[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 305
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 16 avr. 2021, 15:31

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Deux frères - L'héritage de Teclis."

Image
Cent-quarantième Entrée – « Acte 8 – Un complot d’une vie brisée.»
Image
« Maintenant que la balise à pu repéré l’emplacement du projet Teclis, il ne nous restait plus qu’à nous y rendre et à mettre la main dessus pour récupéré cette dernière et l’arracher définitivement aux mains des personnes qui voulaient conquérir cette grande réalisation lié à la famille Draeront. Néanmoins, ça n’était clairement pas encore fait, et si nous avions repéré la source de sa présence, il était aussi clair selon Javius que l’ennemi aussi avait repéré nos efforts pour mettre la main dessus. Des renforts venant directement de Landfust vinrent désespérément en traversant les défenses de l’Alliance pour essayer d’amener Teclis en Ilsabard, mais Stronghead avait décidé qu’il était hors de question que des impériaux puissent venir autours d’Ala Ghiri sans en payer les conséquences, et des escarmouches éclatèrent avec les premiers arrivés des troupes impériales. La folie de Teclis générant encore ses sbires, allaient posés plus que problème, et nous n’étions pas encore conscient de l’ampleur de la découverte à venir. Pour en finir, une bonne partie de l’équipe s’est réunie à Ala Ghiri pour discuter une dernière fois d’un objectif concernant cette affaire dans les parages. C’était agréable de se dire que ça allait enfin cessé, que les locaux pourraient vivre en paix, même Yone travaillant dans les parages vint nous salué sans savoir que nous le reverrions plus tard lors de la mission elle même.

L’objectif était simple : Récupéré et atteindre Teclis avant que nos ennemis ne le fassent, et pour ce faire, Aerlin vint nous retrouver afin de veillé sur nos blessures. Runne et Finaen présent directement cette fois, seraient un support de poids avec la présence d’Eloise à nos côtés. Prenant son matériel de tir à distance, Livio avec Sorn seraient prompt à faire usage de la technologie pour abattre nos cibles de loin, et il ne manquait que Namiko qui arriverait un peu plus tard pour nous protéger des coups dur. Gyr Abania était toujours aussi ravissante, les lueurs solaires baignant les environs de la ville dont les habitants nous saluaient avant le départ, qui fut bien plus gênant et dangereux qu’attendu. Ils n’avaient rien pour se couvrir, alors ils furent visible de loin, mais le son du cor d ‘alerte d’un soldat impérial qui guettait notre venue fit venir en vitesse les forces prête à essayer de nous arrêtés. Ils avaient tout mit en place pour réduire notre arrivée et essayer de nous abattre avant de mettre la main sur Teclis – En récupérant Sorn au passage si possible. Mais ils furent confrontés à nos propres alliés. Réagissant aussi tôt, Javius et Stanislas usèrent de son propre aéronef de combat réduit pour assaillir dans les cieux nos attaquants, et le ciel devinrent contestés entre les populares de Javius et les forces impériales. Des lueurs des tirs partaient ici et là, éblouissant les cieux, et la douleur des combattants au sol retrouvés le long du passage fit qu’Aerlin avec l’aide magique d’Eloise et physique de Livio, mit tout ceux qu’ils pouvaient en sécurité afin de traiter en vitesse leurs blessures en cherchant à ne pas trop tarder.

Notre voyage fut ainsi fait que de cela pendant une heure et demi, parfois nous pouvions progresser rapidement et aisément, mais il fallait régulièrement faire des haltes pour venir en aide aux locaux, Finaen et Runne embarrassant les cieux de lueurs foudroyantes intenses happant les drones passant un peu trop proche, Sorn se faisant plaisir à tirer avec acharnement vers tout ceux pouvant s’approcher avec l’effet dissuasif de leur faire comprendre le risque de foncer vers nous. Sous la surveillance de nos alliés, rendant bien plus aisé notre voyage qu’il n’aurait pu l’être en contre-attaquant les forces du Directoire, nous avons pu atteindre sereinement la Specula Imperatoris en protégeant plusieurs de nos alliés. Passant à travers la porte éventrée il y à une semaine de cela, le problème était visible : l’ennemi avait rendu actif de nouveau la Specula Imperatoris, mais les énergies infusés avait fait saturé tout les pièges possible et nous étions véritablement confrontés à un enfer de mouvement d’acier et de lumières de barrages de protection.

Un pauvre Mhigois se tourna vers nous en nous hurlant de faire attention sans voir la scie, et la vision rendit Finaen suffisamment amer pour ne pas vouloir que quiconque d’autres ne soit littéralement coupé en deux. Pendant qu’il produisait des éclairs cherchant à faire grillés les câblages alors que Runne à côté trouvait les boîtiers qu’il avait déjà vu avec Alaric pour les cassés et ainsi arrêté les boucliers, je fonçais pour ma part mettre les soldats blessés ou perdu en sécurité. Sous l’aspect du tigre blanc, Livio nous dégageait au moins la route en dévastant tout ce qui pouvait essayer de nous arrêté, la sorte de vase noire magique provenant d’un sort d’Eloise emmêlait les scies alors que Sorn tirait sur les quelques mécanismes. Dès qu’une scie passa en blessant légèrement Runne et Finaen, ils furent soignés directement par un sort d’Aerlin aux aguets, et c’est bien efficacement que nous étions sur le point de sortir de la Specula par le nord en cherchant à atteindre la Passerrance où Teclis avait été isolée. Mais peu avant d’atteindre les ruines où les canons de Stronghead frappaient les machineries aériennes impériales, deux transporteurs de troupes s’arrêtèrent devant et derrière nous. D’un instant à l’autre, nous nous sommes retrouvés totalement encerclés par les forces du Directoire, nous hurlant de jetés nos armes.

Tous allaient réagir férocement, prompt à défendre leurs peaux en ayant conscient que nous rendre était la meilleure façons de finir exécutés. C’est Alaric qui donna l’impulsion – une explosion du transporteur magitek arrière fut signe de son arrivée avec Stronghead, tranchant les soldats impériaux sur sa route, nous donnant la seconde qu’il nous fallait. Runne éleva directement un grand panache de fumée, s’étendant dans tout les environs en noyant nos ennemis, qui tentèrent de faire usage de leurs armes la seconde où ils pouvaient encore les manipulés : Aerlin se concentrait pour qu’une tempête furieuse ait lieu, dans laquelle progressait l’Egi-Garuda d’Eloise largement renforcé par la magie de Finaen. L’invocation faisait des ravages, balayant tout sur son passage dans les hurlements des troupes enfouies dans la fumée de Runne qui s’était retrouvé confronté à l’officier en charge. Livio avait bien dégagé la route, écartant les soldats en les balayant ici et là, mais le responsable ayant voulu nous arrêtés avait attrapé Runne par les cheveux, et désirais le frapper encore et encore à la tête avec le manche de son arme. Un premier coup fit saigné la tête de Runne, le deuxième n’eut jamais lieu, quand je lui trancha le bras et la tête par la même occasion, en retombant un genou. L’instant d’avant, je venais d’être envoyée baladée contre une paroi en métal bien brutalement. Saluant son frère, Sorn faisant un grand sourire à ce dernier, il s’efforçait de laisser des chances aux impériaux d’être captif en leurs tirant dessus avec des chaînes qui les enlaçaient sans avoir besoin de les tués. Capturant même celui qui était au dessus de Finaen et qui voulait se déchaîné dessus, les lueurs foudroyant du Tigre blanc incarné par la forme de Livio nous dévoila le passage à travers la fumée droit vers nos ennemis. Et nous nous efforcions de foncer en quittant la Specula toujours en proie à la folie.
Image
Sortant du panache de fumée, aidant un instant Runne à marcher en lui offrant ma main pour se relevé, nous avons quitté la fureur des combats que Alaric et Stronghead menaient encore pour s’occuper des embusqués et des pièges encore actif pour sortir les combattants de là. Tout le monde s’entre-aidaient pour découvrir l’étendu des environs radieux. Il restait dans les cieux encore quelques combats aériens, mais les déflagrations avaient entrainés quelques pierres flottantes orbitant autours des sortes de spirales tournoyantes avec de nombreux cristaux ressemblant à une sorte de coquillage surprenant flottant dans les cieux où tournoyaient des drones et chasseurs impériaux fusant à toute vitesse en recevant plusieurs fois des tirs du canon de bataille Mhigois. Mais le plus gros morceaux était le Juggernaut aérien, cette sorte de tube de combat immense volant impérial traversant les cieux. Nous étions en train d’observer ce qui nous attendaient, tout le monde réfléchissant à la manière dont nous pourrions protéger le dernier canon de Stronghead puisque le second était dévasté au sol dans un coin, brisé par les garlemaldais.

Mais nous n’avions pas eu le temps de souffler, puisque la première chose que nous avons vu, furent les tirs intenses du Juggernaut nous fonçant dessus en tirant encore et encore. Les rayonnements de céruleum s’arrêtèrent néanmoins à leur plus grand malheurs sur les barrières de lumières et d’autres aides entres les compagnons pour échappés à la vague de fureurs venant des cieux. Le pilote devait être surpris qu’aucun de ses tirs ne touche, mais il était suffisamment occupé à essayé de s’échapper – ce que Sorn n’allait pas laisser faire bien longtemps. Passant en vitesse soutenir le dernier artilleur, dont le camarade venait d’être tiré par des tirs furieux venant de l’officier que Livio vint confronté rapidement pour empêcher quiconque d’atteindre le canon, il atteint le canon et commença à aligné la ligne de vue entre le Juggernaut et la bouche de l’arme de siège tout en étant soutenu par sorte de monocle technologique ressemblant à la technologie alimentant Teclis.

Il n’avait pas besoin de s’inquiéter pour ce qui se trouvait dans son dos, Finaen venait de planté sa rapière dans une de ses spirales flottantes où s’étaient installés des araignées mécaniques de la Folie de Teclis s’alimentant dessus en pouvoir avec l’espoir de l’utilisé sur nous. L’un se jetant littéralement sur Finaen pour essayer de l’écraser, il esquiva en tournoyant tandis que Sorn venait tirer un boulet qui s’éclata contre la carcasse de la machine volante qui d’un coup prit feu, s’arrangeant pour avoir un tir vengeur puissant vers Runne et Aerlin qui étaient en train d’agir, essayant de se défendre de justesse mais ça n’allait pas suffire. Fonçant le plus vite possible, traversant la nappe de brume, Namiko était dans notre sillage et parvint à nous rattrapé pile à temps pour levé son pavois inflexible se joignant aux défenses d’Aerlin et Runne, les tirs s’écrasant dessus en empêchant ses deux compagnons parfaitement de recevoir quoi que ce soit. Sorn se préparait à rechargé, mais proche de lui, une grenade de gaz que Runne avait congelé pour empêcher leurs usages rapides fut ouverte par un tir de l’officier. Si Livio s’était échappé en fonçant en avant, Sorn avait balancé l’explosif à gaz plus loin en le laissant détonné réellement bien plus loin, protégeant le jeune Mhigois qui était en train de recharger le canon au plus vite. Dans son dos, Finaen venant de propulsé l’araignée métal dans le vide qui s’était surchargée avec l’énergie restante dans le pylône tournoyant, se brisant dans une détonation puissante plus loin, et c’est peu après avoir tirer vers le Juggernaut qui se préparait à s’enfuir tant il était dévasté, non sans essayer d’emporter Eloise au passage.

En tournant la tête, il perçu le rayonnement puissant de l’araignée de métal restante, et bondir pour rattraper Finaen en tombant avec, envoyant une grenade qui roula sous leur adversaire avant que l’éclair vermeille ne la fasse explosée en milles morceaux. Les deux Elezens s’étaient encore tombés dessus, se relevant lentement, quand les combats s’étaient achevés. Je m’étais ruée droit vers les sortes d’avant-garde détourné par les technologies de Teclis avant de m’en débarrassé en vitesse pour qu’Aerlin puisse libéré les travailleurs mhigois qui avaient aidé l’installation des canons. Ils voulaient les glissés dans ses sortes de tubes bleutés, et je profitais des pierres soulevés par Aerlin pour trancher un des adversaires en morceaux à toute vitesse. Lui et Runne arrivèrent à mes côtés pendant que je confrontais la dernière entité que je n’avais pas taillé en pièce, tandis que Runne brisait le tube pour qu’Aerlin récupère le seul installé à l’intérieur, détachant ceux restant pour qu’ils puissent partir pendant que je veillais sur Aerlin, et Namiko sur Runne. Elle le laissa néanmoins se débrouillé contre quelques coups de l’avant-garde, après l’avoir largement défendu, pour foncer vers Eloise. Notre invocatrice avait rejoint en utilisant son egi-Garuda, directement la console de travail des impériaux pour essayer de trouver un moyen de l’éteindre. Elle du commencé pour faire tomber dans l’inconscience l’aide de camp qui lui avait craché son café à la figure avant d’essayer de la frapper avec une tasse. Ça ne fut pas bien difficile, et l’instant d’après, son Egi dévasta brutalement les câblages ce qui éteins toute l’installation impériale ainsi que les renforts possibles.

En retour, si la table de contrôle ne servait plus à rien, le Juggernaut en flamme essaya de tirer sur Eloise peu avant que Namiko ne se mette sur le trajet pour encaisser à sa place dans un choc puissant. La faisant reculé aussi-tôt sur l’impact reluisant. Mais elle ne pu le faire sans recevoir plusieurs tirs, et dès que la volée fut achevée, Eloise se dépêcha de mettre Namiko en sécurité pour lui venir en aide. Elle soignait avec quelques sorts notre protectrice pendant qu’Aerlin guérissait Finaen à distance du tir, nous laissant avec Runne dévasté la dernière mécanique impériale en la laissant s’écraser au sol. Et c’est au milieu de la bataille que Livio avait livré une bataille enragée. Face à l’officier, il n’y av avait aucunes pitiés, ils luttèrent tout les deux tout le long de l’opération dans des amas de chocs entre les deux pistolames. Après que Livio ait tiré sur plusieurs soldats, ils décidèrent de le laisser à leur chef, mais petit à petit l’Elezen comprenait qu’il ne pourrait venir à bout de Livio par un combat régulier. Il appela ses troupes en renfort, qui tentèrent de prendre Livio de flanc, mais une tornade de pétale rose intervint pour empalé l’assaillant et repoussé les autres troupiers.

Ayant suivi les combats aériens et les chocs, Yone qui revenait de sa propre mission décida de foncer nous retrouver pour venir nous aider à affronter les Impériaux afin de les repoussés définitivement des environs d’Ala Ghiri. Après la mort de l’officier, quand Livio le transperça littéralement de part en part, et sans renfort, le Juggernaut était en train de fuir droit vers la lueur rayonnant vers les cieux en créant des amas de symbolique technologique curieux. Teclis au loin, ressemblait à un véritable halo incompréhensible incarnant les efforts d’Edmond Draeront. Mais il y avait plusieurs machines volantes qui descendaient lentement vers l’armature de Teclis, ils escomptaient partir immédiatement avec malgré les canons de Stronghead toujours aussi dangereux pour eux. Après un instant à nous reprendre, saluant trop rapidement l’apparition de Yone. Nous nous sommes mis en route en vitesse pour que l’Empire ne puisse jamais accéder au Teclis.
Image
Descendre n’allait pas être aussi aisé que cela, même sans adversaire sur la route c’était déjà une épreuve d’agilité, il fallait y rajouté toutes les menaces nous attendant le long du passage pour nous empêcher d’atteindre l’armature de Teclis. Dès que nos compagnons furent remit, c’est en guettant au loin cette lumière bleuté paisible gagnant lentement les cieux que nous avons compris que quelques chose d’urgent était en train de se déroulé. Plusieurs lumières technologiques apparaissant en innombrables symboles incompréhensibles qui n’étaient simplement pas à ma portée – ni à celle de la plus part des membres de notre équipe, sauf peut-être Livio et Sorn. La Specula avait cessé d’être alimenté, et par contraste aux lumières éteintes derrière nous, celles de Teclis paraissait plus grandiose et magnifique alors. Sans atteindre, nous avons trouvé le passage menant droit vers le bas, mais il ne serait pas aisé à prendre en main – La Passerrance n’était qu’un amas de plateforme dévastés n’ayant plus tant de cohérence depuis le temps que les ruines furent brisés, et les immenses pierres en spirales tournoyantes donnait un aspect fantastique à notre voyage qui ne nous laisserait que peu de temps pour nous émerveillé puisqu’il fallait surtout esquivé les pièges mortels et les assauts des impériaux. Ils nous tombaient dessus avec des ambitions suicidaires, comme si ils n’avaient plus autant de conscience qu’avant, jusqu’à découvrir que c’était précisément le cas. Pendant que plusieurs machines tiraient sur les plateformes pour les faire s’écrouler pendant que nous les empruntions, ce à quoi Eloise œuvrait pour arrêté les chutes en créant cet amas de gelée noire durcissant à toute vitesse pour bloqués les plateformes. Leurs chasseurs magiteks faisaient tombés plusieurs soldats qui hurlaient à la gloire de Garlemald, leurs yeux étaient légèrement luminescent et Namiko semblait avoir déjà affronté ses derniers avec l’Alliance Eorzéenne.

Des subjugués, entrant dans le cadre des problèmes actuels dans l’Empire. Certains n’étaient pas Garlemaldais, ils portaient bien un uniforme de l’Alliance, mais désiraient quand même nous étripés avant de recevoir le bouclier de la protectrice qui se joignait aux coups de lames de Yone synchronisant leurs assauts pour nous dégagés la route. Faisant de son mieux pour repoussé les assauts aériens, je bondissais d’un drone un à autre en profitant des vents tranchants de Finaen pour les atteindre, mais un tir me frappa à l’épaulière en me faisant tomber dans le vide en tranchant la machine du responsable. Pas le temps de chercher une technique pour me remettre en position que Aerlin qui veillait au grain me rattrapa dans les cieux avec une lueur verdoyante des vents manipulés pour me faire revenir auprès du groupe. Un choc puissant sous ses pieds fit s’écrouler la pierre mais avant qu’il ne tombe dans le vide, Yone vint le rattrapé rapidement, assisté par Namiko pour remettre notre soigneur sur ses pieds. Sous les tirs de couvertures de Livio et Sorn, nous avons pu atteindre rapidement et bien plus facilement la position du Teclis grâce à leurs supports et aux vents convoqués par Runne pour nous offrir légerté, vitesse, permettant de nous propulser plus loin et de plus haut bien plus facilement encore. C’est ainsi que nous avons pu rejoindre le Halo lumineux tournoyant lentement fait de ce support de technologie incroyable.

Des lumières bleutés concentriques lui donnait un aspect Allagois surprenant, mais on retrouvait la finesse de ce qu’Exstasia avait déjà pu produire. C’est grâce à cela que jadis, le Père de Sorn et son directoire avait pu concevoir le Projet Teclis avant de le scellé à jamais, et dans ses heures aussi critique, l’Empire avait décidé qu’elle devait servir absolument l’effort de guerre impérial. Le Juggernaut enflamme avait été vaguement réparé et renforcé par des mécanismes de la folie de Teclis, tournoyant en l’air en reluisant d’un rouge inquiétant tandis qu’un Astromancien subjugué essayait de faire usage d’un fragment d’éthérite pour téléporté l’homme qui se tenait avec Marlithe et le projet. Relevant sa capuche, le visage pâle d’Edmond Draeront nous sourit avec cruauté. Depuis longtemps, l’instant après que Teclis soit scellé, c’est un autre homme qui avait joué le rôle secret du chef du Directoire de Draeront en faisant pensé à Alaric qu’il était le seul maître à bord. Un homme infâme avait du usé des technologies récentes et de pointes de l’Empire pour se saisir de ce corps, et avait tant fait. La manipulation d’Alaric, la disparition d’Edmond, et même la mort de Marlithe. Tout était un long complot pour récupéré Teclis, et il était désormais urgent pour lui de l’activé. Car notre mort et l’usage du Teclis serait selon lui la clé pour qu’il puisse être enfin accepté auprès des Telophores eux même.

Pour ne pas qu’il puisse finir la téléportation, Runne envoya quelques pierres vers le Subjugué ce qui fut relativement peu efficace quand les projectiles tombèrent dessus, mais il se contenta de lentement tourner la tête, sans voir l’approche d’Eloise qui reprit sa forme après un léger survol en chouette, percutant l’homme avant de commencer à le scellé dans son sort de gelée noire solidifiée. Il tenta bien de s’échapper, frappant plusieurs fois avec des étoiles puissantes jusqu’à atteindre Eloise au ventre en la faisant reculé, peu de temps avant qu’elle ne l’assomme en faisant tombé des pierres dessus en le laissant inconscient. Suffisamment pour qu’il soit attaché et tôt ou tard libéré grâce à un des Porxie de l’Alliance. Au moins il n’y avait plus de raison de le voir disparaître, mais il restait le cristal sinistre, et Edmond allait bientôt s’empresser dans faire usage.

Si Aerlin envoyait des pierres encore et encore pour essayer de gêné Edmond – Du moins celui qui possédait ce corps, il ne vit pas venir le passage du Juggernaut qui venait de se prendre de nombreux tirs de Livio passant dedans à toute vitesse quand l’énergie du Ka de Yone fut propulsé d’un coup de sabre pour que les balles aille bien plus vite encore. Malgré les déflagrations, il fit un survol en balayant Yone, Livio et Aerlin dans un grand champ de dévastation que Runne pu esquivé de peu en bondissant au sol, des chocs sans cesse furent délivrés jusqu’à ce qu’Aerlin ne puisse commencer brusquement à faire jaillir des soins reluisant un peu partout pour que Yone et Livio se relèvent. En retour, le samouraï aux pétales roses fonça à toute vitesse vers la machine pendant un de ses survols, et avant d’être éparpillé en morceaux, les tirs de Livio passèrent autours de son camarade inattendu en fracassant les armements du Juggernaut, offrant la possibilité à Yone de trancher là où la machine était déjà dévastée dans une formidable explosion quand elle tomba plus loin explosé dans les montagnes. Pour qu’elle ne puisse pas faire beaucoup de mal, Namiko se défendait de l’approche de Marlithe en arrêtant les chocs de marteau répété de son bras transformé. Sorn avait bien tenté de faire disparaître le visage de l’avatar mécanique de sa bien-aimée. Celui ci fut en partie dévasté, frappant Sorn d’un coup de marteau en retour, mais elle ne pu pas faire grand-chose de plus quand le bouclier de Namiko le protégea de plus de coup. Elle repoussa le marteau, et malgré un grand coup reçu dans le plastron, elle pu tranché à son tour l’incarnation qui vint tomber en morceau au sol.

Finaen et moi luttions pendant ce temps avec Edmond directement, la rapière et l’énergie vermeille essayait de l’arrêté, mais il était trop puissant pour se laisser conditionner aisément – attrapant Finaen à la gorge, et l’explosant brutalement au sol, je parais la lame qui voulait achevé mon camarade pour trancher Edmond au ventre un instant avant qu’il ne fasse explosé mon épaulière avec un tir bien placé. Runne jaillit pour venir à notre aide, frappant sans cesse de sa lame pendant que Finaen au sol, le visage en sang, fit naître une chaîne foudroyante frappant partout autours d’Edmond pour que mon sabre puisse le tailler en pièce. Son dernier espoir fut de se saisir de Teclis, utilisant le cristal d’éthérite minuscule pour le corrompre, et infiltré Teclis même en risquant de le détruire, il ne pu en extirpé qu’un morceau : Le reste s’était activé. Sorn y ayant installé la clé permettant son usage, le Halo se transforma en d’innombrables outils technologiques dont ceux corrompu recouvrirent Edmond. Tandis que ceux pures vint à notre aide. Dans un dernier assaut coordonnés, tous frappèrent malgré ses tentatives de ripostes, les tirs de Livio se mêlant parfaitement à la lance d’Eloise et aux chocs terrestres d’Aerlin dans des chocs intenses permettant à mon sabre de frappé dans un éclair chutant avec ma lame. Il tira sur Eloise et me repoussa brutalement en me laissant au sol, blessée, tandis que Finaen montrait de sa lame un moyen de détruire son armure. Runne et Yone frappèrent ensemble de manière coordonnée peu après le choc de taureau de Namiko qui avait littéralement mit un coup de boule à Edmond en brisant son armure. Ce qui ouvrit le passage pour que Sorn tire brutalement au niveau du cœur même d’Edmond, achevant celui qui possédait les traits de son père définitivement, en le laissant choir au sol.

Les morceaux de Teclis s’extirpèrent de nous, partant s’installer contre Sorn auprès de son légitime légataire et le calme revint d’un coup dans les environs alors que les derniers drones frappés par la folie de Teclis, désormais éteinte, tombaient des cieux. Désactivés. La lueur bleuté de l’esprit du véritable père de Sorn, habitant la Clé de contrôle de Teclis, vint prendre un instant pour parler à son fils et au groupe en lui même. Marchant doucement pour récupéré un haut-parleur, il vient l’installer dans la main de Sorn en lui souriant d’un air paternel : A l’intérieur, dès qu’il fut allumé et l’esprit du père disparut, se fit entendre les battements du cœur de Marlithe qui quelque part en Ilsabard se trouvait encore en vie. Un jour, quand nous aurons à partir pour les terres de l’Empire, nous aurons l’espoir de retrouver Marlithe en vie. Mais pour l’instant, l’influence grandissante des Telophores devenait une gêne étendue jusqu’à cette affaire. Il nous faut réunir rapidement l’Aube Obscure pour traiter de ce que nous aurons à faire par la suite. Mais pour l’heure, notre prochaine objectif serait de se confronté à la Colère – Le prochain démon de l’héritage des Delatour. Laissant dernière nous Ala Ghiri que nous avons appris ses derniers semaines à tant aimé, afin de poursuivre notre voyage. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 305
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 18 avr. 2021, 11:58

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"La lignée maudite des Delatour."

Image
Cent-quarante-et-unième Entrée – « Acte 7 – Face à la fureur de la Haine.»
Image
« Avant de nous réunir pour traiter de la situation et des convocations de l’Alliance Eorzéenne depuis l’amplification de la menace des Tours de l’Apocalypse, après le rapport fait sur l’être qui voulait avoir une place auprès des Telophores, il convenait avant tout de mitigé la menace des démons de la page des invocations des Delatour. La famille reconstituée restait fébrile, et avant de pouvoir atteindre l’entité majeur qui avait provoqué la genèse de ses serviteurs, l’un de ses derniers laquais n’ayant pas encore été détruit était le porteur de la haine. Si il était détruit, tout nos efforts pourraient être concentrés dans le seul objectif de brisé définitivement Vermeille et de mettre fin aux actions de ses engeances maudites. La problématique était l’emplacement : En plus de me laisser particulièrement inquiète du devenir de Moutah Pontah installé dans les parages, la présence de la Tour de l’Apocalypse n’aiderait en rien puisque l’Alliance Eorzéenne avait ses forces dans les environs proches avant les domaines de subjugations. Mais les Kobolds eux quand ils n’étaient pas gênés par les hommes en noir, étaient tombés droit dans la niche du démon de la Haine. Il y aurait donc pas mal d’innocents à potentiellement libéré et à remettre entre les mains d’un purificateur surprenant nommé Vhan, installé au camp du guet. Et notre équipe fut réunie par Corvus pour nous débarrassé définitivement de la menace. Après les problèmes du projet Telcis, nombreux étaient trop épuisés pour agir, nous avons du agir en groupe réduit au nom de Corvus Vendex avec Runne, Teris & Vaule, et Finaen qui assureraient que les éléments prompts à défaire l’énergie du néant étaient plus que présents, en ne laissant que moi et Alaric pour protéger l’ensemble.

C’était une première mission officiellement auprès de l’Aube Obscure qui l’avait délivré de l’Empire, et il avait donc encore toutes ses preuves à faire à nos côtés. Quittant la sécurité du camp du guet pour partir vers la partie basse des ruines de Nym, loin de la chaumière de Moutah, le Maelstrom nous salua en nous prévenant de la situation. Quelques membres de la guilde des occultistes avaient déjà été mobilisés, et ils avaient même fait venir Malar pour essayer d’aider à la purification des œuvres de la Haine. Il fallait pouvoir expédier des corps cette soif de sang surtout vis à vis des Kobolds pour ne pas mettre à mal les relations avec les hommes bêtes. On ne peut pas dire que cela enchanta spécialement Teris & Vaule qui auraient préféré qu’il reste à la guilde, en sécurité, mais elles furent rapidement tout comme Finaen et Runne intrigués par les effets éthérés dans les environs. Au moins le temps était-il clément, une éclaircie agréable baignant la Noscea Extérieur dans des lueurs paisibles d’un soleil confortable. Bien qu’il fusse agréable de voyager, la pression due à l’affrontement d’un démon empêchait à tous de goûté comme il se doit de l’atmosphère paisible qui se faisait ressentir dans cette semblant de jungle qui nous séparait de notre cible.

Guettant ce qui pouvait être vide et mauvais dans les énergies locales, Alaric restaient prêts d’eux pendant que Finaen aidait parfois à déplacé quelques personnes pour les mettre en sécurité. Dans les environs, il y avait clairement une piste de cette présence nous menant droit vers les ruines, et il ne restait de résiduel notamment dans le cadavre d’un coeurl abandonné que cette trace d’énergie infâme. Il fallait néanmoins prendre garde, la proximité des corps éventrés étaient risqués puisqu’ils portaient la trace d’énergie du néant poussant les personnes à atteindre une folie sanguinaire inquiétante. Au moins des cadavres ne risquaient pas de naître des légions de démons, nous n’affronterions donc pas des armées d’adversaires mais uniquement des cibles atteintes de cette contamination furieuse, comme les deux kobolds que j’ai pu voir qu’un jeune soldat du Maelstrom ne semblait pas pouvoir maîtrisé en les observant quelque peu paniqué.

La parole servirait peu, je descendais d’un coup des hauteurs en écrasant la tête du premier par terre tout en envoyant un grand coup de pied dans le visage de l’autre pour les envoyés à terre. Sonnés par la soudaineté de l’intervention, j’avais crains frapper un peu fort, mais ils se contentèrent d’être attachés pour une purification rapide. C’est ainsi en nous débarrassant des cibles présentes que nous avons pu rejoindre les occultistes et Malar pour que nos compagnons prennent un instant pour parler de la situation. Finaen identifiait les environs, sous bonne garde d’Alaric qui gardait une main sur son épée en étudiant les occultistes dont le monde était bien loin de ce qu’il avait jadis apprit à Garlemald. De ce qu’il ressentait, il y avait clairement du saccage que nous observions depuis les hauteurs avec Runne pour vérifier si nous avions un objectif clair, mais il su visiblement que les cristaux maintenant ce qu’il reste de Nym en l’air intéressait particulièrement le démon. Plus que la Tour de l’Apocalypse visible au loin. C’était déjà ça, peut-être ? Tandis que Teris & Vaule purifiaient les environs pour rendre leurs lucidités aux occultistes, la fumée elle même apportait avec la contamination de la haine et essayait de nous faire tomber dans une folie furieuse. Décrochant mon respirateur, je me contentais de mon écharpe blanche pour respiré tandis que je mettais sur le nez de Runne le filtre pour qu’il ne soit pas affecté.

De ce qui fut visible, il y avait clairement un point de convergence où les silhouettes avaient tendance à se diriger avant de retourner s’entre-tuer avec moult brutalité, précisément là où il nous fallait nous rendre pour atteindre Haine. Bondissant avec Runne au sol d’un coup, prévenant concernant la fumée, l’effet purificateur de Teris & Vaule parviendrait de toute façons déjà bien efficacement à éloigné les afflictions mentales loin de nous. Finissant leurs préparations, nos compagnons nous ont rejoint afin de nous mettre en route en laissant Malar qui nous souhaitait bon courage pour nous débarrassé du démon. Désormais, ça n’était plus simplement de l’observation qui nous fallait pour atteindre notre cible. C’était aussi une détermination suffisante pour ne pas laisser la haine nous submerger et faire de nous nos propres ennemis en nous entre-tuant avec le reste des foules qui se battaient les unes contres les autres sans aucune raison.
Image
Avec nos quelques sécurités, traverser le passage dans la fumée n’était pas si difficile. Nous explorions la grandeur de ce qui se trouve sous les restes de Nym en observant la magnificence des cristaux figés dans les cieux en transportant les antiques ruines. Mais la fumée omniprésente donnait tout de même une vision gênante de silhouettes éloignées en pleins affrontements, et il y avait de tout. Des Eorzéens, des Kobolds, ils s’affrontaient pour les rares ayant été capturés afin de servir de bête de guerre à la haine prompt à se nourrir des massacres provoqués par les tueries de plus en plus violentes. Plus cela tarderait à l’abattre, plus il y à aurait des victimes, et j’ai bien peur que si nous étions là pour sauver des gens. Pour une bonne partie de ceux ayant déjà été prit dans la tornade de brutalité exagérée, nous serions là surtout pour les vengés j’en ai bien peur. Poursuivant en essayant de nous protéger mentalement le plus possible sous les lueurs purificatrices de Teris & Vaule, c’est en observant ce qui se trouvait devant nous que le doute s’est instillé face à la scène irréelle sur un chemin égaré entre des pierres donnant un effet tunnel droit vers notre cible. Ici, les Kobolds ne se battaient pas, ils récoltaient des fruits. Des sortes de fruits noirs étranges s’extirpant du lierre rouge qui poussait un peu partout dans la région – Et si j’avais été plus attentive, j’aurais compris que ce lierre n’était pas du tout naturel.

Ce temps d’hésitation fut à l’observation de ce que nous venions de découvrir d’inattendu, puisque chacun était déjà prêt à devoir se battre et frapper tout ceux qui s’opposeraient à nous. Sous le regard d’Alaric, qui veillait une main sur son sabre que personne ne risque d’être attaqué en fixant les Kobolds comme des proies en devenir, nos mages inspectaient les environs en essayant d’identifier les problèmes de tels manifestations et en travers de la présence des Kobolds. Mon erreur fut immédiate. Je saisis quelques fruits, et les tendait vers un très rare coeurl noir et rouge dont l’espèce était si peu présente dans les environs, il n’était peut-être pas nécessaire d’avoir à l’affronter en réalisant qu’il mangeait ce genre de fruit, jusqu’à ce que je constate que c’était justement la nature du problème. Ma main se mit à trembler d’un coup, sous l’intensité de la haine qui se mit à déferlé dans mon esprit en exigeant que je débute un véritable massacre.

Après l’étude des mages, les lierres naissaient des tueries des personnes prises par la haine en jaillissant du sang coulé, et les fruits poussaient sur les souvenirs égarés de leurs personnes en offrant leurs forces à la Haine. Et je venais d’en attraper dans ma main. Celle ci se serra en les explosant à l’intérieur de ma paume tout en serrant les dents, mais je ne pu m’échapper entièrement de cet effet que dans la lueur purificatrice que Finaen m’appliqua dessus ainsi que sur le Coeurl qui s’était éveillé et me fonçait rapidement dessus. Pour dévasté les lierres, Teris & Vaule avaient débuté leur purification dans des lueurs puissantes ce qui ne plu pas du tout aux kobolds qui s’empressaient d’essayer de les repoussés, et ce fut plus violent pour Runne quand il se joignit à elles en se prenant un bol servant à la récolte des fruits ainsi que plusieurs fruits dans une certaine confusion. Il fini par les repoussés, et ce fut quand les plantes rouges et les fruits disparurent qu’au lieu d’être prit par une frénésie nerveuse, les kobolds se mirent à paniqués et à fuir en toute vitesse vers l’intérieur des ruines profondes où devait se trouver le démon installé sous les lueurs lointaines de la tour de l’Apocalypse. Et nous avions épargnés le coeurl à notre grande surprise et réussite.

Dès que Finaen me rendit ma lucidité, j’esquivais à une seconde proche le coup de patte qui cherchait à me décapité dans un mouvement rapide qui m’aurait à un instant proche arraché le visage – ce qui rappelle que quelque soit l’expérience, un instant d’inattention peut-être mortel. Dans une lueur glaciale, Alaric se servit du Setsu pour givré le flanc de la bête d’un bon coup de lame, ayant aucune pitié à essayer de l’abattre tandis que je me permettais de tenter de lui fracasser le haut du crâne d’un grand coup de pommeau frappant quand un éclair tomba sur mon sabre pour donner l’impulsion. Ce genre de bête ne se laisse pas avoir si aisément, et elle nous assaillie en tenant les chocs. Tournoyante au dessus du coup de ses queues voulant me balayé, tout en décalant brusquement la patte du coeurl qui allait tailler Alaric en pièce pour essayer de le protéger dans un combat à l’unisson. Il esquiva sur le coup, et compris que nous avions pour rôle de l’arrêté plutôt que de l’abattre. Peut-être Gladys lui rappelait t’elle en tournoyant dans tout les sens, après que Finaen ne l’ait ramené loin des Kobolds qui avait essayé de la t aillé en pièce, la tourelle de son frère présente pour faire en sorte qu’Alaric soit rappelé à l’ordre si il se laissait aller.

Ses pattes gelées par Alaric, Finaen pu le purifier une fois qu’il sombra dans l’inconscience après un choc particulièrement fort au crâne là où ses écailles étaient abîmées. Dans son sommeil, il fut libéré des influences de la Haine par Finaen, mais nous étions loin d’avoir empêché que cela se reproduise dans peu de temps. Teris & Vaule ainsi que Runne finissaient de s’occuper des Kobolds, et observaient celui qui s’enfuyait. Nous observions les environs en attendant qu’ils nous rejoignent pour reprendre la route à travers la ruine. Plus loin, notre objectif se renforçait. Et il était temps de venir à sa rencontre pour nous débarrassé définitivement du Démon de la Haine des Delatour.
Image
Une fois l’équipe réunie, il ne fut pas bien difficile de suivre la piste du démon et de sa présence liée à la haine que nous observions avec Finaen. Car en plus d’être présente et inquiétante, il y avait potentiellement un kobold fonçant droit dans cette direction en agitant les bras dans tout les sens afin de rejoindre la position de son maître. Restant à l’affût, nous renforcions nos protections mentales pour ne pas être surpris par des effets de la Haine en risquant de devenir nos propres ennemis – à force d’avoir subi ce genre d’effet, nous y étions plus qu’attentif pour ne plus se retrouver à l’instant où Sorn tira dans le dos d’Ugumori il y à quelques temps de cela. Et ce qui fut découvert fut plutôt surprenant et témoignant que cette création n’était peut-être pas apparue si proche d’une tour pour rien. Haine se tenait sur les hauteurs, une silhouette fine et immonde d’une démon humanoïde mais si déformé quelle pouvait poussé à la crainte. Des grandes ailes décharnées étendues, abîmées, et un visage sans bouche ni yeux en ayant que des cornes sur le crâne. Sa couleur d’un rouge noir ressemblait à des flammes ondulantes, l’ensemble donnait l’impression d’un message : « Qui que vous soyez, quelque soit votre forme, la Haine peut régir vos pensées et faire de vous un esclave de la soif de sang. » Il nous contempla un instant – du moins semblait-il le faire, en laissant les kobolds serviles poursuivre leurs efforts : Ils déposaient des fruits encore et encore sur une sorte d’autel qui allait se servit de nombreuses composantes pour nourrir ce qui ressemblait à un cristal taillé pour ressembler au Primordial Titan.

Un des prêtres captifs était forcé à la prière, ce qui était particulièrement gênant à cause des effets des fruits et des deux jeunes coeurls attachés par le lierre rouge au sol qui semblaient se faire ponctionner leur sang. Quel qu’ait été l’influence des projets des Telophores, Haine avait peut-être un point commun avec leurs projets pour le service d’Arun Brakkar lui même. Ça n’était néanmoins pas de questions et de réponses dont nous avions besoin, mais d’acte, et nous sommes parti en vitesse pour nous débarrassé définitivement de ce rituel maudit. Utilisant mon grappin pour m’accrocher à un cristal sur les hauteurs, pour me propulser en avant au dessus des coeurls afin de retomber au niveau du bol de fruit, ma lame embrocha d’un coup le Kobold qui forçait le prêtre dans une cage à faire usage à sa façon de la prière envers Titan. Relevant ma lame dans un bruit sec, la scène du être particulièrement brutale pour l’esprit du jeune prêtre qui me hurla de ne pas lui faire du mal tandis que j’étais recouverte du sang d’un de ses tortionnaires, et il ne se fit pas prier pour répondre à mon ordre. Qui était de continuer ses prières, mais non plus conditionnée par la Haine, mais bien envers sa divinité.

J’ignorais comment résoudre la purification d’un rituel damné, et comptait sur mes camarades, mais en regardant derrière je constatais qu’ils avaient peut-être finalement été quelque peu prit par les effets de la haine mais dans un sens inverse. Absolument aucun d’entre eux ne s’étaient souciés en premier temps du rite, tous tellement portés sur l’idée de détruire Haine le plus vite possible comme si ses effets les avaient poussés à se focalisé plus que sur un seul ennemi. Bondissant d’un cristal à un autre, Alaric rejoint Runne à toute vitesse alors que le miqo’te s’était propulsé avec l’éther droit vers la pointe de sa rapière pour transpercer sa cible en même temps que le sabre tombait. Se mêlant à la glace d’Alaric, les piques de glaces propulsés par Teris & Vaule frappèrent en l’air alors que Finaen y mêlant ses efforts dans un effet de destruction dans les cieux. Levant lentement la tête, j’observais les effets de mes compagnons dans une profonde énergie reluisante essayant de se débarrassé de leurs proies, et ils durent s’entre-aider rapidement, notamment quand Runne bouscula Alaric avant qu’une lueur rougeoyante ne le percute. Il voulait corrompre nos compagnons en les blessant subitement avec ses sortes de traits de sang, mais surtout extirpé du leur l’énergie pour reprendre des forces qu’il venait de perdre. Tombant d’un coup en cendre, comme si nous l’avions vaincu, il réapparut au dessus du rituel et se met à se gorger de pouvoir en extirpant ce qu’il pouvait du rituel. Bondissant sur la cage après avoir du parer les assauts des kobolds en bas, arrêtant de mon sabre les cimeterres me tombant dessus depuis toutes les directions grâce à une technique de défense que j’enseigne en ce moment à Yone, le « Ciel dégagé », dès que j’ai eu l’ouverture j’ai pu atteindre la cage pour frapper le lien entre la Haine et la statue.

D’un coup, la statue de cristal de Titan devint d’une couleur ambre agréable et reluisante. Son influence s’étendit, et celle de la Haine s’échappa quand Finaen fit usage de lueur purificatrice mêlés aux vents tranchants fait pour fendre les lierres rouges qui retenaient les jeunes coeurls. Dès qu’ils reprit conscience, ils filèrent à toute vitesse retrouver leur parent qui devait encore reprendre des forces plus loin vers le sud où nous l’avions laissé inconsciente et purifiée. Perdant ses sources de pouvoir, malgré le panier de fruits qui restait, ils s’étaient tellement acharnés en détruisant une de ses ailes que nous avions une ouverture pour en finir définitivement. Runne débuta en le clouant brusquement au sol avec plusieurs piques de glaces le retenant par terre, criant qu’il fallait définitivement détruire cette chose et Teris & Vaule réagirent en essayant de congelé lentement tout le bas de son corps afin de le coincé – ou de s’en débarrassé comme elles pouvaient, c’est dire qu’elles ont une tendance à vouloir tout détruire quand il s’agit d’une entité démoniaque avec un acharnement important ! Seules, cela ne suffirait, et même ma frappe quand un éclair tomba sur ma lame ne laisserait qu’un passage lumineux en plein sur son torse. M’échappant en tournoyant sur le côté, propulsant mon sabre dans la main d’Alaric qui pu frapper des deux lames subitement là où j’avais frapper, en croix. Il frappa si forte une entité si tenace que son épée à lui se brisa en milles morceaux dans un choc puissant, mais la faille était présente.

Le bas du corps immobilisé et coincé par Runne, Finaen infiltré la lueur purificatrice des plus puissantes au cœur même de Haine en faisant naître dans ses entrailles une sorte de Lys blanc qui jaillit en le désagrégeant de l’intérieur. Soudainement, il disparut sous l’afflux de la purification, et lentement la fumée s’échappa. Nous avons pu contempler les environs magnifiques des ruines de Nym de nouveau sous toute sa splendeur, alors que les Kobolds reprenaient petit à petit leurs esprits. Il ne resterait plus qu’à retrouver et détruire Vermeille, le responsable de tout ça, le démon maudissant les Delatour ayant causé cette longue chasse au nom de l’Inquisiteur Maleterre d’Ishgard. Ainsi finiraient-ils sous le jugement de la Sainte-Cité : Détruit, banni à jamais. Mais pour l’heure, s’en remettant aux enquêtes de Corvus Vendex pour retrouver le démon, nous avions hélas bien d’autres choses à faire. Sous peu, l’Aube Obscure serait convoquée pour traiter de la situation et de notre implication auprès de ceux qui nous confient nos missions, l’Alliance Eorzéenne. De nouveau, nous étions attendu pour affronter une menace pour eux, mais sans savoir encore dans quoi nous allions être propulsés. Au milieu, hélas, de la guerre et du sang, là où les Amalj’aa font tout pour survivre à ceux qui souhaitent les asservir sous la lueur de la Tour de l’Apocalypse de Sagoli. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 305
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 21 avr. 2021, 12:42

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"La bataille de la grande prairie de Paglth’an."

Image
Cent-quarante-deuxième Entrée – « Acte 1 – L’assaut des serviteurs de l’Apocalypse.»
Image
« L’horreur de la guerre est quelque chose que je n’aurais pas voulu faire vivre à certains de mes compagnons. Ghimlyt fut déjà significative et jadis une épreuve mental pour moi et mes compagnons de l’Ordre du Faucon il y à des années de cela, maintenant, les serviteurs de l’Apocalypse apportaient la puissance de l’Empire jusqu’aux antiques terres Amalj’aa. Mais quand les rumeurs évoquaient que les Amalj’aa avec qui les Immortels tâchaient de créer enfin une solution de paix à une guerre qui durait trop longtemps, étaient assaillit jusqu’à même voir un primordial transformé dans les cieux, l’Alliance Eorzéenne se décida d’intervenir au plus vite. Nous nous préparions à l’aide des forces des Immortels pour empêché les enlèvements de la part des Telophores, une fois informés par Renahjj Boh notamment qui nous faisait relativement confiance depuis la chute de la Mort de Fer il n’y à pas si longtemps.

C’est ainsi qu’après une réunion de l’Aube Obscure, nous nous sommes rendu là où les conflits éclataient et l’Alliance à travers nos connaissances, pouvaient usés de nos talents. Vers la grande prairie de Paglth’an qui allait être témoin d’un conflit bien plus important que le notre. Petit à petit, le crépuscule tombait alors que nous étions au camp de base avec les Immortels de Dentelion et quelques Amalj’aa conscient de la raison de notre présence ici. Lentement, l’équipe s’est formée en laissant arrivé Teris&Vaule, Kyuuji nous offrant la sécurité et les soins nécessaires pour s’occuper de nos blessures, ainsi que pour l’instant N’lamahni et Sorn prompt à frapper fort avec des moyens moins magiques. Mais si Livio portait encore son autours de protecteur, il fut rejoint par un camarade de retour auprès de l’Aube pour ce combat en particulier, venu avec mon compagnon porter la pistolame pour que nous sortions d’ici tous en vie : Ika Rifter. Nous discutions de l’objectif fournis il y à peu par Dentelion, au sujet d’une sorte de foreuse magitek installée dans un autel ancien de Paglth’an à la recherche de quelque chose en particulier.

Les Telophores ayant amenés la machine, comme quelques autres installations, et notre participation à la bataille serait avant tout de la détruire pour empêcher qu’ils ne déchaînent quelque chose d’à ce moment là inconnu que nous avions jadis déjà appris à craindre lors d’une toute autre affaire. C’est pendant la discussion que le monde devint flammes et hurlements – Au loin, la silhouette de Luna-Bahamut tournoyait au dessus des campements Amalj’aa en provoquant déjà une grande dévastation quand les flammes tombèrent des cieux en frappant les masures des Amalj’aa tout en laissant le sol subitement trembler dans des grands grondements terrestres. Autours de nous, ce qui était calme et préparation devint en un claquement de doigt un enfer enflammé où tout éclatait subitement, envoyant des débris de métaux dans les cieux frappant un peu partout dans les environs. Plusieurs pauvres combattants qui voulaient défendre ce lieu furent happés en un instant comme si ils n’avaient jamais eu le mérite de vivre, les chocs se répétaient et les armes volantes magitek faisaient quelques passages en tirant ici et là dans des déferlantes rapides. Il était temps de se mettre rapidement en route pour rejoindre la bataille, droit vers la fameuse foreuse impériale, tout en commençant à traverser une ville noyée dans les flammes et la dévastation. Des bouts des maisons tombaient, Sorn après avoir reçu un mauvais tir quand sa jambe était coincée entre deux roches fendues, fit quand même de son mieux pour dégagé les blessés des ruines tandis que je coupais de mon sabre ce qui le gênait afin de récupéré les soldats au sol.

Utilisant leurs attractions, - en magie, je veux dire – Teris&Vaule attrapaient les blessés pour les menés en lieux sûr ainsi que vers Kyuuji qui, avec l’aide de N’lamahni, offrait déjà des soins en vitesse au milieu des flammes et de la dévastation tout en restant à couvert lors du passage des armes aériens tirant sur tout ce qu’elles voyaient, avant de recevoir la pleine violence des soldats de l’Alliance les dévastant comme ils pouvaient. Ika et Livio firent de même en progressant, si Ika se contentait surtout d’encourager et de relevé ceux simplement tombés en leur disant qu’ils peuvent poursuivre, Livio lui relayait les ordres en braillant des indications tout en agitant quelque peu son arme vers les armes aériennes. C’est au milieu du feu et du métal fracassé que nous avons du progressé en abandonnant les braises de la partie de la ville en pleine dévastation. Tous fonçaient vers l’intérieur de Paglth’an, et il était hors de question que nous rations une telle occasion. Pour ce faire, il fallait traverser une brèche montagneuse relativement étroite pour une force armée, où après s’être dégagés du chaos de la ville dont les reflets crépusculaires donnaient l’impression que le monde était noyés dans des flammes aux lumières rayonnantes sur la poussière et les cendres soulevés. Ika et Livio passant en premier, ils furent ainsi les premiers confrontés aux subjugués des Telophores.

Des soldats impériaux envoûtés amenés jusqu’ici pour servir l’intérêt de l’apocalypse en devenir. Ils n’avaient pas tant le choix, ils se contentaient de gémir en acclamant l’Empire tout en se fracassant contre nos protecteurs. Mais ils étaient terriblement gênant, puisqu’ils allaient nous empêcher de partir alors que tout s’écroulait – Depuis les hauteurs, un passage d’un coup du primordial contrôlé par les Telophores, laissa un sillage de dévastation qui détruisit les demeures des Amalj’aa et des pans de roches entiers qui nous tombaient dessus dans toutes la faille. Runne et Finaen se firent bloqués sur la route avant de pouvoir nous rejoindre, mais il fallait déjà ne pas se faire aplatir soudainement : Usant de capsule de glace, Livio aidait Teris&Vaule à étendre une grande couche glaciale pour arrêtés les chutes pendant que Kyuuji faisait en sorte que les vents nous portent et rendent nos mouvements bien plus agile encore. Progressant en vitesse, un Shuriken d’argent de N’lamahni percuta les adversaires d’Ika qui percutait quiconque les empêcheraient de sortir en esquivant les morceaux de décombres qui perçaient la glace.

Sorn attrapa Teris&Vaule, et se mit à courir avec pendant qu’elles se concentraient, balançant brusquement celles ci droit en avant quand des décombres leurs tombèrent dessus. Redressant Sorn en repoussant et tranchant ce qui était au dessus, tout en venant soutenir Kyuuji qui avait été méchamment percutés, nous avons pu sortir avec les forces de l’Alliance qui étaient avec nous pour tomber en plein hors du gouffre sur une terrible bataille. La foreuse était au loin, visible depuis les hauteurs où nous étions apparu tout en observant les combats violents entre les Télophores, qu’ils fussent des impériaux envoûtés ou des dragons sous le contrôle de l’ennemi, tous s’acharnaient pour triompher du combat qui mènerait les Amalj’aa à l’esclavage de la Tour de l’Apocalypse. Si Paglth’an était magnifique, pouvant à peine voir au loin les champs de blés d’or touchés par le soleil gracieux, la contemplation attendrait la fin de la bataille. Sous une puissante ruée, Ika mena la danse avec un Livio transformé sous la forme du tigre blanc orné par les foudres du Kami, riant en étant surpris de voir son camarade embrassé une telle forme en le surnommant le « Cœur foudroyant » par la suite ! Sans distinction, Kyuuji au cœur de la formation offrait des nombreuses protections tandis qu’en retour, Sorn se trouvait là pour le défendre des coups qui pouvait lui être portés en tirant vers ceux s’approchant. Si j’étais en train de trancher les adversaires écrasés par la foudre de Livio, N’lamahni était dans l’ombre d’Ika en frappant de ses dagues quiconque se trouvait trop proche.

Dans un puissant choc derrière nous, depuis la passe dévasté, Runne et Finaen furent littéralement éjectés et percutèrent le sol en amoindrissant les dégâts, rapidement protégés d’un bouclier et d’un sort de soin de Kyuuji pour qu’ils puissent nous rejoindre. Ainsi, nous retrouvant tous entier et réuni après avoir brisé la ligne des Telophores, il nous restait à atteindre notre objectif en débutant par une étrange installation Amalj’aa. Comme si ses derniers l’avaient installés pour les Télophores malgré leurs ambitions de transformer les hommes-bêtes en esclave. Et avant de pouvoir y réfléchir, en levant la tête, un Juggernaut aérien Impérial nous fonçait dessus. Mais nous n’aurions cette fois pas à levé le petit doigt pour nous défendre, puisque que quelque chose de bien plus puissant que nous s’en chargea en l’éjectant de sa route.
Image
Ce ne fut l’espace que d’un instant, mais nous étions en train de reprendre nos souffles alors que la bataille continuait un peu partout autours de nous, menés vers un emplacement où les forces alliés avaient déjà été repoussés par les serviteurs de l’apocalypse. Mais ce confortable instant nous permit d’admirer le déchaînement de pouvoir d’une lueur fantastique brisant la machine de guerre avant qu’elle ne s’effondre contre un pic rocheux. Bien entendu, comme je le fus, la plus part furent inquiet de voir l’immense dragon vert passé en rugissant dans les cieux, éparpillant quiconque osait se tenir sur son passage en cherchant à rallié les siens, mais nous avons vite compris que ce n’était pas une ennemie. Mais le pouvoir de l’antique entité dégageait une force qui impressionnait grandement Kyuuji, et par Halone, je l’étais aussi. Encore plus par l’Elezen aux cheveux d’argents qui était installé sur son dos. Ils passèrent dans les cieux et disparurent au loin de là, mais nous avions après cet instant de confusion qui en effraya plus d’un, encore malheureusement beaucoup à faire. Au moins renforcé par Runne et Finaen désormais à nos côtés, nous avons pu atteindre la position des Telophores qui s’étaient installés sur un surplomb entre un grand passage au milieu des champs de blés d’or pour un installé une sorte de monticule de terre où des tambours avaient été greffés. Ce n’était pas exactement de leurs faits, mais de ceux d’un groupe de dangereux parjures parmi les Amalj’aa qui se félicitaient de la venue des Télophores : Héritiers de la volonté de Sernajj Rah, les adeptes du Feu vengeur sur les hauteurs saluaient leurs libérateurs en les conjurant de menés la destruction totale sur Ul’dah. Ce qui avait du intéressé suffisamment une des têtes pensantes des Telophores pour qu’ils n’aient pas encore été subjugués.

Les tambours résonnaient autours de nous, évoquant là de bien sinistres souvenirs pour qui avait affronté l’alliance du feu vengeur il y à longtemps de cela désormais. Pour l’heure, il nous fallait intervenir au plus vite, et la plus par se trouvèrent une cible en vitesse pour fracassé nos opposants. Partant de front, Ika fonça pour balayé les impériaux au sol subitement dans une zone de destruction renforcée, envoyant s’écraser par terre les soldats dont l’un fut la cible de Runne : Utilisant ce que l’Alliance lui avait fourni, après des discussions quant à lequel d’entre nous se verrait confié au nom de l’Alliance une de ses entités. Le Porxie extirpa la subjugation malgré la fatigue que cela provoqua chez Runne, laissant un fantassin de l’Empire tombant sur les genoux, totalement confus et ne comprenant pas ce qu’il faisait ici et pourquoi. Tout le chaos autours de lui allait le laisser réfléchir à sa situation, tandis que sous la forme d’un tigre blanc Livio se rua subitement sur l’avant-garde magitek en l’écrasant lourdement au sol. Ce n’était là que le début d’un affrontement des plus violents, mais nos blessures étaient régulièrement guéries et nos corps protéger par les effets de Kyuuji qui aux blessures du dos d’Ika et du flan de Livio rendit vitalité afin qu’elles ne les gênent pas.

Dans des cris plein d’espoir, Runne essaya de résonné le jeune soldat impérial, qui se fit arraché sa Gunblade des mains quand Ika l’utilisa pour tirer à la tête d’un des subjugués avant que sa lame n’en empalé un autre. Tirant régulièrement, Sorn essayait au moins de bloqués les fantassins avec des chaînes pour faire en sorte qu’ils ne puissent pas forcément être tués, mais dans l’ardeur de la bataille, tous ne pouvaient pas être épargnés. Les mots de Runne ne furent pas vain, car avant qu’Ika ne soit décapité par un coup de griffe, le jeune soldat bondit dessus pour le mettre à terre. Les tambours éveillaient la malédiction de la Cendrevie, qui avait fait naître cette griffe de roche volcanique là où Livio ayant reprit sa forme avant détruit un des bras à l’avant-garde magitek. Mais sans le savoir, nous étions déjà sur le point d’en finir. Dans un puissant choc, N’lamahni fit explosé en grande partie le totem-torche Amalj’aa où une nuée de draconides volant se nourrissaient. Plus petits que le dragon de bonne taille que j’affrontais plus loin, esquivant avant tout ses attaques sans parvenir à trancher ses écailles. Et hors de leurs festins, ils fusèrent en l’air pour tournoyer dans les cieux avant de baigner N’lamahni, Teris&Vaule qui essayaient de détruire les tambours dans des grandes déflagrations, et Kyuuji qui s’occupait de guérir tout le monde. Ils purent tous échappés au déluge de flamme, et en retour, ils furent prit entre les tirs de Sorn dans des déflagrations en l’air, le choc foudroyant de Teris&Vaule les bloquant littéralement dans les cieux en des crépitements puissants, et une multitude de Shuriken convoqués par N’lamahni propulsés droit sur la créature de tête. Laissant les corps des draconiens choir au milieu du monticule rocheuse en bon nombre.

En guérissant tout le monde, que ça soit le soldat impérial qui protégea la vie d’Ika ou les Amalj’aa, Kyuuji avait grandement aidé Finaen sans s’y attendre – Il était parti en vitesse libéré les prisonniers condamnés à être tôt ou tard envoyé à la Tour de l’Apocalypse, et luttait contre les griffes d’emprisonnements magiteks tournoyant autours. La première cherchait à l’attraper, en vain, et fut écrasée par les lances des Amalj’aa tandis que Finaen la transperçait de part en part avec des piques terrestres. Et si il fut brutalement écrasé par la seconde, sonné, les soins lui permirent de se donner la force d’envoyer une chaîne d’éclair foudroyant les circuits de la griffe suffisamment longtemps pour que les Amalj’aa ne l’achève. L’un posant un doigt contre l’épaule de Finaen, comme si il avait été fier de se battre à ses côtés. Tous partirent combattre les traîtres du Feu Vengeur, mené par le Chaman Amalj’aa ayant laissé Teris&Vaule se servirent à leur guise de l’énergie résiduelle dans le brasero pour créer une tempête de flamme sous les pattes du dragon que je confrontais.

Nous avions littéralement eu un affrontement sans vainqueur, puisque aucun n’avait su blessé l’autre, mais cela tourna bien rapidement quand tout mes compagnons purent intervenir. Finaen me créant un espace dans une grande lueur foudroyante, Runne convoqué à son tour la foudre pour frapper la bête ce qui se mêla parfaitement au cristal de foudre envoyé par N’lamahni. Une telle intensité pouvait être captée, et Ika me cria avec N’lamahni de le tailler en pièce pendant qu’il permettait à Sorn de passé rapidement jusqu’à une étrange antenne relais magitek. Pendant que je fonçais en tranchant, ayant pratiquement coupé en deux le dragon, Sorn nous offrait quelque chose de très précieux : Du temps, en gâchant les moyens de l’ennemi. Il faussa les pistes, et la foreuse se mit à tailler dans la roche un peu partout bêtement sans savoir d’où il pourrait extirpé réellement la Cendrevie de la malédiction de Sernajj Rah. Mais ne se laissant pas aussi aisément faire, le dragon se laissa choir sur le monticule de roche volcanique que Livio venait de dévasté. Il ne trouverait pas de forces supplémentaires ici, malheureusement pour lui, grâce à choc de Livio ayant tout éparpillé. Mais le soucis étant qu’à la dernière lueur de sa vie, il chercha simplement à se faire éclaté en espérant emportant autant possible de nos compagnons. L’instant d’avant, Kyuuji intervint dans une lueur bénéfique qui tournoya autours de nous tous en des lueurs magnifiques pour nous protéger des chocs sans savoir que tout allait explosé un instant plus tard.

Il ne savait sûrement pas à quel point cela allait nous être utile, car tous se sont réuni afin de survivre à l’onde de choc sur le point de déferler en cherchant à nous emporter tous. Nous préparant à nous défendre contre ce qui allait nous tomber dessus dans un déferlement flamboyant, la clé pour y survivre allait simplement être dans le fait de ne pas se défendre seul. Mais de faire comme nous l’avions toujours faire jusque là : Comme une équipe de compagnons tenant les uns aux autres, et prêts à se battre pour vivre tous ensemble. La déflagration fut terrible. Elle envahie l’espace et tout hors des boucliers dressés par Runne, Finaen, et Teris&Vaule qui s’ajoutaient tous à la défense en angle du bouclier de Kyuuji, n’était plus que flammes tournoyantes à toutes vitesses comme si nous étions au cœur d’une météorite en pleine ruée. C’était aussi magnifique qu’effrayant, et j’avais tâché de mitigé le choc frontal en tranchant dans la déflagration même, ce qui fut ma contribution avant de me rendre auprès de N’lamahni complètement paniquée qui ne pouvait que contemplé le chaos sans rien pouvoir faire à son grand regret pour essayer d’arrêter la fureur adverse. Finalement, tout fini par s’éteindre, les chocs passés se brisèrent sur les défenses de Sorn usant de Teclis, et des boucliers individuels étendus par nos compagnons pistosabreur. Le jeune soldat impérial et les soldats inconscients et attachés avaient été protégés de peu, mais tout les corps avaient littéralement été réduit en cendre.
Image
Ainsi que le cadavre du dragon ne ressemblant plus qu’à un tas d’os noircit. Malgré la vision peu heureuse de l’être jadis majestueux qui fut corrompu et condamné à ce jour à finir en tas d’ossement calcinés, il fallait encore partir arrêté la foreuse active qui cassait tout dans tout les sens. Une fois notre souffle repris, quelques soins actifs pour nous mettre en position de départ, il était temps de descendre vers les champs de blés d’or où les combats acharnés nous empêchait d’atteindre facilement notre cible. Dentelion se battait avec acharnement auprès du Sir de Frilaix, un noble Ishgardais ayant fait promesse combattre ceux qui avaient mit le pied dans le Coerthas pour y mettre le désordre. Mais l’Alliance jugulaient simplement de leurs mieux les forces des Telophores le temps que ceux convoqués par leurs dirigeants advienne jusqu’à la cible principale qui les attendait plus proche de la Tour de l’Apocalypse. A la clé, pouvait enfin être découvert ce qui se tramait dans de tels créations maléfiques, et quant à nous, il nous fallait encore faire en sorte que ce qu’avait découvert Sorn ne puisse pas être utilisé par les Adeptes du Feu Vengeur cherchant à offrir plus de puissance alors à leurs propres esclavagistes.

La Cendrevie, la malédiction de Sernajj Rah et de sa promesse de vengeance envers Ul’dah, qui sommeillait encore depuis la chute de son dernier héritier, Urdhan Rah, vaincu lors de la bataille ayant arrêté jadis au nord de Paglth’an les guerriers déchaînés du Pacte du Feu vengeur. Fonçant en avant, nous avions à traverser des champs brûlant sous les projections furieuses des adeptes au milieu des subjugués des Telophores tournoyant régulièrement en vitesse depuis les airs pour y ajouter des souffles enflammés quand les dragons de petites tailles offraient propres méthodes de destruction sur les troupes Eorzéenne. Pour empêcher les flammes d’agir, Kyuuji fit en sorte d’extirpé littéralement les vents qui alimentaient le feu en coupant ce qui les nourrissaient, tandis que renforcé par Finaen, Runne en profitait pour s’en servir efficacement afin de balayé le passage pour nous ouvrir une voie. Si ses trois là risquaient en retour d’être malmenés, ils furent rapidement défendu par trois autre de nos compagnons. Bondissant devant lui en déviant une lance et en dévastant l’adepte parjure qui la tenait, Livio ne laissa de l’Amalj’aa qu’un visage dévasté s’écroulant lourdement au sol en se mettant entre Runne et les menaces. Et tandis qu’il était concentré à renforcé de nombreux effets, l’arme magitek qui descendaient du ciel vers Finaen fut balayée par un rayonnement puissant de Teris & Vaule tandis qu’elles se concentraient à rependre le givre autours de nous. Ce fut alors Sorn, qui resta devant Kyuuji pendant qu’il s’occupait à éteindre les flammes, prenant soin de la nature autant que nous ouvrant la route, balayant et encaisse les tirs avec une forme adapté de Teclis s’extirpant de lui.

Il ne restait qu’à avancé en vitesse au milieu du blé d’or, N’lamahni restant dans l’ombre d’Ika pour envoyer des couteaux tandis qu’il jouait purement le rôle de protecteur en créant des barrières, je fus finalement la seule mise à terre quand une griffe d’acier me lacéra la hanche et le dos. Tombant au sol, au milieu des combats, je roulais malgré tout sur le côté en levant mon sabre en attendant de voir celui qui se serait déclaré comme mon bourreau. Mais l’Amalj’aa à l’armure noire était déjà parti. Et comme je le crains encore, nous risquons de devoir affronter une nouvelle fois un des légataires de la Griffe d’Urdhan. Me relevant quand Finaen et Livio vinrent me chercher, leurs soins me permettant de tenir le plus possible et de reprendre le combat, nous quittions alors le blé d’or magnifique baigné par le crépuscule pour atteindre la paroi de roche où se trouvait la foreuse. Au loin de là, illuminé par le soleil couchant, les combats étaient sur le point de prendre fin alors que se jouait la confrontation final que les héritiers menaient. Mais tous se concentrèrent rapidement sur notre objectif avec l’intention d’en finir, surtout en voyant la mesure de notre adversaire. Bien qu’ils n’aient pas pu atteindre une source plus grandiose, la sorte de grande et fine avant-garde magitek était déjà recouverte en partie d’une couche de roche volcanique rayonnante d’un mauve très inquiétant, ressemblant à l’énergie du primordial détourné qui avait mené l’assaut de Paglth’an.

Il y avait quelque chose de différent, néanmoins, comme si la cendrevie s’était adaptée et renforcée par le biais du Seigneur des Enfers. Et nous étions encore loin de savoir que l’Alliance aurait à confronté un des néo-primordiaux d’elle même quand les héritiers quitteraient la grande prairie à la fin de leur combat. Le Telophore qui était responsable de la foreuse et de cette arme impériale détournée marchait, fier de ce qu’il venait de concevoir avec l’aide d’un puissant adepte de la malédiction de Sernajj Rah qui ressemblait hélas à un de ses prophètes que nous avions jadis affrontés. Mais peu envieux de le laisser fanfaronner trop longtemps, Livio se rua vers le Hyurogth en armure magitek sombre et portant une sorte de drapé noir dessus, engageant un combat acharné avec une hache de combat portant un canon d’une gunblade impériale.

Dans un balais martial, ils partageaient de nombreux coups, alors que tous étaient confrontés aux autres adversaires, jusqu’à ce que la griffe enflammée de Livio ne dévaste son armure de combat. En retour, le tir de céruleum propulsa Livio en arrière, une main sur le torse, dont la douleur s’estompait déjà doucement grâce aux soins de Kyuuji. Profitant de cette action, Teris&Vaule dévastèrent l’équipement magitek en le comprimant, le repoussant, offrant à Finaen toute joie de pouvoir passé sa lame en travers après avoir aveuglé le Telophore dans une lueur vermeille puissante. Transpercé en plein cœur, il murmura à ceux qui en vinrent à bout que l’Apocalypse était proche, et que nous ne pourrions l’arrêté, avant de s’effondrer lourdement au sol. Mort. Bondissant hors des ombres d’Ika, N’lamahni se rua dans le dos du Chaman pour le couvrir de nombreux coups de lames l’entaillant sans cesse brutalement, tandis qu’il était harcelé par les chaînes projetées par Sorn. Repoussant les entraves, en rugissant, il saisit Runne par le visage après un vilain coup de manche de rapière dans la nuque pour le faire dormir, avant de faire sauter une des sphères enflammés qu’il convoquait, laissant Runne fumant encore choir au sol, posant une patte dessus. Dans l’alarme de voir son compagnons à terre, Teris & Vaule tirèrent brusquement Runne avec un sort avec l’espoir de faire choir le Chaman qui s’était vu renforcé par de nombreux éléments de la Cendrevie, le corps recouvert de roches volcaniques mauves, rendant encore plus dangereuses sont incarnations.

Quand sa jambe fut taillée encore et encore par les vents tranchants de Runne, et paralysé comme il le fut par le sort de Finaen le maintenant en place, Teris & Vaule malgré la douleur mental de devoir usé du sort de déplacement face à la puissance qui maintenait Runne au sol, purent finalement le tirer de là en laissant une marque flamboyante sur le torse du miqo’te. En retour, les tirs de Gladys et Sorn finirent par venir à bout de la roche volcanique tandis qu’il était littéralement paralysé par des bras de golems l’attrapant, ceux convoqués par Kyuuji en pleine et intense concentration. Jusqu’à ce que de l’Amalj’aa, il ne reste qu’un Chaman inconscient attaché par de nombreuses chaînes, et l’espoir de pouvoir brisé sa Subjugation grâce au Porxie de Runne pour pouvoir l’interroger. La machine était la création la plus dangereuse, mais elle fut bloquée suffisamment de temps par Ika pour ne pas pouvoir se mêlé aux autres combats. La lame d’acier impérial se mêlait à la roche en fusion, repoussée par la pistolame d’Ika dans une déflagration puissante. Il tenait, et je venais de bondir pour trancher les roches projetés vers Kyuuji afin de le protégé peu de temps après qu’il ait pu me guérir. M’indiquant de poursuivre l’assaut, car tel était mon rôle avant tout, il fit usage de cette énergie pour préservé les soins et les protections sur nos compagnons, tout en faisant naitre ses fameux bras de golems blancs attrapant nos adversaires.

C’est quand Livio sorti de nulles part en travers les ruines, frappant le flanc de la machine dans une puissante dévastation avant de recevoir un revers l’envoyant au sol, que nous avions notre ouverture. Le Shuriken lumineux de N’lamahni frappant dans son dos, Ika et moi tranchions au même temps à l’opposé en coupant littéralement l’arme magitek en deux, s’effondrant brutalement au sol. L’influence de la Cendrevie pu s’éteindre, et au loin, le combat mené par les héritiers était déjà terminé depuis quelques instants. Les combats cessaient un peu partout, sur les zones libérés de Paglth’an où l’Alliance et les Amalj’aa étaient désormais plus qu’une faction face aux serviteurs de l’Apocalypse. Tandis que certains rentraient chez eux, retrouver un repos bien mérité, nous installions avec le capitaine Dentelion le campement qui nous permettrait de pouvoir le combat avec les adversaires restant dans la grande prairie de Paglth’an. Il nous fallait encore repoussé les Telophores survivant, tout en découvrant qui était derrière la tentative de faire renaître la malédiction de la Cendrevie au pire moment. Une longue semaine sur ce front de bataille nous attendait. Mais nous la subirions ensemble. Avec nos compagnons de l’Aube Obscure. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 305
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 23 avr. 2021, 14:16

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"La bataille de la grande prairie de Paglth’an."

Image
Cent-quarante-troisième Entrée – « Acte 2 – Dans la gueule d’une Tarasque.»
Image
« Les premiers jours au camp de bataille ne fut pas des plus joyeux. Maintenant que le plus gros enjeux à été réglé, nombreux furent ceux qui sont parti, et beaucoup d’autres encore restes pour combattre les menaces encore présente à cause des Telophores. La problématique concernant les néo-primordiaux gène particulièrement les officiers en charge, mais l’Alliance semble pour l’instant garder la situation stable. Ce qui le serait beaucoup moins, si certains adversaires parviennent à accomplir rites et maléfices, jusqu’à ce qu’ils reviennent en force. Ainsi, notre rôle était désormais de détruire tout ce qui pouvait s’appliquer à la renaissance de la Cendrevie directement à Paglth’an, et les Amalj’aa nous y aiderait pour que cette hérésie n’ait pas à faire réapparaître les légendes de Sernajj Rah et de son défunt fils. Au moins n’avions nous pas la problématique de nous opposé à une légende sacrée, puisqu’ils étaient conscient que cette nouvelle union naissante avec ceux qu’ils ont affrontés depuis si longtemps ne pouvait que fleurir dans de tels intentions. Quel ironie, après m’être battue pour affrontés les Amalj’aa, me voilà à tout faire pour que nous puissions rester alliés. En l’heure, nous n’avions pas le responsable direct de la tentative d’offrir la Cendrevie aux Telophores, mais avec l’Amalj’aa captif et dont la subjugation avait été brisée par Runne, nous avions été informé de leur meilleure arme. Quelque part, en Paglth’an, une bête dont nous ne savions encore rien sommeillait sous la terre après avoir été apportée ici par les moyens des Telophores. Notre objectif était de la détruire avant qu’elle n’assaille l’Alliance, et de prendre ainsi l’initiative sur l’ennemi en vitesse.

Toutefois, depuis les hauteurs, les Telophores guettaient les mouvements à venir et étaient habitués aux confrontations des derniers jours. Ainsi, quand nous fûmes réunit pour partir, ils tentèrent le tout pour le tout afin de nous empêcher de mettre la main sur leur bête de guerre. C’était alors que nous discutions au camp retranché de Dentelion qui jusque là avait tenu bon lors des différents problèmes. Tous s’étaient réuni plutôt rapidement, mais nous n’avions pas eu le temps d’établir un briefing construit dues aux explosions environnantes. Pour nous protéger, Ika serait en première ligne bien qu’il aurait eu dans l’intensité des combats, bien eu besoin d’un peu d’aide ! Pour s’occuper de nos soins, Kyuuji avait à faire, mais Aerlin était venu nous retrouver sur le front dans une magnifique armure blanche dont les écailles le protégerait des coups trop violent. Runne et Finaen assureraient un apport magique important, directement sur place à nos côtés cette fois, ce fut pour se charger des tirs en puissance que nous avons eu notre lot d’experts en armements avec Sorn et Corvus Vendex venu en urgence rejoindre le front. Livio était occupé avec une autre bataille sous demande des officiers présent, ce qui lui donnait une bonne responsabilité, et nous aurions donc son père pour prendre le relais cette fois.

Les chocs autours de nous se répétaient, et en disant rapidement que notre cible était une grosse bête monstrueuse, tous prirent acte et nous avons directement bondit des rochers nous séparant de l’herbe dorée pour filer droit vers la porte et la passe menant à notre objectif. Dans les cieux, un dragon des Telophores passa en explosant une tour dans les hauteurs rocheuses au passage en une forte déflagration. Une pluie de flammes et de métaux nous tomba alors dessus, largement retenue par le dôme lumineuse de protection d’Aerlin et soutenu par Ika qui propulsait des boucliers ici et là. Peu de temps avant qu’un draconien subjugué ne sorte du sol pour s’écraser sur Runne en bousculant Ika, les deux achevant rapidement la bête alors que le pistosabreur aidait Runne à se relevé rapidement. De partout, des subjugués survivant de la bataille ayant mené à l’Alliance des Amalj’aa, fusaient pour assaillir nos forces en hurlant à l’honneur de Garlemald. La porte ne resta pas close bien longtemps. Le Chaman de la Ligue des Cendres que nous connaissions bien était en train de tout faire pour tenir la porte en voulant la soulevé, mais des tireurs parvinrent sur les hauteurs en cherchant à l’abattre. Ceux ci furent prit dans les coups de vents de Runne ainsi que dans les tirs de Corvus en laissant plusieurs choir au sol, malgré la puissante déflagration d’un Signifer subjugué qui détonna au milieu de nous. Une levée de pierre soulevant le portail, Finaen avait définitivement pu ouvrir l’accès en laissant Sorn passé à travers en tirant quelque fois de plus pour dégagé la route, peu après avoir épargné à Aerlin de se prendre un amas de roche volcanique dans la tête. Une fois l’accès découvert, nous laissions les forces en présence le soin de repoussé et retenir les Télophores pour partir en vitesse droit vers les enclos.

Quelque chose venait de se passé au loin, que nous allions découvrir par la suite. Alors que nous progressions dans un tunnel étroit, rempli d’ossement, de cages et autres déchets abandonnés sur la route, des Amalj’aa se sacrifiaient pour libérés les bêtes avant que les telophores ne s’en servent. Ainsi, paniquée, une nuée grandiose d’animaux qui étaient l’instant d’avant enfermés se ruaient vers nous dans un brouhaha impressionnant. Sous le cri de Runne, tous foncèrent à gauche sauf Aerlin dans la panique qui vient s’installer à droite en faisant naître quelques piques de roches. Venant le récupéré, Gladys – La Tourelle de Sorn, fit voler quelques instants notre élémentaliste qui en profita pour essayer de nous envoyer diverses protections afin de tenir, ce qui n’était pas gagné. Ika nous avait offert du temps en balayant la première ligne de la ruée, tous se tombaient dessus en essayant de fuir en roulant dans tout les sens, pendant que Sorn creusait un peu la roche afin de s’installer dans une alcôve close par des murs de glaces et l’énergie magitek de la barrière à Corvus. Tant appliqué à survivre à la ruée, nous n’avions pas fait suffisamment attention aux subjugués parmi les créatures fuyant, et si j’avais pu décapité la première à nous bondir dessus, les suivants bondir au dessus du mur de glace en claquant des dents, se fracassant dessus jusqu’à ce qu’il cède. Installés tout en avant, Runne et Ika furent projetés dans la foule et purent se relevés au dessus des bêtes, bondissant pour rouler au sol et finir hors de la masse. Une bête projetée par un mouvement brusque s’écrasa sur Finaen et Sorn, les écrasant au fond de l’alcôve jusqu’à ce qu’ils puissent retirer le draconide stupide qui agitait ses pattes de manière un peu aléatoire, sonné qu’il fut. Pour ma part, j’avais été propulsée et je bondissais d’une bête à une autre, jusqu’à en recevoir une qui faillit me faire disparaître dans la foule comme un Amalj’aa qui avait été piétiné à mort sous nos yeux.

Une fois le passage des bêtes achevés, disparaissant au lointains en laissant celles qui avaient été balancés au sol se relevés lentement, confuses. Nous avons pu tailler en pièce rapidement les subjugués avant de poursuivre, quelques soins nécessaire pour se remettre de l’afflux brutal de ce qui s’était déroulé sous nos yeux. Mais le combat venait à peine en réalité de commencer, et alors que nous traversions la passe censée inaccessible, nous étions tombés dès lors au milieu des violents combats qui nous empêchaient de rejoindre les enclos aux bêtes de Paglth’an. Là où la bête devait être transformée par la Cendrevie, quoi que ce puisse être. Malgré que le feu soit arraché par les cris et les combats, et le sol tout aussi confus, c’est en groupe que nous progressions sous couvert des tirs de Corvus qui usa de son grappin pour arriver en hauteur sur une roche, tirant sur ceux qui nous barraient la route. C’était là le cœur d’une bataille, que découvrait notamment Aerlin, tandis que nous nous infiltrions dans la masse pour progresser notre cible – J’accompagnais Runne qui se chargeait de bloqué des dragonnets en espérant pouvoir les sauvés plus tard, ainsi que quelques autres, mais je ne pouvais pas me permettre de ne pas frapper pour tuer. Ceux qui approchaient été fendu par ma lame, et nous progressions dès lors en tête en rejoignant Ika en accompagnant comme nous le pouvions Aerlin qui se chargeait d’un mage un peu plus loin. Sorn, dans une stratégie audacieuse de se faire passé pour un Impérial, avant de tirer à la tête d’un des Telophores, parvint à nous rejoindre en faisant hurler le canon de son fusil.

Ce combat allait s’achever une scène qui choqua son responsable. Mais qui était bien l’incarnation de l’horreur de la guerre. Ika était comme vous vous en doutez à la tête de notre percée, mais il avait trouvé une adversaire inattendue à sa hauteur. Une aventurière, qui avait du être subjuguée en s’approchant trop de la Tour de l’Apocalypse, une de ses héroïnes en devenir portant une pistolame comme lui et partageant de nombreux coups l’un contre l’autre. Les chocs des armes luttaient, en des puissantes déflagrations, alors qu’Ika ne s’arrêta pas pour la combattre. Il ne voulait pas la tuer, et il préféra foncer avec celle ci derrière jusqu’à ce qu’elle disparaisse. Non loin de là, Aerlin avait repéré la faucheuse magitek qui allait tirer sur Livio. Les vents contrôlant le Signifer qu’il combattait, il fut brutalement déplacé ce dernier après un intense duel de magie où les éléments se frappèrent, droit devant la gueule de l’arme. Le tir explosa, et fit sauté en grande partie la faucheuse que Corvus achevé d’une grenade foudroyante, et du corps de son adversaire, Aerlin n’en laissa que des cendres et un souvenir. Sortir là tête de la confrontation pendant quelques instants fut une félicitée.
Image
Nous marchions au milieu des décombres dévastés en observant, contemplant les environs tout en s’imprégnant des sonorités des combats menés partout autours de nous. Il ne restait que des cadavres des bêtes n’ayant pas pu s’enfuir, des cages dévastés et certaines créatures recroquevillés au fond des rares qui n’avaient pas encore été ouvertes. On ressentait tout le poids du chaos qui imprégnait les environs, de la malchance et du malheurs qui s’était abattu sur ce domaine jadis que Renahjj Boh avait du tant aimé pour s’occuper de ses draconides, qu’il tachait maintenant de retenir au loin alors qu’ils étaient prit de panique intense du à quelque chose que nous avions encore à découvrir. Quittant lentement les espaces aux colifichets d’os et autres bijoux tombant des décombres de masures faites en métal dévasté, c’est bien rapidement que nous nous sommes retrouvés au centre du camp d’élevage où les combats étaient simplement déchaînés.

Le Capitaine Dentelion avait mené Livio et ses hommes droit vers le camp en passant de l’autre côté, et la tenaille s’était brisée sur les défenses des Telophores menés par un de ses hommes en noir, un Miqo’te en armure magitek avec des pans de tissus noir installé tranquillement sur un hexadrone de combat. Il y avait toute une préparation pour créer des tas de viande, et les balancés dans une sorte de trou, mais ce qui m’inspirait le moins était une sorte de torche Amalj’aa déformée ressemblant un peu plus à ce que pouvait être la Tour de l’Apocalypse. Sous la présence du néo-primordial qui devait être présent quelque part, affrontés par l’Alliance, la torche ne cessait de passé du rouge au mauve, et c’est ce qui motiva l’inquiétude de Runne et Aerlin quand ils se dirigèrent rapidement vers celle ci. Observant les dragons mineurs qui s’élevaient à deux dans les cieux, avant de retomber vers nous, un véritable déluge de tir frappèrent les deux bêtes en essayant d’arrêter la charge qu’ils avaient entreprit. Sorn et Corvux ne cessèrent de faire pleuvoir des minutions de céruleum dans des tracés de lumières, qui ne purent que les massacrés quand Finaen les figea un instant en les empalant avec des piques terrestres en prenant leur vitesse comme ennemie de leur déplacement. Finalement, l’un s’écrasa mort quand ses ailes furent dévastés par Corvus, en plein dans la ligne adversaire, et l’autre voulu se faire mourir en plein contre Sorn et Finaen qui s’esquivèrent aussi tôt la manœuvre d’un mouvement rapide et efficace. Ne lui épargnant rien, Sorn envoya une grenade dans la dépouille pour s’assurer qu’elle resterait bien et définitivement morte pendant que Finaen fonça s’occuper d’une bien étrange épine un peu plus loin. Ce qui allait tout changer, je le crains, dans la situation. Mais pour l’heure, nous n’y étions pas encore !

Répondant à l’agression d’Aerlin, qui fit jaillir des piques rocheux droit contre la torche, celle ci fut grandement affaiblie par l’impact et commença à choir. Heureusement pour lui, le rayonnement de la subjugation frappa Runne qui se mit devant Aerlin, qui ne pu voir les yeux de Runne d’une lueur mauve qu’un bref instant avant qu’un éclat ne dissipe l’ensemble, son immunité l’empêchant d’être affecté. Utilisant le Porxie pour canalisé l’énergie droit vers le faisceau qui risquait de frapper encore, il se retrouva confronté à cette énergie en deux rayonnement s’opposant essayant d’un de prendre le pas sur l’autre. En une lueur blanche, des feuillages apparaissant et tournoyant au souvenir de l’arbre blanc, Aerlin vint apporter son soutiens à Runne pour qu’une énergie grandiose puisse frapper la hauteur de la torche. Celle ci s’illumina brièvement, et ils purent ensemble renvoyer toutes cette force peu avant l’explosion de la torche maudite droit vers le groupe d’aventurier que j’affrontais. Ils étaient les compagnons de la pistosabreuse que Ika avait rencontré et affronté. Toute une équipe de quatre de gens qui comme nous avaient été volontaires mais s’était bien trop approchés de la Tour de l’Apocalypse et avaient tous fini dans ce triste état. Je m’étais jointe au combat d’Ika contre l’Hexadrone, ce dernier avait été repoussé par le bouclier lumineux autours du miqo’te et de la machine, mais le faire disparaître m’avait permit de trancher en bonne partie la machinerie impériale et son porteur. Mais les aventuriers subjugués s’étaient rués vers moi, je devais tournoyer en arrêtant plusieurs frappes, esquivés des coups de justesses. Il n’étaient pas des plus faibles, et à quatre, c’était encore plus difficile de ne pas être atteinte en parant, déviant, esquivant les coups. Je retiens mon sabre à un instant de massacrer le visage de la Hyuroise d’un coup de katana, habituellement je n’ai aucune retenue face à mes ennemis, mais je me souviens comme mes camarades désiraient tout faire pour les sauvés.

Et alors que Sorn les attachaient avec des chaines projetés par le canon de son arme, la lueur puissante de la subjugation s’échappa quand Runne et Aerlin orientèrent la force de la tour sur eux. En profitant, je pu frapper l’Hexadrone pour le clouer au sol dès qu’Ika, blessé, déchaîna une zone de destruction terriblement puissante en plein sur la machine de guerre impériale. Elle explosa soudainement en morceaux volants dans tout les sens, le Miqo’te massacré au passage, ne laissant que des décombres dans son sillage. Le coup en avait fissuré le sol, qui bougeait étrangement un peu, mais nous étions sur le point de découvrir que ça n’était pas tant de sa faute, que de ce qui se trouvait en dessous. Corvus avait échappé à de nombreux tirs et autres projectiles enflammés lui fonçant dessus, et avait offert à Finaen une ouverture avec une croix céruléenne projetée par sa lame droit contre les Amalj’aa serviteur de l’héritage de Sernajj Rah, les traîtres et parjures tant détestés.

Ainsi, plantant sa lame dans le pique de rocheuse volcaniques, celle ci s’effondrant quand ce qu’il y avait en dessous retourna rapidement sous le sol, et se mit à errer à l’intérieur de la terre. Le sol se fragmentait, et tout autours de nous, tout éclatait alors que les survivants Amalj’aa déchaînèrent la fureur des enfers sous nos pieds. Tout éclatait, la terre était déplacée, sans dessus-dessous alors qu’elle avait déjà été particulièrement agitée alors que ce qui était sous terre s’était installé. Tout le monde tentait de protéger les leurs, Aerlin et Corvus se concentrant sur ceux autours d’eux dans des boucliers de protections, l’un d’une nature magique et l’autre technologique, tandis que Runne autours d’eux gelait le sol pour qu’il cesse d’exploser aussi fortement. Cela n’empêcha pas Finaen d’être projeté dans les airs brusquement alors qu’il faisait naitre des protections un peu partout, levant des murs de pierres, avant d’être ironiquement projeté vers celui levé par Aerlin qu’il traversa lourdement avant de s’effondrer au sol à côté du médecin. En fanfaronnant, l’usage du Teclis ne fut pas suffisant pour que Sorn ne morde pas la poussière à son tour, mais c’est là que la coopération et le soutiens avait de nouveau porter ses fruits. Les aventuriers prirent rapidement soin de Sorn qui les avaient protégé, un jeune élémentaliste Elezen débutant les soins d’urgences pendant que non loin de là, je protégeais Ika. Il était en piteuse état, et cumulait déjà beaucoup les dégâts reçu. Épuisé en plantant sa lame au sol, levant des barrières, je m’étais mises en position pour le protéger lui et seulement lui. Ma lame trancha les pierres volcaniques qui fusaient dessus, n’en laissant passer aucun alors que les protections de Runne, Finaen et Sorn avaient empêchés que trop n’arrivent. Nous redressant tous lentement, la poussière retombait avec que le sol avait été complètement saccagé.

Le coupable était précisément notre proie, et il nous fallait désormais le retrouver pour arrêté cette bête immonde. Les soins furent nécessaires un bref instant, alors que je mettais des bandages imprégnés que Aerlin renforça avec un peu de magie et de l’extrait de sève de treant. C’était douloureux, mais ça guérirait encore mieux ses blessures, l’aidant à marcher en tenant son bras. Nous avions tout l’air des compagnons au milieu du champs de bataille, me rappelant bien des souvenirs de guerre. Et notre combat n’était pas encore, hélas, terminé. Dans les hauteurs, plusieurs affrontements poursuivaient. Un pylône d’acier chuta entre deux passage d’un ravin avant d’être investit par les Amalj’aa qui se ruaient à la rencontre des Telophores. C’était des visions de batailles réconfortantes donnant l’impression que tout nos alliés étant actif, nous avions l’espoir de faire taire les Telophores un jour de plus jusqu’à de notre part, atteindre le responsable de la tentative d’éveil de la Cendrevie. Malmenés, fatigués, mais déterminés, nous marchions à travers les champs de ruines où quelques soldats de Dentelion couraient à la rencontre des survivants pour les sortir de là, ou de ceux des Telophores pour les empêchés de nuire plus longtemps alors. Nous n’observions pas de menace environnante un premier temps, jusqu’à ce que le portail d’acier gardé par les serviteurs de l’héritage de Sernajj Rah se dévoilent lentement. Le repos, - relatif, puisqu’il était fait en marchant, allait être de courte durée et nous en avions profité pour reprendre des réserves d’énergies, même Aerlin ayant vidé une fiole d’éther afin d’avoir les forces suffisantes pour en finir avec l’adversité.
Image
Passant outre les conflits autours de nous, tous furent focalisés sur l’adversité présente juste en face de nous, et Corvus bondit vers les hauteurs pour nous offrir la couverture nécessaire afin que les archers parjures ne soient pas un problème. Il envoyait des coups de crosses, des coups de pieds, tout ce qui pouvait lui permettre de repoussés ceux trop proche après avoir envoyer une sphère explosif dans un tas d’ennemi, mais ils n’allaient pas rester sans réagir. L’un prit son poignard, et tenta de le loger dans le cœur de notre allié après avoir blessé son épaule. Retenant le poignet de l’Amalj’aa comme il pouvait, en serrant les dents, Finaen réagit aussi tôt en envoyant une déferlante foudroyante en plein dans l’Amalj’aa ce qui le fracassa lourdement contre la paroi de pierre avant de choir carbonisé, continuant de produire la foudre dans les environs afin que nos ennemis soient balayés. Hélas, plusieurs avaient eu le temps de nous tirer dessus, mais Aerlin veillait. Les vents convoqués détournaient les énormes projectiles des archers Amalj’aa, qui étaient imprégnés par la roche volcanique de la Cendrevie rendant leurs flèches plus dangereuses encore. Il continuait encore et encore de les déviés, jusqu’à ce qu’une parvienne à glissé contre sa hanche en lui laissant une blessure qu’il du traité rapidement.

Au milieu de la poussière, des troubles des chocs et des mouvements éparpillés partout, il y avait de quoi se rendre alors compte que nous étions vraiment sur un champ de bataille. Mais il fut décidé que la porte ne serait pas un problème – Gladys fonçant en libérant plusieurs explosifs sur cette dernière, les déflagrations furent terrible en soulevant un panache de fumée noire mêlés à la terre fracassée volant dans tout les sens, et si ce fut puissant, ça n’était pas encore suffisant. Ne pouvant pas foncer à toute vitesse se battre contre ses adversaires, Ika limita son mouvement pour traverser la fumée et fracasser sa pistolame dans la porte abîmée dont les gonds avaient été congelés par Runne. Fragilisés, ils ne purent pas tenir avec l’état misérable de la porte un choc supplémentaire, et la puissance du coup porté par une cartouche résonna en échos en propulsant les deux pans de métaux plus loin au sol, dans un bruit de glace brisée quand les gonds se fracturèrent aussi-tôt. Les Amalj’aa voulurent s’en prendre en vitesse à Ika pour le punir de son action, mais ça ne se passerait pas sous ma garde, et alors qu’il repoussait une lance, je profitais de mon placement pour placer seulement deux coups de sabres. Ce qui permit à deux têtes de choir au sol, soigneusement découpées.

Tous purent se retrouvés, et les survivants furent laissés aux forces de l’Alliance et aux Amalj’aa de Paglth’an de livré combat contre leurs traîtres, pendant que nous étions en pleine ascension d’une colline hérissée de pointes de terres et de métaux. Quelques habitations se trouvaient au dessus, dévastés par les conflits, mais c’est en bas que nous attendait l’éleveur du Feu Vengeur. C’était l’Amalj’aa aux chaînes que Corvus avait voulu apparaître d’une croix de céruleum, et il nous raillait en hurlant que tout ce que nous nous préparions à faire et à accomplir serait vain face à l’Apocalypse venant. Qu’au bout de la route, il ne resterait pour nous que la mort. Runne voulu lui répondre, les autres en profitaient pour se reposer et remettre en place leur équipement afin de se préparer certainement à l’affronter lui et la bête qui devait se trouver non loin désormais, mais elle ne nous donnerait pas la peine de devoir abattre le maître esclavagiste de nous même.

Gênée par les rugissements et la magie autours de lui, une énorme tête s’extirpa du sol en ouvrant grand sa gueule, ses dents claquants en avalant l’Amalj’aa au passage dans un hurlement qui s’acheva soudainement en un craquement sinistre. La colline entière se mit en mouvement, faisant choir la bâtisse installée dessus, ainsi que toute la poussière et le sable qui y résidait. Lentement, les écailles rouges se dévoilèrent, mêlés à quelques roches volcaniques de la Cendrevie qui avait commencer à essayer de s’installer au cœur du Dragon qui avait été maintenu en stase le temps de parvenir à le renforcer par la Cendrevie. Nous tenions pour la plus part sur sa carapace, mais plusieurs chutèrent juste devant sa gueule énorme avant qu’il n’émette un puissant rugissement en levant la tête, comme un grondement de la terre elle même. Un dragon Dravanien amené par les Telophores, du type de la Tarasque de l’avant-pays. Celui ci semblait plus jeune, moins immense, mais toujours aussi problématique au vue de sa taille et de sa force. Nous étions restés seulement avec Corvus qui s’était accroché avec son grappin, et Finaen tenant grâce à sa magie, alors que le reste du groupe avait chuté en bas. Bien désireuse de s’en faire un repas, elle fit descendre son énorme tête vers Runne en ouvrant la gueule, mais la grenade explosive de Sorn fit naître un halo d’un blanc puissant qui l’aveugla et la fit dévoré une pierre à côté à la place. Permettant à ce que la protection de pierre élevé à urgence par Aerlin se brise sans pour autant l’atteindre lui en dessous. Les dégâts furent alors grandement mitigés, bien qu’Ika en dévastant l’autre patte à l’opposé de celle de que Runne avait taillé avec les vents violents, fut balancé au sol quand la Tarasque souleva sa patte pour l’écraser au sol dans une onde de choc qui envoya le pistosabreur par terre.

Sur sa nuque, Corvus avait tiré deux cartouches anti-blindages réservés normalement aux plaques d’aciers impériales. L’ouverture permit à Finaen d’y logé sa rapière, et les effets de magies se déversèrent depuis la pointe en abîmant le corps entier sous cette carapace de la bête immense. Et tandis qu’elle projetait une grande panache de vapeur qui ejecta Finaen de son dos avant qu’il ne tombe sur le sol proche d’Aerlin, Corvus pu s’écraser contre la carapace en parvenant à évité de s’écrouler plus fortement ailleurs. Et il me fit faire un grand trou dans la carapace en enchaînant plusieurs techniques de sabres, laissant à l’air un passage vers sa peau plus fragile et ses organes, tout en tenant le coup pour rester debout sur son dos en mouvement. Blessé, Ika ne pouvait pour l’instant pas faire grand-chose de plus que levé son arme et projeté une Aurore vers Finaen afin qu’il se reprenne. Venant s’installer entre lui et les menaces, Aerlin empêcha Ika de recevoir le moindre choc quitte à prendre un amas de pierre violent lui mettant un genou au sol, alors qu’il faisait tout pour que nous puissions nous battre dans des lueurs de guérisons s’extirpant du sceptre noueux. Nombreux furent ceux qui frappèrent vers sa gueule pour essayer de le repoussé, le givre de Runne s’étendant le long de son cou en le fragilisant suffisamment pour que le tir de Sorn passant à travers une blessure soit dévastateur. Fébrile, il hurla de douleur néanmoins quand la grenade renforcée par Corvus explosa à l’intérieur de son corps, la foudre de Finaen rendant le Céruleum encore plus violent dans sa déflagration, Corvus fonça en récupérant son grappin pour fusé dans les airs en m’attrapant, alors que je venais de tailler là où Sorn avait tirer d’un coup de sabre, mais un mouvement d’écaille se planta dans mon dos douloureusement, avant que je me retrouve accrochée à Corvus dans les airs. Il s’agitait dans tout les sens, escomptant bien survivre à nos dépends, la Cendrevie essayant de boucher les blessures immondes qui s’accumulaient.

Aspirant grandement, des pierres se soulevèrent un peu partout et une onde de choc au déplacement d’une de ses pattes envoya Finaen au sol. Mais pour Runne, ce fut pire, il fut aspiré droit à l’intérieur de sa gueule, et de notre vision il était déjà sur le point de se faire avalé. Nous laissant retomber sur sa carapace, Corvus fonça directement pour tirer deux de ses cartouches anti-blindages dans les organes à vif de la créature en taillant tout à l’intérieur en pièce, ce qui arrêta les souffles de vapeurs chaudes qui m’empêchaient de passé en me brûlant. Trouvant le courage de se relevé, dans une lueur blanche, Ika fonça en vitesse avant de retomber à genou quand une onde de choc de la bête le percuta. Haletant, il vit quelque chose que lui seul pourrait d’écrire, avant de repartir à toute vitesse au combat.

Dans un cri de bataille, il trancha l’intégralité du coup de bas en haut de la bête ce qui lui fit ouvrir grandement sa gueule, où des piques terrestres à l’instant même où sa bouche fut ouverte, s’écrasèrent en lui bloquant net venant de la part d’Aerlin qui était bien déterminé à tout faire pour empêcher Runne d’être dévoré. Fonçant en avant, Gladys tirait au possible sur tout ce qui aurait pu gêné Finaen pendant qu’il se projetait vers une des dents de la bête, enfonçant sa rapière dans la gencive pour s’accrocher à l’intérieur de sa bouche. Attrapant le bras tendu de Runne qui s’était accroché à sa langue, le Miqo’te fit jaillir un bloc de glace là où il avait déjà gelé, et quand la Tarasque voulu faire naître un souffle enflammé surpuissant, le tout explosa dans une terrible déflagration, que Runne et Finaen esquivèrent en bondissant de la gueule, réceptionnés par nos camarades en bas comme ils le pouvaient. A partir de là, trancher fut chose aisée vu l’état de la gorge, et j’usais de tout ce que je pouvais pour en finir dans un grand coup de sabre. La tête se détacha nette, et s’écroula à côté d’Aerlin en faisant légèrement tremblé le sol. C’était fini, la bête glorifiée par le Feu vengeur n’aurait jamais accès à la Cendrevie.

Les combats cessèrent un peu partout, alors que les Telophores n’avaient pas de raison de s’acharner puisque la bête était morte, ils se repliaient en emportant nos captifs et blessés en vue de les menés à la Tour de l’Apocalypse qui au loin rayonnaient encore. Les chariots ce succédèrent, certains menés par mon propre énorme chocobo de guerre, pour apporter les tentes et les ressources de vies au nouveau camp avancés pas loin des enclos aux bêtes. D’ici, on pouvait voir sur les hauteurs le cadavre au loin de la Tarasque dont les Amalj’aa s’occupaient. La nuit encore se solderait par des tours de gardes, des difficultés, comme le veut l’étendu de ce front de bataille. Paglth’an, si c’est un lieu magnifique, ne manquera pas encore de conflits. Mais nous les mènerons auprès de nos nouveaux alliés, les Amalj’aa, et la prochaine fois, il sera temps de les aidé à se libéré définitivement de la légende de Sernajj Rah, avant que celle ci ne veille aussi les conduire droit vers l’Apocalypse. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 305
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 25 avr. 2021, 16:00

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"La bataille de la grande prairie de Paglth’an."

Image
Cent-quarante-quatrième Entrée – « Acte 3 – L’enfer au regard de Sernajj Rah.»
Image
« Notre dernière opération d’envergure lors de ce déploiement. La nuit dernière fut favorable à cette intervention, alors que nous nous reposions encore entre deux patrouilles, tour de garde, et observation du terrain. Une possibilité d’atteindre leurs armes aériennes dans la nuit fut couronnée de succès, et c’était une des seules fois où nous ne revenions pas bredouille d’une expédition mineur menés sans que ceux se battant ne luttent pour autre chose que la survie. A la place, nous revenions victorieux, et les Amalj’aa ainsi que les soldats dans le camp principal célébrèrent l’occasion en danse, chant, nourritures. La nuit avant cette mission fut la plus agréable vécue depuis le déploiement de guerre qui avait tant fatigués nos compagnons, et avait donné l’impression qu’ils avaient prit de l’âge. Maintenant, il était temps de donner un sens à ce combat. Depuis la mort de la Tarasque et l’échec des plans qui consistaient à s’en servir comme bête de bataille pour nous foncé dedans et nous étripés les uns après les autres, les subjugués étaient attirés vers ce qui semblait contenir la Cendrevie que les traîtres de la voix du Destructeur avaient accumulés afin dans un dernier espoir de brisé l’Alliance et d’offrir la victoire aux Telophores, de nous jeté un maléfice ou de faire parvenir quelque chose jusqu’à nous. Nous nous trouvions tous au campement avancé, prêts à nous mettre en route pour atteindre le repère où se trouvait la Cendrevie, alors que lentement l’équipe finissait son repas et ses dernières conversations.

Une grande partie de l’Aube Obscure se trouvait sur place. Pour s’occuper de nos blessures, Kyuuji et Aerlin uniraient leurs forces afin de faire en sorte que tout le monde se tire de là. Sur la ligne de défense, Livio et Ika avaient récupéré leurs armures et leurs pistolames afin d’arrêter quiconque s’opposeraient à nous et essayeraient de nous brisés. La magie destructrice et de soutiens de Runne et Finaen seraient encore le bienvenue tout comme les forces de frappes de N’lamahni et Sorn pour épauler l’ensemble. La grande équipe discutaient, se préparaient, et ce fut Ika qui fit un discours motivant afin de rallié nos compagnons. Les derniers jours furent très éprouvant pour la santé et le moral de tous, des jours passés entre la jute, la poussière, les flammes et les cris. Bientôt, tout cela cesserait, mais nous avons encore à accomplir notre devoir avant de laisser à l’Alliance le soit de remplir sa grande tâche qui conforterait la paix avec les Amalj’aa – Et leur survie face à l’immonde Tour de l’Apocalypse. Nous avancions alors qu’au loin se faisait entendre le vacarme d’explosions et les cris de guerres de ceux en pleins conflits. Lentement, les soldats se relevaient, des combattants qui avaient été sauvés par Kyuuji et Aerlin pendant ses longues nuits et ses longues journées à prendre soin de tout ceux nécessitant de l’aide. Des encouragements furent prononcés, Ika les motivant le plus possible alors que Kyuuji leur assurait qu’ils étaient les véritables héros, ceux grâce à qui tout ça pouvait être accomplit. Et tous étaient menés à la grande porte au loin derrière l’herbe d’or où les Telophores étaient sortis pour empêchés quiconque de l’Alliance de pouvoir les atteindre.

Des combats acharnés avaient lieu, et nous nous retrouvions après avoir soutenu, motivés, et aidés nos alliés afin de partir tous ensemble droit vers l’ennemi. C’était une vision galvanisante, malgré les chocs intenses et les problèmes environnants. Se glissant en travers la grande grille relevée, Ika perçu directement que l’équipe n’arriverait pas à temps pour se frayer un passage. Celle ci retomba lourdement sur les épaules d’Ika qui du la maintenir en serrant les dents, N’lamahni frappant tout les subjugués impériaux s’approchant de lui, donnant le temps à ce qu’Aerlin lève un pilier de roche. Il ne pouvait le faire que d’une main, ça ne serait pas suffisant, car de l’autre il soutenait Finaen qui venait de se prendre un tir d’une avant-garde magitek en plein dans le ventre. Elle n’allait pas s’en sortir à si bon compte, et je la taillais en pièce pendant que Livio congelait l’autre – facile de mon côté, en taillant là où Finaen avait frappé. Sorn passait rapidement en épaulant nos compagnons, et Kyuuji renforça ce qu’Aerlin fit, en le rendant bien plus intense et solide. Dès lors, tous passèrent rapidement dès que Runne congela les hauteurs d’un pique de glace, nous laissant tout loisir de traverser. De l’autre côté, un canal nous mena rapidement vers un domaine des plus inquiétant. Profitant de l’instant de marche dans la poussière, sous les lueurs du crépuscules tombant, pour guérir Finaen et les épaules d’Ika. Nous contemplions d’un coup ce lieu rayonnant d’un mauve inquiétant : Entre deux passages, une grande faille faisait circulé de la lave en fusion venant de la Cendrevie.

Elle rayonnait du mauve sinistre de Luna-Ifrit, convoqué dans la Tour de l’Apocalypse et confronté à l’Alliance Eorzéenne essayant de tout faire pour l’arrêté. C’était une sorte d’immense offrande pour essayer de renforcer le pouvoir du néo-primordiaux, ce qui signifiait que la Cendrevie était en pleine activité, sous le contrôle des Chamans héritiers, et maîtriser face à nous par un Subjugué de la Ligue des Cendres qui utilisait un énorme totem pour conjuré cette force. Dans les deux failles, nous nous sommes rapidement dispersés pour frapper des deux côtés. Tandis que Runne, Livio et Sorn allèrent assaillir les Telophores et autres subjugués impériaux. Je fonçais auprès d’Ika, N’lamahni et Finaen vers les adeptes du Feu vengeur. Mais en premier temps, nos guérisseurs eurent avant tout à parvenir la chute de nos alliés dans la lave avant qu’elle n’advienne. Ce fut pour la seconde fois un travail d’équipe, les deux élémentalistes œuvrant généralement de pairs pour des actions coordonnées, et alors qu’Aerlin soulevait brusquement la roche hors de la faille pour que tout nos alliés de l’Alliance Eorzéenne tombent sur de la pierre et pas dans le vide enflammé, ce fut Kyuuji qui renforça l’effet dans une puissante lueur qui s’étendait dans les environs en une force magistrale. Le long de la plateforme, naquirent des herbes et des fleurs, donnant une sorte d’arabesque ressemblant à la marque de l’Atrofakt qui rayonnait le long du corps de Kyuuji. La seule qui chuta dans le vide, une Lalafell qui se mit à crier avant que le grappin de N’lamahni ne la récupère en la tirant hors de là à toute vitesse, celle ci restant accrochée à N’lamahni, en voulant agir pour l’aider en retour, mais elle restait tétanisée.

Dans une déferlante foudroyante, Runne tenait d’arrêté la machine de guerre aérienne usant de ses pouvoirs pour frapper encore et encore l’arme magitek qui tournoyait au dessus du combat que menait Livio. Ce dernier dans une zone de destruction intense pu facilement atteindre le garlemaldais au sang-pure qui dirigeait l’assaut, l’homme était subjugué, mais n’en restait pas moins un terrible adversaire qui mit notre vaillant pistosabreur en péril. Les tirs de Sorn assurèrent au début que la foule s’écartait, laissant les soldats sauvés rejoindre le combat en une foule combattante autours de Livio, mais la force de frappe aérienne ne l’entendit pas de cet oreille. Tout comme Kyuuji d’ailleurs.

Il avait extirpé une immense onde de lumière venant de pilier de terre, et projetant l’éther élémentaire en bouclier autours de tout nos compagnons et des soldats dans des amas et bruits de cristaux intenses. Et si Livio et Runne purent être protégés des tirs intenses, Sorn lui après un effort de concentration en plus, fut totalement protégé des assauts de l’arme aérienne et s’en sorti indemne. Kyuuji renforçant ses trois compagnons dans une lueur intense, les vents s’unirent pour rendre plus efficace encore leur coup, et le duel qui ne partait pas gagnant aisément pour Livio s’acheva brutalement une fois que Sorn parvint à atteindre sa cible plusieurs fois en laissant Livio écraser sa lame dans une déflagration, envoyant son opposant droit dans la faille de lave dans un hurlement. De l’autre côté de la faille, justement, Ika luttait pour se mettre entre les Amalj’aa et les prisonniers prompt à être balancés dans le vide en sacrifice. Comme Livio s’était mit entre les Telophores et les soldats sur le point de choir, ici aussi il fallait sauver des civils, et Finaen et lui firent un duo d’exception en frappant, tournoyant, luttant contre les traîtres Amalj’aa pendant que j’affrontais le dragon qui tournoyait autours.

Ma lame fut moins efficace que son coup de griffe en premier temps, mais pas le suivant. Le chef Amalj’aa qui tenait une lance féroce, qui produisait des explosions partout où elle touchait. Il aurait sûrement pu faire mieux, si il ne fut pas paralysé subitement par la foudre de Finaen et le coup de N’lamahni envoyant valser ses défenses jusqu’à ce qu’Ika le transperce de par en par avec sa Pistolame. Il voulu nous surprendre en expliquant que les tatouages peint sur les prisonniers les forceraient à sauter d’eux même dans le vide. Mais la désillusion fut grande quand il tourna la tête pour voir Aerlin qui les avaient tous nettoyés. Achevé d’un grand coup net, nous étions sur le point d’entendre Runne hurler quel fut le problème, et au même instant, je venais de trancher les ailes du Dragon, le laissant choir au sol subitement, en même temps qu’il hurlait que la Cendrevie allait être offerte à Luna-Ifrit si nous n’étions pas plus rapide.
Image
Bien entendu, cela alarma tout le monde, Runne avait découvert ceci en détruisant d’un pique de glace la machine étrange impériale qui produisait comme des séismes contre les murs de roche, en des puissantes ondes frappant encore et encore les murs environnants. Dedans, il y avait une présence de la Cendrevie, diffusée dans les environs afin d’offrir le bain de lave maudite directement au primordial transformé. Il fonça à toute vitesse pour bloqué l’arme magitek que Sorn et Livio combattaient,a lors que Livio avait essayé de la saboté d’un coup foudroyant, luttant pour que la scie ne lui déchire pas le visage, jusqu’à ce que Sorn ne détruise le bras mécanique en leur permettant de partir en vitesse quand Runne créa une cloche de glace qui enferma l’arme au milieu des lueurs de foudres rebondissantes de Livio. Même avec une chaîne autours du cou, Kyuuji envoyait quelques sorts de soins vers ses compagnons blessés, tout en essayant de se libéré du Chaman qui le retenait. Ce fut Finaen qui au loin, envoyant plusieurs sorts de protections pour libéré Kyuuji et fait sauté la chaîne qui le maintenait jusqu’à ce qu’il soit totalement maître de lui même, envoyant une liane venant des herbes nées de son sort, pour essayer de l’envoyer au sol. Le fait de le déstabilisé m’ouvrit sa garde pour le trancher en morceaux de mon sabre, même si il aurait pu être sauvé, je n’étais pas dans un état d’y réfléchir et devait vaincre nos ennemis. Tous se rejoignaient après la mort du dragon, qui fut littéralement dévasté quand Ika envoya des piques de roches droit vers son visage. La bête subjuguée pensait que ça n’était rien, prompt à repartir à l’assaut dès que cela l’impacta, mais lui faire tourné la tête offrit sa nuque au Shuriken de N’lamahni qui lui dévasta la gorge entièrement, alors qu’Aerlin voulait juste le gêné, il soulevant d’immenses piques de pierres recouvertes de feuillages d’un blanc pure.

Les ossements resteraient alors enfermés, et qui sait ce qu’il adviendrait de la nature persistante en ce lieu laissé par les deux élémentalistes, en un cadeau, une trace éternelle venue d’ailleurs offrant un lieu magnifique aux Amalj’aa. Dans l’instant, nous étions tous réuni épuisés devant la porte, des soins projetés remontant un peu l’énergie et la force de tous, tandis que certains regardaient en observant les soldats se remettre de tout ça, et partir avec les anciens prisonniers. Une bonne chose de faites, pensais-je, mais c’était loin d’être terminé. Traversant le passage en laissant les secourus s’en remettre, nous avons eu à faire à quelque chose d’inattendu mais tristement banal sur un champs de bataille : Un espace où nous avions perdu. Où bien des morts avaient été abandonnés après un échec des combats de l’Alliance, laissant des dépouilles un peu partout autours de nous. Nombreux furent choqués, épuisés, mentalement très affectés par cette vision surtout ceux n’ayant pas fait la guerre ou étant quelque peu jeune. N’lamahni fut touchée par tout ça, et Sorn prenait le temps de faire fermer les yeux à ceux qui avaient perdu la vie en les ayant grand ouvert. Les occultistes auraient besoin de travail ici, et après avoir rencontré un soldat condamné à mort à cause de ses deux jambes coupées, et la nécrose ayant infecté ses organes vitaux, il nous montra au moins des personnes qui pouvaient être sauvés et nous avons eu quelques minutes brèves de repos, à s’occuper des corps et des blessés.

Les explosions et les hurlements s’approchaient de plus en plus, les batailles n’étaient hélas pas loin, et c’est là-bas qu’il nous faudrait nous rendre pour poursuivre le combat même après une vision aussi morose qui nous fut imposée. Quittant doucement le charnier où traînaient les corps d’anciens alliés autant que d’anciens ennemis abandonnés ici, il nous fallait rapidement revenir au monde des vivants malgré le besoin de chacun de se remonter doucement le moral, ce qui allait se traduire par la nécessité de se battre pour la survie. En sortant de la passe où avaient eu lieu le massacre, nous tombions au milieu d’un intense champs de bataille qu’il nous fallait traverser où les troupes de l’Alliance combattaient les Telophores avec acharnement. Des coulées de laves d’un mauve inquiétant tombaient d’ici et là, propulsant des pierres volcaniques que Sorn prenait le temps de fusiller en essayant de dévasté tout ce qui risquaient de nous tomber dessus en nous protégeant des plus efficaces, il fonça aider Aerlin et Kyuuji à avançaient – nos deux compagnons propulsaient des soins et de l’énergie vers tout ceux autours d’eux, renforçant les corps et guérissants les blessures avant qu’ils ne reçurent un puissant impact venu d’un des dragons propulsant de ses griffes une grande pierre volcanique en leur tombant dessus. Essayant de les aider, Finaen essaya de créer un mur de pierre recouvert d’énergie blanche venant d’Aerlin et de l’impact de sa création, mais la pierre passa à travers de la protection en explosant en avant.

Soutenant son compagnons, Kyuuji prit le plus gros de l’impact et fut rattrapé par Aerlin avant qu’il ne chute à cause de l’intensité du choc. Sorn venant les rejoindre, je m’acharnais à protéger leurs progressions en tranchant tout ce qui pouvait bien passé autours de nous tout en gardant un œil vers N’lamahni et Runne qui passaient d’un lieu à l’autre avec leurs dagues, tranchant et frappant agilement avant de courir pour échappés aux combats, tous essayaient de rejoindre nos deux pistosabreurs qui arrivaient jusqu’aux bouts des combats. Ika frappait, luttait, écrasait en recevant du sang sur lui jusqu’à imprégner une de ses mèches du rouge d’un soldat qui tomba proche de lui. Jusqu’à voir Livio choir, et à nos yeux, se fait achevé par la lance d’un terrible adversaire.

Un instant plus tard, tandis que tous fonçaient vers lui en hurlant son nom, il se redressa brusquement les yeux illuminés d’une lueur profonde. Ses mains dessinait des tracés dans les yeux, de la magie clairement d’Hingashi faisant naître des cristaux autours de lui, suivi de puissants déferlements. Il n’était clairement pas lui même, et la gemme de Maladriel semblait avoir disparue un temps avant de revenir auprès de lui. Quoi qu’ait fait celui enfermé dans la pierre, il l’aida, et déchaîna des pouvoirs explosifs et foudroyant sur quiconque s’opposèrent à lui en des puissantes déflagrations. Cela nous ouvrit clairement la route, et nous avons pu nous retrouver hors du champ de bataille sur le chemin menant droit dans la grotte où nous étions assurés d’après les reconnaissances de mettre la main sur la Cendrevie. Bien entendu, un court instant fut prit pour s’occuper de nos blessures, Ika ayant le flanc en sang, et Livio devait faire soigner de toute urgence son épaule dans un rayonnement de lumière intense. Quel peur intense nous avions eu, tous s’occupaient des uns et des autres pour reprendre des forces, même N’lamahni semblait profondément inquiète pour l’état de Livio qui se redressa doucement alors que Sorn empêchait Gladys de lui enfoncé une banane dans la bouche pour qu’il ait à reprendre des forces. Cet instant candide n’effaçait pourtant pas les marques que nous venions de subir, et mon esprit était plus glacial qu’il ne le fut depuis notre arrivé en Paglth’an, après avoir été si proche de perdre Livio au combat.

Nous progressions dès que tous furent en état, dans cette dernière ligne droite, entendant brusquement les bruits de deux tambours dans les hauteurs derrière nous. Les parjures activèrent le piège, et deux énormes coulées de lave nous tomba dans le dos ainsi que sur les murs autours de nous. Ce qui était une passe vers la Cendrevie était devenue la rivière qui l’alimenterait pour l’offrir à Luna-Ifrit, et tous observaient cette vague surchauffée d’un mauve inquiétant. Bien entendu, nous ne nous sommes pas laissés mourir, bondissant sur des plaques de métaux un peu partout en ayant plusieurs équipes sur des plaques de différentes formes qui furent emportés par la rivière de lave droit en direction des profondeurs de la grotte où le maléfice nous attendait. Ça n’était bien entendu pas une chose aisé de rester dessus, mais Kyuuji facilita grandement cette maîtrise en créant des ondulations d’ambres offrant une stabilité certaine et un renforcement des dites plaques pour que nous n’ayons pas de mauvaises surprises. Plusieurs obstacles gênant nous attendaient sur la route, Livio était de tête avec Aerlin derrière lui pour s’assurer de son état de santé, protégeant N’lamahni et Kyuuji qui essayait de rassuré la jeune miqo’te pendant qu’elle observait les environs, envoyant quelques couteaux pour le peu qu’il lui en restait avec tout ce combat et ce déploiement militaire.

Mais les vents convoqués par Aerlin détournèrent efficacement les pierres volcaniques, et les draconides bondissant des hauteurs, l’une ayant reçu un coup de pistolame explosif dans le museau et fut renvoyée aussi tôt dans la lave. Ika cherchait à protéger tout le monde en de nombreuses barrières, me laissant trancher les obstacles de métaux gênant notre passage. Et au moins, alors que Sorn se tenait à Finaen en criant qu’il ne devait pas tomber avec tout ses explosifs, Runne nous offrit le froid dilué dans l’air pour ne pas que la chaleur ne nous tue. Au loin, s’illuminait le cristal mauve de la Cendrevie, ce que nous étions venu détruire. Et devant, sur les plaques de métaux dans la lave. La Griffe de Sernajj Rah dans son armure noire ferait tout pour nous empêcher de passé.
Image
L’Amalj’aa était celui qui m’avait blessé dans notre première mission à l’approche de la foreuse Magitek, et possiblement ce lui qui avait offert aux Telophores une offrande pour être accepté auprès d’eux et mené le monde à l’Apocalypse avec l’usage des Tours infâmes qui subjuguaient quiconque s’en approchaient. Une tête pensante au dessus de tout ses fous devenue des adeptes de Garlemald avait du imaginer que le pouvoir de Luna-Ifrit pourrait être renforcé avec cet ancien maléfice, mais lui même devait être tôt ou tard condamné à la subjugation. Peut-être ne avait-il cure, tout ce qu’il voulait, c’était voir Ul’dah en flamme. Rugissant en se préparant à nous recevoir sur les plaques glissant sur la lame, je bondis pour essayer de l’atteindre mais il me balayait soudainement d’un coup de griffe explosif, me propulsant en l’air alors que Finaen me rattrapa bien rapidement en l’air, Runne aidant, jusqu’à ce que Livio parvienne à m’attraper pour me laisser sur une plaque de métal. La glace de Runne s’était étendu dans la roche pour empêcher la Griffe de Sernajj d’en faire usage, et il fut très brutalement assaillit par nos compagnons. Kyuuji se contentait pour l’œuvre de faire usage avec maîtrise de nos plaques, Ika le protégeant des explosions pour arriver tous sain et sauf, alors que Gladys se traça un chemin en passant après la javeline de N’lamahni qui traversa de part en part l’Amalj’aa tandis que la Lalafell dans son dos tirait sur les stalagmites et autres déchets enflammés qu’Aerlin repoussait du mieux possible avec Ika. Son armure dévasté quand les vents de Finaen repoussaient ses places, Livio l’écrasa au sol, sérieusement blessé, dans une lueur foudroyante sous la forme d’un massif tigre blanc grâce au totem des milles bêtes. Ce fut l’instant fatidique, car il rebondit ailleurs, et laissa Gladys installé les explosifs sur l’Amalj’aa, qui émit un dernier rugissement avant que tout ne finisse par exploser dans une énorme déflagration, nous laissant traverser le passage en le laissant disparaître seul sans même lui accorder un regard.

Nous y étions, face au cristal incarnant l’antique malédiction d’Ifrit sur Sernajj Rah le Destructeur afin de le punir de son échec à détruire Ul’dah, il y à bien longtemps de ça. Bondissant sur la grande surface de pierre volcanique tiède, dont des fumées en sortaient lentement, nous observions la clé pour en finir avec toutes les intentions des traîtres et ce qui pourrait enfin leur faire perdre tout intérêt aux yeux des Telophores. Le responsable de tout ça venait de disparaître dans une formidable explosion, mais il ne s’agissait là que du pion servile qui éveillait lentement l’essence du passé. Tournoyant au sol, des os noirs décrivirent des mouvements rapides en s’élevant lentement en l’air, avant d’être rejoint par les pierres volcaniques. Si cela devait prendre vaguement la forme d’un Amalj’aa, elle essayait surtout de collé avec l’image qu’on pouvait avoir du Seigneur des Enfers, Ifrit. Jadis, le grand prêtre avait su l’invoqué, mais il n’était plus que l’âme tourmenté du Destructeur qui avait mené les siens vers Ul’dah. Nous faisons face à Sernajj Rah, l’Ossature des Enfers lui donnant vie, des ondulations instables de flammes mauves naissait au cœur de son incarnation.

Figés, plusieurs d’entre nous hésitèrent. Le regard d’Ika et d’Aerlin se perdirent un instant dans la contemplation, et même N’lamahni fit un pas en arrière. La mort de Jérôme du revenir à Ika, tué par le lointains fils de Sernajj Rah, Urdhan, il y à environs une année de cela maintenant. Cette fois, il ne désirait pas que quiconque ne soit tué lors de l’affrontement, mais il attendit un instant sous la pression jusqu’à voir tout le monde foncer en avant dans un assaut coordonnés. Se concentrant en arrière, Runne et Kyuuji firent en sorte que nous soyons en position optimal pour frapper avec puissance, les vents de Kyuuji tournoyaient autours de nos armes en des lueurs émeraudes pour frapper avec la force élémentaire afin de défaire les flammes l’incarnant. Tandis que le froid de Runne se glissait au niveau de sa carcasse pour faire en sorte que nous ne soyons pas brûlés en l’assaillant. Il fut bombardé de sorts, Aerlin essayant de le maintenir sur place jusqu’à le faire défaillir alors que l’énergie propulsée par Finaen entrait à l’intérieur de sa carcasse en dévastant tout ce qu’il pouvait. Il voulu nous frapper, Ika et moi, mais le tir de Sorn en plein visage le força à devenir aveugle pendant un instant et l’énorme fléau d’arme ravagea tout sur son passage en me laissant bondir au dessus pendant qu’Ika passait en dessous. Un coup de la pistolame d’Ika frappa sa jambe, ne pouvant bougé à cause de la paralysie provoquée par la forme de Tigre de Livio provoquant la foudre qui se rependait autours de lui. La pistolame d’Ika lui défonça la jambe et ma lame le flanc, mais il n’allait pas rester longtemps sans rien faire. Pour arrêté le flot de Shuriken des vents produits par N’lamahni, il produit une énorme explosion peu après avoir essayer de faire éclaté Finaen un peu plus loin, mais les pierres convoqués par Aerlin dressèrent des barrières d’herbes blanches et de terre renforcées.

Les déflagrations furent opposés à ses protections, et seul Kyuuji fut bien remué par un choc proche en se tenant le bras. Sous la conviction qu’il lui faudrait plus de puissance encore pour nous détruire, il se rendit pratiquement invulnérable alors que les énergies défilaient autours de lui en produisant des clous flamboyants s’écrasant au sol, se mettant à produit des effets de lumière mauve inquiétante. Il cherchait comme son lointains fils, à attiré les faveurs de son Dieu, et à en capté la force. Mais en l’heure, il n’était que fureur et immondice, mais Ika parvint à le canalisé pendant que nous détruisions les clous ardents. Luttant de sa pistolame en déviant, repoussant des coups, jusqu’à ce qu’une griffe ne s’écrase sur son torse en étalant Ika au sol, le maintenant par terre par la main. Il voulu lui montrer notre mort, mais à la place, ils ne purent tout deux qu’observer des compagnons agissant de pairs. Runne et Finaen produire de nombreuses lames de vents qui au cumul, firent sautés un des clous un instant après que celui dévasté par Livio et N’lamahni en plusieurs coups tranchant, mêlés à une grenade de la miqo’te, ne soit définitivement dévasté par un pique terrestre venant de Kyuuji pour s’en débarrassé définitivement. J’appuyais Aerlin à la destruction du dernier des clous, mais plus lentement que les autres, ce dernier explosant en nous envoyant lourdement sur le dos.

Prit de rage de voir son assaut échoué, il bondit dans les cieux en nous attirant tous au centre de la salle. Des flammes jaillirent comme une véritable fournaise, une tornade flamboyante se mit à jaillir en nous coupant tout nos moyens de partir d’ici. Au centre de la tempête, deux Sernajj Rah tombèrent aussi tôt au sol, en position de charge, suivi de deux autres. Ils étaient comme des formes incarnés de son dieu des Enfers, maîtrisés avec faiblesse – signifiant qu’il ne pourrait pas rester ainsi bien longtemps, mais le temps d’une ruée vers l’avant. Constatant le décalage entre leurs venues et leurs concentrations, dans un cri, tous s’orientèrent rapidement pour se mettre en position afin d’esquivé la première des ruées laissant un saccage puissant derrière lui, le sol ravagé par les charges des silhouettes enflammées. Nous nous sommes mit en position pour alterner les ruées, mais ils se décala afin d’essayer de nous prendre par surprise. Voyant le mouvement, tout le monde se mirent aussi-tôt à se rué en avant en vitesse pour esquivé l’autre choc en faisant échouée ses charges. Haletant, épuisés, plusieurs observaient les environs en ayant l’impression d’un véritable enfer autours de leurs personnes. Ce qui allait être le cas, car en levant la tête, nous observions Sernajj Rah installé sur un des piques terrestres.

L’antique destructeur allait se laisser choir au sol en déversant tout le pouvoir qu’il pouvait lui rester. Sans se laisser faire, N’lamahni tira au grappin autours de sa gorge pour essayer de le perturbé, tandis que mon sabre voulu trancher la vague de pouvoir qui nous tombait dessus en frappant avec les vents convoqués par Runne et Finaen envoyant des déferlantes encore et encore sur les flots. Dans une manœuvre symbolique, Aerlin et Kyuuji firent comme Ika et Livio : Tous conjuguèrent leurs forces, et firent barrières dans une puissante lumière de cristal qui se renforçait de plus en plus. Des cris furent entendu, alors qu’ils approchaient lentement, sous l’immensité des flammes qui léchaient les cristaux en détruisant tout au passage. Teclis que Sorn avait commencé à activé pendant les clous, finie par arriver à se mettre en activité, et tous reçurent une protection finale autours d’eux dans des lueurs de cristaux dès que cette dernière pu se placer sur nous. Nous nous observions un instant, avant que tout ne soit recouvert par les flammes. La déferlante fut immense, et un voile noire tomba sur nos yeux tandis que nous étions emportés par le feu. Inconsciente, certainement, j’observais le miroitement de quelque chose de fabuleux au loin de ma pensée.

Mais tout devint flou, et nous nous éveillons les uns après les autres dans un énorme cratère dévasté où nous avions subi l’assaut. Certains restèrent au sol, tous étaient blessés, et lentement Sernajj Rah considérablement affaiblit progressait vers nous. N’lamahni lui hurlant une insulte tira un explosif droit dans son torse en une forte déflagration, laissant Livio passer à travers la fumée pour frapper en plein cœur de son incarnation. Si le choc intense de sa pistolame fit effet, il fut protégé du revers de griffe par Finaen dans une lueur d’ambre éclatante soutenant son compagnons. Avant qu’il ne lève son fléau d’arme, pour l’écraser sur le groupe à terre, je passais en un éclair pour trancher son bras porteur, le laissant choir au sol, laissant la dernière faille permettant à Sorn de faire feu. L’éther de Kyuuji, Aerlin, Ika et Runne convergèrent dans le Teclis, les plaques technologiques produisant des halos d’énergies des élémentalistes tout en étant infusés des pouvoirs de ses autres compagnons. Rapidement, tout le bras et l’oeil de Sorn furent recouvert d’élément technologiques intenses, alors que le Teclis était surchargé, jusqu’à ce que son canon ne libéra un faisceau d’une énorme pure d’un bleu intense en venant traverser de part en part Sernajj Rah lui même dans une choc intense. Son hurlement disparut en échos, et le cristal principal de la Cendrevie éclata avec lui en ce rayonnement puissant qui fora jusqu’au mur derrière lui. L’onde de choc mauve passa au dessus de nos têtes, dans une magnifique lueur qui libéra finalement ceux qui furent maudit par ce mal ancien.

Les esprits des antiques Amalj’aa fusèrent vers les cieux, accompagnés par leurs draconides, et tout ceux qu’ils avaient condamnés aux même maux par la suite. La caverne fut éblouie de ses innombrables lueurs pendant quelques instants, donnant une impression que le monde autours de nous n’était plus que splendeur et reluisante. Lentement, tous finirent par s’écrouler au sol, alors que la lave mauve s’éteignait petit à petit. Ce n’est que plus tard que Dentelion et ses hommes purent nous retrouver et nous faire sortir de là afin de mettre en urgence en soin ceux qui ont été le plus affecté par ce combat. Il y eu des vivats, des cries de joies, et des applaudissements. La nuit fut des plus festives, les Amalj’aa dansant en célébrant la fin du malédiction, pendant que nous en profitions pour nous reposer. Le calme tombait doucement, autant que la nuit se faisait de plus en plus profonde. Ceux blessés s’endormaient dans le camp de bataille du sommeil du juste alors que les Telophores avaient été chassés de ce recoin de Paglth’an. Ce n’était qu’un pas, qu’une longue bataille qui se perpétuera sans notre présence au fil du temps. Nous pensions déjà au Coerthas qui nous attends, à la vie à l’Observatoire dont nous allions profiter. Ce n’était là qu’un pas, mais hélas, un pas menant droit vers l’Apocalypse que nos ennemis appellent de toutes leurs forces, en espérant les arrêtés avant. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 305
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 28 avr. 2021, 14:41

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Premier pas vers l’Apocalypse."

Image
Cent-quarante-cinquième Entrée – « Acte 1 – Ce que couvre la glace.»
Image
« Après un peu de repos, court, mais agréable loin des explosions et du vacarme de Paglth’an, nous avons rejoins notre nouvelle affectation : L’Observatoire dans le Coerthas. Voilà si longtemps que je ne m’y étais pas rendu. Là où il y à des années, nous avions achevé le destin de la famille Hautepointe, c’était cruellement et ironiquement là où tout s’est achevé. Et pourtant de nos jours, fut entendre de nouveau le nom de Kannia Hautepointe, une des rares survivantes, prompt à essayer de se venger de la république pour avoir volé la vie de sa famille qui s’était battue pour faire disparaître ce nouveau régime afin de reprendre le modèle de vie ancien d’Ishgard. La venue des Telophores était pour beaucoup d’anciens adversaires, une possibilité de provoqué beaucoup de mal, et quoi qu’il pouvait se passé, certains en profitèrent pour agir en même temps que les enlèvements massifs des hommes-bêtes, dont les coupables étaient affrontés par les Templiers. Installés à l’Observatoire, c’était une de ses journées où ne ne faisait pas bon sortir. Pourtant, nombreux s’y étaient tentés, et les érudits de l’observatoire se grognaient dessus à l’idée de ne pas avoir pu prévenir quant à l’état de la situation météorologique. Un temps qui n’était pas fait pour sortir, était souvent un temps parfait pour des embuscades, et c’est en retard que j’ai pu retrouvé en vitesse mes compagnons.

Augustol de Frilaix, l’Ishgardais à la grande lame qui m’avait demander de rejoindre notre équipe, faisait ami-ami avec son futur camarade protecteur, Ika Rifter. Les deux vinrent à notre rencontre, alors que je conversais avec Corvus et Alaric qui attendaient à un autre coin contre un feu crépitant doucement. Passant outre les quelques plaisanteries sur mon retard, ils devinrent un peu plus gênés d’apprendre que c’était à cause de ses fameuses embuscades : Nous savions où nous rendre, C’est alarmé que tout les cinq, malgré le retard que pouvaient avoir Runne et Finaen, que nous sommes parti de l’Observatoire dont les conditions climatiques forçaient les gens à partir retrouver un foyer chaleureux pour ne pas mourir de froid. Les Chevaliers des Durendaire furent même surpris de notre départ en trombe, et nous voilà directement combattant le froid à coup de grandes enjambées. Tout mes compagnons étant plus grand que moi, ne talonnant que Ika à la rigueur tandis que les autres se débrouillaient bien mieux alors. De Frilaix prit place en avant en pointant du doigt la direction indiquée par les chevaliers en ayant la connaissance de la traque en ses terres glacées. Tout le monde le suivant, restant le plus possible les uns proches de l’autre, Corvus exigea quand même qu’on puisse aider les locaux qui cherchaient à rejoindre en vitesse l’observatoire pour sortir de cette maudite neige.

Habitant du coin, chasseurs, voyageurs, commerçant en déplacement, un pauvre marchand de choux dont l’étal dévala une pente de neige en rependant tout ses choux un peu partout. Aidant des civils, sortant de là des habitants, ce n’est qu’après une bonne heure de route à offrir des coups de main que nous commencions à arrivé sur une route isolée de la forêt passant au nord de l’Observatoire. Au loin, un feu noir d’un caravane fut visible témoignant de la présence de notre objectif, mais alors qu’Ika nous fit signe de nous y rendre, des lueurs de glaces apparurent un peu partout autours de nous dans une profonde lueur. Un mal de crâne et une impression de froid intense s’en suivit, comme si nous étions arrivés à porté d’un maléfice dont les effets se seraient fait sentir.

Malgré cette impression, nous observions trois caravanes foncer à toute vitesse sur la route, arrivant droit vers nous. Les Chocobos étaient incontrôlable, totalement paniqués, et partaient droit en avant pour leurs plus grands malheurs : Devant eux, une embuscade ayant fait brûlé le chariot les attendaient, derrière eux, des chevaucheurs sur des chocobos couverts de peintures noires les poursuivaient à toute vitesse. Il fallait autant parvenir à arrêté les caravanes, qu’à les défendre, tout en s’occupant des poursuivants. Ne désirant pas s’écraser contre les caravanes, Ika et Augustol se ruèrent pour leur barrer la route tout couvert des tirs de Corvus qui avait utilisé son grappin pour s’installer au dessus de la caravane du milieu. Son bouclier actif, il faisait feu encore et encore, ce qui fut utile quand une balle impacta un des cavaliers qui tomba dans la secousse d’Ika avant de s’écraser au sol. L’immense épée d’Augustol passa au dessus, tranchant une bête et les pattes d’une autre, les laissant choir dans des cris déchirant en écrasant leurs cavaliers au passage. Je ne pourrais pas arrêter les balles indéfiniment de celui qui tirait pour arrêté les chariots, mais aidé par Corvus, Alaric parvint à apaisé la bête de tête qui se laissa glissé brusquement avant de s’interrompre totalement.

Juste devant quelqu’un qui venait d’apparaître et soulevait son camarade alors qu’ils avaient du être prit dans une avalanche pendant qu’ils cherchaient notre position. Runne cligna des yeux ,se faisant léché le visage par la bête, mais sans avoir le temps de faire quoi que ce soit, il releva Finaen pour observer les brigands apparaître de tout les côtés. « La vengeance de Phoeniria », des dangereux parjures de l’ancienne noblesse Hautepointe jurant de venger celle qui les inspiraient tant après que nous ayons eue à la tué il y à longtemps de cela. Tous portaient avec leurs tenues bleues, des capes sombres cherchant à imité les Telophores, et ils se ruèrent vers nous. Dans notre dos, Augustol et Ika firent tout pour nous rejoindre en vitesse. Finaen avait eu le temps de dressé des murs de pierres autours des caravanes, m’allégeant la tâche quand il s’agissait de trancher de mon sabre quiconque approchait en envoya un Shuriken droit dans la nuque d’un des cavaliers. L’immense chevalier Elezen avait tailler en pièce ceux dans notre dos, et venait d’achevé le fusiller d’un grand coup de lame le faisant définitivement taire. Cela ouvrit la route à Ika, passant à travers les foules hurlantes, jusqu’à frapper encore et encore de sa lame contre leur chef. Les lames de vents de Runne aidèrent, bien que le pauvre fut frappé brusquement par un coup dans le dos, Alaric le récupéra alors qu’il chevauchait fièrement un chocobo – le seul qui restait conscient d’ailleurs, les autres étant occupés à se noyés dans leurs baves.

Envoyant des grands coups de sabres, c’est l’explosion de la grenade de Corvus qui ébranla définitivement leurs convictions, et quand il planta sa lame dans le genou de leur chef, Ika n’eut plus qu’à levé sa lame devant sa gorge pour en finir. Il riait, se gaussait, et déclara que rien ne saurait arrêté ce qui doit advenir. Un hurlement lupin se fit entendre, venant autant de lui que du dernier chariot sous mes pieds, lequel explosa soudainement. La déflagration me propulsa au sol lourdement, Finaen et Augustol venant rapidement m’aider alors que Runne me soutenait en me relevant. Face à nous, le chariot brûlait avec ceux qui se trouvaient dedans. Une force d’un mauve inquiétant avait surgie, et provoqué ce malheurs. Mais notre seule indice, était pour leurs ses sinistres éclats de glaces qui autours de nous s’accumulaient. Et qui partaient silencieusement vers l’Ouest de notre position.
Image
L’observation du chariot dévasté ne donna pas grand-chose, si ce n’est une étrange marque faites avec de la glace que Corvus nota rapidement dans son carnet. L’homme avait littéralement explosé de l’intérieur, et tué tout les habitants, tandis que nous nous chargions de sortir ceux survivant des autres chariots – dont une Elezen bien en chair qui sauta à la gorge d’Alaric et Ika, comme si voir des aventuriers fatigués éveillait des sens bestiales à sa libido rêveuse. Une fois les civils mit en sécurité, les laissant partir vers l’Observatoire en vitesse tout en s’assurant rapidement qu’aucunes menaces ne les poursuivraient. Il s’agissait désormais de voir typiquement où nous conduirait la suite de notre piste – Celle des éclats de glaces, qui sortaient clairement des cadavres des pauvres bougres frappés par la déflagration autant que du chef des brigands des Hautepointes qui avait éclaté de la même façons. Après s’être occupé de nos blessures, nous avons progresser à la suite des éclats en arrivant dans un domaine simplement magnifique. Autours de nous, rayonnaient, pulsaient, de nombreux éclats de glaces flamboyants comme des pierres précieuses. L’ensemble donnait l’impression d’être dans l’allée d’un palais de glace, offrant quelques reflets, mais rares étaient ceux qui étaient de plus captivant. C’était même l’inverse – Plus nous progressions, plus une force essayait de nous faire dormir.

Tous s’acharnaient à faire usage de quelques sorts ou méthode pour se mettre en sécurité, Augustol donnant des petits coups de coudes à nos camarades, tandis que l’effet se stabilisait et les cristaux de glaces étaient de plus en plus nombreux dans les environs. Malgré la splendeur, nous arrêté à l’admiration était un piège vicieux. J’avais pu apercevoir à travers les reflets de la glace, et les murmures d’un chant de femme inquiétant, comme une forme de silhouette lointaine. Jusqu’à réalisé qu’il s’agissait de la Tour de l’Apocalypse de Dravania – Même si ça n’était visiblement pas un sort produit par les Telophores, ce dernier était clairement créer afin d’offrir une passerelle avec leurs pouvoirs. Difficile de savoir si nous aurions pu être subjugués ou non par un tel tour de passe-passe, avec la tour qui à mesure s’approchait, mais Finaen ne préféra pas essayer d’expérience sinistre quand il redressa Augustol qui se perdait lentement dans la contemplation d’un des cristaux. Nous reprenant, chassant la fatigue assaillante et vicieuse ainsi que l’envie de se laisser aller à la contemplation d’un tel domaine, il fut étendu au bout de notre route à une sorte de grand amas de glace au sol craquelant un peu installé aux abords d’une rivière froide. Ils pratiquaient un rite qui détraquaient un élémentaire massif lié à l’élément de la glace, dont les lueurs infusaient les environs comme des battements de cœur. Il avait l’air de réellement souffrir de cette condition, quasiment subjugué à leurs désirs – laissant la marque des énergies semblables aux forces ayant animés les néo-primordiauix. Il devait y avoir un but là dessous, car malgré la genèse d’un élémentaire viciés en forme vaguement humanoïde, il n’y avait rien qui justifiait leurs actes. Tous ne s’attardèrent pas à la contemplation, et partirent à l’assaut – Runne et Ika avaient pour objectif de libéré les prisonniers et leurs faire quitté les camps.

Fonçant vers les vengeurs de Phoeniria mené par un Telophore un peu trop massif à mon goût, la glace convoqué par Runne fut un atout des plus efficace pour qu’Ika puisse fracassé sa lame au sol dans une déferlante d’énergie. Propulsant ses opposants au sol lourdement, certains même tombant dans les flots, Ika protégé par un bouclier envoyé par Augustol résista aisément aux assauts en permettant aux prisonniers de s’enfuir. Refusant de laisser sa gorge accessible, il fit un pas en arrière et son adversaire fut gêné quand Runne propulsa d’un coup de pied un de ses serviteurs droit contre lui dans une onde de choc provoqué par un sort de vent autours de sa jambe. L’ouverture fut nette ,et la pistolame produit une déflagration en plein dans le buste de son opposant en l’envoyant directement par terre. Se redressant lentement, il prit alors un aspect plus bestiale – Le Telophore avait été affecté par quelque chose lié à Draumr Svartr, comme ses anciens adeptes corrompus que nous avions affrontés jadis, laissant voir à travers son regard des yeux fous. D’ailleurs, il y avait un autel de l’esprit loup non loin. Son prêtre dans une de ses tenues noires prompt à recouvrir les Telophore laissait ses adeptes se battre, mais ils ne faisaient pas le poids face à Augustol et Alaric.

Frappant en bousculant son bouclier, l’un des gardiens reçut plusieurs tirs de Corvus les couvrant à l’arrière avant que le massif Ishgardais ne lève sa lame à deux mains pour dévasté un premier adversaire. Conscient que ça ne serait pas suffisant, il envoya du sang modifié par les prières sur un des deux chevaliers des Hautepointes qui émit des hurlements. De plus en plus sauvages, des griffes de glaces lui étaient apparue, et il se jeta à l’assaut de nos compagnons – Corvus quant à lui resista comme il pouvait à une nappe de brume soporifique envoyé par le prêtre, avant de lui foncer dessus. Un coup de lame se plantant dans son ventre ne fut pas suffisamment, et il lui tira à bout portant en propulsant son adversaire en l’air proche de là où allait s’écrouler le corps de l’autre guerrier. Ses griffes de glaces avaient blessés Augustol, alors qu’Alaric faisait tout pour esquivé jusqu’à lui couper une jambe. Tournoyant, il permit alors à notre ami Ishgardais de l’aveuglé avec un sort avant de l’empâlé brutalement sur une pierre, mais à la gorge, le décapitant dès lors net. Nous étions en passe de triompher, mais le soucis était encore l’élémentaire. Finaen avait voulu le purger, mais un effet inattendu apparu : L’un de ses yeux devint d’or, et au lieu d’extirpé l’influence des Telophores, il ne fit que rendre l’éclat de glace d’un doré inquiétant. Même le Telophore présent tira sur le cristal en nous insultant copieusement pour ce que Finaen produit, et la silhouette élémentaire derrière prit l’aspect d’une femme ornée de parure dorées – bien que ça ne restait que de la glace, avec des faux-bijoux lumineux sur elle, un coup inattendu et bien plus puissant me renvoya de l’autre côté de la rivière, sonnée par le coup.

Ne voulant pas se faire dépassé par ce qu’il vivait, Finaen produit des lumières de plus en plus vive en se défendant de cette intrusion dans sa psychés. Éloignant ce pouvoir dont il se refusait, un ambre magnifique gagna son œil vairon, et ses lames de vents s’en trouvèrent bien plus puissante encore. Saccageant tout sur son passage, je pu traverser renforcée par les lames de vents, et mon sabre parvint à trancher en nombreux morceaux l’incarnation féminine – heureusement que Sorn n’était pas là, où il m’aurait râlé dessus – de l’élémentaire de glace né de cette corruption. Le cœur élémentaire en fut libéré, et retomba dans la rivière, ce qui ne manqua pas de créer un grand hurlement lupin au nord de notre position. Du sommet, tomba une avalanche de glace pillée qui déferla droit vers nous.

Tout était un saccage monstrueux, des piques de glaces s’élevèrent à leurs tours, plusieurs des habitants furent empalés au passage sans avoir pu s’échapper à temps. Leurs temps lentement devenant de la glace, entièrement de la glace, à mesure que leur éther devait être utilisé pour quelque chose. Bondissant de l’autre côté de la rivière, avec Finaen, j’essayais d’épauler Ika en arrêtant un coup qu’il allait recevoir avant qu’un autre coup du Telophore ne m’éjecte droit dans une partie de l’avalanche. Finaen fut de son mieux pour soutenir tout le monde, mais Runne et Ika s’en tirèrent relativement bien dans la foule de brume furieuse en se débarrassant de leurs ennemis, peu avant que tout ne cesse. Nous découvrions alors Augustol, épuisé, qui avait recouvert Alaric et Corvus en vitesse pour qu’ils ne soient pas trop affectés par cet avalanche meurtrière. Se relevant douloureusement, Finaen vint l’aider à se guérir et à soigné ceux qui devaient l’être, mais le sommet venait d’être condamné par d’innombrables piques glacés. Le seul moyen de s’y rendre, était devenu la rivière de glace, et c’est en bondissant dedans qu’Ika nous montra bien sa détermination à y aller. Et à en finir définitivement avec les responsables de tout ça.
Image
Tout le monde vint finalement bondir avec lui, bien qu’Augustol évoqua sa crainte des engelures qui pourraient nous coûté au peu un orteil, au pire une jambe – ni l’un ni l’autre n’était préférable de vivre. Pendant un instant, ça restait calme et magnifique, bien que l’austérité des corps empalés par la glace un peu partout restait des plus gênant, et l’eau glaciale nous frappant les jambes n’aidaient en rien, Ika vint au moins à notre aide en cherchant à réchauffer les environs. Pour ça, il utilisa l’éther de Runne, d’ailleurs ! Donnant l’énergie à sa cartouche en utilisant ce que diffusait Runne pour lui même, le Miqo’te pu se concentré à l’idée de percé les flots pour empêché l’eau glaciale de nous rentrer encore et encore dans les bottes. Cette diffusion de chaleur agréable fut accompagné par les efforts de Finaen, l’ambre naquit dans le catalyseur du mage rouge en rayonnant dans les environs comme une pulsation d’éther magnifique. Rayonnante, l’effet de chaleur d’Ika et Finaen furent donc un bénéfice immense pour reprendre notre concentration et nous protéger des effets les plus meurtriers du froid, surtout que nous n’avions pas seulement à progresser dans les flots grâce à Runne, mais malheureusement, ça n’était pas là notre seule menace. L’observation des environs dévoilait tout de même un domaine incroyable, les piques glaciales formant une harmonie que la nature n’offre normalement pas, son austérité donnait à l’environnement un charme qui s’apprécie quand on ne se retrouve pas transpercé par un pique de glace et tué affreusement.

C’est dans ce genre d’égarement que nous avons pu observer sur les hauteurs gelés une femme dans un habit de fourrure d’un blanc sublime, des pans de tissus qui semblaient un peu trop fin étaient balayés par le vent, alors que le sourire de Kannia Hautepointe s’étendit doucement en nous observant. Corvus voulu levé son fusil, il était le plus prompt à tirer en la voyant, mais curieusement, il retient son doigt. Elle recula lentement, dévoilant dans son dos un homme chauve souriant, un autre Elezen qui gardait ses mains dans son dos, mais ne récupéra une de ses mains que pour frotter son menton avant de levé son doigt. Des fortes explosions apparurent au dessus de nous, vers la cascade, laissant choir des énormes blocs glacés mêlés aux corps animés des malheureux empalés. Ceux ci bondirent dans les flots, nous fonçant dessus en vitesse, laissant Augustol rugir en levant sa lame avant de frapper quiconque s’opposaient à lui. Finaen n’était pas là, produisant des éclairs sur les cibles ici et là, mais il allait se faire empalé pas un grand pique de glace lui fonçant dessus. Dans un flash de lumière mauve, Exstasia apparue proche de Corvus en lui fournira à son aide un des morceaux du Teclis de Sorn pour lui venir en aide. La visière tactique se forma à toute vitesse devant son visage, lui permettant d’équilibré ses tirs efficacement en envoyant des projectiles à toute vitesse sur toutes les cibles approchant, épargnant à Finaen de se faire embroché par le javelot de glace. Les tirs fusèrent dans tout les sens, s’abattant dans la foule adverse tout en laissant notre équipe progresser doucement droit vers la cascade où se trouvait la source de notre problème.

Avant de l’atteindre, des chaînes s’extirpèrent des flots en attrapant les bras d’Augustol en venant l’écraser à genou. Une griffe de glace naquit de nulles part, se plantant douloureusement dans son torse, bien que le hurlement qu’il libéra avait l’air aussi psychique que physique, comme si mentalement quelque chose l’affectait brusquement. Passant de chaque côtés des chaînes, nous avons trancher avec Alaric les deux chaînes avant de fendre la griffe en morceau, poursuivant notre route en tranchant les blocs de glaces et les silhouettes gelés translucides qui fonçaient avec. Il fut soutenu par Ika, progressant douloureusement en se jurant de faire payé à Hautepointe ce qu’elle lui avait fait. Mais cette vengeance attendrait hélas, car si elle se tenait devant la cascade, elle ne resta pas bien longtemps. Une impression de flou naquit autours de nous, comme si le monde était plus lent, plus confus, et ses mots apparurent dans nos oreilles comme doux et paisible, prenant la place de n’importe quels sons dans le monde afin de l’entendre surtout elle.

Ce que couvre la glace va fondre, nous dit-elle, et le passé se joindra au présent dans les premières heures de cette Apocalypse que les Telophores semblent appelés de leurs plus profonds espoirs. Ce que couvre la glace se dévoila alors, tandis qu’elle disparaissait lentement en une poudre blanche quand les trois chevaliers sortirent de la glace. Les antiques chevaliers de Draumr Svartr avaient sur eux des armures d’aciers magnifiquement décorés, des casques clos empêchant de voir leurs visages, et la subjugation sinistre qui les forçaient à se battre pour la cause de l’Apocalypse. Ils se trouvaient derrière un emblème mystérieux dont nous n’avions pas encore de ressources et d’informations à ce sujet, mais qui récoltait visiblement les prières à Draumr Svartr qui avaient éveillé les premiers chevaliers sorti des glaces. Levant son marteau de bataille te son pavois de guerre, il était temps d’abattre le résultat de leurs atrocités, et tous se ruèrent au contact de nos ennemis dans un déchaînement de violence. Le mage, un chevalier plus fin et plus petit, ne pu pas faire grand-chose de plus qu’essayer de transformer Runne en poussière en provoquant des déflagrations tout le long de son passage produisant des fracas intenses d’un mauve inquiétant autours de lui. Dès que le Miqo’te pu l’atteindre, sa rapière lui transperça le bras en faisant choir son idole, et il plaqua plusieurs fois une orbe devant le visage du miqo’te. Il s’attendait à ce que l’influence de la vision de la Tour de l’Apocalypse dévoilé dans l’orbe agisse mentalement sur Runne, sans savoir qu’il en était protéger, m’offrant l’opportunité de le tailler en pièce après avoir empêché un coup de tomber sur Augustol.

Fendu en trois partie, nous foncions tout deux vers des objectifs autours – Lui purifia la présence de la marque pour que personne ne l’utilise, un rayonnement puissant apparaissant dans les environs en donnant une impression irradiante, coupant le lien entre les prières et les chevaliers restant qui furent affaiblies. Celles avec une magnifique robe et une armure de plaque au dessus tournoyait dans les airs. Les vents convoqués par ses lames avaient balancés Alaric et Finaen en l’air, un coup de genou percutant le ventre faillit faire vomir le crépusculaire tout en taillant le flanc d’Alaric. Ils luttèrent avec acharnement en laissant des failles dans son armure, et se mirent tout les deux à bloqués la chevaleresse aérienne – L’un usant de la foudre, et l’autre de la glace, se criant mutuellement l’un vers l’autre d’agir, mais si les deux étaient occupés à tenir, aucun n’était destiné à frapper. Elle en profita pour se dégagé en tranchant Finaen et Alaric, jusqu’à ce qu’ils ne la rattrape, me laissant l’ouverture en la tranchant dans les airs brusquement en la laissant choir au sol à côté de nous, se dissipant lentement en une brume d’un blanc magnifique.

Le protecteur massif, le plus tenace et puissant, luttait contre les assauts d’Augustol et Ika. Si j’avais pu défendre Augustol en repoussant la masse de guerre d’un coup violent de sabre avant de foncer vers le mage, Ika peu après avoir fait exploser un coup de lame sur le bouclier fut éjecté contre une pierre plus loin par un choc puissant. Il lâcha le bouclier, la lame d’Augustol lui retirant des mains, avant qu’il ne provoque un choc sismique d’un coup jusqu’à Corvus en l’envoyant au sol. Les tirs frappèrent sans cesse contre l’armure du chevalier, Ika envoyant un bouclier vers Augustol dans une lueur cristalline, le poing qui aurait du fracassé le visage du chevalier Ishgardais fut arrêté soudainement par la défense d’Ika, et le tir de Corvus malgré un autre choc reçu, l’envoya à genou quand le pied d’Augustol s’éclata dessus. Il allait le décapité, mais ayant reprit un bref instant ses esprits, il parvint à parler difficilement en nous disant que ce qui couvre la glace ne devait justement pas réapparaître, et que Kannia devait être arrêté avant que le Loup de nouveau ne soit oppressé. Le coup tombant, la tête volant au loin, ce combat venait d’être achevé. Nous nous occupions de nos compagnons blessés et dont le froid du Coerthas devenait dangereux, rejoignant lentement l’Observatoire avec de nombreuses questions en tête. Une longue quête nous attends, pour comprendre ce que Kannia Hautepointe souhaitait accomplir dans cette partie du Coerthas. Et surtout, ce qu’elle cherchait à obtenir de Draumr Svartr, qui aurait du se reposé paisiblement depuis que ses faux-cultistes dégénérés essayant d’en faire un primordial ont été tués. Lui aussi, serait-il une cible des appels vers l’Apocalypse ? Le tout serait de faire en sorte que cela n’arrive jamais. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 305
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 30 avr. 2021, 14:10

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Premier pas vers l'Apocalypse."

Image
Cent-quarante-sixième Entrée – « Acte 2 – La dévotion à l’Esprit-Loup.»
Image
« Après les prémices de cette vaste quête, il nous fallait agir pour empêché les actions de Kannia Hautepointe et de sa tentative d’éveillé et subjugué les anciens partisans coincés dans la glace de Draumr Svartr. Certaines entités, dont nous avions consciences, préféraient voir préservé dans la glace les dits chevaliers, et si ils étaient conscients et prompt à réagir de leurs propres désirs, ils voudraient aussi rester dans la couche de glace. Loin de leur demander leurs avis, la cabale des brigands des Hautepointe s’offraient à la cause des Telophores avec plaisir pour que leur maîtresse soit vitesse de ses derniers. Que ce soit pour la République d’Ishgard, ou pour ce monde, il fallait découvrir ce qu’il se passait tout en œuvrant afin de les arrêtés. Si les combats contre ceux enlevant les Ixali continuaient, nous avions reçu un objectif pendant notre jour de repos, grâce à l’Observatoire et les recherches de Finaen : Une trace de la glace étrange qui nous avait mené jusqu’aux chevaliers, proche d’une grande route de voyage menant vers le nord. L’éclaireur des Durendaire avait disparut en enquêtant, mais en agissant rapidement, il était possible de lui venir en aide. Prompt à ne pas laissé un allié à une mort certaines, nous nous sommes retrouvés au centre de la ville avec les salutations de quelques locaux heureux de recevoir de l’aide supplémentaire.

Communiquant l’objectif encore flou, pour essayer de retracer le chemin droit vers toutes tentatives d’éveillés ceux qui sont recouvert dans la glace, l’équipe entière fut formée en vitesse. Nos mages étaient constitués du retour d’Eloise après quelques temps de repos, tout en ayant Finaen et Runne dès notre départ profitant de la chaleur des diagrammes de celle ci. Livio avait prit son autours prompt à faire usage de sa cérulame pour assuré des tirs à distances, ce qui serait plutôt efficace avec les tirs de barrages de Sorn enfin sorti du lit au plaisir de son grand frère. Heureux de retrouver Aerlin remit de Pagl’than pour s’occuper de nos blessures, notre camarade revenant du tréfonds de ses blessures après la chute d’Ikijin était Ugumori, l’immense Roegadyn prompt à venir nous protéger de nouveau des adversaires que nous étions sur le point d’affronter. Quittant la ville sous un temps paisible, quelques flocons tombant en laissant le soleil illuminé les neiges donnant l’impression que le monde entier était recouvert d’un linceul blanc paisible. Le voyage fut plutôt agréable cette fois – loin de la problématique de notre dernière péripétie dans les neiges où nous avons été confrontés au froid mordant nous tombant dessus sans cesse en pataugeant dans les neiges. Là, il s’agissait d’une route empruntée régulièrement par ses passants, et plusieurs en profitèrent. Vulkaroix accueillant notre départ avec quelques coupes, Sorn et Ugumori en profitèrent amplement, et se prirent au goût de navigué à travers les foules des marchands et locaux en voyager, dans un sentiment confortable dans un domaine qui pour une fois semblait bel et bien tranquille. Si l’Observatoire avait pu décelé la présence de cette glace surprenante, ce fut inquiétant que le monde continue de progresser à leurs affaires comme si rien n’était.

En premier temps, nombreux furent simplement tranquille à l’idée d’observer les environs, mais pas Finaen. Il guettait quiconque pouvait avoir un comportement suspect, jusqu’à poursuivre une personne qui semblait parfaitement perdue. Celui ci voulu s’échapper, de peu panique sans que nous en ayons la réelle raison, jusqu’à percuté Sorn involontairement en laissant l’ensemble chuter. Tandis que Finaen relevait son camarade qui remuait la tête après les deux fortes coupes de Vulkaroix, l’homme qu’il poursuivait dans la foule s’était évaporé, ne laissant derrière lui qu’un croc taillé avec des gravures dessus. Un croc de loup. Plusieurs personnes étaient relativement dans un état similaire – Perdu, inconscient de ce qu’ils faisaient là. Ils s’agissaient de personnes de nombreuses ethnies, fonctions, et erraient en se demandant ce qu’ils avaient à faire ici jusqu’à ce que nous ayons atteins le passage nous menant droit vers le domaine que l’éclaireur avait emprunter.

Tous furent réuni, Livio et Runne légèrement en retard après avoir fait une étrange rencontre avec une personne en blanc munie d’un masque. Je ne l’ai vu qu’au loin, mais mon esprit était trouble, car j’ignore su j’avais été censée pouvoir la voir, tandis qu’elle remettait une boussole entre les mains de Livio avant de disparaître en laissant les deux compagnons un peu confus. Ils réfléchissaient, alors que nous sortions de la grand route en essayant de discuter et déterminer ce qui pouvait bien se passer – sauf Sorn et Ugumori qui faisaient des jeux de mots à vrai dire. Mais la bonne humeur s’estompa en un instant quand nous nous sommes retrouvés face à une étendue enneigée immense, bien plus sombre qu’avant, et avec un sentiment de froid détestable. Derrière nous, les murmures des conversations des locaux était devenu un silence cassé par le froid d’un vent bien plus brusque. Observant les environs, Eloise constata aisément dans l’éther que l’éther élémentaire de glace était complètement détraqué, devenue impossible à canalisé convenablement – Finaen eu l’idée de se plongé dans l’éther pour le ressentir, mais chuta pendant un instant le temps de se remettre du coup de froid si intense vécu soudainement. Soutenu par Runne, nous progressions en avant en cherchant une piste, jusqu’à tomber sur l’éclaireur après un constat dangereux : nous voyons de plus en plus flou.

Comme si lentement, nous risquions d’être condamnés à devenir aveugle comme l’éclaireur l’était devenu. Ses yeux avaient gelés, précisément eux, et malgré l’effet de chaleur que Finaen disposait dessus se mêlant parfaitement aux soins d’Aerlin, il était condamné à la cécité. Ne pouvant le ramener, ni l’emmené, il fut installé contre un roche à l’abri des gens dans un refuge paisible avec des cristaux de feu sorti de la boite d’artisanat de Finaen. Il nous fallait traverser l’étendue, ce lieu nommé la « Passe des égarés » qui se trouvait là où elle était convoqué par ce que nous allions découvrir comme étant la Givre-Argent. La première de ceux qui furent arrachés de la glace par Kannia Hautepointe, et quoi que cette entité puisse être, elle avait des pouvoirs importants ayant un fort rôle à joué afin d’intégré Draumr Svartr aux forces des Telophores. Comme une barrière face à quiconque s’y opposerait, Ugumori progressait alors que Finaen et Runne nous empêchaient d’être gênés par les glaces, produisant une intense chaleur se joignant bien à ce que Livio escomptait produire grâce à son arme. Il fallait protéger nos yeux, mais les apparitions et explosions des élémentaires était la plus dangereuses même avec Ugumori bloquant les amas de givre. C’est la boussole curieuse que Livio avait récupéré qui nous permettait d’avoir une route, quelque fut l’entité, elle voulait qu’on trouve notre chemin. Et alors qu’Eloise écartait les glaces bien plus aisément avec le lance-flamme actif de Sorn, nous observions au loin une trouée dans la Passe des égarés prompt à nous sortir de là. Mais ceux qui avaient été condamnés à ce lieu eux, feraient tout pour que nous soyons de nouveaux serviteurs de la Givre-Argent. Menés par un ancien fils de Draumr Svartr, le loup devenu un amas de glace accompagné de nombreux corps fait uniquement de glace, ses cadavres translucides si affreux, se ruaient vers nous dans un grand cri de banshee avec l’intention de nous forcé à partager un destin si cruel.

Runne s’efforça de rapidement réchauffe les environs, ce qui fut parfait, avec les silhouettes furent déjà rendues plus sensibles à la chaleur ce qui devint un déchaînement immense quand Sorn activa son lance-flamme de nouveau, le diagramme activé peu avant que Runne et Eloise ne soient balancés au sol à cause d’un sort puissant venu du ciel, le rendit bien plus puissant. Les vents créer par le sort d’Eloise se mêlèrent à ceux qu’Aerlin convoquaient encore et encore avant, créant un mur de flamme titanesque qui dévora les silhouettes glacés en laissant un élan de dévastation. Tirant sur le flanc du loup, Livio aurait du être la prochaine cible, mais il perçu quelque chose en Finaen qu’il désirait convoité. Attrapant entre ses crocs le Kanabo immense d’Ugumori, il regardait encore vers Livio sans voir le poing foudroyant du Roegadyn explosant son crâne avant de choir au sol. Je tranchais ceux qui échappaient aux flammes de Sorn, tandis que nous arrivions au bord du passage pour sortir de là. Mais en nous retournant, Runne et Eloise arrivant plus lentement alors, Finaen fit prit d’une lueur dorée immense qui grandit autours de lui. Distordant le sort qu’il allait lancé, quelque chose de sinistre essaya avant tout de l’atteindre même en ce lieu perdu à travers un sort pour le forcé à voir quelque chose, un mur d’or dont il parlait au repos. Mais la déflagration de lumière l’envoya au sol lui et Livio, blessés et sonnés par les chocs, et nous devions les récupérés en vitesse avant de sortir de là.
Image
Heureusement avec notre passage en force, il n’y avait pas beaucoup d’adversité pour essayer de nous arrêté. Ceux qui n’étaient pas calcinés, avaient été tranchés nets, et nous nous échappions en urgence de la passe des égarés en soutenant Finaen et Livio qui grâce aux soins d’Aerlin, le pauvre ayant déjà fort à faire, purent se remettre du choc. Et il faudrait que cela advienne rapidement, dès que nous sommes passés, la confrontation n’allait pas grandement tarder : Un instant après avoir traverser la passé comme si nous cassions une fine pellicule de glace nous séparant d’une eau glacée, un bras gelé percuta Ugumori qui pu s’en défendre d’urgence. L’Immense gardien était une sorte d’ancien chevalier, dans une armure ancienne et dévasté par le temps, ce qui n’était pas couvert par le métal, était remplacé par de la glace, et il nous jura que personne sans autorisation ne quitterait la passe des égarés sans servir l’intérêt de la Givre-Argent. Quoi qu’elle soit, elle avait isolé ses masures pourtant normalement visible depuis la grand-route, en donnant l’impression à travers la passe que rien d’important ne se passait ici. Ce qui était tout le contraire : Dans les cieux, la fameuse marque qu’étudie Finaen se trouvait dans le ciel dégagé, des prières offrant comme une énergie tournoyante autours sortant tout droit d’un autel dédiés à Draumr Svartr où les locaux offraient un peu de leurs sangs. Ils étaient envoûtés, heureusement pas subjugués bien que le Porxie de Runne était typiquement là pour réglé ce genre de détails maintenant que le monde à un moyen de s’en remettre, ce qui restait un problème bien suffisamment grave . Sauver les prisonniers, les gens attirés ici par l’influence de ce culte était la priorité.

Loin de savoir qui l’avait formé, ce lieu était dédié à la Dévotion de Draumr Svartr et au vol du pouvoir de l’esprit-loup, essayant de nouveau de faire de ce dernier un Primordial afin de l’offrir aux Telophores en gage de respect. J’affrontais les chevaliers sur leurs Chocobos à l’entrée d’un passage menant droit vers le domaine intérieur des Hautepointes installés par ici, afin de couvrir mes compagnons, et ceux ci se focalisèrent surtout sur les adversaires environnants : Ce fut la notre première erreur. Délaissant les éléments autours de nous, notamment les immenses vitraux de glaces installés dans un recoin montrant de nombreuses figures, ça allait bien rapidement nous retomber dessus. Au moins, rapidement, l’Egi-Garuda d’Eloise avait mit en sécurité les habitants en dévastant les chaînes pendant que la magicienne mettaient ses derniers dans un coin où ils ne pourraient rien leur arrivé. En vérité, elle rejoignit même le village, et sauva la vie des locaux tout en faisant tout pour brisé les envoûtements les mettant dans un si piteuse état. Pour la couvrir, Finaen et Sorn s’étaient jetés sur les brigands des Hautepointes qui protégeaient le Telophore qui expérimentait un de ses orbes étranges que le magicien des chevaliers avait essayé d’utilisé pour subjugué Runne. Les tirs ne cessèrent pas pendant un instant intense, permettant aux lames de vents de Finaen de propulsé la plus part de ses opposants jusqu’à ce qu’il n’évite de se faire étrangler en s’échappant de la pointe du Telophore. Ses séides serviles venaient de récupéré un des harpons anti-dragons dont les Ishgardais se font une joie de s’en faire une spécialité.

Le projectile énorme se fracassa à côté de Sorn sans l’atteindre, ce dernier ayant esquivé l’absurde projectile en envoyant un explosion aux pieds de l’adversaire d’Ugumori. L’entité énorme fut ébranlée par le choc, son visage ayant déjà été défoncé par un grand coup de Kanabo laissant voir un crâne d’os ancien sous le casque clos qui le recouvrait. Il n’était sûrement pas un des veillés de la glace, mais l’ancienne dépouille avait répondu à un appel d’une magie infâme, et servait docilement. L’énorme choc du second coup d’Ugumori lui défonça une jambe, et le mit à terre. Il en profita pour frapper Sorn en l’envoyant valser ailleurs, tandis qu’il tenait tête au Roegadyn immense. Attrapant le morceau de glace en pointe qu’il avait tenté d’utilisé sur lui, il le brisa pour le défoncé dans le crâne osseux du gardien qui fini dans une dernière raillerie par échoué au sol. Au loin, le vitrail de la Givre-argent s’illuminait, et avec lui, le blizzard qui s’étendait. Et c’est là notre erreur – nous étions si concentré sur le danger de nos adversaires que nous en avions délaissés l’autel et la magie environnante.

Bien que premièrement, Aerlin, Runne et Livio œuvrèrent très bien ensemble à purifié l’amas écœurant de chair dans lequel ils voulaient incarnés physiquement les esprits des fils de Draumr Svartr pour leur servir de loup de bataille. L’énergie obscure incarnés par leurs rites s’échappa, tout l’éther due aux pulsions négatifs en fut lavé avant que Runne ne consume les chairs peu avant que Livio ne s’en débarrasse définitivement. De là, s’extirpèrent de nombreuses silhouettes des enfants de l’esprit loup libérés, partant d’ici sans oublié une léchouille au visage d’Aerlin. Ils ne purent rester au repos bien longtemps, malgré l’aspect merveilleux d’avoir libéré les esprits, un des chevaliers du un chocobo noir fonça droit vers Runne et Aerlin qui purent esquivé aussi tôt. Ils réagirent en envoyant à terre les deux chevaucheurs, s’écrasant au sol lourdement dès qu’ils furent privés de leurs attaches, et l’un dont la nuque fut grandement abîmé par un tir de Livio fut parfaitement en place pour être tranché net. Nous nous acharnions sur le chevalier restant et leur loup, sans voir à quel point le rituel déformé depuis la destruction de la sphère de subjugation par Finaen avait rendu les environs chaotiques.

En premier temps, le dit blizzard frappa soudainement en repoussant lourdement Livio. Nous en avons fait fit un premier temps, pour ma part sans compétences magiques j’étais moins utile qu’en massacrant le dernier loup qui n’avait pas été tranché en deux par un Runne balancé dans tout les sens, et soigné en urgence par Aerlin. Mais notre seul espoir fut Finaen. Pendant que Sorn le couvrait en balayant de nombreux tirs les brigands autours du Telophore blessé, l’éclair pourfendeur du mage rouge brisa les vitraux les uns après les autres jusqu’à atteindre le bout. Éclatant en milles morceaux de glaces, l’énergie accumulé des prières dont il se servait revint dans les cieux, et détonna d’une splendeur incroyable. Tout le monde levèrent la tête, ayant fini d’abattre nos ennemis, pour contempler la fureur incroyable de l’énergie entropique. Des colonnes de lumières tombaient mêlés à des pétales de glaces, Aerlin et Livio étendirent un bouclier rapidement, notamment pour protéger Runne qui essayait d’aider tout le monde à sortir parmi les survivants – Ugumori seul à côté de la carcasse du gardien fit tout pour s’en sortir en dressant un dôme foudroyant. Seul Sorn était resté à côté de Finaen, tandis qu’il concentra un immense pouvoir en créant un lys vermeille éclatant dans les cieux. L’entropie laissa place à la magnificence du contre-sort, provoquant un fort halo de lumière éparpillant le pouvoir des prières, rechutant dans l’autel qui se désintégra littéralement en emportant avec lui les envoûtés priants encore. Ce fut un pincement douloureux au cœur de voir des innocents qui ne purent être sauvés disparaître ainsi, mais Eloise en avait épargné une majorité. Nous avions encore à rejoindre la source de tout ceci, épuisés physiquement et moralement, mais la porte qui nous retenait d’aller exprimer notre mécontentement au coupable n’allait pas tenir bien longtemps.
Image
Prenant qu’un très bref instant, Aerlin économisa ses forces en fixant les environs, vérifiant que nos compagnons allaient bien en attendant de voir la porte s’ouvrir. Après que Runne ait vérifié les poignées, malgré l’enchantement de glace, le sort de Finaen pour réchauffer l’ensemble lui permit de retirer rapidement sa main avant qu’elle ne soit congelée. Ce qui fit qu’elle ne pu tenir bien longtemps quand la force de frappe s’écrasa dessus, Sorn s’amusait à dire qu’il allait toquer à la porte, et Ugumori enchaîna la réplique avec amusement malgré la fatigue. Alors que Livio sous la forme du tigre blanc rugissait dans un choc puissant émettant un éclair dont le kanabo d’Ugumori profita pour s’écraser dessus à toute puissance. Sous nos yeux, nous n’avions pas ouvert la porte, le fait qu’elle soit gelée aida à la fissurée et à faire explosé un trou de glace et de bois brisés volant dans tout les sens. Quelque fut notre état, et le sang perlant doucement de nos lèvres et de nos quelques blessures traités en fines gouttes rendant le sol d’un sinistre écarlate, nous nous engouffrions dans la brèche tout ensemble avec pour volonté d’en finir une fois pour toute. Lentement, nous observions ce qui était jadis les jardins isolés de cette demeure de famille égarée dans le Coerthas.

Les haies et les installations abandonnés n’était pas simplement oubliés sous la neige tombant sans cesse, mais bien congelés par la présence de nombreuses formations de glaces laissant pensé à la place de la dévotion à Draumr Svartr servant à canalisé les forces des prières. Si il y avait quelque chose de magnifique dans les reflets glorieux et somptueux de la glace, je restais tout de même inquiète à l’idée que tout était l’influence de cette Givre-Argent ayant eue un véritable intérêt à s’installer ici. Plus que l’idée qu’il appartenait à une famille de traître, elle devait avoir installé quelque chose ici qui parvenait réellement à faire usage des prières volées aux habitants afin de plaire aux Telophores. Plus nous nous engouffrions dans ce lieu, plus les murmures des prières se faisaient entendre autours de nous en donnant l’impression que le monde était recouvert de chants mêlant symphonies et actes de foi dont les paroles étaient toutes identiques à la syllabes prêts, signe de l’envoûtement qu’Eloise était toujours en train d’essayer de défaire. Ugumori en tête, veillant à ce que rien n’arrive dans les environs, l’influence de la glace se mit rapidement à tournoyer dans tout les sens. Si le terrain se modifiait, l’un des plus grands danger resterait rapidement les sonorités cristallines qui étendait une sorte de force de compression de l’air venant vriller nos tympans. S’en était douloureux, comme si quand ils bougeaient, tout les éclats de glaces se brisaient en même temps, et allaient en profiter ceux qui furent les premiers offerts aux influences détournés de Draumr Svartr – Les habitants de ce logis.

La plus part étaient des brigands à la solde de la Vengeance de Phoeniria, leurs capes bleues arrachées et leurs tenues de cuirs déformés par les déplacements des os et des muscles. Un peu de fourrure avait commencé à apparaître, signe de la transformation qui avait cherché à désiré pour devenir des hôtes infâmes des enfants de l’Esprit-loup. Rugissant, le regard fou, ils se ruèrent vers nous en affrontant la charge de Livio dont les éclairs accompagnaient les moindres mouvement du tigre blanc rugissant, malgré les entailles qu’il recevait au fur et à mesure sur les flancs. Ugumori et moi tenions la ligne comme nous le pouvions, écrasant et tranchant ceux qui approchaient alors que Runne et Finaen, qui relevait son camarade ayant été balancé au sol en le soutenant dans ses sorts arrêtant les glaces, faisant fondre tout ce qui essayait de nous écrasé et de nous déplacé en faisant choir de l’eau tiède sur Runne quand il fut mit au sol au lieu de se faire écrasé. Au moins, les son n’allaient plus être un problème, dans la bulle aérienne créer par Aerlin qui éloignait tout les sons, et quand il fut blessé au torse, je m’efforçais de l’aider à se relevé. Une erreur qui aurait pu m’être fatale. Quand une aberration de glace monstrueuse m’attrapa pour me balancer en travers d’un arbre gelé, le défonçant au passage en roulant plusieurs fois au sol. Ugumori aussi disparut littéralement, venant couvrir le flanc découvert de Sorn que Gladys avait découvert en criant une alarme, le machiniste tirait dans tout les sens avant qu’Ugumori venu l’aider ne trouve une lame se plantant brusquement dans son épaule. Et l’instant suivant, il disparut, laissant l’équipe débarrassé de ses opposants entamés rapidement des soins, notamment sur moi qui gisait au sol.

Ils furent dilués dans la masse pour guérir tout le monde, et je me traînais alors difficilement derrière en essayant de tenir le coup, mal en point. L’urgence de la disparition entraîna la ruée en vitesse de Sorn inquiet pour son camarade, rapidement suivi par tout le monde, dès qu’Aerlin acheva des soins sur l’ensemble. Nous nous retrouvions alors à gravir l’ascension vers la demeure qui aurait été grandiose si elle n’avait pas été abandonnée et délabrée. Mais la beauté venait de ses étendues de glaces, dénotant grossièrement avec l’autel de Draumr Svartr qui ne ressemblait pas tant à ceux observés jusque là. Il n’était pas un lieu de dévotion dédié à un esprit, ou à une tentative d’en faire un Primordiale. C’était là une œuvre de la folie des Telophores, une tentative de concevoir un simulacre de ce qui pouvait bien se passé dans les Tours de l’Apocalypse afin de rendre toute cette énergie prompt à invoqué l’esprit-loup en le rendant digne de l’Apocalypse. Ugumori était contre la paroi métallique où de la chair se trouvait, tandis que son ravisseur tentait d’expérimenté le moyen de le faire glissé à l’intérieur pour s’en servir.

Un Prêtre-Loup antique qui avait été sorti de la glace dans les environs, mais son armure ancienne recouverte de fourrure portait clairement des stigmates de transformations de ce qui avait conçu les néo-primordiaux. Il se gavait du pouvoir des prières, et ceux demeurant dans la maison continuaient servilement d’essayer de lui fournir des dernières forces depuis qu’il ne pouvait agir avec les envoûtés. Runne et Finaen partirent aussi tôt dans cette direction, fonçant en brisant la porte tout en se confrontant à deux chevaliers et à un serviteur, un majordome, tous ayant les yeux congelés. Malgré tout, ils y voyaient clairs, mais ça n’était pas la voix d’un vieil homme qui se fait entendre en échos lointains. Depuis la fenêtre brisée, on pouvait encore une voix cristalline presque envoûtante, qui cherchait à avoir une sorte de charme effectif sur eux. Néanmoins, Finaen les propulsa quand même au sol, les deux chevaliers furent écrasés sur le mur en arrière. Et si l’homme allait continuer de prier pendant que la douce voix parlait, Runne lui congela simplement la bouche, arrêtant d’un coup le flot de croyance. Répondant à une injonction mentale, les deux chevaliers se ruèrent en avant en éclatant tout dans des énormes coups de lames.

Des tables dévastés et des meubles volèrent partout en fracas dévastés, explosant tout au passage. Runne fit tout pour s’en sortir, encore confus, mais Finaen reçu un choc dans le torse en l’écrasant contre le mur de pierre brutalement. Mais ils ne voulurent pas les tués pour autant. Ils pouvaient être sauvés, et Runne fissura leurs armures sans cesse avec des lames de vents en permettant à Finaen de produire la foudre dans les entailles. Ils chutèrent, inconscient, et tout le vacarme du véritable blizzard dans la demeure cessa. Ils étaient sauvés, certes. Mais le majordome avait disparut. Dehors, je confrontais l’abomination en tournoyant sans cesse d’un grand coup de lame. Les fissures s’enchaînaient, mais un grand coup de patte me renvoya contre le sol, en piteuse état. Derrière, Aerlin avait créer des nombreux piques de roches dans les jambes du Prêtre-Loup, permettant à Livio et Sorn de foncer pour aider Ugumori. Brisant brusquement la lame dans l’épaule du Roegadyn qui avança en vitesse, se dégageant de là, en fonçant vers le Prêtre qui venait d’écraser Sorn dans une caisse à poisson où Gladys avalait bizarrement des sardines. Il essayait d’extirpé le pouvoir du Duc de Cristal de Livio, dans un hurlement de douleur puissant, mais son camarade n’allait pas le laisser finir ainsi. Attrapant le crâne du prêtre-loup, il à faillit le faire explosé entre ses mains, fissurant grandement le heaume, avant qu’il ne se dégage.

Pour en finir, Sorn et Livio reculèrent et produires un véritable barrage sur le monstre de glace, les soins d’Aerlin nous permettant cette dernière action avant de tomber, mon sabre le fissura jusqu’au cœur qui reçu munition sur munition avant d’exploser en milles morceaux. N’ayant plus sa bête de guerre, le Prêtre-Loup nous observait tous au sol en hurlant qu’il était le serviteur d’un futur dieu, mais son laïus fut coupé par Ugumori l’attrapant pour le fracasser sans cesse sur la stèle au sacrifice, massacrant brutalement ce qu’il en restait avec son lieu de prière. Le lieu de foi dédié à la Dévotion de l’Esprit-Loup venait d’être brisé, mais nous étions conscient du désirs de la Givre-Argent de servir l’intérêt de Kannia Hautepointe. Il nous faut avant de pouvoir retrouver la traîtresse voulant les faveurs des Telophores, arrêté l’entité suspecte qu’elle avait déchaîné. Avant que trop de personnes ne soient envoûtés pour faire définitivement de Draumr Svartr un serviteur de l’Apocalypse à venir. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 305
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 02 mai 2021, 14:15

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"La lignée maudite des Delatour."

Image
Cent-quarante-septième Entrée – « Acte 8 – L’ambition monstrueuse de Vermeille. »
Image
« Quand Corvus nous fit nous réunir en urgence au camp de la tête de dragon, au nord de l’Observatoire où nous avons trouvés logis pour affronter la Givre-argent, personne ne s’attendait à ce que la ville elle même soit menacée par la présence du démon. Quoi qu’il advienne, Vermeille n’allait pas se laisser simplement faire et ne souhaitait pas non plus attendre simplement de nous voir arriver vers lui pour le détruire. Nous nous occupions en une journée plutôt simple et agréable, comme le fut la fin de semaine depuis la difficile opération de combat que nous avions vécue alors il y à deux jours laissant Livio en mauvaise état et la plus part de nos camarades, en vérité, avec la nécessité de se remettre. Et avec l’épée qu’il avait reçu dans l’épaule, on ne pourrait pas non plus compter que Ugumori dans l’ensemble avec ce qu’il avait subi. Mais nous devions en finir une bonne fois pour toute avec ce que les Delatour avaient libérés, afin que l’inquisiteur Maleterre n’aient pas tout tout ses sacrifices pour rien. Vermeille étant la dernière entité qui restait en vie après que la plus part des autres démons incarnant des facettes de sentiments l’intéressant avaient été détruit, il n’allait pas simplement se laisser avoir. J’imagine que nous aurions pu en apprendre plus de Corvus, une fois en ville, mais tout n’allait pas être je dois le dire aussi simple qu’on l’escomptait.

Sortant de l’auberge locale de la tête du dragon, l’Observatoire cela dit me manquait étrangement déjà, c’est avec une victoire sur une partie d’échec motivante que j’attendais que petit à petit nos compagnons nous rejoignent tout en laissant Yone repartir là où il aurait à travailler. Si il avait su ce qu’il avait esquivé en partant tôt sans attendre Finaen, il aurait peut-être béni sa conscience et son envie de voyage. Finalement, l’équipe fut constituée très principalement de magiciens – Runne et Finaen naturellement, étaient là dès le départ en discutant ensemble de matérias et d’éclats élémentaires. Mais ce qui concernait les Delatour attirait toujours Teris & Vaule, celles ci voulaient se débarrassé définitivement de ce démon, et elles feraient tout pour atteindre cet objectif. Mais à tout cela, s’y ajouta la curieuse personnalité qui nous fit joué à l’intérieur de l’auberge. Une femme, dont je ne saurais dire la race, peut-être une Elezen, ou une grande Hyuroise ? Elle porte un habit d’un mauve intriguant bordée de dorure, que nous nommerons donc « Lunatic. » Au moins, la présence de Corvus et Sorn ajouterait la technologie en force à toutes cette équipe, et Augustol prendrait un rôle protecteur très important en étant présent pour protéger les locaux quoi qu’il en coûte. Son immense lame à ses côtés.

Nous retrouvant tous ensemble, prenant le temps de discuter un instant de ce qui fut, et de ce que nous allons devoir accomplir, c’est l’agitation en ville qui était en train de dériver grandement qui allait nous donner une raison de nous inquiété rapidement de la situation. Ce ciel d’un bleu azur lentement prenait l’aspect obscure mêlé aux ombres puissantes qui grandissaient dans des nuages à l’aspect sinistre. Une forte influence du néant était de plus en plus en train de prendre place, générant cette tempête en devenir qui assombrissait les cieux et les faisaient rayonnés d’un mauve macabre. Un des guetteurs des Fortemps hurla un « Il est dans les nuages ! » en montrant l’agglutination de plus en plus inquiétant qui firent se levé rapidement les canons anti-dragons. Mais deux furent détruit quand une sphère du néant grandit et éclata soudainement à côté en envoyant les artilleurs s’écraser au sol lourdement. Sur l’effigie de la paix avec les dragons ondulaient déjà quelques flammes mauves, peu avant que ne surgisse l’énorme dragon osseux. Il était animés par des énergies du néant, donnant l’impression d’une très vieille dépouille utilisée pour servir les intérêts de Vermeille, en fonçant tout dévasté dans le camp.

Le plan du démon était simple : Il était puissant, mais pas suffisamment à son goût en ce monde. Si il devait nous affronter, ça ne serait pas isolé loin de toutes proies, il venait d’infliger mort et peine au Camp de la tête du dragon, une source de nourriture confortable pour se renforcer. Tout le monde se mettait en position en s’éparpillant dans les environs, s’installant sur les rambardes, pendant que je relevais des habitants en leur hurlant de se mettre à l’abri tout en redressant des soldats et des victimes des chutes pas loin des canons anti-dragons. Les habitants furent rapidement mit en sécurité, du moins, pas suffisamment pour qu’un pauvre bougre ne chute au sol en se brisant par terre sous nos yeux, tandis que s’étendaient autours de nous de nombreux hurlements. Runne et Sorn me suivaient vers les hauteurs, pendant que la plus part allaient rester en bas. Des hordes de démons ressemblant à des chiens monstrueux et ailés apparaissaient aux portes en bondissant sur les habitants.

C’était les fruits des expérimentations et des ressources de tout ce qui avait été invoqué jusque là depuis la naissance du maléfice des Delatour. Vermeille ne se mettrait pas maintenant en danger, le chasseur invisible restaient dans l’obscurité comme la première fois que nous l’avions affrontés, mais cette fois, il n’allait pas rester passif et prompt à se prendre un lampadaire de Grob à la figure. Il se battrait, et c’est ce que nous allions en retour tous faire. Pour l’instant, il fallait juguler la menace de cette antique carcasse de dragon animée, et des hordes sautant sur les recrues des Fortemps massacrés dès la première vague. Et c’est en regardant les lances-harpons visant vers le dragon, dont l’un avait déjà planté un harpon dans le torse de la bête, que me vint une idée dangereuse, mais qui allait s’avérer efficace.
Image
Pour Augustol, hors de question d’abandonner le moindre des habitants locaux. Ne pouvant pas abattre sa lame sur une entité volante au dessus de sa tête, il se rua pour transpercer un des démons sur le point d’assaillir un chevalier des Fortemps blessé en venant le fendre en deux. Attrapant le bras du chevalier en lui criant de prendre une arme, et de foncer protéger les populations locales, il essayait de les galvanisés un peu alors que les éclairs de Teris & Vaule frappaient ici et là pour repoussé la foule infâme qui essayait de nous atteindre en bondissant sur les troupes. Voyant que le dragon se débattaient avec nos assauts, et que de plus en plus de monde allaient l’affronter, plusieurs furent prompt à tout faire pour arrêté la menace des démons définitivement pour les empêchés de continuer à surgir de la porte Est de la ville. Tenant la ligne de front, ils avaient Augustol qui protégerait efficacement au moins nos compagnons des foules hurlantes en envoyant des immenses coups d’épées dans la masse pour balancés les sortes de chiens infernaux qui chutaient sous les chocs intenses. Il ne tiendrait pas indéfiniment, malgré les foudres de Teris et Vaule qui devinrent finalement après un instant à abattre les cibles, des colonnades de lumières intenses fusèrent dans les masses hurlantes en éloignant ceux qui s’approchaient encore du chevalier Ishgardais levant sa lame enchantée dont la lumière bleutée s’extirpait comme un feu sacré.

Un instant de confusion eu lieu, jusqu’à ce que des oiseaux de glaces furent envoyés par Lunatic droit vers les verrous de la grille qui explosèrent soudainement, laissant la griffe tomber brusquement en écrasant les démons qui essayaient de passés d’une façons plutôt salissante et soudaine. Ceux à l’extérieur se rétamaient contre les grillages sans pouvoir les atteindre en rugissant, et malgré l’état piteux des remparts après l’assaut primaire de ce qui restait jadis d’un dragon, ils furent repoussés par les tireurs afin de les empêchés d’escalader ou de battre des ailes d’une quelconques façons. Mais les trois camarades qui venaient d’arrêté le flot avaient beaucoup à préparer, puisqu’en levant la tête, ils eurent rapidement des raisons de se défendre et d’affronter ce maudit dragon. Pour en revenir sur ce qui lui arrivait, il fallait déjà le faire descendre du ciel ! Fonçant vers l’un des canons en poussant de l’épaule l’arme anti-dragon, je fus aidé par des soldats que j’avais relevé, ainsi que Sorn qui souhaitait s’en servir. Dans un plan des plus dangereux, je fis confiance à la capacité de Sorn de faire usage d’une arme balistique en m’accrochant à la corde. Inclinant la tête vers lui en souriant, je fus littéralement propulsée par le harpon avec le tir de l’arme anti-dragon. Et la bête infâme était déjà des plus occupées. La glace de Runne fut mêlée à celle de Lunatic, essayant de lui gelé notamment les ailes pour l’envoyer choir au sol, Finaen s’acharna à essayer de le purifier de l’intérieur pour l’empêché de perpétué un carnage.

Ce qui fit que quand le harpon se planta brutalement dessus, le retenant encore plus en le rapprochant du sol, ça me permit de faire usage de mon grappin pour l’attraper et finir droit sur son dos. Il était temps de tout faire pour l’abattre, et mes camarades s’acharnèrent sur ses ailes pour essayer de brisées celles ci afin de le faire choir, tandis que je tranchais sans cesse au niveau de son dos pour chercher le cœur de son incarnation. A force de faire en sorte que ma lame traverse ce monstre, on pouvait de plus en plus voir ce qu’il y avait en dessous, jusqu’à observer un cristal lumineux inquiétant. Il tenta de se débarrassé de ceux l’attaquant, envoyant dans des souffles déferlants des énergies mauves explosant les canons anti-dragon jusqu’à ce que les harpons le lâches en fusant dans tout les sens. Voyant qu’il ne pourrait pas être aider par les hordes de démon, il essaya de se renforcer des blessures subies et des tentatives de purifications, notamment des lames de vents surpuissantes que Runne abattait dessus pour lui trancher les ailes, il fut de son mieux pour faire ce qu’une entité de la sorte fait quand elle se sent en danger : Essayer de manger.

C’est comme si les nuages finirent par tomber sur le camp de la Tête de dragon, et heureusement les populations civiles étaient mises en sécurités et pas au milieu de la ville pour devenir un fabuleux casse-croûte. Tous firent de leurs mieux pour protéger les habitants et les chevaliers qui étaient en danger, j’aperçus même l’usage du Teclis de Sorn, la lumière des pouvoirs venant d’Augustol et les nombreux sorts de défenses convoqués par nos magiciens – ils firent tout de leurs mieux pour que tout le monde s’en sorte, et au final, une grande majorité resta en vie. C’était une seconde de vengeance à notre dernière mission, cette sur la fatalité, mais le dragon n’avait pas encore été détruit. Tenant toujours sur son dos, il était clairement le temps de frapper, et je ne m’attendais pas à être autant renforcée. L’énergie projeté par Augustol percuta le monstre en étant bien rapidement suivi par la force de frappe de Teris, Vaule et Runne conjugués tentant pour l’une de le détruire, pour l’autre de le purifier. Sorn nous aura bien aider à ce moment là, pendant que les sorts tombaient, mais venant de faire usage du Teclis il reprenait un peu de l’espace dans la confusion alors que Gladys quant à elle envoya bizarrement un crabe. Mais c’est quand je perçue ma lame recevoir un puissant renforcement qu’il était temps de frapper très fort.

Enflammée par la magie de Lunatic, et ayant gagné un grand effet purificateur de Finaen, les disques de vents tranchants de Teris & Vaule allaient m’être utile. Fonçant droit vers la gorge, découpant tout sur mon passage, quand ses sorts tombèrent la bête n’était pas prête et elle fut littéralement déchirée en deux, jusqu’à ce que mon sabre casse le cristal qui l’incarnait. Un dernier hurlement se fit entendre, de douleur et de peine, tandis que le dragon qui n’était que chair gelée depuis une éternité, os, et énergies du néant vint à choir droit au milieu de la ville. Des plaques de glaces le ralentissait, et je pu saisis l’opportunité d’être allégée par Runne et Finaen pour bondir, sans voir dans l’instant Sorn qui s’était mit en dessous de ma zone de chute avant de percuté mon camarade, roulant tout les deux dans la neige d’une façons un peu confuse. La bête draconnique, formés de cristaux de glaces mauves et d’os, gisait au milieu de notre groupe. Mais très rapidement, il fallait se préparer au pire. Bien que n’ayant clairement pas fait autant de victime qu’attendu, Vermeille décida de se dévoilé en observant le Camp de la Tête de dragon, son futur festin à ses yeux. Haut dans les cieux, nous l’observions avec fureur et envie d’en décombre. Et en retour, il entama nos retrouvailles avec une puissante incantation se préparant à être balancée vers nous.
Image
Pour essayer de l’interrompre, une vague de feu explosif détonna dessus venant droit de Teris et Vaule. La foudre frappant brutalement sur la bête autant que les tirs de Sorn pouvaient essayer de l’abattre avec le concours de Lunatic, Runne et Finaen faisant tout pour qu’il soit purifié dans des rayonnements illuminés. La pluie de magie et de projectile s’écrasaient dessus dans des fracas puissants, s’écrasant dessus encore et encore alors qu’il relevait petit à petit la tête, agacé par un tel torrent suite à son apparition. La ville était encore en relativement piteuse état, non pas qu’elle était ravagée et ses murailles mit à bas, mais la présence obscure crépitait et laissait voir des éclairs mauves ayant laissé plusieurs carcasses de chevaliers desséchés comme si on les avaient entièrement vidé de leurs sangs. Tout le pouvoir que les autres pouvaient bien avoir, finissaient à l’intérieur de l’incarnation qui battait des ailes au dessus de nos têtes en donnant l’impression qu’il désirait que le monde environnant gagne la même couleurs que l’incarnation que nous confrontions. Vermeille. Le démon qui convoitait la place d’Arun’Brakar lui même, s’arrêtait à faire choir sur le camp de la tête des dragons bien des malheurs, et son arme d’avant garde, le dragon osseux, avait déjà détruit les armements anti-dragon dans ce versant de la ville en empêchant les tirs de canons de pouvoir aisément l’abattre.

C’était désormais lui, ou la ville, si il n’était pas vaincu il en profiterait pour nourrir son essence du pouvoir colossal transmit par le massacre des habitants de cette bourgade, nous comptant. Il escomptait devenir bien plus fort, au prix de la vie de tout ses gens, etn ous étions là pour l’arrêté. Tandis que nos mages frappaient sans cesse dans des lueurs puissantes, il nous fallait bien trouver quoi faire avec Augustol, et pendant que le chevalier commençait à préparer des sorts défensifs pas loin de sort dans une puissante lumière irradiante cherchant à arrêté les coups à venir, étendant une barrière de cristaux dues à l’éther défensif, j’extirpais pour ma part un parchemin de sceau afin de l’empêcher d’atteindre la dépouille. Au vue de l’énergie qui s’en dégageait, son serviteur involontaire n’était pas totalement à l’abri de finir au service de Vermeille en lui donnant du pouvoir. Déployant les magies gravés sur les symboles, les os abandonnés du dragon furent scellés, et il ne pu l’utiliser pour acquérir du pouvoir. Son incantation échouée, il disparut d’un coup dans une brume infâme avant de réapparaître au dessus de la ville après avoir dévoré un chevalier pour utilisé l’énergie accumulé afin de nous détruire. Des rayonnements fusèrent un peu partout, des sphères vermeils frappant au sol dans des grandes déflagrations avant que tous ne puissent se sortir de là rapidement, Augustol ayant pu grandement aider à protéger Sorn et Lunatic dans des grandes lueurs d’énergies.

En retour, une de ses ailes fut littéralement massacrées par Runne et Sorn, me semble t-il, je courais à ce moment pas loin de là en croisant Augustol sur ma route qui fit usage d’une puissante magie reluisante pour essayer de l’atteindre. Frappés brusquement, dès lors qu’il fut retrouvé par Finaen, Teris & Vaule se propulsant dangereusement droit vers sa proie pour y coller un sceau d’affaiblissement directement dessus. Il aurait pu réagir, mais suite à la lenteur provoqué par le sceau, je pu planté mon sabre brusquement dans son flanc et le mettre en position quand Finaen et Lunatic agirent en équipe : l’étrange occultiste avait fait explosé la base d’une hallebarde de présentation tenant un des fanions d’Ishgard avant que Finaen ne l’utilise pour produire une ondulation de vent puissante qui fit fusé l’arme décorative en plein dans le dos du démon, le transperçant de part en part avec la vitesse d’application du jet. Il tomba au sol, et disparut soudainement, continuant à essayer de massacré les habitants locaux tout en essayant d’arrêté nos tentatives de le bloqué avec une sphère d’obscurité qui s’étendait de plus en plus au milieu de la ville. Levant son bâton, Lunatic planta brusquement le pan de tenue arrière de la parqua de Sorn en l’empêchant de voler droit vers la sphère qui nous attirait tous, tandis que nos autres compagnons semblaient tenir le coup. J’avais bondis en glissant au sol pour rattraper Teris & Vaule qui chutaient depuis qu’elles avaient posés le parchemin, ralentie dans sa chute par les vents de Runne, me permettant de facilement la récupéré en plein vol. J’allais néanmoins finir par être attirée dans la sphère de confusion, qu’Augustol avait du subir pleinement en essayant de reprendre ses esprits, mais les vents de Teris & Vaule me menèrent droit avec elles sur les hauteurs au milieu du camp.

Relâchant la dépouille d’un chevalier au sol, s’étendant avec les autres cadavres, nous étions épuisés mais pas nécessairement blessés par le combat acharnés qui avait déjà volés quelques vies. Peu, en considérant la dangerosité de ce démon, mais déjà trop à mes yeux. Frappant ici et là, Augustol envoya finalement un grand coup de lame dans le démon en même temps que la magie frappait avec acharnement, Sorn aidant comme il pouvait avec plusieurs tirs le criblant sans cesse. Je passais de l’autre côté de la lame de l’Elezen, tranchant de mon sabre tout comme il fracassait de son énorme lame, le laissant à la merci des sorts qui ne cessèrent de tombé. Sa force ne lui permettait plus de rester en ce monde, c’est avec frustration et rage qu’il se désagrégeait lentement en hurlant, agitant ses griffes comme pour se rattraper en vain. La malédiction ancienne de la Lignée des Delatour venait d’être levée, celle qui avait poussé l’engeance de démon, de fils trahis, et de maléfices anciens s’arrêta en ce jour après une chasse en travers Eorzéa, du Thanalan à la Noscea, jusqu’à revenir au lieu de sa naissance : le Coerthas. Détruisant le sceau sur les os, je m’étendais au sol en haletant tout en observant Finaen et les volontaires priés pour que l’esprit du Dragon repose dans la mer des étoiles. Annexe Trime serait prévenue pour que la dépouille disparaisse enfin au repos proche de son peuple, Merethir pourrait bien faire son rôle de garant de la paix entre humains et dragons avec ce gage de bonnes intentions.

Nous en avions fini, le camp de la tête du dragon réparait déjà les dégâts subis et remettait de l’ordre dans ses canons anti-dragons. Plus jamais l’essence de la malédiction des Delatour ne provoquerait de tels horreurs. Mais désormais, il nous restait encore une tâche importante qui nous attendait. Tandis que pendant que nous agissions ici, la Givre-Argent préparait ses prochaines actions afin d’offrir Draumr Svartr à l’Apocalypse. Alors que je me repose dans mon lit, ce rapport à la main, je ne pouvais que me satisfaire à l’idée de ne pas avoir à affronté un démon de cet ampleur en même temps que les Telophores. En m’interrogeant encore cela dit, sur la nature du pouvoir qui leur permettrait de faire naître ses néo-primordiaux, et si il n’y avait pas même un lien infime entre les deux forces qui pourraient menés notre monde à sa destruction globale. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 305
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 05 mai 2021, 15:18

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Premier pas vers l'Apocalypse."

Image
Cent-quarante-huitième Entrée – « Acte 3 – Une avalanche au visage hurlant.»
Image
« Rumeurs et informations sont la clé quand nous n’avons pas encore les ressources pour frapper clairement l’ennemi. C’est bien là une difficulté des aventuriers, qui en font bien plus souvent des vengeurs que des protecteurs. Un peu des deux, je dois l’admettre, quand il convient de venir en aide à ceux qui peuvent encore être sauvé. Après la destruction de Vermeille, nous avions un poids immense en moins maintenant que la malédiction des Delatour s’est éteinte avec ce haut démon que nous chassions depuis quelques temps maintenant. Nous avions donc tout intérêt à rapidement nous concentré sur notre dernière cible actuelle intéressant l’affaire des dévots de l’apocalypse de Kannia. La Givre-Argent était l’avant-garde des problèmes qu’elle désirait soulevé dans le Coerthas Central, et il nous restait bien à faire pour l’arrêté. C’est en entendant parler à l’Est de l’Observatoire, dans les montagnes, des problèmes concernant des souffles ayant balayés des recoins en laissant quelques pauvres bougres sous forme de statues de glaces qui nous alerta clairement de la situation critique. Ça n’avait pas débuté il y à bien longtemps, et naturellement les Durendaires avaient réagit aussi tôt en rapatriant les habitants locaux droit vers l’observatoire pour être en sécurité, abandonnant les quelques camps de chasses, de bûcherons, ou encore les relais des voyageurs permettant des pauses sur la grand route glacée. Nous nous sommes réuni alors que la situation était encore peu claire et confuse, avec pour intention d’en apprendre le plus possible sur la Givre-argent en espérant que cela nous mène droit où elle repartait ressourcer son pouvoir avant de provoquer de nouvelles catastrophes, voire pire, d’invoquer le passage des égarés pour happés quelques personnes prompt à offrir leurs prières à Draumr Svartr.

C’est alors au centre de la ville qu’une fois de plus, nous nous sommes retrouvés proche du feu. Rapidement, l’équipe s’est formée, revoyant Aerlin venir protéger nos vies de ses soins en cas de coup dur tout en ayant deux protecteurs d’avant garde : Livio avec son attirail de pistosabreur complet et le Sir de Frilaix toujours prompt à tenir la ligne de bataille. Pour soutenir l’ensemble, nous étions prompt à ravagé les problématiques sur la route avec Runne, Finaen et Sorn comme toujours, ayant donc un groupe de compagnons se connaissant majoritairement fort bien. Et pour autant, la mission allait tout de même se ressentir comme étant compliqué et dangereuse. Les combats n’éclatèrent pas aussi tôt, nous marchions dans les neiges tournoyantes rapidement sur la grand route en rendant la vision confuse. Les chevaliers des Durendaires amenaient les blessés et les errants droit vers la ville difficilement, mais plus nous nous enfoncions loin de la ville, plus certaines personnes étaient en piteuse état. Sorn et Livio se ruèrent ensemble – Bien que Sorn était là aussi pour dégrisé un peu, poursuivi par sa tourelle Gladys lui balançant du café dessus en éblouissant un instant bien contre lui notre cher Finaen. Ce dernier les aidait en modifiant le terrain pour leur permettre de déplacé les chariots égarés.

Pendant ce temps, Aerlin sous la surveillance d’Augustol, soignait comme il pouvait ceux souffrant de blessures et engelures, jusqu’à voir une personne dont le bras entier avait littéralement été congelé. C’était affreux à voir, et les chevaliers s’étaient décidé à le couper avant que son corps ne soit encore plus affecté alors. Nous arrivions dans un relais de voyage, là où des chariots étaient entreposés avant de pouvoir rejoindre l’observatoire, provenant d’après les inspections de Finaen et Livio d’une mine plus à l’Est. Amenant une source de pouvoir inquiétante : Des cristaux d’éther, provenant des montagnes des bordures d’Abalathia, qui avait particulièrement intéressés ceux qui avaient tout saccagés ici. Nous inspections le campement, l’éthérimètre ayant aidé à clairement comprendre qu’une force étaient passé par ici en congelant les pauvres locaux. Ils n’étaient pas simplement gelés en vérité, comme les autres, leurs corps avaient été littéralement pulvérisés pour laisser place à des silhouettes de glaces translucides. Qu’il était inquiétant et cruel de voir comme une personne pouvait devenir absolument rien en un instant.

Utilisant le Porxie, bouchon, l’accompagnant. Runne pu comprendre facilement qu’il y avait une présence d’énergie primordiale même très diffuse, préservant les incarnations de la sorte. Et pendant que nous inspections, Livio ayant trouvé un inquiétant colifichet de Draumr Svartr pendant qu’Augustol et Sorn guettaient les environs. Il était temps de purifier ses pauvres personnes. Finaen amenant à lui Runne et Aerlin, les trois ensembles firent usage d’énergies puissantes pour permettre aux victimes de rejoindre la mer des étoiles. L’une des statues bougea, attrapant Finaen à la gorge, pour lui dire dans l’urgence de ne pas la laisser animé ce qui se cache dans la montagne. Cela correspondant vaguement aux traces, et aux combats menés vers les hauteurs des mines plus lointaine. Et pendant qu’en majorité le groupe se déplaçait vers les problèmes, conscient au vue de ce qu’il se voyait que des combats allaient éclatés, Finaen resta avec Augustol et Aerlin pour vérifié la demeure du relais où de la lumière jaillissait encore. Défonçant aisément la porte, Augustol tomba nez à nez avec un citoyen en train de se transformer à moitié, comme celui ayant explosé dans la caravane lors de notre toute première mission.

Il était sur le point de faire de même, l’énergie entropique se préparant à produire une grande explosion, et rapidement le chevalier dressa une barrière d’énergie en hurlant à tous de sortir de là. Les civils étaient paralysés, voir un membre de la famille finir ainsi les avaient laissé coi et effrayés par la situation. De ce que j’en sais de la femme m’ayant tout dit, elle parla d’Aerlin comme une sorte d’ange gardien envoyé par les esprits des Saints d’Ishgard pour venir les chercher, tout de blanc illuminant les lieux en venant les recueillir. Si seulement Aerlin savait que désormais, il y avait pratiquement une micro-religion de quelques personnes l’honorant comme un envoyé des saints, je me demande comment il le prendrait. Mais attiré par les vents de Finaen, ils furent éjectés dehors en laissant la masure explosée soudainement en faisant reculé Augustol, percutant légèrement Finaen en laissant des pierres dévastés volés partout. Au moins étaient-ils sein et sauf, et ils s’assurèrent de leur donner l’ordre de partir vite pour l’Observatoire avant de foncer dans notre direction. Ils allaient emprunter un sillage de corps dévastés et de glaces brisés le long de notre chemin, car nous progressions à cet instant même droit vers les problèmes plus important.
Image
La route découverte menait droit vers les forces que la Givre-Argent avait mené par ici dans l’espoir de levé une force de frappe conséquente pour récupéré la mine qu’elle convoitait. Lentement, à mesure que nous tranchions et fracassions les esprits animés dans les glaces, bougeant leurs silhouettes dans des râles intenses. La présence d’un Subjugué par les Telophores allait reprendre la situation plus dangereuses – L’hideux renégat de la vengeance de Phoeniria, le corps muté par les puissances volées de Draumr Svartr, avait le regard illuminé par le mauve de la magie des Telophores et progressait en frappant de son immense Morgenstern. Livio fut prit par un choc et vola plus loin dans la neige, après avoir ouvert la voie, que Runne et Sorn tenaient bon alors que Runne fut mit au sol, son adversaire éclata dans un choc puissant. Envoyant des explosifs un peu partout, Sorn ne lésinait pas sur les efforts pour empêcher quiconque de nous atteindre en envoyant de voir littéralement faire tout exploser autours de lui. Nous ouvrions la voie, et je fis payé à celui ayant balayé Livio de son arme son outrage de sa vie d’un grand coup de lame en pleine tête, jusqu’à parvenir en le soutenant à atteindre le grand mur de pierre qui empêchait les forces de la Givre-Argent d’atteindre les mines. Les étendards de leurs créateurs, la grande maison Dzemael, étaient mêlés à ceux des responsables et protecteurs de ce lieu, la maison vassale de Castefoi, sous la direction Arnaudroix de Castefoi, le chevalier se trouvant à l’avant de ses combattants dont les capes claquaient au vent venant de la fureur de ce qui étaient face à eux. Régulièrement, des explosions apparaissant sur les bordures de pierres en produisant des fortes lumières venant des déflagrations provoqués par les tirs répétés d’une sorte de canon conscient.

C’était là un artefact engendré par les forces de la Givre-argent, consistant à avoir voler un canon de ligne Ishgardais en l’ayant enroulé dans une spirale de glace pour un déplacement rapide et efficace, ses tirs n’étant rien d’autre que des concentrés de glace à l’intérieur du canon provoquant des tirs puissants essayant de dévasté les murs et ses défenseurs ne parvenant plus à faire usage des quelques canons anti-dragons qui n’avaient pas été gelés. L’ensemble des corps de glace, esprits tourmentés animés par la volonté de cette malédiction, et des quelques parjures des Hautepointes portant des armures stylisées à l’effigie de Draumr Svartr, des fourrures et des capes bleues, était mené par le majordome échappé du manoir que nous avions découvert. Là où était mené le lieu de dévotion à l’Esprit-loup.

Installé sur une grande créature de glace à six pattes, l’élémentaire avait été dominé et littéralement formé pour lui servir de monture de bataille, afin de piétiné littéralement les chevaliers des Castefoi dont le seigneur rugissait des ordres. Sans hésitation, alors que nos compagnons venaient de nous rejoindre, nous leur portions secours en assaillant les formations ennemies. Essayant de se tailler un chemin vers la mêlée, Runne passait dans les jambes de ses renégats en frappant de ses dagues ici et là pour les déstabilisés, l’un essayant de l’attraper passa par le fil de mon katana, ce qui n’empêcha pas hélas Runne de se prendre une flèche dans le dos. Balancé en avant, il roula en esquivant une de esprit glacés qui luttait plus loin tout en propulsant de nombreuses lames de vent massacrant ceux que nous avions blessés. Je fus confrontée bientôt à leur chef, qui était visiblement désireux de m’écraser la tête après m’avoir blessée dans le dos, restant rapidement lame contre lame en ne parvenant pas à fendre sa hache de combat en deux à cause de l’éther qui le renforçait. Il m’envoya son poing dans la figure, me faisant choir à genou, la mâchoire très douloureuse et l’esprit confus, mais le second coup prompt à me défoncé le crâne ne tomba jamais. Quand l’éclair propulsé par Runne droit vers ma lame vint me renforcer, j’usais de cette vitesse supplémentaire pour trancher son bras, et mes deux derniers opposants en deux. Ce fut difficile, mais les renégats furent terrassés en vitesse, laissant nos compagnons lutés contre l’élémentaire non loin de là. Il reculait, assaillit par Livio sous sa forme de tigre blanc avec l’usage du totem des milles bêtes.

Dans des éclairs foudroyants les environs, il avait infusé la glace de foudre en endommageant grandement son incarnation, permettant à Sorn et Finaen de foncer et d’atteindre une machine de chauffage de Cielacier défectueuse que le seigneur Ishgardais local défendait comme il pouvait. Un filin d’éther fut installé à l’intérieur, et Sorn connecta Gladys à la machine pour l’alimenté, celle ci produisant une grande onde de chaleur faisant tombé Sorn et Finaen au sol, mais réchauffant grandement l’espace et les soldats locaux. Rapidement, ils reprirent des forces à mesure que nos ennemis eux diminuaient en puissance, leur canon ayant fini par cessez de tirer sur le mur quand Aerlin souleva des roches en brisant de plus en plus ce dernier. Sous la protection d’Augustol, il pouvait se permettre aisément de le faire, jusqu’à ce que le canon se tourne vers Aerlin pour lui tirer en plein ventre brusquement. Le coup était déjà violent, mais les prochains allaient être pire, et il pu échappé à un tir puissant alors qu’il ravagea un peu plus le canon, quand Finaen rendit de plus en plus lent et désastreux ce dernier grâce à l’éther flamboyant infusé à l’intérieur. Après l’avoir laissé en piteuse état, cela permit à Aerlin de s’installer derrière l’élémentaire qui reçu le tir de plein fouet à sa place. Laissant l’instant d’après Augustol qui avait massacré en bonne partie ses gardiens, des créatures absurdes transformées par les énergies des Telophores en modifiant la glace de façons abjecte, frapper de sa lame le canon.

Ayant renforcé les flammes intérieurs par la foudre, Finaen avait fait en sorte qu’il n’eut pas besoin de beaucoup d’effort pour détruire de l’intérieur le canon, et il n’en resta rien que du métal fissuré et de la glace brisée. Reculant lentement, le majordome mentalement contrôlé et sa monture de glace n’avaient fini plus qu’à ne faire plus qu’un, brisé plusieurs fois par Livio et les tirs répétés de Sorn tambourinant dessus en essayant de le dévasté. C’est quand il avança au milieu des chevaliers de Castefoi en écrasant un des jeunes sous une de ses énormes pattes qu’il reçu juste rétribution : Utilisant la roche, Aerlin le coinça en vitesse en le laissant directement à la merci de Livio. Dévastant tout dans un nouvel éclair traversant son pelage jusqu’à atteindre sa carcasse glacée, il chuta lourdement au sol, jusqu’à ce qu’une forte déflagration n’efface une partie du corps de glace quand Sorn tira à travers d’une de ses précieuses bouteilles d’alcool projetée par Gladys. L’entité menant l’assaut se détériora aussi tôt, dévastée, mais dans son agonie elle convoqua ce que la Givre-argent était venue éveillé dans les environs. Du ciel, se soulevant comme une comète d’un blanc pure venant d’une montagne à une dizaine de minutes de marche d’ici. Avant qu’elle n’éclate dans les airs en donnant l’impression d’un monde de givre magnifique. C’était beau. Hélas, c’était aussi en train de nous retomber droit dessus.
Image
Il ne fallait pas que nous en sortir nous vivant, il y avait encore pas mal de monde parmi les chevaliers qui battaient en retraite en voyant la vague de dévastation leur tomber droit dessus. Le seigneur de Castefoi hurla à ses hommes de se mettre à couvert, et les premières vagues de piques de glaces se heurtèrent aux défenses de Runne et Finaen dans des grandes ondulations de lumières dans les cieux, se mêlant au Teclis de Sorn fusant ici et là en créant des barrières pour empêcher les civils de se prendre des chocs. J’essayais de défendre Aerlin et Sorn, Livio non loin de moi créant des barrières pour me protéger moi et notre guérisseur, mais pour certains, ce ne furent pas suffisant. Se dressant devant le danger, Augustol parvint jusqu’à Finaen quand les éclats de flocons immenses explosèrent dans toutes les directions autours, le protégeant de son corps et de son énergie dans une barrière de lumière magnifique. Runne fut percuté par un des éclats, tombant lourdement au sol en étant immédiatement rejoint par Aerlin alors qu’autours de nous il y avait des grands amas de dévastations de glaces, une terre gelée aux différentes lueurs bleutés ondulantes et d’une beauté cruelle puisqu’elle avait faillit nous abattre. Nous laissions à contrecœur Sorn auprès du sir de Castefoi, soutenant notre compagnons inconscient qui gisait au sol, blessé, ayant reçu des soins d’urgences mais dont le choc avait fait perdre conscience.

Partant vers de là où provenait les tirs, après qu’Augustol, Runne et Sorn aient reçu des soins, les chevaliers s’occupaient des nombreux blessés et de l’état de mur en nous souhaitant bon courage après les liens tissés par le combat qui avaient été formés. Une dizaine de minutes de marche nous séparait de la montagne d’où provenait la glace, progressant doucement pour ne pas nous épuisé et récupéré des forces après l’affrontement nous ayant laissé quelques blessures, et c’est sans la moindre difficulté si ce n’est l’observation de la neige tournoyante et des amas de roches glacées dans les environs, que nous sommes arrive au pied de cette hauteur rocheuse.

Dans les cieux, tournoyait la lueur d’argent d’une femme de glace. La Givre-argent à l’allure d’une femme, une robe magnifique de cristaux de glace gravés et magnifiques qui souriait finement en nous observant. Néanmoins, on pouvait voir au fond de son regard, l’a force de la subjugation des Telophores qui en faisait une loyale servante de l’Apocalypse, et elle était venue pour ça éveillé ce qui sommeillait dans la montagne. A l’image des chevaliers de Draumr Svartr couvert par la glace, il y avait ici un cristal qui conservait de nombreux esprits en sommeil d’ancien dévot qui s’éveillèrent, manipulé par de tels forces qui étaient prompt à s’en servir comme arme de siège pour détruire les portes des Castefoi. Un visage immense hurla en apparaissant dans la neige, se débattant comme si il était enchaîné, avant qu’une immense avalanche ne commence à choir. C’était donc ça, que cherchait ici la Givre-argent, et l’entité nous tombait droit dessus en dévalant la montagne en fonçant droit vers nous. Être chargée par un visage hurlant immense sortant de la neige n’est ni une expérience agréable, ni très commune, mais nous ne pouvions pour l’instant rien faire d’autre que fuir. Rester devant étant du suicide, Augustol était prêt à faire ce consensus pour la survie de ses compagnons – Plantant sa lame dans la neige, une forte lueur d’un bouclier jaillit alors en commençant à essayer de bloqué le flux de neige et de glace maudite rugissante qui déferlait vers nous. Sa protection explosa en lueur éparse, et il cria quand il fut frappé par l’ensemble, mais il ne fut heureusement pas écrasé car Aerlin souleva un mur de pierre intense qui offrit quelques secondes nécessaire pour que Livio attrape le bras d’Augustol avant de partir en vitesse avec. La protection d’Aerlin était en train de cédée, mais Finaen la renforça aussi tôt en soulevant pierres sur pierres afin d’empêcher la déferlante d’écraser Livio et son camarade pendant leur retraite.

Nous progressions en avant avec notre pistosabreur, tranchant les entités qui progressaient vers nous en gémissant alors que Runne non loin projetait lame de vent sur lame de vent en essayant d’affaiblir la créature qui générait l’avalanche. Ralentie, frappée sans cesse, c’est après une course effrénée que nous avons été repoussés droit contre la porte de la muraille menant aux mines des Castefoi. L’entité avait voulu déferlé et faire explosé la porte, mais à la place, elle se contenta d’échoué idiotement devant avant de lentement, redressé ce visage immonde que nous avions déjà observé. L’avalanche au visage hurlant se dévoilait devant nous en s’agitant brutalement, deux bras en griffes de neige et de glaces jaillissant des deux côtés tandis qu’il penchait doucement la tête vers nous.

Elle ressemblait à ce qu’on pouvait nommer un « Phoebe », sûrement l’amalgame d’ancien sacrifié avait-il instinctivement prit la forme de cette créature, mais il n’était en rien joyeux de devoir l’affronter. Les canons étaient prêt, mais les tirs de harpons furent inefficace quand ils balayèrent l’entité en tirant encore et encore dessus. Pour empêcher son coup fracassant de nous réduire en bouillie, Livio fusa protégé par une de ses cartouches défensives se mêlant parfaitement au bouclier d’énergie que lui avait fourni Augustol avant de le laisser. Rayonnant autours de lui, il s’écrasa contre le bras immense qui ne pu pas brisé les protections et qui fini par s’écraser à côté de Livio dans un puissant fracas. L’autre main était alors occupée par Augustol, plantant son épée en travers, jusqu’à se faire attraper par la griffe qui le souleva brusquement en l’air en essayant de l’écraser. Nous nous étions concentré à retrouver le cristal à l’intérieur de l’entité, la foudre de Runne et Finaen frappant à l’intérieur – tandis que le miqo’te frappait de toute ses forces, Finaen lui cherchait directement le cristal jusqu’à parvenir à l’atteindre, dévoilant ce dernier. Bondissant sur le pique de roche qu’Aerlin venait de soulevé pour littéralement empalé la créature au sol, ma lame tailla une profonde fissure droit vers le cristal, mais je ne pu faire grand-chose d’autre quand son souffle émettant un rayonnement me balaya lourdement au sol, avant d’essayer d’atteindre mes compagnons qui purent s’en protégé. Il fallait en finir, et Livio et moi offrions ce temps en fonçant vers ses bras. Lui planta sa lame dans l’intérieur de la main qui se refermait dessus, l’explosion et le souffle l’écrasa plus loin au sol à côté d’Aerlin en même temps que je me fis mettre à terre en ayant tranché l’autre bras qui était devenue une sorte d’épée de glace.

Deux à terres, mais le reste concentré sur le cristal : Dès lors, Augustol s’était échappé de la main en purifiant celle ci, jaillissant pour essayer de fendre le cristal en écrasant sa lame dessus, laissant une profonde fissure tandis qu’Aerlin concentrait ses efforts pour rendre Finaen plus puissant. Profitant que Runne affaiblisse sa présence en utilisant la purification du Porxie mettant à mal l’influence de la subjugation Telophore sur le cristal, c’est quand l’immense lueur faisant naître une silhouette d’arbre blanc dont des lys écarlates irisés d’un blanc magnifique tombèrent, que la purification entra dans la faille provoqué par l’épée d’Augustol. En quelques instants, toute la pseudo-avalanche au visage hurlant s’écroula au sol, laissant ceux qui avaient été enfermés enfin être guidés vers la Mer des étoiles. Le calme fut bousculé par quelques cris de joies, j’étais étalée au sol à ce moment rapidement soutenu par Augustol pratiquant les premiers soins pendant qu’Aerlin s’occupait de Livio. Au loin, vers le nord, j’observais comme une lueur de cristal inquiétante. Loin d’ici, j’ignore comme la Givre-Argent prenait son échec. Mais nous étions conscient que notre prochaine objectif serait simple : Nous débarrassé d’elle définitivement. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 305
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 07 mai 2021, 13:22

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Premier pas vers l'Apocalypse."

Image
Cent-quarante-neuvième Entrée – « Acte 4 – La valse de la Givre-argent.»
Image
« Après les affres de l’avalanche, nous avons pu prendre un peu de repos tout en menant quelques équipes d’éclaireurs vers la position où la Givre-argent avait été relativement perçue pour la dernière fois. C’est de ce côté qu’elle semblait se tenir, cachée de tous, et il était simplement hors de question de la laissé partir de nouveau éveillé des nouveaux anciens de Draumr Svartr, quelques soit ses désirs. Les Telophores toujours aussi gênant pour les templiers, le territoire était relativement proche des Ixali, ce qui pouvait nous permettre de soutenir le Temple en éloignant un peu ceux venant enlevé les hommes bêtes pour les amenés à la Tour de l’Apocalypse de Dravania. Hors, nous étions surtout en face du début de la folie de la Givre-argent, et il était temps d’y mettre un terme définitivement pour ne plus la subir elle et ses complots. Quoi que cela pouvait mené, pour l’ascension de Draumr Svartr, la puissance dont elle tirait ses forces et les horreurs glacés devaient cessés quoi que cela pouvait bien faire pour Kannia Hautepointe. Ainsi, nous nous sommes retrouvés avec notre équipe du soir afin d’en savoir plus sur ce qui pouvait motivé la Givre-argent à s’être installé là-bas – oh, et pour la détruire, mais ça c’était tout naturel.

Au cœur de l’observatoire, sous le feu paisible, nous n’aurions pas de soigneur spécialisé ce soir, alors nos camarades allaient devoir faire comme ils pouvaient pour nous soutenir. Eloise, Runne et Finaen étaient ensemble une bonne force magique prompt à résoudre les soucis de toutes natures et offrir quelques soins de soutiens. Mais nous avions surtout une avant-garde impressionnante : Livio et Ika avaient leurs pistolames et leurs tenues prompt à arrêté les chocs et les assauts pour défendre l’avant-garde, s’y mêlait à la prestance immense d’Ugumori revenu de sa blessure. Remettant le Teclis à Runne en cas de coup dur, Sorn ne peut que nous saluer avant de se préparer à repartir dans son lit douillet avec un grand sourire, un bras malheureusement en piteuse état, lui avait clairement encore besoin de repos. Et quant à nous, nous avions à faire, et c’est lors d’une soirée agréable que nous avons quitté l’observatoire sous les salutations des Durendaire.

Leur chef cuistot solidement bâtit nous offrit un peu de ragoût, que plusieurs acceptèrent avec plaisir, Ugumori prenant la part d’Ika pour en profiter doublement, et au vue de sa masse musculaire et de sa taille, ça se comprenait. Traversant les environs, nous nous confrontions aux difficultés des civils locaux engendrés par les différents passages de la Givre-Argent et des Telophores en quête d’homme-bête. Livio et Ugumori aidèrent des chariots renversés à être bougé, attrapant sous un chariot un pauvre bougre de Cielacier venue faire de la maintenance sur quelques machines comme celles de la porte de Castefoi pour réchauffé les locaux, et vu l’état de ses jambes, c’était raté. Il confia néanmoins ses outils de réparation à Livio, comme conscient qu’on risquerait de devoir s’en servir. Plusieurs, dont Finaen et Eloise, s’occupaient de soigner quelques blessures et engelures, jusqu’à voir un aventurier qui avait été retrouvé littéralement congelé en voyant arrêté la Givre-argent, hélas seul. Il bougea une dernière fois, avant que son esprit ne soit libéré sous les yeux d’Ika, étendant sa main en nous offrant un enchantement de sa flamme avant d’enfin rejoindre la mer des étoiles. Après discussions, ce fut Eloise qui s’en saisit, la flamme marquant son avant-bras en diverses marques s’illuminant le long de celui ci, brillantes comme si son avant-bras avait prit doucement feu, qui lui conférerait l’aide de ce pauvre disparut malgré sa disparition. C’est renforcé et après avoir aider les locaux à s’en remettre, que nous avons atteins le territoire Ixali après quelques temps de marche.

Tout était dévasté, la présence glaciale provoquait un chaos certains dans les environs, comme quand nous avions vu l’élémentaire ponctionné. Sauf que le problème, c’est que dans le chaos des élémentaires naissant et éclatant, mêlés aux piques de glaces et aux autres apparitions, il y avait des gens. Des templiers venu libéré les Ixali, et les Ixali qui avaient été enchaînés par un Telophore qui avait été congelé par la Givre-argent. Quoi qu’il se passe, il du y avoir un désaccord, mais le chaos n’allait pas laissé beaucoup de temps pour les sauver – Mais pendant qu’on allait les aider, Eloise et Ugumori eux partirent vers une grande nacelle d’un ballon Ixali qui avait été abandonné par loin de là. Son pilote essayait de le réparé avec des mécanismes environnant, mais quelque chose n’allait pas, la vérité était qu’Eloise remarquait qu’il s’embrouillait dans la hâte bien trop l’esprit ,et eu besoin de la force immense d’Ugumori pour soulevé les machines. Lentement, il commença à prendre son envol, et puisque nous avons sauvés ses compagnons, l’Ixali reconnaissant décida de nous mené droit vers la porte de diamant, tel fut nommé ce qui fermait l’accès vers la Givre-argent. Finaen et Ika s’étaient propulsés droit vers les gens isolés, et les effets de magies de Runne et Livio créaient des espaces repoussant les élémentaires en quelques éclats de cristaux alors que Runne bloquait les effets de la glace en dissipant les énergies primordiales. Ils brisèrent les chaînes de glaces, et menèrent les survivants rapidement en avant, la vague de glace se refermant juste derrière eux en vitesse, forçant Finaen et Ika à bondir en avant tandis que je réceptionnais au moins Ika alors que tout était ravagé, pensant que Runne allait bondir sur Finaen.

Mais c’est en voyant Finaen tomber sans qu’il n’ait le temps de bouger que je finis par réalisé pourquoi c’était une coutume de l’Eyri d’être par terre. Bondissant dans la nacelle en train de se levé, certains usant de la corde pour grimper en vitesse, nous nous sommes retrouvés rapidement dans les airs en observant les sauvés se regarder avec respect, avant de nous faire des grands signes. Après un survol de la zone affecté, nous sommes tombés en plein sur la grande porte qui était à son grand malheurs exactement là où son peuple, les Ixals, étaient installés et là où les Telophores étaient venu les chercher. Ce lieu était de loin, magnifique avec ses flocons et ses lueurs d’argents, mais ils étaient loin d’être heureux de nous voir. Le froid intense voulu gelé les machines et le ballon qui nous maintenait en l’air, tandis que des pics de givres étaient propulsés droit vers nous. En faisant tombé la foudre sur la glace, Ugumori fut projeté d’un tir direct avant que Runne ne le rattrape, au grand dam de l’état de son bras devant le maintenant, permettant à son compagnons de se relevé lentement. Ils avaient arrêté les piques de glaces, mais les Ixalis transformés en amas de glace dont la Givre-argent avait doté d’ailes qu’ils désiraient tant, nous assaillaient.

Je bondissais de l’un à l’autre, les tranchant au vol en tournoyant tandis que Livio et Ika tiraient de leurs pistolames vers tout ceux qui s’approchaient. Tout en réchauffant les machines, Eloise et Finaen empêchaient notre petite embarcation aérienne de voir dans la zone à risque. Mais c’est en arrivant devant la porte toujours dans les cieux, que la Givre-argent se montra. Elle ne le fit que le temps de créer un faisceau d’argent puissant passant à travers notre ballon, de part en part, produisant plusieurs explosions dans les airs. Tombant plus ou moins rapidement, il nous fallait un plan d’urgence. Car nous étions sur le point d’engager le combat face aux défenseurs de la porte.
Image
Arriver au milieu d’une situation périlleuse en tombant dans le vide était loin d’être une première pour nous. Mais souvent, c’était calculé et avec des effets de magies ou de technologies pour une frappe en profondeur réussie. Nous n’étions pas dans une nacelle avec littéralement une boule de feu au dessus de nos têtes risquant de nous tomber dessus dès que nous nous serons écrasés à toute vitesse en bas. Plusieurs bondirent pour faites en sorte de diminuer le poids, Ika sautant en usant d’un bouclier en s’écrasant au sol, roulant devant fois dans une lueur protectrice, avant de voir Livio tomber à ses côtés. Il avait agrippé un des Ixali de son grappin avant de se laisser descendre bien plus aisément, tandis qu’Ugumori avait simplement bondit dès que la nacelle était proche du bord, utilisant sa ténacité pour s’écraser dans une véritable petite explosion foudroyante autours de lui. Se redressant fièrement, ils firent face avec les trois, les trois protecteurs avec au devant les problèmes qu’ils allaient subir, nous laissant derrière finir la chute plus doucement grâce aux vents convoqués par Runne et Finaen parvenant à faire en sorte que notre descente soit légère, le ballon enflammé tombant derrière nous dans une déflagration plus inquiétante, mais ne nous ayant pas happés au passage.

Au moins la blessure d’Ugumori avait été guérie pendant le voyage en l’air par Eloise, aussi tous étaient en forme pour faire face aux protecteurs de la porte de diamant : Celle ci était simplement magnifique, reluisant d’une lumière paisible, les reflets des cinq vitraux identique à ceux du lieu de prière dédié à Draumr Svartr rendait les jeux de radiances bien plus impressionnants. Mais au vue des forces adversaires face auxquels ne serions confrontés, c’était nécessairement plus inquiétant que rassurant en fin de compte. Rapidement, les quelques défenseurs – et même ceux involontairement défenseurs, puisqu’un Telophore et sa suite de subjugués, des jeunes aventuriers ayant été happés par une tour de l’apocalypse, observaient les totems gelés des Ixali servant à volé leurs prières avec curiosité. Comme pour juger d’à quel point la Givre-argent pourrait essayer de les doublés. Nous extirpant de la nacelle dévasté au milieu des flammes du ballon ayant chuté avec nous, tous fusèrent à toute vitesse aux différents objectifs pendant que Livio parti se confronté directement au grand gardien des lieux. C’était une sorte de chevalier de Draumr Svartr ancien, mais essentiellement constitué de glace largement rigidifier pour être aussi solide que de l’acier. Son combat déchaîné dans des explosions reluisants de la pistolame contre l’épée de glace nous ouvrit à tous la voie.

Des deux côtés, Ugumori et Ika foncèrent, le plus jeune s’attaqua aux Ixali de glace avant qu’ils ne parviennent à décoché leurs traits, s’en débarrassant en un tour de main. Le premier choc fit explosé un des Ixali, envoyant des décombres ici et là, et il joua de sa lame en créant des déflagrations devant lui qui brisèrent en morceaux les flèches lui fonçant dessus. Il ne laissa simplement aucunes chances aux âmes glacées manipulées, le prochain coup en dévasta un tout en finissant par propulsé sa carcasse à toute vitesse contre son camarade, les deux explosant l’un contre l’autre en finissant en morceaux. Directement, il profitait que Livio tenait en respect le chevalier, tant que le prochain choc le propulsa contre la porte férocement dans une lumière puissante, avant que la dite porte ne se lie à lui en disposant des morceaux de glaces comme du métal sur son incarnation. L’un de ses bras devint comme un canon anti-dragon à répétition Ishgardais, et il se mit à tirer dans tout les sens en impactant les environs, tandis que sa lame nous balaya avec Livio en me faisant tomber à terre saignante un peu de l’épaulière où elle fut fendue.

J’avais directement assaillit les deux Eibis que les Telophores avaient menés avec eux, tranchant brusquement l’un des deux entre les stalactites de glaces en laissant son corps fendu en deux choir au sol. Le second nous fonçait dessus avec Eloise qui observait ce que Finaen faisait, et elle créa un diagramme de foudre dont je me servis pour que toute cette force tranche le souffle au passage, jusqu’à l’atteindre, le taillant afin qu’Eloise puisse l’enflammé soudainement en le dévastant de l’intérieur. Nous couvrions Finaen qui inspectait les vitraux et les bloquait pour empêcher un Blizzard de sortir de celui de la Givre-argent. Runne avait décongelé les totems, et toutes les prières finirent par disparaître, sous couvert d’Ugumori confronté au Telophore dont le bras gauche était une pince magitek puissante qu’il voulu fracasser dans son visage. Résistant comme il pouvait, en arrachant littéralement la pince de son propriétaire en la laissant choir, il utilisa les aventuriers pour créer un partage de tir magique puissant afin de les balayés. Les deux étaient sûr d’être écrasé par l’amas de force, mais Runne et Ugumori furent protégé par un mur qui devint presque d’un or curieux pendant un instant, Finaen soulevant la protection pour les empêchés de les atteindre alors que Eloise fit soufflé les vents pour que Livio soit en sécurité face à l’épée du gardien immense qui tombait. Il était temps d’en finir, et pour ça il fallait pouvoir ouvrir la porte. Dès que la cartouche de soin d’Ika atteins Ugumori, il eu la force nécessaire pour récupéré son kanabo infusé par la foudre de Runne, dans une lueur puissante, avant qu’en explosant le sol dans une vague d’éclair, les aventurières valsèrent avec le Telophore qui fut littéralement détruit de l’intérieur.

Deux des aventuriers furent tués dans le combat, et Ugumori resta avec les inconscients, dans l’espace que le porxie de Runne puisse ôté la subjugation dont ils étaient malheureusement victime. Pour arrêté le chevalier-gardien, il fallait le coupé de la porte. Eloise posa ses mains dessus en essayant de l’infusé avec les énergies qu’elle avait encore tirée des chaînes rouges il y à l’instant, pour que les runes se dissipent, mais au vue de la douleur perçue dans ses traits cela n’avait rien de si aisé. Utilisant les vitraux, après en avoir détruit un avec le visage d’un Elezen chauve, Finaen eu accès à la connaissance de ce sort ce qui lui permit d’en créer un de sa propre conception, ainsi que de l’utiliser avec ce qu’il restait d’énergie dans les vitraux tandis que la magie s’estompait. Un immense barrage foudroyant était précisément ce dont nous avions besoin. Runne tirait sur le lien entre le gardien et la porte, l’arrachant soudainement en tirant brusquement dessus permettant à Livio sous l’aspect du tigre blanc du totem des milles bêtes de réagir dans son dos. La foudre du vitrail de Finaen frappa subitement la porte et Livio, le renforçant quand il explosa le dos du gardien que j’avais sérieusement endommagé de mon sabre malgré la douleur reçue par son dernier coup. Il chuta en avant, se désagrégeant subitement aux pieds d’Ika tandis qu’en même temps la porte de glace s’écroulait derrière brutalement en nous laissant l’accès ouvert. Une vive lumière apparue à nos yeux, ainsi qu’une musique charmante Ishgardienne. Derrière ce voile blanc, nous attendait le bal de la Givre-argent qui profitait de sa dernière valse avec sa fausse-compagnie.
Image
Nous avons mit un temps à nous redresser, Ugumori fut laissé à l’entrée du passage pour s’occuper des aventuriers et de tout ceux qui voudraient essayer de traverser le passage pour nous assaillir de dos, ce qui ne serait pas de tout repos. Pauvre Runne, totalement aveuglé par le rayonnement d’un blanc puissant, pendant que nous progressions en appréhendant ce qui nous attendait. Et ce qui nous attendait était loin d’être ce dont on pensait possible de voir. La pierre, la roche, avait été congelée et des édifices de glaces furent installés au dessus pour créer un simulacre d’une grande salle de bal venant droit de la noblesse d’Ishgard. Des silhouettes de glaces tournoyaient, différentes personnes que la Givre-argent avait certainement connue jadis, il y à longtemps de cela. Maintenant, ce ne sont que des fantômes de ses souvenirs, comme provenant de son éther mémoriel, incarnant le passé en valse dansante sous une délicieuse musique. Mais la poudre dégagée par les mouvements avait quelque chose de malsains, et tentait de nous faire tomber dans l’inconscience pour livrer facilement nos pauvres personnes aux folies locales. Éloignant dans des vagues de vents, Eloise et Runne firent de leurs mieux pour empêcher nos conscients de sombrer subitement en guettant les environs nerveusement. Eloise qui soutenait Runne fut attrapée par le bras par un des danseurs, la mettant brusquement sur le côté en ayant pour objectif qu’elle se prenne une flèche de glace en pleine tête venant un des maudits archers sur les hauteurs. Ika dévasta qui la tenait en bloquant brusquement le trait qui lui était destiné dans une explosion en plein dans le bouclier convoqué d’urgence.

Tous faisaient en sorte que notre approche soit possible, Finaen nous réchauffant dans une lueur flamboyante avant qu’un des danseurs ne l’attrape de force, et ne le fasse valser dans tout les sens. Il s’en dégagea subitement, écartant sa fausse compagne de danse dans une lueur vermeille avant de nous retrouver d’urgence. Avec Livio, nous nous étions donnés pour rôle sans partager un mot d’abattre les infiltrés – plusieurs des statues de glaces dansantes étaient en vérité des âmes subjuguées qui tentaient de nous poignarder en sortant de nulles part. Tranchant, dévastant, toutes celles s’approchant, Livio fini avec un poignard de glace dans le flanc sous sa forme de tigre, tandis que je serrais les dents à cause de l’entaille douloureuse à ma cuisse récoltée à cause de leurs techniques de dissimulations agaçantes. L’ensemble fit que nous sommes arrivés difficilement, mais en vie, jusqu’au balcon où se trouvait la Givre-argent. Flottante doucement en l’air, descendant, ce balcon était simplement en vérité un point de vue impressionnant qu’utilisaient les Ixali pour observer les montagnes plus au nord. Tout cela n’était qu’une magie éphémère, sauf si personne n’arrivait à la vaincre ce soir. Mais puis qu’échouer n’était pas dans notre objectif, nous nous préparions à nous ruée vers elle et ses alliés, elle se trouvait avec le Telophore qui était venu revendiquer les Ixali pour la Tour de l’Apocalypse et démontra qu’à l’intérieur, la Givre-argent luttait pour avoir le contrôle.

Elle avait littéralement dévasté le corps de l’ancien Hyurgoth à moitié formé de glace, son bras ayant été fusionné avec le canon magitek en devenant un serviteur servile – ceux qui attendaient dehors n’étaient pas prêt de recevoir une réponse, il faut dire. Et à ses côtés, un des enfants corrompus de Draumr Svartr marchant lentement, l’un de ceux habitant et hantant maintenant la passe des égarés, se mettant auprès de sa maîtresse en donnant une étrange relation entre cette chose affecté par les anciennes magies de Shiva, et l’un des enfants de l’esprit que Hautepointe essaie de transformer en primordial pour les Telophores. En l’heure, nous nous heurtions à nos ennemis avec force, tandis que je fonçais à l’aide de Runne qui fut écrasé par un coup de patte gelée quand il voulu affaiblir l’enfant de Draumr Svartr avec les sorts de son porxie.

Tranchant brusquement la patte qui retenait mon camarade, il se releva malgré le sang glissant de son gambison à cause des griffes enfoncés comme des pointes de poignards, sans pour autant avoir le temps de s’arrêter. Il tacha de m’ouvrir une route droit vers ses pointes sensibles, la rapière et le vent fusant sans cesse en tranchant le plus possible jusqu’à ce que le loup ne l’attrape à la cheville, pour propulser le miqo’te au loin en le laissant s’écraser au sol. Fonçant dans la direction opposée, un coup de patte arracha mon épaulière fissurée en laissant quelques gouttes de sang glisser sur mes habits en même temps que mon sabre trancha mon adversaire là où Runne m’avait ouvert la voie. S’écroulant au sol, son corps se disloqua en morceaux de glaces fissurés en laissant son esprit être enfin libéré. De son côté, le Telophore n’avait simplement aucune chance. Les flammes tournoyantes autours de Livio, convoqués par Eloise pour frapper en même temps que le Pistosabreur massif, le choc puissant. Le coup émit une déflagration comme un choc explosif d’une cartouche, qui couvrit l’amas de traits enflammés jaillissant de par et d’autres en le heurtant au torse, le propulsant droit dans le vide.

D’un de ses bras, il s’accrocha malgré tout quand le givre s’éleva d’un coup hors de son bras pour se coller à la parois du balcon, lui permettant même encore fumant de l’assaut de se mettre à tiré encore et encore des lueurs de céruleum fusant dans tout les sens en essayant d’atteindre ceux en haut. Il n’y parvint que quand Livio bondit pour se rattraper dans son dos, créant une lueur foudroyante puissante qui impacta directement l’arrière du Telophore glacé dans un choc puissant, alors qu’il remontait rapidement pendant que l’Egi-Garuda d’Eloise dévastait la glace qui le maintenant. Le choc fut intense, et le propulsa en loin dans une lueur foudroyante puissante émettant une onde d’énergie avant de le voir disparaître dans les profondeurs surplombée par le balcon. Ne laissant que la Givre-argent, affrontée par Ika et Finaen. Elle n’était pas la plus aisée des adversaires à vaincre, ses mouvements gracieux faisant naître flocons et autres griffes de glaces, jusqu’à ce qu’une explosion n’élèvent la fumée pour parvenir à lui donner un instant d’inattention nécessaire à ce que Finaen frappe au cœur. Cela le dévoila, littéralement, laissant voir un cœur glacé qui était encore fait de chairs sous les couches de glace. Observant les étranges filament d’argents, et en voyant l’état confus de la Givre-argent, les deux compagnons eurent pour volonté d’essayer de la libéré de la malédiction plutôt que de l’abattre directement.

Brisant les couches de glaces de sa pistolame, Ika fit saisir l’ouverture à Finaen pour qu’il extirpe les liens d’argents en les retirant subitement de ce cœur, la rendant faible et confuse, mais ôtant l’influence autant des Telophores que du maléfice qui l’avait faites devenir ainsi. Elle tomba sur les genoux, les mains sur la blessure, nous laissant maître de son destin. Renforcé par Runne, et Eloise me semble t-il, sous le regard d’Ika. La Givre-Argent fit sa blessure disparaître tandis qu’elle reprenait lentement conscience et maîtrise de son corps. Se redressant doucement, elle nous observait avec une certaine confusion, avant de tirer un de ses faisceaux de glace pure dévastant ce qui ressemblait à une antenne Magitek. Ce fut son action final, avant de disparaître sous nos yeux. Elle ne s’était pas évaporée non, elle existait encore quelque part. Mais au vu de cadeau qu’elle nous laissa à son départ, nous étions conscient sur ce balcon de glace tandis que toutes les structures générés par sa magie disparaissaient autours de nous, que quelque part nous aurions une alliée de plus. Ça ne serait pas de trop. Car Kannia Hautepointe reste encore un adversaire terrible que nous devons arrêtés, avant qu’elle n’offre trop de force à nos ennemis qui ont déclarés la guerre à ce monde même, désireux de le conduire vers son Apocalypse. »
Akayane Kosenjobi.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité