se mettant lentement à visé le Specula Imperatoris, comptant déchaîné toute cette force pour ouvrir le projet Teclis.
Image
Nous n’avons eu que peu de temps avant de pouvoir nous préparer à partir vers l’antenne. Eloise fit de son mieux pour glaner des informations, elle les commandes étaient déjà dysfonctionnel et ne gérait que les rêveurs présents autours d’elle. Au moins étaient-ils déjà sauvés, et nous avons dès lors laissés ses derniers à Javius hurlant qu’il fallait empêcher l’envoie de l’énergie vers l’armature de Teclis que le Directoire devait encore avoir. Pour en l’instant, un Sorn désespéré essayait d’éteindre la console qui renvoyait à l’image de sa bien-aimée disparue, cherchant en appuyant sur ce qu’il pouvait à tout arrêter jusqu’à voir la pistolame de Livio s’écraser en plein dans la console dans une forte explosion d’énergie, la cartouche émettant une lueur qui ne laissa rien de la plateforme de contrôle. Le remerciant dans un hochement de tête, nous nous sommes tous mit en route alors que Finaen et moi nous occupions d’une Tinea en bien piteuse état, la fournissant en élixir et en soutiens avec les soins de Finaen, je prenais la responsabilité de la porté sur mon dos avant de partir à vitesse vers la position de l’antenne en contre-bas de la plateforme de commandement, installé un peu plus loin sur cette hauteur des pics de Gyr Abania. La route ne fut pas la plus aisée, bien qu’il n’y avait pas de flammes éparpillés ici et là, des jaillissements foudroyant naissait depuis le sol quand les câblages cédaient due à la forte influence des éclairs rouges bondissant vers les cieux. Essayant de me concentré sur les flux et reflux d’éther, j’estimais relativement bien leurs positions pour que l’équipe les esquives, et la plus part essayaient de mettre en sécurité les soldats impériaux restant pendant que me portais Tinea qui murmurait dans mon dos quelques incantations pour régénéré ses forces manquantes, sa Mandagorette balançant de la purée de pois ici et là en crachant sur ceux autours d’elle.

Seule Drunken ne pouvait pas tant se le permettre, quand elle vie des tirs pleuvoir vers elle arrêtée par le bouclier d’énergie de Tinea, Eloise se prenant un tir adoucit dans la hanche en chutant au sol non loin, nos adversaires n’avaient rien d’humain à leurs grands désespoirs. La Folie de Teclis avait prit le contrôle des ex-ossatures installés sur leurs membres, et ne se gênait pas pour manipulés leurs corps à sa guise. Parfois, c’était une jambe qui se brisait, parfois un bras. Et même au moins une fois, une nuque fut cassée en deux, l’Ex-ossature se moquant de la structure humaine, mais pas de la grenade que Drunken venait de balancer qui nous offrit une ouverture. Retrouvant l’aspect du Tigre blanc de son totem, Livio jaillit en émettant une onde foudroyante autours de lui dans un rugissement, dont Runne et Finaen tirèrent profit pour abattre des chaînes foudroyantes afin de faire sauter les ex-ossatures dans des lueurs foudroyantes puissantes tombant sur les amas de métaux libérant les soldats. Dont plusieurs avaient été balancé au sol brusquement, certains étaient même tombés des hauteurs, espérant peut-être les paralysés le temps que tout se règle, bien que plusieurs mourraient dans les tentatives. Un jeune soldat qui avait partiellement poignardé Finaen, mitigé par un bouclier de Tinea, fut libéré et s’excusa sans cesse auprès de son sauveur en essayant de le guérir.

Il eu une image trop réalise de ce qui était arrivé au jeune soldat Impérial qu’il avait sauvé au Colosse Impérial. Faisant tout pour que lui et les autres rescapés s’échappent en leur disant de partir d’urgence. Les aidant, Sorn brisait les liens condamnant les soldats de tir dangereux mais précis, pendant qu’il ordonna à Gladys de faire en sorte de trouver les systèmes de la folie de Teclis pour les libérés. Prises par la folie à son tour, les derniers élans de lucidités de Gladys lui fit saisir le canon de Sorn en réclamant une exécution rapide pour ne pas avoir à lui faire de mal. Satisfait de tout ce qu’elle avait fait pour elle, il eut du mal, mais appuya sur la détente en éparpillant les restes de sa courageuse camarade de fer et d’acier qui tomba en morceaux ici et là. C’était dur, mais il y aurait bien pire si rien n’était fait pour arrêter l’Empire et cette maudite antenne.

Achevant notre route, l’immense antenne parabolique ciblait quelque chose dans la Specula Imperatoris active où des personnes rôdaient visiblement. Certainement es troupes de Landfust en faction assistant son Directoire tout en surveillant ses biens. Autours de l’antenne, les forces hurlantes provoquait une levée de la poussière en une petite tempête agaçante, tout en soulevant des flots glacials hors des câbles brisés dont les gouttes fumaient en touchant des surfaces dures. S’y tenait devant une horreur créer par l’incohérence de la Folie de Teclis engendré par des sur-manipulations incontrôlées. Comme jadis leurs expériences sur les créations d’Allag, ils s’efforçaient de créer ce sur quoi ils n’ont pas forcément de maîtrise, laissant une sorte d’entité flottante en l’air, un buste immense et un visage presque draconnique aux inspirations des armements magitek d’Allag. L’incarnation de la malchance était générée par la Folie de Teclis, se tournant lentement vers nous en restant en élévation dangereuse tout en étendant ses griffes en émettant un grondement puissant. Non loin de là, admirant cette merveille se trouvaient les deux responsables de ce qu’il se passait ici : Un des agents de Landfust avec son larbin, l’envoyé Garlemaldais riait en disant que c’était parfait, admirait ce qui pourrait être à ses yeux la possibilités de nombreuses nouvelles armes à déchaînés sur les ennemis de l’Empire tandis qu’Alaric, le frère de Sorn, regardait avec peine ce qu’il se passait. Ça n’était pas le Teclis formé par son père, et il avait du s’échapper en brisant une des cellules aqueuses de confinement où ils rêvaient pour contrôlé des machines.

Contrairement à l’officier impérial, Alaric avait l’air de douté de la sanité de ce projet qu’il voyait lentement disparaître, et quand son regard se tourna vers Sorn, les deux se hurlèrent dessus. Tandis que Sorn voulait qu’Alaric revienne, lui l’accusait de l’avoir trahit et abandonné pour une fausse promesse de liberté loin de l’Empire, jugeant sa faiblesse. Livio fonça vers l’officier impérial à toute vitesse, soutenu par les tirs répétés de Drunken, jusqu’à ce qu’elle trouve un angle pendant que le grand tigre s’écrasait sur le bouclier du serviteur dans un bruit de tonnerre, laissant une munition passer à travers le bouclier et l’homme qui le tenait en ne laissant plus que l’officier en charge venant de la part de Landfust. Il saisit l’énorme canon et tira à bout portant sur Livio en l’envoyant valser en arrière dans une grande et intense lueur, que le bouclier de Tinea parvint à contenir relativement pour empêcher que Livio ne soit traversé d’un bout à l’autre. Revenant à l’assaut, sous sa forme normale, usant d’une Aurore pour se guérir en étant soutenu par Drunken. Les deux jaillirent en orientant leurs assauts dans une synergie parfaite alors que des tirs démolissaient le canon de l’officier jusqu’à ce que Livio puisse le tailler en pièce d’un coup d’épée. Il chuta au sol, rampant vers l’horreur de métal qui frappait de ses griffes dans tout les sens avec espoir de nous tailler en pièce, pensant que la machine lui viendrait à l’aide, jusqu’à se prendre lui même un coup de griffe.

Je luttais contre lui sabre en main, brisant ses défenses et laissant des coups particulièrement sérieux tandis que Finaen renforçait les efforts de Runne à créer un immense champ foudroyant autours de ce dernier qui me permit d’en faire un usage efficace pour le taillé en pièce. Ma lame tranchait, sans cesse, jusqu’à ce que Finaen soutenu par un Runne tout en ayant les vents conjurés d’Eloise autours de sa rapière, vint porter le coup de grâce dans l’entité de métal hurlante dont les défenses furent écartés subitement par Runne dans une lueur glaciale, peu avant de se prendre un tir d’énergie rougoyante en plein torse à la place de Tinea qui faisait de son mieux pour tenir les soins actifs et nous empêcher de nous faire écrasé. Profitant que nous terrassions l’incarnation de la folie de Teclis, Eloise avait rejoint le tableau de commande en déchaînant toute l’énergie accumulée dans l’antenne droit vers le ciel. De nature céleste, quelque soit la contamination de la folie, elle allait s’éparpiller et disparaître en laissant de nous un balais de lumières et d’énergies magnifiques.

Alaric et Sorn étaient au sol, s’étant envoyé de nombreux coups de poing l’un l’autre, sous le regard d’Exstasia – la petite sphère qui retenait son incarnation depuis qu’elle était avec Corvus Vendex était apparue pour le soutenir d’une lueur brusque, mais elle ne pu qu’observer le combat acharné entre les deux frères qui ne cherchaient pas à s’abattre mais à se convaincre l’un l’autre qu’ils avaient mutuellement raisons. Mais ils se figèrent tout deux en voyant la figure à travers l’énergie, de Marlithe apparaître. C’est là qu’Alaric du comprendre qu’il était aller trop loin, alors qu’il se redressait malgré un coup de sabre à Sorn qui l’envoya en arrière. Perdu, affecté, et pris par cet affection de Sorn qui avait toujours persisté à être ainsi, Alaric tourna le dos à l’équipe alors que s’apaisait autours de nous le vent furieux et l’eau glaciale qui tournoyait en une petite tempête. Sorn avait le choix entre la vie et la mort de son frère, lui tirer dessus et l’abattre ou le laisser partir. Il fit le choix, hurlant à son frère de revenir, de ne pas le laisser tomber. Mais il n’en fit rien, et au loin, nous avons vu partir Alaric. Conscient que nous le retrouverons avant la fin de cette histoire. Car désormais, l’enjeu est de parvenir à arrêté la Folie de Teclis, avant de pouvoir enfin mettre la main sur la création du Père de Sorn. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 292
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 04 avr. 2021, 11:30

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"La lignée maudite des Delatour."

Image
Cent-trente-septième Entrée – « Acte 6 – Des émanations de la Peur.»
Image
« Bien que le projet Teclis reste toujours menacé par le Directoire, intervenir dans le Specula Imperatoris nécessitait des préparations avec la coopération de Stanislas et de l’officier Stronghead pour déterminé comment les efforts d’Ala Ghiri nous offrirait de l’aide pour les débarrassés définitivement du Directoire impérial. Ce qui nous laissait un peu moins d’une semaine pour nous occuper entre temps d’une affaire : Corvus Vendex avait notre prochaine cible. C’est dans la Haute-Noscea, au Comptoir de Jijiroon que le vieux mercenaire nous attendait pour nous parler de la situation actuelle. C’est après une journée de pêche et d’exercices avec plusieurs de nos compagnons, aidant Yone à sa progression tout en profitant pour nous fortifier, que nous avons rejoint Corvus en vitesse qui attendait proche des Qiqirn. La journée était dégagée, claire et agréable, mais malheureusement il fallait se faire à l’idée que ça n’allait pas rester ainsi bien longtemps : Au delà des eaux où nous allions être conduit vers l’Ouest. Un mal attendait, d’après Corvus ce dernier avait déjà provoqué plusieurs enlèvement et les marques abandonnés ressemblaient vaguement à les conséquences des Corrompus, ses sortes d’anciens humains transformés en monstres à la gueule béante et aux six pattes. Les forces préférées des entités liés à Vermeille et la légende des Delatour. Nous y rendre était alors essentiel pour en savoir plus sur la situation, et c’est avec notre équipe que Corvus à pu discuter avec les Qiqirns pour prévoir notre déplacement sur les flots.

Tous étaient présent directement, N’lamahni arrivant toute motivée avec un léger retard tandis que Drunken nous attendait sur place, Finaen, Runne, Teris&Vaule et moi les avons rejoins tandis que Sorn arriva en vitesse après une longue journée de travail qu’il à subi. Fort d’une bonne équipe malgré Runne et N’lamahni qui comme un lunaire et une solaire allaient se grogner dessus une partie de la mission en laissant maman Drunken leurs tirer les oreilles plus d’une fois, nous avons pu nous installer sur les flots. Le passage sur l’eau était des plus calme et docile, mais on pouvait bien voir dans les cieux que les lueurs étranges devenaient d’un mauve de plus en plus inquiétant, comme si une contamination avait investie les lieux en créant des espaces effrayants. Tout était lié à une chose simple, dont je n’avais à cet instant conscience : Sur la page de la hiérarchie des démons lié aux Delatour, nous devions affrontés celui dont le surnom est « Peur », et tout ce qu’il provoquait par ici y faisait pensé. Les coeurls fuyaient, et un jeune occutliste restait aussi idiot que le nom des cascades où on se rendait comme si il était tétanisé par ce qui pouvait bien nous attendre. Runne essaya d’avoir des informations de lui, mais il était confus et peu clair avant que ce dernier ne le renvoie à ses affaires. Tous progressaient en faisant le plus attention possible, marchant proche de Finaen concentré sur les effets du néant alors que tout le monde inspectait les environs pour chercher des survivants – ou pour ma part, des corps à tailler en pièce avant qu’ils ne deviennent des démons à leurs tours. Au vue des tâches de sang et des mouvements, il était hélas plus que possible de savoir que l’ennemi avait déjà récupéré les carcasses et s’en étaient déjà servie pour faire des agents à sa solde. Malgré le désirs du Maelstrom de voir revenir le plus de monde possible, tous ne pourraient pas être sauvés je le crains.

Et si la plus part manquaient déjà à l’appel, c’est soit qu’ils étaient entre leurs griffes, soit que c’était désormais eux qui avaient des griffes, et c’est en nous enfonçant dans la forêt Noscéen que nous avons découvert à quel point s’était vrai. Des mouvements rapides laissait percevoir vaguement la présence des corrompus, ses créatures à six pattes dont la bouche ressemblant à une sangsue avait beaucoup trop de temps. N’lamahni était outrée de la manière dont sa terre natale était envahie par la présence démoniaque, et tout le monde se mit à être un peu tendu. Même Sorn, rentrant de plus en plus dans son rôle je dois dire ! Bien qu’il à toujours ses travers habituels. Sur notre chemin, trois de ses écœurantes entités nous barraient la route, et nous avions le choix d’essayer de les contournés, ou parvenir à les taillés en pièce avant de passer. Quoi qu’il en soit, hors de question de laisser la moindre de ses créatures en vie et il n’était donc plus tant question de savoir comment l’esquivé, mais comment tout les massacrés. C’est là que tous usèrent leurs points faibles : Le feu, la lumière dégagée par le feu notamment. Une explosion de Drunken mit à couvert elle et Sorn qui se mirent à tailler dans le tas en tirant de leurs armes dans un déluge de lumière, se joignant aux explosions de Teris et Vaule qui détonnèrent autours de ses dernières en les faisant reculés.

Deux furent happés par ses déchaînements de pouvoirs que Runne vint renforcé en les taillant en pièce à distance, pendant que Finaen vint à monde aide pour tailler la dernière en pièce. Crachant une nuée de flamme vers elle, se mariant parfaitement bien aux autres effets, la javeline de N’lamahni se planta dans son flanc en me laissant l’ouverture parfaite pour trancher mon adversaire littéralement en deux, de la tête au dos. S’écroulant par terre, nous avions vaincu nos adversaires en un tour de main sans même qu’elles n’aient le temps de répondre tant l’action fut violence et efficace. Les ombres passant dans les forêts autours de nous semblèrent hésitante, comme si elles attendaient une injonction mentale pour agir qui ne venait pas. Il nous fallait rejoindre le cœur du problème, là où Peur risquait d’être invoqué avant que ça ne soit trop tard, et nous voilà nous hâté vers les cascades en faisant fit de la végétation gênante et des problèmes sur le chemin, la brume était de plus en plus dense et inquiétante en recouvrant les environs – tout était fait à travers cette brume en générant peut-être même des silhouettes victimes. Dans ses lieux, tout étaient fait pour nous faire peur. Et c’est face à ça que nous aurions à lutté premièrement avant d’atteindre notre adversaire.
Image
Ils ne furent pas nombreux, voir inexistant, si ce n’est l’observation d’énormes racines noires menaçante donnant l’impression que la contrée entière serait ponctionnée par les atrocités déchaînés par l’influence du démon. Tout était fait pour être plus inquiétant, pour généré en nous un sentiment puissant de crainte et de doute pour nous faire croire autant que tout dépendait de nous, et que si nous échouions, il serait autant fini de nos chairs et de nos os que pour la contrée même. C’était un sentiment écrasant, se mêlant à cette eau noire dont nous avions une triste habitude depuis les œuvres du nuage noir rendant bien triste l’afflux des cascades des Idiots. Des odeurs de pourritures se mêlaient à celles de la fange et des senteurs naturelles en ayant un petit côté écœurant au fond de la gorge. Restant tous à l’affût, la plus part guettaient les moindres mouvements en se préparant à faire usage des flammes pour repoussés toutes entités prompt à nous bondir dessus en rugissant. Je tranchais les racines noires et la végétation pouvant être gênante de mon sabre, tandis que les maléfices étaient éloignés par nos mages afin que rien ne puisse nous corrompre ou nous surprendre. Ce, jusqu’à arriver au lieu de l’incantation actuel où un des sorciers contrôlés par la marque des Delatour devait avoir commencer l’incantation. Malar, le Père des Delatour, avait un fort risque de se retrouver mêlé à tout ça. Et si il était manipulé comme un pantin, j’avais du mal à lui laisser une chance de s’en sortir après toutes les histoires liés à ses enfants condamnés à des œuvres démoniaques presque indépendamment de sa volonté.

Parvenant jusqu’à la cascade en nous extirpant des domaines forestiers, c’est un lieu magnifique que nous aurions pu observés si nous n’avions pas été accueillit par deux cadavres étalés contre des arbres sur les côtés, des soldats du Maelstrom venu chercher les civils disparut qui avaient été happés par les créatures protégeant l’incantation dédié à l’éveil de la Peur. Au moins, les victimes qu’ils désiraient sauvés pouvaient encore être protégés – bien entendu, au vu du nombre de corrompu, tous ne pourraient pas être épargnés car déjà transformés en monstres ne répondant qu’à l’appel de leurs maîtres, mais plusieurs étaient encore en vie. Installés sur les hauteurs, à l’intérieur de trois cages dont des ronces noires lentement se refermaient sur eux en empêchant tout mouvement.

Tétanisés, ils n’osaient même plus demander à l’aide, sûrement l’avaient-ils déjà fait vers les soldats du Maelstrom avant qu’ils ne soient massacrés par les corrompus. Runne et Sorn vinrent rapidement à leur aide, se donnant précisément pour rôle de pouvoir les sortir de à en calcinant doucement les ronces. Le mage miqo’te fit en sorte que les flammes naissent à l’intérieur même des amas de ronces, tandis que Sorn n’y allait pas de main morte en sortant le lance flamme pour tout brûlé dans une langue flamboyante. Ainsi, ils purent rejoindre rapidement de quelques bonds en grimpant les hauteurs l’emplacement des prisonniers, cherchant à briser les serrures pour les faire sortir d’ici en vitesse tant que rien ne les attaquait. Ils agirent vite, c’est ce qui permit aux vies des six personnes d’être sauvés, mais ils ne pouvaient pas s’attendre à cet instant là à ce qui allait leur bondir dessus. Je fonçais en avant avec N’lamahni derrière moi, elle ne restait jamais bien loin puisque j’étais la seule à combattre au corps à corps, afin de garder un soutiens direct. Teris et Vaule tâchaient d’attirer un énorme cocon sinistre hors de sa zone de brume noire qui semblait essayer d’en faire quelque chose, sans savoir encore ce qu’il y aurait dedans à ce moment là. Au moins n’étaient-ils plus dans l’incantation proche de la rune étrange qui rayonnait au sol, droit vers là où je me dirigeais.

Une volée de dague envoyée par N’lamahni m’offrit l’opportunité de bondir au dessus des corrompus protégeant le passage qui nous grognaient dessus, pour atteindre le magicien responsable derrière tout ça, dont la pierre s’élevant de Finaen tâchait de le couper des sources d’énergies afin de l’isoler. Et il ne pu pas faire grand-chose de plus, quand mon sabre l’empala peu avant qu’il ne soit enfermé dans sa prison de roche empêchant son corps de devenir de la nourriture pour démon. Dans des déflagrations flamboyantes dans notre dos, Drunken avait dévasté les corps abandonnés des soldats du Maelstrom pour ne pas qu’ils se relèvent en Chasseurs des Brumes que nous avons l’habitude d’affronter maintenant. Elle allait par la suite foncer à mon aide, pendant que les deux corrompus que N’lamahni avait touché se ruaient rapidement vers notre position en s’écrasant sur Finaen afin d’essayer de le tenir au sol comme si ils avaient eu pour injonction désormais de nous tenir captif afin d’être utilisés dans leurs sinistres projets. Ce qu’ils voulaient de nous, c’est des sources de créations de nouvelles entités démoniaques, et la peur des personnes dans les cages me vint à l’esprit. Ce n’est pas parce qu’ils avaient vu leurs camarades être tués, non. C’était l’effet de l’entité dont la griffe noire faite de brume s’extirpa du cercle incantatoire en essayant de me frapper. Bloquant la griffe de ma lame d’un mouvement brise, une immense entité de brume noire sinistre se dévoila alors en tournoyant tout en s’élevant lentement hors du cercle incantatoire. Il était temps d’affronter l’horreur aux quatre bars qui comme un spectre fantomatique apparaissait devant moi : Peur, l’incarnation des horreurs, était sur le point de passer à l’attaque.
Image
Et si ce n’était que la seule gène, nous aurons certainement pu faire plus tous ensemble pour l’abattre, mais nous n’avions pas encore achevé les combats face aux corrompus et il fallait encore parvenir à empêcher que quelque chose de pire encore apparaisse du cocon. Ça était été trop facile, restant ainsi, mais la grande statue d’un énorme corrompue bien trop grande se mit à trembler à toute vitesse en laissant ses nombreux yeux écœurant se mettre à s’agiter à toute vitesse en regardant dans les environs, pour chercher quels seraient ses futures proies. De la pierre, il devint chair, os, chitines, yeux innombrables et gluants, avant qu’il ne se rue et ne produise un bond prodigieux droit vers Runne et Sorn en dévastant tout sur son passage. Même son arrivée fut fracassante, puisque le sol où les cages étaient installés s’effondra dans un choc de pierre puissant, faisant tombé dans les flots noirs Runne et Sorn tandis qu’ils s’écrasaient lourdement entre les pierres. Emportés par les flots pendant un instant avant que Runne ne parvienne au milieu des débris à sortir son camarade de là qui essayait d’abattre les choses qui de son côté se relevait aussi. Lentement, se joignant alors au foutoir déjà en place depuis que Finaen avait été mit au sol par l’entité en étant rapidement rejoint par N’lamahni pour l’aider à se sortir de là. Elle bondissait sur les créatures, dans un véritable rodéo quelque peu dangereux, usant de ses poignards pour s’accrocher avant d’essayer de lui poignarder le crâne plusieurs fois peu avant avoir été chargée à son tour.

Elle parvint à s’en débarrassé d’un, tandis que Finaen calcinait l’autre d’une lueur de magie en étant soutenue par Teris et Vaule. Laissant l’entité choir lentement au sol, ne laissant que la titanesque créature qui venait de se rué brusquement droit vers Drunken qui était venue m’apporter du soutiens en essayant de tirer sur Peur face à laquelle je me battais. Passant de côté, tous eurent à se soutenir pour abattre cette chose jusqu’à ce que Finaen n’offre son soutiens en usant de sa magie jusqu’à ce que Sorn ne puisse aider en sortant de l’eau en envoyant un explosif, Drunken fusillant l’entité que N’lamahni avait assaillie jusqu’à ce qu’elle ne s’écrase lourdement au sol. Dévastée, tombant déjà lentement en poussière alors qu’elle avait été ravagée par des actions coordonnés de nos compagnons. Et si je n’ai reçue aucune blessure, c’est mentalement que j’avais à combattre mon adversaire qui tentait de faire rayonné les énergies de la frayeur même. Au début, j’enchaînais des techniques simples en profitant des tirs de Drunken tout en voyant ma lame passer au travers de son incarnation. Il était possible que Peur soit simplement intangible, mais tout autant que son énergie ne disparaisse à mesure du temps à chaque coup comme certains fantômes.

Je n’ai pas eue le temps d’y réfléchir plus que ça, car elle plongea une brume noire autours d’elle. Si Drunken à pu esquivé, j’étais trop proche, et je fus littéralement prise dedans en ne voyant simplement plus rien. Ouvrant lentement les yeux, il ne restait plus devant moi qu’une forme sombre de tout ce qui devait être jadis un territoire vivant, n’était plus que des silhouettes infâmes et brumeuse. S’élevant à la place de peur, l’adversaire dont je n’ai pas osé parler me pointait d’une épée sinistre dont les lueurs de ténèbres se mêlaient parfaitement bien à la robe noire oscillante dans les vents qu’il possédait. Il était l’adversaire que je ne désirais pas affronter – il incarnant autant la puissance, le doute, et la crainte des profondeurs des ténèbres.

Pour ça il n’avait pas besoin d’être hideux, pas besoin d’être abominable, il existait et à travers lui il y avait la réalité sur des ténèbres plus profondes encore qui pouvait exister. Lakraedas n’avait jamais été affronté par notre groupe, il en était mieux ainsi, et devoir l’affronter plongea mon esprit dans la plus grande des vindictes qui fit totalement saturé mon esprit. Pour ne pas avoir peur, je déphasais, ma volonté de détruire était devenu plus intense que tout et je me ruais contre mon adversaire en usant beaucoup trop d’énergie. Envoyant des immenses coups de sabres dans des lueurs d’éthers bien trop intense pour une illusion, mais je ne le concevais dès lors pas ainsi. La forme de Lakraedas disparut pendant les assauts, me libérant de la vision et de l’influence, mais pas de ma propre fureur vindicative. Peur continuait de frapper, jusqu’à ce que Runne se concentre pour faire s’échapper les illusions et des lueurs de lys blanc naquirent au fur et à mesure. M’aidant à ne pas être ravagée par la griffe du démon, Teris et Vaule étendit son contrôle de glace en d’innombrables pointes glaciales sur son adversaire dans des lueurs bleutés. Récupérant ma lame, je cherchais à tranchant sans cesse ce qui devait apparaître : La marque maudite qui l’avait généré, fut tranché subitement encore et encore jusqu’à ce que Peur disparaisse définitivement une bonne fois pour toute.

C’était fini de notre combat, mais mon esprit désirait encore punir ceux qui avaient pu provoquer tout ça. Teris et Vaule s’occupaient de Malar qui s’était extirpé du cocon, et à mon esprit, je devais l’abattre à son tour pour que rien de cela ne recommence jamais. Approchant lentement, même quand j’écris, je ne sais pas ce que j’aurais fais si mes compagnons n’étaient pas simplement rester devant moi. Prête à abattre ma lame, n’écoutant plus, n’étendant même plus mes camarades, jusqu’à ce que N’lamahni éloigne mon sabre que j’ai lâché quand les sorts de sommeils firent effet. Je ne me réveillais alors que dans les bras de Drunken qui me transportait doucement vers le camp du Lac d’Airain où nous allions y trouver refuge et repos. Peur avait été détruite, et plusieurs interrogeaient Malar que certains trouvèrent écœurant pour ce qu’il avait pu faire à ses enfants. Il serait tôt ou tard jugé en Ishgard, et si j’ignore si ça serait déjà notre prochaine objectif, finir définitivement le cycle de la famille maudite des Delatour se ferait là où tout à commencé : Dans le Coerthas. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 292
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 07 avr. 2021, 12:20

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Deux frères - L'héritage de Teclis."

Image
Cent-trente-huitième Entrée – « Acte 6 – Vers la défaite du Directoire de Draeront.»
Image
« Une semaine entière de calme, c’est une semaine entière de repos qui nous attends après l’ampleur de cet objectif. Bien que le Teclis ne soit pas encore en sécurité, nous avons au moins pour mitigé son usage avec les anciennes créations impériales sur les archives allagoises récupérés par les Garlemaldais à la grande époque où ce lieu restait actif et intact. A la place, nous avons affronter un Directoire installé en ce domaine comme sur des ruines, afin de les empêchés de mettre la griffe sur des mystères supplémentaires qui leurs auraient permit de faire usage du Projet Teclis en corrompant sa matrice elle même. Quoi qu’ils aient pu faire pour en arriver là, nous aurions des réponses directement là où le directoire dans le Specula Imperatoris que la surveillance Mhigoise avait rapidement déclaré comme étant investie par la présence principale des forces de Landfust depuis l’arrivée des nefs qui avaient pu traverser le front et avaient survécus aux défenses de l’Alliance. Stronghead préparant une réponse musclée, il avait déjà préparé un canon de démolissions Mhigois bien de chez eux qui enfoncerait efficacement et nous permettrait d’entrer à l’intérieur pour arrêter ce qui devait l’être. Et au fond de lui même, Sorn espérait sincèrement y retrouver Alaric en pensant envers et contre tout qu’il n’allait pas rejoindre de nouveau l’Empire après ce qu’il s’est passé.

Nous nous sommes retrouvés à l’entrée d’Ala Ghiri, les locaux nous connaissant désormais plutôt bien nous saluaient et inclinant doucement le buste en nous voyant. Mais comme toujours, ils craignaient tout autant de nous voir rassembler qu’ils nous respectaient, car ils savaient maintenant que nous n’intervenions pas pour rien. Eloise nous attendant paisiblement sur place, avec qui j’ai pu discuter agréablement avant la mission, rejoint par Finaen et Runne directement prêts à intervenir. Nous serions tous présents alors que le jour déclinait, directement, sous la protection de Livio qui tiendrait tête à tout ceux s’opposant à nous tandis que Tinea allait être garante de notre intégrité physique afin de panser nos plaies. Laissant alors à Sorn et N’lamahni le soin de frapper fort quiconque s’opposerait à nous, c’est fort de cette bonne équipe que nous nous sommes mis en route. L’extérieur était commune aux journées habituelles, ni gênante ni très agréable, la poussière soulevée tournoyaient autours de nos bottes alors que nous nous éloignons d’Ala Ghiri sous les dernières salutations de nos nouveaux amis locaux. Il n’y avait pas grand-chose à faire sur la route, les deux cloches passèrent doucement surtout dans les territoires vierges n’étant que des grands passages où errent les chapulis. Traversant les ruines de Fierèlame, Runne disputa quelques pillards récupérant des matériaux magitek récent abandonnés par le directoire pour ne pas qu’ils se tuent avec leurs usages. Tinea et Sorn discutaient ensemble en marchant, et c’est rapidement nos autres compagnons qui inspectèrent les environs. Observant les cieux de la Specula apparaissant lentement dans notre champ de vision, Livio et Finaen purent dire aisément qu’il y avait de l’Allagois dans leurs dernières techniques. Tout indiquait que c’était le cas.

Jusqu’à leurs recherches même : En envoyant un couteau de jet droit dans l’oeil d’une de ses sortes d’éclaireurs ressemblant à un petit scorpion de métal, largement inspiré des araignées d’aciers d’Exstasia, N’lamahni en fit apparaître beaucoup d’autres. Ils fuyaient, cherchaient à aller sous terre pour continuer leurs recherches. Visiblement, ils désiraient attendre quelque chose dans le sol, et Eloise dévoila alors un large et immense réseau arachnéen de passages de tels entités qui cherchaient des reliques allagoises pouvant servir à la concevoir du nouveau Teclis créer directement par le Directoire. Si nous avions des éléments de la situation nous tombant dessus, le piège se refermait hélas tout autant sur nous. N’ayant même pas eue le temps de réellement nous prévenir, un scientifique impérial bondit de sa cachette tout en activant les griffes magiteks dissimulés sous le sol.

La plus massive, rapide et puissante attrapa Sorn en un éclair, et fusa vers les cieux en amenant notre compagnon droit vers le bastion vaguement réincarné par les forces du Directoire. Sous nos pieds, tous durent s’échapper en vitesse alors que N’lamahni se débarrassé de sa griffe d’un éclat de foudre, envoyant un javelot briser les mécanismes de celle de Tinea pour l’aider. Je m’extirpais de la mienne que Finaen avait bloqué par des amas de roches peu après avoir détruit la sienne, Runne venant en aide à Eloise pour dévasté son opposant en ne laissant entière que celle de Livio flottant mollement dans les cieux. Nous en sortant grâce à cet esprit d’équipe, le Scientifque nous hurla de ne plus faire un geste, auquel cas il ferait explosé la griffe tenant Sorn. Son bras ne pu jamais faire le mouvement, et le reste de son corps se détacha quand il fut tranché en morceau par Alaric intervenant en urgence. Sans nous saluer, il nous demanda de venir l’aider à sauver son frère, avant de foncer vers les portes du Specula. Malgré toutes nos questions, nous l’avons suivi en vitesse puisque de toute façons, Stronghead devait visiblement être en situation périlleuse et cela se confirmait avec les explosions et le ciel embarrassé de drone magitek qui se faisaient voir au loin dans un balais aérien inquiétant. Si bien que dès notre arrivé, un massif engin de combat monoplace en flamme passa au dessus de nos têtes pour aller exploser contre la montagne rocheuse derrière nous en une forte déflagration.

Visiblement Stronghead n’avait pas pu forcer la porte – Le directoire ayant envoyé sa chair à canon empêcher le tir, les combats étaient acharnés autours du « Big Buck » qui se préparait à faire feu, des runes visibles autours montrant bien que même le tir était enchanté pour faire mal. Fonçant en avant en vitesse, peu après une déferlante aérienne de Finaen, Alaric vint prendre place en tranchant et congelant de sa lame glaciale tout ceux qui s’approchaient du canon. Joint à N’lamahni, qui frappa même les hauteurs dans une grande déflagration, les impériaux firent un puissant balayage pour la punir de son audace ce qui la propulsa droit contre Tinea dans un choc puissant envoyant les deux au sol, alors qu’elle s’occupait de nous protéger et de nous renforcer. Runne installé sur le canon grâce à un sort de propulsion, cherchait activement comment le mettre en activité, jusqu’à trouver le bon bouton pendant que tous luttaient, moi et Livio ouvrant parfaitement la voie en repoussant et tranchant tout ceux qui s’opposaient à nous. Me laissant découpé en morceaux une avant-garde mineur peu avant que le tir, largement renforcé par Eloise, ne fuse et n’écrase brutalement la porte. Elle ne fut pas éventrée, mais le trou visible dans un élan de dévastation était notre porte ouverte pour envahir les lieux et assaillir enfin le directoire pour récupéré Sorn.
Image
Levant ma lame droit vers la faille, je disais à tout le monde d’y foncer rapidement en avant tandis que N’lamahni et Tinea se relevaient au milieu des combats et des décombres pour foncer vers nous dans cette sorte de tunnel de poussière créer par la déflagration ayant éventré le blindage impérial dans une lueur de magie profonde. Alaric n’avait pas hésité à bondir vers la fissure en frappant quiconque se mettait sur la route, et Stronghead hurlait que lui et ses forces se chargeraient de leurs troupes le temps que nous infiltrions directement le noyaux de leurs installations. Pendant que tout le monde courait à travers le passage étroit et enfumés, de nombreux étoiles naquirent autours de nous dans un spectacle splendide envahissant nos rétines en des lueurs fabuleuses, les étoiles convoqués par Tinea créant des constellations et tournoyaient dans un balais de lumière, avant de fondre droit vers nous pour nous offrir du soutiens et apaiser toutes les blessures et le manque d’énergie. Ce qui aurait du être une route rapide dans des décombres de métal prit un aspect féerique, et c’est après cette intense lueur que nous sommes arrivés à l’avant-garde de leurs préparations. Des câblages serpentaient les environs et nourrissaient les infrastructures en céruleum et en énergie liées à Teclis lui même afin de garder des forces de réserves prêtes à intervenir . Ils n’avaient pas amenés Sorn ici, mais bien plus loin dans leur campement immonde, et il était hors de question de le laisser trop longtemps entre leurs griffes. Préparés au combats, il nous fallait repoussé les défenseurs jusqu’à atteindre la sorte de protection de lumière puissante d’un rouge inquiétant rappelant la folie de Teclis, afin de rejoindre ce qui donnait une structure si curieuse au ciel : en plus des lueurs des ondes tournoyantes autours des pics de la Specula, voilà que des schémas techniques naissaient dans le vide comme si ils avaient été invoqués ici et là. Ça n’était pas bon pour ce qu’ils prévoyaient de faire pour forcer l’accès au projet Teclis.

Sans atteindre, nous foncions droit vers les différentes problématiques nous empêchant d’atteindre le cœur de la Specula, et N’lamahni s’attaqua directement à la tour permettant le contrôle des drones. Une fois brisés, cela arrêterait très efficacement l’afflux de forces aériennes chez Stronghead, et elle n’y alla pas de main morte en catapultant un explosif droit dans le cœur des câblages. De fortes explosions se produisaient, la tour petit à petit allait se détruire au fur et à mesure que l’intérieur se brisait, mais le scientifique en charge n’allait pas laisser ça faire si aisément. Envoyant ses nuées s’attaquer à N’lamahni, elles avaient en grande partie été détruite par Eloise ayant détourné le tir d’une des avant-gardes Magitek que Livio affrontait de sa Pistolame, luttant avec acharnement face à leurs assauts en reculant, blessés, pour empêcher quiconque d’attaquer Tinea qui se tenait juste derrière lui. Malgré quelques tirs reçue, N’lamahni pu envoyer un explosif dans la masse avant que son javelot ne fuse droit vers le scientifique, à cet instant, Eloise avait été expulsée d’un revers d’une des avant-gardes et se tenait à la chaise du scientifique. Elle eue le temps de lui brûlé le visage peu avant que Tinea n’use d’un sort de secours pour l’amener doucement à elle un instant après que l’impérial ne la balance dans le vide. Il savourait sa victoire, la moustache et la barbe en feu, une seconde avant que la chaise et lui n’explosent contre la tour dévastée, qui lentement chuta droit vers la miqo’te.

Blessée, elle ne pu pas s’échapper, et finie ensevelie sous les décombres de la tour où il nous faudrait lui venir en aide de toute urgence. La dernière avant-garde qui n’avait pas été dévastée par Livio fut renforcée par le protocole de la folie de Teclis. Écrasant une lame d’énergie, envoyant tout le monde à terre en les blessant sous le choc, Eloise détourna une partie de l’énergie de son bouclier pour lui bloqué ses articulations le temps que Livio, prenant l’apparat du Tigre blanc ne puisse l’achevé dans un hurlement félin convoquant la foudre du Kami. Au moins les arrières avaient été sécurité, mais en avant, les combats étaient acharnés. Alaric et Runne étaient parties à toute vitesse libéré les personnes endormies dans des tubes de stase bleutés servant à contrôlé par le subconscient les protocoles de Teclis même en les forçant quelque peu à devenir des armes. Ils étaient jadis des employés du père d’Alaric et Sorn, mit dans cet état par les ambitions de son fils, les regrets dévorant l’avait directement envoyés détruire les caissons contenant des personnes avec qui il avait pu passé son enfance.

Une pince attrapant brusquement Runne, venant du quadripode aérien qui s’était installé d’entrée de jeu en dévoilant le responsable de la sécurité : Un engagé Impérial du nom de Kaprol Kolprol. J’ignore quels peuvent être ses relations, si il en à, avec Karol, mais nous étions en train d’affronter sa machine de combat avec Finaen dans un duel enragé pendant qu’il agitait Runne dans tout les sens jusqu’à ce qu’il se dégage. Runne rejoignant en vitesse Alaric, il usa d’un sort de vent puissant pour repoussé son adversaire : La Roegadyn aux boucliers de l’installation de l’antenne. Elle était dans un triste état, et ce n’est même plus elle qui bougeait ses membres. C’était l’ex-ossature installé sur son corps. Balancée dans la forge détraquée, elle emporta avec elle Alaric et ils se mirent à combattre dans un affrontement acharné et peu à l’avantage de notre camarade. Conscient de ça, Runne rendit le métal de plus en plus malléable et mou pour que Finaen puisse l’arraché de la structure, les éclairs fusant ici et là désactivaient les ossatures des soldats impériaux en les faisant choir au sol, gémissant, et certains ayant été tués par les mouvements de leurs propres armures. Le cadavre de la Roegadyn fut expulsée d’un coup de pieds par Alaric, tandis qu’il sortait lentement des décombres.

J’avais pu en même temps frapper au cœur de la machine de Kaprol dont deux jambes avaient déjà été tranché, une explosion la fit partir dans les cieux, se cognant brutalement contre une des pics de la Specula en hurlant au directoire que c’était là sa démission. J’ignore quel serait son devenir, mais il est possible que tôt ou tard nous retrouvions cet esprit quelque peu fêlé sur notre chemin. Pour l’instant, il nous fallait progresser – Un cri de douleur de Sorn montrait bien qu’ils allaient accélérés leurs manœuvres à la vue de la déflagration de la machine volante de Kaprol. Et il nous fallait encore récupéré N’lamahni sous les décombres de la tour, tandis que son petit golem gardien récupéré en Sombrelinceul agitait doucement les bras, épuisés, ayant creusés un trou à l’intérieur des décombres pour nous signalé sa la présence de ce dernier et de sa maîtresse.
Image
Ayant déjà envoyé une étoile de guérison vers cette dernière sous les décombres, Tinea se rua à son aide en appelant qui pouvait bien l’entendre pour venir la sortir de là. Elle fit le curieux choix de faire usage de ses bras fin et peu musclé pour retirer les pierres, la panique due à l’affection qu’elle pouvait avoir pour son amie ayant prit le dessus, ça ne fut alors que plus étonnant pour elle quand il vit les pierres se mettre à s’envoler. Eloise et Finaen tissaient des sorts pour retirer les décombres lentement : C’était nécessaire, un mouvement trop brusque aurait pu tout faire retomber sur la Miqo’te et l’achevé sur des pierres instables étaient au dessus de sa tête. Manipulant doucement l’éther, ils purent retrouvé notre amie alors que Livio se saisit d’elle en soutenant Tinea pour la sortir de là doucement. Pendant qu’ils l’aidaient, laissant N’lamahni sur la forme de tigre blanc de Livio en la transportant même inconsciente aisément. Alaric et Runne avaient trouvés les boîtiers de commandes afin de détruire ceux ci, ou au moins de les arrêtés, basculant la protection d’énergie lentement que je me contentais d’achevé d’un bon coup de sabre.

Pas le temps de voir ça s’éteindre normalement, laissant un Runne quelque peu fumant les cheveux en vrac poursuivre le chemin en vitesse. Ils n’allaient pas nous laisser passer aisément, mais ils n’avaient plus de fantassins impériaux réguliers. La plus part restant devaient affrontés Stronghead et ses hommes installés toujours à la porte de la Specula. A la place, il s’agissait de combattants légers des équipes scientifiques du directoire, la plus part totalement désespérés installés sur des drones monoplaces en se laissant descendre droit vers nous pour essayer de nous coincés en nous bousculant dans les pièges : D’innombrables scies tournoyantes à toute vitesse passaient autours de nous, essayant de nous tailler en pièce, et Finaen fonça en premier pour essayer de les arrêtés. Utilisant sa magie, il envoya des impulsions détruire la plus part des pièges en se concentrant pour ressentir d’où elles viendraient afin de nous indiquer parfaitement les mouvements qu’elles allaient faire. Et ce, jusqu’à ce qu’il soit totalement débordé. D’innombrables fusèrent vers lui, ce qui ressemblant à la fin pour Finaen, jusqu’à ce qu’Alaric ne passe en tranchant la plus part des mécanismes de sa lame dans une lueur de glace. Et passant à côté de lui, Livio ouvrit littéralement le chemin en détruisant les autres pièges dans des puissantes lueurs de cristaux. Apparaissait autours de lui, des nombreux cristaux d’innombrables couleurs ressemblant à l’opale ayant enfermé Maladriel.

Un des jeunes soldat évoqua de nouveau ce nom, celui du « Duc de cristal » d’un air ahurit, peu avant qu’Eloise ne provoque sa chute dans une déflagration d’énergie, alors qu’elle désorientait les impériaux dans les airs. Nous étions protégés de leurs tirs, les chocs de céruleum frappaient les boucliers dressés par Tinea dans des bruits de cristaux se brisant dans tout les sens sans parvenir à nous atteindre. Répondant à leurs assauts, N’lamahni avait envoyé une panache de fumée et se chargeait d’essayer de les abattre, jusqu’à ce qu’un des drones ne lui fonce dessus. Bondissant pour l’aider, ma lame coupa sa machine en deux en laissant le soldat tomber aux pieds de la miqo’te, me laissant poursuivre dans les airs d’une machine à une autre pour détruire leurs commandes afin que Runne ne les fasse s’écraser doucement ici et là. Pas la peine à ses yeux de les tués. Ils n’étaient que des gens de sciences trop zélés pour voir qu’ils étaient sur le point de perdre, et le Directoire de disparaître.

Au bout de notre route, nous attendait Sorn, installé au cœur de la Specula Imperatoris. Il avait été attaché par des câbles, suspendu en l’air en ayant une blessure sur le torse, Gladys sa tourelle immobilisée à côté de lui par un même câble en essayant de se décroché pour venir en aide à son maître. Ils voulaient collecté son sang, droit vers une sorte de machinerie en sphère étrange ressemblant bien à du matériel Allagois récupéré dans tout ce qu’ils pouvaient arrachés des vestiges scientifiques de l’âge de l’oppression impériale. Ils essayaient de créer un nouveau Teclis à partir de ses morceaux de technologies, n’ayant plus les sources de savoir qu’ils avaient volés d’Exstasia, leur second du Directoire se trouvait alors devant nous. Tournant lentement la tête vers nous, son visage avait à moitié été mécanisé, lui ouvrant une figure dont il ne voulait même pas. De leurs discussions, il avait fait usage d’une « goutte de sang » avec laquelle ils voulaient manié le projet Teclis, ce qui avait engendré la Folie qui s’empare des mécanismes qu’ils créaient. Jusqu’à avoir contaminé jusqu’à la figure de Sylvio, le Garlemaldais pure souche qui était en parti fait de métal désormais. Eloise et Runne usèrent de leurs magies pour essayer de libéré Sorn des câblages, avec Gladys, et de les attirés tout les deux jusqu’à nous. Mais l’entité qui se nourissait de lui n’allait pas les laisser faire, une sorte de création incohérentes n’ayant pas de forme fixe qui projetait des morceaux d’elle même droit vers eux. Profitant qu’elle soit en déséquilibre à cause des effets de magie, j’arrivais jusqu’au bout pour frapper plusieurs fois de mon sabre en lui laissant des lueurs d’énergies tranchantes là où il avait été touché.

Malgré l’acharnement de ce dernier, à nous frapper de ses morceaux de corps détachés me percutant aussi au ventre en me laissant une douloureuse blessure là où une des pinces de Kaprol avait déjà frappé. Les deux mages derrière moi n’en démordaient pas non plus : Un chaos de glace et de roche convoqué par la magie d’Eloise, formant une sorte de dragon serpentin tournoyant au milieu des amas de métaux dont la chaleur intense les faisaient se casser en morceaux au contact du froid intense d’Eloise. M’ouvrant la route, je parviens jusqu’au cœur de cette dernière pour trancher d’un grand coup de sabre, laissant ce dernier explosé subitement en désagrégeant la création monstrueuse faites d’acier.

Ils avaient déterrés une des anciennes machines inspirés des créations d’Allag, la sorte d’entité presque démoniaque n’était en vérité que du métal et autres matériaux, mais il ressemblait vraiment à un monstre dont les extrémités étaient des roues. Fonçant en avant, après un impact d’étoile puissante de Tinea pour essayer d’arrêter ses manœuvres folles, Livio s’était accroché sur son dos toutes griffes dehors en se faisant littéralement transportés avec. Cognant N’lamahni et Tinea au passage, la miqo’te aux milles dagues avait eu le temps d’en envoyer une vers le Garlemaldais, Tinea en réponse envoya un large sort de soin et de combats envoyant des impacts de lumières venant frapper un peu partout, et essayant de nous guérir. Profitant d’un léger ralentissement, malgré sa jambe maltraité par les scies de la route principale de notre adversaire, N’lamahni pu produire de nombreux shurikens de vent venant se fracasser sur tout le flanc de la machine ancienne. Ce qui fit que quand Livio usa d’une zone de destruction, cela advint à l’intérieur même de la machine qui explosa de l’intérieur subitement, envoyant Livio s’écraser lourdement contre une des piques de la Specula avant de choir au sol dans la poussière. Le combat acharné entre Alaric, Finaen, et Sylvio prenait de l’ampleur. Dès que la dague de N’lamahni se planta dans son torse, Finaen en profita pour le frapper sans cesse en ressentant les moindres fluctuations de l’éther pour esquivé et frapper juste.

A son côté, Alaric l’aidait, mais il prit un terrible choc qui l’envoya voler en arrière, sa lame brisée en deux dans un éclat de glace puissant. Au lieu de tomber au sol, il fut réceptionner par Sorn qui tient son frère avant qu’il ne s’écrase, après avoir été lui même libéré par Eloise et Runne. Une lueur bleuté s’extirpa de Gladys, qui avait mit dans sa bouche la clé de Teclis, envoyant ses morceaux droit vers Sorn pour lui offrir l’armature de Teclis en partie formée. Il en profita pour dès que Finaen ne l’ait paralysé dans des éclairs puissant, malgré les coups que les deux recevaient leurs laissant des blessures au fil de la lame d’énergie qu’il possédait. Le tir fut si puissant qu’il renvoya Sylvio s’écraser contre la machinerie qui attendait l’usage de Sorn, dévastant cette dernière autant que cela acheva le second du Directoire. Avec sa mort, le Directoire n’a plus de chef, Alaric ayant retourné auprès de Sorn et libéré en partie de l’influence de Landfust. Les laquais allaient se rendre ou se cacher jusqu’à être tôt ou tard retrouvé. Bien qu’il soit vaincu, la création malsaine incarnant Marlithe possède encore la folie de Teclis, issue de la goutte de sang ayant provoqué tout ce chaos. Landfust leur avait fourni une goutte du sang de Lakraedas, et ils avaient eu la très mauvaise idée de s’en servir pour essayer de créer une arme au nom de l’Empire lui même. Mais avant que cela n’advienne. Une semaine, nous voilà avec une longue semaine de repos, et de préparation.»
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 292
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 14 avr. 2021, 13:37

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Deux frères - L'héritage de Teclis."

Image
Cent-trente-neuvième Entrée – « Acte 7 – Sinistre rêve mécanique.»
Image
« Maintenant que le Directoire à été vaincu, il était temps de tout faire pour venir à bout de la Folie de Teclis qu’ils avaient provoqué avec leurs expériences, tout en récupérant dès que possible la structure du projet qui est toujours entre les griffes d’aciers de celle qui incarnait l’ancienne amour de Sorn. Après une semaine de préparation, repos et exercices, installés confortablement à Ala Ghiri en observant les recherches de Stronghead et Stanislas, nous avons enfin pu avoir une suite à notre affaire pour trouver un moyen d’en finir définitivement avec les affres de la folie de Teclis. Ils avaient bien travaillé, mais l’adversaire aussi, et c’est de la part de Javius que nous vint la solution. Repérant une sorte d’étrange balise émettant des sortes de mélodies autours de cette dernière, il ne pu que nous donne une vague idée de son emplacement en nous souhaitant bon courage pour l’atteindre. Avec celle ci, il serait en manière de remonter la piste directement vers Javius, et certainement vers la triste incarnation de métal de Marlithe qui était porteuse de la folie de Teclis. Conscient qu’il était temps d’avoir la solution pour nous en débarrassé définitivement afin de quitté Ala Ghiri et Gyr Abania en laissant la ville en sécurité, ainsi nous nous sommes retrouvés à l’éthérite avec une partie de notre équipe.

Effectivement, Runne et Finaen avaient été missionnés par Stronghead pour agir ailleurs, il nous fallait partie avec une partie de notre équipe avec espoir de mettre la main sur la balise au plus vite ou au moins avoir une moindre idée de où elle pouvait bien se trouver. C’est devant l’entrée de la ville que nous nous sommes retrouvés – Sorn et moi discutions un bon moment tandis que nous prenions des nouvelles l’un de l’autre, Sorn ayant passé la semaine avec son frère Alaric pendant que je me remettais d’un rhume. Et nous avons été rejoint par N’lamahni et Kyuuji, ce dernier revenait d’une terrible expédition en nous racontant que le ciel lui était littéralement tombé sur la tête. Quel ironie pour un des héros ayant affronté Grim aux chaînes rouges ! Après quelques instants à nous donner des nouvelles, c’est quand Livio est arrivé qu’il était temps de se mettre en route en rappelant l’objectif tout en ayant conscience que le Directoire avait été brisé. Nous aurions donc sûrement en face principalement des machineries détraqués par la folie de Teclis, mais la Balise devait être selon Javius « aisément reconnaissable. » dès que nous serons devant. Ça n’était pas les meilleurs indices, mais il fallait ce qu’il fallait, et nous avons quitté Ala Ghiri sous les quelques salutations avec ses locaux heureux de nous savoir bien portant et prompt à y retourner. Quelques vagues discussions avec les locaux furent agréables, jusqu’à ce que nous traversions la grande arche de la porte en profitant littéralement d’un bain de soleil. Il était chaleureux, nous accompagnant parfaitement malgré la disparition des odeurs délicieuses venant des repas du soir en Ala Ghiri.

Mais bien rapidement, après une heure de route, passé à entendre N’lamahni essayait de convaincre un Kyuuji imperturbable que Gyr Abania est mieux que Sombrelinceul pour voyager, les premiers problèmes apparurent. Les terrains de combats avaient été nettoyés de leurs carcasses abandonnés, l’acier et la magitek volés en masse et traînés au sol vers une destination pour l’instant inconnue. Dans l’ensemble, N’lamahni et Sorn cherchaient déjà des traces de la balise, pendant que Kyuuji veillait sur ce qui avait bien pu se passé, c’est l’éthérimètre de Livio qui allait cela dit nous donner une piste fiable. Il y avait des échos par ici, comme une résonance que Kyuuji sentait bien mieux que nous en laissant cela dit l’entente de quelques sonorités musicales, signifiant qu’il y avait une influence étrange dans les environs. Suivant la piste de Livio, plus nous approchions, plus nous croisions des minuscules drones magitek traînant les carcasses de métal droit vers ce qui s’étendait devant nous comme une énorme décharge. Ils y accumulaient ici tout les résultats de leurs efforts, des restes des combats de l’Empire et même des matériaux Mhigois. Y rôdant des sentinelles impériales et quelques avant-gardes encore active marchant lentement autours de nous. Observant les environs, nous n’étions visiblement même pas des cibles pour elles, qui continuaient à chercher les plus éléments voir à les transformés pour les préparations de la folie de Teclis qui devait vouloir s’étendre ici. Toutes reluisaient du rouge inquiétant, démontrant bien qu’ils étaient contrôlés, et il n’y avait hélas pas que du métal dans cette étendue touchée par une douce lumière solaire. C’est en cherchant la balise que Sorn et N’lamahni repoussèrent un amas de métal en découvrant le bras d’un homme dessous.

Venant directement à son aide, Kyuuji se concentra dessus en prenant son bras tout en étant brusquement prit d’une vision. De ce que Sorn m’en à dit, après qu’il l’ait lui même vécu, il avait l’impression d’être dans un rêve immense où plusieurs personnes chantaient doucement, autours d’une sorte de cerveau installé dans une bassine bleue. Cherchant à créer une vision d’un horizon magnifique, sans jamais réellement un parvenir comme si elle était coincée à ne voir que le vide. Une des avant-gardes était sur le point de s’en prendre à Kyuuji quand Livio intervint. Il libéra une des personnes captives, ce qui fit directement venir à lui l’ire des protecteurs, et je vins le rejoindre en tranchant brusquement une des avant-gardes fragilisées qu’il avait repoussé en fracasse un drone dessus. Dès qu’il reprit conscient, Kyuuji étendit un bouclier autours de nous, déjà rudement mit à l’épreuve par les chocs intenses provoqués par les protecteurs métalliques. Dans la vision, il avait vu une sorte de centre de contrôle installé dans un lieu au dessus d’un pont de ruine ancienne où régnait les machineries contrôlant les rêveurs pour étendre les moyens qu’ils ont d’impactés les forces de Teclis sans y accéder entièrement.

Il fallait atteindre cette position au plus vite, et nous avons commencer à partir en avant avec Livio dès que nos compagnons purent se relevé, N’lamahni et Sorn aidant Kyuuji à reprendre ses esprits avant de nous mettre en vitesse en route, le passage serait loin d’être aisé à supporter. Au moins, les soins et les protections de Kyuuji allait nous permettre de faire en sorte que le voyage au milieu des masses de mécanismes s’activant serait relativement possible. Des bras, pinces, et parfois même des armes à tirs au céruleum sortaient autours de nous. Livio libérait rapidement les civils installés sur des avant-gardes actives grâce à leurs subconscients, leur permettant de rejoindre Kyuuji en vitesse qui couvrait Livio en soulevant des amas de pierre, en amenant d’autre à apparaître pour libéré N’lamahni des pinces l’ayant attrapé tandis que la miqo’te piquait et cassait des câblages pour se libéré avec sa dague, sans avoir l’envie à son tour d’être allongée dans des tas de métaux à dormir et à chanter dans une dimension noire et sinistre en face d’un cerveau immense. La ramenant vers lui, Kyuuji veillait sur les rescapés en levant la tête droit vers le drone qui tirait sans cesse ,se préparant à essayer de le massacrer, mais il vit que Sorn le surveillait en tirant sur la machine en vol. Sa blague interrompue quand il reçu contre le bouclier le protégeant l’amas de métal en ruine de la sentinelle en l’envoyant lourdement au sol. Avec Livio, malgré quelques chocs, nous avons pu atteindre le dôme du centre de commandement. En laissant le passage grand ouvert pour nos amis. Sans réalisé encore à quel point ce lieu serait étrange et dangereux, sous une sorte de dôme où des lumières s’activèrent, étendant un voile illusoire puissant. Cachant l’horizon, pour le modifier à sa convenance. Tout en laissant voir dans une sorte de bulle, Runne et Finaen qui étaient enfermés dans un cycle de chute perpétuelle dont il nous fallait les débarrassés en toute urgence désormais.
Image
Rapidement, les vents convoqués de Kyuuji percèrent la bulle qui maintenaient nos deux compagnons dans cette stase étrange où les images de leurs environnements se modifiant sans cesse et les déplacements aériens chaotiques essayait au pire de les bloqués, au mieux de les rendre totalement fou et utilisable à leurs guises. Dès que la lame de vent perça la bulle, Finaen qui usait de nombreux sorts pour se sortir de là attrapa Gladys, la tourelle de Sorn, qui errait proche de là pour lui offrir un point de passage afin de le sortir de là, tombant littéralement sur Sorn en retour dès que la tourelle lui envoya dans les dents. Livio surveillait le passage, et que personne ne vienne, d’un air méprisant en regardant l’installation impériale tandis que Runne était tiré brusquement par Kyuuji pour le faire revenir à son tour à nos côtés. Une fois nos deux camarades mis en sécurité, encore un peu sonnés par ce piège surprenant, ils allaient pouvoir plus que nous aidés à nous débarrassés de l’adversité qui face à nous allait se faire des plus dangereuse. C’était une véritable installation de recherche sur les esprits dans le subconscient contrôlée, mené par un des scientifiques survivants du Directoire. Si Marlithe ne l’avait pas encore manipulé voir tué, c’est qu’il devait être un élément utile et efficace à ses desseins, ce dernier escorté par des soldats impériaux manipulés observait des schémas sur l’esprit et le cerveau humain tout en travaillant sur le panneau de contrôle que Kyuuji avait vu dans sa vision, permettant sûrement de libéré tout le monde en même temps. Il fallait agir vite, la sorte de griffe immense aux nombreux câblages rôdant n’allait pas nous laisser faire sans agir, et une manipulation fut faites : L’horizon devint un souvenir précieux d’un des hommes installés dans un des tubes au liquide bleuté.

D’un coup, l’étendue autours de nous devint des eaux pures et paisibles sur laquelle nous marchions. Ça n’était qu’une illusion, bien entendu, mais ça restait perturbant de ne voir plus qu’une étendue aquatique. Aussi tôt, N’lamahni perçu de qui cela venait : Un mousse qu’elle avait rencontré en Vylbrand, devenu depuis un aventurier. Tirant une grenade vers la sorte de griffe magitek modifiée, l’explosif fut comme figé sur plage en ne pouvant plus se déplacé, tremblante doucement tout comme Livio qui fut arrêté dans l’espace, comme si l’air ondulait d’une puissance très inquiétante. Il s’intéressait de plus en plus à Livio, mais renvoya à la grande horreur l’explosion de N’lamahni droit vers les roches qui à nos yeux étaient invisibles, puisque sous l’illusion, et la déflagration provoqua la chute des roches soudainement ainsi que plusieurs des plaques de métal qu’une nuée de petit drones œuvraient pour mettre en place afin de créer le dôme dans lequel nous étions. Bondissant entre les roches et les poutres d’acier tombant autours d’elle, jusqu’à rejoindre le mousse qu’elle avait vue, une grosse pierre tomba sur un tombe non loin en réduisant la personne à l’intérieur et le tube en bouillie. Aspergée par son sang, sous le choc mental de voir autant de chaos, il n’était pas question pour elle que quiconque de plus ne soit tué d’une telle façons. Après avoir libéré le mousse en brisant le verre et détachant ses attaches, elle avait conscient qu’elle n’aurait jamais le temps pour libéré les autres, et elle se contenta de faire rouler les tubes à toute vitesse hors de portée des chutes de pierre.

Si elle mit les autres en sécurité, ce fut au dépend de la sienne, et on vit N’lamahni partiellement disparaître sous l’éboulement en nécessitant de l’aide, ramenant tristement à ce qui lui était arrivé une semaine plus tôt d’ailleurs. Lui venir en aide n’était pour l’instant pas la priorité absolue, mais nous ferions tout pour l’atteindre le plus vite possible – La griffe massacreuse avait libérée Livio involontairement quand la foudre de Finaen dans des lueurs vermeilles frappèrent en quittant la lame de Finaen pour atteindre sa cible. Runne avait fait passé les flammes au dessus de la machine, et frappa les corps des soldats Garlemaldais toujours accrochés à leurs ex-ossatures. Deux furent calcinés vif, laissant choir l’équipement impérial en fumant encore après avoir laissé les pauvres dépouilles en cendre. Malgré les tirs d’énergies fusant droit vers Runne, le Miqo’te saisit l’opportunité de frapper la griffe étrange à l’aspect tentaculaire en envoyant de nombreux piques de glaces pour coincés les tentacules, arrêtant celle ci suffisamment longtemps pour que la foudre de Finaen ne frappe deux fois. L’électricité vermeille passa d’une de ses mécanismes à un autre, des petites explosions naissent ici et là, permettant à Livio de se relevé brusquement pour envoyé une griffe enflammée droit vers la carcasse intérieur grâce au blocage de l’entité, provoquant de nombreuses explosions à l’intérieur de la griffe qui s’écroula lourdement au sol en plusieurs explosions intérieurs laissant choir l’entité.

J’étais venue en aide à Sorn qui essayait de bloqué les soldats impériaux visiblement contrôlés mentalement au vu de leurs yeux reluisant d’un rouge menaçant. Ils protégeaient un scientifique installé proche d’un grand tableau et du centre de commande des personnes endormies que Kyuuji avait vu dans son rêve. Proche de là, Kyuuji était en train d’attiré la grande nuée de petits constructeurs, saisissant l’énergie terrestre en laissant choir les drones au sol tout en commençant à les enfouir les uns après les autres. S’extirpant en partie comme ils pouvaient pour ceux qui n’étaient pas écrasés par la compression terrestre, la nuée chargea droit vers Kyuuji en commençant à le harcelé avec de nombreuses lueurs foudroyantes frappant notre guérisseur encore et encore. Bien que j’avais profité que Sorn bloque les soldats avec des chaînes projetés par son canon, ma lame avait planté l’épaule du scientifique en le laissant contre les panneaux de recherche.

Il essaya de nous noyés dans les gaz toxiques, sans savoir que j’avais de quoi mettre en vitesse un masque filtrant depuis mon col de combat, mais Sorn lui se mit à vomir au sol douloureusement – Ce qui ne l’empêcha pas de glisser un explosif sous les pieds des soldats. Partant en vitesse de là après avoir laisser un poignard planté dans l’épaule du Scientifique pour le laissé bloqué, j’avais vu les expériences sur le tableau. Les expériences faites sur la dépouille de Marlithe afin d’en comprendre toutes les manipulations avec l’objectif de créer la Marlithe ayant reçue la folie de Teclis. J’étais partie affronter les drones pour les bloqués le temps que Kyuuji ne les dévastes avec des puissantes lames de vent, peu avant qu’il ne puisse enfin venir en aide à N’lamahni dans des lueurs pures et agréables en propulsant des lianes recouvertes de lys blanc qui aidèrent à la guérison de Livio, N’lamahni et Sorn qui tabassait le scientifique encore et encore en lui hurlant dessus. J’avais pu envoyer mon sabre pour trancher le bras du scientifique avant qu’il ne tire dans le ventre à Sorn, mais il restait seulement deux adversaires. Deux des cadavres installés dans les ex-ossatures. Livio les impactant brusquement d’une projection d’énergie, une seconde avant d’aller essayer de libéré N’lamahni des décombres, tout le monde travaillait pour récupéré les informations. Mais après la libération des prisonniers, le monde illusoire qui n’avait eu de cesse de changer devient une accumulation d’énergie ressemblant à une immense boule de feu. Peu après que Runne et Finaen ne parviennent à découvrir l’emplacement de la balise que nous sommes venu chercher, l’antenne qu’ils utilisaient noyés dans les flammes alors que Sorn avec l’aide d’Alaric libérait les prisonniers à partir de la commande de contrôle principale. Toute l’énergie devint une colonne de flamme immense qui me tomba droit dessus, me laissant à peine le temps de bousculé d’un coup de pied Kyuuji avant de recevoir cette dernière en pleine poire.
Image
Même avec la protection du bouclier rétractable en écailles de Rathalos que le père de Kodjo m’avait faites, les dégâts s’étaient fait sentir. Je m’écroulais au sol à mon tour, rapidement rejoint par Sorn et Kyuuji venant me porter assistance alors que Runne et une N’lamahni remise sur ses jambes se préparaient déjà à rejoindre la balise qui au loin illuminait les cieux d’ondulation bleuté presque paisible. Mais les défenses avaient été actives, des colonnes de flammes tombaient ici et là lourdement dans les amas de la décharges, provenant des cellules de céruleum impériales dévastées. Reprenant doucement des forces, à mesure que Kyuuji faisait disparaître mes blessures soutenu par Finaen pour que mes brûlures se résorbent mieux, Sorn fini par me laisser sur mes jambes tout en observant les autres se préparer en vitesse à partir. Fatigué, Kyuuji fut exaspéré de devoir encore agir en urgence à cause de l’adversité en action, le responsable du sinistre rêve mécanique qui avait provoqué la transe de tout ses pauvres bougres avait décidé de tout ravagé en réponse au fait que nous avions libérés toutes les victimes de son emprise.

Se projetant avec un cristal de vent, N’lamahni déploya son para-voile en prenant l’élan de l’éclat du cristal la propulsant un peu plus haut en l’air quand les voiles furent gonflés. Non loin derrière, Finaen et Runne se projetèrent avec un filin d’éther les catapultant littéralement vers l’autre côté de la grande crevasse et dans les hauteurs, et c’est là que les problèmes commencent. Nous suivions non loin de là, Sorn avait récupéré un des Kongamato dociles qui se trouvait en contre-bas – celui qui avait plus de chance de le léchouillé, ce qu’il fit à la joue de Kyuuji, que de devenir un véritable problème. Et il embarqua notre guérisseur dans les airs proche du griffon de Livio qui avait pu répondre à son appel.

Réagissant à notre approche, d’immenses pinces comme des tentacules jaillirent des amas de métaux en essayant de nous attrapés, les sentinelles magiteks flottant en l’air tournoyaient autours de nous en tirant dans tout les sens, provoquant un certains chaos notamment quand les colonnes de flammes jaillissaient du sol en montant vers les cieux. Descendant rapidement de son paravoile, pour ne pas être prise dans le balayage aérien, N’lamahni fit de son mieux pour courir au sol proche de Finaen et Runne qui venaient d’atteindre les lieux, envoyant des lames de vents puissantes pour brisés les adversaires dans les airs jusqu’à ce que Runne soit attrapé à la jambe, frappé par la pince tentaculaire à droite et à gauche sans cesse jusqu’à ce qu’un couteau de N’lamahni ne se plante dans son mécanisme pour l’arrêté. Ils dégagèrent les cieux, et nous nous chargions d’ouvrir la route avec Livio – Lui prit l’aspect du tigre blanc grâce à son totem des milles bêtes, la foudre réagissant à son hurlement en frappant un peu partout où il se ruait pendant que malgré mon piteuse état depuis le choc, je parvins à trancher de mon sabre les derniers obstacles jusqu’à la balise qui rayonnait. Le Kongamato ayant reçu un tir dans le ventre, Sorn fit de son mieux pour le diriger dans sa chute malgré le fait que l’instinct tombait inconscient après le coup de la colonne de flamme, Kyuuji manipulant la terre en urgence alors qu’il créait des barrières ici et là, pour qu’ils puissent glisser le long du rampe terrestre. Les deux agités dans tout les sens tombèrent en roulant légèrement au sol, se soutenant l’un l’autre pour se relevé après cette escapade aérienne quelque peu chaotique. Et tous, nous marchions vers la Balise qui rayonnait là où se trouvait le responsable de ce rêve.

Il n’y avait rien d’aussi mauvais que la folie de Teclis pouvait nous offrir d’affronter au niveau de la balise elle même, ça n’était pas une musique affreuse qui avait essayé de dévasté mentalement l’esprit de Livio sous les sonorités mécaniques sortant de la voix fictives de la griffe, la chanson qui sortait de la balise était bien plus douce et agréable. Javius avait raison, elle se reconnaissait très aisément puisqu’on avait l’impression qu’elle baignait dans le doux pouvoir de Teclis. Mais dans sa version encore pure. Cela pourrait nous permettre d’atteindre l’armature principale de Teclis, mais il fallait encore arrêté ceux qui se trouvaient devant. N’lamahni et Rune se chargèrent principalement du canon d’assaut massif qui était dirigé par lui même sans avoir besoin de pilote. La tour de défense se tourna vers eux en les voyant approché, et les tirs puissants reluisant d’un rouge profond frappèrent un peu partout en dévastant la terre alors que Kyuuji se demandait si on ne pouvait pas communiqué.

Il ouvrit de la sorte le dialogue possible, mais l’envoyé de Landfust qui portait une armure renforcé par la folie de Teclis et une pisto-hallebarde n’avait pas l’air prompt à vouloir communiqué. Plusieurs tirs passèrent proche de Kyuuji, ratant N’lamahni et Runne qui en profitèrent pour contre-attaquer : La grenade de N’lamahni roula sous les supports d’aciers en dévastant ses accroches alors que Runne accumulait le sable à l’intérieur du canon, se mettant brusquement à le retenir en provoquant des explosions à l’intérieur de la machine de plus en plus dévasté. Elle continuait d’essayer de tirer, et d’un coup, accumulait une énergie formidable pour un dernier tir avec l’espoir de happé nos camarades dans le surplus de puissance. Utilisant un explosion et une ruée lorsque le vent la porta littéralement droit vers la tour de combat pour la mettre dans l’angle de ses autres adversaires. Runne retenant le plus possible le tir, pour qu’il ne soit pas dangereux pour nos alliés, bloquant l’afflux de pouvoir jusqu’à ce que la tour n’explose littéralement intérieurement en envoyant son tir, des débris volant ici et là dans un choc puissant. L’agent de Landfust était là pour veiller à ce qu’ils puissent trouver un moyen de saisir ce qu’il restait de la folie de Teclis, malgré l’échec du Directoire, ils feraient usage des moindres ressources fournies aux scientifiques pour acquérir ce qu’ils voulaient. Tirant vers Kyuuji en lui logeant très douloureusement une balle dans la jambe qu’il du retiré après la mission avec Runne et Finaen, tout ça alors que ce dernier lui laissait une ouverture de parler sans forcement combattre.

Ce salopard ignorait le choix de la paix, arrêté dans ses tirs par Livio sous sa forme de tigre et moi même en lui tranchant le flanc. Il réagit en nous repoussant brutalement de son arme en me laissant un genou à terre, et écrasant Livio au sol en laissant la pointe de sa hallebarde sur la nuque du tigre. Tout en l’insultant une dernière fois, le tir détourné de la tour le toucha dans le dos. Saisissant l’opportunité, Livio se releva en redevenant lui même, profitant des soins de Kyuuji qui nous offrit la force de frapper, il écrasa sa pistolame sur le garlemaldais désarmé depuis que je lui avais tranché le bras brusquement, des amas de cristaux reluisant ne cessant d’apparaître sous l’influence du nom du Duc de cristal. Quand la lame chut, l’ensemble des cristaux éclatèrent dans une lueur surpuissante en le laissant écrasé au sol, tué sur le coup. La machine diffusant le rêve le faisait à travers le cerveau installé dans un bocal bleuté au milieu d’un golem de combat magitek. Plantant brusquement sa rapière dans ses mécanismes pendant qu’il tirait vers son porteur, Finaen, et vers Sorn qui dévastait avec de nombreux tirs ses mécanismes pour le bloqué. Ils comprirent que le cerveau d’Adamante, l’ancien mentor d’Alaric puni par le directoire pour avoir jadis aidé Sorn à s’échapper de l’emprise de Garlemald, avait encore quelque chose de bon en lui. Il était perdu, il ne pouvait plus rien voir que l’obscurité et essayait de s’offrir à lui comme à Marlithe de revoir le monde comme il est : Magnifique, rêveur.

Sans jamais y parvenir même avec l’emprise sur bien des vies. Finaen et Sorn dévastèrent tout ses mécanismes et le tir de la tour détourné par N’lamahni frappa le bras du golem en l’empêchant d’atteindre la balise. Chutant lourdement au sol, l’emprise du sinistre rêve mécanique disparut finalement et enfin, Adamante pu observer l’étendue immense des Pics de Gyr Abania touché par ce soleil d’or époustouflant. Tout le monde se laissait tombé en bordure de la montagne, regardant l’étendu alors que Finaen aidait Adamante à rejoindre enfin la mer des étoiles. Nous avions pu contacté les Populares de Javius pour les avertir que la balise était désormais à eux, et qu’il était temps de retracer la route droit vers l’armature de Teclis elle même. Cette mission touche à sa fin, il ne ne nous reste plus qu’à atteindre notre dernier objectif pour en finir avec la folie de Teclis. Bien d’autre tâches nous attends par la suite, mais cette aventure en Gyr Abania eu au moins pour bon de rassembler deux frères. Les deux réunis pour rattrapés les erreurs du passé, et mettre un arrêt définitivement aux horreurs provoqués par le Directoire de Draeront. »
Akayane Kosenjobi.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités