[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 324
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 30 mai 2021, 16:42

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Une vie de jadis - le Mur d'or."

Image
Cent-soixantième Entrée – « Acte 3 – La Reine de l’Or-d’eau.»
Image
« Après un peu de repos due aux dernières blessures face à cette monstruosité qu’était le Béhémoth de glace, il nous fallait retourner sous demande d’Atlas vers Abalathia. Plusieurs occupations nous attendaient, et les chevaliers des Durendaire avec Vulkaroix à leur tête et le jeune mage que nous avons rencontré plusieurs fois. Reste à savoir si la Givre-Argent allait les aidés une nouvelle fois, ou si elle disparaîtrait de nouveau. Toute fois, c’est pour l’instant de nouveau vers Abalathia que nous avons été convoqués. Pas par Atlas, cette fois, mais directement par l’Ordonnatrice. Son apparition auprès des chevaliers surveillant le camp de la cime des nuages en surpris plus d’un, pourtant, sa bienveillance et son lien avec nous permit efficacement de nous envoyé un petit messager demandant à ce que nous puissions la rejoindre. Visiblement, ce qu’elle avait de prime abord en tête était de nous permettre d’arrêté les subjugations des locaux servant de forces de combats aux rescapés du mur d’or. Nous avons ainsi pu tous nous retrouvé directement au camp des cimes des nuages, admirer Abalathia depuis une petite corniche était habituel maintenant, et puis on y retrouverait facilement Karol. C’était vraiment agréable, observer les cieux, l’impression céleste que le monde s’étend autant en haut, qu’en bas, qu’à droite et à gauche. Une vaste majesté me fit presque oubliée pourquoi nous étions là, avant que la vérité ne nous frappe rapidement : Protéger des vies, et en découvrir plus sur le secret du mur d’or. Une bonne équipe de compagnons fut formée sur la corniche, de plus en plus renforcée.

Sorn pu nous rejoindre avec tout son attirail de guerre, ainsi que N’lamahni toujours heureuse d’agir loin du Coerthas et de nous retrouver ici. De nouveau, Freya fut présente avec son armure de bataille envieuse de protéger, défendre ses compagnons, plutôt que d’être prompt à descendre des cieux pour planter sa lance dans l’ennemi. De nouveau, Runne et Finaen nous offriraient leurs pouvoirs, autant que pouvait nous offrir ses chants et ses forces élémentaires avec la présence de Karol. L’harmonie qu’il avait acquit avec Ahkuh’to avait quelque chose d’attendrissant, puisque les deux faisaient souvent de pair entre la danse et les chants. Et celui qui vint nous offrir des soins n’était d’autre que Landrin, le Sharlayanais ayant déjà travaillé avec nous il y à longtemps : Quand je dis nous, je parle de l’Ordre du Faucon, il y à des années de cela maintenant ! Un guérisseur efficace, et beaucoup prompt à se battre. Voilà ce que découvrit l’Ordonnatrice quand l’effigie d’or ressemblant à un golem automate apparut soudainement devant nous. Plusieurs n’avaient pas du tout confiance, habitué à voir dans ses êtres des serviteurs dévots du mur d’or venant enlevé Finaen. Mais elle était bien là pour nous offrir un moyen d’accéder au Plateau de l’Or-d’eau. Une sorte de source immense de flot dans les hauteurs d’Abalathia jusque là sans civilisation, mais désormais défendue par de nombreux petit nef d’or plus petit qu’un manacutter surveillant les hauteurs pour que personne ne les gènes. Et quand je parle de les gênés, c’est dans leurs intentions de dévasté tout ceux ôsant s’approcher d’eux pour ne pas faire partie de leurs utopies d’un équilibre parfait et harmonieux au sein des principes de la Déesse, Sophia.

Y aller en Aeronef allait être des plus dangereux, l’Ordonnatrice nous ouvrit alors un accès à travers les énergies du mur d’or permettait d’ouvrir une autre porte directement sur place grâce aux énergies primordial s’y diffusant. Malgré un doute palpable, nous sommes entrés dans la faille sous sa surveillance, observant les nombreuses silhouettes anciennes des Méracidiens coincés dans le mur d’or depuis si longtemps. Quel endroit fabuleux ! L’espace autours de nous semblaient infini, des lueurs d’or dansaient, tournoyant autours de nous, en un balais qui ne cessaient jamais dans une chorégraphie parfaite. Il n’allaient pas rester endormi bien longtemps à cause de notre présence, aussi nous sommes nous mi à foncer à travers cet espace sans ciel ni sol, comme perdu au milieu des couleurs radieuses installés sur un pont de dalles dont les runes s’illuminaient à chacun de nos pas. Se concentrant pour renforcer notre vitesse, les chants de Karol et les danses d’Ahkuh’to nous donnèrent le coup de fouet pour que les morceaux de Teclis guide efficacement notre marche en peloton ordonné par Sorn qui prit la tête du cortège en fonçant à toute allure. Faisant tout pour ne pas réveillé les locaux, Finaen se concentrait sur l’éther pour les laissés stables, mais certains gardiens revinrent à eux.

Trop tard pour nous massacrés, dès que nous sommes tous passés, l’Ordonnatrice fit fermé la porte brusquement en nous laissant nous remettre de ce passage si intense en essayant d’apaisé les battements de nos cœurs en ayant traversé un espace sans fin de lumières et de runes. Pourtant, la vue resta à coupé le souffle une fois dehors, dans ses immenses étendues de cristaux parsemés d’élémentaires aux éclats dorés laissant de l’eau à profusion choir des cieux en d’innombrables cascades célestes. Mais en voyant un des nefs dorés passés au dessus de nous, avec un tas de prisonniers, nous avions un choix : Progresser silencieusement, ou les abattre pour les sauver directement ? Le choix fut double. Landrin maniant la gravité et Karol les dirigeant en les criblant de piques terrestres, forcèrent les nefs fait d’or et de magie à se poser un peu plus loin, dans des déferlantes d’énergies grandioses. Nous pouvions alors tout faire avec l’équipe en avant pour traverser silencieusement, N’lamahni restant la plus discrète possible avec dans notre dos Sorn utilisant son réflecteur de surface pour nous faire disparaître.

Repoussant des flots gênant les passages, Freya et Finaen nous guidèrent droit vers les nefs écrasés où les prisonniers attendaient d’être sauvés, Ahkuh’to aidant quiconque risquait de tombé à causes des flots gênant sur le chemin, jusqu’à parvenir auprès des civils. Écartant les rescapés des nefs, brisant les liens de leurs chaînes, N’lamahni les avait déjà fait sortir de là en tirant un explosif en plein milieu des rangs des armures animés progressant vers nous pour récupéré leurs dues. Une véritable déferlèrent tomba dessus en retour, les flammes de Sorn projeté par son lance-flamme se mêlèrent aux vents protecteurs de Finaen tout en détériorant énormément les premiers golems, prompt à se faire tailler en pièce par mon sabre mêlé aux chakrams lancés sans cesse par Ahkuh’to. En arrière, ayant piégé avec de la glace et la foudre un des nefs d’or de combat fonçant vers Karol et Landrin à découvert, Runne fut écrasé par un amas d’or massif et Landrin touché par un tir illuminé le frappant subitement pendant qu’il maniait des nombreuses étoiles afin de les fracassés sur leurs embarcations. Si ils purent s’en sortir, les dégâts fut plus conséquents derrière nous, bien que la flèche reçue dans le dos de N’lamahni n’avait rien de joyeux et devait même être très douloureux.

Freya bondit courageusement en repoussant Karol à couvert en se prenant deux impacts de tir de lumière dans le dos, s’écrasant devant elle. Une fois les assaillant mit en pièce, littéralement, les prisonniers fut installés dans un coin en attendant que les renforts Ishgardais puissent venir les rechercher. Soignant nos blessures, ils nous fallait hélas déjà progresser en vitesse – Devant nous, s’étendait le début des immenses bassins. Et des premiers problèmes, là où ils transformaient ceux que nous avons pas encore secouru en serviteurs d’un équilibre parfait. Un équilibre au dépend de toutes vies qui soient sur ce monde, pour ne pas qu’il sombre dans la folie.
Image
Après quelques soins pour s’en remettre, notamment pour Freya ayant eue un coup dur, quelques soins apportés au dos de N’lamahni et le temps de sortir Runne des débris de roches. Nous avons pu nous rassemblés afin de partir vers le premier bassin d’eau une fois que nous étions sûr que les prisonniers allaient être en sécurité. L’eau coulait d’un bassin à un autre, alimenté sans cesse par les éléments domptés dans les hauteurs lointaines en donnant une magnifique impression de sources de vies magnifiques, aux innombrables reliefs d’or. Ses reliefs étaient d’autant plus merveilleux à travers la végétation locale qui avait été transformés en ses identiques silhouettes d’or donnant une glorieuse impression. Malgré tout, il fallait se souvenir que même si tout était doré et splendide, cela appartenait avant tout à des monstres subjugués cherchant à transformé tout le monde dans un idéal n’appartenant qu’à eux. Et cette figure, nous la retrouvions bien dans celle de la Reine d’Eau-d’Or, comme se nommait ce lieu due à toutes ses lueurs splendides à travers les flots dont ils se servaient pour les rituels de subjugations. Elle se trouvait installé sur un trône greffé sur un énorme golem de combat, fait de plaques d’or et de nombreuses runes infusés d’énergies primordiales.

Observant notre venue, ses subjugués à nos côtés, ils torturaient un homme inconnu vétu d’une tenue bien sinistre. Le sorcier semblait proches de pouvoirs obscures, et pourtant, il n’attendait qu’à être libéré de cette torture quand les sorciers en parure blanche s’acharnaient à faire en sorte de tirer quelque chose de plus. Nous nous sommes ainsi dispersés pour sauvés en vitesse les prisonniers restant, et arrêtés leurs créations et tentatives de se renforcer en assaillant les objectifs de toutes part. Fonçant pour sauver les prisonniers, Runne chargea avec Freya à toute vitesse. Elle leva son épée reluisante d’une énergie renforcée par la danse d’Ahkuh’to qui tournoyait sans cesse à notre départ, nous laissant renforcés et inspiré par ses mouvements. Elle eue aussi la chance de recevoir une carte d’énergie d’Astromancie de Landrin rayonnante autours de lui en lui permettant de se renforcer encore plus quand son coup tomba sur les subjugués défendant le rituel de transformation. Le premier eut la tête fendue en deux, sans parler d’un second dans un coup plus vif, mais les tirs de Sorn étaient une véritable bénédiction en frappant sans cesse les rangs adversaires pour les empêchés de réagir efficacement. Ainsi, quand ils contre-attaquèrent, ils ne purent pas faire grand-chose d’autre que raté le machiniste et Freya par dessus le marcher qui esquivait et jouait de l’épée au milieu de ses ennemis.

S’écrasant sur celui qui était sur le point de créer un nouveau subjugué, l’envoyant valser et tournoyant avec se rétamant par terre et roulant plusieurs fois, Runne avait empêché l’Elezen de faire plus de mal qu’il en avait déjà fait. Les deux étaient en vrai combat de boue, s’envoyant plusieurs coups, jusqu’à ce que le genou de Runne ne rencontre le nez de l’Elezen en lui explosant la figure brusquement. Il est ainsi, toujours trop violent ce Runne, mais cela eu le mérite de mettre l’Elezen envieux de créer des soldats pour sa reine vraiment en colère. Soulevant sa lame, et la plantant sur le subjugué au sol, Freya venait d’achevé le dernier Subjugué quand le maître du rituel s’installa dans l’eau, convoquant les flots répondant à son appel de l’Or-d’eau qui fit autours de lui comme une armure, et une grande lame qu’il voulu fracassé sur les deux camarades. Le coup ne tomba jamais, Runne étendit un mur de glace, et Freya usa de l’épée de la suivante des Hautepointes pour congelé la vague avec le mur, créant une plateforme qu’ils usèrent pour fendre définitivement en deux leur adversaire. Les prisonniers étaient sauf, le maître du rituel mort, mais nous de notre côté étions aussi bien occupés. Observant l’immense serpent flottant dans les airs, des cerclages d’or de contrôle mental autours de lui, Karol vint directement essayer de le noyer en soulevant les bras pour le conditionner à l’intérieur de la sphère. Envoyant des coups de têtes un peu partout, cela nous ouvrit le passage pour que N’lamahni abatte ceux torturant le sorcier de deux lames de jets, et que je puisse atteindre la « Reine » et sa monture surprenante pour engagé un violent combat sans parvenir à l’atteindre.

Tout le monde luttaient avec acharnement, et c’est en posant les mains sur une immense statue représentant la Déesse Sophia que Finaen fut prit brutalement de visions. Dans un véritable combat mental, il était torturé, assaillit, cherchant à s’extirper de là jusqu’à ce que le sorcier lui brandisse une sorte de cristal des plus inquiétant. Libéré malgré la souffrance, dans une forte explosion quand Sorn décida qu’un missile avait après tout sa place dans le visage de la statue en provoquant une forte déflagration. Celle ci était autant malmenée par Landrin faisant usage de la gravité après qu’Ahkuh’to l’ait protégé en urgence d’un tir d’énergie rayonnante qui envoya N’lamahni brutalement au sol en l’écrasant sur le dos. Celle ci se releva, envoyant un énorme Shuriken en plein dans la gorge du serpent de mer toujours dans sa sphère d’eau, le bloquant suffisamment pour que Karol puisse créer d’innombrables pointes, fonçant droit dans la tête de la bête.

Autant vous dire que le résultat n’était pas très beau à voir après l’impact. Laissant l’animal en morceaux, dévastés par les spirales aqueuses n’ayant pas laissé grand choses, tous purent se concentrés sur la soit disant « Reine » dont le duel d’énergie avec Finaen avait provoqué un chaos monstrueux. Dès que la statue, sous la gravité puissante de Landrin et l’explosif de Sorn avait lâchée prise. Finaen récupéra le cristal sinistre des mains du sorciers qu’un golem d’or lâcha une fois taillé en pièce par les chakrams d’Ahkuh’to renforcés par une carte d’énergie. Il libéra un sombre pouvoir s’opposant à cette lumière d’or, provoqua des effets entropiques partout dans les environs fissurant même le sol et laissant jaillir une énergie inquiétante. Créant une carapace pour N’lamahni, Ahkuh’to veilla sur sa camarade en urgence tandis que nous passions à l’attaque. Les soins de Landrin tombèrent à pique, même si je n’avais pas été blessée, les parades à répétition et ce combat acharné avec le golem m’avait coupé le souffle. Que je récupéra d’un coup quand Karol noya la Reine et sa monture qui venait de recevoir un javelot d’énergie de N’lamahni en le coulant sur place. Envoyant des éclairs sombre droit sur ma lame, Finaen me permit le coup de grâce sur la monture qui laissa une grande fissure au torse de la « Reine » émettant un hurlement de couleur et de douleur dans une note parfaite.

La statue symbole chutait en morceau, Gladys s’occupa de déchargé des énergies du Teclis droit dedans pendant que Sorn redressait le sorcier hors de l’eau avant qu’il ne se noie. Ce dernier pouvait rejoindre les prisonniers libérés, de plus en plus nombreux, tandis que nous nous chargions rapidement des blessures de nos compagnons. S’élevant hors du champs de végétation d’or, un autre trône flottant dans le vide fut récupéré par la « Reine » qui disparue en un puissant flash aveuglant pour réapparaître au sommet des roches flottantes reliés par des fils d’eau surprenant. Nous ne pouvions simplement pas la laissé partir, et quoi qu’elle pouvait préparer là-haut, elle aussi ne désirait pas être interrompue tandis que des énergies de plus en plus violente s’agglutinaient dans son refuge. Quoi qui pouvait nous attendre là haut, la Reine de l’Or-d’eau déchaînerait tout les pouvoirs extirpés du mur pour nous empêcher d’accéder à sa petite armée forgée pour l’équilibre du monde.
Image
L’ascension n’était pas être facile, et Karol ne désirait pas vraiment avoir de contact avec l’eau – comprenez y un traumatisme violent qui ne se traite pas aisément. Grimpant sur mon dos cette fis, s’installant bien pour ne pas tomber, je fonçais en premier pendant que tout le monde se réunissait derrière afin de glisser le long d’un de ses fils d’eau ascendant en me donnant l’impression d’être attirée grâce à eux même droit vers les hauteurs. En levant la tête, outre le fait de simplement voir Freya qui me dépassait à toute vitesse aisément en bondissant d’une pierre à une autre, tournoyant aisément dans les cieux afin d’atteindre le sommet en esquivant les problèmes, faisant une personne de moins à surveillé qui serait déjà sur place. C’est Landrin qui eu le plus de difficile pour grimper de prime abord jusqu’à ce qu’il ne joue avec la gravité pour s’élever, générant des boucliers autours de nous afin de nous aider à nous en sortir aisément. Si cela dévia quelques chocs qui auraient pu être douloureux voir pire, il y eu aussi l’aide à Ahkuh’to qui pendant qu’il tournoyait en cherchant à nous inspiré pour l’ascension dans une danse magique, s’est vu prendre de plein fouet une des coulées d’or qui chutait des vieux à l’image d’un marteau lui écrasant le torse.

Ça n’était pas bon pour ses côtes, mais il évita au moins une chute dans les nuages d’Abalathia en étant rattrapé par Landrin dans une lueur puissante de la gravité mêlées aux cristaux des boucliers le ramenant lentement à ses côtés. Les coulées étaient vraiment gênantes, pour une ascension déjà difficile, mais Finaen se chargeait autant que faire se peut de les écartés tout en faisant jaillir des amas de pierre nous servant tout autant de moyen d’escalade efficace que Runne usa pour une ascension rapide. Et juste avant qu’un des subjugués se faisant tombés de la plateforme en haut pour nous arrêtés ne lui fracasse le crâne à coup de botte en pleine tête, il fut secouru par N’lamahni usant de l’artefact du totem des milles bêtes. Le récupérant par l’arrière train en forme d’un aigle juste le temps de l’amener vers les hauteurs en laissant choir quelques explosifs de sa sacoche. La voie était ouverte, je profitais que Karol envoie de nombreuses lames de vent vers les cieux autant des tirs de Sorn se fracassant sur tout ceux progressant vers nous pour avancer, tirant mon sabre en passant à travers l’entièreté d’un faisceau d’énergie lumineuse qui avaient essayé de nous happé à toute puissante en tranchant au travers.

Arrivant peu de temps après Sorn, vers les dernières, pour prendre soin de Karol le plus possible tandis que Sorn se remettait d’un coup qu’il avait reçu, nous venons enfin d’écarté les menaces qui nous empêchaient de traverser les flux d’eau serpentin comme de nombreuses entités vivantes donnant l’impression d’un espace vivant. En vie, peut-être, mais liés toutes ensemble aux perverses intentions de s’offrir à cet fantasme de l’équilibre, et nous pouvions au moins voir d’où provenait toutes l’influence des consciences du Mur d’or ayant contaminé ce lieu. L’étendue d’eau devant nous semblait sans fin, mais c’était simplement un effet dues aux bordures laissant choir les flots de toutes pars vers les bassines inférieurs. Toute l’eau ressourçant les lieux provenaient d’un grand rocher flottant au dessus de l’immense bassin supérieur dont un flot ne cessait de choir sous les influences élémentaires. Mais c’est ce flot primaire qui s’était vu contraint par l’éther spirituels de ceux amenés à travers le mur jusqu’ici, mêlé aux esprits des sacrifiés parmi les prisonniers apportés en ce lieu. Une épée était plantée au sommet, un des fragments du Mur d’or lui manquait, créant une connexion avec ceux résidant encore là-bas en laissant de nombreux visages apparaître sur la pierre en donnant l’impression qu’ils étaient figés dans le temps. De leurs bouches, coulaient d’innombrables filets d’or glissant le long de leurs lèvres en tombant dans l’eau, l’infusant de leurs consciences dans des éclats de lumières. Celle qui nous attendait ici se laissait lentement descendre, assise sur son trône d’or, la fissure de lumière toujours visible là où mon sabre renforcé par Karol et Finaen avait frappé en laissant une blessure intense sur son incarnation.

Les jambes croisées, elle nous observait depuis la dernière création d’or qui était en train d’être fabriquée pendant que nous combattions. Levant le bras, l’étendu des flots s’éleva soudainement comme si les esprits répondaient à son appel pour former lentement une création à partir des flots aqueux qui s’étendit devant nous, incarné par les myriades de consciences qui auraient du devenir des subjugués fidèles au service de Sophia. Nous étions opposés à la rivière de l’Or-d’eau directement, transformée en entité toute puissante et renforcée tant que la lame déverserait des énergies droits dans les flots. Nous invitant à la rejoindre, à devenir les Sujets de cette Reine infâme, personne n’eut vraiment cette envie et elle eue la visite direct de N’lamahni n’aurait pas encore reprit sa forme normale pour faire choir de nombreux explosifs restant de sa sacoche directement sur son incarnation d’eau et elle même. Les déflagrations furent surpuissante, soulevant les flots en sonnant l’entité qui ne parvint pas à attraper le faucon immense tournoyant au dessus de lui de ses grands bras aqueux. Et dès lors qu’il fut malmené par les impacts répétés, une pointe de glace naquit dans son torse quand Runne se mit en tête de le congelé, se mêlant à la lame de Freya qui renforça le gel dans un effet d’ampleur ayant eu pour qualité de fragmenté son torse et ainsi l’affaiblir grandement.

Des morceaux de glaces se brisaient, et à l’intérieur, on pouvait directement voir les esprits tournoyant que Karol essayait de mettre au repos avec son chant merveilleux pour qu’ils s’apaisent et quitte enfin ce lieu. Découvrant son intention, l’entité leva brusquement son bras qui ne venait pas de se faire éclaté par un explosif de Sorn envoyé à toute puissance dans une sévère déflagration l’empêchant grandement de réagir,. Un filet d’eau passa à toute vitesse, percutant lourdement Karol et Ahkuh’to dont la danse permettait de nous offrir des forces et de l’endurance supplémentaire. La jetée les écrasa au sol en interrompant nos deux compagnons, et Landrin qui juste là améliorait nos forces avec ses cartes fonça vers eux pour s’occuper de leurs blessures d’urgences dans des lueurs puissantes des soins apparaissant autours de ses derniers pour leur permettre de se redresser suffisamment pour combattre. Nos assauts avaient ouvert la voie à Finaen, bondissant jusqu’à l’épée pour la saisir, y disposant le cristal dans une lueur obscure avant que cela ne se greffe tout le long de la lame, transformant ce qui à l’instant était une épée d’or liée au Mur, devenu d’un coup une lame reflétant l’obscurité d’une voûte céleste d’un mauve surprenant. Brandissant la lame, tout les visages cessèrent d’alimenté la sorte de rivière d’âme, éteignant la connexion qui se trouvait entre ce lieu et l’espace que nous avions traverser dans le tunnel. Aussi tôt les flots cessèrent d’être alimentés, et toutes les blessures causés sur la monture affreuse de la Reine ne purent être régénérés.

Saisissant la possibilité en urgence, Runne déchaîna une puissante surprenante autours de lui créant de nombreux diagrammes, tournoyantes autours du miqo’te, il récupéra les runes et les tira brusquement autours de ce dernier pour créer une importante purification en plein dans le flot spirituel. Les eaux tombèrent, tout les esprits disparaissant en retrouvant enfin la mer des étoiles qui les attendaient pour certains depuis bien trop longtemps. Assaillie par les shurikens de vent et les balles formés à partir de l’eau, envoyés par N’lamahni et Karol, la « Reine » essayait de les déviés en laissant certaines l’atteindre bien contre elle. Hurlante comme dans un caprice d’enfant, elle nous frappa avec Freya d’une intense lumière en venant nous faire reculé toutes les deux, légèrement blessés. Une fois que les Chakrams d’Ahkuh’to tombèrent dessus, une ouverture se forma pour que nous puissions définitivement l’arrêté par la glace et la foudre se diffusant autours d’elle après nos deux coups d’épées. Ouvrant la voie pour que Finaen plante ses deux lames en plein dans le dos de notre ennemie.

Les yeux grand ouvert, son aspect vacilla et elle devient de plus en plus translucide, libérée de sa condition, elle pu se retourner doucement en ayant reprit l’aspect de la petite fille qu’elle fut avant de mourir. Ses derniers mots était d’espérer que tout le monde s’entendent bien, en souriant tendrement, avant de disparaître à son tour. Nous avions arrêtés l’enrôlement de force dans les « armées » de l’Équilibre sortant du mur d’or, ainsi que le processus de l’Or-d’eau. Malgré tout, nous avions encore beaucoup à faire, alors que nous attendions paisiblement l’Aeronef prompt à nous ramener vers la cime des nuages. Que reste t-il encore du Mur d’or qui à pu s’échapper pour essayer d’assaillir les environs en voulant récupéré l’œil du premier traître ? Mais la question, au vu de l’état changeant de Finaen au fur et à mesure, c’est de savoir si il sera vraiment celui qu’ils veulent récupéré pour complété le pouvoir du Mur d’or. Ou si il ne sera pas bien plus que ce qu’ils escomptaient découvrir en lui, grâce aux mystères autours d’Atlas. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 324
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 31 mai 2021, 13:42

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Des voix dans la neige."

Image
Cent-soixante-et-unième Entrée – « Acte 2 – Le fragment de la Peine.»
Image
« C’est amusant, mais ce rapport sera accompagné de quelques illustrations de Runne, pendant que j’écrivais au coin du feu du chevalier oublié après avoir quitté Abalathia suite à cette dernière mission. Peu après avoir pu laisser l’Ordonnatrice faire son travail de recherche pour retrouver le dragon de Méracidia qui avait laisser son aide aux anciens compagnons du Mur d’or, maintenant que l’active subjugation s’est achevé, nous avons pu prendre un très bref repos avant que les locaux n’en appellent de nouveau à nos services. Finaen était resté sur le qui vive, et prenait des nouvelles de ses amis Vanu-Vanu en apprenant qu’il y avait des problèmes chez ses derniers, avant de ne pas parvenir à avoir spécialement de nouvelles. Malheureusement, ceux ci étaient impossible à contacté, quelque chose empêchant Finaen d’avoir des nouvelles de ses amis qu’ils avaient aidé là-bas laissant suggéré qu’ils étaient en danger. Des spectres et des lueurs violines ? Voilà qui évoquait déjà une affaire ayant eu lieu il y à quelques temps dans la forêt du Coerthas quand des fantômes du passés possédèrent plusieurs loups. L’influence du Nuage noir me poursuivrait-elle, éparpillant au passage des fragments de mémoires d’anciens protecteurs d’Himitsu no Taki ? Je n’escomptais pas laisser faire bien longtemps, prise d’un certains regret de savoir que des personnes souffres par ma faute, il me fallait agir en conséquence.

La plus part de nos compagnons de la dernière mission firent acte de présence, tandis que nous discutions au bord des champs de choux avec Karol et Runne comme de coutume. Visiblement, c’était notre petit endroit préféré dès que nous avions à nous installé dans le camp, profitant des étendues et du soleil, et nous avons été lentement rejoint par le reste de notre équipe. Sorn fut le premier à arrivé, nous apportant le soutiens de son arme à feu, rapidement rejoint par notre protecteur de ce soir : Livio avait son attirail de pistosabreur et était là pour nous défendre des mauvais coups.

A la venue de Finaen, nous expliquant la situation concernant les Vanu-Vanu et les histoires sur cette tribu ayant prit son autonomie il y à quelques temps de cela, Pour les rejoindre, nous pourrions être guidés par des Samuwa, et c’est un miracle si je ne me trompe pas sur la manière dont il est écrit le nom de telles bêtes, étant des grands serpents volants chevauchés par les Vanu-Vanu habituellement envoyés ici pour nous récupéré. Pour ma part, bien que ce n’était pas comme N’lamahni qui arrivant d’un coup pour nous aider, préféra un bon vieux chocobo Ishgardais qui lui inspirait un peu moins de doute. Je m’installais pour ma part à l’intérieur d’un Manacutter, cette petite merveilleuse de technologie des forges de Garlond, avec Karol en co-pilote s’y connaissait déjà mais ayant du arrêté de prendre son envol depuis qu’il lui manquait un bras.

Utilisant mes connaissances en ma matière, et mon affinité avec les mouvements aérien, nous voilà dans un cri de joie découvrant la toute vitesse en tournoyant dans les cieux, passant entre les rochers, Karol m’indiquant plusieurs postures à prendre dans les cieux à effectué avec audace. Nous tournoyons dès lors dans tout les sens pendant que le reste de notre équipe s’installaient sur leurs compagnons de voyage, Livio profitant de la présence de l’immense griffon de Corvus l’accompagnant toujours dans les cieux en lui servant de fidèle monture tout aussi efficace en tant que guerrière que pour traverser les airs. Au début, l’ambiance était des plus agréable, nous étions en train de tournoyer dans les cieux sans le moindre problème avec une petite humeur joviale, N’lamahni cherchant à faire la course avec un Sorn qui cherchait à ne pas vomir sur les nuages au dessous de nos têtes tandis que tous progressaient à bonne vitesse, nous laissant profité avec Karol des mouvements rapides du Manacutter.

Image
Comme il fallait s’en douter, notre joie n’allait pas rester bien longtemps la même, une fois sur le point d’arrivé sur l’île des Vanu-Vanu concernés par l’apparition des visions violines, créant un véritable nuage de brume. Typique parmi les forces du Nuage noir, que d’étouffer la vision en y laissant ses monstruosités avides erré à l’intérieur en cherchant à happés les courageux s’en approchant un peu trop. Mais ce qui nous attendaient dedans étaient des ombres infâmes de spectres porteurs de lames et de griffes comme autant de démons ayant eu jadis un visage humain, ils nous attendaient et afin de partir à leur rencontre, je fonçais en pointe droit dans la brume en bondissant sur le museau du Manacutter tout en tirant mon katana. Frappant dans un éclat foudroyant, le chant de Karol me permettant largement de me permettre d’atteindre mes cibles quand la vitesse de notre machin diminua d’un coup, une lame venant me frapper à l’épaule en laissant quelques gouttes de sang choir le long de mon équipement.

Mais ce fut largement pire pour d’autres de mes compagnons. Runne et Finaen envoyaient des lames de vents, progressant comme ils pouvaient en essayant de purifier l’espace pour nous offrir un moyen de passage, autant que Livio propulsa un coup éthéré se joignant aux battements d’aile du griffon si puissant qu’ils repoussèrent un instant la brume. Dans sa situation, il avait du mal à usé de ses armes, jusqu’à ce que prit dans la situation inconfortable de son maître confus, le samuwa s’écrasa contre le chocobo de N’lamahni qui piailla de douleur quand les crocs du serpent volant lui mordirent la patte. Frappant le visage de la bête, paniquée, voulant la faire lâché, N’lamahni fini par bondir en utilisant son déployant son deltaplane en fusant d’un coup vers le sol s’approchant de plus en plus. Tout le monde vinrent à l’aide des montures et de Sorn qui fut récupéré par les vagues de vent levés par Karol et Runne pour les guidés doucement vers le sol, autant que Sorn fut récupéré d’un coup par le griffon afin de l’installer au sol.

Tous se réunirent, Runne partant aussi tôt soigné le Chocobo en sang que N’lamahni retenait au sol comme elle pouvait pour le garder calme afin qu’il accepte les soins. Accrochant bien le manacutter à une pierre, le mettant en attente, nous approchions enfin en terre des Vanu-Vanu en voyant disparaître les esprits de la brume qui gardaient les lieux, comme si maintenant que nous étions à l’intérieur, il retournaient vagués à leurs occupations d’errances dans les environs en cherchant de nouvelles proies. Il était temps pour nous aussi, de chercher les nôtres, et d’essayer de tout faire pour que les Vanu-Vanu ne soient pas victimes d’un pouvoir venant de si loin en Orient. Que je craignais avoir guidé droit vers moi, pour récupéré le cristal qu’Ikijin eu jadis en main, ayant laissé des fragments du passés avoir un impact sur ce monde avec des sentiments des plus attristant.
Image
Malheureusement, ils avaient déjà été sévèrement touché, et je craignais même avoir sur la conscience des morts chez les Vanu-Vanu en voyant le nombre de carcasse des hommes-bêtes au sol gisant avec la présence des fantômes guettant de l’éther à dévoré comme des prédateurs assoiffés de sang. Ils étaient installés proche de leurs structures habituelles, mais on voyait bien que le grand totem local avait été maudit et gagnait désormais une utilité bien différente. Celle possiblement de créer un véritable appel aux fragments de souvenirs formant des fantômes anciens des habitants massacrés en Hingashi. Pendant un instant, nous fumes assaillis de vision donnant l’impression que ce lieu était un village d’Himitsu no Taki ravagé par les monstres du nuages noires, avant de revoir soudainement le village des Vanu-Vanu don tout semblait orbité autours des écritures Hingashi parlant des fragments de mémoire concernés : Regret, peur, peine. Des fragments de Peine s’extirpaient hors d’une conscience que nous allions rencontrés un peu plus tard lors de notre mission. Et l’influence du nuage noir faisait naître des yeux sur les visages des créatures locales. Un samuwa massif avait été odieusement transformés en monstre infâme, et même des golems de pierres extirpés d’un élémentaire piégés par les énergies malveillants généraient en ce lieu l’impasse empêchant l’accès à un autel supérieur où devait se trouver ce qui à provoqué les moyens de créer une telle folie chez les Vanu-Vanu. Devant le totem, me salua un ancien chevalier avec qui je me suis jadis battu face aux ennemi d’Ishgard, mais il ne restait rien de la bravoure et de la passion de Mefoix Myste.

Uniquement son désirs fou de rassemblé les fragments du passés en m’offrant littéralement à ce qui l’avait rendu aussi perdu mentalement. Sur l’instant, je me demandais si je devais me fié à ce que j’observais. Quelque peu confuse, je n’osais au début pas vraiment le trancher en morceau de peur que ça ne soit le vrai, aussi était-ce là ma première épreuve. Ne pas écouté ses propos sur l’unification afin de pouvoir l’en libéré, sans l’abattre, était pour un assassin comme moi toujours difficile. Mais l’aventurière que je suis devenue à apprit depuis longtemps la retenue, et comme tous, je me ruais droit vers lui pour en finir. Pour s’occuper des gardiens de pierre, rien de tel que Livio fonçant droit vers sa cible afin de commencer à frapper de sa pistolame dans une grande déflagration envoyant des morceaux de pierre ici et là après l’impact. Il luttait face aux gardiens, tandis que Karol parvint directement vers les golems pour commencer une purification rapide en instillant des sentiments positifs pour que l’élémentaire se détache de tout ce qui était en train de le ronger, malheureusement. Ce ne fut pas aussi aisé qu’il n’aurait du l’être, tirer un tel maléfique n’avait rien de facile, et il s’acharna en voulant retirer tout ce mal qui le liait à l’aspect clos de ses chants. Non loin de là, Livio continuait à tenir bon en soulevant un bouclier d’éther chaque fois que les pierres s’écrasaient vers lui dans des lueurs d’énergies puissantes.

Les coups chutèrent, jusqu’à ce que la manipulation terrestre de Karol les distordes, permettant à Livio de frapper dans un coup fatal permettant de détruire le dernier golem qui explosant en milles morceaux avec l’aide de N’lamahni venue sur la fin le soutenir avec les golems, les forçant à se protéger des chutes de roches. Tombant sur le fessier, Livio prit le temps de boire un elixir alors que Karol vint à mon aide. Car à ce moment instant, j’essayais d’empêcher le totem maudit de m’arracher tout mon éther et mon esprit lui même. Au moins avant l’assaut, j’avais pu demander à Finaen de foncer protéger les Vanu-Vanu. Cela dit, il escomptait déjà le faire, et je n’eu pas besoin de l’arracher à ses occupations pour qu’il file droit vers les corps étendu dont nous n’avions pas encore assurance de leurs survies. Éloignant d’un coup les fantômes, ceux ci furent repoussés brusquement en tournoyant dans tout les sens, permettant à N’lamahni et Runne de s’occuper du Samuwa maudit qui rugissait et portait déjà plusieurs yeux supplémentaires à l’image des entités maudites par les forces du Nuage noir.

Image
La lame de N’lamahni lui ouvrit déjà une faille au visage quand le boomerang le percuta brusquement, soutenant la purification intense de Runne qui s’étendait autours de la bête en irradiant autours d’elle, faisant clore les yeux supplémentaires lentement. Il tenta de calciner brutalement les deux compagnons, les flammes mauves frappant vers eux en les esquivant pendant que Finaen bataillait de sa rapière pour écarté les fantômes revenant à la charge en soif d’éther. C’est pendant cet affrontement que Sorn intervint subitement, tirant sur les esprits en cherchant à soutenir la purification de Finaen pendant qu’il tirait encore et encore sur les silhouettes. Le flot continua ses assauts, même après la mort du Samuwa dévasté par une javeline de N’lamahni et la purification de plus en plus dense laissant une bête corrompue choir au sol, expirant à cause des parties trop importantes de son corps ayant alors muté. Finissant d’écarté les esprits affolés, Finaen prenant un instant pour écarté les menaces en ayant l’aide de Runne envers et contre tout en repoussant les spectres qui continuaient de l’assaillir sans cesse jusqu’à ce que le totem ne finisse par disparaître pour écarté les fantômes. Celui ci se dressait devant moi depuis le début du combat, les symboles Hingashi rayonnant en générant les énergies des sentiments négatifs provoquant les forces obscures de l’influence du démon, ainsi que la folie de Mefoix Myste s’incarnant dans la marque qu’il possédait malheureusement sur la nuque. Cette marque n’allait pas disparaître si aisément, mais je me refusais à simplement l’abattre tant qu’il y aurait de l’espoir de le sauver – bien qu’il me fallait vérifier si il était bien réel ou si ce n’était pas encore un de ses maudits jeux d’esprits.


Pour ça, après un jeu de lame, mon pied s’écrasa sur son ventre en le propulsant contre le totem ce qui eut l’effet au moins de confirmé quelque chose de mauvais : Il était bel et bien devant nous, en vie. J’aurais espérer un reflet de mémoire qui pouvait être repoussé, à la place c’était bien une personne qu’il nous fallait sauver. Le tir de Sorn explosa au dessus du totem, provoquant une immense déflagration et des fractures un peu partout sur le totem, c’est ainsi dans les flammes et le bois fracassés que notre combat se poursuivait après que Sorn ait mit le contexte dans notre affrontement en faisant tout sauté. Ses coups plurent en cherchant à me taillé en pièce, reconnaissant mon style de sabre dans son maniement de l’épée jusqu’à m’atteindre au torse en me laissant une blessure gênante. Fonçant brusquement vers lui après un instant de douleur, je parvins à lui mettre ma main sur le crâne pour le frapper contre le totem en cherchant à faire revenir les fragments de mémoire vers le cristal de l’Aube obscure sur le dos de ma main. La conscience dans le totem découvrit mes intentions, et débuta une aspiration d’éther très violente autant sur moi que sur Mefoix, que je projetais sur le côté pour ne pas qu’il soit happé dans le flux, ce dernier chutant inconscient au sol en roulant deux fois par terre.

Il était sauvé, mais je m’étais peut-être condamné en agissant ainsi, ce qui n’était pas du goût de mes compagnons : Karol émit un chant puissant provoquant une purification tournoyante autours de moi et du totem, rayonnant de plus en plus jusqu’à ce que les tirs de Sorn parvinrent à frappé encore et encore dans toutes les failles en laissant le totem éclaté en milles morceaux. Chutant au sol, ouvrant les yeux pour voir Runne s’occupant de ma blessure, tous avaient senti la présence m’ayant ponctionné l’éther présente au sommet de l’autel des Vanu-Vanu. Mefoix comme les hommes-bêtes étaient sauvés pour l’instant. Mais le fragment de la peine responsable de leurs malheurs résidait encore, et il nous fallait en finir. Définitivement, afin de faire disparaître ce nouveau morceau d’échec abandonné.
Image
Me relevant lentement, difficilement, jusqu’à ce que les soins fournis par Runne fassent effet autant que je profitais de sa potion de soin – au fond, heureusement qu’il m’en fournie une au lieu de Gladys, même si elle aurait peut-être pu me fournir un jus de pomme ? Afin de rejoindre toute l’équipe qui se préparait déjà à partir à travers l’accès désormais ouvert qui jaillissait devant nous. Ce qui avait contaminé ce lieu allait enfin nous offrir une réponse, du moins je l’espérais, mais une fois de plus des questions allaient se posés quand nous étions sur le point de découvrir un élément semblable à ce que nous avions observés dans la forêt aux loups. Déjà fallait-il l’atteindre ! Les forces de la mémoire allait tout faire à travers les brumes pour nous coupé l’accès, dévoilant comme des formes des demeures Hingashi provenant d’Himitsu no Taki, l’île en proie à la dévastation quand les monstres se ruaient vers les habitants pour les taillés en pièce. Au milieu de ses brumes, erraient les silhouettes fantomatiques de l’éther mémoriel incarnant ses fortes de monstres, et l’assemblage de vision passa parfois d’un lieu à un autre. Après les villages d’Hingashi, changea brusquement pour devenir certains de Rocasterne où Livio avait pu vivre, et nous luttions à travers des souvenirs prenant place au milieu des esprits s’acharnant sur nous.

Malheureusement, N’lamahni eue grandement à souffrir de ce qu’elle observait, perdue et confuse à cause des visions et des présences obscures la poussant à se mettre à couvert en se faisant récupéré par Sorn qui la guidait comme il pouvait en tirant vers les adversaires qui s’approchaient un peu trop, et pour ceux qui parvenaient à lui, rien de tel qu’un bon coup de crosse pour s’en débarrassé. J’essayais d’aller vers l’avant avec Livio qui progressait, ayant chuté à genou au moins une fois à cause des visions s’enchaînant, le manque d’éther n’aidant pas à ce que mon esprit se focalise clairement sur ce que nous avions autours de nous. Mon sabre émit une forte lumière, cherchant à écarté les brumes pour nous trouver un passage, mais les échos de Karol cherchant à créer une force positive était un moyen de nous éloigné de toutes cette énergies mémorielles qui voulait nous dévorer. Partant à travers les ruelles fictives et les fausses-masures tout en étant conscient que nous étions en vérité en train de progresser en plein Abalathia, Runne et Finaen progressant côte à côte en envoyant quelques sorts pour écarté les spectres. Nous sommes parvenu finalement jusqu’à son sommet où lentement les visions se fragmentaient en disparaissant petit à petit en nous offrant de nouveau l’immensité d’Abalathia et la statue principale qui régissait la foi et la volonté des Vanu-Vanu les ayant guidés jusqu’ici.

Une statue du primordiale Bismark, la baleine immense des nuages gravés dans la pierre d’une façons magnifique aurait été une idole captivante si il n’y avait pas eu ajouté à cette dernière un fragment de pique noir, comme un cristal de pouvoir du néant qui produisait les énergies résiduelles dans les environs. Ceux qui se trouvaient autours étaient maudit. Un totem installé proche de là sous un bouclier d’énergie rayonnait de pouvoir du nuage noir, ainsi que le Chaman Vanu-Vanu qui devait s’occuper de se sanctuaire, des yeux supplémentaires apparaissant sur son visage montrant qu’il devait malheureusement être condamné par la corruption animant l’ancien Chaman. Mais c’était celle qui nous faisait face qui m’intéressait personnellement. L’incarnation de la Raenne était un fragment de la Peine, comme elle s’annonçait d’elle même. Mais sa forme me gênait, car elle était semblable à celle que nous avions affrontés dans la forêt du Coerthas, que j’étais censé avoir libéré et récupéré dans le cristal d’âme pour que son souvenir enfin ne provoque plus de mal. Ce n’était pas les mêmes méthodes, ni les mêmes comportement, aussi pensais-je bien qu’il s’agissait là d’une autre facette de ses souvenirs incarné par le fragment mauve derrière elle.

Image
Tirant lentement sa lame, il était temps d’en finir, et N’lamahni me cria qu’ils s’occuperaient de nos ennemis pendant que je pourrais avec Finaen affronter ce fragment de mémoire. La miqo’te fonça de nouveau avec Runne pour affronter le Chaman dont les énergies mauvaises frappaient sans cesse autours de lui. Le Vanu-Vanu s’acharna pour repoussé les deux miqo’tes, les lames tombant en vitesse vers lui tandis que Runne usait de sa rapière pour faire traverser la purification à travers l’homme-bête. Il se montrait implacable, mais les coups ne cessèrent de chuter sans pouvoir se débarrassé de N’lamahni pendant qu’il se faisait purifier petit à petit par Runne. Après quelques enchaînement de coup, cela se conclus par sa perte en chutant brusquement au sol, libéré de sa corruption, mais malheureusement, ce fut par la mort qu’il s’échappa à l’emprise du nuage noir. Ce qui était triste pour les Vanu-Vanu ami de nos compagnons venu ici quand l’Eyri parvint il y à longtemps pour les aider. Karol chantait, apaisait la présence du cristal et les énergies locales avec son chant purificateur étendant ses bonnes intentions, permettant aisément à Livio et Sorn de s’abattre brusquement sur le totem en brisant sa protection dans plusieurs déflagrations des explosifs de Sorn jusqu’à ce que Livio fracasse sa lame sur la protection qui céda d’un coup.

Libre, le totem bondit à la grande surprise de ceux qui l’affrontaient, s’écrasant dans le ventre de Livio en le repoussant soudainement jusqu’à ce qu’il continue à s’acharner sur ses deux adversaires en bondissant, produisant des effets de magies puissantes autours de lui provoquant des déflagrations autours du totem. Et éclat d’énergie luttèrent avec les tirs de Sorn essayant de le réduire en morceau jusqu’à offrir l’opportunité à ce que l’épée de Livio se fracasse dessus, brisant les cornes du totem, jusqu’à ce qu’il cède et finisse en morceau en tombant au sol devant le pistosabreur. Les héritages maudits des Vanu-Vanu avait été détruit, nous offrant la liberté avec Finaen d’en finir avec le fragment de la Peine avec qui nous étions en plein duel, lames contre lames. Je n’avais au début par l’intention de la blessé, mais de la comprendre, jusqu’à laisser une ouverture à Finaen pour qu’il atteigne le fragment de corne sombre installé sur la statue de Bismark.

Il se concentra pour détruire cette dernière, dans une puissante lueur vermeille jusqu’à ce qu’il ne reste rien de la dite incarnation cristalline, libérant les énergies des brumes et de la mémoire qui jaillissait en ce domaine. Si nous avions libéré les lieux, il restait à savoir que faire de ce fragment que je venais de désarmé en repoussant sa lame, la prenant dans mes bras comme pour la rassuré. Nous parlions un instant, rejoint par mes compagnons qui purent la convaincre qu’elle avait une place comme les autres souvenirs dans le cristal d’âme. La peine n’était pas l’arme du démon, Tsakyoki, mais bien ce qui compléterait réellement les fragments d’échecs éparpillés qui souhaitaient être enfin réuni. Finalement, elle accepta, me laissa le poids de sa peine se glissé le long de mes sens, ce dont j’avais hélas déjà l’habitude depuis les années vécues à être aventurière. Tous vinrent à ma rencontre, finissant notre mission avec une note plus que positive avec mes amis. Mais la marque du nuage noir restait sur Mefoix, et la crainte que ce maléfice persiste continuait de me traîner dans la tête. Quel sera le prochaine fragment à apparaître, et à essayer de happé des vies, avant que nous ne parvenions enfin à arrêté ce processus et son responsable ? Là était la question, en espérant que je ne sois pas moi même, la coupable d’un très mauvais coup du sort. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 324
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 02 juin 2021, 15:47

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Premier pas vers l'Apocalypse."

Image
Cent-soixante-deuxième Entrée – « Acte 12 – Dans le glacier du Mange-Soleil.»
Image
« De retour dans le Coerthas, après un peu de repos à Ishgard et dans l’Arête blanche, les missions en Abalathia furent éreintante mais nous avions visiblement acquit du temps avant de devoir reprendre nos objectifs concernant le mur d’or. La priorité était de savoir si le dragon des Hautepointe enfouie dans la glace avait été retrouvé grâce à la sphère de glace, et le résultat fut positif : Un chemin avait été découvert, et il nous fallait l’emprunter au plus tôt avant que nos ennemis n’y accèdent pour libéré leur maître. Sans la Givre-Argent, ni le Behemoth glacés, ils avaient peu de moyen de le sortir de là aisément, mais Kannia possède bien des ressources et compte sur les forces des Telophores pour l’aider dans sa manœuvre puisque cela va dans l’intérêt des Tours de l’Apocalypse. Il était donc au moins temps de lui retirer le dragon qui avait provoqué tant de soucis dans l’Ouest de la contrée pour définitivement brisé les forces qu’elle possède et pouvoir se concentré sur le fait de l’atteindre elle. Hors, peu de temps avant de se mettre en route, Finaen et Runne furent convoqués pour analysé des sources de pouvoir problématique qui trahirait des tentatives de l’ennemi de nous devancé depuis que le campement des Durendaire étudiait les lieux afin d’avoir une idée de ce qui pouvait bien se passé et comment atteindre le dragon au fond de ce domaine isolé.

Finalement, j’ai bien peur que les problèmes nous aient précédé, et c’est une bonne équipe de compagnons qui à pu se mettre en route pour en finir définitivement avec les problèmes de l’Arête-blanche. Au feu de camp principal du camp, se sont rejoint pour commencer une bonne partie de notre équipe principale. Eloise pu nous retrouver prompt à faire du bon travail en compagnie de Salarios Stamets, maîtrisant tout deux le pouvoir de l’Egi-Garuda. Notre protecteur fut de nouveau Augustol, nous retrouvant depuis notre retour d’Abalathia. Mais il aurait le support sur le front de Livio et Sorn, mon compagnon ayant prit sa pistolame impériale avec ses cartouches au céruleum risquant d’être des plus efficace avec les tirs de son camarade machiniste. Et notre dernière camarade pour l’instant, avant de retrouver nos deux mages habituels, fut celle qui vint les aider avec le maniement de la rapière. Nearis, une amie de N’lamahni, adepte de la magie rouge elle aussi.

Fort de notre petite équipe, nous avons traversé un camp bien morose qui n’avait pas spécialement envie de vivre les derniers combats ayant secoué les environs, le Béhémoth de glace ayant laissé une certaine crainte pour ceux ayant vu littéralement des nuages choir sur les montagnes, mais les soldats accueillaient notre sortie avec sympathie tout en nous offrant du pot-au-feu qui devint la plus grande merveille du monde pour Nearis qui le garda précieusement pour en manger une grosse portion le long du voyage. Le trajet n’était pas à proprement parler des plus agréable, puisque nous nous enfoncions dans la passe rocheuse où si peu de voyageur passaient maintenant, les quelques nous ayant croisés se décidèrent soudainement que se retrouver en sécurité en ville était une bonne idée d’un coup. Cela dit, le plus inquiétant vint rapidement : des énergies draconiques résiduelles rendait la faune folle, et il fallut apaisé les flots de bêtes paniqués avec les diagrammes d’Eloise pendant qu’Augustol nous signalait quand les bêtes étaient sur le point de nous foncer dessus. Identifiant les lieux, Sorn pu voir la présence de la Givre-Argent dans les environs, montrant bien que l’entité était dans les environs à surveillé ce qui pouvait bien se passé en risquant d’apparaître à tout moment, peut-être même si nous l’aidons à venir jusqu’à nous.

Le plus inquiétant était la manière dont avait été diffusée l’éther draconnique : ça ne venait pas d’une source tracable, pas donc l’intérieur de la cage. Au moins il ne s’était pas libéré, mais une incarnation rôdait dans les environs, et nous allions bien vite hélas découvrir les conséquences de sa présence. Les deux chevaliers des Durendaires gisaient au sol, le ventre percé par des coups violents de lances que Salarios et Livio identifièrent en observant les environs dévastés, des traces résiduelles de l’énergie draconnique présente à l’intérieur. Ce devait être un coup du chevalier-dragon possédé qui était présent à l’assaut de l’Arête-blanche il y à quelques temps de cela. Abandonnant malheureusement les corps en espérant sauvé les vivants, nous nous engouffrions dans un domaine qui selon Augustol, n’existait simplement pas avant. Les illusions empêchant d’entrer dans ce glacier magnifique avait été découverte par la sphère de glace servant de carte, dévoilant en ce lieu un domaine immense où nous nous reflétions sur les moindres parois de glaces. Si c’était d’une splendeur rare, c’était tout autant dangereux, et Sorn fit de son mieux pour que l’équipe ne se disperse pas trop et ne tombe pas dans les pièges, mais tous étaient surtout concentré à l’idée d’empêcher les énergies malveillantes de brisé notre psyché. Eloise détournait la magie draconnique alimentant les lieux en créant un puissant bouclier à partir des forces détournées et manipulés par la suite par Salarios afin de donner consistance à ce projet.

Si cela dévia grandement les énergies prompt à nous assaillir mentalement, Nearis s’appliqua à la faire taire définitivement en se concentrant pour museler l’éther résiduel affaiblit, vérifiant dans les hauteurs en voyant un passage du chevalier dragon bondissant dans les cieux. Progressant doucement en avant, nous nous sommes vite rendu compte que sans s’aider nous nous étions perdu les uns les autres et l’ennemi allait en profiter. Peu après ce constat que nous étions observés, les bêtes de guerre jaillirent dans tout les sens avec un hurlement lupin. Des créations de granite noire nous fonçaient dessus dans toutes les directions, et l’une brisant la glace parvint à me taillé sévèrement le flanc avant que je ne lui tranche la tête. Me battant comme une acharnée, jusqu’à ce que Nearis me retrouve blessée, nous progressions là où la lumière et les gris des Egi-Garuda nous menaient lentement, Sorn ayant envoyé Gladys chercher nos compagnons éparpillés pendant qu’il massacrait les unes après les autres toutes ses entités ressemblant à des pseudo-hérétique contaminés. Ils sortaient de toutes part, malgré les protections reluisante, je n’avais pas manqué d’être blessée autant que le fut Salarios d’un grand coup dans le ventre ayant brisé les protections, avant qu’il ne détruise son adversaire d’un puissant sort de ruine. Nearis me couvrait aisément avec des boules de feu s’écrasant autours de moi sur nos adversaires pendant qu’Eloise m’offrait des soins rapides afin de ne pas laisser mon sang couler trop longtemps, ce qui me laissa le temps d’observer au loin Augustol et Livio qui progressaient ensemble pour nous ouvrir la voie.

Les deux se protégeant, l’un frappant de son immense lame tout ceux qui approchaient pendant que Livio envoyait des coups de cérulame propulsant l’énergie en plein contre les incarnations de granite noire, jusqu’à ce que tous puissent sortir en urgence de cet endroit. La voie de sortir était une sorte de radiance magnifique venant des reflets de la glace, menant droit vers une cache secrète isolée par ceux ayant créer cette pression, et dès que les soins furent effectués, nous avons fini par repoussé les embusqués brusquement avant d’apparaître de l’autre côté en découvrant la splendeur de l’entrée de cette prison. Hélas, les Durendaire étaient déjà en péril, Vulkaroix se battait comme il pouvait pour les défendre, mais c’est en voyant le chevalier dragon installé sur un pique en hauteur que nous avons compris que nous étions tout autant en danger, un instant avant qu’il ne bondisse pour nous envoyer une grande lueur de magie glaciale pour nous massacré tous en même temps.
Image
Survivre prévalait à la contemplation, aussi magnifique pouvait être se lieu, il ne valait pas encore de se faire taillé en pièce par la vague d’énergie qui déferlait sur nous à toute vitesse. C’était une sorte de concentration d’éther draconnique prenant une forme vaguement similaire à un des assauts des chevaliers-dragons à toute puissance, mais il y avait comme l’aspect un blizzard dévastant tout sur son passage dans un rugissement monstrueux. Il pensait nous avoir avec la surprise, mais Augustol fonça aussi tôt pour frapper son épée au sol en générant une puissante barrière. La magie s’écrasa contre les cristaux de protection, et les firent lentement cédés en les brisant petit à petit, ouvrant de plus en plus de failles. Reculant à cause de la pression, il aurait pu échoué, si tout ses compagnons n’étaient pas derrière lui. Envoyant plusieurs déflagrations d’éther neutre, Nearis essaya de mitigé l’attaque pendant qu’Eloise préparait rapidement un sort de protection qui allait accompagné celui de Salarios, ce dernier n’avait pas l’air bien sûr de ce qu’il faisait, mais ce fut plus qu’efficace.

Une fois le sort renforcé par Eloise, Salarios déploya une nouvelle barrière sur celle d’Augustol, laissant jaillir une immense énergie protectrice qui répara toutes les failles tandis que Sorn envoya un barrage renforcé l’ensemble, accompagné par Livio qui solidifia la structure avec un tir de son arme renforçant la protection.  Dès qu’il fut suffisamment faible, j’en profitais pour d’un bon coup de lame dévié les énergies bloqués et réduites par son impact afin de définitivement brisé ce choc intense. Dès que les énergies se dispersèrent, nous sortions de l’amas de fumée provoqué par la destruction de la glace et le surchauffage des énergies s’écrasant les unes contre les autres, en découvrant la grandeur des lieux. Des lueurs glaciales apparaissaient un peu partout, quelques des chevaliers antiques de Draumr Svratr coincés dans la glace attendaient d’être libérés, comme observant avec frustration la grande porte de glace formant un visage de Loup. Les gravures et les inscriptions parlaient de l’histoire de la trahison du dragon cherchant à transformé Draumr Svartr en Primordial pour protéger tout ceux qu’il aimait jadis contre Ishgard et tout ceux risquant de les abattres. Jusqu’à devenir le « Mange-Soleil », représentant l’aspect noir infâme et la légende de Draumr Svratr dévorant Azeyma.

Nous nous sommes rués vers nos objectifs, Salarios arrivant droit vers les Telophores installés sur des machines de combats essayant de dévasté la porte du loup avec des foreuses sur des armures de combats magiteks. La sort puissant de brasier explosant contre les machines visaient les pilotes, les interrompant brusquement tandis qu’elles essayaient de s’en saisir. Esquivant comme il pouvait les chocs explosif et les bras télescopique, il manipula son Egi pour affronter les machineries en laissant le temps à notre équipe de libéré les jeunes astrologues installés dans une grande tente au milieu du campement des Durendaire. La lame infusé par la foudre de Nearis, qui s’efforça d’enchanté l’épée d’Augustol dans une lueur foudroyante tout le long de la lame afin de la rendre bien plus puissante, le chevalier pu traverser la mêlée constituée de création de granite noire identique à celles qui nous avaient attaqués dans les galeries de glace en pleine embuscade. Aucunes ne purent l’arrêté, écrasant à coup d’épaules dans sa charge celles sur sa route pour écrasé son épée sur le golem dans une grande déflagration foudroyante en écrasant sa cible au sol lourdement. Ainsi, Livio et Sorn purent traversé jusqu’à la tente massive pour faire sortir les jeunes astrologues qui risquaient d’être congelés par le maléfice qui dévastait la tente principale. Pendant que Livio braillait pour faire sortir les jeunes, Sorn faisait usage de son lance-flamme en repoussant la glace qui fondait à mesure où elle progressait vers eux. Libérant la jeunesse se cachant derrière Vulkaroix, ils ne virent pas venir les créatures ailées tombant sur eux depuis le plafond étoilé magnifique en les écrasant par terre.

Malgré un choc lourd pour Sorn rétamé au sol, ils purent se débarrassé en vitesse des petites créatures avec plusieurs tirs, Gladys essayant de protéger son maître en envoyant de nombreux tir. Écrasant les petites créatures, ils profitèrent que Augustol et Nearis malgré le choc puissant qu’ils reçurent en étant envoyé à terre, blessés, l’instant d’avant malgré la douleur et le sang, Nearis facilita la maîtrise de la lame d’Augustol d’un sort puissant qui lui permit d’écraser sa lame dans le golem en le fendant littéralement en deux. Une fois débarrassé de ceux qui s’acharnaient sur les chevaliers des Durendaire, protégés, Sorn et Livio jaillirent vers les machineries des Telophores pour les détruire, après avoir été attaqué, dont un tir de céruleum fut gobé par Gladys en me demandant encore ce que cette tourelle n’avait pas envie de manger, en faisant sauté les machines avec les explosifs de Sorn pendant que Livio terrassait de plusieurs tir leur chef, qui jurait que jamais nous ne leur arracherions l’invocation de Shiva des mains. Si ils avaient sécurisé les soldats et la porte du Loup, j’avais effectuée une ruée rapide droit vers le chevalier-dragon manipulé par l’esprit du dragon contrôlant ce corps appartenant au jeune disciple de Merethir.

Ma lame cherchait une faille, mais je désirais surtout l’affaiblir en espérant trouver un moyen de le libéré de son infâme geôlier. Proche de là, pendant que je trouvais au moins une faille pour le blessé au torse, Eloise était en train de chercher un moyen d’arrêté les chevaliers dans la glace qu’il voulait arrêté, pour brisé l’essence spectrale devenant de plus en plus intense. En voyant l’épée – la clé de cette prison, les intentions spectrales devinrent des plus inquiétantes – mais sa présence ouvrit d’un coup une faille menant droit à l’intérieur de ceux qui avaient été enfermés par le dragon : Les chercheurs plus âgés, ceux inspectant ce lieu et ses ressources, sortirent d’un coup avec Finaen et Runne. Conscient du danger, mon adversaire me fit reculé d’un bond pour envoyé une puissante rafale d’énergie droit contre les deux mages arrivant sur la glace, les percutant lourdement en les rétamant au sol dans une puissante lueur d’énergie draconnique. Fonçant essayer de l’arrêté à tout prix, mon sabre s’écrasant contre la lance, cela offrit l’ouverture pour que par deux fois, ils tentèrent le tout pour le tout pour libérés le chevalier dragon. Se concentrant pour apaiser les intentions spectrales, y mettant toute son énergie, Eloise laissait dans leurs coins les renforts du dragon pour qu’ils s’endorment de nouveau dans les glaces afin qu’on se concentre sur la scission des deux esprits, Runne tirant sur la partie malsaine que Finaen tentait de mettre au clair.

Cela dit, on ne peut pas dire que ça lui plu grandement ou se fit sans douleur. Il bondit et se mit à effectuer des grands balayages dont l’un rétama Eloise lourdement et douloureusement au sol. En retour, elle fit surchauffé ses gantelets, ce qui rendit bien plus aisé pour moi et Finaen de lui faire perdre son arme en frappant brusquement dessus. Non pas que la douleur ait eu un effet sur lui, mais les mains étaient blessés, ce qui serait une triste blessure à soigné supplémentaire – en espérant que Merethir ne m’engueule pas trop d’avoir laissé son disciple se faire blessé, l’envoyant droit en convalescence à la sainte-citée. Il fut finalement libéré brusquement par les purifications de Runne et Finaen, arrachant la conscience draconnique qui jaillit dans un hurlement jusqu’au plafond. Pénétrant le granite noire qui l’attendait, le plafond explosa dans une grande fissure en laissant tomber des pierres constellés de gravures anciennes, en laissant la forme draconnique s’en échappé dans un hurlement monstrueux. Soulevant ses ailes, il fonça droit vers la porte du Loup, passant au dessus en arrachant les protections malgré la douleur que cela lui coûtait, fusant droit vers sa cible finale : Son corps véritable qui attendait encore dans la glace, là où sommeil ceux qui ont jadis été puni pour avoir suivi le Mange-Soleil.
Image
Plusieurs avaient prit le temps de se guérir, Augustol se soignant comme il pouvait avec Nearis après avoir encaissé de lourd dégât pour protéger les Durendaires de l’énergie draconnique explosant à la mort du golem, ce qui nous laissait un instant pour nous regrouper pendant que Salarios resterait avec les chevaliers afin d’aider à l’évacuation des blessés et l’arrivé des renforts pour s’occuper de tout se petit monde. Laissant la responsabilité de ceux blessés notamment du chevalier-dragon inconscient à Salarios, nous inspections en urgence déjà la porte du loup avant de découvrir qu’il n’y aurait ni manivelle ni levier pour l’ouvrir. Sa présence magique avait quelque chose de très affecté par ses créateurs : la marque de l’énergie primordiale de Shiva. Bien des possibilités pouvaient s’ouvrir, mais nous avons exclues le passage par la force, puisqu’il s’agissait d’une conception faites pour retenir nos ennemis. S’intéressant à la statue de glace qui était apparue au milieu du camp, Eloise et Finaen demandèrent à la Givre-Argent que Sorn avait repéré plus tôt de bien vouloir les aidés en infusant avec Runne, la statue d’éther. Celle ci ouvrit les yeux, tirant fortement sur l’énergie de nos compagnons afin de se nourrir de leurs forces pour gagner en puissance de plus en plus.

Jusqu’à ce qu’elle puisse ne serais-ce que levé le bras afin de laissé lentement l’accès s’ouvrir dans une lueur glaciale magnifique qui écarta les pans de glace en dévoilant le passage. Aveuglés un bref instant, jusqu’à traverser la porte du loup, nous découvrions l’étendue véritable du glacier du Mange-soleil, où ses adaptes étaient figés depuis maintenant bien longtemps. Le ciel resplendissait d’une lueur irréelle, tissant dans les cieux des aurores boréales, tandis que chaque lueurs se reflétait sur les gravures anciennes de loup et de personne veillant sur ceux qui ont été puni. Marcher ici avait quelque chose de glorieux, mais nous en ressentions rapidement les effets pendant que nous observions la grâce d’un tel endroit : Le froid intense avait ici quelque chose de dangereux. Seul Runne avec la fourrure de la Givre-Argent en était parfaitement immunisé, ce qui ne l’empêcha pas de nous venir en aide pour contenir les sources glaciales qui nous tombaient dessus.

Générant de la chaleur, il fit le même usage que Nearis, laissant nos deux compagnons émettre une lueur flamboyante gagnant les environs en arrêtant le froid intense et nous offrant un refuge à ce dernier pour laisser nos muscles et nos consciences actives. S’extirpant de la glace dans une explosion sur notre côté, un des chevaliers de Draumr Svartr sorti de nulles part pour envoyer un grand coup de lame contre Runne et Nearis en les rétamant au sol, blessés, jusqu’à ce que Livio ne le fracasse d’un bon coup de lame céruléenne. Progressant en avant, plusieurs des chevaliers s’étaient déjà extirpés de leurs prisons et venaient à notre rencontre en force pour essayer de nous arrêté, laissant les autres provoqué des explosions dans les glaciers pour libéré de plus en plus d’adversaires. Utilisant des boucliers, Eloise retenait les déflagrations dans des lueurs éthérés pour que Finaen puisse comblé les failles, malgré un coup reçu le bref temps qu’un bras parvienne à sortir de la glace, qu’il congela à nouveau en urgence. Bloquant l’afflux de soldat qui nous fonçaient dessus, nous avons pu balayés les quelques échappés quand Livio et Augustol progressaient en avant, écrasant de sa lame ceux qui progressaient pour qu’ils soient prit dans la tournante des tirs de Sorn frappant le plus de cible possible, le monocle de visée du Teclis s’activant pour abattre de sept coup à la tête l’adversaire qui était sur le point de m’embrochai dans le dos avec sa lame. Hochant la tête pour le remercier, nous pénétrions dans le centre du glacier où se trouvait le corps du dragon.

Il était immense, installé autours d’ancienne structure sanctuaire, ce glacier devait existé bien avant que le Coerthas ne soit gêlé par le septième fléau, isolé au regard de tous. Le massif dragon à l’intérieur semblait attendre d’être libéré, maintenant que ses yeux étaient illuminés d’un rouge puissant, le regard posé sur la femme portant une tenue blanche et un masque féminin sur son visage qui haletait au sol. Il s’agissait de la vision d’espoir que nous avions vu plusieurs fois en mission, mais elle semblait au bout de ses forces, jusqu’à ce que nous découvrions de qui il s’agissait : Le dragon, pendant qu’il invoquait un golem de glace immense qui lui servait de gardien animé par puissance primordiale qu’il possédait, la nomma au nom de Draumr Svratr. Il s’agissait de l’avatar que le Patriarche et Matriarche de la meute, qu’il utilisait pour apparaître afin de soutenir ceux voulant le libéré. Nous nous hâtions de venir à son aide, tandis que je fonçais avec Augustol droit vers le golem de glace pour l’empêcher d’aider l’incarnation de granite noire et de glace sombre formant un faux-corps pour son maître enfermé dans la glace. Envoyant un énorme coup d’épée vers le cristal de l’entité, je renforçais le choc de la lame d’Augustol en envoyant un grand coup de sabre dans un éclat foudroyant. Il ne fut pas vraiment heureux d’être fragmenté en plusieurs morceaux, et m’envoya m’écraser au sol brusquement d’un revers puissant de son bras, tandis que l’autre main saisit Augustol en le soulevant avec l’intention de le faire explosé dans sa main en jus de chevalier.

Se libérant de l’emprise en plantant son immense lame dans le coeur de son adversaire, Il allait l’avoir, mais le golem le jeta au sol, avant de chercher à l’achevé. Hors de question que cela arrive, je fusais dans un éclair puissant pour trancher ses bras afin de laisser le chevalier revenir jusqu’à son épée pour traverser brusquement de sa lame le golem en envoyant des morceaux ici et là. S’en était fait, et nous assistions alors à la fin du combat – de leurs côtés. Finaen et Runne s’étaient rués droit vers l’Elezen chauve, ce mage mystérieux que nous avions rencontrés plusieurs fois, faisant un usage inquiétant et puissant des ténèbres même. Envoyant une déflagration sur Runne qui s’écrasa brutalement au sol, encore fumant, quand il voulu le désarmé. Cela ouvrit la voie à Finaen qui lui arracha le sceptre des mains malgré une puissante lueur obscure qui le frappa en retour.

Il était vraiment puissant, mais ils ne voulaient pas le tuer. Ils voulaient des réponses à tout prix, et cela au dépend de leurs sécurités. Ayant mise Draumr Svartr en sécurité, Nearis en reçu la bénédiction en découvrant le visage de lumière de l’esprit pure dont il ne s’agissait là que d’un avatar. Elle jaillit pour griffer la figure du mage, profitant de l’aveuglement puissant provoqué par la colonne de purification de Runne. Ainsi, Finaen pu planté sa dague dans l’épaule du mage, qui s’écroula au sol en ayant transpercé le ventre de Finaen avec une lame d’obscurité. Le voile illusoire s’échappa, laissant apparaître brusquement le jeune magicien que nous connaissions bien maintenant qui avait été enlevé. En piteuse état maintenant, et en vie, et ils ont tout fait pour le soigné en urgence. Livio, Sorn et Eloise avaient affrontés l’incarnation du dragon avec héroïsme. Brisant son incarnation en de nombreux chocs des tirs de Sorn et Livio s’appliquant tout le long de sa carcasse pendant qu’Eloise endommageait brusquement ses bras et ses jambes. Il se déplaçait encore en frappant Livio de sa patte brusquement, l’envoyant au sol, mais pratiquement bloqué il ne parvenait pas à prendre l’initiative sur ses adversaires en dévastant tout sur son passage. Se redressant difficilement, en attrapant ses cartouches, Livio souleva sa lame en explosant brutalement le torse de la bête où Sorn pu tirer une foreuse qui conduit le sort fantastique d’Eloise. Ses diagrammes provoquaient des sons impossible et dangereux, conduisant l’éther de plusieurs éléments vers l’intérieur du dragon provoquant une immense déflagration arc-en-ciel qui brisa définitivement l’incarnation draconnique.

Les décombres chutèrent autours de nous, fumante encore, jusqu’à ce que petit à petit la lueur de la Givre-Argent n’apparaisse proche de Draumr Svartr. Nous aidions nos compagnons blessés, notamment Finaen et le jeune magicien, tout en observant la Givre-Argent se transformer doucement en la forme qu’elle adoptait quand elle était encore vivante. Irelia Soufflecor posa sa main sur la prison du dragon qu’elle avait jadis sauvé en se sacrifiant, devenant involontairement la Givre-Argent, avant qu’il ne devienne fou à cause de tout ce qu’il avait perdu en cherchant à se venger envers et contre tout. La lumière rougeoyante du regard du dragon s’éteint, et la glace devint plus dense et gagna en présence en refermant un peu plus les prisons autours de ceux qui étaient condamnés en ce domaine. Souriante, reprenant son incarnation de glace, elle disparut sous nos regards avant de nous parler – sûrement marqué par ce qu’elle venait de subir. Kannia Hautepointe avait perdu son plus grand champions, et nous savions où était détenue Draumr Svartr. Notre prochaine destination serait les coteaux rocheux. Afin d’enfin libéré Draumr Svartr des Telophores. » 
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 324
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 04 juin 2021, 12:58

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Premier pas vers l'Apocalypse."

Image
Cent-soixante-troisième Entrée – « Acte 13 – La passe du Loup de fer.»
Image
« Maintenant que le dragon n’était plus une gène, nous pouvions nous intéressé à ce que nous avions appris du sort de Draumr Svartr : Atteindre les coteaux rocheux où il détenaient l’esprit loup confronté aux énergies d’un artefact allagois contenant la bête pour l’offrir quand elle sera prête aux Telophores. Dès que le Mange-soleil fut vaincu, ils condamnèrent les accès pour que personne ne puisse leurs rendre de petite visite. Depuis l’Est, on ne pouvait y accéder en passant par l’observatoire à cause des vagues de brumes et des errances provoqués par leurs vagues infestes où ils devaient concentrés toutes leurs attentions. Mieux valait passé par un endroit plus discret, accessible, mais peut-être encore plus dangereux à arracher des mains de nos ennemis pour avoir un accès aisé aux Coteaux rocheux. L’objectif était d’atteindre la passe du Défilé de Daniffen, où les Durendaire néanmoins vinrent nous prévenir en urgence qu’une entité avait été envoyé précisément pour que personne n’accède de ce côté tout en finissant par en faire son petit domaine.

Ils l’avaient nommés le Loup de Fer, ayant entendu sûrement son nom, et lui ainsi que sa cohorte spectrale avaient menés les antiques chevaliers de Draumr Svartr ainsi que leurs esprits enfermés dans la glace jusqu’à ce lieu pour le condamné au mieux et laisser les Telophores à leurs occupations. C’est dans l’objectif de libéré la passe du Loup de Fer que nous nous sommes regroupés avant de brisé le blocus empêchant l’accès au domaine de Kannia Hautepointe. Ainsi, l’ensemble de notre équipe se réunit dans le camp de l’Arête-blanche, les locaux nous saluèrent avec plus de joie, autant grâce à nos dernières actions qu’au fait que nous n’avions plus vraiment besoin de partir proche d’ici pour affronter une menace qui pourrait faire subir encore bien des malheurs aux habitants et chevaliers vivant dans les parages. Pour nous protéger, Livio avait prit son équipement de pistosabreur qui pourrait provoqué pas mal d’ennui avec l’attirail habituel et explosif de Sorn. En guise de force magique, la magie rouge était à l’honneur avec les trois combattants s’y connaissant en la matière, s’y joignant Runne, Finaen et Nearis prêts à porter rapières et sorts contre l’ennemi. Laissant les diagrammes et autres sorts de son grimoire à Eloise.

Mais il s’agit là toujours d’une bonne surprise quand nous revient un compagnons absent quelques temps, accueillant comme il se devait Aerlin venu nous offrir soins et guérissons en tant que dernier soigneur actif en ce moment de notre équipe. C’est fort de cette compagnie que nous nous sommes engouffrés vers l’extérieur, passant après quelques salutations et Sorn qui se pavanait auprès des chevaliers qui prenait ça pour une amitié sincère, ce qui était au fond le cas ! En plein dans la grande allée menant vers Ishgard. Il y avait foule, c’est peu de le dire, nous nous engouffrions dans les voies au milieu des foules de gens qui se bousculaient parfois un peu, tandis que Nearis écoutait quelques propos sur ce qui pouvait se passé au sud parlant d’une merveille datant de la célèbre « Cœur de glace », le reste de l’équipe empêchait un lynchage. Des jeunes ayant perdu des proches à causes des Hautepointes frappaient un ancien partisan de ses derniers ayant quitté leur rang en vitesse, et la jeunesse fut rapidement écartée par l’équipe, Gladys envoyant du jus de goyave dans les yeux de celui qui voulait frapper Livio avec une fourche, tandis que Runne et Finaen apaisaient les tensions jusqu’à la venue des chevaliers. Triste scène fut t-elle, de voir ainsi la haine prendre le pas sur la raison, mais nous quittons les gens pour nous engouffrés dans la neige. Pendant une trentaine de minutes, plusieurs bousculaient les grands amas de neige tout en nous laissant avec Nearis et Runne nos techniques pour marcher littéralement au dessus sans tomber à l’intérieur de la poudreuse.

C’était amusant un temps, et ce voyage âpre fut-il, se compliqua quelque peu une fois arrivé à l’entrée de la passe du Loup de fer. Celle ci était close, par une grille de métal écrasé juste devant apparue sans vraiment de raison physique. Par leurs influences et magies, ils avaient fait naître avec l’éther défensif des amas de métaux anciens et cette grille empêchant tout accès, maintenu par un Dullahan. L’esprit de Jeroix le Deux-fois-Nés à ce moment là, était gardien de ce domaine, et il ordonna aux antiques spectres des chevaliers de nous abattre. Les projections de catapultes faites de flammes bleutés frappèrent qu’un instant, une explosion m’écrasant contre un arbre, avant que toutes ne s’écrasent sur les boucliers éthérés d’Eloise et les amas de roche d’Aerlin empêchant tout accès à ceux en bas, peu de temps avant qu’ils ne soient détruit par une puissante explosion foudroyante venant de Finaen mêlés aux lames de vent de Runne.

Rapidement, nous avancions vers la grille, bloquée par une sphère de glace de Livio quand Eloise produit une explosion qui la souleva, permettant à Nearis de trancher en morceaux les amas de grillages nous gênant encore. Tous passaient en urgence, Livio écrasant brutalement le chevalier ayant blessé Aerlin au torse douloureusement en même temps que celui ci venait de le frappé. Nous nous engouffrions en urgence en ne laissant que quelques restes dévastés de ceux qui voulaient nous abattre, Sorn ayant abattu le mage spectral faquin qui était sur le point d’atteindre Finaen tout en brisant en partie le Dullahan de quelques tirs puissant. Progressant à peine à l’intérieur du passage escarpé de la passe, que en arrière le chemin de notre venue fut bloqué par un grand disque de glace. Un autre jaillit sous nos pieds, tournoyant à toute vitesse avant de se stabilisé, créant ainsi une sorte d’iconographie magnifique représentant leurs desseins. Au sommet du passage, se trouvait le Loup de Fer, un énorme golem d’Adamanthium dont la tête formait un loup, animé par une intention spectrale. Rugissant de venir le défié, et de venir jusqu’à lui, le disque de glace subitement se mit à nous déplacé droit vers le sommet tout en laissant de nombreux esprits et stalactite tomber droit vers notre équipe.

Levant les bras, Nearis et Runne enflammèrent littéralement le plafond dans une grande déferlante enflammée pour ne rien laisser nous tomber dessus afin de contenir la vague flamboyante. Malgré ça, un mage usa d’un sort qui percuta le dos bien douloureusement de la jeune Nearis, peu avant que Runne ne l’envoie paître avec une vague de vent en le faisant tombé dans une lueur d’éther rebondissante des diagrammes d’Eloise faisant choir nos ennemis de la plateforme. Livio se déchaînait au milieu de l’ensemble, aux coudes à coudes avec Sorn, des sphères explosant autours de lui tout ceux qui étaient prit dans les flammes de Gladys tandis que Sorn lui même tirait sur les rares stalactites encore en état, dont l’un tomba sur Aerlin entièrement fondu, sous l’effet d’une bonne douche. Finissant de trancher en morceaux celui qui avait voulu assaillir Eloise, je ne pouvais qu’observer Finaen qui tentait de nous offrir des amas de pierres stable afin de tenir dessus, écrasé au sol par le Loup de Fer lui même. Ce dernier le remercia d’avoir fait venir ici le Duc de Cristal, avant de disparaître en quelques fragments ressemblant à la magie de Maladriel. Très brutalement, le disque de glace reprit son ascension après avoir défait nos opposants, parvenant brusquement jusqu’au milieu de la passe. Petit à petit, nous descendions en offrant des soins à Nearis et Finaen, progressant dans un domaine simplement magnifique. L’influence spectrale était force ici. Et honnêtement, ça en valait le coup d’œil, pour profiter d’une splendeur ancienne, qui aurait du cela dit nous inquiété d’avantage.
Image
L’étendu de roche laissait encore parfois apparaître des couches de pierre froide, ou des stalactites stable, mais on voyait clairement des reflets de ce qui aurait pu être des murs dans un manoir noble où se discernaient des tableaux et autre enjolivement. Ce qui se voyait le plus, car fait de légères flammes spectrales, étaient les armoiries sur des étendards de différentes maisonnées ayant jadis servit les intérêts de l’histoire entre le Mange-Soleil, Draumr Svartr, et la dame des glaces. Comme si ils avaient décidé de réunir leurs emblèmes en ce lieu, même le sol avait quelque chose d’un sol fait de marbre de glace, résonnant comme des dalles soigneusement polie et parfaitement lisse. Nous avancions lentement dans ce contexte si particulière, ayant enfin le temps de soufflé un peu après tout les combats menés pour arrivé jusqu’ici, mais nous allions très vite faite le constat que c’était loin d’être fini. Ainsi, la salle principale s’étendait devant nous, vaste et ayant un air agréable avec les aménagements venant des reflets spectraux, mais il ne fallait pas s’y fier, tout serait d’un grand danger dans les environs. L’accès vers la sortie était condamné par une grande porte où une histoire devrait visiblement être comprise tout en faisant usage de plusieurs cristaux errant dans les environs, ressemblant plus à une épreuve pour les adeptes qu’à une véritable porte avec une serrure complexe. A force de la subir, nous avions fini par l’apprendre, mais le plus grand danger provenait du bassin. A l’intérieur, une sorte de pointe magitek émettait une impulsion puissante faisant pensé à de la subjugation.

Le Telophore responsable et sa suite subjuguée observait le dragon serpentin immense qui s’extirpait doucement de l’autre, écrasant une griffe à côté de Livio et Eloise dans un choc puissant. Pour protéger cette suite, se déversèrent des chevaliers de Draumr Svartr sortant de la glace au commandement de leur maître : Jeroix le Trois-fois-né. Le Dullahan réincarné dans des amas de plaques de fer se concentrant sur sa position fut renforcé par deux magiciens envoyés ici par Kannia. Des Elezens bien vivant, l’air quelques peu inquiet, et pour cause : Ils furent la première cible de Livio. Tous choisissaient leurs proies, et pour Livio, cela allait être Jeroix. La lame infusée par la foudre de Nearis, dans un éclat puissant apparaissant le long de sa pistolame, il frappa en brisant les catalyseurs des magiciens tout en venant en frappé un à la tête, dont le corps tombant et de désintégra contre la pointe magitek. Avant qu’un autre coup ne tombe, peu après que le Duhallan ne frappe brutalement Runne dans une spirale de dévastation en ratant de peu Eloise qui fonçait vers le mur. Il ne parvient pas à écrasé son épée contre Livio qui bloqua brutalement la chute de la lame de sa pistolame renforcée par une lueur rougeoyante de Nearis rendant l’acier encore plus solide. Repoussant la lame, il parvint à dévasté son genou d’un coup puissant, l’envoyant se rétamé à terre, pendant que sa camarade rendait sa lame encore plus efficace en y ajoutant maintenant des vents tournoyant. S’écartant tout deux pour esquivé le fracas de dévastation quand le Duhallan frappa au sol, ils revinrent à l’attaque, et l’achevèrent rapidement une fois percé des lames éthérés de Nearis jusqu’à ce que Livio n’écrase sa pistolame dans une déflagration qui l’envoya valser en bas.

Je finissais de détruire les chevaliers sortant des murs, ma lame les tranchant encore et encore, jusqu’à constaté que plus aucun ne purent intervenir : Finaen, en comprenant la situation grâce à son analyse du lieu rituel où l’énergie des prières à Draumr Svratr tournoyaient dans le vide, généra un choc sismique puissant qui renversa brusquement la pointe magitek afin d’arrêté son emprise sur les esprits locaux. Ils allaient réagir, mais ils eurent une alternative. Eloise qui avait pu esquivé le Duhallan mais pas un tir de céruleum d’un des Telophores en permettant à Finaen de s’en sortir sain et sauf, envoya son Egi-Garuda contre le dragon immense pendant qu’elle déchiffrait les inscriptions sur la porte pour y placer à plusieurs endroits différents cristaux d’éther environnant afin de faire correspondre l’histoire. Démontrant sa maîtrise de ce qu’il se passait ici, la porte s’ouvrit lentement et les esprits sorti de la transe due à la pointe magitek approchèrent tous d’Eloise, qui créa un puissant diagramme purificateur.

A vrai dire, elle ne le créa pas seule, car la Givre-Argent s’incarna auprès d’elle dans une lueur grandiose qui traversa tout les murs en tournoyant dans une grâce incroyable. Les deux Soufflecor offrirent la liberté aux vieux chevaliers n’attendant que ça pour enfin se reposer, et ils disparurent en la saluant petit à petit jusqu’à ne plus être qu’un souvenir. Pour ma part après avoir dévasté les chevaliers spectraux, je laissais les Telophores à Runne plus par obligation que par choix : Ce dernier avait échoué à détourné l’attention du Duhallan, mais il ne voulait pas que Finaen soit happé par les impériaux subjugués, et il jaillit jusqu’à eux en transperçant de sa rapière le maitre des subjugués, après avoir repoussé ses derniers en les forçant à se tirer dessus les uns les autres. Finaen eu ainsi uen ouverture pour aller détruire le pique magitek, et je bondissais dans les airs pour atteindre la gueule du dragon. Ce dernier avait affronté avec moult dégâts, Aerlin et Sorn qui lutteraient jusu’aux trépas. Concentré à l’idée de l’embroché, l’élémentaliste envoyait de nombreux piques de roches s’écrasant sur la bête encore et encore jusqu’à ce qu’il ait à esquivé les griffes tombant brusquement dessus : Le coup de foreuse que Sorn avait profité pour effectué en plein dans le torse de la bête l’avait passablement énervé, en plus de l‘avoir gravement blessé, et elle balaya lourdement Sorn au sol d’un geste brusque de sa griffe.

Ne se débinant pas, il vint soutenir Aerlin dont un reflet de cristal étrange l’avait paralysé un instant, regardant son bras comme si il allait tomber, son reflet dans le morceau de cristal tenu par le dragon était de plus inquiétant. Cependant, pas suffisamment pour ne pas explosé en morceaux quand il reçu les explosifs de Sorn dans une grande dévastation lui faisant abandonné son sort. En retour, il décida de les réduire en cendre, et c’est là que j’ai pu tombé des hauteurs pour frapper le museau de la bête de mon sabre suffisamment fort pour qu’elle détourne la tête et crache son amas enflamme ailleurs. Bondissant pour finir à la pointe de son échine, je perçu qu’Aerlin avait l’intention de faire jaillir des piques de roches du plafond pour les faire s’effondrer dessus. Fonçant en avant à toute vitesse, je tranchais brusquement de mon sabre à chaque emplacements de chutes en laissant de grandes ouvertures, dans lesquelles les pointes de roches d’Aerlin tombèrent en s’enfonçant très profondément dans sa carcasse. Paralysé, dévasté, et n’ayant plus les renforts de la magitek que Finaen avait détruite en bondissant littéralement à l’eau, le tir de Sorn à travers tout son crâne lui fut dès lors fatal. S’écrasant lentement dans l’eau. Nous nous en félicitions, mais c’était un peu prématuré : Dehors, Kannia Hautepointe observait Eloise qui venait de lui faire perdre ses sources de prière et ses serviteurs.

Frappant de son bâton blanc, aussi immaculé que sa robe magnifique, jusqu’à ce qu’une grande rune jaillisse au sol en tournoyant à toute vitesse. Celle ci émit un blizzard dévastation dans lequel nous avons tous été prit, des colonnes d’une lumière glaciale sortant du sol en même temps que de nombreux flocons explosant dans tout les sens, laissant un amas de dévastation intense en brisant l’incarnation de métal provenant de l’éther ambiant. Cette grotte allait revenir ce qu’elle était, mais pas sans cessé de nous tués, mais elle allait avoir une grande surprise de nous savoir en vie. Car nous rassemblant tous ensemble, nous avons fait usage de nos forces conjointes. Et nous avons survécu à cet enfer glacial déchaîné sur notre équipe.
Image
Rassemblés au milieu de la grande pièce, ce qui ne furent pas usage d’un sort de protection firent de leurs moyens pour atténués les effets. Je me contentais d’essayer de manipuler la glace locale, mais ça n’est pas vraiment une spécialité que je peux avoir avec quelques techniques d’éther. Là où Runne et Finaen s’en sortaient bien plus en créant des chaleurs immenses pour faire fondre et diminués tout ce qui apparaissait autours de nous. Le dôme d’argent de Nearis compléta à merveille les boucliers de lumières générés par Eloise et surtout Aerlin dans une lueur d’ambre terrestre qui fut largement renforcé par un tir de Livio. Sorn décortiqua le Teclis, envoyant des morceaux d’armures sur tout ses compagnons en les renforçant aussi tôt dans des lumières charmantes d’un bleuté paisible. Lentement, la rune se dissipait, autant que l’affront du blizzard, et nous nous en sortions indemne bien qu’épuisé par l’usage de toute cette énergie déferlante autours de nous dans des lueurs de cristaux. Petit à petit, nos sorts s’estompaient autant que pouvaient le faire les silhouettes métalliques sur les murs, le sol et le plafond.

Bien conscient de la présence du Loup de Fer, même haletant après cet amas de forces usés pour se défendre du blizzard, nous voilà en pleine ruée pour sortir afin de découvrir ce qui nous attendait dehors, profitant enfin de la clarté d’une nuit paisible qui éclairait magnifiquement bien les environs. Tout comme cela montrait bien un peu plus bas le Loup de Fer installé sur un de ses disques de glace que nous avions déjà subis en arrivant ici, utilisé cette fois comme une sorte d’arène afin de nous invité à l’affronter. Il défendait le passage des coteaux rocheux, où nous pouvions déjà observé la glace écarlate même à cette distance, de là où l’ancien morceau de Dalamud s’était échoué après le septième fléau. Mais pour l’atteindre, cela n’allait pas être évident non plus. Car sa meute surveillait fort bien son maître, et répondit à son appel quand ce dernier rugit un appel aux armes à tout les esprits greffés dans des armatures d’aciers formant des corps de loups.

Si il n’y avait que la meute qui était gênante, nous aurions pu nous en défaire avec des moindres peines, mais ils jaillirent de tout les côtés quand nous étions dans l’obligation de glissé droit vers notre objectif sur une pente glacée où de nombreuses pointes jaillissaient en espérant nous embrocher. Cela parvint presque pour Runne à y parvenir, tandis que ce dernier détruisait les piques les uns après les autres, il fut retenu dans les airs par un cordage autours de son ventre, volant littéralement au dessus des obstacles en observant Gladys, la tourelle de Sorn, qui le détenait en l’air. Laissant faire sa tourelle, Sorn soutenait une Nearis épuisée qui tentait tant bien que mal de briser les créations en même temps que Sorn tirait dessus, utilisant pour Nearis sa rapière enfin de percé les jointures et ce qui devait permettre aux armatures d’aciers de tenir. Ils étaient un peu plus en arrière de Livio, contenant la marée de plus en plus intense, en envoyant ses coups de pistolame dans la masse rugissante d’entité spectrale jusqu’à ce que celle qui voulu lui arracher le visage soit bloquée d’un coup par une cage foudroyante d’Eloise, retenant brusquement la mâchoire de la bête devant notre protecteur. Je passais sur son flanc en tranchant de mon sabre toutes celles qui essayaient de prendre Livio sur le côté, récoltant une jolie blessure à la hanche à cause d’un coup de griffe sortant de la neige, me dirigeant vers Aerlin qui progressait à toute vitesse sur une sorte de luge de glace.

Envoyant des coups de bâton émettant une forte lueur blanche à chaque fois qu’il y avait un obstacle devant lui. Nous étions tous sur le point d’arriver, mais le Loup de fer n’entendait pas à ce que cela soit si facile. Levant le poing, il fit apparaître une énorme pointe de glace noire s’extirpant du sol pour embroché littéralement Finaen lors d’un bon. Le corps de notre camarade ne fut pas visible bien longtemps, et il nous réapparut juste derrière nous dans une bourrasque obscure, repoussant les effets rougeoyants de ses tatouages faciaux avant de reprendre ses esprits. Vu son air, il désirait sûrement s’écrouler, mais nous en avions pas encore fini avec le Loup de Fer, l’énorme golem d’adamantite écrasant son pied devant nous en convoquant les forces qui lui était lié : Du disque de glace, apparut une silhouette féminine de celle qui provoquait la création et la maîtrise de ses derniers, tout comme il avait comme esclave un des descendants de Maladriel. Le Raen, un Hayato, avait été transformé en dépouille de fer et de glace. Difficile à dire si c’est lui qui l’avait tué ou si il avait retrouvé son corps après avoir entendu les légendes du Duc de Cristal, mais il avait indéniablement une fraction de son pouvoir s’extirpant de son être.

Ressentant la douleur de son ancêtre coincé dans le cristal, Livio fonça plus énervé que jamais droit vers sa cible en confrontant sa lame à la pistohache massive tout en le blessant au torse. Les deux armes se frappaient l’une contre l’autre, jusqu’à ce que Livio risque de détruire la hache de bataille, recevant pour récompense un grand coup qui l’envoya s’écraser par terre. Peu envieuse de voir mon compagnons coupé en deux, je brandissais mon sabre et le taillait de sa pointe plusieurs fois, joignant nos coups sans cesse jusqu’à ce qu’il trouve une ouverture dans ma garde. Il était sur le point de m’écraser un grand coup de hache vers le torse, mais à l’instant où l’arme tombait, la déflagration d’éther de Livio écrasa notre ennemi qui tomba en nous remerciant en poussière en ne laissant que son arme énorme et à moitié brisée au sol. Pour s’occuper de l’incarnation glaciale, Sorn utilisa une technique plutôt inattendue. Pendant que Eloise détruisait comme elle pouvait le disque afin de la liberté dans des fortes déflagrations autours d’elle, se joignant à Aerlin qui tentait de la bloqué avec des forts terrestres, Sorn approchait tranquillement sûrement au plus grand dépit de Nearis qui venait d’infusé son arme à feu afin de la rendre plus efficace. Mais il choisit une approche plus surprenante : Celle du séducteur. Ce n’en fut pas moins comique, bien qu’attristant, de le voir se prendre une énorme baffe. Non pas que la claque soit tragique, mais le Loup de Fer manipulait l’incarnation avec son sort lié à son bras. En retour, Eloise cria à Sorn de détruire le disque de glace, peu avant qu’elle et Aerlin ne soit envoyé dedans en se retrouvant dans un espace infini comme si ils étaient sous l’eau. L’incarnation déferlante à toute vitesse, frappa Eloise et Aerlin en les blessant de ses mains devenues griffes, faisant plusieurs passages avant qu’Aerlin ne réagisse.

Pendant qu’Eloise détruisait le disque de l’autre côté que Sorn le fit, joignant les deux explosions puissantes sans cesse, Aerlin créa des bulles d’airs afin que les deux puissent remontés là où un corde de Sorn se trouvait pour leur indiquer le chemin, arrivant doucement tandis que l’élémentaliste créa un typhon surpuissant dans les eaux enchantées, s’extirpant du disque droit sous le Loup de Fer lui même. Ce dernier avait brusquement attiré Runne et Finaen vers lui pendant que les deux compagnons cherchaient à le faire cuire intérieurement. L’adamantite hélas résistait particulièrement bien à leurs tentatives d’affaiblissement, le Loup de Fer rayonnant de cette énergie, mais le fait que son incarnation soit de glace devait grandement joué à l’idée qu’il soit affaiblit psychiquement. Soulevant sa main, il attira à lui Finaen avant de l’écraser de son pieds au sol. Runne, qui avait évité, fonça vers le golem peut après que ce dernier ait dans une impulsion d’énergie spectrale, fit s’écraser plus loin Nearis et Sorn. Mais la dernière action de Nearis avant de tomber de fatigue, fut de renforcé brusquement Finaen qui en profita quand la tornade se déchaîna. Elle envoya valser Runne qui poignardait sans cesse un golem massif – ce qui avec une dague n’était peut-être pas le choix que j’aurais pris, je l’admet !

Et la tempête d’Aerlin tomba brusquement en dévastant tout au passage en laissant une scène des plus chaotique apparaître. Profitant de la confusion et de sa faiblesse, Finaen fit jaillir avec toutes les énergies laissés par Runne et lui même, tout en profitant de l’impulsion foudroyante de Nearis, droit à l’intérieur de la jambe du golem d’Adamantite jusqu’à remonter au cœur de son incarnation, faisant éclaté l’armature et le spectre dans un hurlement puissant résonnant dans les environs. L’entité de glace fut libéré, et elle finie par être liée par le même diagramme que le loup de fer, directement à Eloise désormais. Nous observions étalés dans la neige les Coteaux rocheux, attendant que Vulkaroix et les Durendaire installent la tête de point devant la grotte afin de pouvoir nous préparer à notre prochaine objectif. A notre prochaine mission, je fais le serment que nous sauverons Draumr Svartr, avant d’enfin nous débarrassé définitivement de Kannia Hautepointe, arrachant les maléfices et les complots qu’elle souhaitait faire subir à Ishgard pour l’intérêt des Telophores. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 324
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 06 juin 2021, 14:21

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Premier pas vers l'Apocalypse."

Image
Cent-soixante-quatrième Entrée – « Acte 14 – Un second sauvetage pour Draumr Svartr.»
Image
« Après un temps de préparation, j’observais l’étendue des Coteaux rocheux en imaginant le nombre de défi qui allaient nous y attendre. Ils n’étaient pas légion, cela fait bien longtemps maintenant que nous affrontons Hautepointe et ses traîtres, mais pouvoir lui arraché l’Esprit-loup et faire échoué sa tentative de renforcer l’armée des Telophores avait l’effet de me donner l’impression de revenir de bien loin dans notre quête. Avec les différentes visions, nous avions bien fini par savoir que Draumr Svartr était entre les griffes du fragment de Dalamud usé par les Telophores, et c’est en ce domaine que nous irons risquer nos vies pour le délivré de ceux risquant dans les jours à venir de le condamné à devenir un monstre abominable après leurs derniers échecs. Les éclaireurs des Durendaire parlait d’une bonne troupe des forces impériales subjugués s’installant dans le Coteaux rocheux en profitant des conflits avec les Templiers que le reste de leurs armées provoquaient plus loin. Et auprès des chevaliers de l’Ordre du Faucon actuel, nous irons mené le combat pour délivré celui que nous avions déjà jadis sauvé en Dravania il y à bien longtemps maintenant. C’est directement sur place que nous nous sommes retrouvés. Eloise attendait paisiblement au lieu de rendez vous proche des tentes et caches de repos des Durendaire, En plus de la rencontre avec une Viera fort sympathique désireuse de nous rejoindre tôt ou tard, nous avons pu retrouvé un de mes très anciens compagnons d’armes.

Almire Myste, un orphelin devenu un fier Astromancien vint nous protéger, soigner et renforcer afin de vaincre nos ennemis. Il allait faire un bon travail avec Landrin, en offrant une grande puissante des étoiles à nos côtés. Ce fut ainsi en bonne partie une équipe habituel, si ce n’est un point amusant : Avec Augustol pour nous protéger et Salarios prompt à offrir une grande puissance de frappe, il allait s’y ajouter Finaen en offrant à notre équipe un groupe de sept Elezen dont une bonne partie d’Ishgard. Freya dans sa parure de combat de l’ordre des chevaliers dragons et moi allions nous sentir bien petite, et c’est fort de cette équipe que nous nous sommes mit en route en étant accompagné d’un Vulkaroix souriant inclinant la tête. Il était accompagné des chevaliers de l’Ordre du Faucon, et je ressentais une grande fierté à les voir partir au combat à nos côtés, retrouvant la vision des combattants précieux d’Ishgard partant à nos côtés. Nous découvrions une étendue sous des nuages bien sombres, le ciel obscurcit par les ténèbres environnantes comme si l’éther avait été en partie déréglé par les activités nocives actuelle. Discutant avec les locaux, Freya s’entretient sur la situation des forces en présence pendant qu’Almire profitait pour saluer Vulkaroix avec un rire jovial de ce dernier. La paix passa vite à la contrainte, en devant traverser un terrain escarpé dangereux où des glaces roches apparaissaient enfin, des lueurs inquiétantes tournoyante à l’intérieur des cristaux rougeoyant. Sans m’attarder plus que nécessaire dessus, tendant la main à ceux ayant besoin d’un coup de main pendant que les Egi-Garuda d’Eloise et Salarios les aidaient à plus aisément grimper les hauteurs.

Nous nous retrouvions ainsi efficacement à traverser les chemins nous séparant de l’entrée du passage vers l’artefact détenant l’esprit, mais si la glace rouge s’était activé avec une utilisation du dit artefact, c’est bien que l’ennemi était conscient de notre présence. Les cieux furent fendit subitement quand les nuages s’écartèrent un instant pour laisser passé les deux juggernauts léger impériaux, les tubes volant magitek fusèrent vers nous en délivrant au sol des chocs puissants droit vers le sol. Le bombardement était des énormes ruées d’énergies de céruleum venant des armements magitek impériaux, leurs pilotes subjugués dans l’armée des Telophores n’allaient pas nous épargner et déjà des déflagrations apparaissaient un peu partout. Les chocs furent terrible, et certains chutèrent brusquement au sol quand plusieurs trous furent formés dans les barrières d’énergies levées par Landrin et renforcées par le diagramme de Salarios dans un éclat lumineux puissant.

Eloise elle aidai à tout prix les chevaliers du Faucon qui se retrouvaient en partie protégé aussi par la barrière d’Augustol rayonnante d’éther. Ce fut un champ infernal de déflagration autours de nous, rendu bien plus vif par Almire peu avant qu’il ne s’écrase au sol lourdement, Sorn attrapa son arme et tirait sur les rayonnements d’énergie tombant droit vers nous afin de les brisés en l’air, limitant les dégâts, tandis que je limitais en vitesse en envoyant des empis tranchant vers les cieux. Le flux de déflagration puissant ne firent pas de perte de nos côtés, mais pas pour les pauvres Durendaire qui souffraient un peu plus loin. Une fois les Juggernauts écartés, notamment car voir Freya leur bondir dessus depuis les cieux pour frapper un des canons dans une déferlante d’énergie draconnique avait du leur faire comprendre qu’il valait mieux atteindre, nous traversions un domaine en flamme où des chevaliers brisés gisaient ici et là. Seul deux étaient tombés, morts, mais cela suffit à provoqué un malheurs poignant dans le faciès de Salarios. Il avait juré qu’il verait tout le monde revenir en vie, et cela lui à été hélas arraché.

Progressant la colère au ventre, Augustol nous ouvrait le chemin des flammes avec Sorn faisant tombé de la neige pour nous ouvrir le chemin. Plusieurs rattrapèrent Freya dans les cieux, frappés par le tir au ventre d’un Garlemaldais pour la faire descendre de la machinerie. Elle fut immédiatement récupérée, et guérie comme le pouvait Landrin dans une lueur étoilée apparaissant sur notre camarade afin qu’elle puisse progressé, Eloise essayant de limité les effusions d’énergies draconniques que Finaen, déjà présent dans les parages, fit de son mieux pour suivre afin de parvenir directement sur place. Bien entendu, après une bonne marche, cela n’allait pas être aussi facile que cela aurait pu l’être, car les Telophores nous attendaient. Pendant un bref instant, les chevaliers observèrent les mutants subjugués l’air ahurit à côté des machineries Garlemaldais. Après un bref instant d’observation, nous nous sommes rués dès que Landrin activa sa barrière pour nous protéger dans une puissante lueur projetant des lueurs des boucliers un peu partout autours de nous afin de nous évité le pire. Soulevant son arme à feu, les tirs de Sorn fut prompt à nous soutenir, mais ce fut la grenade en forme de coccinelle qui sauva un des notre chuté au sol proche de la ruée d’Augustol qui profitait du déferlement des Egi d’Eloise et Salarios pour passé dans la trouée offerte. Il en fut blessé, mais cela nous ouvrit directement la voie dans laquelle on s’engouffrait tous les uns à les suites des autres, Freya fonçant en soutenant le chevalier Ishgardais pendant que je surveillais Almire qui ralentissait aux mieux les progressions ennemi. Laissant le gros de leurs forces aux chevaliers de faucon de Vulkaroix et d’Elwenne, qui faillit se prendre une attaque instinctif de Salarios, nous avons finalement pu atteindre nos premiers objectifs. Les installations magitek accumulant le pouvoir de Draumr Svartr.
Image
Nous marchions un bref instant dans ce domaine aussi envoûtant qu’effrayant qu’est les coteaux rocheux, la glace rouge ressemblant à une énorme tâche de sang du Coerthas quand le fragment de Dalamud s’est écrasé sur cet espace. Si habituellement, il rayonnait comme un glacier commun mais dont la couleur resterait irréelle, il était désormais strié de lueurs tournoyantes ressemblant à des silhouettes de loup paniqués errant dans les immensités de la glace à toute vitesse en cherchant comme à s’échapper. Les incarnations de la meute paniquaient, arraché à leur alpha, ils ne pouvaient qu’errer dans les flots d’énergies accumulés par les Telophores préparant de quoi arracher la force de Shiva possédé par Draumr Svartr. L’ensemble était connecté à des sortes de connexion magitek ressemblant à des contaminations surprenantes allagoises mais ayant un aspect trop déformé pour ressemblé à de la magismologie ancienne. Il y avait plus un air ressemblant aux tours de l’apocalypse dans la création lié qui permettait d’essayer de rassembler l’énergie de Draumr Svartr à l’intérieur du fragment de Dalamud. Si nous bloquions cet afflux, nous pourrions au moins arrêté leurs efforts pour essayer d’en finir avec leurs efforts qu’ils avaient accélérés à notre approche. Mais nous avions beaucoup à faire à cause de l’adversité qui s’étendait devant nous, jusqu’à voir de nouveau dans les cieux les deux juggernaut magitek descendant lentement vers nous. Notre équipe pour le départ, se concentra essentiellement sur cette menace.

Si Eloise fonçait rapidement vers la création magitek qui contaminait le fragment de Dalamud pour essayer de l’arrêté, tandis que je fonçais à ses côtés pour essayer de la soutenir – ce qui n’eut pas un grand effet quand dans une lueur d’énergie, ma lame ne pu pourfendre le Raen qui dirigeait les techniciens avant qu’il ne me repousse brutalement d’un coup m’envoyant brutalement au sol. Cette dernière fut bloquée plusieurs instants par ses derniers sans pouvoir y accéder, son Egi-Garuda de prime abord balayés par ses tirs puissants tandis qu’elle faisait tout pour l’atteindre en progressant doucement vers sa cible sans y voir la moindre interaction magitek. Les écrans, les boutons, les manipules habituelles n’étaient pas là. Tout fonctionnait à la place en magie pure, et quand Freya descendit des cieux pour venir frapper de sa hampe deux fois vers le crâne du Raen, elle eue une ouverture pour essayer de bloquer les afflux d’énergies droit vers l’intérieur du fragment de Dalamud. Furieux, mais conscient que son bouclier ne le protégerait pas éternellement, le Raen préféra partir en vitesse avant de se faire taillé en pièce en laissant les techniciens subjuguer foncé vers Eloise et Freya. Finissant ce qu’elle faisait, en bloquant les afflux d’énergie définitivement, Freya retomba devant les techniciens dans une explosion flamboyante en les repoussant au sol, plusieurs tués par l’impact. Lui permettant de rester occupée à son affaire en priorité, défendant sa camarade, j’avais pour ma part rejoindre en vitesse le combat contre les machines aériennes. Celles ci avaient reçu un immense choc en retour et l’un des juggernaut n’avait même pas eu le temps d’ouvrir le feu. Bondissante d’une machine à une autre, Freya s’écrasa sur la plus haute en plantant sa lance brusquement en détruisant ses mécaniques de vol.

Tout ce qui le stabilisait fut arrêté par Salarios, concentré à bloqué les flots d’énergies de céruleum pour faire en sorte que la gravité imposée par Almire le dirige droit vers une sinistre pointe où un dragon avait été empalé. Ils utilisaient ce corps dans une lueur puissante pour provoqué un effet de contrôlé et de subjugation, ce qui était des plus dangereux pour une bonne partie de notre équipe. Attiré par la gravité et définitivement condamné par un amas de chaine que Sorn produit droit autours de la machinerie en l’arrêtant nette, elle fendit les cieux et chuta sur la pointe qui était déjà abîmée par la gravité violente de Landrin dans une lueur de puissante brutale. Explosant littéralement dessus dans une forte déflagration, un des Hexadrônes avait été bloqué par Finaen dans une décharge foudroyante qui empêchait ses mouvements. Brisées par la gravité la retenant au sol et la foudre de Finaen, elle ne pu qu’attendre la fin quand le dernier juggernaut passa pour abattre notre ami mage rouge en tirant une immense volée d’énergie droit vers lui. Bondissant plus loin en arrivant jusqu’à une bannière d’Halone étendue dans la neige proche du cadavre qui l’avait brandit pour permettre aux éclaireurs des Durendaire de s’enfuir, laissant l’Hexadrone au massacre, il vit la seconde machine foncé droit vers nos arrières en percutant très brutalement tout le monde. Sorn, Almire, Landrin et Salarios furent balancés au sol brutalement, blessés par l’impact puissant des lames et de l’acier, Landrin essaya en vitesse de guérir tout le monde pour qu’ils s’en remettent, sérieusement affectés.

Almire se redressant ainsi, pendant que Salarios non loin projetait un sort de ruine puissant qui fendit la carcasse de l’Hexadrone, il pu soulevé la bannière avec l’aide de Finaen qui souffrit un instant de l’influence de son œil d’or qui se mit à s’illuminer malgré lui. Pourtant, l’effet de défense puissante s’étendit comme une nappe de lumière gagnant chacun d’entre nous, nous permettant d’être projetés des prochains assauts, notamment du Juggernaut frappant vers ceux brandissant la bannière. Une fois l’effet activé, ils se ruèrent droit vers la grotte où les Géants étaient contenu, une sphère d’étoile noire s’écrasant brusquement sur le premier qui s’écroula au sol, Almire retenant la masse pendant que Finaen condamnait le passage en faisant tout s’écrouler sur ceux à l’entrée. Au moins, nous n’aurions plus à nous inquiété de leurs présences, ni même de la machine volante que j’avais pu en m’infiltrant dessus et en luttant contre ceux qui la protégeait, la trancher de l’intérieur en sortant en urgence quand elle fusa vers une hauteur rocheuse dans une grande déflagration.

Presque exactement au même moment où Landrin et Salarios avaient pu ouvrir la brèche dans le dernier Hexadrôine, infiltrant un éclair au milieu des étoiles soulevant le métal en produisant une grande déflagration qui emporta la machinerie impériale. La bataille contre les soldats protégeant ce lieu, muté par les énergies de Draumr Svartr, avait été livré principalement par Augustol. Le chevalier lutta seul contre la masse en tuant deux d’entre eux dans un coup puissant, avant d’être encerclé par les nombreux adversaires tout de griffes et de crocs, armés de haches et de lames. Ils se ruèrent vers lui, brisant ses défenses en commençant à le blessé légèrement par tout les côtés. Sur le point d’être submergé, Sorn convoqua l’énergie qu’il avait apprit du Kami des Tempêtes en une puissante lueur tournoyante autours de d’Augustol pour arrêté les prochains coups qui déferlaient sur lui, provenant d’images de miroirs semant la confusion autours de son combat. Envoya sa lame brusquement partout autours de lui, plusieurs des images miroirs explosèrent quand les tirs précis de Sorn passèrent à travers, laissant une ouverture pour qu’en prenant ses appuis, il puisse usé des énergies environnantes ayant laissé une trace afin de trancher brusquement les deux silhouettes restante des chevaliers Ishgardais jusqu’à ce que la présence de la protection de Sorn disparaisse. Nous avions vaincu, au prix de bien des douleurs que Landrin et Almire essayaient déjà de comblé par des soins rapide, mais la pointe du dragon n’avait pas été détruite.

Seulement gravement endommagée. Le corps du dragon s’illumina d’un coup en devenant d’un mauve intense. Ils avaient décidé de nous balayés, et ils produire une fantastique explosion ressemblant à un des assauts de Luna-Bahamut à Paglth’an, des explosions fusant un peu partout dans un énorme élan de puissance. Et si le problème était que nous étions en plein dedans, nous avions clairement choisis de ne pas nous laissé aisément faire par la vague de dévastation autours de nous.
Image
Le seul qui ne pouvait pas être aidé fut Augustol, subissant les chocs en essayant d’évité de laisser les énergies devenir mortelle en se protégeant comme il pouvait, repoussé brutalement au sol quand les explosions ne cessèrent de tomber dessus. Proche de lui, Sorn fonça brusquement vers Landrin et Almire en utilisant le Teclis pour former un bouclier d’énergie autours d’eux dans une lueur flamboyante pendant que Salarios et Finaen retenaient les chocs afin de contenir la marée de pouvoir qui diminua en vitesse en rayonnant sur les cristaux de pouvoirs explosant dans tout les sens. Nous étions isolés avec Eloise et Freya, pendant qu’Eloise arrêtait sur un grand bouclier d’énergie la vague, conduite par Freya en sécurité, je bondissais en hauteur en repoussant de quelques techniques enflammées les vagues qu’Eloise n’avait pas retenue et fait éclaté avec l’influence de sa magie. Lentement, la poussière retombait en laissant une terre marquée et dévastée par la tentative de nous abattre d’urgence avec le corps du dragon. Des cratères fumant éparpillés autours de nous, dont s’extirpait lentement Augustol directement rejoint par Landrin pour lui offrir des soins dans une lumière verdoyante paisible.

Nous nous occupions de nos compagnons alors que l’équipe se regroupait ,se mettant rapidement en route vers la lueur au sommet du fragment de Dalamud qui nous attendait. Nous n’étions pas dans un très bonne état, et pourtant, l’ennemi lui ne faiblissait pas de méthode pour essayer de nous arrêtés. Le terrain piégé par des explosifs magitek était tout autant recouvert de subjugués qui n’avaient rien à faire de leurs survies, offrant tout pour l’Empire. Nous étions dépassés par le nombre, mais depuis les hauteurs de glaces rouges, les soldats du Faucon se ruèrent à l’appel de la lame d’Elwenne produisant un puissant effet magique dans la foule. Fonçant droit en avant, Sorn nous ouvrit un passage en tirant droit vers les mines explosant les unes après les autres en nous permettant de trouver un passage dévasté mais relativement sauf de toutes présences disons le, détonante. Fonçant vers la vague de dévastation, Augustol partait de tête en essayant de repoussé comme il pouvait une vague de loup spectraux comme une masse gélatineuse qui dévorait l’éther de ceux qui passaient proche de lui, la purification rayonnante fit reculé la masse avant que Finaen ne la détourne dans une lueur d’argent merveilleuse. Se focalisant sur nos protections, Landrin faisait de son mieux pour nous protéger des chocs en créant de vaste bouclier, dont l’un empêcha les tirs d’un Juggernaut d’abattre Salarios qui était dans les cieux avec Eloise, tenue par leur Egi-Garuda en provoquant de nombreuses déflagrations sous leurs pieds pour détruire les forces impériales nous retenant.

Celui d’Eloise fut détruit, la laissant s’écraser dans la neige, et Salarios protégé puis continuer ses nombreuses déflagrations au sol. Plusieurs furent blessés, des tirs s’écrasant contre Augustol et un massif Roegadyn écrasa brutalement Freya dans la neige d’un coup de poing. Mais leurs blessures furent comblés par les soins d’Almire rayonnant autours de tout le monde en une brume purificatrice nous entourant tous. Ainsi, nous avons pu atteindre notre objectif en laissant la bataille derrière nous, tombant enfin devant Draumr Svartr lui même. Installé proche du sommet du morceau de Dalamud, qui rayonnait d’une pulsation rougeoyante qui n’avait rien d’agréable pour les anciens combattants de Carteneau qu’il pouvait y avoir parmi nous. La bête spirituelle était allongée à côté, faible, les yeux clos et suffisamment translucide pour voir que malgré sa majesté grandiose qu’elle inspirait à la vue, son aura de grandeur et de beauté s’en retrouvait écrasé par toutes les énergies volés depuis si longtemps. Ce n’était plus que l’ombre d’elle même, recroquevillée au sol, attendant des secours pour brisé les chaînes de sa détention.

Jusqu’à ce que l’ultime projet pour elle apparaisse devant nous. L’arme de combat magitek de Rocasterne s’inspirait directement de la forme de Draumr Svartr, donnant l’impression d’un énorme loup allagois monstrueux prompt à abattre des « Eikons » comme ils le nomment en Garlemald. Le Raen était à l’intérieur de la mécanique de combat, marchant lentement vers nous dans le bruit douloureux de la subjugation le condamnant à agir ainsi, soutenu par un énorme ogre subjugué apparaissant sur notre flanc. Le tout était surveillé par un des Prêtres-Loups spectraux, flottant doucement en l’air sans qu’il n’ait de jambe, condamnant l’esprit qu’il avait vénéré pour en faire de force un primordial malgré tout. Levant la main, il convoqua les forces des Telophores qui voulurent nous submergés. Mais entre nous et eux, restait les chevaliers de l’Aube et ceux venant apparaître des protecteurs de la Fin de Tout. Ils venaient d’apparaître, d’anciens combattant des Hautepointe trahi lors de la folie de Phoeniria, guidé par Anëlys Kaseroix, la fille de l’ancien champion de justice mort au combat en pensant pouvoir au moins sauver les âmes en les guidant vers la mer des étoiles. Ils s’étaient rendu compte de leurs erreurs, et massacraient les subjugués en une grande vague de violence, nous laissant une ouverture parfaite pour attaquer. Augustol fonça pour trancher le bras de l’Ogre immense, sa lame taillant fortement le poignet jusqu’à ce que les tirs de Sorn aux points précis où le monstre avait été touché, finissant par lui arracher littéralement le bras tenant la grande hache en volant plus loin. En retour, il se pencha pour dévoré Augustol, retenant ses dents avec son épée à deux mains en mettant un genou à terre face à la force immense de l’entité. Force qui diminua énormément quand Almire s’appliqua le plus possible à le rendre de plus en plus faible.

Profitant de ce moment de faiblesse, il se redressa dans un rugissement en plantant sa lame dans la bouche de l’ogre en espérant traverser le crâne. Il fut écrasé au sol par une main affreuse, mais avant de pouvoir faire plus, l’étoile d’Almire éclata dans son ventre en même temps que la grenade de Gladys envoyée par Sorn provoqué une énorme explosion dans sa bouche, permettant à Augustol de tranché brusquement la tête en deux. Nous nous étions occupés du prêtre avec Salarios. Les lames de vent tournoyante autours de ce dernier le blessant sans cesse en me permettant de trancher là où il était entaillé, laissant des lueurs apparaissant ici et là, jusqu’à ce qu’en retour il nous écrasa dans une griffe de glace, tombant tout les deux au sol mon épaulière arrachée. Me relevant lentement, Salarios avant de tomber inconscient produisit une ruine contre son torse en le blessant d’avantage, le prêtre désireux de l’achevé en levant sa faux. J’invoquais le pouvoir des fragments de mémoire, pour bloqué la lame, et frapper par trois fois ensemble avec les anciens échos des Samouraïs du passés, le taillant en pièces brusquement de nos nombreuses lames avant qu’elles ne disparaissent lentement. Tout les autres se focalisaient sur l’armature magitek, le rayonnement puissant de l’énergie intérieur de Draumr Svartr essayait d’être sortie de là par Finaen et Eloise, cherchant à obtenir l’énergie à l’intérieur en bloquant brusquement la machine de combat se prenant des étoiles d’un jaune puissante l’affaiblissant en la rendant plus fébrile.

Quand Freya apporta le cristal de Draumr Svartr, tout ce qui restait d’elle quand sa silhouette disparue, elle reçue un grand coup de patte avec Eloise en les rétamant toute les deux au sol brusquement pendant qu’Eloise tentait de sortir l’énergie de l’esprit loup de là. Finaen concentra ses efforts une première fois pour tiré l’énergie vers le cristal, mais reçu le choc intense du tir d’énergie qui frappa Almire de plein fouet. Ce dernier aura du mourir, chutant de haut, sérieusement blessé. Mais il fut rattrapé dans les airs par Merethir de Voltarme, déposant doucement Almire au sol aux côtés d’Elwenne qui débuta les soins sur son vieux compagnons. Sa dernière action fut d’envoyer une carte pour nous renforcer avant de sombrer à moitié à son tour, laissant plusieurs d’entre nous renforcé Finaen. Brandissant le cristal, attendant à recevoir les énergies de Draumr Svartr, Freya se tenait dans l’autre main à sa place en ayant une forme de louveteau tournoyant endormi autours du cristal. Soutenu par une carte tournoyante et l’amplifiant, provenant de Landrin, Finaen pu tiré dans ce pouvoir ainsi que dans l’éther que Sorn laissait résiduel autours de la cible, pour renforcer de plus en plus son pouvoir. Il déchaîna un véritable blizzard, me laissant essayer de frapper l’armature de Rocasterne en la bloquant un bref instant pour que le blizzard la frappe de plein fouet, déchaîné par un effort d’énergie venant d’Augustol renforçant le blizzard qui fini par congelé entièrement l’armature en ne laissant plus qu’une statue de glace devant nous.

L’énergie s’extirpa, réincarnant Draumr Svartr qui reprit son apparence normale dans une lueur magnifique venant des nombreuses silhouettes de loup autours de nous. Joint au éclats de glaces disparaissant provenant de la destruction de l’armature de combat, tout autours de nous n’était que splendeur et beauté, un temps de paix reposant où nous en profitions pour enfin prendre un peu de repos, Runne arriva avec bouchon pour brisé la subjugation du Raen qui était confus, perdu et effrayé. Nous venions de sauvé un jeune de Rocasterne cherchant Livio, et avant tout, de sauver définitivement Draumr Svartr qui se reposait paisiblement en nous adressant un merveilleux sourire avant de disparaître dans un éclat de lumière. Quelque part, l’esprit loup réside encore en vie, bien portante désormais. Et tout nous conduit vers notre dernier combat : Maintenant que son plan est un échec, il ne nous reste plus qu’à vaincre Kannia Hautepointe elle même.»
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 324
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 11 juin 2021, 13:45

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Premier pas vers l'Apocalypse."

Image
Cent-soixante-cinquième Entrée – « Acte 15 – Une ultime défense d'un Père disparut.»
Image
« La dernière ligne droit vers Kannia Hautepointe se trouvait être bloqué par un adversaire et pas des moindres : Une tour. On ne pouvait pas encore statuer de ce qui nous attendait là-bas, mais il était clair que la menace était suffisamment gênante pour qu’il y ait une interdiction totale de circulation même pour les éclaireurs afin de ne pas se retrouver avec de nouvelles pertes évitable. Il restait clair que Kannia s’emmurait dans son repaire afin que personne ne puisse la retrouver et la faire payé pour ses crimes. Mais nous étions plutôt assuré d’en finir avec cette dernière pour qu’elle puisse enfin cessé de servir des renforts aux Telophores plus que gênant pour les environs. Notre rôle était des plus simples : Découvrir quels sont ses dernières défenses, et si possible, en finir une bonne fois pour toute avec Kannia Hautepointe. Malheureusement, nous allions découvrir qu’il ne serait pas si aisé de l’atteindre, mais dans l’heure, c’est une atmosphère de combat important qui découlait dans notre moral et envie de nous battre. C’est à la sortie de ce qu’ils avaient surnommés la Passe du Loup de Fer, après le combat périlleux que nous y avions vécu, que notre équipe s’est de nouveau formée.

La première à venir à ma rencontre fut comme souvent Eloise, suivie de Finaen et Runne, nous assurant un potentiel magique indéniable d’entrée de jeu, s’y ajoutant un Salarios ayant déjà prévu et expérimenté quelques idées de sorts avec Eloise. Prompt à porter la lance pour frapper fort avec moi, Freya vint avec ses autours de l’ordre des chevaliers dragons. Et si Livio était là pour nous défendre de tout maux possible, ceux qui passeraient seraient traités par Aerlin venu soigner nos blessures en cas de coup d’où. Une équipe plutôt équilibrée et bien portante quitta alors les lieux sous les regards des chevaliers, Vulkaroix un peu frustré de rester en arrière, nous salua tout de même joyeusement en espérant que tout se passerait bien pour notre petite équipe. Ce qui hélas allait très rapidement changer quand nous explorions les lieux où l’interdiction de passait était de rigueur. La glace craquait sous nos bottes, sous la neige, comme si il y avait bien des couches solides juste en dessous. On pouvait bien sentir dans le froid présent qu’il y avait quelque chose de déjà plus insidieux, comme si une présence tournoyait autours de nous. Eloise vint proche d’un corps d’un des chevaliers partit en patrouille trop loin, qui avait été partiellement glacé, en essayant de l’agité pour le réveillé. Malheureusement, c’était déjà fini pour lui, un Aerlin agacé observait les corps en soulevant les vents auprès de Runne pour repoussés d’étranges miasmes qui essayaient de nous endormir et de nous privé de nos forces.

Le sommeil signifiait finir exactement comme les pauvres bougres et leurs caravanes tout le long de la route : prit dans un sommeil éternel, à devenir un des éléments de la route congelé et servant d’après ceux se penchant sur la question à alimenté les maléfices qui étaient installés tout le long du passage. Comme un immense réseau quittant la tour, c’était l’élément protecteur premier dans laquelle nous allions nous engouffrés. Pour l’instant protégé par Salarios, Finaen et Livio enquêtaient avec leurs éthérimètres tout en cherchant des survivants, qu’ils ne trouvèrent très malheureusement pas. Le froid diminuait à la chaleur généré par la pointe de Freya et les sorts de Runne, tandis que nous avions notre chemin tout tracé par les flux d’éther où Finaen nous guida.

Cela ne serait pas si facile : Une sorte de grande végétation de glace se trouvait droit devant nous, conséquence de l’éther volé ayant formé une sorte de concentration glaciale immense où se resserrait un peu plus les impressions de froid intense. Nous devions autant défendre nos esprits que de parvenir à trouver notre chemin dans ce dédale glaciale en brisant les obstacles. Ce en quoi Freya et Runne s’usèrent, tandis qu’Aerlin maintenait les problématiques éloignés de nos personnes, permettant aux deux de fracassés la glace qui fondait lentement sous l’afflux des flammes projetées par Runne. Nous avancions doucement, Livio continuait d’inspecter les environs tout en cherchant d’où provenait cette impression profonde que nous étions observés, même Finaen était dans cet état, alors que je marchais sous Eloise et Salarios qui étaient parti vers les cieux pour éloigné sans être affectés par les miasmes, les fumées et la glace se dissipant à mesure de leurs sorts. Ils ne virent néanmoins presque pas venir l’appel de Finaen, criant que l’ennemi sortait directement de nous.

Les premières inhalations de fumées avaient fait croire un cauchemars, une sorte de créature de fumées aux armes de glaces qui prenaient la forme lentement d’entités que nous avions absolument pas envie d’affronter. Plusieurs se retrouvèrent plus devant des membres de leurs familles, ou des anciennes connaissances, que des monstres affreux qui apparaissaient devant moi et Aerlin en incarnait des démons du néant. Il y avait des Elezens, un Garlemaldais comme Livio en tenue militaire, et le seul un peu confus fut Runne et une sorte d’incarnation de primordiales mêlés les uns dans les autres. Cessant de m’interroger sur ce qui pouvait bien effrayer Runne comme cumul, la lutte fut des plus difficile. Livio et moi nous débarrassions de nos ennemis de brumes en laissant hélas la surprise de recevoir des coups de lames de glaces en nous laissant progressé blessés. Recevant un sort explosif de littéralement lui même, Salarios chuta au sol en désintégrant son adversaire, se blessant malheureusement – Et ce fut au moins Freya qui protégea d’urgence Eloise de l’Elezen fonçant dessus d’un grand coup de lance le transperçant, tandis qu’Aerlin venait d’offrir une seconde chance à Runne en bombardant les créatures immenses et de brumes devant lui et Runne en projetant des énormes roches les dévastant. Tout s’acheva, quand Finaen vaincu l’ombre qui poursuivait Freya, celle ci se refusant absolument à abattre celle dont elle était le reflet, par l’identique conviction qui avait totalement figée Eloise se me semble. Nous progressions ainsi en ayant défait nos adversaires, une fois traversés les reste de la brume et de la glace, pour tomber devant la tour de garde empêchant l’accès à Kannia Hautepointe, et la première réflexion qui me vint, fut de me dire qu’elle était magnifique.
Image
Des rayons d’argents apparaissaient tout le long des reflets de cristaux et de glaces qui avaient prit place sur la tour comme une seconde couche reluisant de pureté. Il y avait bien entendu une forte impression de l’énergie primordiale qui se gravait en ce lieu, mais pour l’heure, nous ne pouvions qu’admirer l’ouvrage bloqué par une grande porte ressemblant à une sorte d’icône religieuse autours de la vision de la Givre-Argent étendant ses bras devant ses fidèles qui lui supplient de ne pas être puni et congelés à leurs tours, incarnant quelque peu les impressions des antiques parjures ayant trahi Draumr Svartr. Pour ce qu’il en restait auprès de Kannia. Certains se tenaient d’ailleurs juste devant nous, trois immenses combattants à moitié désincarnés en des lueurs sinistres autours des antiques armures qu’ils portaient avant l’ultime punition subie. Ils veillaient sur ce qui provoquait autant de problème : Une sorte de fleur magnifique, créer par la magie primordiale, qui aspirait les énergies vitales de ceux mourant gelés et endormi sur les passages pour créer toutes les défenses. Nous pouvions y voir encore les esprits vagabondant autours de cette dernière, et rapidement, elle devint la cible principale pour Salarios et Finaen notamment.

Fonçant en avant, pour atteindre la plante, c’est quand l’énorme géant de glace chuta du haut de la tour que plusieurs furent blessés : Un mouvement de son fléau d’arme suffit à expulsés suffisamment de pique de glace pour transpercé plusieurs d’entre nous, dont Salarios qui souffrait déjà de ses blessures, mais dont les mots furent poignant. Mourir ici, il ne voulait pas mourir ici, et j’allais mettre toute ma volonté pour que cela n’advienne pas. Se joignant à se désirs, Eloise soigna la blessure de Salarios comme elle le pouvait en laissant son Egi-Garuda fait une distraction efficace en griffant comme il pouvait l’énorme golem pour le détourné de nous, tandis que je fonçais vers les chevaliers en ayant Salarios et Finaen dans mon dos qui s’employaient à faire usage de tout leurs efforts pour extirpé les âmes et les guidés vers la mer des étoiles. Au début, c’était pénible et difficile pour eux, la glace apparue et cherchait à monter sur Finaen lentement pour l’empêcher d’atteindre son but, Salarios cherchant non loin de lui à contenir la glace parvint à lui offrir une ouverture suffisante pour que tout s’éloigne de son camarade Finaen en laissant quelques échos de lumière dans son sillage disparaissant autours de lui.

La fleur céda, et dans un rayonnement magnifique laissant imaginer de nombreuses étoiles apparaissant dans le firmament, était en vérité les âmes libérées qui tournoyaient dans les cieux paisiblement en rejoignant enfin la liberté et le repos bien mérité. Les chevaliers ne firent pas long feu, à vrai dire. Deux étaient tombés quand bloqués par Livio dans une grande déflagration d’éther de sa lame, ils furent envahit par les lames de vent de Runne cherchant la moindre faille dans leurs armures. Devant un tel déchaînement de lames de vent, les moindres failles furent découverte alors, et je m’élança pour trancher de mon sabre aux endroits exacts indiqués par les efforts de Runne afin de les taillés en morceau. Le dernier résista, et faillit même abattre Livio d’un grand coup d’épée, mais Finaen rattrapa le coup d’une lueur vermeille ce qui lui fit évité, et nous portions le coup fatal ensemble en nous débarrassant du dernier chevalier de Draumr Svartr encore vivant. Concentré sur les Ixali, Aerlin faisait tout pour gêné leurs départs. Au début, ce fut convoqué les vents subitement pour empêcher le ballon de partir avec des conteneurs rempli de fumée aux cauchemars, mais il fut reçu par un puissant tir de canon juste devant les jambes.

En changeant de stratégie, il empêcha le ballon de continuer à monté en créant deux piques de roches subis qui le bloquèrent d’un coup en l’air, permettant à Runne de le rejoindre pour purifié les conteneurs. Les mages et guerriers des Disciples de Kannia dans leurs coules noires et bleutés ne pouvaient pas faire grand-chose, gênés par Freya qui tournoyaient au milieu de ses derniers, arrivant dans une déferlante explosive tout en la voyant tournoyer en frappant les adeptes tout en s’occupant des mages en priorité. Finalement, purifiant les conteneurs, ils n’aviaent plus rien à faire déferlé sur les chevaliers ou même les civils de l’Observatoire, laissant Aerlin en profiter dans l’occasion pour détruire le ballon – ce qui allait lui retomber dessus, littéralement. Nous nous sommes alors concentrés sur l’énorme gardien de glace. Fonçant trancher les derniers guerriers affrontés par Freya, celle ci reçu aussi l’aide de Runne atteignant le dernier mage pour le mettre sur la trajectoire, peut-être involontairement, de l’énergie draconnique propulsée par Freya.

La vague monstrueuse s’écrasa contre le golem qui avança droit vers le coup d’épée surchargé d’énergie par Finaen, Livio abattant sa lame dans une véritable explosion alors que son adversaire, ayant eu les deux bras fondu par Eloise qui avait contenu sa fureur, offrit une immense ouverture pour que Livio s’en débarrasse avec le sort de Salarios qui provoqua une immense ruine peu après m’avoir défendu avec un bouclier d’urgence quant une vague de glace allait s’abattre sur moi. Le ballon chutait, droit vers Aerlin, et pendant que tout le monde se reprenait et se reposait, Livio se rua droit vers notre guérisseur pour bondir en l’attrapant, s’écrasant hors de la boule de feu incarné par le ballon brisé en chutant tout les deux au sol. C’était moins une, ils étaient tout les deux sains et sauf ! Et pendant qu’ils se remettaient, nous observions la porte de l’accès à la tour magnifique. Voulant passé par la force, Salarios tenta bien de faire exploser la porte, et son sort était sur le point de lui retomber dans la figure si Eloise n’avait pas brandit la lame-clé de la Givre-argent. Le temps se figea autours de nous un instant, la boule de feu ondulante doucement devant Salarios fini par disparaître en tas de pierre chauffé fumante encore. Lentement, d’un faisceau d’argent, un rayonnement passa dans les gravures de la porte, et lui permit lentement de s’ouvrir. Les soins de soin furent administrés, afin de nous permettre d’être au mieux préparé à ce qui pouvait bien nous attendre derrière. Quoi que cela soit, il aurait une petite surprise en nous voyant arrivé, et c’est après un instant de préparation nécessaire après ce que nous venions de subir, que l’équipe s’est mise en route pour en finir.
Image
A l’image de ce qu’ils avaient fait de la passe du Loup de Fer, les lieux étaient impressionnant. C’était comme foncer dans un immense manoir de cristal, formé d’un grand escalier en colimaçon nous conduisant droit vers la hauteur où se tenait le maître des lieux. L’habitat de glace reflétait nos silhouettes en nous donnant l’impression de marcher autant sous nos propres pas que sur le plafond. Des bannières de flammes incarnant les couleurs des Hautepointes, et de quelques maisonnées avec qui jadis elles se battirent, donnait presque l’envie de s’arrêter pour observer l’histoire, mais les danger s’accumulaient. Sans cesse, les escaliers se déplaçaient en forçant nos compagnons à bondir d’un escalier à un autre afin de ne pas se laisser piéger dans une spirale sans solution. Le sol était glacial, donc glissant, et Finaen se concentra immédiatement à créer une couche de roche par terre afin de ne pas tomber droit dans le vide juste en dessous de nos pieds, ce que frôla Salarios en me protégea dans tout assaut avec une barrière d’énergie, me laissant le rattraper aussi tôt qu’il se mit à choir dans le vide. Lui permettant de se remettre sur pieds, avant de foncer trancher les incarnations de glaces qui se montraient devant nous, j’observais un instant Finaen en pleine stabilisation un instant avant qu’une vague de livre comme une nuée de chauve-souris ne le frappe soudainement en le repoussant légèrement sur le côté. La nuée allait revenir, mais Aerlin fit tout pour en avoir la maîtrise afin de le repoussé ailleurs, tandis que l’instant d’après, il se retrouvait à affronter un rouleau à pâtisserie de la part d’une cuisinière de glace qui essayait de prendre l’ascendant sur lui.

Les combats étaient acharnés, le lustre chutant brusquement envoya Runne et Eloise au sol pendant que les deux repoussaient les vagues adverses tout en prenant un temps pour se relevé. Sous la forme d’un tigre blanc, Livio bondit d’un coin à un autre en happant ceux qui gênaient sa route en envoyant des grands coups de pattes, griffant et brisant les serviteurs restant en nous laissant foncer dans son sillage afin de parvenir jusqu’au bout du passage menant droit au sommet de la table. Rapidement, nous nous débarrassions des lueurs blanches ayant laissé une trace dans nos rétines quand le décorum passa soudain d’un domaine irradiant de lumière vive à la vague obscurité des nuages chargés de flocon surplombant la nuit du Coerthas. Nous y attendait à son sommet, ceux qui dirigeait les derniers efforts de Kannia pour espérer prendre le dessus sur nos actions, notamment en déversant les cauchemars sur ceux voulant assaillir sa position en créant le plus de désordre possible.

Peut-être voulait-elle rejoindre désormais Dravania et la Tour de l’Apocalypse ? Difficile à dire, mais le Telophore muté se trouvant sur un des gradins de pierre n’indiquait rien de bon. Il portait une armure massive, et des grands gantelets griffus, l’influence que les tours avaient sur lui l’avait rendu particulièrement instable, mais il s’assurait aussi de la loyauté de l’être à moitié incarné qui résidait sur son siège et servait de relais de pouvoir à Kannia. Le Baron de Hautepointe était mort depuis longtemps, lors d’une triste et sinistre tragédie et trahison. Et quand il se leva, il avait l’air plutôt d’une horreur infâme d’un autre âge. Aussi tôt, plusieurs de nos compagnons se ruèrent vers lui, Eloise essayant de le mené vers la Mer des étoiles, ce qui se mêlant à l’élan purificateur de Runne dans une lueur puissante entourant leur cible. Il se défit de ses adversaires, projetant Runne et Eloise au contre la pierre et le télescope de métal dans une ondulation de gravité dévié puissante, avant de commence à projeté des étoiles droit vers Freya qui bondissait en l’air. Salarios avait déjà commencé à le brisé intérieurement, s’y ajoutant la lance de Freya qui, malgré la douleur, lui traça un sillon le long de son dos de la pointe de sa lance. Son corps ignorait la douleur, et il se contentait de levé le bras en cherchant à achevé Eloise, mais c’est là qu’une immense lumière jaillit.

En plus d’Aerlin qui veillait sur nos blessures en projetant des sorts de guérissons de masses tout en épuisant ses réserves possibles en se concentrant sur de la magie de haute volée, Salarios fit usage de plus d’encre dans ses diagrammes immenses pour créer des sphères de compressions d’une lueur d’or puissante, essayant d’écraser l’intégralité de nos adversaires, qui purent repoussés les énergies mais au prix d’énormes dégâts les ayant terriblement affaiblit. En profitant, Freya se rua droit contre le dos du Baron, malgré la gravité, et le pourfendit définitivement de la pointe de sa lance en lui offrant un retour bien mérité vers la Mer des étoiles. Runne et Eloise étaient venu à mon aide, voyant quel terrible blessure je venais de recevoir en affrontant le Telophore, l’invocatrice cherchait à le contenir tant bien que mal après que la lumière ait frappé pour que Runne envoie un coup d’épée en plein dans une des blessures que j’avais ouverte.

Je retenais le Telophore que je pouvais le temps qu’il le détruise, et soutenu par Eloise, l’énergie fusa vers son corps intérieur et provoqua une déflagration, le laissant disparaître en poussière en nous frappant une dernière fois, laissant toute l’équipe au sol de ce côté, tous blessés relativement sérieusement. Pendant qu’Aerlin poursuivait inlassablement ses soins, même quand il fut percuté par un souffle d’éther brut, l’incarnation draconnique était fait des mêmes matériaux que les golems de glaces mais sous une forme plus inquiétante. S’écrasant contre la tour, Livio se rua avec Finaen pour le défaire en urgence. Le souffle aurait du emporté Livio, mais ses « Empis » improvisés avec les techniques du Kami des Tempêtes furent suffisamment renforcé par Finaen pour que cela frappe la bête bien plus fort en détournant la vague d’énergie. Repartant à l’assaut, ignorant la douleur d’un coup de patte qu’il reçu contre le torse, sa lame s’écrasa contre sa gueule dans une déflagration d’éther que Finaen utilisa pour remonter jusqu’à son incarnation, en une chaude lueur vermeille, afin de le faire éclaté de l’intérieur. Laissant la dépouille brisé choir de la tour, dans un mouvement lent, déjà en train de tomber en de nombreux décombres. C’est la dernière chose que je vis, avant de tomber lentement inconsciente à cause de mon piteuse état. Mon réveil ne se fit qu’à l’Arête blanche, transportée par Finaen, tous étalés à l’infirmerie Ishgardaise pour soigné nos blessures. La dernière ligne de défense de Kannia Hautepointe étant perdue, notre prochaine mission consistera à en finir. En partant au cœur même de là où elle pouvait bien se caché. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 324
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 06 sept. 2021, 16:39

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Le Sauveur de la Lumière."

Image
Cent-soixante-sixième Entrée – « Acte 1 – Un espoir démesuré.»
Image
« Voilà deux lune que je n’avais pas touché ce journal de rapport. Quelques missions se sont déroulés, notamment une violente participation à la bataille récente de Cartenaud contre les Telophores, et suite à cela, il fut temps pour moi de me reposer un peu en Hingashi pour y retrouver d’ancien souvenir, et une voie importante à mes yeux. Mais qu’à cela ne tienne ! A vrai dire, si je reprend ce précieux journal, c’est bien pour traiter de la suite de nos péripéties. Bien que rôde encore quelque par la dernière des Hautepointes que nous devons encore arrêté, j’ai pris l’initiative de nous rendre avec mes compagnons en Mor Dhona pour une toute nouvelle affaire. En période de doute, il est aisé pour la populace de s’en remettre à des fables et des possibilités. C’est pour cela que certains s’étouffent avec les fausses promesses et les rédemptions offertes, laissant naître une rumeur des plus déplaisantes sur l’avènement d’un mauvais génie : Le Sauveur de la Lumière.

Et cela aurait moins problématique, sans cette ferveur quasi-religieuse, et que cela avait concerné directement le Guerrier de la Lumière : Bien qu’on se le dise ! Il ne fait jamais bon prier inconsidérément, on ne sait jamais ce que cela pourrait produire. C’est au Glas du Revenant que nous nous sommes retrouvés avec une bonne partie de notre ancienne équipe toujours des plus motivée. Finaen et Runne, dont je fis les retrouvailles avec ses derniers, comme avec Teris&Vaule, Salarios, ou encore l’apparition d’Ika avec qui nous ne nous étions vu depuis fort longtemps. Au moins avais-je déjà pu revoir Sorn avec Finaen, mais notre très cher Machiniste devait lutté contre une nuit de sommeil exécrable, ce qui me fit pensé qu’il va falloir le remettre rapidement d’aplomb. A peine le temps d’annoncer ce que nous avions à faire et qu’est-ce qui serait bon de découvrir au sujet de ce fameux sauveur qui intriguèrent et inquiétèrent la plus part d’entre nous, que nous sommes parti vers l’emplacement que Stanislas Kortovin avait relativement pu découvrir vers l’Est. Le ciel était animé d’une lueur magnifique qui rayonnait au dessus de nos têtes comme si le monde flamboyait avec une rare beauté qui illuminait l’espace environnant. Une richesse incroyable ondulait comme des milliers de cristaux au dessus de nous, laissant une impression glorieuse de partir sous le regard d’un firmament pulsant d’une magie qui n’était pas que décorative.

Son influence se ressentait, tous se laissant aller à la contemplation autant qu’à la concentration pour accepter ses pouvoirs éphémères descendant des cieux. Rare étaient les épopées débutant sous une tel splendeur, et cela avait grandement animé les foules extérieurs. Les locaux en jouaient, s’amusaient, partageaient, animaient, mais notre présence avait rapidement été remarquée et annoncée. Plusieurs prirent la fuite et se murmurent se firent entendre – tandis que nous nous précipitions vers la grande porte pour observer un chariot à Chocobo fuir en vitesse, poursuivit par L’Egi-Garuda de Salarios afin de garder un œil dessus, Ika et Sorn retournèrent en ville à toute vitesse pour assister Finaen qui attrapa Teris&Vaule dans ses bras pour lui permettre de parcourir à toute vitesse l’espace entre les foules, dont une miqo’te avait même essayer de retenir Ika pour le forcer à danser sans cesse. Ils furent menés vers une ruelle où certains se tentèrent à kidnapper leurs poursuivant, ce qui fut une grossière erreur. En un tour de main, tous étaient rétamés au sol, les vents de Finaen happèrent des jambes peu après l’incinération de leurs sacs, et un bon coup de bouclier d’Ika acheva le débat musclé.

Ils ne purent qu’appendre et découvrir qu’ils n’étaient pas subjugués, mais endoctrinés par la folle espérence que le Sauveur les sauveraient à défaut de les vengés comme le font souvent les aventuriers. Ils n’eurent pas beaucoup de temps en palabre, et se ruèrent vers la porte que nous étions en train de retenir avec Runne et Salarios, les grillages illuminés d’une forte lumière brûlante était bien là la présence d’une volonté souhaitant nous barré la route. Pour autant, nous sommes passés, pour observer au lointains les marques de la caravane et ce qui pouvait nous attendre.
Image
La route ne fut pas la plus difficile des étapes. Elle était même plutôt tranquille, si on retire les impressions d’observer des étendues de magies instables ayant été provoqué par les différents évènements ayant modifié la structure de la terre autours de Pleurargent ainsi que la Tour de Cristal. Nous ne pouvons pas encore voir l’antique carcasse de l’Agrius, mais le terrain lointains, les décombres échoués, avaient pour eux une fantastique aura de curiosité. Les premières conversations étaient bonne enfant, autant que nous partagions quelques mots, expériences, et impressions, et cela aurait pu rester ainsi si le ciel n’avait pas décidé d’exploser dans un amas de lumière au dessus de nos têtes. L’aspect confortable de la ville s’était déjà estompé, mais nos sens guerriers reprirent en un instant le dessus quand vient vers nous une silhouette que l’aveuglement empêchait de constaté aisément. Ce qui était moins le cas du faisceau d’énergie qui nous fonça dessus, entraînant Salarios au sol qui avait tout fait pour créer une barrière pour nous défendre. Brisée par la puissance écrasante du faisceau, tous réagirent pour se protéger eux et leurs compagnons, jusqu’à ce que la force ne cesse en laissant des bruits de métaux puissant quand Sorn s’acharna à tirer dessus au fusil. Elle disparue dans les lueurs éthérés au dessus de nous, et depuis l’évènement de la grille, il fallait nous convaincre que nous n’étions pas les bienvenues.

Pas vivant tout du moins. Arrivant finalement sur place, en suivant la piste, qui menait derrière une immense carcasse de métal d’un ancien nef impérial où s’était installé un lieu de rite et de religion. Les gens parlaient ,débattaient, s’amusaient, et observaient les fameux élus d’une cérémonie dont avait parler celui qui avait été capturé par nos compagnons dans la ruelle du Glas. Quoi qu’ils allaient faire, je doutais qu’ils seraient les prochaines personnes à disparaître sans plus entendre parler d’eux, mais ils étaient tous convaincu d’après ce qu’une vieille dame dit à Runne et les préparateurs du rituel à Teris, qu’ils allaient rejoindre le Sauveur de la Lumière : Un vieux Roegadyn sur une peinture au milieu des bougies. Tout s’accéléra rapidement en plusieurs points : Ika fonça défendre un Xaela qui hurlait à ce qu’on lui rende sa sœur, et je viens à son aide en jouant du sabre et de l’épée contre les badaud, bien vite remplacé par des hommes en armures bien plus exercés. Nous luttions rejoins par Runne à toute vitesse avec un fantastique coup de genoux, tandis que Teris&Vaule hurlaient après avoir toucher une sorte de sphère noire. Quoi qu’il pouvait lui arriver, la machine que Sorn et Finaen inspectaient, de nature Allagoise, s’était elle aussi mise en fonctionnement.

Visiblement elle avait projeté dans l’histoire des gens, le rêve du Sauveur de la Lumière, qui faillit assommé Finaen tant il le reçu avec brutalité. Soumis à la conscience de la machine qui ponctionnait quelque chose chez Teris&Vaule, ils firent le choix de détruire la machine soudainement dans une grande explosion qui les envoya paître plus loin. Nous nous chargions des étranges hyur en armure d’argent et d’or, avec un emblème d’une femme priant sur le plastron, mais si ils purent eux être vaincu, la machine de combat retomba du ciel et m’envoya m’écraser un peu trop fort au sol. Pendant que je goûtais mon propre sang, je ne pus voir que l’épée de lumière qui transperça le Xaela qu’Ika avait désiré protégé. Ce dernier en retour, venait de lui sauver la vie, en ne lui demandant qu’une chose : Retrouver sa sœur.
Image
L’expérience visuelle sous le regard d’Ika avait quelque chose qui fut hélas traumatisant, mais il en avait vu d’autre, depuis la mort de Jérôme dans le Thanalan après la défaite du dernier Rah. Aussi il pu lui promettre lors que le corps lui tombait dessus, voyant la machine de combat repartant dans les cieux. Avec Finaen, nous l’avions reconnu. C’était une machine de combat ressemblant un peu trop aux créations de la Mort de Fer il y à un moment de cela. Teris&Vaule s’étaient libérés de l’emprise de la sphère, et avaient pu libéré Runne qui s’était empressé d’essayer d’empêcher la fuite de la vieille femme qui s’occupait du sanctuaire où les bougies flottaient dans les airs. Il avait bien faillit être enlevé pour partager le destin des élus, mais c’était sans compter le réflexe de Teris&Vaule et de Sorn, deux piques de glaces empalant ses ravisseurs. Affecté par ce qu’il avait vu, Ika bien plus sérieusement parti en direction de la vieille femme, rapidement accompagné par tout le monde, aussi ai-je pu marcher grâce à des soins appliqués, mais mon état n’était pas des plus glorieux après l’énergie reçue en pleine figure.

Bien entendu, elle ne se laisserait pas faire, et une petite horde de ses mêmes hyurois tous littéralement identiques se ruèrent vers nous. Des corps tranchés, on pouvait remarquer quelques modifications internes, laissant penser aux vieilles expériences Allagoises que les Garlemaldais se tentèrent de faire pour leurs nouvelles armes. Des flèches fusèrent en faisant fuir les civils qui travaillaient pour le Sauveur de la Lumière, l’un fut hélas littéralement désintégré par un de ses faisceaux d’énergies sortant de câblages rendu fou. Retenant l’ensemble en urgence pour ne pas être happés dans la violence des combats, la terre se levant sous l’effet d’un sort de Finaen en scellant ce que les autres retenait, cela ne manqua pas de voir Sorn se prendre une flèche dans la jambe, heureusement peu profondément, mais Gladys sur-réagit en récupérant son maître jusqu’à ce qu’il me rentre dedans littéralement, passant le fameux Arche de métal qui empêchait de voir ce qui se trouvait derrière. Tous purent nous rejoindre, abandonnant derrière nous le chaos, pour y voir ce qui avait l’air franchement pire. Une machine de la Mort de Fer s’était écrasée ici, comme si elle s’était envolée du Thanalan jusqu’à choir presque dans Pleurargent en ayant même transporté des morceaux de métaux Amalj’aa sur elle. Les élues étaient installés dessus, et un effet de lumière puissant apparut aussi tôt pour essayer d’achever la cérémonie.

Cela aurait été plus aisé à géré si il n’y avait pas eu la grande machine de combat qui avait encore le sang de Xaela sur son épée. Pendant que Teris&Vaule arrêtaient les flammes qui allaient consumés les preuves de ce qu’on fait les adhérant du Sauveur de la Lumière, Runne parti immédiatement tout faire pour trouver un moyen d’arrêté le fonctionnement de la machine. Ce qui se couplait bien avec Finaen, qui un instant après que Runne se soit retrouvé les jambes dans le vide après un tir de la sorcière avec une sort de magie, intervint pour abattre les gardes du corps serviles de la prêtresse. Il fonça pour prendre les trois elues afin de les enfermés dans des cocons de magie pour qu’ils soient protégés, autant de la déflagration de la machine quand Runne parvint à la détruire, que quand l’immense boule de feu de Teris&Vaule désintégra littéralement la vieille sorcière qui ne pu rien faire d’autre que hurler avant de ne laisser qu’un cratère fumant. La machine avait été dévastée, nous avions brisés chacune de ses jambes avec Ika, ce qui donna l’espace nécessaire à ce que la foreuse renforcée par le Teclis de Sorn ne lui ouvre tout le flanc brutalement.

Elle essayait de se déchaîné pour nous détruire, au vue de l’état pitoyable dans laquelle elle fut laissé, mais la barrière de métal d’Ika lui empêcha toute essaie, et pendant qu’elle était harcelée de tir de Sorn, je me chargeais de l’achever d’un grand coup de sabre. Nous avons triompher en ce lieux, mais trop de choses restaient en suspens. Comment arrêter cette folle croisade pour qu’un Sauveur de la Lumière protège le monde, sans savoir que derrière ce Roegadyn à l’air miséricordieux, pouvait se cacher des machines de mort ? Pour l’instant, l’un des buts les plus pressant pour Ika était de retrouver la Xaela, sœur de celui qui était mort, et nous allions retrouver son visage au moins quelque part : dans les archives de ceux qui ont déjà passé la cérémonie. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 324
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 08 sept. 2021, 14:14

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Premier pas vers l'Apocalypse."

Image
Cent-soixante-septième Entrée – « Acte 16 – Devant la grâce de Kannia Hautepointe.»
Image
« Malgré notre occupation en Mor Dhona, nous avons eu de cesse de garder un œil vers le dernier refuge de Kannia Hautepointe. Cette dernière ayant œuvrer pour les Telophores depuis la dernière bataille de Cartenaud avaient été renvoyé dans son tréfonds de glace où elle œuvrait encore à chercher un moyen d’offrir le pouvoir des légendes de Shiva aux infâmes porteurs des tours de l’Apocalypse. Observant les lieux protégés jadis par la tour où elle installa l’esprit décharné de son père, Vulkaroix était certains de pouvoir jugulé toute menace qui pourrait essayer d’en sortir, jusqu’à se la prendre en pleine figure avec intensité, plusieurs patrouilles disparues sous la violence d’un gel qui gagna les lieux d’une façons bien plus intense qu’attendu. Comme si le bras de la mort glacial s’était étendue de plus en plus en emportant ce qu’elle pouvait. C’est alors à l’observatoire que nous nous sommes retrouvés pour nous préparer à en finir une fois pour toute. Les vents hurlaient et le temps était désastreux, tant qu’on ne recommandait pas aux équipes de sortir, et c’était pratiquement interdit aux citoyens de l’Observatoire tant le danger qu’ils s’envolent et disparaissent dans je ne sais quel congère était risqué. Il nous fallait crier parfois pour nous entendre, ce que fit le chevalier des Durendaire qui nous salua avant le départ tandis que nous nous engouffrions dans les neiges épaisses.

L’équipe était plutôt équilibré, même si nous manquons d’un guérisseur direct et dédié à nos soins, Livio était au moins là pour nous protéger de tout maux pouvant essayer de nous écraser, et avait comme support l’efficacité de Narcisse dont la lance écartait les menaces, afin qu’Eloise et Finaen puissent faire usage de leurs magies, avec le support d’un Sorn bien équipé. Les premiers temps, dès le départ de l’Observatoire, furent consacrés à affronter les affres du froid glacial pour ne pas finir comme les deux chasseurs qui n’avaient pas écouté les conseils et n’avaient pas été simplement retrouvés au sol, le corps froid. Bien pire que ça, ils avaient littéralement été congelés. Ce qui ne les empêchèrent pas d’essayer de se mouvoir pour nous atteindre comme autant de corps dégénérés qui rampèrent vers nous. Quelques coups de feu de Sorn nous en débarrassèrent, mais cela donnait le ton : Cette mission aurait quelque chose de spectral pour les pauvres victimes disparues dans les glaces intenses. Pour l’instant, nous nous réchauffions autant que possible, Sorn gardant Gladys dans ses bras tandis que Finaen, renforcés par Eloise, faisait apparaître des flammèches qui comblèrent de nombreuses techniques afin d’essayer de garder la chaleur à l’intérieur de nos corps.

Celle ci était due à d’immenses élémentaires de glace, comme des fragments d’Iceberg flottant dans les cieux, dans un aspect irréel et donnant un timbre magnifique à ce voyage quand nous les observions apparaître à travers les brumes de la neige soulevée. Cela dévoila peu de temps après, le décors aussi inquiétant que magnifique d’une étendue congelée. Des structures ayant voulues être formées, de façons misérable et hésitante, avait happé des vies et quelques des étendards de la grande maison Fortemps en apparaissant soudainement. Nous nous retrouvions alors à trouver notre chemin à l’intérieur de cette étendue glacée tout en prenant garde aux structures chutant sur nous quand nous progressions. L’une écrasa Finaen quand il vint en aide à des chevaliers coincés avec Sorn et Narcisse, tout comme plusieurs explosions de glaces vinrent des cieux et nous retombèrent dessus en balayant Eloise qui fut rattrapée par Livio. Progresser en sauvant des vies n’était pas aisé, mais nous sommes arrivés ainsi à nous démenés pour sortir les chevaliers de leurs problèmes tout en atteignant l’arrière de la Tour que nous observions au loin.
Image
Suivant les cris de batailles et les lumières de magie bleuté, cela nous guida droit à Vulkaroix luttant avec les combattants Ishgardais survivant qui combattaient encore ses traîtres parjures des Chevaliers de Draumr Svartr, sorti des glaces, mêlés à quelques machines de combats survivante des Telophores. Plusieurs explosions éclataient un peu partout, tandis que nous progressions droit vers le tunnel de glace. Si ce déchaînement de violence fut un instant surprenant et puissant, mon étonnement vint vers Finaen qui se saisit de l’énergie d’un tir qui risquait de faire explosé Sorn en morceau pour la renvoyer vers la machine de combat, endommagée par la lance de Narcisse.

La déflagration fut énorme, et nous ouvrit la voie droit vers l’antre de Kannia Hautepointe. Mais pour l’atteindre. Il nous fallait déjà parvenir à comprendre comment ouvrir l’accès. Le combat avait été violent, Eloise ayant reçu un choc brutal d’un des adversaires de glaces qui lui mit un grand coup de bouclier pendant qu’elle faisait explosé de nombreuses perles de flammes, laissant Livio progressé en avant dans des déflagrations d’énergies puissante de sa pistolame malgré le tir qui le frappa à l’épaule. Sur place, l’emplacement du tunnel semblait d’un magnifique absolu, ça n’était pas ce marbre blanc de la Givre-Argent qui avait construit un palais inaccessible : Là, cela donnait l’impression d’un tunnel vers le cœur d’un glacier même, tout reflétant de nombreuses possibilités et de nombreux lieux. De là, des protecteurs antiques de Draumr Svartir jaillirent, ornementés de leurs tenues de pierres froides fumantes encore largement plus glorieuse et inquiétante que celles que nous avions détruit jusque là.

Il nous fallait vite comprendre les secrets de ce lieux, Sorn fonça droit vers le corps d’un occuliste étalé au sol, jusqu’à ce qu’un bras, pendant qu’il l’étudiait, ne l’attrape par la gorge : Quoi qu’avait fait le mage, il s’était retrouvé coincé à l’intérieur, son esprit errant dans la glace, et Sorn réagit à une menace. Envoyant ses explosifs, il condamna la rune et la magie à l’intérieur dans des grandes dévastations, ce qui coûta hélas dans la situation chaotique et confuse, la vie définitive de l’occuliste qui ne pu communiqué convenablement depuis sa prison. Narcisse et Livio retenaient les chevaliers – Livio dévasta ses adversaires aisément sous la forme d’un tigre blanc grâce à son artefact, massacrant tout ceux devant lui tandis que Narcisse eu besoin de l’aide de ce dernier quand il reçu sa propre lance dans son ventre à cause du magicien, les tirs de Sorn balayant son adversaire dès qu’il revint de son combat. Nous avions pas de temps, les détonations avait provoqué des chocs puissants risquant de condamné le passage, et nous étions en pleine ruée pour ne pas voir le passage se clore sur nous. Au moins, les reflets cessèrent de faire apparaître des adversaires, depuis que Finaen avait récupéré les runes, il à su les comprendre et les maniés pour que les chants exercés par les runes parvienne à sortir les chevaliers Fortemps encore perdu au lieu de libéré plus d’adversaires répondant à l’appel de Kannia.

Un crocodile monstrueux sorti de la neige essaya de le dévoré, mais en échange d’une méchante plaie au flanc, je vins le décapité pendant qu’il le tenait à distance. Nous avions dévasté l’instant d’avant le gardien, un golem de glace ressemblant à un Ogre comme ceux que nous avions affrontés au Nord-Est, malgré sa puissance, permettant à Eloise d’atteindre la barrière de lance. Récitant ce qui était gravé, le sang des Soufflecor lui permit de voir naître une robe magnifique d’un bleuté irréel, digne des anciennes prêtresses. Et cela nous ouvrit la voie, droit vers le cœur du glacier.
Image
Les lames s’écartèrent, les pièges cessèrent, tout semblait stagner autours de nous à mesure où Eloise traversait le passage, comme si, mêlé aux chants des runes que Finaen avait convenablement manipulé, donnait une impression de gloire incroyable tandis que nous progressions vers l’intérieur. Laissant les Chevaliers des Fortemps secourut partir à l’aide de Vulkaroix et ses hommes, la bataille se poursuivant derrière nous – bien que Livio avait laissé peu de chose des protecteurs du tunnel, nous évitions au moins la dévastation après avoir du très rapidement guérir les blessures que nous avions subie. A la douleur, succéda la contemplation lorsque nous observions les étendues de glace formant une impression de gloire dans les gravures et structures qui avaient cette fois des formes bien plus agréable aux regards que les émanations de l’étendue gelée que nous avions traversé proche de la Tour. Cela donnait l’impression de marcher sur des petites couches de glaces apparaissant sous nos pieds, avec une étendue de vide immense sous nos pas, jusqu’à se rendre compte que c’était le cas : Les variations des phases provoqués par les miroirs donnait ici le vertige, et risquait de nous faire choir dans le vide.

De nouveau, Finaen s’efforça de manipulé les runes pour évité que celles ci nous bannissent de ce lieux afin de nous renvoyés loin d’ici pour protéger Kannia, sous la surveillance d’Eloise et de Gladys, la tourelle de Sorn ramenant son maître sur place ainsi que Finaen – bien qu’il fut attrapé par la jambe, dans une situation plutôt chaotique je dois dire ! Nous ouvrions la voie avec Narcisse, Livio et moi même, tranchant et dévastant quiconque parmi les soldats de glaces, des sortes de golems massif formés de givres, cherchant à nous arrêté par la force. Ils ne purent faire plus que frapper quelques uns d’entre nous, avant d’être brisés et fendu par nos lames, jusqu’à atteindre comme un cocon au milieu de tout ses éclats. L’intérieur semblait presque bien heureux, de nombreuses silhouettes de ceux enfermés en priant dans la glace se trouvaient encore mêlés aux givres, influencés par ce qui ressemblait à un morceau d’une Tour de l’Apocalypse. La conception sinistre ondulait d’un rouge inquiétant, concentré sur les personnes dans la glace, et sûrement pas suffisamment puissant à l’instar des Tour pour provoqué une subjugation : C’était là l’objectif suprême de Kannia pour avoir sa place dans les Telophores. S’imprégnant des prières et des énergies volés, comme jadis quand le dernier Rah porta l’ossature des enfers pour devenir un reflet d’Ifrit.

Cette dernière eue un aspect s’approchant de Shiva, mais sa version distordue par les Telophores. Une pâle imitation possible d’une « Luna-Shiva » qui désirait acquérir de plus en plus de puissance pour être aussi forte que la primordiale. Dans une dernière provocation, nous sommes parti à l’assaut – Narcisse et Livio s’occupèrent de ses ailes ressemblant à des mains immenses, envoyant des sorts et des coups de lances dans un chaos immense faisant tremblé les lieux même, alors que Finaen et moi luttions contre Kannia directement. J’ignore ce qu’à fait Sorn, de prime abord, ce qui poussa Gladys à le recouvrir de Jus de myrtille, mais une force s’extirpa de lui et frappa Kannia en nous laissant l’atteindre. Cherchant à la distraire, Finaen protégea Eloise pendant qu’elle brisait la machine des Telophores, jusqu’à ce qu’elle soit éteinte, malheureusement écrasée par un coup de Kannia alors qu’elle hurlait une fois ses ailes brisées. Tous jaillirent pour l’atteindre, renforçant la lance de Narcisse qui frappa en dédoublant huit fois sa lance dans une lueur enflammée quand le feu puissant de Sorn, renforcé par Eloise, frappa une Kannia paralysée par la purification de Finaen et les coups de Livio.

Toute l’énergie lui fut ôtée, et elle tomba lentement en disant à son père qu’elle allait enfin le rejoindre. Disparaissant en fragment de lumière glaciale, cette longue histoire était enfin achevée alors que nous sortions vers la lumière mitigée par la tempête de neige que nous avions encore à la traverser pour menés nos blessés à l’Observatoire. Une longue histoire s’achève, mais une autre se poursuit, tandis que je m’interroge quant à ce qui nous attends vis à vis de ce culte envers le « Sauveur de la Lumière », et si la mort de Fer est vraiment concernée par cette dernière. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 324
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 13 sept. 2021, 17:29

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Le Sauveur de la Lumière."

Image
Cent-soixante-huitième Entrée – « Acte 2 – Ceux qui ont été élu en vain.»
Image
« Maintenant que nous avons achevé cette longue histoire concernant la dernière des Hautepointe, et offert un répit dans le Coerthas central, notre périple se poursuit avec cette affaire des plus inquiétantes. Qui est ce mystérieux Culte de la Lumière, et ce qu’il provoque dans le Mor Dhona ? Gardant un œil sur la légende du Mur d’Or d’Abalathia, les enquêtes ont menés à quelques vagues informations concernant des recherches d’affaires dans l’Ouest de la région, et tout aurait été un peu plus discret si un Hyurgoth n’avait pas provoqué un esclandre lors d’un débat publique sur la nature de ce fameux sauveur, jusqu’à ce que prit de rage, il ait décapité d’un coup net celui avec qui il n’était visiblement pas d’accord. Au moins, cela à pour vertu de trancher la question, mais la piste était trop belle pour ne pas être suivie en urgence. Ainsi, nous avons été convoqué en vitesse en Mor Dhona alors que nous nous tenions prêts depuis quelques soleils, pour essayer de traquer ce meurtrier et avec un peu de chance, pour revenir avec ceux qui l’on suivi avant qu’ils ne deviennent de nouveaux élus.

C’est à la sortie Ouest que nous avons pu nous retrouver, directement hors de la ville cette fois, esquivant une traversée en groupe compliquée, mais le passage était particulièrement désert – sûrement qu’un meurtre récent n’aide pas à se sentir en sécurité proche de cet accès, et notre équipe fut formée de compagnons de longue date désormais, en s’y ajoutant Lucian, un magicien aux arts anciens que j’ai jadis protégé en Himitsu no Taki. Il ferait donc un bon travail avec Finaen et Runne, toujours présents à nos côtés, tout en nous laissant avec Ika et Sorn soin de protéger nos magiciens tout en intervenant derrière notre protecteur en armure lourde baignant d’une lumière d’éther défenseur. Discutant un instant sous les nuages épais d’une journée pluvieuse, les gouttes de pluies tombante parfois se reflétant sur les énergies mauves du ciel, c’est après l’explication de la situation que nous nous sommes mis en route. Ce dont nous avions moins l’habitude, c’était la détresse voir la colère de certains ayant peur que nous éliminions des amis ou des membres de leurs familles qui se seraient offert à la cause du Sauveur de la Lumière. Au fond de leurs yeux, on pouvait y voir un certains degré de folie, celle de ses personnes qui n’avaient pas grand espoir véritable et qui pour autant se raccrochaient à des désirs impossible.

C’est sous la légère pluie au dessus du Mor Dhona que nous avons débuté notre voyage, après que Sorn et Ika aient essayé de les rassurés, laissant soin à Finaen et Lucian d’établir les premières recherches éthérés qui parvinrent rapidement à saisir une sorte de lumière qu’il nous fallait suivre. Cela allait nous conduire vers un terrain parfaitement chaotique, ce qui était tout du moins étrange. Pas étonnant, mais étrange, j’aurais du avoir l’information d’une telle région dans les environs pendant mes études des cartes, et nous nous retrouvions ainsi le long de passages compliqués où des pierres chutaient régulièrement, provoquaient des écroulements de terrain cherchant à nous emporté, amenant les arbres de bois mort que je cherchais à trancher, bien que l’un impacta le casque d’Ika qui le sonna pendant un bon moment lors de la route à cause de l’effet cloche. Tous se concentrèrent pour se défendre des chutes de pierre, mais nous n’avions pas vu les cristaux infusés d’énergie qui éclatèrent ici et là en nous envoyant valser avec Ika, nous rétamant au sol. Au moins, Finaen pu nous prévenir rapidement : Une conscience, quelque chose autours de nous, attirait massivement des créatures influencés comme par l’effet d’une injonction mentale, ce qui attira d’énormes Nix.

Les crapauds titanesques se ruèrent autours de nous, écrasant tout sur leurs passages en foulant Finaen de la patte tout en envoyant leurs langues essayer de nous happés. Réagissant aussi tôt, Ika leva des monticules de métaux pour arrêté les langues que je tranchais les unes après les autres, profitant de leurs lenteurs provoqués par Runne en les asséchant, ce qui fut dévastateur une fois que Lucian et Finaen y mirent massivement le feu. Nous nous hâtons de quitter cet endroit chaotique, pour échappé aux Nix et aux écroulements, soulevés par les vents de Finaen qui tournoyaient autours de nous, mais Sorn lui qui tirait un peu partout avait littéralement été avalé par un des Nix lors d’un coup de langue. Ainsi, notre dernière action en quittant ce lieu, fut de le sortir de là quand mon sabre coupa la carcasse brûlée du Nix en fissurant ses entrailles, permettant de le faire sortir aussi gluant et salissant que vous l’imaginez. Le péril fut confus, mais rapidement, nous avons été confrontés à pire qu’un terrain chaotique : La folie humaine.
Image
Quittant autant les Nix confus pour ceux qui n’étaient pas simplement carbonisés et grièvement blessés, ainsi que les chocs intenses, dont l’un avait été provoqué par un tir de Sorn qui désintégra littéralement deux Nix qui s’apprêtait à bondir vers nous. Un bref instant fut prit pour nous en remettre, pendant que nous découvrions les câbles étrange qui atteignaient le sol. Un vieillard s’en occupait, quelque peu surpris de nous voir sortir de la zone terraformée par l’influence éthérique qu’amenaient les câblages – Bien entendu, pour le vieillard ahurit qui avait suivi ceux prétendant apporter la paix, il ne faisait que mettre des gros morceaux de métaux cylindrique dans la terre, et ne pu que nous dire que cela était une intention des plus inquiétante pour nous « Tôt ou tard, la terre transformée sera celle choisie par le Sauveur de la Lumière pour accueillir tout le monde en paix. » Évoquant visiblement un de ses projets, une de ses armes. L’ancienne installation des forges de Garlond, abandonnés depuis longtemps lors de l’étude d’un des immenses fragments de dernier fléau, avait été réhabilité en un véritable petit lieu de culte où des éléments magiteks furent réparés en utilisant des morceaux d’armements des impériaux venant des anciens Castrum locaux.

Ils avaient désarmés les réserves de céruleum, et fait en sorte qu’une sorte de création allagoise ponctionne trois élus installés au sol, souriant avec béatitude comme celui que nous avions sauvé lors de notre première mission. Mais l’ensemble permettait à un élémentaire foudroyant dont le corps avait été transformé par des influences radieuses de canalisé l’énergie des cristaux droit vers les câblages plus au sud où le vieillard était encore. L’équipe se dispersa un peu partout – Sorn et Lucian partirent dans le cimetière de carcasse, où ils se rendirent vite compte de ce qu’ils cherchaient, et à qui ils avaient prit tout ça : Il reste encore les cadavres des soldats impériaux à qui tout ça appartenait. L’un avait survécu, et Lucian avec Sorn protégèrent comme ils purent ce dernier libéré d’une carcasse avant qu’une sphère de lumière ne l’éparpille en morceaux. Quelqu’un avait vu qu’ils désiraient le sauver, et nous observaient d’une façons suffisamment gênante pour prévoir nos actions. Dès lors, Sorn se rua vers le camp en criant à tout les civils de partir en tirant un instant en l’air – Un peu partout le chaos s’était propagé. Runne était en train de soutirer les mémoires forcés dans l’élémentaire avec des petites pierres, libérant par la suite ceux dont les souvenirs étaient ponctionnés dans la machine pour coupé tout les procédés, ce qui provoquait un chaos élémentaire ayant désintégré celui qui s’occupait de la machine à côté, jusqu’à ce que tout soit arraché de l’élémentaire, fonçant vers Runne.

Il tenta de dressé une barrière d’éther et de poussière, volant en l’air subitement dans un choc tonitruant l’envoyant valser droit vers Ika et Lucian. Protégeant une petite fille, qui disait avoir perdu les souvenirs bon comme mauvais de ses parents, Ika avait refusé qu’elle passe encore une cérémonie dont les eaux d’or semblaient être la source. Il balaya un des fameux clones du premier Hyurois ayant été élu par le Sauveur de la lumière, dévastant d’un coup de bouclier le propulsant, l’hôtel dont les eaux touchèrent Ika. Cela le plongea dans une phase étrange, folle, où il semblait confus mais il parvint à s’en extirper en frappant du poing en plein visage d’un des adversaires qui vola à toute vitesse en l’air en s’écroulant au sol plus loin. Tous s’orientèrent vers lui pour l’abattre, mais les chaînes d’un mauve puissant jaillirent de Lucian pour les attrapés et les bloqués d’un coup net. De mon sabre, j’en pourfendis un, tandis qu’il se débattait avec tout les autres tout en luttant de sa lame mêlés aux déflagrations enflammés de Lucian pour abattre les derniers, malgré des blessures subies dans le procédé. De mon côté, je fonçais vers l’énorme Nix chevauché par un Lalafell et sa gardienne Elezen que confrontait Finaen avec l’assistance de Sorn. Tout deux avaient quelques difficultés, des flèches fusèrent et des tirs s’entremêlant jusqu’à ce que Sorn d’une façons géniale, colla un explosif sur la langue du Nix pendant un de ses assauts, ce qui le fit explosé intérieurement.

Il n’en restait que le Lalafell, l’Elezen abattue par Sorn en même temps que ce dernier reçu une flèche. Récupérant le sceptre que Finaen avait envoyé au sol, il déchaîna un faisceau de lumière en plein dans le torse de l’Elezen qui cherchait à poignardé la gorge de ce dernier. Je pu intervenir, tombant des cieux comme un éclair, poussant la main de Finaen avec la mienne pour achevé enfin ce prêcheur infâme qui annonçait que le nouveau monde existerait en paix en effaçant le passé de jadis. Nous étions dans un lieu où il ne restait que des corps, et rares personnes paniqués s’étant cachés au lieu de fuir, envahit par les flammes bleutés du céruleum ayant éclaté . Et si les reflets pouvaient être merveilleux, pendant que nous nous occupions de nos blessures très brièvement, la lumière lointaine d’où était venu la sphère dont parlait le Garlemaldais nous attendait. Ainsi que le tueur du Glas du Revenant.
Image
C’est en vitesse que nous nous sommes mis en route. Les douleurs furent affrontés avec plusieurs élixirs, notamment pour Finaen et Runne ayant reçu de lourds assauts, mais nous ne profitions pas de la présence d’un véritable soigneur pour avoir des effets plus intéressant encore. Mais pourquoi était nécessaire, une fois de plus, Ika s’en était convaincu par la douleur éprouvé par la réalisation de leurs projets. Il avait entendu le Lalafell faire des déclarations à Finaen : ils s’attaquent donc bel et bien à la mémoire, difficile de savoir si la Mort de Fer est impliquée ou si ils usent de ses anciennes techniques, mais ils veulent faire disparaître les mémoires des gens pour faire disparaître toutes les anciennes raisons de haïr. Et quel qu’en soit les méthodes, puisque tout ce qu’ils feront sera de toute façons tôt ou tard oublié selon leurs propres logiques. Progressant en quittant le campement, laissant les survivants s’occupés de ceux restés dans les environs, nous avons progresser droit vers le nord en suivant la lumière lointaine qui se multiplia : Pour nous arrêté, ils propulsaient sans cesse des lumières puissantes qui fusèrent dans les cieux, accompagnant des défenseurs zélés qui n’étaient que des citoyens équipés qui pouvaient être sauvés.

Nous décidions alors de leur laisser la vie sauve, après avoir du outre passé l’influence du Roegadyn peint dans tant de portrait de lui dans les lieux de culte le montrant comme le Sauveur de la Lumière. Il cherchait sans cesse à nous montrer que nous serions plus heureux sans nos souvenirs du passé, les souvenirs douloureux, que tout pourrait mieux aller, ce qui n’était pas des meilleurs pour nous sentir en phase avec l’urgence de la situation qu’avoir un fanatique dans l’esprit qui nous harcèle. Passant outre cette impression, Ika fit de son mieux avec l’aide de Finaen et Runne pour se débarrassé des boules de lumière jaillissant de sphère de métal qui se fracassaient sans cesse, s’écroulant lourdement sur les parois de métal en traversant les lumières jaillissantes de Finaen. Contenu par les vents projetés par Runne, les citadins furent bloqués par les flots du vent puissant jusqu’à ce que Lucian et Sorn ne les enchaînes à toute vitesse. J’eus à peine le temps d’envoyer de nombreux coups vers plusieurs personnes, jusqu’à bondir pour essayer d’intercepter Lucian qui venait de se prendre un énorme choc qui nous firent volés plus loin avant de nous écrasé par terre derrière les protections d’Ika.

Nous avons réussi à mettre hors d’état sans tués ceux qui avaient été endoctrinés, peut-être auraient-ils une chance, et seront ramenés en tout cas en vie, mais ça ne serait pas le cas du responsable de tout ça : Plus loin, installé dans une sorte de pseudo-temple qui semblait avoir été arraché tout droit du Thanalan, siégeait un Hyurgoth. Le massif combattant portait des sortes de gantelet d’acier, et lui, ainsi que ses deux compagnons : une sorcière Viera et un Elezen adepte de magie rouge, nous faisaient face pour défendre un cristal mémoriel où errait la vague silhouette d’une des femmes de la liste du culte. Il tenta de nous convaincre des bienfaits de leurs causes, mais nous ne sommes pas laissés tentés par ses mots, et après un instant, le combat débuta. Nous avons eu une impression puissante comme si une partie de nous était agité dans tout les sens de manière très désagréable. J’ignore ce qui provoquait un tel effet, peut-être la main invisible qui ne cessait de nous oppressé depuis tout ce temps et avait fait venir les Nix sur nous. Ce qui donna un large avantage à nos adversaires, malgré quelques chocs reçu, Runne avait pu bondir au dessus pour manipulé l’armature magitek du cristal. Et quand il tourna la tête, il vit l’intégralité de notre équipe au sol, sonnés et blessés par la force de ce groupe.

Aussi tôt, nous sommes reparti à l’assaut – Lucian engloba la viera dans une sphère obscure, et celle ci fut littéralement absorbée et dévastée avant de disparaître tout bonnement, ce qui advint peu de temps après à l’Elezen qui fut frappé par l’épée que Finaen avait extirpée de ses affaires : La lame noire d’Abalathia, récupérée pendant l’affaire du Mur d’or. Renforcée par le Teclis de Sorn, la lame dévasta l’Elezen et affaiblit les deux autres, jusqu’à ce qu’Ika et moi, frappant ensemble le Hyurgoth dans un éclair puissant pendant qu’Ika lui retenait ce monstre de force de son pavois. Il chuta en arrière lourdement, brisant le cristal de mémoire dont Runne avait pu faire usage pour gêné nos ennemis en leurs installant des sentiments inattendu. Nous avons fini par faire disparaître les influence de ce temple ,et nous restions étalés au sol pour la plus part en reprenant des forces. D’après les outils utilisés, les composantes avec le cristal, nombreux étaient des plantes et des fragments venant du marais des Morbols. Nous avons au moins notre prochaine cible. Afin d’arrêté leurs machinations avant de pouvoir enfin remonter vers la source du problème : Ce fameux sauveur. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 324
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 15 sept. 2021, 13:15

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Le Sauveur de la Lumière."

Image
Cent-soixante-neuvième Entrée – « Acte 3 – La bataille de l’Enchevêtrement.»
Image
« Informés de l’usage des éléments de l’Enchevêtrement, là où vivent les morbols du Mor Dhona, nous avons du partir inspecter les lieux afin d’en savoir plus sur ce que l’ennemi pouvait bien faire là-bas. Néanmoins, il fut plus aisé de comprendre qu’il y avait quelque chose qui cloche réellement que de parvenir à s’y infiltré tout en devant guerroyer contre les habitants monstrueux du marais. Un fleur se trouvait au cœur de la problématique, et si effectivement une fleur est normalement quelque chose de plutôt beau visuellement, il est vrai dans le cas où ses dernières ne sont pas des créations issues de la mémoire arrachée de personnes convaincues du bien fondé d’une cause monstrueuse – Du moins, l’était-elle de façade, puisqu’ils la nimbaient d’une bienveillance miséricordieuse en imposant le principe que tout ce qui fut de la peine sera oublié de part leurs désirs. Arrêté la création de tels plantes devait permettre d’empêcher la création de nouveaux temples comme celui où nous avons été en premier temps écrasés par ses défenseurs. Néanmoins, les rapports de Stanislas n’étaient pas encourageant, et ils risquaient de se couvrir derrière les Morbols par je ne sais quel procédé d’injonction identique à ceux utilisés sur les Nix.

Aussi appela t-il les Poussiéreux, des combattants du Thanalan, à l’aide. Notre équipe à pu alors se former à la porte Ouest du Glas du Revenant, s’y ajoutant quatre de mes compagnons – Finaen serait notre seul véritable soutiens magique pour une fois ! Accompagnés de Sorn et de ses outils de batailles. Mais la ligne serait tenue par deux défenseurs luttant en harmonies : Livio et Ika, toujours prompt à se battre côtes à côtes. C’est dans une ambiance plus saine que nous avons quitté le Glas, depuis que nous leurs avions apportés plusieurs de leurs amis sortant de la folie du Sauveur de la Lumière, ils avaient lentement regagner un peu de confiance envers notre cause. Son influence était toujours présente, la foi envers son idéal diminuait, et c’est sur cette impression que nous traversions l’étendue de route menant aux marais. Au passage, nous avons vu pas mal de caravane des poussiéreux ramenant leurs blessés, l’un expliquant à Finaen sous sa demande qu’ils avaient été attaqués par un Hrothgar ayant exigé d’eux de servir leurs causes et de devenir des élues.

Etant là pour les affrontés, ils s’étaient fait écrasés et ceux éloignés de leurs fleurs mémoriels apparus quand ils furent affectés par la magie du Hrothgar, mourraient lentement dans des conditions excécrables. Cela nous fit advenir au campement des poussiéreux, tout le monde étant déboussolés, des fragments de mémoire perdu et quelques blessures que Finaen et Ika guérissaient. Sorn observait les environs, voyant qu’un combat avait lieux plus loin, droit là où on voyait qu’effectivement les locaux étaient ponctionnés par les racines du marais leur volant lentement leurs souvenirs. Requinquant les soldats, leur offrant un peu de courage, nous ne pouvions pas resté bien longtemps dans ce campement dévasté où nous ne pouvions qu’observer les conséquences d’un combat que nous n’avons pu partagé. Stanislas était encore en train de se battre avec les siens plus loin, et une fois les analyses achevés, nous nous sommes rués droit vers l’intérieur du marais. Après un bref instant de course, les bottes boueuses et la puanteur omniprésente autours de nous, le chaos d’un combat perdu d’avance pour ses quelques braves nous frappa aussi tôt : Stanislas et les siens luttaient contre une horde de Morbol, l’un sortant de sa stase à côté de Livio en cherchant à le saisir, tous influencés par une sorte de balise de lumière visible au loin. Notre objectif était de l’atteindre avant toute chose, et nous avons commencés à foncé derrière un Ika dévastant le passage pour nous offrir une route direct vers notre cible. L’espoir revint pour l’avenir des Poussiéreux dont les renforts arrivèrent derrière nous dans un cri de bataille continue. La balance des forces modifiés par cet arrivage au milieu du marais écoeurant, la bataille de l’Enchevêtrement pouvait commencer.
Image
Profité de la trouée d’Ika était notre chance de ne pas rester cloîtré dans les combats pendant que ce fameux Hrothgar responsable de la création des plantes ait le temps de s’enfuir avec le fruit de ses récoltes. Pour la garder ouverte, Finaen créa une fissure puissante terrestre afin de levé les pierres suffisamment haute pour nous laissé passé en écartant les Morbols. Ses derniers, influencés, continuèrent d’essayer de se déverser malgré les blessures possibles qu’ils s’infligeaient eux même. Une grande déflagration apparut dans le visage d’un Morbol ayant dévoré un des poussiéreux, Sorn n’ayant pas apprécier cette vision et décida de le faire explosé de l’intérieur dans une douce vengeance pour le disparut. Livio et moi tenions le front pendant qu’Ika écartant un souffle risquant de s’abattre contre Finaen avec tout les connaissances sinistres d’un souffle de morbol.

Malgré un choc puissant que je reçue quand une des tentacules m’attrapa une jambe avant de m’exploser la figure contre un arbre mort. Un peu sonnée, soignée par Livio et Finaen, nous traversions la faille en laissant se poursuivre la teneur d’une bataille enragée dans notre dos pour découvrir rapidement après un passage dans les flots, un lieu qui serait merveilleux si il n’y avait pas autant de danger que cette puanteur locale. L’eau coulait autours de nous comme si nous étions encerclés par de petites cascades pures et agréable déplaçant les eaux du marais. Des milliers de lueurs dansaient doucement, d’un or paisible, sous l’influence d’un grand arbre au visage humain qui était glorifié par plusieurs élues du Sauveur. Ceux ci ne pouvaient que s’offrir aux prières et aux rites sous le commandement de deux prêtresses, des jeunes filles mutés par je ne sais quel procédé affreux qui flottaient légèrement au dessus du sol en les condamnant à suivre le rythme de cette danse au milieu des lumières. Tous se ruèrent vers des objectifs différents – Ika et Livio eux jaillirent vers le Morbol monstrueux portant quelques plaques d’armures et des lumières chaudes sortant de son corps autant que de ses tentacules.

La bête avait recouverte de ce pouvoir étrange, mais cela ne pu la défendre du coup d’épée puissant qu’elle reçue d’Ika qui bondit en tranchant les pousses de Morbols le recouvrant en risquant d’être une petite meute de créature très dangereuses si elle nous attaquaient en masse. Si il avait pu en tranché plusieurs, il tourna la tête un instant trop tard pour voir la pousse que son adversaire lui projetait, sur le point d’exploser. Livio sous la forme du Tigre blanc dans un éclair passa en vitesse en frappant la créature et ses rejetons, avant de bondir se mettre devant la pousse en volant plus loin dans la déflagration. Blessé, mais encore prompt à combattre, ils finirent par dévasté tout les deux le Morbol dans plusieurs explosions d’éther et des puissants coup de lame, ce dernier laissant apparaître une silhouette d’or de qui avait été sacrifié pour maîtrisé cette chose. Cherchant à clore le passage de force en le rejoignant, Livio profita qu’Ika retenait cette créature dévastée pour en finir pendant qu’Ika planta sa lame au cœur du passage vivant – une sorte d’accès clos par un Morbol agonisant modifié par leurs technologies. Tout s’effondra sur l’accès, et ils purent prendre un instant pour souffler avant de se prendre Finaen dessus. Ce dernier avait fini par empêché la récupération des fleurs mémorielles en bloquant les adeptes dans des énormes bulles d’eau, si ce n’est un Roegadyn qu’il avait simplement massacré avec des lames aqueuses.

Si il aurait pu poursuivre ainsi, nombreuses des fleurs furent emportés vers l’emplacement du Hrothgar et il chercha à tout prix à les protégés, jusqu’à être emporté lui même par les vents puissants avant de chuter sur Ika et Livio. Il ne nous restait qu’à les rejoindre, nous avions avec Sorn écrasé en vitesse les prêtresses dont l’une tenta d’emporter Sorn dans les cieux. Lui tirant dans le visage, il rechuta droit vers l’arbre en feu après la projection d’une grenade enflammée, cherchant à noyé cet arbre dans les flammes tout en récupérant la vieille femme enfermée dans l’écorce qui servait de catalyseur. Pour ma part, je faisais tout pour le protéger, mon sabre ayant coupé en morceaux les deux prêtresses malgré quelques chocs, cela éparpilla les élus qui n’étaient plus dirigés par quoi que ce soit que leurs esprits vidés. Il faudrait les ramenés, eux et la vieille femme, mais pour l’heure il restait encore les derniers fleurs lointaines arrivant vers le fond de l’Enchevêtrement. Après un instant pour nous retrouvé, il était temps de se mettre en route en vitesse pour en finir.
Image
Notre passage vers le domaine où s’était installé le Hrothgar et sa suite convaincue par le Sauveur n’allait pas être aussi difficile, en premier temps, qu’il n’y paraissait. Si au début, nous nous attendions au pire, vint à nous à la place des milliers de lueurs éthérés magnifiques qui tournoyèrent en laissant une impression de beauté et de grandeur sur leurs sillages. Les quelques lumières devinrent petit à petit une véritable rivière éclairée nous traversant de part en part en laissant une vague impression de splendeur dans cette vision presque spectrale. Pour une fois que celle ci semblait bienveillante, le seul doute me vint quand une impression fugace me traversa l’esprit : Ses lumières étaient-elles en train d’errer doucement ou de fuir ce qui leur avait donner naissance ? La réponse nous vint rapidement, quand d’un coup nous avons été emportés par les eaux, forcés de nous tenir convenablement dans la vague déferlante en tentant de garder nos appuis. Récupérant Finaen, Sorn laissa Gladys préparer son canon qui se mit à tirer sur des sortes de créations de métal ressemblant aux scarabées de la Mort de Fer, mais avec un aspect plus lisse et curieusement doux pour des machines de mort. Aidant Finaen à lancer ses sorts efficacement, il ne s’attendait pas réellement à ce qui allait lui arriver : Pendant que Livio tenait le front, protégé par les sorts d’Ika cherchant à créer des protections tandis qu’il avançait non loin de moi en brisant les machineries de nos lames. Nous avons vu Finaen littéralement s’envoler pendant qu’il démantelait les créations d’aciers au fur et à mesure. Et celle qui avait tenté d’arraché la tête de Livio, protégé rapidement par un bouclier de cristal dans une puissante lueur, et son responsable reçu brutalement Finaen en plein dessus qui la démantela avec un sort, non sans être un peu sonné.

En effet, Sorn l’avait projeté au loin involontairement quand il se prit à toute vitesse une pierre mouillée du marais en plein dans l’entre-jambe. Je pense que celle ci, il s’en souviendra, et aura une belle histoire à partagé avec Runne qui se faisait lui aussi une spécialité quant à se faire cassé les bijoux de familles par la malchance. Malgré ce moment confus, quand nous sommes arrivés sur place, je pris le temps d’observer les environs en laissant les autres remettre Sorn sur pieds quoi que penché vers l’avant. Autours de nous, des morceaux de métaux étaient tous disposés autours des roches formant un cercle parfait de conceptions magiteks fonctionnelle grâce aux élus attachés à ses dernières. L’écho de chant de chorale était aussi beau qu’inquiétant, car aucune des silhouettes ne semblait agité les lèvres pour émettre ce chant, qui toutefois permettait tout de même de créer des nouvelles fleurs de mémoires et ses feux-follets errants où des silhouettes des Poussiéreux erraient dans les cieux. Mais aussi l’une de Finaen, qui vit apparaître dans sa main une des fleurs de mémoire depuis qu’il à reçu un choc puissant.

Une spire ressemblant à une lance de la mort de Fer était au cœur de cet effet d’éther actif, mais plusieurs défenseurs se trouvaient sur notre chemin : Un amas de Morbol fusionnés autant entre eux que dans du métal dans une souffrance affreuse pour les bêtes fonçait vers nous, Ika et Livio de nouveau partant en vitesse à leurs rencontres en laissant Ika frapper de son bouclier jusqu’à planté sa lame dans la faille que Livio créa dans un puissant coup de pistolame. Il risquait après un choc ayant envoyé Ika au sol, de se faire écrasé, mais Livio jaillit et bloqua la jambe avant de laisser notre paladin devenir une crêpe au sol. Il pu voir Finaen saisit par le Hrothgar sortant du sol et de la boue comme si il maîtrisait le marais lui même, attrapant Finaen qui voulait détruire la spire avec une main de boue le torturait en serrant de plus en plus. Ma lame avec un éclair jaillirent, et libéra Finaen, permettant à Livio et Ika d’en finir avec le morbol : Ika se prenant un tir, perçu le manacutter volé par les adeptes du Sauveur et piloté par un Elezen et quelques croyants, tirant en salve sans cesse notamment vers Sorn. Il n’aurait jamais du visé Ika, car cela profita à Sorn de lui faire traversé de la proue à la poupe la machine avec un tir dévastateur de foreuse. C’était très peu ragoutant comme vision d’explosion de métal et de chairs. Mais au moins, c’était efficace, laissant la voie libre à Ika de frapper là où Livio avait laissé une grenade explosé dans le corps de la créature. Dévastée, s’effondrant au sol, ils purent se tourner vers le Hrothgar que j’avais taillé en pièce quand Finaen lui retira sa maîtrise de sa magie en le laissant à la merci de mon sabre.

Il était tenace, où je l’aurais coupé en morceaux ! Mais Livio fonça en avant en déchaînant le pouvoir de sa pistolame tout en écrasant son épée et de nombreux cristaux sombres contre le Hrothgar, en même temps que Sorn joignit une multitude de tir dans sa directement. La spire éclata derrière, privant le Hrothgar des lumières qui le renforçait, et nous ne pouvions qu’observer le terrible adversaire choir, ne laissant plus grand-chose de lui disparaissant au fur et à mesure, pleurant aux souvenirs retrouvés de son ancienne Reine que le Sauveur lui avait fait oublié. Éreintés, installés au milieu des flots, nous pouvions contempler les lumières partir dans les cieux retrouvés leurs possesseurs. Jusqu’à en voir une, avec une vague silhouette de Xaela, partir vers notre prochaine destination où nous pourrions essayer de sauver enfin la Xaela que recherche Ika. Mais pas un endroit très heureux : Les restes abandonnés du Castrum Centri. »
Akayane Kosenjobi.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité