[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 356
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 03 nov. 2021, 13:23

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"L’envol du phénix noir."

Image
Cent-quatre-vingt-dixième Entrée - « Acte 11 – Libérons un peuple du conflit. »
Image
« Si certaines missions se firent avec presque toute notre équipe, voilà quelques temps que les effectifs ne seraient pas grandement limités. L’épuisement, les blessures, la fatigue, l’intérêt de soutenir les arrières étaient autant de raisons de se retrouver bien amoindris avant de partir à l’assaut de la ville des Kazan. L’espoir que Saiko Kazan de rallié son peuple était encore entier, même si il doutait de ses capacités de le faire. Le chaos entraîné à Onoroko était encore un tourment dans son esprit, après avoir mené plusieurs des siens à la mort pour une cause folle tout en tuant des gens qui auraient du être des amis. Mais depuis que Runne lui laissa l’accès à Pot-au-Feu, le crabe de lave du couvercle l’ayant accompagné jusqu’à notre campement, il semblait de plus en plus redevenir quelqu’un de brave perdant la fébrilité qui ne lui collait pas bien du tout. Cela dit, nous étions tous relativement fébrile depuis l’accumulation de fatigue écrasante nous ayant plus qu’affectés ses derniers jours, et tous semblaient avoir du mal à être correctement éveillés. Pour autant, c’était le moment où la confédération était prête à frapper, et nous ne pouvions attendre trop longtemps : Tout instant concédés étaient des moyens pour nos ennemis de se préparé à notre venue et à nous écrasé au passage, ils avaient déjà eu beaucoup de temps quand nous allions le subir de plein fouet, aussi notre équipe pu rejoindre Saiko et Nobukoto qui se préparaient à partir. L’équipe fut alors constituée de Livio en tant que protecteur principal, aussi était-je heureuse de pouvoir de nouveau me battre aux côtés de mon bien-aimé. Comme toujours, les autres compagnons étaient Sorn, Runne et Finaen toujours prompt à agir quand les problèmes s’accentuent, mais nous étions conscient que Setska surveillait nos blessures et était là pour nous aider en cas de coup dur.

Toute cette petite équipe mise en place, rejoignant les combattants confédérés lassés de se trouver ici et plus qu’heureux d’avoir l’espoir de se sortir de là, les chariots furent déplacés avec les armes de guerres et les provisions d’arrières lignes où Aerlin pourrait sûrement s’occuper des blessés renvoyés à lui pendant la bataille. Progressant à travers un territoire de cendre et de poussière, tout le monde souffrait de ce passage surtout ceux qui n’avaient pas l’habitude de concevoir à quel point le couvercle des enfers pouvait fort bien porter son nom. Poussière, cendre, ils subissaient ce que nous avions vécu en allant affronter Arau et les siens, mais nombreux n’y étaient pas préparés. Sorn donnait l’exemple, montrant qu’il fallait mettre un masque pour que tous se protègent de la poussière pendant qu’il cherchait à faire quelques blagues pour remonter un peu le moral. Des chansons furent partagés quand Gladys se mit à en émettre, partagé par Setska qui aidait à poussé les chariots envers et contre tout dans ce passage plein de désordre. Avec Runne, nous récupérions plusieurs des plus jeunes qui ne faisaient peut-être pas suffisamment attention pour conserver l’idée de rester en vie, quand ils se laissaient glissé involontairement droit vers des failles magmatiques actives.

Il fallait les rassurés, et sans cesse les soutenir, surtout ceux qui souffraient le plus. Et tandis que nous les épaulions avec Livio qui vérifiait déjà les environs, Finaen lui était monté sur le crabe de feu pour parler avec Saiko afin de l’inspiré à faire bien plus que de se battre pour libéré les siens. De se battre pour les convaincre qu’être libre et de retourner auprès du Seigneur Hiei, régent de Doma, était la véritable solutions pour que le clan et leur vie périclite dans la paix et la sécurité. Conscient de son rôle, posant une main sur l’épaule de Finaen, il fini par descendre au moment où nous pouvions enfin voir le village de Fukuzori, là où le Clan Kazan gérait les locaux en des gouverneurs désormais parjures vis à vis du règne de Doma. Ils pouvaient être ramené dans le droit chemin, mais les confédérés aussi alliés de Hien soient-ils n’étaient pas là pour ça. Ils étaient là pour préservé leurs vies et leurs proches dans la Mer de Rubis, aussi cela animait entre Saiko et la Confédération, la même ardeur au combat. C’est quand nous descendions enfin du dernier passage de cendre et de poussière que les deltaplanes des Kazan passèrent en ravageant les montagnes derrière nous. Les explosions laissèrent place à d’énormes rochers qui fusèrent droit vers nous en provoquant de grandes déflagrations, des chocs puissants résonnant un peu partout à mesure que la roche noir essayait de nous atteindre.

Conscient qu’ils se mettaient en place, Saiko mena la charge avec Finaen l’accompagnant dans son cri de guerre et dans la ruée, infusant Saiko et ses guerriers d’une lueur d’un vent puissant nous menant tous vers le combat. En arrière, hors de question pour autant de laisser les roches faire un massacre, bien qu’une pierre ait écrasée un confédéré nombreux furent ceux qui les bloquèrent sur la route : Sorn faisant pleuvoir des tirs de feux d’artifices explosait les pierres avec habilités quand Runne les congelaient en les ralentissant de plus en plus. Toutes celles qui passaient finissaient sous le choc de la pistolame de Livio, se concentrant pour essayer de nous protéger le plus possible des chocs. Un flot de flèche des chariots des Kazan vinrent heurtés les roches tombantes que Setska avait utilisé pour offrir une couverture efficace, bien qu’au moins deux des confédérés furent happés par les traits. C’était terriblement moins que ce qui aurait pu se produire, mais toujours trop, aussi avons nous alors fini par foncer droit sur leurs défenses qui étaient encore fragiles au vie de la vitesse de notre arrivé. Les fusées explosaient un peu partout dans des chocs puissants, Sorn se déchaînant – ou s’amusant généralement ! Avant qu’il ne tire sur le Raen dont l’arbalète à répétition était un peu trop dangereuse. Après qu’il était blessé Setska au flanc, elle et Runne l’envoyèrent s’écraser contre un mur tout en commençant à créer la confusion chez les gardes de Fukuzori, alors que les affrontements étaient déchaînés maintenant.

Notre seul objectif : Rentrer à l’intérieur. Finaen comme souvent créa un bélier de roche qu’il envoya s’écraser de toutes ses forces contre les portes s’ouvrant dans un énorme choc, et les shikigami gardiens n’eurent pas eu le temps de faire grand-chose en découvrant le principe d’une pistolame de Livio peu après qu’il les ait recouvert de glaces avec quelques explosifs particuliers. Me protégeant et me libérant d’entraves de pierre, je l’aidais dés lors à nous fournir une grande ouverture dans la mêlée afin que tous puissent sortir du cœur de la bataille pour Fukuzori afin d’investir l’intérieur de la ville. Nombreux y étaient les problèmes, comme vous vous en doutez, mais nous y étions enfin.
Image
Peu envieuse que nous restions envahit par la poussière, Setska l’éloigna brusquement en tendant les bras, convoquant les vents pour s’en débarrassé rapidement en une bourrasque qui tournoyait dans tout les sens pendant quelques secondes en repoussant le nuage de fumée provoqué lors de notre arrivé et alors que les explosions s’étaient succéder un peu partout dans des déflagrations ayant du mal à cessé depuis notre entrée en ce lieu. Il faut dire qu’elle avait eue un côté magistral, mais nous étions bien loin d’être sorti d’affaire. La ville de Fukuzori devait être un endroit charmant et tranquille avant que nous n’arrivions pour brisé cette sérénité qui malheureusement n’apportaient que des maux à l’extérieur. L’eau coulait paisiblement autours de quelques autels d’un feu paisible réchauffant les environs, et nourrissant la terre de la bienfaitrice chaleur permettant de faire pousser les fruits de leurs labeurs. Tout inspirait un repos incroyable et les demeures de pierres blanches aux allures domiennes avaient quelque chose de réellement agréable à l’œil. Néanmoins, il était rapidement temps de concevoir la réalité de ce lieu : Il était en plein conflit, le sol parfois tremblait et de plus en plus de déchets s’accumulaient à mesure que les problèmes allaient devenir plus nombreux et plus grave alors. Néanmoins, ça n’est pas pour autant que Runne et Finaen allaient laisser dans la détresse ses pauvres gens en voyant plusieurs demeures en flammes tandis que deux prêtres du Temple du Feu noir arpentaient secrètement des allées pour laisser les locaux à leurs supplications afin d’appeler le Kami déchu pour les sauvés, mais à leurs façons. Consumant ceux les suppliant pour créer l’énergie incitant le Phénix noir à se rapprocher, Runne interdit l’une des transformations en jaillissant de nulles tout en envoyant des coups de pieds de plus en plus puissant contre ses deux opposants.

Il ne voulait pas d’un bain de sang au milieu des locaux, ce qui était tout à son honneur, mais l’un des prêtres fini par lui attraper la jambe pour le fracasser contre un toit d’une chaumière proche de là. Finaen avait pu en profiter pour éteindre les feux avec des eaux empruntes de purifications révélant les feux noirs qui furent brisés par la magie de Finaen, jusqu’à ce qu’un impact de magie sombre ne l’écrase dans une ruelle. Quelque fut sa rencontre perturbante avec les locaux, ils ne lui voulaient pas tant de mal, et il fit de son mieux pour que j’épargne en urgence celui que j’affrontais, en criant un appel au calme partout en ville qui coïncidait avec l’apparition de Saiko Kazan sur son crabe de lave. Tous arrêtèrent les combats, focalisés sur cette vision inespérés et sur les propos de Finaen, pendant que Runne s’attardait à congelé les deux prêtres en urgence. L’un fit tombé en cendre son camarade pour rentrer dans cette transe inquiétante en faisant naître les ailes de plumes noires enflammées, fonçant vers le fameux totem que nous avions enfin retrouver pour s’en nourrir et contre-attaquer. De l’autre côté, proche d’une tour de surveillance tirant des fusées droit vers nos alliés, je combattais les guerriers que Sorn n’avait pas encore brusquement enchaîné avec divers maintiens.

Ayant reçue une des fusées sortant de la curieuse pince de combat de la Raenne qui s’occupait des réapprovisionnement en matériaux de guerre, celle ci voulue se concentré sur Sorn qui fonçait vers l’intérieur de la tour, mais tout ça coïncidaient avec le discours de Finaen. Arrêtant les hostilités, j’eus le passage direct pour trancher et abattre notre adversaire au bras en pince de crabe pour la faire cessé immédiatement ses actes de cruautés avant qu’elle ne tue ses propres hommes pour lâcheté. Les explosions s’étaient tue, Sorn ayant décidé de les apaisés sans violence, reçu en retour juste récompense de les voir simplement s’arrêter maintenant qu’ils n’étaient plus forcés à faire du mal à des alliés en temps normal. Et nous avons tous pu nous focalisé sur la menace importance du totem : Ce maudit totem, symbole du sacrifice d’Arau, était en pleine activité au milieu de tout ce chaos en générant des ressources et des créatures sortant d’un sol de feu fracturé au milieu de la ville.

Les premières créatures, ayant fait tombé un confédéré dans la lave en une fin affreuse, furent rapidement congelés et brisés par Livio tournoyant au milieu de ses choses avec agilité et puissance. Même l’énorme et absurde être de feu et de lave voulant en sortir tomba dans le piège du pistosabreur provoquant une grande explosion de glace quand il s’approcha des rebords, congelés d’un coup, avant que ne tombe la pistolame qui le fit de nouveau choir de là d’où il provenait tout en condamnant le passage. Tous purent alors s’intéresser à l’état du totem. Setska qui s’opposait à l’élémentaliste dans un furieux combat de vent puissant affrontés l’air chaud des geysers manipulés par un Elezen en magnifique tenue orientale, n’avait pas l’air d’entrer en sa faveur. Voyant qu’il était lié au totem, elle cherchait au milieu du combat élémentaires de créer une purification pour que tous puissent parvenir au totem, et fut sauvée par l’apparition de Finaen dévastant la pierre noire qui allait l’écrasé un instant plus tard. Joignant leurs forces, comme deux danseurs tournoyant dans une parfaite synchronicités, ils purent purifier le totem suffisamment longtemps pour écartés tout les liens et le laisser plus que vulnérable aux assauts. Permettant en l’air à Sorn d’utiliser leurs propres fusées pour créer un véritable petit barrage qui fit explosé définitivement le totem en milles morceaux. En pleine détresse, l’Elezen récupéra les bouts avant que Livio prenant la forme d’un tigre blanc foudroyant grâce au totem des milles bêtes, ne l’écrase finalement brusquement au sol d’un coup de patte le rétamant à terre.

Paralysé, il ne restait qu’à se débarrassé du être, et il eu la malchance d’être prit dans la glace par Runne qui cherchait à le détruire de l’intérieur. Essayant de se venger au moins de Sorn, je pu intervenir avant en fendant de ma lame le sort prévu à cet effet et son porteur dans une lueur foudroyante. C’était fait, les combats avaient grandement diminués d’intensités, mais le responsable de la défense de Fukuzori avait décidé que ses plus loyaux sujets auraient à mourir plutôt que de se rendre à un fils illégitime à ses yeux. Bien décidé à ne pas laisser le malheurs prendre place en ce lieu, nous nous sommes élancés après quelques soins droit vers le sommet de la garnisons pour nous débarrassé définitivement de celui qui forçait les guerriers Kazan à se battre jusqu’à la mort.
Image
C’était déjà très motivant pour la suite, que Saiko Kazan jouait son rôle à merveille de libérateur et de porteur de la voie de son maître, le Seigneur Hien, légitime roi de Doma. Ralliant les locaux, protégeant les populations que la garde d’élite de la garnison semblait ne plus vraiment prendre en considération quand ils se mirent à tirer partout où se trouvait les envahisseurs quitte à tuer plusieurs des habitants dans les barrages de fusées. Runne essaya tout de même d’en détourné quelques unes avant qu’elles ne fusent pour qu’elles explosent dans les airs en des véritables feux d’artifices émettant des claquements puissants dans les cieux. Il fallait avancer, Finaen en fut le premier à partir à toute vitesse conscient que plus nous tarderions à intervenir, plus il y aura de risque de perte chez la petite gens de ce village. Rapidement suivi par tout le monde une fois que la fatigue et la douleur laissa place à un bref instant de guérison, Setska ayant offert quelques soins à Runne pour qu’il puisse marcher bien plus aisément. Ce sont dans les demeures plus riches et proche de la garnison qui créer le lien vers le petit palais des Kazan que nous avons du trouver notre chemin malgré leurs pièges. Si les lieux semblaient ravisant, bien que semblant être une sorte de confrontation pour savoir qui devait avoir la demeure la plus merveilleusement décorée, cela semblait aussi net qu’il y avait bien plus de dispositif de défense utilisant le feu liquide.

Si les coulées autours de nous semblaient décorative, elles furent rapidement déposés vers nous par des mécanismes en créant des barrages de feu liquide risquant de nous asperger si nous avions fait l’erreur d’être trop lent ou de ne pas les détournés. Le sol lui même en était enduit, et il nous fallait trouver des solutions que Runne et Finaen allaient nous offrir en grande partie : des passages de glaces et de pierre s’élevèrent en créant des plateformes pour s’y déplacé plus aisément. La glace de Runne fondait, mais ses vents détournaient les barrages rapidement en les éparpillant autours de nous en cherchant à empêché ce feu infâme de nous affecté tandis que la roche ne cessait d’apparaître une fois domptée par Finaen. Nous avions de quoi atteindre le sommet de la garnison, mais il restait la garde d’élite – des combattants des Kazan en armure bien plus ornementée et plus sinistres, leurs masques donnant l’impression d’être confrontés à des démons inquiétants. Bondissant au milieu de la foule, Livio était toujours sous la forme du Tigre blanc émettant des lueurs foudroyantes partout où les guerriers s’entassaient autours de lui. Ils allaient être trop nombreux et finiraient par le débordé, mais Finaen ne le fit pas de cette façons. Se concentrant pour lui créer une ouverture, dans un choc puissant de terre apparaissant autours de Livio en propulsant tout ses opposants un peu partout dans un terrible choc qui les fit choir pour le libéré de leurs emprises. J’intervins avec lui après avoir été écrasée dans une demeure, blessée et les côtes douloureuses, ce fut pour Setska et Sorn un instant de confusion puissant quand ils affrontaient le plus massif des adversaires qui portaient un canon lance-flamme dont l’embout était une tête de dragon hurlante.

Le feu jaillissant de la gueule du dragon tombait sur eux, alors que Setska essayait de retenir son souffle pour brisé le canon lui même tandis que Sorn avait tiré plusieurs fois dessus. Bondissant sur Setska pour la tenir, les deux furent éjectés par le feu frappant Sorn en priorité en les écrasant contre un mur. Miraculeusement, ou plutôt curieusement, Sorn s’en était particulièrement bien tiré sans blessures affreuses dues au feu comme si il avait simplement été propulsé plus loin. Tranché et son équipement dévasté, l’explosion du guerrier fut énorme, et nous avons pu peu de temps après ça rejoindre le sommet de la garnison où nous y attendait celui qui s’occupait de Fukuzori. Haokai, un immense Raen portant une tenue d’honneur, et un air arrogant. Le Yamaboto du Seigneur Kazan, son protecteur, sa voie, le diplomate qui avait du jadis tant passé de temps avec les samouraïs de Doma avant de ne pouvoir contempler son jardin qu’avec le regard du traître.

Il regardait le Palais de son seigneur dont le pont de feu, comme fait de roche volcanique, disparaissait pour ne interdire l’accès. Des pierres volcaniques tournoyaient devant lui comme un simple élémentaire puissant et magnifique, ondulant autours de lui dans son jardin paisible. Mais il se refusa à la capitulation et jura d’occire ceux qui avaient dérangé la paix de son jardin. L’instant d’après nous fonçait dessus une sorte de golem mécanique à l’intérieur d’une énorme armure domien de samouraï ancien. Progressant en écrasant sa lame contre un toit en dévastant la demeure, il fut brusquement esquivé par tout le monde fonçant vers les objectifs afin de sécurisé les lieux. Reprenant sa forme dans un bond, Livio attrapa l’épaule de la machine de combat de son grappin en fusant en l’air, laissant à Runne le soin de la dévasté encore et encore en infusant de flammes et de chaleur tout les mécanismes. Si intensément sous la présence du feu l’alimentant, qu’il y avait l’impression de faire fondre jusqu’à l’acier jusqu’à ce que le coup de Pistolame de Livio ne tombe de façons si terrible que cela émit un choc raisonnant dans une onde de choc dans les environs proche. Le golem chutant lourdement, notre protecteur bondit droit vers Sorn qui, au sol, risquait de se faire poignardée par l’Ombre d’Haokai – une Hyuroise en tenue de Shinobi qui venait de se prendre un coup de crosse de Sorn l’ayant retrouvé.

Avant d’être tué, Livio para brusquement le coup, la bloquant soudainement, permettant à Runne d’intervenir. Il venait de bloqué tout les sabres d’Haokai, ce dernier comme un marionnettiste manipulait les sabres qui tournoyaient brusquement dans tout les sens autours de lui dans une lueur de pétale de rose issue de la manipulation du Ka à son extrême. Runne et Finaen bloquant l’intégralité des lames qui cherchaient à tailler Setska en pièce, permettant à la Shamane des Steppes de poser sa main sur la pierre pour entrer en communion avec ses énergies, s’élevant lentement du sol en débutant sa purification pour brisé ce lien néfaste avec le Seigneur des Kazan. Dès que la Shinobi fut éliminée par Sorn, quand la foudre s’extirpant du sort de Runne ne la frappait sans cesse pour la paralyser et l’empêcher de fuir jusqu’à ce que le tir de Sorn ne la transperce brusquement d’un coup de part en part, la laissant choir dans le vide, nous nous étions chargés directement d’Haokai. Toutes ses lames se confrontaient à celles de Finaen, créant des lames vermeilles bloquant les sabres en l’air dans des combats innombrables au dessus de nous en permettant à Livio de frapper sans cesse de sa pistolame jusqu’à s’entre-blessé entre lui et le guerrier Raen.

Reculant soudainement, me permettant d’intervenir, c’est surchargé que ma lame pu frappé en délivrant tout le Kenki accumulé en laissant l’énergie du Getsu renforcé par l’éclat d’un éclair d’argent frappant avec mon sabre, tranchant Haokai – et la passerelle derrière, ainsi qu’un petit bout de la garnison tout en finissant dans l’eau sous un choc puissant. Il s’écroula dans une dernière prière au phénix noir. Le suppliant de sauver son Seigneur et de leurs offrir le moyen de laissé Doma réapparaître de ses cendres. Un calme plat fut découvert à la fin de ce combat, au loin, les clairons de la victoire de Saiko se faisait entendre. Nous avions libéré son peuple qu’il aimait tant, libéré d’un conflit qu’il ne désirait pas contre sa propre nation pour l’intérêt d’un Kami déchu. Nombreux étaient encore en vie, mais cela pouvait encore changer du tout au tout. Nous observions au loin le palais du traître, conscient que nous ne pourrions arrêté définitivement le clan Kazan qu’une fois ce domaine investit. Et le parjure de Doma, vaincu. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 356
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 05 nov. 2021, 13:41

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"L’envol du phénix noir."

Image
Cent-quatre-vingt-onzième Entrée - « Acte 12 – Le palais flamboyant des Kazan. »
Image
« Vivre à Fukuzori avait quelque chose d’autre étrange qu’agréable. Loin de ce maudit volcan où la cendre ne cessait de tombé, j’avais quand même l’impression de pouvoir enfin respiré correctement bien plus que ce que j’avais subie là-bas. Depuis la bataille de Ghimlyt, mes poumons avaient souffert des maudits gaz des impériaux en restant fragilisés depuis toujours sous surveillance de Moutah et Aerlin. Autrement dit, cet endroit malgré les regards étranges voir en colère de certains habitants, était un petit havre de paix alors que la menace de Ikuten Kazan, le Seigneur du Clan, restait encore entière. Nous observions au loin le palais tout en préparant les défenses face à une attaque qui pouvait advenir d’un jour à l’autre, sans que celle ci ne tombe une seule fois. Les flammes s’élevant dans les cieux étaient déjà suffisamment pénible pour nos nerfs je dois dire, mais rien de mauvais ne se déroula vraiment si ce n’est la nécessité d’apaisé les mœurs des habitants. Si de nombreux avaient acceptés Saiko comme successeur légitime et libérateur, beaucoup en doutaient encore et je les comprenais malheureusement. Une vie à servir un Seigneur ne change pas si aisément, même quand ses actions le guide à devenir un traître envers la couronne de Doma. Au moins, aucunes altercations n’eus lieu, et nous avons pu nous retrouvé à l’intérieur de la ville afin de nous préparer à rejoindre Saiko qui avait trouvé le moyen dans les pierres volcaniques purifiées par Setska de rouvrir le pont de pierre volcanique afin de nous offrir l’accès droit vers le domaine des siens.

Quelque soit la façons dont ça finirait, Ikuten était aller trop loin pour ne plus mérité cette confrontation qui allait être une grande épreuve pour y parvenir. Une grande partie de notre équipe pu cette fois se préparer aux combats – Kohaku et sa sœur Mitsuko nous porteraient assistance avec leurs invocations surprenantes. Tandis que la force magique était une nouvelle fois entre les mains de Runne et Finaen. Pour les ruées en première ligne, je serais en couverture avec Sorn de Livio prompt à nous protéger tandis qu’Aerlin serait là pour nous offrir force et soins. L’équipe était bien équilibrée, et nous pourrions nous entre aider efficacement ce qui allait devenir très vite nécessaire face aux nombreuses difficultés qui nous attendaient. Au moins, en ville, il y avait une ambiance particulière et plutôt agréable. Nombreux étaient ceux fondant des espoirs sur notre départ, même si les blagues de Sorn fini par lui attiré les coups de cannes d’une vieille femme lui disant de se tenir un peu comme le chenapan qu’il était. C’était presque amusant, mais ce moment de candeur et de tranquillité laissa un instant plus tard l’admiration de ce que préparait Saiko. Les pierres volcaniques flottaient lentement en l’air dans des lueurs enflammées, jusqu’à ce que le rituel ne commence. Même avec la présence des élémentalistes autours de lui, de l’aide serait la bienvenue et Kohaku ainsi que Runne, Finaen et Aerlin se mirent rapidement à suivre le rythme et à venir l’accompagné en diluant leurs éthers jusqu’à être mêlé par ce pouvoir qu’il animait.

Les yeux s’illuminèrent d’un feu surprenant ondulant le long de leurs regards, bougeant avec une synchronicité presque impossible si ils n’étaient pas connectés par quelque chose d’impensable jusqu’à ce que dans une ondulation au sol, le pont de pierre volcanique s’éleva de nouveau. S’extirpant de l’eau, jusqu’à fendre les flots, nous nous sommes directement mit en route en quête d’atteindre le Palais des Kazan. Une dizaine de minutes, voir un peu plus étaient nécessaires, mais ce n’est qu’une fois proche que l’ennemi préparé décidèrent enfin d’intervenir. La silhouette d’Ikuten Kazan se voyait de loin, déclara que la trahison sera punie de mort avant qu’il ne cherche à nous engloutir dans l’eau en révoquant le pont. Les cerfs-volants en formes de phénix noirs fusaient des cieux, faisaient tombés des vagues de flammes puissantes s’écrasant sur nous tandis que Sorn et Livio tiraient dessus pour les éloignés, laissant à Runne le soin de chercher à les déviés. Bien que Livio et Runne furent prit malgré tout dedans, au moins le pont fut préservé par les efforts de nos autres compagnons quand les deux sœurs usèrent de techniques rapides pour bloqué la roche en posant leurs mains au sol, Aerlin permettant aux pouvoirs de Finaen d’être suffisant pour bloqué la descente du pont vers les flots.

Chargeant ensemble envers et contre tout, les canons aux fusées étaient des plus dangereux et auraient pu ravagés tout les membres de la confédération et les combattants de Saiko derrière nous. L’un des canons explosa soudainement quand Gladys y déposa les explosifs de Sorn dans un mouvement des plus habiles, ce dernier récupérant sa tourelle en urgence. Tandis que Aerlin soulevait brusquement de nombreuses bulles d’eaux devant le tir de l’autre jusqu’à ce que la bulle soit brisé par un grand coup de lance du protecteur principal. Un être fait de feu tournoyant en portant une armure qui défendait l’endroit. Pendant que Aerlin valsa plus loin quand une fusée le frappa plein torse, la foudre de Mitsuko chuta droit sur les bulles d’eau en remontant droit jusqu’au second canon qui détonna dans un choc puissant en envoyant des décombres un peu partout.

Au moins c’était fait, et l’escalier sous les tirs de Sorn et l’intervention de Kohaku qui avait brisé les chaînes le retenant, nous offrait une grande ouverture. Runne et Finaen firent choir un immense flot de lames d’énergies entre le vent et les lueurs vermeilles s’écrasant brusquement sur les combattants protecteurs des Kazan. Si ils furent balayés par le gardien principal, je pu trancher le bras de ce dernier tandis que Livio venait de créer un choc puissant envoyant des adversaires valsés un peu partout sous un impact de sa pistolame au sol créant cette zone de ravage quand la foudre frappait un peu partout. Laissant Finaen percé son adversaire pour parvenir à traverser le passage malgré plusieurs coups reçu à Livio sur le passage, nous avons pu atteindre l’escalier en laissant Saiko vaincre les derniers protecteurs afin d’atteindre la première strate du Palais. Ce n’était que le début, le passage dans l’escalier recouvert de nombreuses ornementations guerrière liés au principe du feu ne donnait pas l’impression de progresser dans un lieu si dangereux que ça. Mais après la grandeur et la magnificence excessive de la noblesse guerrière. Nous découvrions le soleil tombant sur les hauteurs du Palais, proche de la grande porte qui pourrait nous mené droit vers le Seigneur Kazan.
Image
Vous vous en doutez, ça n’allait pas être si facile que ça. La porte splendide aux innombrables dorures avec de nombreuses ornementations n’avait pas vraiment l’air aisé à ouvrir, et je doutais qu’en frappant contre les poignets quelconques serviteurs ne viennent nous ouvrir afin de laisser l’accès. Lentement, s’éteignait les feux liquides qui coulait le long de ses dorures dans une lueur magnifique comme si ils coupaient l’accès et les moyens d’offrir une ouverture possible. D’autant que le protecteur fut convoqué afin de défendre l’accès en laissant une statue de fer prendre littéralement vie. Ce devait être une créature monstrueuse provenant du couvercle des enfers, un Lion à la crinière de feu ondulante dans des mouvements irréelles qui s’incarna d’un coup en progressant lentement vers vous, avant de se mettre littéralement à nous foncer dessus en poussant un grand rugissement quand le fer devint de la lave vivante. Il était grand temps de s’attaquer aux problèmes environnants, et ils étaient urgent : Autant la tour servant de sorte de point de prière et de sacrifice afin d’essayer d’attirer l’attention du phénix noir en cherchant à le faire venir jusqu’ici pour attiré les faveurs du Kami déchu, que la batterie de canon levés vers Fukuzori comme une façons de punir ceux qui avaient trahi l’hégémonie du Seigneur Ikuten Kazan. Mais c’est Livio qui au moins chargea droit vers le Lion afin de l’arrêté dans sa ruée, au vue de la différence de taille le résultat aurait pu bien mal finir mais le pistosabreur avait déjà quelques astuces.

Envoyant plusieurs de ses explosifs couvrant de givre, les pattes du lion se bloquèrent d’un coup coincés par l’amas de givre en permettant à Livio tournoyer pour écrasé sa pistolame en plein sur la figure du Lion dans une lueur de déflagration puissante sortant de sa lame. Il dominait l’affrontement, permettant à tout ses camarades d’agir à sa droite et à sa gauche notamment Finaen qui passa rapidement sous sa garde pour atteindre une sorte de fanion servant de braséro où le pouvoir et la légitimité des Kazan semblait y être gravé. Tandis que Livio se débarassait définitivement du lion, passant sous sa garde en enfonçant sa lame en plein dans la plaie précédente pour l’achevé malgré le grand coup de patte qu’il reçu en venant s’écraser brutalement dans l’escalier, quelque peu sonné, nous avons pu récupéré le fanion avec Finaen tandis que je tranchais en morceau l’un des Shikigami protecteur qui nous empêchait de l’atteindre. Mitsuko avait tarit en bonne partie les flammes, son invocation d’une sorte de serpent d’eau tournoyant autours permit à Finaen d’acquérir ce dernier et de se lier à l’éther se trouvant à l’intérieur. Le brandissant après un temps de concentration à créer une connexion avec les souvenirs et l’éther à l’intérieur, en tournant la tête, il constata que les Shikigami s’étaient agenouillés en se mettant à servir celui qui les avaient libérés de ce fardeau. Au moins, ce qu’il se passait à la tour des sacrifices s’était apaisé rapidement quand les prisonniers récents furent libérés. Des réfractéres, des soldats refusant les ordres d’abattre leurs propres proches pour leur seigneur. Tous finiraient dans le feu pour créer des sentiments suffisamment puissant dans l’éther afin d’attirer l’attention du phénix noir.

Runne arrivait au milieu des envoyés du feu monstrueux, tranchant et frappant en brisant les liens, ce sont les roches soulevés par Aerlin qui percutèrent sans cesse leurs adversaires en venant les écrasés sous un flot de levées rocheuses. Un seul en échappa, tant ils avaient agit rapidement et efficacement en abattant leurs adversaires à toute allure, mais c’était un seul de trop. Sous la panique en observant les deux compagnons libérés les prisonniers, il chargea à l’intérieur à toute vitesse de la bâtisse afin de rejoindre les flammes et surtout de récupéré ce qui se trouvait secrètement au milieu de la bâtisse. Ce qui permettait aux flammes de devenir d’un noir inquiétant, et de généré autant de souffrance et de lien avec le phénix noir. Quelque soit la façons dont ils avaient pu le récupéré, c’était bien un Hicor qu’il tenait entre ses mains, et les effets furent monstrueux en le désagrégeant en partie dans une lueur des plus inquiétantes. Se redressant dans un rugissement inhumain, il chargea droit vers Runne et Mitsuko qui tentèrent rapidement de l’arrêté. Le coup de sabre mêlé à la foudre de Mitsuko trancha en même temps que la rapière de Runne la tenant à deux mains pour frapper plus fort, le laissant en piteuse état.

Suffisant pour le bloqué, mais pas assez pour qu’il daigne s’effondrer au sol en se contentant d’émettre un nouveau cri d’horreur avant de frapper brusquement les deux compagnons dans des lueurs violines d’un sort puissant. Revenant à l’assaut, Aerlin souleva un grand pic de roche qui l’empala au fond de la bâtisse, lui permettant lentement de se désagrégé sous l’influence de l’énergie entropique du Hicor, n’en laissant alors que poussière. Au moins de ce côté, c’était fait, et Sorn ainsi que Kohaku eux avaient pu empêché les canons de faire feu vers la ville. Invoquant un sanglier avec un cache œil qui émit comme un rire, la bête chargea en avant en s’écrasant contre les canons après la démonstration d’Omnyojutsu de haute volée. La bête repoussait les canons à toute vitesse jusqu’à ce que Kohaku parvint à repoussé une Hyuroise qui se tenait sur un Anala en lui laissant poussé un petit cri de surprise. Attrapant un outil de réparation pour les canons, elle se rua vers Sorn en laissant son Anala attraper Kohaku par la gorge quand cette dernière le poignarda de ses deux lames. Conscient de sa perte, la créature se jeta du haut du rempart en tombant avec Kohaku, risquant de choir à cause de son état provoqué par la strangulation, elle fut récupéré par Kojiro, le crapaud apparaissant d’un coup dans un grand nuage de fumée pour la mettre en sécurité en ne cessant de râlé sur son inattention. De l’autre côté, Sorn avait fini par convaincre la Hyuroise qui se mit à pleurer, comme si elle ne savait plus du tout ce qu’elle devait faire, entre l’obligation de tirer sur son propre peuple et celui de servir son Seigneur. Elle s’effondra en sanglot, avant qu’Ikuten au sommet de son palais ne cherche à la punir.

Ne réfléchissant pas vraiment, je me ruais au devant de la frappe pour essayer de la dévié de ma lame, mais elle fut trop puissante et je n’eus pas le temps de me préparer réellement. Quand elle frappa, ils furent indemne, mais je m’écroulais au sol sous l’effet de ce coup dévastateur. Reprenant vaguement conscience un instant après, quelques secondes s’étaient déroulés à peine, observant Aerlin et Runne autours de moi tandis que Sorn me soutenait. La colère, une rage insatiable de faire punir cet homme qui lentement rentrait dans sa demeure m’animait de plus en plus, tandis que Finaen guidait les Shikigami pour ouvrir la grande porte. Les coups du sanglier de Kohaku contre la porte animait mon cœur d’une impression monstrueuses de chocs répétés faisant naître en moi un désirs de justice effrayante au fond de mon crâne. Il devait payer, quel qu’en soit le coût, et je désirais m’assurer que cela soit expéditif.
Image
C’est peu après l’ouverture de la porte que je me suis mise à me rué droit vers l’intérieur du palais. Bien que les chocs du crâne du sanglier qui était en train de s’assommer petit à petit lui même en s’écrasant la tête contre la porte jouait sûrement à son ouverture, c’est quand Finaen brandit l’étendard tout en voyant les deux Shikigami planté leurs sabres à l’intérieur des vases en nourrissant de nouveau la porte du feu liquide. Jusqu’à ce que les nombreuses dorures s’illuminent brusquement, reluisant d’un brillant magnifique en laissant voir des antiques histoires qui allaient réapparaître tout le long des couleurs en des peintures et statues remontant droit vers l’ère où les Rijins rallièrent les clans à la fondation du royaume de Doma. Quel honneur y avait-il pour Ikuten, que de balayé toutes ses années d’histoires en trahissant les promesses du ralliement il y à des centaines d’années de cela ? Ouvrant ses battants quand Finaen acheva le rite, les portes s’ouvrirent en grand dans un dernier choc du sanglier sonné quelque peu en vacillant en allant de droite à gauche sous l’effet du coup, et tous vinrent à ma suite.

Dans mon état, j’étais bien trop perturbée pour être rationnel et la surcharge de ma lame et de la foudre frappant autours de moi devenait des plus dangereux pour les servants et civils à l’intérieur qui ne voulaient sûrement pas être prit dans la déferlante. Aussi nombreux de mes compagnons mirent les locaux en sécurité loin de mon possible courroux, et alors que j’écris ses lignes, cela m’étreint encore un peu l’esprit que d’avoir été certainement la menace qu’ils prirent le plus au sérieux lors de l’intensité de ce passage chaotique. Kohaku proche de moi déviait comme elle pouvait la foudre d’argent frappant ici et là, envoyant les éclairs déviés droit vers les protecteurs – des guerriers domiens en armure d’honneur mêlés d’or qui cherchaient à suivre l’énorme protecteur Roegadyn me faisant pensé à Ugumori en traînant son kanabo derrière lui. La foudre frappant dans la masse brusquement, seul Runne qui cherchait à les repoussé tout en mettant en sécurité les civils fut balayé par un grand coup de Kanabo en plein dans le ventre en l’envoyant s’écraser dans une pièce après le mur de papier en laissant de la poudre du maquillage des jeunes dames qui se pomponnait dans leur salle de repos. Au moins nous n’avions pas eu tant de soucis avec les pièges, Aerlin soulevant les flots de la mer environnante pour attiré un flot aqueux soutenu par la silhouette élémentaire de femme venu à sa rencontre, éteignant les pièges un peu partout que Finaen bloquait avec le flambeau ardent comme si il légitimait notre apparition en ce lieu avec l’usage de cet étendard.

Utilisant les souvenirs gravés à l’intérieur, laissant parfois des silhouettes d’anciens membres des Kazan lui permettant de trouver divers emplacements à clore pour permettant aux habitants de fuir autant que pour bloqué le passage à des membres de la garde d’or. Quand l’un fut littéralement fendu en deux par une grille, le cri étrange de Gladys se fit entendre en tournoyant en rond un peu partout, se frappant ici et là en passant proche de Mitsuko qui assaillait les guerriers en bondissant d’un coin à un autre pour atteindre le sommet où pouvait se trouver Ikuten Kazan. Percutant le kanabo de l’énorme protecteur, l’empêchant de frapper Kohaku presque involontairement avant de lui voler son arme, j’avais fini par reprendre mes esprits quand Livio vint essayer de m’aider rapidement pour m’en remettre. Et bien que j’avais pu remettre mon esprit en place après la tuerie de plusieurs des gardes, le Roegadyn massif eut le malheurs de se retrouver sur mon chemin en fonçant vers Livio pour écrasé ce dernier. Déchargeant ce qu’il me restait de force, tranchant ce dernier en deux en laissant un éclair frapper avec la lame, nous avons tous pu finalement atteindre la salle de la stèle servant de trône à Ikuten où il nous attendait. Tous arrivant ensemble après avoir pu mettre les civils en sécurité, nous observions les environs en découvrant que le ciel n’était pas du tout semblable à celui que nous avions quitté en rentrant dans le palais. Le ciel était comme nimbé de flammes, le rendant obscure au sommet du monde tout en donnant l’impression que l’horizon flamboyait et que Doma brûlait. La silhouette du phénix noir tournoyaient au loin de là, émettant quelques hurlements de douleur, d’une souffrance sans fin, dans une sorte d’amas illusoires d’un monde chaotique. L’énorme golem de pierre volcanique et de feu progressa vers Ikuten, un temple greffé sur le dos, permettant au seigneur domien de s’y installé en levant son sabre vers nous. Promettant de faire prévaloir son honneur, et sa force, à ceux qui ont osés le défié.

Il n’avait pas l’air de le voir, mais l’ombre d’un Hrothgar portant une marque de vermeille se trouvait non loin de là, émettant un ricanement en se préparant à l’aider à nous défaire. Mitsuko et Kohaku foncèrent vers lui pour s’en débarrassé en vitesse, laissant le Hrothgar croire que Mitsuko seule lui arrivait dessus en voyant une couche de glace apparaître sous ses jambes pour le coincé. Ce qui permit à Kohaku de frapper brusquement à l’arrière de ses genoux en le faisant s’écraser contre le sol sous le choc. Ricanant, ignorant la présence de Kohaku dans son dos, il tendit la main en créant une brume noire derrière Mitsuko en laissant apparaître comme des griffes attrapant les bras de Mitsuko en cherchant à la démembré. S’échappant rapidement dans un nuage de fumée, les deux sœurs unirent de nouveau leurs forces en attrapant la tête du Hrothgar qui maintenant le sort, jusqu’à ce que Kohaku le décapite net de ses deux lames, ayant vaincu leur adversaire avec force et agilité, mais aussi cohésion de famille.

Ce qui nous ouvrit la voie pour en finir avec Ikuten et son golem. Bondissant au dessus avec Runne, nous nous opposions à sa lame ce qui devint aisé quand Runne le désarma soudainement d’un grand coup de sa rapière contre le sabre du seigneur. Il créa entre ses mains deux lames de pierres volcaniques pour pouvoir se défendre, mais il était de plus en plus acculé à mesure où nous le frappions de nos lames, le blessant plusieurs fois. Regardant en arrière, il récupéra son épée après nous avoir repoussé douloureusement, avant d’envoyer les deux lames créer pour blessé Finaen qui se trouvait en bas, venant purifier la stèle en détruisant les marques infâmes qui s’y trouvaient. De nouveau pure, reluisante d’un blanc magnifique, il chuta au sol quand les lames vint le frapper avant de se concentré pour créer d’innombrables lames de vent qui vint l’assaillir. Ikuten était débordé, il avait pu blessé Runne à la cuisse d’un grand coup de lame, mais son coup ne pu m’atteindre quand le Kanabo que portait Gladys chuta contre son épée. Nous offrant une ouverture, nous avions frapper ensemble avec Runne en croix, le laissant choir lentement au sol, terrassé par cette frappe qui intervint en même temps que la chute du golem-temple. Ce dernier avait été assaillit par Livio, dont chacune des frappes étaient forcés par Aerlin émettant une grande lumière d’éther terrestre pendant les coups de la pistolame en les rendant bien plus ravageur en produisant de petites explosions quand il écrasait sa lame sur la roche. Sorn s’empressait de tirer dans les moindres des passages possibles en dévastant un peu plus là où Livio écrasait son épée, traversant le golem de part en part. Même si il ralentissait, affaiblit par ce que provoquait Aerlin, il faisait écrasé ses bras énormes en repoussant Aerlin tout en venant balayé Sorn qui s’écrasa contre une stèle de pierre blanche éclatant sous le choc.

Propulsant le Teclis droit vers Livio, qui se rua vers le golem peu après qu’Aerlin ait essayé de littéralement le décapité dans un excès de violence et de pouvoir surprenant, il fit jaillit de sphères de cristaux une lueur flamboyante puissante, tout les morceaux du Teclis de Sorn émettant une lueur bleuté le renforçant, permettant comme l’avait fait Hai Ito de laisser apparaître un phénix de feu flamboyant jaillir et brisé le golem en milles morceaux envoyant ses décombres un peu partout. Le ravage avait été intense, et il ne restait dès lors rien de plus que de restes s’effondrant en même temps que le ciel redevenait commun tandis que la silhouette lointaine du phénix noir s’éloignait de plus en plus. Saiko avait pu rejoindre son père, assistant aux derniers instants de celui ci témoignant de la fierté de voir son fils écarté les brumes de sa folie et de son désirs pour prendre sa place comme un vrai Kazan l’aurait fait. Il resterait encore bien à faire pour Saiko afin de devenir le seigneur d’un domaine de Doma calme, et honorable. Mais c’était déjà un bon début, et nous contemplions les cieux blessés que nous étions, satisfait d’avoir pu sauvé le devenir du clan Kazan. Mais tout aussi inquiet à l’idée de notre prochaine objectif : vaincre le Phénix noir lui même. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 356
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 08 nov. 2021, 11:08

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"L’envol du phénix noir."

Image
Cent-quatre-vingt-douzième Entrée - «  Acte 13 – Un voile de noir et de blanc.»
Image
« Les deux derniers jours furent des plus reposant. Il faut dire qu’avec le mauvais coup pour protéger Sorn, j’étais encore difficilement remise aussi bien physiquement que mentalement. Non pas que mon moral pouvait être aisément éprouvé, mais la difficulté était que j’avais grand mal à parvenir à me concentré sur quoi que ce soit depuis qu’un dangereux ennemi avait chercher à me taillé en deux. Hors, alors que nous profitions enfin petit à petit d’une ville reprenant des couleurs – aussi ironique cela soit face aux menaces d’aujourd’hui. Il fallait bien entendu que les problèmes arrivent d’eux même tandis que ceux convoitant le pouvoir du Phénix noir se font de plus en plus nombreux. Aussi était-il temps de s’intéresser au cœur du problème : Kurokazi Uryuki lui même, l’investigateur de tout ça. C’est en Isari que provenait l’appel à l’aide, et pas simplement une demande d’aide à cause d’une attaque ou d’un problème mineur. Le Kami déchu s’était posé en ville, et pendant un certains temps, laissant des empruntes monstrueuses dans l’éther autant que dans les demeures. La confédération ne préférant pas envoyé de front un navire sans avoir quelques experts en la matière, nous n’avons pas pu faire venir une grande partie de notre équipe habituelle. Au moins ceux prêts à agir furent disposés à partir en mission : Et ce fut le trio magique presque habituel ! Runne, Finaen, accompagnés de Lucian portant de nombreuses capacités possibles de compréhension et de destruction de la magie impure. Aussi serais-je là pour veiller sur eux, mais il y avait surtout l’assistance d’Aerlin qui depuis nos combats contre le Tree Barar avait une certains expériences concernant la purification, et elle serait plus que précieuse. C’est sur le navire nous conduisant sur place que nous avons passé la matinée.

Ça n’était pas la journée la meilleure qui soit, d’autant que la place était limité entre le petit équipage et notre équipe. Heureusement peut-être que les autres étaient encore à Fukuzori et que nous étions la première vague de compagnons à atteindre Isari, où nous nous serions quelques peu entassés dans les cabines. Cela n’aurait pas été si désagréable avec Livio, mais je m’égare ! Nous avions donc profité du temps passant jusqu’à voir la côte orientale d’Othard apparaître petit à petit tandis que nous profitions enfin du visage des rebords du royaume de Doma. Et cela aurait certainement pu être dans de bien meilleures conditions, si il n’y avait pas ce voile de misère qui s’y était déposé. Les sanglots de quelques marins se firent entendre, proche de nous, installés sur un bateau de pêche que les couleurs semblaient désertés. Plus nous nous approchions, plus le monde si ce n’est notre embarcation et nous même avait l’air de ternir en des nombreuses nuances de gris. Rapidement, nos compagnons magiciens débutèrent des purifications d’usages notamment Aerlin qui étendit les flots sur les abords du navire en cherchant dans l’éther environnant des moyens de nous en purifier rapidement. Alors que Finaen et Lucian guettaient les environs en se protégeant mentalement des miasmes environnantes, Runne lui agita un curieux colifichet me donnant l’impression d’avoir bu une limonade avec Grob.

Quel curieuse sensation, mais celle ci eue l’effet de me sortir un peu de cette stupeur malsaine pour me concentré sur de la simplicité, aussi cela semblait être l’objectif, puisque les marins se réveillaient un peu. Le pont tomba sur les quais abandonnés, nous laissant descendre dans un grincement du bois pour contempler un environnement des plus affectés. Les habitants semblaient à des fouineurs fuyant aux moindres mouvements brusques. Ce n’était absolument pas plaisant de les voir ainsi, et Runne cherchait déjà à ramener les couleurs dans les environs en faisant éclatés quelques lueurs vermeilles un peu partout. Cela empêchait les planches de bois d’être manipulés par un pouvoir inquiétant, les déplaçant brusquement en distordant la réalité environnante en nous forçant à trouver nous même nos chemins.

Concentrés sur l’usage de la roche, Aerlin consolida le chemin de pierre de Finaen afin de passé outre les obstacles tandis que je tranchais net les plus gênant. Ils eurent autant le temps de découvrir que l’on avait arraché un morceau d’éther important dans la psyché des habitants, comme si ils s’étaient fait mordre l’esprit par quelque chose ayant éparpillés leurs pensées. Ce qu’étaient devenue leurs pensées, nous apparurent que trop vivement une fois avancés quand Lucian découvrit hors des ombres noires qui encerclaient un monde devenu noir et blanc. S’extirpant lentement du sol, le long d’une plage étrange, des formes sans aucunes textures jaillirent en nombre afin de s’opposer à notre arrivée. De taille différentes, elles avaient les vagues silhouettes d’habitants locaux sans en avoir d’autres réels attrait. Là était bien l’aspect sinistre de leurs apparitions, ses choses ne ressemblaient à rien d’autre que des apparitions du malheurs aux griffes comme les serres du Kami maudit qui les à fait naître. Cette fois, point de chance de palabre pour les ramenés à la raison, ils n’étaient que sentiment négatif et éther corrompu agglutinés en des façades mortelles, mais nous devions absolument atteindre la source qui générait ce pouvoir qui ne devait plus être loin, au vu de la curieuse tempête d’encre noire.

Sans crier gare, les javelots mauves cristallins de Lucian fusèrent brusquement en s’écrasant contre les premiers à nous foncés dessus, interrompant d’un coup net l’avancée qui se voulait fulgurante. Veillant sur son camarade, Aerlin interdit les représailles qui allait lui être porté en bloquant d’un coup la vague de miasme fonçant vers lui en convoquant la silhouette de l’Arbre blanc dans son dos s’élevant haut dans le ciel en créant une trouée dans les nuages. Là où la lumière rechutait, les couleurs revenaient et l’élan de purification bloqua soudainement l’ensemble de nos cibles. C’était le bon moment pour Runne et moi d’intervenir, ma lame en tranchant un bon nombre en progressant jusqu’à ce que l’adversaire bien plus massif qui allait être purifié par Finaen quelques instants plus tôt, ne nous balaie avec Runne en projetant son poing et un élan de ce liquide noire comme un ectoplasme macabre nous envoyant paitre plus loin. Peu après la purification du grossier opposé dans des lueurs de lys le dissipa, Finaen vint me récupéré alors que dans ma tête revenant l’élan de colère et de manque de lucidité provoqué par l’énergie environnantes. Peu désireuse d’en revenir au même état que j’eu au palais des Kazan, c’est volonté que je le laissais lui et Runne m’offrir leur support avant de progresser droit vers l’intérieur de la ville. Traversant la plage et les quelques derniers ponts, nous étions sur le point de découvrir ce qui avait fait tombé ce voile de noir et de blanc. Tout cela en découvrant au dessus de nos têtes, une presque tempête aux allures de conte de fée peu rassurant.
Image
L’effet donnait l’impression d’une tornade qui aurait été dessinée dans une estampe d’Hingashi. C’était particulièrement proche puisqu’il s’agissait d’encre tournoyant au dessus de nos têtes, formant des arabesques magnifiques mais ne perdant pas de ce côté austère face aux nuages blancs au dessus de nos têtes, comme si le monde en était bien plus chaotique. Les demeures n’avaient pas spécialement tant souffert que ça du passage du Phénix noir. Il y aurait besoin de quelques réparations, mais la modification du bois par l’influence locale était ce qui semblait avoir provoqué le plus de dégât sur les structures. Malheureusement, c’était une raison de plus pour agir vite avant qu’ils ne fassent de trop de parties de la ville du petit bois étalé au sol en formant des barricades pour nous arrêtés. Progressant rapidement en atteignant finalement l’intérieur de la ville, nous y retrouvions aisément ce qui avait formé un tel effet étrange qui avait frappé la ville : Comme une flèche ayant transpercé la terre elle même, une plume du phénix noir gisait directement dans le plancher enfoncé jusqu’à la terre elle même en produisant un effet d’énergie malsaine des plus puissantes. L’aura qui s’étendait créait comme des sphères qui venaient se servir chez les habitants d’une partie de leurs essences afin de créer les silhouettes noires qui rôdaient dans les environs en donnant l’impression de danser tant leurs mouvements erratiques semblaient presque gracieux.

Aussi me dis-je que Runne avait raison de pensé directement à Tsakyoki, le démon des émotions d’Himitsu no Taki, en voyant cela. Malheureusement, les effets du nuage noir étaient bien différents et plus monstrueux encore, mais ça je pense que tôt ou tard nous serons amenés à le découvrir de nouveau. Et arme en main. Cela dit pour l’instant il nous fallait intervenir rapidement et notre équipe s’est détaché pour s’éparpiller vers nos nombreuses cibles – Lucian débuta rapidement en venant nous couvrir des Lupins se trouvant dans les hauteurs. Ils portaient la tenue symbolique du temple du feu noir, donc en rien des personnes très fréquentable, et ce fut relativement moins le cas une fois que Lucian en calcina un en créant une sphère de feu mauve ondulant le long de sa carcasse pendant que le second esquivait brusquement. Des flèches se plantaient sans cesse un peu partout à mesure qu’il cherchait à atteindre Lucian en vain, jusqu’à avoir une ouverture quand le mage se tourna droit vers Aerlin qui luttait avec les ombres pour les gelés. Ce temps lui permit de le rattrapé, et les deux s’attrapèrent à la gorge en même temps. Ce combat fut remporté par Lucian dès que les explosions d’éther neutre de Runne frappa le Lupin en plein visage, laissant Lucian consumé notre adversaire en le vidant finalement de son éther. Là où Lucian avait provoqué le gel, un important combat avait lieu entre Aerlin et les ombres.

Pour nous ouvrir le passage, il avait décidé de créer une importante lueur d’argent en récupérant le pouvoir de l’Arbre blanc pour se déchaîné sur nos adversaires environnants. Broyés par cette lumière laissant naître d’innombrables feuillages blancs sous l’influence du puissant élémentaliste, il redressa son bâton – le sceptre noueux, le fameux ! Droit vers le Prêtre que Runne affrontait. Empêchant ce dernier de massacré Runne avec un sort qui tournoyait autours du miqo’te peu après que ce dernier n’ait transpercé un de ses serviteurs en cherchant à le repoussé avec des vents violents. Cela agaça suffisamment le Prêtre Elezen, portant un autours oriental du feu noir, pour qu’il ne réanime l’énergie des créatures qu’Aerlin avait balayé. Totalement encerclé, c’est là que Lucian congela les ombres en permettant au moment du choc puissant d’Aerlin de créer une onde de lumière blanche qui les balaya tous en n’envoyant plus que des décombres valser un peu partout. Ils ne purent revenir cette fois. Car Finaen avait fini d’extirpé la plume du sol. Sa première tentative avait était dangereuse, et les éclats d’énergies noires cherchaient lentement à corrompre son esprit. Abandonnant l’idée de la sortir dans l’immédiat malgré le début du purification, il se concentra pour créer une puissante énergie purificatrice qui utilisa la plume comme focalisateur jusqu’à créer un rayonnement droit vers les cieux. L’ouverture dans les nuages généré par le sort d’Aerlin s’en retrouva renforcé, et partout des petit trous autours de celui formé par notre camarade gridanien, commençaient à s’ouvrir en chassant le voile de noir et de blanc qui maudissait les lieux. Il avait réussi.

Dans les fait, la malédiction était levée, lentement Isari allait reprendre des couleurs au sens propre et figuré autant que les maux s’estomperaient petit à petit. Mais au vue de la cloche en un cercle parfait qui restait dans les hauteurs, c’était loin d’être fini d’autant que nos ennemis autours de nous n’étaient pas tous vaincu. En profitant, Aerlin pu créer un élan de guérison puissant qui soigna mes blessures avec celles de Finaen pendant que j’affrontais ce qui ressemblait à un ogre. L’Oni monstrueux attiré par de tels pouvoirs ricanait grassement et je me promis de le faire taire de ma lame si il le fallait. Après bien des blessures, il me fit traversé un mur brusquement en me pensant réduite en pulpe. Monumentale erreur pensais-je, quand il attrapa Aerlin en ouvrant grand sa gueule avec pour objectif de dévoré le Gridanien, ma lame le frappa de nouveau en lui scindant la tête en deux avant que ça ne soit le tour de son bras et de son ventre. Une destinée bien méritée pour un être aussi immonde, et cela correspondait bien avec la chute du prêtre que Runne pu harcelé d’interruption puissante.

Coupant tout les sorts du Prêtre sans cesse, jusqu’à le transpercé de sa lame plusieurs fois jusqu’à se débarrassé de lui, il en fut plus qu’efficace et malgré les infusions d’énergies infâmes qui le renforçait. Il ne pu que périr en montrant du doigt ce qui nous fit tous une sueur froide dans le dos. En regardant dans cette direction, pendant que je le relevais Finaen qui avait été éjecté au sol par une explosion d’encre en transperçant une des sphères de malédiction qui continuait d’errer, nous ne pouvions qu’observer la tentative désespérée de quelques fous cherchant encore et toujours à amener sur eux les faveurs d’un Kami qui n’aurait jamais du avoir quoi que ce soit de « divin » : Une colonne d’énergie sombre fusaient vers les cieux, l’infusant de flammes noires dansantes dans les airs en essayant d’attirer l’attention une nouvelle fois du Phénix noir. Le Seigneur Kazan et même Qao avaient essayé de produire pareil effet, sans réel succès. Mais ce qui étaient d’affreux avec ceux venu en Isari, après tout les maux subi dans la mer de Rubis, c’est qu’eux avaient certainement appris de leurs prédécesseurs. Et avaient fini par créer une sinistre vérité : Eux avaient fini par avoir mes moyens de convoqués le phénix noir, et n’allaient pas se privé pour recommencer afin de plonger de nouveau Isari dans la malédiction dont nous venions de la libérée.
Image
Ma blessure me faisait encore mal, comme une gêne intérieur que rien ne soulage vraiment en cherchant à vous rappeler qu’il n’y à pas si longtemps on souffrait encore grandement. Tous récupéraient des fioles de leurs besaces, aussi décidais-je de faire de même en profitant de cet amusant rituel de récupération d’aventuriers conscients de leurs états, mais qui n’avaient qu’une chose à accomplir encore : Avancer pour ne pas que la situation ne soit bien pire que celles qu’ils essayaient de résoudre. Laissant les quelques habitants sortir de leurs demeures, confus mais commençant à être des plus heureux de se sortir des miasmes de ce qu’il venait de se passé, notre seul objectfi était dès lors de nous rendre droit vers ce qui semblait animé de quelques problèmes important : La surprenante sphère ayant tout de même un effet magnifique. Bien qu’il y avait au dessus cette colonne de flamme noire attirant le phénix, la sphère elle même donnait l’impression d’avoir capturé un petit soleil qui brillerait de milles feux à l’intérieur en tournoyant doucement avec une impression fantastique d’une grandeur miniaturisée. Progressant dans sa direction, nous nous sommes donnés pour rôle d’urgence d’arrêté ce qu’il pouvait bien se produire là-bas.

Mais il fallait se confronté au fait que le mal ne s’était pas encore entièrement échappé du lieu que nous étions en train d’essayer de purifier. Prenant sur nous de soutenir quelques locaux au passage, il fallut observer les pierres se déplacés brusquement en coinçant des accès quand le bois répondit à son appel. Bondissant d’un toit à un autre, passant rapidement le long d’escalier pendant leurs mouvements, traversant les toileries magnifiques qui s’illuminaient à notre passage, ce trajet fut des plus splendides et aurait été des plus agréables si il n’y avait pas un danger de mort sous entendu au moindre faux-pas possible. Rapidement, nous avons fini par atteindre le sommet non sans devoir nous confrontés physiquement à quelques adorateurs parjures. Lupins et Humains venant de Yanxia mêlaient leurs talents pour l’intérêt du temple du Feu noir, dans des autours sinistres, ils recurent ma lame avec peu de joie ce qui rendait les coups de genoux de Runne digne d’un bon samaritain afin que certains survivre même inconscient. Ils n’auraient sûrement pas été suffisant, ses coups de genoux, sans la maîtrise des vents puissants d’Aerlin et Finaen essayant de les éjectés de notre route. Ainsi la plus part déstabilisé furent prit dans les tourments aériens les envoyant valsés un peu partout dans des intenses chocs verdoyants provoquant un effet de lumière aussi puissant qu’agréable. Ce combat sur plusieurs dimensions de passages nous permit rapidement d’atteindre les sommets, malgré la blessure de Lucian qui fut emporté vers les hauteurs par une sorte de création arcanique créer avec le pouvoir du phénix noir, à l’image d’un Egi ou d’un Carbuncle.

L’explosion succédant sa révocation fut puissante, mais bien que Runne était en dessous pour le réceptionné – Ce qui au vue de la différence de poids me laissait craindre l’effet d’une crêpe en devenir pour le destin de Runne, Lucian avait tout de même décidé de se déplacé dans une sorte de téléportation brumeuse afin d’atteindre le sol environnant. Tous réunit en grimpant les dernières étapes sur les monticules de roches convoqués par Aerlin et Finaen, une seconde fois me semble t-il, c’est en traversant la sphère dans un effet des plus désagréables que nous sommes tombés sur le cœur de leurs machinations. Concernant le passage, imaginez vous essayer de traverser une sorte de champs invisibles d’innombrables crépitements violents bien décidés à chercher à atteindre vos nerfs et vos os, tout en ayant un vague sentiment de fraîcheur gélatineuse comme en rentrant dans un amas de gelée fruité croupie. Et vous aurez une petite idée de quel sentiment cela offrait, de devoir traverser un domaine aussi maudit. La cause de cette malédiction nous tomba sous le nez aussi tôt : Une sorte de sphère entourée de parchemin qui gravitaient autours créaient tout ses effets, grâce au cœur battant à l’intérieur. Un archéologue Eorzéen, membre de la Plume noire, ricanait en dévoilant qu’il devait s’agir de son magnus opus de ses arts occultes grâce auquel son maître le récompenserait. Ils désiraient attirés le Kami pour le scellé et se servir de son corps afin d’invoqué une entité bien plus noire encore : Arun’Brakkar. Et pour l’instant, ils n’y étaient indubitablement pas arrivés.

Et pour protéger sa création, il nous opposa les entités majeurs nés de l’obscurité des lieux : Une sorte de silhouette démoniaque mêlés de nombreuses des ombres volés, et le corps manipulés et maudit d’un ancien protecteur et aventurier d’Isari, nommé Nurobake, un ancien compagnons de Kurokazi Uryuki, l’ayant trahit et visiblement abandonné ici. Je partais directement me confronté à ses sabres pour couvrir l’avancée de mes compagnons, partageant un duel acharné entre sa lame et la mienne en laissant apparaître de nombreuses lueurs de la foudre d’argent accompagnant mes coups. Après un instant de pure duel martial, déviant et s’entrechoquant, ma lame fini par le transpercer en le fendant en deux, profitant des flots qu’Aerlin convoqua pour le pourfendre définitivement en me laissant me sourire tristement. Cette eau provenait des efforts d’Aerlin à soutenir Runne, alors que ce dernier cherchait à purifié l’énorme entité que Lucian retenait avec des myriades de chaînes pourpres tandis qu’il les brisait l’une après l’autre, il perçu la détresse de son camarade miqo’te qui voulait purifié le cœur afin d’arrêté l’appel au phénix noir dont la silhouette se dévoilait bien loin de là vers l’horizon.

Refusant cela, le mage aux lunettes ricana en essayant de restauré le sort pendant que Finaen se confrontait à son bouclier de glace empêchant sa rapière de l’atteindre tandis qu’il fendit le dos de Finaen d’un javelot qui tournoyait avec de nombreux autres dans tout les sens. Les flots tombèrent au bon moment, convoquant la dame de l’eau qui suivait si souvent Aerlin, celle ci jaillit soudainement en tournoyant autours de lui et du cœur, glissant une main que j’aurais juré amoureuse sur la joue de l’élémentaliste avant de gagner Runne qui faisait tout pour apaisé le cœur s’emballant de plus en plus. Parvenant à mettre en avant leurs bienfaits, qui eurent pour effet d’apaiser définitivement les lieux, l’eau investit les environs en gênant tout nos adversaires à la fois. Il bloqua l’instant nécessaire pour abattre Nurobake, mais plus encore, il permit à Lucian de détruire l’incarnation obscure dans une lueur puissante d’une énergie rougeoyante. Tout en laissant à Finaen l’occasion une fois le bouclier du mage brisé, de tournoyer avec en le déposant juste au bon endroit pour l’empalé de sa rapière, et le laissé être transpercé par les nombreuses lames de glaces. Lui murmurant un bien joué amusé, il s’effondra au sol mort tout en nous laissant profité de la vue d’Isari. J’admets que de voir les éclats de lumières tombés des cieux un peu partout avait quelque chose de simplement fantastique. J’aurais voulu que tout les autres puissent voir ça aussi, mais certains aventures sont faites pour être partagés avec quelques précieux compagnons avant de retrouver tout les autres. Nous nous reposions au sommet d’Isari conscient de cette nouvelle et dernière menace, contemplant le voile de noir et de blanc s’échapper, cherchant déjà comment nous pourrions arrêtés Kurokazi Uryuki. »

Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 356
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 10 nov. 2021, 14:59

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"L’envol du phénix noir."

Image
Cent-quatre-vingt-treizième Entrée - «  Acte 14 – Sous une arche gémissante.»
Image
«  Si le premier jour en Isaru ne fut pas des plus faciles, nous avons pu profiter d’un lieu se trouvant finalement plutôt agréable. Les locaux n’étaient pas malveillant, et bien plus avenant une fois qu’ils étaient guéri de cette sinistre affliction. Lentement, la ville reprenait des couleurs, sans mauvais jeu de mot quant aux conséquences de la malédiction récente, mais j’avais tout de même un objectif prioritaire en tête : Ceux qui pouvaient nous permettre de remonter droit vers Kurokaze Uryuki. Il y avait une forte chance que cette Plume noir aurait des informations, mais encore fallait-il parvenir à mettre la main dessus. Remontant la piste, avec quelques des habitants aux airs vengeur, si j’ai pu leur trouver une piste ensemble pour essayer de trouver d’où ils provenaient, c’est aussi un grand effort qu’il me fallut pour les empêchés de foncer dans le tas en hurlant des insultes en Domien en cherchant à massacrer des envahisseurs. Déjà car le suicide ne paie pas, mais aussi car ce serait vraisemblablement fort peu constructif. Au moins nous avions un objectif : Dans le nord, des restes de quelques effets du mal aux couleurs ternes permettait de clairement découvrir que même si tout avait été purifiée ici, une partie de ce pouvoir avait été capté par les responsables installés confortablement sur des hauteurs. C’est sur le pont proche du navire de la confédération que nous nous sommes retrouvés. Finaen et Runne observaient les étendu infinies en attendant que tout le monde puisse se retrouver, tandis que se formait notre équipe. Une fois de plus, Lucian serait avec nous pour offrir ses pouvoirs ainsi qu’Aerlin pour nous permettre de revenir vivant de cette nouvelle expédition. Et le seul qui pu se joindre de nouveau à l’époque était Sorn, en forme, bien heureux de nous retrouver. Curieusement, si je suis toujours heureuse de le revoir, je me fis le constat que la candeur simple de Gladys m’avait manqué lors de la dernière mission, peut-être cette touche humaine curieuse pour l’intelligence greffée dans cette tourelle me permettait de me sentir moi même plus humaine une fois sur le départ vers un bain de sang.

C’était loin d’être une route morose, cela dit, car bien rapidement nous découvrions à quel point Isari avait prit au sérieux cette affaire de couleurs volés et avait décidé de s’en protégé. Ainsi, de nombreuses personnes s’amusaient à peindre d’innombrables couleurs vives partout en ville donnant une impression que la ville entière était devenue une œuvre d’art aux couleurs chaotiques qui avaient pourtant une impressionnante harmonie. Traverser quelques ruelles, des pontons, droit vers la sortie nord lui donnait un air fabuleux autant que les toiles battues par un vent léger se mêlaient désormais parfaitement au bois magnifiques. Les enfants jouaient, aspergeaient Runne de jaune qui semblait ne pas du tout apprécier la couleur en continuant leur route dans des rires rapidement partagés par Gladys propulsant d’un bleu vers presque tout le monde. Certains pinceau nous furent tendu, l’air de nous offrir l’opportunité à des alliés que nous sommes pour Isari d’offrir quelques coups de peintures à notre tour pour peindre la ville. S’occupant dans un domaine si candide, ce ne fut hélas que le temps d’une route avant de découvrir les lieux bien moins vivant où les habitants avaient délaissés des masures de pêches et autres lieux isolés plus loin.

Plusieurs regardaient vers les cieux, ayant laissé une trace étrange dans un ciel au crépuscule magnifique comme si à chaque instant cette tâche pouvait étendre des ailes et rugir en faisant entendre la dévastation à venir du phénix noir. Pour des gens ayant subi l’attaque du Kami déchu, comme Sui-no-Sato ou notre pauvre navire en arrivant au couvercle des enfers, on ne pouvait que les comprendre et tout faire pour que ça ne recommence pas. L’éther était de plus en plus affligés de nombreuses malices, comme si certains avaient chercher à créer des sorts un peu partout en essayant de découvrir et de déterminé un effet particulier en laissant dans les environs un effet entropique. Et si le mal qui allait intervenir tomba finalement, ça n’était pas sans l’attention de Lucian et Finaen qui inspectaient déjà les lieux et se préparaient à recevoir l’assaut. Forcés dans leurs concentrations, ils furent tout du moins perdu quand l’effet du piège se referma vers nous une fois au bout d’un long passage après une bonne demi heure de marche. C’était comme si de nombreux parchemins s’étendaient et nous enlaçaient, nous donnant l’impression de littéralement finir à l’intérieur. Une Isari lointaine et les quelques vieilles demeures ainsi que la hauteur disparurent à nos yeux, pour ne laisser que des amas de voiles blancs où la peinture prit vie. Elles prenaient des formes différentes, des pierres « vivantes » ou des tornades dotés de visages, et si à l’intérieur de ce piège elles étaient menaçante il était hors de question de rester ici jusqu’à être débordé par des menaces inarrêtable. Récupérant Lucian et Finaen, Runne fit de son mieux pour créer un amas de vent repoussant brusquement l’encre en l’envoyant ici et là sous le choc. Permettant à Finaen de se concentré sur des boucliers d’un mauve puissant où les coups se heurtèrent net avant de nous atteindre.

Essayant de nous ouvrir des passages, Lucian créant de grandes griffes mauves tandis que mon sabre fendait ce papier illusoire où l’encre progressait, jusqu’à nous offrir une faille. Nous dirigeant tous en vitesse au milieu des flammes, quand Sorn mit le feu un peu partout en rendant la situation aussi urgente que chaotique, nous avons pu sortir de ce piège en vitesse avec le support d’Aerlin qui fut le dernier à sortir brusquement des parchemins depuis la faille. Derrière nous, quelques parchemins déroulés tombaient au sol, dévoilant des illustrations simples à la manière d’estampe orientale qui incarnaient tout ce qui avait essayer de nous massacrer. Sur la hauteur, le responsable nous observait. Une sorte de peintre très grand portant un masque et une grande tenue blanche très décorée qui se retournait en retournant à ses occupations, droit où il nous fallait agir. Finaen et Aerlin s’entraidèrent pour créer rapidement des marches de pierres, les explosions de roches dues à la manipulation de l’éther était de plus marquante, Finaen se plongeant dans le sort en essayant de l’arrêté ne pu avoir que l’amer constat qu’ils maîtrisaient ce pouvoir à l’intérieur de la roche sans usé des énergies élémentaires. Comme si ils les manipulaient comme des marionnettes.

Au milieu des décombres et des fracas essayant de nous couper la route, s’y joignaient de nouveau des ombres aux silhouettes dansantes frappant avec des éventails. Encore ses maudites entités d’énergie négatives inquiétantes qui se heurtèrent à notre groupe pour nous bloqué le passage. Les combats éclatèrent un peu partout, Runne repoussant les roches brusquement essayait de leur renvoyer dessus tandis qu’avec Lucian nous étions en train d’ouvrir grand le passage en tranchant de ma lame celle qui venait de blessé Finaen en train de bloqué les déflagrations autours de nous. Progressant sur les marches de roche à toute vitesse, tous ayant reçu quelques blessures en s’entre aidant pour grimper en ayant derrière nous Aerlin et Sorn dont le fusil n’avait cessé de tiré sur les roches et les danseuses sombres, plusieurs reprenaient leur souffle après une telle ruée avant de découvrir le lieu dans lequel nous venions de mettre un pied. Alors que la fumée retombait lentement, il nous fallait découvrir les vieilles installations magiteks datant de l’occupation de Doma, que manipulaient des membres de la Plume noire ayant avec plaisir observé la souffrance d’Isari, et s’en était nourrit pour acquérir plus de force afin de satisfaire leurs projets. Et le pouvoir du phénix noir.
Image
Magie malsaine et science du malheurs, voilà tout ce que je détestais. Quelque soit l’implication de ses chercheurs, ils avaient des usages d’un des aspects les plus tristes dans les recherches impériales sur les antiques sciences d’Allag. Même si ça n’était là que l’ombre des tentatives de l’Empire déchu qui avaient créer des engeances comme la Mort de Fer, ils avaient tout de même profité des anciennes installations domienne pour le pire. Il y avait dans leurs structures des silhouettes d’’habitat domien ainsi que tout le style d’ornementation précieux des structures d’orient leur donnant des airs de machineries cachés sous un voile de splendeur. Pour autant, tout était dans le déclin, sur cette hauteur de la crasse s’était accumulé et nombreuses furent les machineries déplacés de loin et réutilisés depuis un petit aeronef de combat écrasé au milieu de l’ensemble. L’antique symbole impériale avait été effacée, remplacé par l’un des signes occultes de Vermeille témoignant de sa récupération par les quelques chercheurs. Plus que simplement remonté la piste des assaillants d’Isari, nous étions peut-être proche des responsables de la déchéance d’Uryuki jusqu’à l’invocation elle même du phénix noir. Ayant eu un bref instant de surprise le temps de nous offrir quelques soins, des fioles, et de nous remettre l’esprit correctement après le passage des parchemins dont le piège nous avait fortement perturbé en ayant saturé nos esprits d’informations.

Il était tout de même temps de s’intéresser d’urgence aux menaces environnantes, dont une des principales semblait être une sorte de canon parabolique ancien qui était orienté droit vers Isari. Il ne servirait sûrement pas à tirer dessus, mais la grande parabole servait visiblement à recueillir les malheurs et les sentiments exagérément négatif des locaux pour animé leurs tubes et leurs réserves. Le découlement de miasme avait fait naître une sorte de tas de gelée d’ectoplasme au sol, rôdant par terre qui emettait des gémissements en tournant pour se nourrir autours de la parabole. Tous s’orientèrent vers leurs cibles, et c’est peut-être le choix de Finaen qui fut le plus déterminant pour la suite. Lui désirait atteindre le vaisseau échoué pour voir si l’effort des chercheurs avait une grande importance ou non. En tout cas, ses derniers étaient plus qu’occupés avec les machineries en laissant découlé de nombreuses lueurs noires dont ils prenaient de nombreuses notes pour plus tard. Laissant le passage à Finaen, Aerlin créait des chocs de roches et des pointes de terres les balayant brusquement en provoquant des chocs sans cesse autours des mécanismes et des chercheurs. Sous la confusion, ils ne purent rien faire pour empêché Finaen de bondir au dessus de leur chef – un Hyurgoth avec une lance en armure sinistre qui chevauchait un chocobo dont les plumages finissaient en flammes noires sous l’influence de son maître.

Quel torture cela devait être pour cette bête, tandis que je confrontais son maître de mon sabre en le frappant plusieurs fois pendant que Lucian créait des chaînes sans cesse apparaissant autours de la bête tout en tirant son porteur au sol afin qu’il ne profite plus de la puissance de son compagnons pour la confrontation à venir. Retenu, il reçu une grande blessure sur le torse par la pointe de mon épée, regardant sur le côté Finaen rentrant dans l’embarcation brisée au sol poursuivit par plusieurs armures animés comme des marionnettes dont des fils déposerait des plaques d’aciers sur des silhouettes de flammes noires. Concevant tout les tests, les expérimentations, et le cadavre ancien d’un homme ayant jadis eu le Mon des Uryuki, Finaen fut rattrapé par les armures et poignardé. Elles se préparaient à l’installer à la place du tas d’ossement afin de s’en débarrassé, tandis que dehors Aerlin ne pourrait pas être un soutiens pour son compagnon : un sort arcanique puissant tournoyait autours d’Aerlin, le maintenant tout en le harcelant de pointes d’énergies jusqu’à ce qu’un tir ne passe en lui taillant brusquement le flanc. Peu envieux qu’ils reprennent les tirs et les sorts en servant de mannequin, il généra une grande roche autours de son corps et brisa brusquement la griffe comme une serre noire qui le tenait avant d’envoyer un javelot de roche soulevant de nombreuses pierres, quand le javelot broyant la main et l’ouvrage de son assaillant jusqu’à ce que de nombreuses pierres ne percutent les autres.

Ils n’étaient pas à l’abri, quand Finaen parvint à se débattre. Dans un pouvoir exagéré, un immense lys blanc apparut dans un fracas puissant générant une lueur d’un blanc magnifique qui créa comme une onde de choc purifiant et désactivant les lieux ainsi que les armures qui l’assaillait. Envoyant leurs morceaux d’armes volant dans tout les sens en se fracassant ici et là soudainement. Les morceaux de métaux s’écrasèrent sur les chercheurs coincés, quelques hurlements interrompu net quand les fracas des équipements s’écrasèrent au sol, condamnant nos ennemis qu’Aerlin avait bloqué avec les pierres en s’extirpant blessé de leurs sorts. L’onde avait tout autant bloqué net le Hyurgoth lors d’un bond, quand il cherchait à balancé sa lance vers Lucian. Ce dernier avait pu offrir une tel ponction d’énergie qu’il fini par éteindre les flammes noires du Chocobo qui lui souillait l’esprit. Ma lame s’arrêta devant son visage, mes yeux contemplant ceux de la bête éprise de confusion et d’une peur marquante.

J’ai tué tant d’hommes que je ne saurais le compté, mais tout homme saurait à mes yeux devenir un monstre. Cette bête n’avait rien de tout ça, uniquement la peine de qui fut manipulé, et me dis-je que j’ai été prompt à épargné une bête là où j’aurais sûrement tranché un humain à sa place. Et ce que je fis l’instant d’après, quand le Hyurgoth fut perturbé et rechutait, j’en profitais pour bondir à côté de lui en frappant dans un éclair plusieurs fois, le laissant choir en morceaux. Le chocobo venait autant de perdre son maître, que celui qui le torturait avec les flammes noires. Restant le soucis de la parabole et de l’immense gelée que Runne et Sorn affrontaient. Premièrement, ils voulaient se débarrassé de la gelée que Gladys voulait attraper et agité presque amusée. Tandis que Runne créait une forte purification dans une lueur blanche presque d’argent en restant proche de Sorn, se prenant un coup de pseudopode sortant de la gelée en lui percutant brusquement le ventre. Son camarade lui envoyait des chaînes pour récupéré Gladys tout en essayant d’asperger la créature de miasmes toxiques. Hélas ! Elle n’en avait cure, recrachant autant les miasmes que les chaînes esquivés par Gladys, le machiniste fonça en attrapant sa tourelle jusqu’à atteindre la parabole. A ce moment la, la créature désirait uniquement dévoré Runne après la purification, ce dernier se redressant en formant encore et encore ce que son entraînement d’occultiste lui avait appris : des explosions. Encore et encore des explosions. Jusqu’à ce que son adversaire soit si réduit par les chocs répétés que Runne se contenta de levé le pied pour l’écraser soudainement dans un petit bruit dégoulinant.

Levant la tête vers Sorn, ce dernier avait provoqué une telle chaleur que la parabole était en train de fondre, se tournant vers Runne, il valsa plus loin quand celle ci explosa soudainement en roulant plusieurs fois, lui jurant même étalé par terre que tout allait bien. Les vagues de destructions poursuivirent encore et encore jusqu’à atteindre le lieu qui était utilisé pour envoyer toute ce flux d’énergie : Se dévoilant quand l’antenne sinistre provoquant un voile illusoire empêchant de voir ce qui se cachait derrière, laissant découvrir quelque chose dont mes cauchemars allaient se souvenir quelques temps et reviendrait peut-être me chercher quelques années plus tard. Une arche infâme, donnant l’impression d’une gueule béante vers la plus grande des noirceurs derrière une grande crevasse. Il fallait l’atteindre pour l’arrêté le plus vite possible, et en voyant la brume s’éloignant un peu plus, la découverte de l’Aeronef récupéré à Kugane par Stanislas allait peut-être nous aider dans l’inattendu.
Image
Pour une fois, on ne peut pas dire que je m’y attendais. Bien qu’ayant tendance à tout contrôlé et à tout vérifier d’une façons méthodique, Cirmo ne m’avait sûrement pas prévenu que Stanislas allait rejoindre l’Orient afin de nous rejoindre en négociant l’usage d’un petit Aeronef de combat. Bien qu’hélas, plutôt que de nous rejoindre, il s’était fait capturé par les agents de la Plume noire qui ferait de son embarcation un véritable outil de guerre pour traverser les lieux avec le phénix noir. Voyant autours de moi, l’usage habituels des quelques potions pour nous remettre d’aplomb, il fallait encore passé outre la crevasse en passant hors du domaine de métaux et de pierre domienne abandonné où il ne restait qu’un survivant. Je passais ma main contre le plumage du Chocobo, ressentant un instant de paix pour le laisser se reposer après une telle épreuve sans qu’il n’ait à nous craindre d’une quelconques façons, avant d’en vitesse rejoindre l’aeronef au bordure de la crevasse que tout le monde allait rejoindre en voyant Stanislas Kortovin en péril. Finaen fut un des premiers à atteindre la position de Stanislas, propulsant plusieurs des adversaires en place. Encore de ses mauvais scientifiques sinistres d’Eorzea portant de nombreuses affaires mêlant technologies impériales et quelques focalisateurs arcaniques. Des sorts fusaient un peu partout, tandis que des javelot pourpre de Lucian s’écrasaient sur l’avant-garde surprise de notre arrivée en nous offrant un moyen de rentrer à toute vitesse.

La plus part luttaient, Aerlin s’était installé au centre en préparant le voyage urgent qu’il nous fallait pratique même après un choc puissant reçu dans le dos qui lui fit mettre un genou à terre. Le pont fut investit par les combats, je tournoyais dans tout les sens en envoyant des nombreux coups de mon sabre tandis que j’observais avec la plus grande curiosité qui soit la stratégie audacieuse de Sorn. Il venait de foncer vers un adversaire en hurlant tout en agitant les bras comme si il l’appelait à l’aide, jusqu’à bondir brusquement en s’écrasant dessus pour choir par terre avec son adversaire. Il cherchait à créer la surprise, et par les Kami il réussi même à me surprendre quand Gladys l’imita en faisant pareil avec un des lalafells ennemi. En profitant pour libéré Stanislas, les deux compères partagèrent des politesses avant que Sorn ne se rua pour coupé les liens retenant l’Aeronef pendant que Stanislas le démarrait. C’est en pleine bataille que ce dernier allait tracer dans les airs sont chemin droit vers l’arche, en causant bon nombre de problème qui allait causé le destin de chaque voyages sur l’embarcation d’un Kortovin : Nous casser la figure brutalement. Bien qu’avec le voyage en navire ayant fini par son naufrage, je me demande si ce n’était pas nous qui étions maudit, au lieu de croire le capitaine Kortovin maudit. Bien qu’il restait encore pas mal d’opposant, que mon sabre cherchait en plusieurs tranches rapides après avoir reçu un mauvais coup de maillet dans les flancs. L’air devenait de plus en plus lourd, comme si nous étions en train de creusé dans la terre pour avancé ce qui n’allait pas manquer de faire surchauffé les machines. Envers et contre tout Aerlin se concentrait pour repoussé cet effet en serrant les dents sous l’effet de l’infusion du pouvoir qui grondait autours de lui, permettant à l’Aeronef de progresser envers et contre tout alors que Runne et Lucian repoussaient des parchemins pleins d’encre avec plusieurs coups de vents puissants.

S’éteignant tout le long du passage, les flammes noires n’arrivaient pas jusqu’à nous en devant s’opposer à Finaen qui les éteignait dans une lueur de purification puissante. Nous étions en passe de rejoindre l’arche en vitesse sans trop de soucis, jusqu’à ce qu’il y ait un aveux. Sorn et Stanislas se regardèrent en riant, se rendant compte qu’ils avaient poussés bien trop l’embarcation et que la suite logique était simplement de percuté brutalement le flanc de montagne où était l’arche. Heureusement, Runne s’y était attendu, et créa une immense vague aérienne tournoyante après avoir purifié d’un coup un amas d’encre fusante à toute vitesse vers nous en ayant prit la forme d’un phénix noir des plus inquiétant. Dispersant l’encre dans l’effet de purification, nous avons heurté brusquement le flanc de pierre et d’herbe en étant agité dans tout les sens, créant un amas de fumée que nous avons fini par traversé en toussant un peu, quelques soins offert tandis que nous approchions de l’arche en laissant Stanislas et les siens préparés l’embarcation pour pouvoir partir d’ici une fois notre combat achevé. Pour l’heure nous découvrions l’arche, monstrueuse et inquiétante, un lieu que personne ne voudrait observer en donnant l’impression que derrière cette structure domienne aux multitudes de parchemins greffés dessus ou errant dans les airs en flottant autours de nous, ça n’était là qu’un passage. Vers un lieu éloigné dont des coraux rouges sortaient un peu partout me faisant songé aux domaines Aquatique de Qao.

Il y avait partout cette impression marine et le sentiment d’avoir les jambes dans l’eau. Deux êtres masqués trop grand pour être humains et trop étrangement formés se tenaient à côté, le Peintre et le Marionnettiste, deux Oni sous ses masques aux airs humains étaient les créatures qu’utilisait le maître de cette plume noire qui avait conduit à autant de chaos dans la Mer de Rubis. Le Roegadyn qu’il possédait n’était qu’un malheureux aventurier malchanceux dont le corps servait visiblement de vaisseau au Héraut d’Arun’Brakkar. Son champion avait été envoyé jusqu’ici depuis l’échec des Delatour afin d’offrir une incarnation pérenne au démon pour un grand projet qu’il aurait eu en Orient. Et celui qui avait été envoyé n’était pas des moindres : Hector Spencer en personne. Une fois de plus, il faudrait le renvoyé dans le domaine maudit d’où il provient. Son rire résonnait en échos tandis qu’il s’infusait du pouvoir volé du Phénix noir s’extirpant de l’arche qui avait été éveillée par l’accumulation de cette ombre sortie des habitants d’Isari. Lucian et Aerlin allaient s’occuper du peintre tandis que Finaen et Sorn dévasteraient aisément le marionnettiste. Et même très rapidement pour ce dernier, quand il déploya d’innombrables fils tournoyant autours de Finaen en essayant de le dépassé.

Frappant et tranchant de sa lame sans cesse, il allait être dépassé par le coup de lance-flamme incroyablement maîtrise de Sorn détruisit les fils et frappa son adversaire sans atteindre une seule fois Finaen qui pu abattre sa lame plusieurs fois dessus dans une lueur vermeille pour se débarrassé de se dernier en vitesse. Il n’avait eu aucune chance, et Sorn reprit son infusion en riant un instant tout en produisant de grandes flammes bleutés vers Lucian qui s’en servit pour créer un sort d’ampleur. Ils avaient assaillit avec Aerlin le peintre, dessinant ses attaques avant de les propulsés brusquement vers l’élémentaliste qui fut brusquement frappé par une roche dessinée d’un coup. Ayant produit pas mal de vent, Aerlin s’y confrontait encore et encore même blessé jusqu’à ce qu’une pointe de pierre ne fut droit vers le visage du peintre venant d’être frappé par les éclairs mauves de Lucian. Brisant la pointe dans sa main, repoussant de nouveau brusquement Aerlin, il fut attraper à la gorge par un Lucian dont les flammes bleutés de Sorn ondulait le long de son corps d’une façons magnifique, jusqu’à ce que les immenses sphères de flammes ne le surpassent et ne finisse par ne laisser que ses bottes. Le reste ayant disparut avec lui. Quant à Spencer, il n’était pas facile à renvoyé mais ce corps possédé n’était pas aussi puissant que l’incarnation qu’il à souvent pu devenir en étant bien plus fort. Écrasant Runne qui brisait son armure, en le rétamant au sol avant de lui parler dessus. Je protégeais le miqo’te d’un grand coup de sabre en tranchant un des siens avant que dans un jeu de sabre contre ma lame, cela se conclue par un grand coup de sabre plein torse pour blessé mon adversaire.

Runne en profita pour se reprendre, et même si il allait encore se prendre un coup puissant de lame de l’épaule à la hanche, il parvient à faire apparaître là où se trouvait le cœur de la corruption : le Hicor qui permettait la possession. Brisant ce dernier d’un grand coup de katana, Finaen pu le purifier définitivement en laissant ce corps disparaître en poussière dans un hurlement de haine et de colère. Tôt ou tard, il reviendrait, aussi en colère que puissant. Mais pour l’instant, nous étions débarrassé du héraut de l’investigateur de tout ça. Au fond, notre devoir était accomplit, les responsables venaient d’être châtiés mais nous étions tous conscient de où allait nous mené l’arche. Ce endroit inspirait le dégoût et l’abîme effrayante d’un lieu maudit. Bientôt, il nous faudrait le traversé, pratiquement certains que cela nous mènerait droit vers Kurokazi Uryuki. Et droit vers le Phénix Noir lui même. »

Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 356
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 12 nov. 2021, 14:09

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"L’envol du phénix noir."

Image
Cent-quatre-vingt-quatorzième Entrée - « Acte 15 – Glaciale convocation d’Uryuki.»
Image
« Traverser l’arche infâme était une idée qui paraissait déjà particulièrement dégoûtante et inquiétante, que nous n’avions sûrement en rien envie de prendre. Ce qui nous attendait derrière serait tout autant mauvais et comme nous allions le découvrir, c’est dans la souffrance que serait accomplie cet objectif des plus ardu. Nous ne pouvions que craindre ce qui se trouvait derrière, et plusieurs défendaient l’accès en empêchant quelconques maux de se sortir de là pour essayer de dévorer nos vies. C’était bien heureux car nous avions besoin de nous préparer convenablement afin de pouvoir être en forme pour exploré ce qui se trouve derrière. Plus le temps passait, plus l’arche s’alimentait de pouvoir et nous confirmait petit à petit que le responsable de tout ça avait une forte chance de se trouver derrière. Il nous fallait mettre la main sur Kurokazi Uryuki afin d’arrêter tout les maux possibles qu’il avait fini par gangrené lui et le héraut du démon en souillant et promettant des merveilles aux esprits sensibles à leurs désirs de pouvoirs dans la Mer de Rubis. Pour y parvenir, il nous fallait tout de même nous jeté vers l’inconnu, et c’est un jour bien sombre où nous nous sommes réunit afin de nous préparer à franchir le pas tout ensemble. Cette fois, l’équipe était bien plus importante – Mais sensiblement identique à celle de notre dernière intervention. Lucian, Runne et Finaen apportaient leurs expertises magiques plus que nécessaire tandis que Sorn avec les sœurs Mitsuko et Kohaku seraient là pour intervenir afin de frapper là où le faut. Quant à nos soins, une fois de plus, Aerlin veillerait sur l’équipe pour que nous rentrions tous relativement entier, et il aurait fort à faire.

Réunit à Isari, personne ne connaissait encore les danger qui nous attendaient qui eurent bien faillit prendre la vie de certains d’entre nous, mais nous étions suffisamment soudés et prompt à agir ensemble afin d’éloigné les menaces et de bravé les danger pour revenir en vie de cette périlleuse expédition à travers l’arche monstrueuse. L’obscurité régnait alors qu’il ne faisait pas encore nuit, de lourd nuage chargés de pluies rendaient plus ternes les couleurs de la ville toujours en train d’être peinte par des habitants avoir espoir que cela serve si le malheurs venait de nouveau à frapper. Il y eu encore quelques encouragements, des sourires vagabonds, mais nous traversions un lieu qui à défaut d’être splendide, se contentait d’être plutôt magnifique. Arrivant à l’Arche, où Saiko Kazan et quelques amis de Finaen et Runne se trouvaient en inspectant l’intérieur tout en étant éreintés. Ils expliquèrent à Finaen que plusieurs entités voulurent sortir d’ici pour envahir les lieux dans des râles immondes et qu’ils restaient vigilent à l’idée que cela recommence. Nous mettant en garde : Où nous nous rendons, elles seront là pour nous accueillir ainsi que le risque de faire partie de telles entités plutôt que de les détruire. Le passage de l’Aeronef dans les cieux, laissant Stanislas dessus qui nous saluait d’un air qui se voulait sympathique – Bien qu’à cette distance, c’était surtout un petit point qui agitait un bras. Il était temps envers et contre tout de se jeté dans l’inconnu comme si nous progressions dans une gueule hurlante infâme.

Le froid lugubre s’étendait doucement en rentrant dans un domaine qui semblait un antre aux esprits. Si nous imaginons généralement ce genre de domaine comme emprunt d’un mysticisme profond et magnifique recouverts de lueurs de feux-follets et d’autres splendeurs inspirant les rêves les plus surprenants et magnifiques. A la place, nous étions dans la fange aux esprits, nous traînant comme au milieu de boue immonde se collant à nous en n’y voyant qu’une eau noire. Nombreux étaient ceux qui s’inquiétaient et s’en dégouttaient, si ce n’est comme toujours Gladys qui cherchait à attraper des coquillages et autres bijoux marins qui se trouvaient un peu partout illuminant les environs d’un rouge profond. Récupéré par son maître, ce fut peu de temps avant que tous n’eurent la surprise de choir dans une sorte de trouée marine nous faisant passé à toute vitesse dans un domaine ravissant dont nous n’avions pas vraiment le temps de nous préoccupés au milieu de l’eau sombre illuminés par du rouge éclairant les environs. Plusieurs essayant de ne pas boire à la tasse, Lucian générait des protections pour ne pas être trop frappés par les pierres environnantes dans des lueurs d’un mauve puissant. Jusqu’à ce que nous parvenions à l’autre bout du passage droit vers l’autre Arche d’où nous nous extirpions lentement et difficilement après un tel péril. Sonnés et agités lors de ce périple inattendu, nous découvrions autours de nous l’étendu de l’île de Zekki, domaine des Kojins rouge. Des coraux rouges se trouvaient un peu partout, et quelques habitations abandonnés depuis que les héritiers du Feu noir s’étaient installé en chassant les anciens locaux. Nous n’avions guère le temps de rester à nous remettre de ce passage, observant les silhouettes de feu noir gémissant d’entités apparaissant autours de nous en émettant des cris puissants.

C’est la silhouette d’une jeune Raenne, celle que Runne n’avait su arraché aux mains de l’invocation d’Onokoro. Mais la voir semblait être une motivation pour Finaen et lui de partir rapidement vers la direction indiqué, comme pour répondre à un appel à l’aide, un peu trop vif qui fit que Runne s’écrasa par terre quand le terrain devint chaotique. Le sol s’ouvrait sous nos pieds, dans d’immenses fissures, nous forçant à bondir d’un chapeau d’un champignon à un autre pour échapper à cet effet surprenant. Sortant des failles, des algues rouges quittaient les abysses apparaissant sous nos pieds pour nous saisir, avant que Mitsku, Kohaku et moi ne tirions nos lames pour les tranchés en morceaux tout le long du passage en envoyant des algues découpés ici et là. Progressant en tête, laissant le soin à nos compagnons de créer plusieurs plateformes de roches convoqués par Aerlin soulevant la pierre ainsi que plusieurs amas de glaces que Runne créait pour offrir des supports supplémentaires. Ce qui laissa aux moins agiles de quoi bondir plus efficacement tandis que Lucian ponctionnait le feu noir des silhouettes monstrueuses apparaissant en laissant des marques de serres apparaître un peu partout. Ainsi illuminés, alors que Sorn passait à côté de nous avec un coquillage dans la bouche mit par Gladys en tirant ici et là, Finaen fini par réussir à brisé le feu noir en ne laissant que des fleurs de Lys blancs éthérés disparaître un instant après leurs invocations.

Ce qui, en sortant de cette zone chaotique, nous opposa directement avec les malheureux gardiens : Des Kojins rouges transformés par l’influence du feu noir, gémissant et progressant vers nous en se foutant de l’éboulement apparaissant au dessus de leurs têtes. Mitsuko tranchant les grandes pierres, laissant sa sœur orienté plusieurs Kojin pour qu’ils se fassent brusquement écrasés tandis qu’ils étaient bloqués par les pointes de roches d’Aerlin apparaissant d’un peu partout. Seul Sorn fut frappé par une lance, alors qu’il tirait sans cesse dans la masse pour les arrêtés, permettant à Finaen et Runne d’avoir le temps de maîtrisé les roches pour les envoyés en pointes de pierre et de verre se plantant au milieu de cet ensemble. Progressant au milieu des piques de cristaux de Lucian, je me laissais choir en tranchant plusieurs de nos opposants tout en fonçant vers notre objectif, une fois les gardiens balayés : Une sorte d’immense sphère d’eau noire tournoyante en un dôme ressemblant aux fonds marins. Où s’y illuminait une lumière rouge intense faisant malheureusement pensé au regard corrompu du phénix noir lui même.
Image
Trouver une telle sphère sur terre était plutôt surprenant. L’intérieur était visiblement fait d’air respirable et non d’eau, mais il y avait tout de même cette couche de flot noir tournoyante lentement qui donnait l’impression que des silhouettes y rôdaient en tournoyant lentement. Au moins l’une de ses silhouettes allait être réelle, mais après l’intensité de ce passage, il était difficile de se lancer directement à l’intérieur bien que ce fut nécessaire. Quoi qui pouvait y avoir, ils devaient être conscient de notre arrivée au vue de tout le bazars provoqué derrière nous après le saccage des gardes de l’accès. Les lueurs rouges infusaient cet endroit en donnant une véritable impression de corruption intérieur, tous se concentraient sur leurs pensées pour qu’elles ne deviennent pas une menace pour notre avancée vers l’ennemi. Quoi qui allait se trouver derrière, nous étions arrivés vers l’un des espaces les plus saturés de ce pouvoir qu’ils convoitaient tant et qui avaient dénaturés de nombreuses entités, comme l’ombre de la mer de rubis. Traverser la couche noire était aussi désagréable que de passé à travers une cascade d’eau glaciale qui cherchaient à se coller à nous. Si nous avions déjà l’impression d’avoir de la boue dans l’esprit depuis le passage dans la fange spirituelle de l’arche, nous avions désormais l’impression d’être mélangés avec des liquidités infâmes qui n’avaient pourtant aucune souillure.

Cette eau était pure, mais pure d’un mal qui rongeait lentement l’esprit avant de découvrir ce qui provoquait un tel maléfice : Au milieu de la bulle d’eau, une fois à l’intérieur, nous pouvions voir une Perle des mers d’un rouge intense où une silhouette surprenante s’y trouvait. C’était ça, la source des lueurs rouges, et ils utilisaient des prisonniers provenant de leurs laquais ayant échoués pour leurs arrachés des énergies d’un noir lugubre sortant de leurs corps dans des hurlements puissants une fois qu’ils étaient torturés de la sorte. C’était là que Finaen se dirigea immédiatement, même si plusieurs devaient être normalement des ennemis, il n’allait pas laissé faire en observant des gens souffrir qui pouvaient peut-être encore être pardonnés – ou du moins se faire pardonné avec le temps. Arrivant au milieu de la demeure isolé, les éclairs vermeilles explosèrent un peu partout sur les chaînes pour les brisés soudainement quand ils furent foudroyés pour les libérés les uns après les autres. S’éloignant d’ici lentement, Finaen tourna la tête en voyant les griffes d’une des créatures à la silhouette vaguement humaine se glisser le long de son corps. Lucian cherchait à les contenir, des chaînes de glaces tournoyantes autours des monstres d’énergies négatives en les congelant de plus en plus. Un seul lui avait échappé en partant vers Finaen, mais il ne pouvait pas l’arrêté car il aurait été submergé par ses adversaires en faisant cela. Congelant complètement ses opposants, il fut écrasé contre un mur de pierre avant de se téléporter dans une brume noire d’un coup proche de Finaen qui bloquait l’aspiration des forces négatives des prisonniers par la dernière des entités. Créant une lueur d’espoir, l’interrompant en bloquant ses défenses, il fut alors sensibles aux nombreuses pointes de cristaux qui chutèrent dessus en le transperçant de part en part avant qu’il ne s’écrase lourdement au sol, détruit.

Au moins, ils ne se renforceraient pas un instant de plus, nous permettant de tout faire pour brisé la perle et récupéré ce qui se trouvait à l’intérieur. Aerlin en avait l’objectif, progressant vers la perle entouré par des prêtres lévitant autours lentement, mais Runne se projeta plus haut encore droit vers l’immense raie manta qui tournoyait en laissant tomber des plumes noires choir des cieux. Envieux de la sauver, il se fourvoya sur le point où cette bête des mers avaient la volonté de l’être quand il débuta sa purification qui la fit souffrir quand elle cherchait à retenir la corruption à l’intérieur de son corps. Tournoyante à toute vitesse, elle percuta la bulle en poussant Runne à tournoyer dans tout les sens après le choc en se retrouvant dans la confusion la plus profonde. Peu envieux de rester là alors que la bête s’extirpait les pouvoirs d’une arche en réparation proche de là, si elle n’était pas vaincue rapidement le chaos qu’elle laissait au sol en provoquant des explosions de flammes noires. Revenant droit vers la manta, la rapière de Runne se planta dans son corps en créant une explosion flamboyante dévastant la créature qui chuta au milieu de la bataille proche de Sorn et moi. Nous étions en train d’affronter un héritier de Qao. L’armure animé se redressait lentement d’un trône formé dans un champignon local en étant protégé par deux des kojins noirs. Ce guerrier attrapa sa longue lame en nous fixant, nous responsables du décline de son père tandis qu’il se ruait vers Sorn pour arrêté ses tirs qui frappaient sans cesse contre son corps flamboyant sous l’effet de la chaleur.

Si ma lame trancha brusquement l’un des kojins en deux, en retour, le reçu un coup terrible à l’épaule me la transperçant en me laissant choir à genou en ressentant la douleur éclatante dans mon esprit. Repoussé, Sorn attrapa sa foreuse pour arrêté rapidement notre ennemi tandis que le taillait en pièce l’autre Kojin en le laissant se préparé. J’essayais de couper en morceau la lame de notre ennemi qu’il voulait envoyer droit vers Sorn dont la gorge était accrochée par une chaîne de corail et l’étranglait lentement. Mais un fragment fusa et me blessa encore plus à la hanche en me laissant m’écraser au sol, en piteuse état, nécessitant des soins d’urgences tandis que la foreuse passait droit vers l’ennemi dans un moment de surprise en le réduisant en débris d’aciers éparpillés un peu partout. Au moins, cela intervint au moment où nous avions fini : Kohaku et Mitsuko avaient éliminés d’un coup deux des prêtres volant autours de la sphère, bondissant dans les airs de l’un à l’autre en provoquant une grande déflagration d’un noir profond pour repoussé Mitsuko quand un des prêtres tua à de ses alliés. Ils voulaient empêché Aerlin qui envers et contre tout purifiait ce qui se trouvait dans la Perle en approchant, les dents serrés à cause de la douleur d’une des explosions provoqués par la raie manta.

Les derniers prêtres se préparaient à le repoussé, mais l’un fut brusquement poignardé en pleine gorge par Kohaku pour s’en débarrassé. Ils voulurent assommé le dernier, mais il attrapa le haut de la tête de Mitsuko pendant un bond et chercha à la congelé vivante. Fonçant vers sa sœur dans un instant de panique, le héron qu’elle avait invoqué pour se propulsé vers les prêtres sur une de ses immenses flèches planta plusieurs traits en plein dans l’adepte tout en permettant à Kohaku de récupéré sa sœur en recevant une blessure tout le long du bras avant de s’écraser au sol. Alors que le prêtre tombait lentement, Aerlin dans un cri brisa brusquement la perle des mers. La bulle céda dans une onde de choc puissante, créant une immense pluie pendant quelques brèves secondes avant qu’elle ne soit remplacée par la pluie réelle du mauvais temps tandis qu’il approchait de son torse la créature qu’il avait sorti de là : C’était ce qui restait de Ketsui, le Kami jadis honoré par les Uryuki. Devenue une petite créature inconsciente qu’il gardait avec affection dans ses bras pour le préserver des maux environnants. Le calme repris lentement place alors que j’ouvrais les yeux pendant que Finaen s’occupait de mes blessures. J’observais alors le passage de cristaux de glaces rouges, ayant l’impression de ressentir la présence de Kurokazi moqueur, nous soumettant une convocation glaciale d’en finir à la confrontation finale.
Image
Cet instant de soin était particulièrement important, puisque nous étions tous étalés par terre – Du moins en grande partie. Je gisais au sol le temps que Finaen en finisse avec des soins puissants pour me remettre d’aplomb, m’aidant lentement à me relevé une fois achevé tandis que Runne et Sorn l’aidait un peu. De l’autre côté, Aerlin s’occupait de Lucian et Kohaku dont le bras était encore sûrement des plus douloureux, en des vives lumières apparaissant un peu partout. Sans ça, nous n’aurions pu progresser vers la glace rouge et cette effroyable convocation. Je cherchais à empêché mon esprit de s’enrager de nouveau pour combattre la douleur intense, et je n’étais au moins pas seule cette fois. Soutenue par un camarade, nous avancions lentement droit vers l’accès de glace une fois que tout le monde parvint à se redressé, l’appel de Finaen nous convoquant droit vers l’adversaire avant de progresser envers et contre tout dans cet espace aussi ravissant qu’inquiétant. Nous étions tous conscient que cette lumière rouge avait quelque chose de malsain et maudit, qui pouvait à tout moment créer une nouvelle problématique à réglé d’urgence. Aerlin gardait le petit être contre lui afin de ne laisser personne l’atteindre comme si il s’occupait d’un jeune protégé qui ne devait pas être assaillit par quiconque. Pour autant, si nous avions le droit à quelques minutes de marches dans un lieu magnifique, des lumières glaciales apparaissant et se reflétant un peu partout, le rire de Kurokazi se fit de nouveau entendre en créant comme une onde de pouvoir intense qui envahit les lieux dans un choc puissant.

Il nous défia de l’atteindre ne se moquant de nos vaines tentatives d’arrêté ce qu’il avait provoqué, et ce qui pouvait apporté grandeur et pérennité dans tout Yanxia. De l’onde de choc jaillissant créa brusquement une zone de ténèbre laissant une impression que tout était baigné dans l’obscurité comme si nous progressions dans un espace illuminés par des couleurs rouges apparaissant un peu partout dans un reflet merveilleux. Cela dit, nous étions aussi tout simplement perdu, Aerlin et Finaen faisant en sorte que le chemin se dévoile lentement pour nous offrir un passage droit vers ce qui semblait être une crevasse que les anciens samouraïs du clan Uryuki ne nous laisseraient pas atteindre si facilement. Des guerriers d’un ancien temps se ruant vers nous dans des cris sinistres de créatures fantomatiques des vieux combattants forcés par l’invocateur parjure de leur propre famille. Blessant plusieurs d’entre nous de leurs lames, ils voyaient leurs corps bloqués par des kunais projetés par Kohaku pour coincés les articulations de leurs armures en nous permettant de les tranchés avec Mitsuko de nos lames en créant un chemin par l’épée où apparaissait plusieurs sorts de Lucian s’écrasant un peu partout. Je vins à l’aide de Runne en tranchant en trois son assaillant, mais il me bouscula pour ne pas qu’une lance ne me transperce, refusant visiblement que je ne sois blessé plus que je l’étais dans mon piteuse état, en mettant un genou à terre en me grondant de ne pas trop en faire. Finalement, nous avons pu atteindre le passage isolé en arrivant dans un lieu illuminé magnifiquement par tout les cristaux rouges, grâce à un trou de lumière. Même si dehors il pleuvait, ce trou donnait quand même l’impression que le ciel était radieux et illuminait tout les environs. Des runes tournoyaient lentement, celles qui avaient été greffées autours de l’éthérite d’Onokor.

Des inscriptions tirées de la page du livre de Shigma qui avait jadis tourmenté et transformé le phénix noir. Ils s’en servaient maintenant pour préparer la récupération de ce pouvoir grandiose du Kami déchu, mais pour l’heure, il n’y avait rien de plus que le résultat de cette trahison dans ce lieu incroyable. Des ombres dansaient un peu partout, et de l’une d’elle, s’extirpait une silhouette d’énergie rouge crépitante formant le corps de celui qui à échoué à mené les siens pour nous abattre : l’esprit tourmenté du Seigneur Kazan. Il était manipulé par celui qui progressait doucement devant nous, des ailes noires dans son dos et portant un artefact ancien dans sa main en nous observant. Kurokazi Uryuki avait une surprenante majesté, le Raen sourit doucement en soulevant le menton, laissant ses cheveux bleutés frappés dans un vent imaginaire illuminé son regard. Ses pupilles étaient d’un rouge intense et le blanc de ses yeux avaient tourné au noir tandis qu’apparaissait l’ombre de Ketsui, tout ce qu’avait volé et soumis ce serviteur à son propre esprit gardien dont le reste de la conscience était dans les bras d’Aerlin. Rapidement, les sœurs Isamu se ruèrent vers l’ombre de Saiko avec le support de Lucian. La sphère qu’il envoya arrêta net l’ombre rouge dans une puissante déferlante alors que Mitsuko invoqua un tigre de feu rugissant sur lequel Kohaku prit appuis. Les griffes du tigre tranchant l’entité, permettant à Kohaku de planté sa lame dans l’œil de l’incarnation. Ce dernier repoussa brusquement celle qui venait de le frapper en jurant qu’il vengerait sa propre mort et celle des autres. Kohaku bondit alors vers son visage pour le gêné le plus possible, tournoyant contre lui en essayant de le retenir avant d’être encore propulsée au loin, repoussant Lucian par la suite tandis qu’il créa un éventail de cristaux se plantant un peu partout sur son corps.

Cela l’arrêta suffisamment longtemps pour que Mitsuko n’achève son incantation, enfermant l’énergie malveillante sous le sol à des profondeurs de là pour laisser cette rage lentement s’estomper. Nous affrontions l’ombre de Ketsui avec Sorn, les premiers tirs frappèrent les ailes d’un côté tandis que je tranchais l’autre, arrivant brusquement face à notre adversaire pour l’abattre en vitesse. Mais il ne se laissa pas aisément faire : Repoussant brusquement Sorn en l’envoyant s’écraser contre la pierre d’un coup de patte, il m’écrasa de l’autre en me bloquant au sol subitement, dans un choc douloureux. Bien que Sorn et Gladys tiraient sans cesse, se protégeant des pierres volant un peu partout dans des grands fracas, je sentais la fin venir. Il souleva sa patte pour m’achever, un instant avant que le Teclis de Sorn ne vient se greffé sur moi. Il était hors de question de périr ici, entre les griffes de ce monstre. Tant de choses devaient encore être faites, et dans cet instant d’un désirs ardent, de détermination furieuse, je m’extirpais de là pour frapper de tout le pouvoir fournis par l’armature de Sorn en mêlant mon propre éther à grande intensité. Laissant fendue en trois l’ombre de Ketsui, avant de m’écrouler au sol lourdement. Ceux triomphant de Kurokuzi furent Runne, Finaen et Aerlin. Débutant par un sort de soin puissant, pour nous offrir à tous support et guérison nous permettant ainsi d’attaquer pour en finir ce sinistre invocateur. Il lutta de son bâton contre les lames de Runne et Finaen en repoussant les flammes que Runne créait pour affronter la glace de ses techniques.

Prenant un grand coup de bâton, peu après que Finaen ait pu le frapper plusieurs fois de sa lame, Runne s’écrasa contre la paroie de glace en restant sonné un bref instant. Qui lui fut presque fatale, quand l’ennemi créa un sabre de glace pour le propulser droit vers le visage du miqo’te étalé contre la pierre froide. Bloquant celle ci, Finaen envoyant sa rapière pour créer un choc d’énergie permettant à Runne dans prendre le contrôle malgré une blessure à l’épaule douloureuse. Il se prépara à renvoyer le sabre brisé en éclat de glace droit vers Kurokazi enfermé dans d’innombrables amas de roches que Aerlin venait de créer pour l’arrêté. Bloquant l’adversaire, les parois de pierres cédèrent dans une grande déflagration envoyant des morceaux un peu partout sous l’intensité de l’explosion. De là, jaillit Kurokazi, affecté encore plus par les énergies volés au Kami en étant devenu presque un monstre ressemblant un peu à un Tengu. Formant une nouvelle lame de glace, celle ci traversa le ventre d’Aerlin de part en part en une blessure particulièrement grave. Retirant sa lame, laissant giser au sol l’élémentaliste dont la conscience s’échappait, il joua de l’épée face à la lame noire de Finaen dans des lueurs obscures à chaque coup. Finaen semblait être dépassé, mais après un instant étrange, quelque chose se forma dans l’esprit de Finaen en laissant les marques rouges apparaître devant son visage.

Prenant son ennemi de vitesse, la lame d’ébène traversa de part en part Kurokazi, qui maudit Finaen d’avoir acquit un pouvoir plus noir encore que le siens avant de s’effondrer au sol. Toute la glace autours de nous perdit de son rouge intense, donnant l’impression que des milliers de feux follets bleutés s’en extirpaient lentement. Nous étions presque tous effondrés au sol, blessés et épuisés. Pour autant, notre mission venait de s’achever, avant de réalisé qu’il ne nous restait plus qu’une étape à ce long voyage dans la mer de Rubis. Bientôt, il faudrait vaincre le Phénix noir lui même. Afin qu’enfin, le calme puisse revenir dans les lieux, libérés de la présence de ce monstre n’apportant que malheurs dans son sillage. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 356
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 14 nov. 2021, 13:41

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"L’envol du phénix noir."

Image
Cent-quatre-vingt-quinzième Entrée - « Acte 16 – La chute d’un Kami déchu.»
Image
« Un bien long voyage nous fit traverser la mer de rubis pour atteindre cet objectif. Première étape ce notre périple en Orient, nous sommes arrivés sur cette contrée en devant affronter les maux qui nous avaient fait venir là-bas pour arrêté le Phénix noir. Tout ses périples furent d’arrêtés les maux et les conséquences de son apparition, allant du Feu noir aux œuvres maléfiques de Qao. Jusqu’au triste destin des Kazan qui s’éclaircira par la présence du jeune héritier prenant le destin des siens. Isari fut survolée durant la nuit par le passage du Phénix noir, maintenant que son ancien invocateur était mort, tout semblant de contrôle et orientation de son voyage au dessus de la mer n’avait plus rien de contenu ou de logique. Il se contentait d’errer et de faire souffrir autant qu’il souffrait, nous laissant voir au loin, loin de là, des lumières ardentes à Onokoro qui avait subie le même assaut qu’Isari en laissant des silhouettes infâmes s’extirper des habitants pour essayer de les assaillir. Une nuit des plus difficiles, alors que nous étions censés nous préparé afin d’affronter le Phénix noir, certains étaient fatigués aussi bien physiquement que moralement. Il faut dire que je n’étais pas dans le meilleur état non plus, la dernière mission m’ayant laissé des marques, j’avais tout fais pour que mon corps soit prêt et Aerlin y avait plus que veillé. Nous retrouvant à Isari, c’était exactement la même équipe qui s’était retrouvé afin de partir affronter ce mal qui allait continuer de traverser les environs en rugissant jusqu’à ce qu’il ne reste rien à faire souffrir.

Lucian, Runne et Finaen se retrouvaient ensemble pour y confrontés leurs sorts, tandis que nous avions encore les sœurs Isamu – Mitsuko et Kohaku, prompt à souvent agir ensemble en frappant nos ennemis avec un Sorn non loin pour nous assister. Et une fois de plus, Aerlin pu nous accompagner afin de préservé notre santé de tout les maux possibles. Quelques conversations tranquilles eurent lieux, alors que la pluie qui n’avait pratiquement eu de cesse était encore en train de tomber doucement depuis des lourds nuages sombres. Mais dans les cieux, des trouées de lumières laissait tombé les lueurs du crépuscule dans un effet simplement magnifiques comme si des lances avaient percés la couche de nuage pour laisser la lumière choir sur le monde. Il pleuvait encore, et alors que nous traversions les hauteurs d’Isari sous les salutations de quelques habitants que Finaen cherchait à rassuré, ils étaient inquiet et c’était compréhension. Pour eux, comme pour tellement de visage inquiet que j’ai vu dans ma vie, notre action allait orienté si oui ou non leurs vies resteraient en danger face à l’approche de cette créature monstrueuse arpentant encore les cieux. L’échelle chuta pour nous mené au pont de l’embarcation de Stanislas, plusieurs s’en émerveillèrent en voyant qu’une peinture fabuleuse d’un aigle d’or avait été dessinée tout le long de la coque. Nous installant dedans, tous observèrent la ville une dernière fois alors que la pression montait de plus en plus, car partir affronté ce monstre qui nous avait déjà balayés était des plus inquiétants. Mitsuko essaya de rassuré sa sœur qui faisait les cents pas sur le pont le long de ce voyage alors que tous s’occupaient comme ils pouvaient. Le temps passait lentement, si lentement, à cause de la pression, jusqu’à découvrir lentement sous le regard de Sorn et Runne proche de la vigile, la vision de l’île de Zekki.

Habitat des Kojins Rouges, que nous allions rejoindre bien autrement cette fois. Mais visuellement, nous avions déjà l’impression que les lieux étaient comme noyés dans les flots sombres des énergies négatives tirées par le phénix noir. Quoi qu’il s’y trouve là-bas, il y avait une forte influence, Lucian la décortiquant et l’inspectant en réalisant vers où se trouvait lentement la plus forte influence vers un des recoins centraux de l’île. Mais ce fut Finaen qui dévoila brusquement la surprise qui nous prit tous de court : Inspectant l’éther, ce fut d’un coup qu’il contempla l’apparition dans un bruit du Phénix noir lui même. Frappant des ailes, sans un cri, il se rua en avant en agitant notre embarcation dans tout les sens en faisant presque dégringoler un membre d’équipage que Kohaku rattrapa en bondissant dans le vide en s’attachant à une corde. Tandis qu’elle sauvait le plus urgent, plusieurs réagirent en allant secourir ceux qui risquaient encore de tomber dans des impulsions des vents agités par Aerlin, mêlés à la présence de Mitsuko fonçant un peu partout, Gladys non loin d’elle agitant les pinces pour attraper ceux qui risquaient de choir.

Il ne fallait pas le laisser partir, Sorn fonça droit vers le gouvernail en assistant Stanislas aux manœuvres afin de le poursuivre dans les hauteurs de Zekki. Des immenses coraux rouges étaient présentes un peu partout, je cherchais à les trancher brusquement pour nous ouvrir des passages plus aisés avec Mitsuko à mon côté, tandis que ceux que je ne pouvais fendre se heurtaient aux protections mauves entourant notre embarcation dans des éclats puissants et rayonnants de la barrière de Lucian. Mais l’une des plus urgentes choses à faire était de nous débarrassé de la présence du phénix noir, qui lors de son passage, avait affecté tout le monde : Dont moi. Aerlin m’épargna la douleur d’être affecté par une énergie aussi infâme en s’aidant de Runne pour me purifier moi et tout le monde sur le pont dans un éclat de lumière magnifique. Comme une flèche, une plume passage à travers la protection de Lucian et s’écrasa contre Finaen qui retenait les morceaux de pierres chutant dans tout les sens pour les envoyés brisés des coraux, essayant de créer un bouclier avant que Sorn ne soit transpercé. Luttant comme il pouvait pour récupéré la barre, presque en rampant au sol, Sorn récupéra la barre pour poursuivre le Phénix noir qui était pratiquement devant nous maintenant.

Des entités infâmes bondit sur le pont en traversant la protection de Lucian cédant de plus en plus, jusqu’à ce qu’il utilise les restes de l’énergie de son bouclier pour propulsé une lame pourpre dévastant les silhouettes qui envahissaient la position de Sorn et Stanislas qui tiraient dans tout les sens. Sorn ayant reçu sa propre tourelle en pleine tête, s’écrasant sur le dos, laissant Aerlin le couvrir de nombreuses sphères de purifications jusqu’à ce que lui même soit écrasé soudainement au sol par un coup puissant. Les lames de glaces de Runne percutant l’ensemble peu après le sort de Lucian fini par offrir l’opportunité à Mitsuko de bondir sur les coraux, sur l’invocation d’un cerf majestueux, pour trancher les ombres avant qu’elles n’arrivent. Tout semblait bon, jusqu’à ce que le Phénix noir ne nous arrive dessus : Ayant reçu le Shuriken immense de Kohaku en plein dans l’aile qui était en train d’être purifiée par Finaen, ce dernier fit un tonneau sur le côté et balayant brutalement ses deux assaillants, Kohaku finissant dans la cale et Finaen s’écrasa dans tonneau remplie de gelée aux fruits. La serre du phénix retenait très douloureusement Lucian au sol, jusqu’à ce que mon sabre ne puisse trancher en laissant une grande blessure à l’aile grâce à mes camarades, faisant partir le Kami déchu dans un mouvement d’aile. Nous tournant vers l’avant, Stanislas eu à peine le temps de poussé un cri efféminé que nous heurtions un grand amas de coraux rouges, nous plongeant dans la confusion la plus totale.
Image
D’un instant à un autre, nous étions passés du chaos au calme, et de nouveau au chaos. Il n’était pas question de combat, mais de subir, tandis que l’Aeronef déjà en piteuse état à cause du phénix noir chutait en se prenant de nombreux coraux jusqu’à sortir enfin de la masse qui protégeait un accès, venant nous écraser brutalement en glissant le long d’une falaise de roche, droit au milieu de l’installation où le Phénix noir était parti rechercher des forces. Dévastant tout sur notre passage, la poussière retombait lentement à mesure que nous étions en train de nous extirpés lentement de là en observant la triste dévastation ayant entraîné notre chute : Un ou deux membres de l’équipage de Stanislas ne se relèveraient pas, jamais, tandis qu’au moins quelques potions de soins furent rapidement avalés surtout pour ceux ayant été le plus violentés afin de nous en remettre vite, car nous étions tombés en plein cœur d’un territoire ennemi. Les lieux étaient infestés de coraux rouges, et d’immenses champignons émettant les lumières rouges surprenantes qui envahissaient les lieux. Ça n’était pas simplement que du goût des Kojins rouges, mais aussi de la malédiction frappant celui faisant de cet endroit son domaine. Plus nous pouvions observer les lieux, plus il était concevable que les problèmes étaient nombreux, mais nous étions néanmoins confrontés à la présence du Phénix noir qui rôdait encore dans les cieux pour affronter ceux qui avaient déjà fini par le blessé. Mais à notre grande chance, Lucian allait pouvoir parfaitement le contenir tandis que tous s’occupaient des problèmes environnantes.

Kohaku fonça droit vers le Prêtre du Feu noir, un des rares survivants, qui hurlait à ses adeptes de continuer le combat envers et contre tout. Espérant les libérés, elle planta ses deux lames dans le prêtre en bondissant au dessus de ses gardiens, mais ce dernier ricana et émit une ondulation de flammes noires. A la place, c’était un des guerriers oriental qui s’était fait poignardé, et tout les autres se mirent à décochés des flèches obscures avec Kohaku. Bondissant à droite et à gauche, la possibilité d’une tuerie pour abattre le prêtre devenait des plus possibles, mais elle perçue les bracelets étranges des guerriers afin de les attrapés touts, et des les brisés, pour les libérés du courroux du prêtre. Arrachant les bracelets les uns après les autres, elle fut néanmoins rattrapée et soulevée par la gorge tandis que lentement, le souffle lui manquait. L’aide ne provient d’aucun d’entre nous : Les guerriers libérés plantèrent leurs sabres dans le dos du Prêtre plusieurs fois, le laissant choir au sol en s’occupant de leur sauveuse les ayant convaincu qu’ils n’avaient pas à mourir ici. Derrière nous, à l’opposé de la chute de l’Aeronef, s’était trouvé de vieux cristaux d’éther corrompu utilisé par les rituels envers Susanoo. Pour permettre à Finaen de l’atteindre rapidement, Runne et Sorn rallièrent leurs forces afin d’affronter deux Kojins affreusement mutés qui ressemblaient plus à des monstres affreux recouverts de plumes noires qu’à des hommes-bêtes. Rugissant, l’un eut le bras soudainement coupé par la lame de Runne infusé d’éther en l’empêchant de faire usage de sa faucille. Privé de ce bras, il fut balayés par les tirs de Sorn frappant sans cesse dessus alors qu’il avait presque tiré vers Finaen sous un coup de la confusion – Aussi ai-je une vision lucide d’Ugumori chouchouté par des miqo’tes envoyés par Sorn pour se faire pardonné.

Là, les tirs massacrèrent le Kojin, mais le second infâme fit choir une immense lame sur les deux compagnons. Runne chercha à l’arrêté, mais il n’en eu pas la force et fini par s’écraser au sol lourdement quand le poids de la lame eue raison de lui. La surprise de voir Finaen avoir achevé la purification et avoir extirpé de la une sorte de grande lance d’argent fit tourné la tête au Kojin dans un moment fatal. Frappant son poignet, désarmant l’adversaire, qui reçu en retour une munition en plein dans la tête avant de s’effondrer lourdement au sol, tué sur le coup. Se soutenant après l’affrontement acharné, Finaen pu en profiter pour arracher la lance afin de pouvoir me venir en aide rapidement. J’étais confrontée à une sorte d’énorme entité comme un géant cornu qui était fait des énergies négatives agglutinées comme une sorte d’ectoplasme qui s’approchait de plus en plus d’Aerlin afin de l’empêcher de produire la purification de la trouée infâme qui semblait être au cœur de l’apport en énergie que le Phénix noir convoitait. Convoquant la dame des eaux, la silhouette féminine se mit à tournoyer autours d’Aerlin en l’aidant à généré une première puissante lueur qui frappa au niveau des flots sinistres qui semblaient provenir droit vers de la mer de rubis. Un choc d’énergie tournoyait magnifiquement, et j’interdisais le bras du géant d’écraser Aerlin en tranchant dedans en laissant la foudre trancher avec ma lame.

Au vue de sa taille, je devais bondir à droite et à gauche afin de couper cette entité en bondissant d’une pierre à une autre afin d’essayer de l’affaiblir de plus en plus. Laissant des lueurs blanches à chaque coup, il ne désirait visiblement pas aisément se laisser faire et je sentais la faiblesse de mes blessures de la dernière mission. Heureusement pour moi, Finaen intervint en frappant de sa lance brusquement plusieurs fois pour essayer de l’affaiblir, sur le point de détruire cette chose en s’acharnant avec la pointe de la lance surprenante dont la lame été suivie par une sorte de plumage rouge. Avant qu’il ne contre-attaque, je mêlais mon sabre à son assaut, jusqu’à ce que le géant ne cède en finissant par s’écrouler brusquement au sol en se dissipant lentement. Ce qui permit à Aerlin de finir son rituel, soulevant le sceptre noueux avec la Dame des flots et Gladys qui semblait très motivée à agité ses pinces vers la colonne des flots s’élevant dans les cieux. Frappant proche de là où le Phénix noir observait, ce dernier avait été frappé par Lucian avec d’immenses pointes de cristaux l’ayant contenu et blessé jusqu’à ce qu’il se fige le temps que Mitsuko ne bondisse des hauteurs en plantant son sabre le long de son dos. Récupérant sa camarade avant une chute mortelle, Lucian et Mitsuko contemplaient le Phénix noir étendant ses ailes en contemplant cette cascade inversée qui s’écrasait comme sur un toit imaginaire en tournoyant dans les cieux.

De cet effet magnifique, des âmes s’extirpaient en fusant vers les cieux une fois que les fragments d’éther spirituels furent libérés des miasmes du Kami déchu en parvenant enfin à quitté les lieux, nous laissant observer une des visions les plus grandioses que nous n’ayons sûrement vu de nos vies, jusqu’à ce que l’ennemi décidé de tout gâché. Frappant plusieurs fois en tranchant, Mitsuko faillit se faire déchirée par un coup de serre jusqu’à ce que la sphère de flamme de Lucian ne le frappe en noyant les ailes et les flammes noires incarnant notre ennemi pour les faire devenir d’un mauve inquiétant. Venant dévoré les encres maudites, héritage de Qao, tournoyante autours d’une lame de fer. Effaçant ce qui le dévorait, il se souleva dans les cieux et débuta un rugissement puissant qui commençait à créer une vague de dévastation qui frappa les environs, tuant deux des samourais libérés du Feu noir en essayant de nous noyés dans la dévastation. S’échappant vers le sud, nous ne devions pas le laisser s’échapper dans cet état, car son envol n’amènerait que dévastation partout dans la mer de rubis.
Image
La vague de chaos nous frappa de pleins fouets, mais nous y avions survécu en laissant de nombreux boucliers rayonnant venant des magiciens de notre équipe tandis qu’ils percutaient les flammes et la dévastation brisant la roche et créant des fissures monstrueuses. Plusieurs étaient blessés, mais rien de particulièrement grave pour l’instant, Kohaku se dépêchant de mettre les rescapés en sécurité afin de respecter sa promesse de les mettre en sécurité et de ne pas les laissés mourir ainsi. Proche de Finaen, ce dernier hochant la tête vers moi alors que je tranchais plusieurs pierres en bondissant en avant pour m’offrir un accès rapide, je perçu tout mes camarades foncer et me rejoindre en vitesse alors qu’ils n’avaient tous qu’un seul objectif : Poursuivre le phénix noir, et le vaincre. Personne ne voulant le laisser s’échapper et voir de nouveau les mêmes conflits qui envahirent la mer de Rubis en provoquant la folie dans d’innombrables personnes convoitant autant qu’ils craignaient le pouvoir aussi corrompu puisse t-il être. Dès lors que nous étions réunit, Lucian et Mitsuko se trouvant au dessus de nous en bondissant d’un corail rouge à un autre en nous offrant l’assistance de leurs présences tandis que depuis l’Aeronef, Stanislas criait quelques encouragements alors qu’il prenait soin de son équipage et de son embarcation déjà en réparation pour le préparer au départ. Au moins avions nous un repli possible, mais tous observaient le phénix noir qui dans son sillage ouvrait la terre, la roche, les coraux se brisaient à sa venue et il libérait de son engeance des nombreuses ombres de ceux qui s’étaient liés à ce kami et qui en avaient été absorbés à leurs grands déplaisirs.

Ennemis vaincu le long de la mer de Rubis, fussent-ils Kojin ou Samourais, ils s’extirpaient des miasmes infâmes libérés par le survol du kami en se préparant à nous bondir dessus. Des coulées de laves se glissaient sur notre route, brisant brusquement le sol sous une influence venant du couvercle des enfers, étendant cette dévastation en laissant choir de nombreux débris depuis les hauteurs qui percutaient les environs. Concentré sur les pierres tombant des cieux, Finaen cherchait à les repoussés absolument tout en générant avec Aerlin suffisamment d’emprise sur la roche pour soulevé des ponts de roches. Reliant les passages, Kohaku avait fait usage d’une technique pour tout faire afin d’arrêté les fissures de progresser pour permettre à tout le monde d’avancer sans avoir la craindre de tomber dans le vide avec le risque de fondre en bas. Ce qui arriva presque à Aerlin, qui concentré sur l’énergie environnante en créant les passages rocheux fini par presque choir dans le vide avant que Runne n’intervienne. Glissant à toute vitesse sur la glace au sol qu’il avait formé pour créer des passages supplémentaires, il attrapa rapidement Aerlin et le hissa hors des flammes qui l’attendaient en bas. C’était de justesse ! Et cela nous permit d’avancer en rencontrant de nombreux alliés qui avaient eu le courage de traverser l’arche infâme pour assaillir la partie de Zekki envahie par les malédictions du Phénix noir. Saiko Kazan guidait les deux amis de Finaen et Runne ayant été sauvé en Sui-no-Sato, Chijiyu et Torako.

Même Nobukoto était là, faisait tournoyer un kanabo en braillant qu’il allait en finir d’une façons un peu paniquée. Descendant des hauteurs, Lucian et Mitsuko vinrent rapidement à la rencontre de nos alliés pour leurs faire boire une potion de soin et les mettre en sécurité pour ceux risquant de trépassés, me laissant frapper avec les lames de glaces de Runne et les flammes de Kohaku, tout nos adversaires qui s’avançaient au milieu du déluge de tir de Sorn offrant une couverture parfaite, nous menant tous ensemble malgré quelques chocs douloureux jusqu’à ce qui ressemblait à un grand cocon d’obscurité où le Phénix avait trouvé refuge. La traversée du feu noir l’incarnant fut une épreuve d’une souffrance affreuse pour Mitsuko et moi qui avions ouvert le passage. Nos lames fendirent l’accès, en nous laissant nous effondrer de l’autre côté sous l’intensité d’une douleur affreuse, qu’Aerlin subit en partie quand la faille se referma presque sur lui en lui mordant le bras et l’épaule. Nos compagnons rapidement prirent un instant pour nous redressé pendant que tous découvraient les lieux en même temps que mon esprit se concentrait de nouveau sur ce qui nous entourait. Ce domaine avait comme été arraché à Hingashi, un petit lieu de vie paisible où des souvenirs traversaient l’espace du cocon autours de nous dans des rayonnements d’or. Donnant l’impression d’y voir des scènes de vies regrettées, oubliées, désirées. Celle de cet esprit ayant été maudit par les caprices de quelques adorateurs. Quel cruelle destinée, maintenant qu’elle était seule, elle ne pouvait que faire passé sa douleur à travers la destruction tout en trouvant refuge en ce lieu aux airs si paisible quand on ne contemplait qu’un sol verdoyant mouillé par un petit passage d’eau où des objets de décorations Hingashi donnait à cette espace un air de simplicité bien heureuse en contraste avec l’impression d’âmes errantes dans l’horizon noyé de flammes noires.

Un peu plus loin s’y trouvait le cristal où la petite sœur de Hai était enfermée en position de prière, mais s’étendait devant l’ombre monstrueuses du Phénix noir. Ici, il avait l’air plus grand et plus puissant encore, des runes rouges tournoyantes autours de ses ailes et de ses serres alors qu’un hurlement résonna en échos dans les environs faisant tremblé jusqu’au sol même. Des sphères d’énergies sinistres descendaient du plafond lentement, afin de se brisés au sol pour créer des explosions si intenses qu’elles nous auraient éparpillés en morceau. Mais pour nous empêché de nous focalisés dessus, le Phénix noir se concentrait sur Runne afin de se préparer à le noyé dans les énergies infâmes. Nous étions alors les seules avec Kohaku à frapper le Phénix lui même, les autres s’occupaient rapidement d’empêcher un saccage – Finaen s’installant sous une des sphères créa une intense protection émettant des lumières bleutés quand les magies se fracassèrent l’une contre l’autre dans une ondulation de pouvoir effrayante. Profitant de contenir la sienne, il perçu que celle tombant vers Lucian risquait de gagné en amplitude en retour et renforça la protection de Lucian peu avant qu’il ne soit balayé à son tour dans une lueur puissante. Sorn s’était avancé proche de Lucian pour le soutenir, ponctionnant une partie de l’énergie de la sphère peu avant que Mitsuko ne créer une barrière de roche autours de lui et autours de Runne. Protégeant Sorn d’un contre coup lors de la déflagration finale des sphères contre les protections magiques, cela épargna sûrement aussi Runne et Aerlin qui créaient des protections puissantes juste devant eux jusqu’à ce qu’elles ne cèdes, les envoyant s’écraser brusquement en arrière.

Employant toutes techniques possibles, Kohaku générait des sorts à ne plus en savoir qu’en faire pour frapper le Phénix le plus fort possible, mais autant ma lame pu fendre au passage plusieurs parties de son corps, cela ne nous empêcha pas d’être balayés d’un coup d’aile et de serre en laissant Kohaku sérieusement blessée plus loin en se fracassant au sol. Tournoyant en l’air en émettant un terrible rugissement, il tournoya rapidement en emportant avec lui toutes ses énergies volatiles provoquant des fracas dans ce domaine qui ondulait sous le choc sans pour autant se distordre.

Plusieurs furent fracassés au sol, frappés par cette ruée de puissance, jusqu’à ce que des chaînes mauves apparaissent brusquement en attrapant le kami pour le retenir. Lucian fit tout pour contenir sa hargne le temps que Sorn, Runne et Finaen ne le contourne rapidement pour rejoindre le cristal où était enfermée la petite sœur d’Hai. Purifiant ce dernier le plus possible, Runne offrit l’opportunité à Sorn de créer de nombreuses fissures dans une vague de chaleur de plus en plus intense en serrant un peu les dents. Ce qui acheva son ouverture, fut la griffe de lumière jaillissante d’un sort que je n’avais jamais vu de Finaen, éclatant le cristal en récupérant la jeune Raenne libérée contre lui. Cette fois, le Phénix noir n’aurait aucun refuge où disparaître, et il reçu de plein fouet un rayonnement qui ne cessait jamais d’Aerlin en essayant de dévasté son incarnation par l’intensité de la purification. Tandis que je tranchais de ma lame en de nombreuses ruées, ce qui l’acheva fut l’intensité des assauts des invocations de Kohaku et Mitsuko, faisant venir tout les gardiens avec lesquels elles étaient liés. Je reconnaissais la plus part, allant du sanglier se fracassant contre le phénix au serpent qui voulu l’éteindre, les deux furent balayés par le pouvoir du Kami après l’avoir affaiblit comme ils pouvaient, laissant l’opportunité à Kojiro, le crapaud, de donner un grand coup de sabre. Puis un autre, passant la main au tigre enflammé qui détruisait comme il le pouvait des parties de l’incarnation. Balayant Kojiro d’un grand coup de serre, contenant le tigre, le Phénix émit un hurlement déchirant produisant une onde de lumière radieuse.

Cela détruisit d’un coup le cocon, lors de la libération de pouvoir, tandis qu’il s’élevait lentement dans les airs en débutant sa désintégration à mesure où il progressait. De l’envol du phénix noir, s’en suivit sa chute, délivrant enfin la mer de rubis de sa haine et de son affreuse souffrance. Un calme plat s’installait dans les environs alors que plusieurs gisaient au sol. Le poids des vies volés, des combats menés, s’estompait lentement en nous laissant réalisé que ce périple nous menant partout dans la mer de Rubis venait de s’achever. La quête du Phénix noir, venait d’être accomplie, tandis qu’un immense soulagement nous tombait sur les épaules en aspirant enfin à un peu de repos. Mais ce repos ne serait pas aussi long qu’il ne serait espérer. Rapidement, notre prochaine destination nous mène à la suite de ce périple en Orient : Alors que la rumeur d’un Mornemaux se fait entendre, en Yanxia, peut-être que les histoires de certains de nos compagnons ayant vécu sur ses terres risquent à leurs tours d’être découvertes tandis que plusieurs personnes parlent étrangement d’un rire néfaste venant d’une créature ressemblant un peu trop au Tree Barar à mon goût. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 356
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 17 nov. 2021, 15:09

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Une errance du Mornemaux."

Image
Cent-quatre-vingt-seizième Entrée - « Acte 1 – Plantes et renégats.»
Image
« Les derniers jours de repos furent d’un plaisir particulièrement satisfaisant. Kugane n’était pas si longtemps de là, c’est naturellement dans cette belle citée que nous avons pu prendre un peu de temps pour nous reposer de la chute du Phénix noir. Si ça n’était pas aussi long que cela l’aurait mérité, ce fut suffisant pour profiter des bains chauds et de quelques agréables lieux de vies. Certains y sont encore un peu, me semble t’il, mais il nous restait encore bien à faire quant aux rumeurs sur nos prochaines en Yanxia. Partant de nouveau pour un périple, avec quelques kilos de sucreries offertes par N’lamahni lors d’une visite à Kugane, c’est vers l’intérieur des terres que nous nous rendions en traversant enfin la côte orientale d’Othard droit vers le royaume. Les rumeurs n’avaient rien de fameux autant que nous avons été contactés par un des contacts de Cirmo, Kaito, vivant dans la ville de Namai qui était notre nouvel objectif depuis les rumeurs traitant d’horreurs qui me laissait songeuse quant à nos vieilles missions les plus noires lors de l ‘avènement du culte de l’Arbre-en-deuil. Est-ce que les rumeurs étaient vraie ? Le Tree Barar aurait-il trouvé quelque chose qui pouvait lui permettre d’atteindre l’Orient tout en lui laissant une bonne raison de chercher un pouvoir là-bas autre que l’espérance de dévorer l’héritage de l’Arbre-blanc : Aerlin. Notre mission nous donnerait un aperçu d’une problématique bien plus grande à venir, malheureusement, rien ne serait aussi facile qu’attendu au moment de découvrir ce qu’il convoitait.

Un de ses pouvoirs anciens dont la naissance nous reste encore secrète autant que pour la plus part de ceux qui protégeaient cette légende passée. Découvrir ce qu’est le Mornemaux est notre nouvelle quête, ce, avant que le Tree Barar et ses sinistres alliés ne parviennent à acquérir ce pouvoir. Pour l’heure, c’est bien heureux ignorant que nous avons pu nous retrouver à un grand portail magnifique et plutôt incroyable qui donnait l’impression de traverser enfin l’espace pouvant nous faire apparaître dans le royaume de Doma. Mitsuko et Kohaku nous attendaient tranquillement installés assise, jusqu’à ce que petit à petit notre équipe ne fut réunie. Finaen et Runne parvinrent rapidement suivit de Sorn toujours bien heureux portant une de ses tenues d’Eorzéa que je lui reconnaissais tant. C’est le retour de Livio qui me fit sourire, joyeuse de voir notre protecteur dans son armure de combats prompt à nous défendre de sa pistolame. Profitant sûrement encore un peu de Kugane, Aerlin n’était pas encore là, cela dit je me disais déjà que ce n’était peut-être pas plus mal : Plus de repos avant de réalisé quel perfidie était encore en train de prendre de l’ampleur ne lui ferait pas de mal. Surtout concernant un tel mal. Conscient de notre destination, à défaut des problèmes, la traversée de la région d’Yanxia fut des plus formidables en premier lieu. Les heures passaient sans que je ne m’en lasse, observant des rizières paisibles et des montagnes magnifiques où flottaient des cerfs volants dont les lumières à l’intérieur ressemblaient à des guides pour les esprits alors qu’ils illuminaient très légèrement les cieux. Se mêlant aux innombrables étoiles, l’air pure et agréable diffusé par un vent nocturne léger rendait aussi confortable que pouvait l’être cette vision de splendeur.

Après le passage de l’Arche, c’était comme si Doma entière nous souhaitait bienvenue en son sein, nous laissant découvrir les splendeurs d’une terre riche en histoire en voyant des demeures perchées sur des hautes pierres, des rizières paisibles baignant dans l’obscurité, jusqu’à ce qu’une curiosité apparaisse. Une vieille femme portant de nombreux cerfs volants flottant un peu au dessus d’elle nous apparut, les lumières bleutés semblant éclipsé toute lumières rendirent immédiatement très nerveux mes compagnons. Runne et Sorn gardaient une main sur leurs armes, mais son passage ne fut pas très long, nous disant que quelque chose était conscient de notre arrivée en laissant des lueurs bleutés nous gagnés et nous accompagnés. Encore inconscient d’avoir été renforcé, protégés par une force bienveillante après ce voyage merveilleux et paisible, l’intervenant qui jaillit devant nous allait rapidement changer ça. Le courageux hyurois chevauchait un Tigre de la contrée et plusieurs l’accompagnaient en découvrant les crocs l’air aussi menaçant que fier. Une brève conversation nous fit découvrir qu’il était un ancien prêtre de Ketsui, le Kami toujours auprès d’Aerlin depuis son sauvetage, et qu’il avait été prévenu par Torako de notre venu. « Moko », était-il nommé, et il nous invita à grimper sur ses compagnons félins pour partir à toute vitesse.

Plusieurs comme Sorn et Livio activèrent le talisman des milles bêtes, le premier jaillissant comme un cerf et l’autre prit la tête en un tigre blanc magnifique guidé par la foudre. Nous progressions proche de quelques débuts d’habitations de civils sans le sous locaux, mais d’un coup c’est au milieu de ce contexte que le sol semblait expliqué. Nous avions vu au loin Namai sur sa colline, et une lueur verte avait déchirée les cieux comme si elle désirait laissé une trace maléfique dans l’air. C’était impressionnant, mais ne ressemblait pas aux puissances habituelles corrompues que nous connaissons. Et quand le sol s’ouvrit, c’est ni flamme ni obscurité qui jaillirent. C’était des plantes tournoyante dans tout les sens en créant un véritable chaos devant nous quand des racines, des lianes, des feuillages poussaient dans des formes immenses.

Progressant au milieu des spirales, Runne et Finaen produisaient plusieurs lames de vents fendant les enfants notamment là où des habitants avaient été attrapés, renversant même un chariot à choux. Sorn se faisant attraper par une corne, se mit à tournoyer dans tout les sens une fois saisit alors que Livio et Mitsuku sortaient les habitant libérés de là en urgence. Me laissant foncer pour ouvrir le passage en bondissant à toute vitesse d’une racine à une autre que Kohaku dévastait avec des grandes explosions enflammées. Découpant dans une lueur d’argent ce qui nous coinçaient, alors que je perçu Sorn tournoyer en l’air en attendant le cri de Gladys emportée avec Runne dans les airs, nous avons pu sortir de là en mettant les habitants en sécurité. Découvrant le reste d’une basse ville improvisée, les lieux avaient du être créer par des habitants revenu en Doma après sa libération et n’avaient pas encore ni sous ni place pour s’installer. Plus loin après un peu, apparaissait une sorte barrière naturelles d’où provenait visiblement l’éther dégagé qui créaient un tel chaos, que Livio avait repéré avec son éthérimètre. Il fallait passé la grande porte, mais si s’en charger ne serait pas si difficile, nos ennemis qui apparaissaient de tout les côtés en brisant parfois des demeures était une toute autre problématique. Chevauchant des rhinoscarabés immenses et émettant des vrombissements surprenant, les insectes géant avec leurs cavaliers.

Des combattants portant des grandes capes et des tenues très amples avec des chapeaux ronds domiens, tous s’écrasèrent sur notre groupe lors du voyage. Mitsuko fut blessée en tranchant un ennemi en deux alors que Livio était harcelé de choc de cornes après avoir délivré un choc foudroyant au milieu de la foule. Un aiguillon lui avait percé l’épaule et l’attirait vers la porte pour que d’autres aiguillons de lianes monstrueuses ne la massacre pendant que Sorn libérait Livio en plusieurs tirs puissant sur le cavalier. Les déflagrations de Runne ne cessaient que rarement, provoquant des grands chocs flamboyant un peu partout jusqu’à frapper contre la porte plusieurs fois, enflammé l’explosif de l’invocation de Kohaku : Un lièvre rouge avec une grande sacoche d’explosif, émettant un choc puissant en envoyant l’ami de Kohaku dans les airs alors que celle ci bondit pour le réceptionner en roulant plusieurs fois au sol. Ma lame dégagea la voie proche des chocs de Runne en tranchant ceux osant s’approcher jusqu’à ce que dans une sorte d’ondulation puissante, peu après que Runne ne sorte Mitsuko de là, Finaen créa un sort d’ampleur qui fracassa les survivants et agit en bélier sur la porte en dévastant cette dernière de la manière qu’il sait si bien le faire. La porte ronde de bois au milieu des ronces chutèrent, soulevant la poussière dans tout les sens, nous laissant découvrir un endroit des plus merveilleux et surprenant en ce lieu.
Image
Bien entendu, quelques soins furent de rigueur. Rapidement plusieurs aidèrent Mitsuko, notamment Finaen et sa sœur pour que le trou dans son épaule se referme suffisamment pour ne plus être un risque même si malheureusement cela laisserait une blessure inquiétante derrière qui aurait encore besoin d’observation – du travail pour Aerlin, c’est assuré ! Tout en laissant Livio activé une cartouche « Aurore » de guérison dans une lueur merveilleuse s’y mêlant à un aspect foudroyant apparaissant le long de son corps, c’était pendant que la poussière retombait lentement en nous laissant découvrir les lieux. Il s’agissait d’un espace intriguant où la nature était magnifiée par la présence d’une sorte de plante d’un jaune d’or rare illuminant légèrement les environs d’où tombaient d’innombrables fleurs de cerisiers donnant une forte impression que les lieux étaient investit par les énergies du Ka. L’une des voies de la méditation des Samouraïs. Les pétales tournoyaient dans tout les sens, se mêlant à des lueurs roses créant un aspect rare de beauté qui en retour illuminait les eaux qui se nourrissaient déjà du reflet de la lune aussi ronde que haute dans les cieux. Le plus surprenant restait le sol : Nous étions littéralement sur des immense pétales de plantes, comme si le sol était devenu l’intérieur d’une fleur aux proportions irréelles. Quel fantastique impression que de se sentir au milieu d’un domaine de beauté rare qui infusait l’espace autours de nous de senteurs agréables tout à fait rassurante. Les flots tombaient en nombre, comme si des cascades avaient décidés de rejoindre la rivière en la rendant plus profonde et plus grande, devenant cela dit hélas menaçante pour les habitations locales tant elles prenaient de l’ampleur. Aussi belle fut cette plante, elle animait aussi la force végétale qui une fois détournée par une conscience monstrueuse que Finaen allait découvrir sous peu, il nous fallait quand même brisé ce qui créait un lieu hélas aussi beau pour arrêté la menace environnante.

Plus elle persisterait, plus elle alimenterait ce qui provoquait le chaos comme le dévoilait plusieurs habitants étalés au sol endormi à cause des miasmes de spores présentes dans les environs qui ne cessaient de provoqué des impressions puissantes de spores diffuses donnant un aspect un peu trop apaisant et reposant. Peu désireuse de nous laisser nous endormir, nous sommes tous parti à l’assaut en laissant à Kohaku la chance de s’attaquer à ceux qui faisaient de la musique. C’était la première fois que je voyais un Shamisen finir littéralement en une hache en cas de soucis, et son porteur reçu un grand coup de pied l’envoyant au sol pour que Kohaku récupère l’instrument en tendant le bras d’un coup. Mais la déflagration provoqué par son Lièvre n’eu pas l’effet escomptés : Les deux autres musiciens coupèrent la déflagration et blessèrent Kohaku avec une technique du Ka de vitesse extrême. Blessée, se tenant le ventre, elle essaya de détourné leur attention le temps qu’un clone ne jaillisse dans leurs dos pour les poignardés pendant qu’elle jouait de la musique. Mais ils ne furent pas dupe : Frappant le clone en le tranchant, ils voulurent faire de même avec Kohaku mais d’un coup Livio pu se retourner pendant son affrontement en créant un grand bouclier éclatant en des myriades de cristaux en sauvant notre amie. Celle ci en profita pour les balayés et les deux combattants du Ka tombèrent au milieu des explosions du lièvre rouge, provoquant une forte déflagration en condamnant nos ennemis.

Se retournant vers ses adversaires, Livio avait été griffé de partout avant de reprendre sa forme réelle, les dents serrés en regardant une espèce de treant extrêmement fin portant un Haori et entouré des combattants qui étaient sur les rhinoscarabés. Il tenta bien d’empêcher Finaen d’accéder à la source d’eau qu’il voulait purifier, mais après avoir repoussé Livio, notre protecteur pu lui barrer la route en frappant sans cesse de sa pistolame en provoquant de nombreuses explosions. Se débarrassant d’eux à toute vitesses dans des chocs intenses, les derniers adversaires sur nos flancs étaient opposés à ma lame. La problématique, c’est qu’ils avaient une forte tendance à se rassembler de nouveau même quand mon sabre les taillaient en pièce. Quels pénibles adversaires que ceux qui peuvent nous paraître immortel !

M’écrasant au sol en passant dans les flots, ils faillirent me transpercer de part en part en générant ensemble des aiguillons tandis que les sortes d’élémentaires de fanges magnifiques flottant au dessus du sol cherchaient à se guérir des blessures affreuses de ma lame. Des flammes intenses jaillirent, Sorn tirant brusquement vers ce qui cherchait à m’atteindre dans un choc de feu surpuissant en dévastant les aiguillons. Et quand Gladys glissa sur mon bras le Teclis, il était temps d’en profiter pour les trancher en milles morceaux. Le combat central pour récupéré la fleur responsable de tout ça était des plus intense : L’immense Rhinoscarabé grand comme six d’entre eux était en train de courir partout quand Runne provoqua une explosion intérieur puissant en le laissant en fort piteuse état. La créature gémissait et hurlait, alors que Sorn malgré une douleur mentale affreuse avait voulu détruire la plante jusqu’à ce que Mitsuko ne la balance en l’air dans un geyser d’eau puissant. Récupérant la plante, la tenant contre lui comme un nouveau né enfin libéré d’un tortionnaire, tout en me venant en aide dans une lueur enflammée.

Cela laissa le temps à Mitsuko de créer une couche de glace qui bloqua net l’énorme insecte que Runne chevauchait en cherchant la chance d’en finir. Mitsuko percutée brutalement par la créature en se rétamant plus loin en arrière, la glace créer lui offrit la seconde qui lui fallait pour créer un sort de foudre à l’intérieur de la créature, provoquant une grande explosion balançant sa chitine dans tout les sens. Vaincue, mais risquant de vaincre Runne même involontairement en le propulsant à toute vitesse vers un mur d’habitation. Il tomba à la place dans une sphère d’eau que Finaen tenait dans les airs après avoir distordu les flots et arrêtés la source de ce pouvoir en laissant doucement Runne s’installer au sol. Bloquant l’afflux des flots, ce qui avait condamné l’adversaire de Livio quand il n’eut plus de renforcement avant de se prendre une pistolame dans la bouche, il avait trouvé bien plus à l’intérieur. Un contact monstrueux, et horrible, laissant toujours une marque dans l’esprit : Un contact avec le Tree Barar émettant de milliers de voix des rires en lui demandant où était Aerlin avant de lui foncer dessus. Détruisant le lien, chassant sa présence, il succéda à cela une nouvelle explosion verte surprenante au dessus de Namai en étant résiduelle cette fois. Comme si quelque avait décidé d’arracher le ciel. Cette présence avait quelque chose de vraiment inquiétant, tandis que tous nous l’observions alors que fanaient les plantes autours de nous. Si pour nous tous, il y avait quelque chose d’aussi beau qu’inquiétant, pour Finaen qui avait identifier l’éther c’était pire. Cela ressemblait presque à une attaque de la Sylve.
Image
Rassemblant nos forces après que lentement nous avions fait le constat que les civils seraient rapidement réveillés et étaient maintenant en sécurité, Kohaku fini sur le dos de sa sœur à cause de son état de plus en plus piteux après le dernier coup reçu ayant laissé une marque douloureuse sur son ventre. Pour autant, bien que sortant de ce lieu enchanteur qui aurait bien vite disparut, l’état de Namai nous inquiétait suffisamment en ayant entendu là-bas l’écho des rire et des appels à l’aide mensonger du Tree Barar pour nous mettre tous ensemble à foncer droit vers la ville. En vérité, ils n’étaient pas dans un état critique, car ils avaient majoritairement déjà installé les habitants en sécurité sur la place de l’éthérite qu’ils défendaient à merveille. C’était bien heureux de ne pas être responsable de leurs vies ou de leurs morts, mais il en restait pas à mal secourir quand des sortes de lucioles verdoyantes tombaient ici et là depuis les « griffures » vertes immenses dans les cieux. Il ne fallait surtout pas être touché par de tels énergies, car les conséquences étaient simplement monstrueuses : Une fois que cela touchait quelque chose, la surface se remplissait d’une grande couche de végétation. Et quand cela advenait sur quelqu’un, la personne ne pouvait alors que hurler en étant contaminé par les plantes et en mourant dans un visuel des plus infâmes. L’effet de la magie s’espaçait un peu partout et la silhouette d’un Tengus traversa les cieux en faisant tombés de nombreux totems un peu partout sur Namai.

Ce dernier émit un grand rire, disparaissant en laissant dans son sillage l’inquiétude des locaux d’avoir pu observer une telle créature. Je connais peu des légendes et de l’incroyable des Tengus, mais il me fut dit qu’ils apportaient soit la paix, soit la guerre, et au vue des totems balancés au sol produisant des chocs aériens puissants dévastant quelques vielles masures et caisses abandonnés, sans parler des habitants essayant de rejoindre la place de l’éthérite qui furent balancés ici et là et pas tous en un seul morceau, ce dernier n’apportait sûrement pas le paix dans les faits. Aussi il nous fallait rejoindre rapidement ce qui profitait les fluctuations vertes étranges dans les cieux, quoi que cela amenait, si la première phase était les lucioles tombant des cieux personne ne voulait savoir ce qui parviendrait si cela devait devenir de pire en pire. Aussi, avec Finaen, nous avons pu dépensé énormément d’éther ainsi que les bénédictions reçues de la vieille femme pour protéger notre équipe tandis qu’ils progressaient en réglant la plus part des problèmes. Tirant sur des créatures, d’anciens corps de différentes bêtes et humains recouverts de bois et d’écorces pourries comme le Tree Barar appréciait tant en créer, il attrapa Runne qui achevait ceux que Sorn touchait avec des langues de flammes les écrasant brusquement avant de se mettre en route vers l’intérieur d’une maison que Sorn traversa en marchant littéralement sur le dîner d’une famille quelque peu surprise en arrivant finalement par sortir par la fenêtre.

Traversant brusquement une fenêtre, les deux camarades chutèrent au sol avant d’être rattrapés par les miasmes verts monstrueux tournoyant autours d’eux en les soulevant de plus en plus. Tenu par un amas de végétation conscient, ils se débattaient en essayant de s’enfuir quand ils perçurent des lucioles saisies par des lianes ressemblant à des mains et lentement approchés d’eux pour les transformés. Frappant dans un éclair blanc, Finaen détruisit les lucioles tandis que je tranchais en même temps que sa rapière dans un choc puissant émettant quelques éclairs frappant ici et là en libérant nos compagnons. Les laissant poursuivre, nous nous sommes aussi tôt mit à foncer protéger nos autres camarades. Livio ouvrait grand la route, dévastant tout au passage dans des chocs produisant des ondes de puissances à chaque fois qu’il frappait jusqu’à ce qu’il soit débordé par le côté, quand une maison s’effondra sur lui. Finaen parvint à l’infusé par les vents, fonçant avec lui hors des décombres en échappant au ravage à toute vitesse en arrivant en premier vers la fin du passage. J’étais aller soutenir Kohaku et Mitsuko dont les flammes et les foudres convoqués frappèrent un peu partout en créant une vague de dévastation. Finaen ayant éteins les totems des vents, un adversaire attrapa ce qu’il en rester pour créer une hache créer des vents intenses. Mais avant que la hache ne les touches, l’adversaire fut tranchés en plusieurs morceaux de ma lame jusqu’à ce que tous puissent rejoindre la grande demeure où se trouvait le cœur du problème.

C’était la demeure de la famille de Moko, la famille Ujiin. Il se tenait sur les toits environnant avec son tigre le plus proche, et fut rapidement accompagné d’un ami de la famille Isamu. Les deux sœurs se virent salués par Obito, un Namazu au nom curieux n’ayant pas de Gyu dans son nom. Il semblait bien les connaître et leur demanda poliment de ceux qui convoitait le pouvoir au cœur de toute cette problématique. Enfermé dans une jarre qui flottait devant la demeure, une solide Roegadyn en tenue sinistre n’ayant pas de rapprochement culturel évident se trouvait devant en ayant blessé le père de Moko pour s’accorder la Jarre qui contenait d’après ce qu’il fut découvert, du Mornemaux lui même.

Un sort curieux et difficile à imaginer greffé à l’intérieur et qui ne devait sortir à tout prix. C’est dans cette optique que nous sommes partie affronter la Roegadyn ayant été traitée comme une habitante de la Tour. En quoi une membre des Telophores désirait voir le Tree Barar obtenir le Mornemaux ? Les raisons pouvaient être nombreuses, mais aucune ne risquait de vraiment nous plaire tout compte fait. La cible de Livio fut une immense créature faites de bois et de cristaux qui brisait des demeures en émettant des grondements monstrueux. Runne avait congelé son bras pour essayer de l’empalé de l’intérieur, mais cette dernier éclata son bras vers le Miqo’te dans un choc immense envoyant des débris faire valser notre ami miqo’te au sol. Cela dit, cela permit aisément à Livio de planté sa pistolame dans l’épaule de l’entité en provoquant un puissant choc d’éther. Le bras abimé fut arraché dans le choc, l’entité essaya absolument d’attraper Livio en frappant tout au passage jusqu’à ce qu’il perçu Runne partir vers la Roegadyn. Cherchant à attraper le miqo’te, Livio tira son grappin dans la tête de la créature et l’écrasa au sol. Les lueurs de cristaux naquirent tout le long de la lame dans une déferlante de puissance intense. Serrant les dents, il frappa de sa pistolame contre l’être en provoquant une forte déflagration d’énergie en une forme de croix quand il trancha deux fois pour l’abattre.

Ne laissant d’elle que des copeaux de bois. Les Soeurs Isamu quant à elles avaient une cible bien précise : Un membre de leur famille censé être mort depuis longtemps. Ce dernier avait une curieuse forme de rhinoscarabé d’Yanxia, du bois installé un peu partout sur leurs carcasses alors que dans un rugissement il brisa les chaînes que Kohaku lui avait planté à l’intérieur. La foudre convoqué par Mitsuko frappa les chaînes, l’endommageant grandement, jusqu’à ce qu’il repousse la responsable un peu plus loin. Sa cible était Kohaku, en chargeant pour l’empalé, j’ai eue le temps de lui lancer mon wakizacchi en plein dans la corne. Et l’éclair qu’il subit l’instant d’après fut suffisamment puissant pour câlmer ses ardeurs. Créant un amas de roche au milieu de vague de poussières, Mitsuko malgré un choc de roche la frappant, fit tout pour contenir l’adversaire en permettant à Kohaku de créer une vague de flamme à l’intérieur de son corps. Brûlant l’ancien dans une vague flamboyante, il eu à peine le temps de les prévenir du Mornemaux qu’il tomba aussi tôt en poussière au sol. Ce qui nous laissa la responsabilité d’affronter la Roegadyn. D’une impulsion après un coup de poing dans le vide, Finaen fut percuté en l’air quand il valsa dans les airs pour récupéré la jarre avant de s’écraser en brisant une colonne de bois.

Gardant la cache scellée, il se concentra sur les protections pour les réactivés afin de couper le lien entre le Mornemaux à l’intérieur et ce qu’en volait la Roegadyn. Elle aurait voulu l’en empêcher, mais en premier lieu elle subie de nombreux de mes coups de sabres jusqu’à ce que cela ouvre le passage à une grande déferlante de flamme de Sorn. L’écrasant au sol, elle se redressa en ayant perdue ses vêtements. Plutôt que la nudité, nous avons du affronter peut-être au grand regret de Sorn, une réalité plus lugubre. Le Mornemaux avait transformé son corps en simulacre de pierre où s’y ajoutait les mutations de la corruption des Tours. Émettant un rire sinistre, malgré ses blessures, elle se rua vers Finaen mais fut arrêté par l’apparition d’un Runne. Envoyant de nombreux coups de rapières vers son adversaire pour la coincé, ce fut à peine le temps pour que Sorn tire sa foreuse en plein dans le torse de la Roegadyn. Préparant le Teclis, je surchargeais l’énergie du Teclis propulsé vers la foreuse d’un éclair, qui se mise à tournoyer bien plus vite et avec plus de force. De notre adversaire, il ne resta rapidement plus que des décombres et l’écho d’un hurlement alors que Gladys dansait à la chute de notre ennemie. Dans les cieux, les traces vertes disparaissaient toutes maintenant que le Mornemaux était enfermé. Il nous restait la fleur étrange que Sorn avait cueillie, et peut-être découvrirons nous ce que le Tree Barar voulait en faire. Nous voilà prompt à découvrir et réglé une grande affaire, en Yanxia. Aussi profitions nous d’une nuit confortable auprès de la famille Ujiin, grâce à la sympathie de Moko – et sûrement car nous venions de leur sauver la vie. Tant de questions se posent, mais je suggère qu’elles trouveront toute rapidement une réponse. Même si ce sera au fil de nos épées pour les atteindre. »

Akayane Kosenjobi.
Dernière modification par Akayane le 30 nov. 2021, 16:03, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 356
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 19 nov. 2021, 11:50

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Une errance du Mornemaux."

Image
Cent-quatre-vingt-dix-septième Entrée - « Acte 2 – Le protecteur du Iwa seishin.»
Image
« Même si la vie en Namai pouvait être des plus paisible, j’avais du mal à vouloir profiter d’un confort même bien mérité dans une petite demeure proche de chez Moko. Les habitants avaient directement repris leur train de vie, œuvrant dur dans les rizières inondés pour que Doma ne manque jamais de ressource. Pour autant, cela ne changerait rien si leurs efforts étaient ruinés tôt ou tard par l’une de ses menaces qui de plus en plus risque d’apparaître dans les environs. Des Dhara, sortes d’élémentaires existant aussi en Gyr Abania de ce que j’ai cru entendre de Runne, provoquaient des troubles dans les environs alors qu’ils étaient censés être sous la surveillance de l’esprit d’un homme ayant jadis sacrifié sa vie pour devenir le Iwa seishin, un protecteur mental des élémentaires les retenant pour ne pas qu’ils saccagent les environs de Namai. Si ce dernier était corrompu, ils auraient le pouvoir sur toute la roche environnante et pourrait nourrir leurs sorts liés à la végétation d’un pouvoir immense qu’il valait mieux tenir encore endormit. Mais la pierre me faisait pensé aussi à ce que nous avons vu même brièvement du Mornemaux, était-ce lié à le roche ? Ce pouvoir pouvait-il ainsi être renforcé suffisamment pour créer une puissance qui avalerait tout ceux s’opposant au Tree Barar ? Quoi qu’il en soit, venir en aide à ce gardien et à sa légende pouvait peut être nous apporter quelques réponses, autant que cela empêcherait les Dhara des chaînes du Gensui de devenir des menaces mortelles. Là-où il se trouvait portait un nom des plus curieux, surnommé les Railleries d’au delà, on ne peut pas dire que c’était le plus motivant des noms de domaines où nous nous rendions.

Au moins, l’équipe fut rapidement réunie après une nuit plutôt difficile. Nous avions du empêché de ses immenses plantes de jaillir de toutes parts pour attraper certains habitants, sans avoir pu empêché deux d’entre eux, les premiers malheureux, de disparaître complètement dans un hurlement strident ayant avertit tout le monde. Cela advient peu après qu’une caravane chargée de riz fut attaqué par des Ghara censés être présent bien plus loin que juste devant Namai. Plutôt que de laisser la situation devenir de pire en pire, c’était un premier pas pour prendre enfin l’initiative sur ce qui à amené ici le Tree Barar, et c’est une équipe des plus complètes qui fut réunie en ville pour le départ. Une fois de plus, l’assurance magique de Finaen et Runne se compléterait à merveille aux pouvoirs qu’Aerlin exerçait sur les éléments, surtout dans un pareil contexte. Les sœurs Isamu étaient avec Sorn des supports à toutes actions coordonnées des plus efficace, tout en comptant sur une nouvelle personne : Un ancien visage rencontré il y à fort longtemps maintenant. E’nijoh était un tout nouveau aventurier quand je l’avais rencontrer, il était désormais temps deux ans plus tard de voir ce qu’il était devenu au combat. Protégés par la présence de Livio, je me sentais plutôt sereine, et c’est fort de cette grande équipe que nous nous sommes mis en route.

Quitter la ville et les bonnes odeurs, ainsi que la douce notion de confort que nous y avions acquit, avait quelque chose de malheureux malgré les brochettes aux senteurs agréable que plusieurs avaient récupéré de la part de commerçante aimable. Ils purent en profiter mais le goût fut doux-âmer en contemplant ce qu’était devenue les personnes sans le sous installé le long du passage emprunté. Plusieurs demeures étaient encore en piteuse état depuis la vague de chaos végétale, autant que des habitants souffrant d’un mal inquiétant. Finaen, Aerlin et E’nijoh partirent voir ce qu’il en était de leurs corps maltraités, le miqo’te contemplant des fragments de leurs corps donnant l’impression d’avoir été pétrifier. Cela serait le continuité de tout leurs corps si rien n’était fait, mais pour l’instant il n’était pas si aisé de pouvoir se défaire du Mornemaux qui les affligés. Sans pouvoir les purifiés, Aerlin fut comme prit d’une transe révulsant ses yeux et ne s’éveilla qu’une fois Finaen le secouant un peu. Les trois compagnons observant une des feuilles de la couronne d’Aerlin chutant dans sa paume, entièrement pétrifiée avant de tombé en poussière.

Un mal un peu trop contaminant, pensais-je, et dès que nous sommes arrivés sur des terrains inhabités bien plus rocailleux une fois éloignés des rizières, tous se mirent en garde. Kohaku avait déjà pu voir à quel point les protecteurs de Namai étaient tendu, soutenant un samouraï qui était tombé à l’eau en sursautant, mais Runne pu en avoir un exemple rapidement. C’est comme si une plante lui avait hurler dessus un « A l’aide ! » strident, l’attirant lui et Sorn s’approchant d’une sorte d’amas de mousse. Cela me fit songer un bref instant à ce que pouvait bien faire le Tree Barar il y à longtemps dans le thanalan, mais trop tard pour prévenir Runne : D’un coup, une liane l’attrapa et il se mit à être brusquement traîné au sol sur quelques yalms avant que Sorn et E’nijoh ne le libère rapidement de là en arrachant les lianes. Le sol se mit à trembler de plus en plus, et une fois de plus nous avons été prit dans une tentative chaotique de la végétation de se soulever autours de nous en poussant de plus en plus vite. En tête, Livio y était préparé, regardant les environs en soulevant sa lame droit vers une destination curieuse qui lui apparut quand une silhouette étrange et massive lui indiquait de son bâton. Et si la silhouette disparue, les lueurs d’ambres elles permettaient de trouver une route droit vers un lieu donnant l’impression d’un faisceau de couleur ambre quittant le sol vers les cieux. Progressant tous ensemble, Kohaku, Runne et Sorn firent naître le chaos enflammé. Des déflagrations naissaient quand les trois nourrirent les lieux d’une langue de feu qui ne semblait plus vouloir s’arrêter. Mais plus nous progressions, moins il était aisé de les contenir autant que je parvenais difficilement avec Mitsuko à trancher suffisamment vite les liens pour nous créer un passage. L’empruntant rapidement, soutenant qui il pouvait pour que tous puissent atteindre le passage aux rayonnements d’ambre, E’nijoh regardait tout le monde passé en vitesse et risquer de finir tous ensevelit sous les lianes.

Cela s’arrêta quand Aerlin retient directement dans le sol les flots de végétaux, serrant les dents en contenant le flux incroyable dans une puissante ondulation d’énergie permettant à Livio de rejoindre l’avant en déchirant le passage de sa pistolame. C’est nos esprits qui en avaient souffert, la présence du Tree Barar avait quelque chose d’effrayant donnant l’impression d’un grouillant se baladant au fond de notre esprit, jusqu’à ce que Finaen s’en débarrassé en apaisant ce qui oppressait nos pensées. Le domaine aux lucioles ambrées était proche, pour autant cela n’empêcha pas aux Dhara d’apparaître de partout au milieu de choc monstrueux provenant du sol comme si nous avions souillés leur lieu de vie. Hélas, les plantes autours de leurs carcasses suggérait que le mal qui les contaminait était d’une nature bien plus inquiétante, et ils firent tout pour nous retenir. Le sol était un danger, en témoignant l’apparition d’un Dhara massif qui produit un choc suffisant pour frapper Aerlin et Finaen dans un choc puissant. Ce dernier posa sa lame au sol et solidifia brusquement notre passage comme en créant un pont de roche amplifiée qui fut renforcé par les canalisations des sœurs Isamu, empêchant les passages bien que cela n’empêcha pas comme un bras immense de jaillir et de les ensevelir sous un amas de pierre. Heureusement, elles étaient en vie, tandis que la première ligne était tenue par E’nijoh et Livio. Les deux combattants de pairs, Livio sous les traits du tigre foudroyant frappant les Dhara que Runne avait affaiblit en transformant les passages vers leurs cœurs en sables. Une fois que les flots aqueux convoqués par Aerlin les paralysèrent en même temps que la foudre de Livio, ils furent rapidement balayés par nos coups mêlés aux explosifs de Sorn produisant d’immense fracas. Même si plusieurs avaient été blessés, nous les avions balayés en me laissant passé pour trancher deux adversaires au milieu des chocs puissants des détonations de Sorn. Le passage vers le domaine aux lucioles ambrées était ouvert, première étape, pour enfin libéré le Iwa seishin souffrant en ce lieu.
Image
Venir en aide à Kowaku et Mitsuko ne fut pas si difficile, elles se sortaient déjà en parties elles mêmes avant que nos autres camarades vinrent les sortir de là rapidement en venant nous rejoindre en arrivant dans ce domaine mystique. C’était bien loin de ce qu’Aerlin connaissait du Sombrelinceul, s’émerveillant des énergies environnantes comme si une partie de son esprit désirait tellement n’être ici que pour observer et protéger de la nature ayant un aspect tellement différent de ce qui pouvait connaître. Comme j’aurais aimer pourquoi lui offrir un voyage qui n’était fait que pour ça, mais les gens avaient bien plus besoin de ses talents à les sauvés qu’à lui offrir le temps d’une simple observation des plus ravissante. Ressemblant à d’innombrables lucioles, des énergies quittaient les cristaux sous l’influence élémentaire qui envahissait les lieux par sa présence incroyable. On pouvait ressentir un pouvoir intense, mais ce dernier restait des plus maltraité par la convoitise de nos ennemis qui arrachaient aux cristaux et au sol lui même tout le pouvoir qu’ils pouvaient en sortir pour le bien de leurs propres pouvoirs. Bien que certains furent malmenés, nous avons pu découvrir ce lieu en progressant lentement tout en perdant vite pour les plus inspirés l’émerveillement candide qui grandissait à mesure que rapidement, elle fut remplacé par l’agacement et la concentration issue des menaces approchant de nous. Jaillissant des cieux, une entité faites de pierre et de cornes ondulantes tout le long de son corps me laissait pensive en me rappelant quelques de nos ennemis apparus lors de notre combat contre les Telophores. Si les envoyés des Tours étaient concernés, ça n’était pas étonnant, mais il suggérait une sérieuse menace quand il arracha de la un grand tranchoir en le mettant contre son épaule. Si ce dernier nous sauta à la gorge, c’était pour nous empêché d’atteindre le grand cristal ressemblant au cœur des Dhara, plutôt des élémentaires marchant autours de ce dernier comme si ils le protégeaient alors que la végétation maudite du Tree Barar les avaient investit.

En vérité, ce cristal risquait grandement de condamné la zone, aussi fallait-il rapidement le brisé. Au moins n’aurions nous pas de problème provenant des plantes maudites. Celles ci voulurent jaillir sur le flanc, essayant de croitre envers et contre tout mais elles furent reçu par un grand jet de flamme de Sorn qui lui refusa simplement l’accès en la noyant dans un feu rageur. Plus la végétation brûlait, plus cela dévoilait ce qui l’incarnait : Cette fois, pas de repentir pour la plante consciente qui se trouvait au milieu des végétaux brûlés qui étaient aussi tôt remplacés par d’autre. Tout ça était issue d’une plante pétrifiée au milieu de l’ensemble, atteinte par le Mornemaux et manipulé par nos ennemis. Elle ne dura pas bien longtemps, une fois que Gladys montrait à son maître directement sa cible, les tirs perçant traversèrent la plante encore et encore en la réduisant en poussière dès que sa réserve de feu liquide fut épuisé en laissant quelques gouttes choir au sol ainsi qu’un amas de dévastation. Les plantes cherchaient à rejoindre la créature de pierre fine qui s’était écrasé brutalement devant nous. Son but était de nous empêcher de passé, mais elle se contenta de subir l’assaut des sœurs Isamu se ruant sur lui tandis que Kohaku lui planta ses deux kunais infusés de glaces en plein dans la tête. Transperçant brusquement celle ci, tandis que Mitsuko enfonçait sa lame dans son épaule en cherchant à lui trancher les bras.

Les deux furent bloqués sur la créature qui, si elle avait été un simple mortel, aurait été tué deux fois sur le coup. Sa source de pouvoir ne devait pas se trouver dans sa tête ressemblant plus à un simulacre factice d’un ancien visage qui aurait du normalement servir. A la place, il créa de nouveau ses ailes de poussières avant de partir dans les cieux, passant au dessus de Livio et E’nijoh qui se ruaient vers le combat, frappant plusieurs fois Kohaku et Mitsuko contre les pierres environnante. Privé de sa source de renforcement par Sorn, il ne pu pas s’en débarrassé et quand Kohaku généré la foudre sur la lame de sa sœur, celle ci transperçant brusquement le cœur d’énergie au milieu de la créature avant qu’elle ne soit détruite sur le coup, laissant choir dans les cieux les deux sœurs ainsi que le corps brisé de leur ennemi, rattrapés plus tard par ceux le pouvant. Pendant ce combat aérien, l’adversaire avait été confronté à notre « première ligne » furieuse : Runne passa à travers de nombreuses sphères d’eau et de bois, tournoyant au milieu des flots en arrivant devant le Lupin responsable de ce pouvoir. Le feu puissant éparpilla les sphères, forçant Runne à courir en rond rapidement tandis qu’E’nijoh et Livio progressaient vers une Miqo’te dont le bras était devenue comme une immense griffe de bois maudit par l’affliction du Tree Barar. Elle portait une tenue Eorzéenne, peut-être un corps amené en même temps que la conscience infâme de notre ennemi ?

Pour l’heure, c’était surtout une menace et les combattants en tenue large avec le grand chapeau furent rapidement écrasés par la pistolame de Livio et les poings d’E’nijoh. Un coup de masse s’écrasa dans le dos de notre camarade aux poings, l’air de le ressentir dans tout ses os, jusqu’à ce qu’il tournoie en renvoyant un grand coup de poing brisant le visage du cadavre animé qui venait de le frapper. Voyant Livio qui venait de se prendre un coup dans le ventre en reculant, E’nijoh bondit en écrasant son poing contre son adversaire pour la faire reculé, arrêtant la griffe de bois avant qu’il ne soit coupé en deux quand les pointes se plantèrent dans son ventre, ce qui donna le temps à Livio agir. Peu après avoir chuté dans une mousse blanche tranquille créer par Aerlin pour protéger Livio d’un choc au sol puissant, il pu se redresser en écrasant sa pistolame dans le corps de la Miqo’te qui fut brisée en libérant E’nijoh, laissant l’opportunité à Aerlin d’avoir libéré la silhouette de Roegadyn avant de lui avoir offert l’énergie et les soins suffisant, l’infusant d’énergie terrestre, pour qu’il reste entier. Ce dernier lui disait qu’il fallait l’amener à son véritable corps, tandis que le Lupin qu’affrontait Runne lui dit quelque chose de plus perturbant une fois que ce dernier le poignarda de sa rapière en même temps que les lames de vent parvint à le tailler en pièce. Evoquant le Dakugurasu, ce dernier censé être le fils du Tree Barar risquait tôt ou tard de prendre le contrôle de forces environnantes à Namai, et il serait bon l’arrêté au plus vite.

Cela débutait par rejoindre le corps du Iwa seishin, quand Finaen parvint à arrêté la ponction des énergies terrestres en scellant un cristal du Mornemaux. Ayant bien étudier les runes de la jarre du père de Moko, les icônes tournoyait pendant que je me battais proche de la en repoussant les Dhara qui fonçaient vers Finaen. Ils étaient tenace, mais qu’appréciait l’intention de Finaen quand son catalyseur vint tournoyer proche de moi en m’offrant l’énergie suffisante pour passer d’un Dhara à un autre en les taillant en pièce. Une fois que ce fut fait, reculant mon sabre dans un éclair d’argent, Finaen quant à lui détenait une sphère créer par les cristaux environnant ayant pu scellé finalement le Mornemaux. Le cristal principale, immense et flottant au dessus de nous me faisant brièvement pensé à une éthérite – bien que ça n’avait strictement rien à voir, émit une onde d’énergie en brisant le faisceau d’ambre qui témoignait de la ponction active. Nous entendions alors un gémissement immense faisant tremblé la terre, celle provenant du sud là où se trouvait le protecteur. Sauver le Iwa seishin était devenu notre priorité, en espérant qu’il ne soit pas trop tard pour le sauver, et non pas le détruire si il était condamné.
Image
A vrai dire, c’est à ce moment là qu’un des voyages les plus surprenant que nous ayons fait de notre vie allait advenir. Nous épaulions quelques de nos compagnons alors que des élixirs de soins furent partagés pour nous remettre des chocs reçu pour ceux ayant eu des coups plus marquant, tandis que certains rattrapaient simplement Kohaku et Mitsuko en train de tomber dans le vide – bien qu’elles étaient toute à fait compétente pour s’en sortir, cela dit ! Il fallait rapidement se mettre en route vers ce qui avait provoqué un tel bruit. C’était un appel, une sorte de gémissement de souffrance cherchant à alerté notre équipe pour signaler sa présence malgré une affreuse douleur sûrement due à ce geste désespéré pour avoir quelques sauveurs afin de les sortir de là. Tous se réunissant, bien que plusieurs étaient restés en arrière le temps d’aller mieux après quelques instants, c’est un paysage bien morne de prime abord qui fut traverser. Rien d’incroyable me direz vous, progressant derrière un Livio ouvrant comme toujours le chemin en vérifiant que personne ne nous assaille, personne n’aurait pu s’attendre et encore moins Aerlin restant simplement hébété d’une telle influence élémentaire sur la nature environnante. Cela nous apparut quand le sol émit un puissant tremblement en commençant petit à petit à s’élever vers les cieux comme si nous étions transportés pour se rapprocher du ciel.

L’image était un peu trop vraie à mon goût, puisque nous étions littéralement transportés quand une main de pierre immense tandis la paume où nous résidions en s’arrêtant plutôt haut pour voir les étendu affectés de la même façons. Partout, dans les environs, s’élevaient des bras et des mains de pierre ondulant dans tout les sens comme si les membres s’incarnaient et disparaissaient dans les roches brunes environnantes en essayant de créer des mouvements d’une conscience qui aurait perdue toute notion de la réalité. Si habituellement, il devait y avoir simplement des fortes énergies vagabondes infusant les lieux, la présence du Iwa seishin devait créer une toute autre conscience qui nous fit involontairement obstacle tout en observant la pierre au loin qui formait un immense visage d’un Roegadyn greffé dans la pierre. Le visage de celui qui s’était jadis sacrifié mais dont la souffrance sur les traits montrait bien qu’il était infecté par un pouvoir inquiétant. Nous rattrapant quand Kohaku créa une lueur de pouvoir puissante en invoquant les vents pour accélérer ses compagnons, cela permit à Mitsuko de foncer à toute vitesse pour trancher de son sabre une des créatures de bois pourries formés à partir du corps d’un tigre qui avait tenté de bondir dessus en brisant une couche de verre. Continuant ainsi, Runne transformait le sable qu’il tirait de la pierre en le surchauffant pour créer des parois de verre, proche de Livio dont les coups de sa pistolame percutait encore et encore des adversaires, même pendant un intense passage dans une pierre fendue comme si nous étions en train de parcourir une grotte à toute vitesse pendant un bref instant. C’est le jet de Sorn qui fut le plus étonnant je pense, alors qu’il tirait un peu partout vers les créatures approchant, c’est E’nijoh qui l’attrapa avant de le propulsé en avant.

Ce dernier en profitant pour faire tomber des puissantes langues de feu un peu partout consumant les créatures au passage en dévorant tout sur son passage. Remuant brusquement la tête en m’effaçant cette vision de Sorn tournoyant dans les flammes en l’air poursuivi par une Gladys paniquée qui agitait les pinces dans tout les sens, Il était temps de partir d’ici et Aerlin avec l’aide de Finaen avait déjà trouver une solution : Même si il ne concevait pas l’influence du Iwa seishin, alors qu’il en était l’expert, il désirait la dompter. Ayant eu la même idée, comme souvent, les deux magiciens se réunirent pour créer une impulsion d’ambre grandissante de plus en plus à mesure où ils contrôlaient une de ses mains de pierre dans laquelle notre équipe s’est réunie. Je tranchais tout ceux qui approchaient dans des éclairs tombant avec ma lame, laissant venir nos ennemis se brisant sur nos défenses jusqu’à ce que la main soit orientée par les pouvoirs de Finaen et Aerlin droit vers le bas du visage souffrant en traversant le passage à toute vitesse en étant littéralement mené par une main de pierre immense qui nous déposa un peu plus loin. Tous étaient surpris et confus, mais nous avons repris rapidement notre souffle en quittant les décombres de la main effondrée au sol en ayant finalement atteins notre objectif. De dessous, le visage souffrant était véritablement immense, mais le danger venait des nombreuses fissures apparaissant un peu partout dans des chaudes lumières le long des fractures autant sur le visage que sur les environs. Son énergie était visible, sous la pierre, et si elle s’éteignait alors tout serait perdu. Tous peu désireux que cela advienne, nous avons tout fait pour tenté d’arrêté les horreurs qui se trouvaient là : Un vieillard portant une tenue domienne mais aux mêmes allures que celles de l’envoyée des tours ayant mené le combat à Namai.

Il traitait du rôle du Dakugurasu qui pourrait entrer à l’intérieur du corps du gardien pour s’en offrir le trône, mais personne ne souhaitait savoir ce qu’il se passerait si ce genre d’être prenait le contrôle d’une telle force et des Dhara qui y sont associés. Et sûrement pas Runne, qui fonça dessus à toute vitesse en créant de nombreuses explosions d’éther tout le long du bouclier cristallin rayonnant autours du sorcier ricanant. Il cessa de rire quand une déferlante éclata sur son visage en le blessant, faisant un trou dans le bouclier tandis qu’il ne pu voir Mitsuko aisément quand Kohaku créa une immense déferlante de fumée bloquant entièrement la vue. Profitant d’un arrêt de Runne qui venait de lancer un sort pour protéger Livio d’une menace proche, il écrasa une explosion pourpre et rouge proche de lui avant que la déferlante ne se poursuive jusqu’à balayé Kohaku qui n’était pas si loin. Se retournant d’un coup, il bloqua le sabre de Mitsuko juste devant son visage en l’écrasant de plus en plus dans la pression de la magie sur l’air environnant. Peu envieuse de laisser sa sœur face à ce monstre, Kohaku fit explosé le bouclier dans un éclair puissant renforcé par Mitsuko en détruisant toutes les défenses du vieillard. Et même si elle fut propulsée au loin comme une étoile filante quand elle reçue un sort en plein dans le ventre, repoussant Mitsuko au passage, la rapière de Runne transperça le vieillard dans le dos avant que Runne ne s’acharne dessus. Encore et encore et encore. Ce qui fut de même pour E’nijoh d’ailleurs.

Lui progressait avec harmonie aux côtés de Finaen pour atteindre une aberration du Tree Barar. Une créature avec des trentaines de visages, sur un bois immondes et autres déchets de la nature. Frappant les visages les uns après les autres, la créature fut noyée dans les flammes de Sorn avant d’essayer de le repoussé brusquement d’un coup de griffe. La rapière de Finaen refusa, se plantant dans le bras de l’entité infâme qui était maintenue par E’nijoh qui avait attrapé une chaîne trainant sur la créature pour la bloqué le temps que Finaen ne la blesse très gravement de sa lame encore et encore. Furieuse, elle rugit et agita E’nijoh dans tout les sens en l’écrasant un peu partout avec la chaîne, jusqu’à ce que sa griffe ne balaie Finaen en l’écrasant sur Sorn. Les deux crépusculaires se vengèrent en infusant le miqo’te d’un immense pouvoir, les tirs de Sorn le touchant dans des sphères enflammés lui donnant le pouvoir là où la colonne de lumière de Finaen créa dans ses coups la purifications. Ainsi, frappant encore et encore du pied dans une déferlante d’énergie, E’nijoh laissa une fissure au sol sous les chocs répétés où la créature avait été détruite. Ce qui nous laissa avec Livio, l’ouverture pour atteindre le visage.

Le gardien était un avatar bien néfaste qui soulevait un grand bâton en l’écrasant vers nous. Percuté par Runne, le bâton rata Livio qui lui fit payé avec un grand coup de pistolame dans le torse avant de reculer. Ma lame passa juste après, le taillant encore et encore en profitant qu’Aerlin l’eus bloqué avec sa magie. Peu envieux de nous laisser triompher, l’avatar maudit nous écrasa tout les trois en donnant un énorme coup nous balançant subitement au sol, blessés mais bien moins que cela n’aurait du être sans le bouclier que Livio venait de créer sur tout nos compagnons dans des lueurs magnifiques. Aerlin amenant la conscience du gardien vers son corps, il bloqua l’avatar souillé par des grandes pointes de roches me permettant de le tailler aisément en morceaux de plusieurs coups de sabres. Ainsi, l’esprit du vieux Roegadyn retourna dans le Iwa seishin, dont le visage de pierre était enfin paisible en créa une onde de choc dans les environs repoussant le Mornemaux qui avait créer tant de souffrance. C’était fait, Namai n’aurait plus à craindre l’apparition des Dhara dans la ville. Si nous avions freinés la volonté du Tree Barar, au moins nous avons maintenant une cible : Il fallait faire disparaître son fils, ou quoi qu’il soit pour lui. Détruire ce fameux Dakugurasu. »

Akayane Kosenjobi.
Dernière modification par Akayane le 30 nov. 2021, 16:02, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 356
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 22 nov. 2021, 13:10

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Une errance du Mornemaux."

Image
Cent-quatre-vingt-dix-huitième Entrée - « Acte 3 – Un Liéchi en Orient.»
Image
« Le repos à Namai avait quelque chose de reposant que nous avions découvert en Sui-no-Sato. La simplicité Yanxienne était reposante, un village et quelques domaines magnifiques environnait était des plus confortable, mais ce qui était sûrement le plus agréable pour nos compagnons était d’avoir un ciel au dessus de la tête et pas les fonds marins comme nous l’avons ressenti dans les grandes bulles sous la Mer de Rubis. Il ne s’y était pas passé grand-chose, depuis la libération des Ghara des chaînes du Gensui de l’emprise du Dakugurasu, La question était de savoir que faire précisément pour lui mettre la main dessus ? Mais plutôt que d’en avoir la réponse, ce dernier envoya l’un de ses haut serviteur pour nous donner une problématique à résoudre. Une créature qui errait dans les rizières, sans trop s’approcher, mais les rendait inaccessible. En ses jours de plus en plus brumeux, il était particulièrement fou et dangereux d’aller récolter le riz avec une telle chose dans les parages quoi qu’elle pouvait bien faire. D’après les descriptions, cela ressemblait un peu trop à un Liéchi que nous avons déjà affronté en Gyr Abania. Comme beaucoup de problématique, le Tree Barar avait pu apporter l’un de ses sbires venant droit d’Eorzéa pour servir ses intérêts en Orient, après tout. Il fallait d’urgence savoir ce qu’il désirait faire aux Rizières, ce devait être une réaction d’urgence à son échec dans les Railleries d’au delà, ce qui nous mènerait le long de la course du Héron, la suite des flots provenant de l’Envol du Héron qu’avaient sûrement suivi le Liéchi pour arriver dans les environs.

Peut-être que sa destruction nous apporterait des éléments pour remonter jusqu’à son maître, mais j’admets que mon objectif était surtout de faire en sorte que Namai reste réellement en sécurité depuis l’attaque de la servante des Télophores. Ainsi, c’est proche de l’éthérite que notre équipe s’est rassemblée. Depuis quelques temps, c’est sensiblement la même, réunissant une partie de notre équipe en ayant les deux sœurs Isamu agissant souvent de pairs contre tout les obstacles. Finaen et Runne étaient à nos côtés, ainsi que Sorn toujours prompt à tirer sur les cibles pouvant poser problème. Cela dit, nous avions de nouveau la présence d’E’nijoh désireux de bien faire à la force de ses poings. Aussi me demandais-je si son périple à nos côtés n’allait pas durer plus longtemps que je ne saurais m’y attendre, ce qui serait le bienvenue! Malgré le mauvais temps, notre destination restait les hauteurs des rizières ouest de la ville au-delà de la Chute du Héron, là où les flots découlaient utilisés pour inondés les rizières afin de produire la ressource principale de Namai. Cela dit, plus nous nous préparions à partir salué par quelques locaux qui n’étaient pas bien nombreux alors que nous étions encore en pleine journée, il fallait s’imaginer que si personne ne pouvait errer là-bas l’ambiance y serait délétère, cela dit personne ne doutait que ça le serait à se point. La brume intense n’aidait pas, donnant l’impression que les demeures sur les roches en hauteur n’étaient que des points de lumière vagabondant au dessus de nos têtes au milieu de la brume intense.

C’était aussi beau qu’inquiétant, cela dit le froid transporté par cette brume recouvrait nos échines en donnant l’impression qu’il ne nous souhaitait que la mort. Ce qui était relativement le cas, car en arrivant, plusieurs trouvèrent des corps abandonnés dans l’eau. Des pauvres paysans avaient été plantés dans les rizières, leurs corps servant comme engrais aux énormes insectes qui en sortaient. Des scarabées parasites, dont les cornes s’illuminèrent en nous fonçant dessus. Ce fut pendant un instant le chaos, j’en reçu un coup dans le dos soudainement tout comme Sorn, percuté par les maudits insectes qui fusaient dans toutes les directions. Gladys attrapant son maître qui avait vomit, des munitions partirent dans toutes les directions en se mêlant aux vents générés par Finaen et Runne repoussant comme ils le pouvaient les vagues harcelantes d’insectes assassins. La silhouette lointaine du Liéchi nous observait, avant de nous tourner lentement le dos avant de partir. Ils souhaitaient atteindre le Mornemaux de l’intérieur, par la terre, et il fallait l’arrêté au plus vite. Je fonçais avec E’nijoh qui repoussait brusquement les bêtes dans des chocs provoquant des pulsations de vents puissantes, Mitsuko passait dans les airs en tournoyant alors que Kohaku protégea sa sœur en détruisant les corps dans des grandes gerbes de flammes. Nous avions une ouverture pour partir d’ici en vitesse, traversant le flot d’insecte, ceux ci ne purent que périr avant de nous atteindre tant leurs vitalités n’étaient pas réellement incroyable en étant sortie de ce « cocon humain » un peu trop tôt.

Progressant dans les brumes, fonçant vers une étrange direction où les flots s’élevaient lentement, nous avons du tout faire pour nous sortir des marasmes d’une brume essayant de nous perdre tandis que certains risquaient de finir enfoncés dans des boues de plus en plus gluantes et profonde. Kohaku avait été prise dedans, s’enfonçant légèrement dans la masse avant qu’elle n’invoque son sanglier. Je fini par l’aider à se sortir d’ici, l’attrapant par l’avant-bras, voyant proche de là une sorte de grande lumière tournoyante suivie d’une impulsion de lumière magnifique. C’était Runne et E’nijoh, trouvant un moyen de montrer leur position afin que Sorn, utilisant les senseurs de Gladys, ne les retrouve. Mitsuko tournoyait en l’air, récupérant Runne avant qu’il ne tombe dans une boue risquant de le faire disparaître sous le sol, marchant dans des rizières inondés en progressant comme on pouvait, cherchant à atteindre le passage que Finaen formait.

Créant une immense ondulation d’énergie ambrée, il nous offrit une route rapide menant droit vers la sphère d’eau curieuse tournoyante plus loin. Notre objectif se trouvait devant nous, mais pas dit que le Liéchi était là-bas et encore moins que c’était le cœur des problèmes. En tout cas, c’était lié à la brume, et les vrombissement environnant évoquèrent rapidement l’intervention d’énormes moustiques sortant de nulles part. Attrapant Finaen et Kohaku, finissant dans les airs, nous observions en bas le Maître des Insectes qui était une sorte de Hyur dans une tenue intégrale recouverte de bois pourri et maniant un bâton aux clochettes pour les manipulés. Tandis que dans les airs, Finaen propulsait de nombreuses lames de vent vers les Rhinoscarabés qui arrivaient vers nous avant de tailler en pièce celui qui le détenait. Des explosions apparaissaient un peu partout à mesure que Kohaku provoquait des déflagrations enflammés, avant de choir un peu brusquement en bas. Gladys ayant installé une grenade proche du moustique la tenant, laissant apparaître une énorme déflagration en tuant plusieurs des poursuivant de Mitsuko venant les aider en taillant en pièce les énormes insectes. Cherchant à rattrapé Kohaku, Sorn se prit un peu brusquement Finaen en pleine poire avant de s’écraser par terre, un peu sonné. Nous avions au moins débarrassé la route, E’nijoh désarmant le maître des insectes qui fut taillé en pièce par Runne avec une grande langue de flamme et quelques coups de rapières bien placés. Pour ma part, je m’étais contenté d’abattre les rhinoscarabés environnants, les tranchant en morceaux de mon sabre dans une lueur foudroyante. Le passage était ouvert, la brume un peu moins épaisse, laissant découvrir l’endroit où ils préparaient leur nouveau projet pour saisir le Mornemaux de Namai.
Image
L’endroit était de plus en plus désagréable à mesure où on progressait. C’est comme si ils cherchaient à transformer cet endroit en marécage, comme l’influence du Tree Barar semblait ne cesser d’essayer de rendre plus moisi et pourrissant tout ce qu’il touche de ses griffes infâmes. Quelques lueurs aquatiques sortaient un peu partout dans des lueurs bleutés sortant de grandes bulles dans les environs, témoignant de l’afflux élémentaire qu’ils utilisaient de plus en plus. Pour autant, les insectes tournoyaient un peu dans tout les sens, nous nous remettions de ce combat éclair alors que Finaen et Kohaku aidèrent Sorn à se sortir de la boue où il s’était enfoncé quelque peu, nous progressions lentement en contemplant des environs qui firent même perdre un instant ce sourire joyeux qu’E’nijoh semble parvenir à conserver quelque soit l’instant. Les morts perçu, la brume intensifiée et la crainte de se perdre, tout ce que cela peut évoqué de mauvais avait pourtant un sentiment magnifique une fois que nous ayons traversé une brume dense comme une barrière aqueuse. Cela me donnait le sentiment de nous arracher des griffes de milliers de mains nous tenant et essayant de nous retenir et de nous griffer, finissant avec le sentiment de nous arracher d’un amas de papier froid se déchirant à mesure de notre progression. A l’intérieur du domaine que cela gardait, les petites bulles aux lumières bleutés était ravissante, l’ensemble se mêlant parfaitement à la sphère tournoyante en l’air où des runes domiennes ondulaient avec légèreté autours de cette dernière dans un symbole de maîtrise puissant. Ce contrôle était ce qui permettait de noyer les chaînes du Gensui dans cette brume, pouvant aisément perdre les habitants sortant un peu trop loin de la ville et pouvant peut-être attaqué par des insectes qu’ils se préparaient à délivrés dans toutes les rizières.

Les œufs étaient installés proches d’énergies insectes déployant leurs ailes dès notre arrivé, se préparant à les envoyés dans les flots pour qu’ils arpentent naturellement les rizières afin de pouvoir éclore un peu partout et provoqué autant de soucis que possible. Ce qui était hors de question pour E’nijoh, et alors que tout le monde se préparait à assaillir cette position et les nombreux problèmes visibles, notamment l’étrange artefact sacrificiel où ils préparaient les agriculteurs à devenir des corps prompt à détenir les futurs insectes. Pour ne pas qu’ils puissent éclore facilement en frappant ici et là, le pugiliste eu la bonne idée d’attraper les œufs en les balançant ici et là, ceux ci explosant avec les insectes à l’intérieur tant ils fusaient vite dans des petits éclats dégoûtant rappelant la gelée verte qui lui restait sur le poing après avoir éclaté un des scarabées pendant notre fuite. Tandis qu’il s’en débarrassait de plus en plus, proche de là, Mitsuko qui avait endommagé grandement les deux énormes semblant de Rhinoscarabé bien plus « larvaire » de quelques coups de lames avant que son flanc ne soit entaillé par une sorte de pince-faux qui lui laissa une blessure douloureuse. Peu envieux que cela ne se poursuive, abandonnant les œufs dont les rares survivants s’étaient brisés en laissant des dociles petites araignées d’eau se balader sur lui sans trop de soucis, ayant brisé les gros œufs dangereux, il pu percuté de son poing l’énorme insecte qui écrasait une patte sur la cuisse de Mitsuko en l’envoyant en morceau plus loin.

Se retournant d’un coup, il du arrêté une pince-faux lui tombant sur l’épaule en se plantant de plus en plus. Mitsuko invoquant les vents, ceux ci rendirent E’nijoh bien plus rapide et puissant sur un instant, lui permettant de brisé la pince avant d’écraser son adversaire dans un énorme choc créant une onde de choc envoyant en débris leur adversaire plus loin. A l’opposé, le site rituel avait pu être purifié à son tour, Runne s’était dépêché de s’en débarrassé en essayant de créer d’innombrables lueurs vermeilles pour l’arrêté avant qu’une sorte de dard ne poignarde un autre paysans. Bloquant cette dernière, comme si elle avait une conscience, elle attrapa Runne à son tour pour essayer de le mettre en position de se faire poignardé à son tour par le dard afin de servir le rite écœurant. Cela n’aura pas été de mise, quand le Tanto de Kohaku tournoya en se plantant brusquement dans le dard, le brisant au passage en créant une sorte de hurlement affreux. Elle continuait son combat contre des serviteurs maudits du Tree Barar, des hommes et des femmes faites de bois qui l’avaient frappé brusquement dans le dos. Se redressant d’un coup, elle tournoya en poignardant ses adversaires dans une langue enflammée suivant ses mouvements pendant que Runne brisait définitivement le rite dans une lueur incroyable brisant ce dernier dans un choc d’éther purificateur qui ne laissa l’ensemble mêlé à un crâne de tigre Yanxien choir au sol une fois brisé. Satisfaite, étalée sur le dos après son périlleux combat tout en ayant pu sauver la vie des civils le plus vite possible, mais les étranges totems ne voulaient pas que cela se déroule ainsi. Des totems liés certainement au Tengus qui avait soutenu l’assaut de la porte de Namai, mais ceux ci contrôlaient les flots. Après avoir entaillé Finaen qui purifiait et contrôlé la sphère aqueuse, j’avais essayer de les taillés en pièce avant d’être repoussé brutalement en arrière frappée par les fouets d’eau condensé qui laissèrent des traces au sol.

Avant que ceux ci ne poignardent Kohaku, je parvins à trancher trois fois en bondissant en avant, les totems tranchés en morceau chutant au sol en me laissant mettre un genou à terre après la manœuvre. Ne laissant qu’aux soins de Finaen et Sorn de nous débarrassé de ce qui provoquait la brume du Liéchi d’Orient. Manipulant les flots, Finaen grinçait surtout après avoir prit plusieurs coups en faisant tournoyer le flot rapidement. Débordés par nos compagnons, rien ne pu réellement l’en empêché jusqu’à ce que son pouvoir ne sature la sphère en la laissant choir dans les flots de débordement fait pour inonder les rizières. L’énorme protecteur lui même ne pouvait rien y faire, une sorte de limace verte gargantuesque qui errait lentement autours, que certains d’Eorzéa nommèrent bizarrement un « Géomètre » dans les archives que j’ai pu lire sur la faune locale. Prise dans les flammes de Sorn se diffusant encore et encore dessus, observé avec passion par Gladys ayant trouvé la chose la plus merveilleuse qu’elle n’avait jamais vu de sa vie, l’entité cracha finalement une sorte de mucus vert écœurant s’écrasant contre Sorn en l’envoyant brusquement sur le dos dans une légère fumée qui transforma son décolleté en trou béant vers son torse chauffé.

Se redressant, propulsant plusieurs chaînes contre la limace qui fut coincée quelques instants, Finaen pu intervenir rapidement alors qu’il venait d’en finir en laissant les brumes disparaître de plus en plus jusqu’à ce qu’il se mette à diffusé des éclairs en plein à l’intérieur des chaînes émettant des mouvements irrégulier et puissant sur la limace cherchant à se sortir de là, jusqu’à ce que sous l’influence du feu de Sorn, elle n’explose soudainement. Ses morceaux chutant un peu partout, Gladys récupéra une petite limace incarnant ce qu’il en restait comme son plus beau cadeau de la fête des étoiles. De plus en plus, la brume s’estompait, laissant découvrir une sorte de passage de liane immonde sortait du sol menant droit vers le sud après la Chute du Héron. Il était évident que cela nous mènerait au Liéchi, et il fallait agir vite avant qu’il ne s’échappe.
Image
C’était un plan immonde, bien digne du Tree Barar, ce qui me fit pensé que le Dakugurasu était peut-être bel et bien son fils, quelque soit la façons dont on pouvait le percevoir. Cherchant à atteindre le Mornemaux dans les profondeurs de la demeure de Moko, la jarre était à l’abri d’immenses racines aux nombreuses gravures magiques afin de la protéger de tout ce qui voudrait libéré de l’intérieur de sa protection, l’infamie se trouvant dans les entrailles des protections éthérés. Les insectes s’élevèrent lentement pour les peu restant, apportant comme des traces de poussières de pierre dans leur sillage. Ils devaient transporter un fragment du Mornemaux, risquant d’atteindre les habitants : Si ils ne pouvaient atteindre aisément la jarre, voudrait-il condamné le plus possible des civils par l’affliction de la pierre avant de laisser la place à son maître ? La main insidieuse maîtrisant les bêtes et les infusant ainsi devait se retrouver plus loin, et nous nous sommes préparés à partir après quelques soins d’usages. L’épaule d’E’nijoh et Mitsuko tout simplement en avaient cruellement besoin, Finaen leur offrant quelques élixirs de guérison afin de se sentir mieux. Cet instant de repos passé, n’ayant duré qu’un triste claquement de doigt, nous avons parcouru les racines désormais bien visibles. Celles ci sortaient du sol comme une empreinte affreuse d’une griffe sortant du sol pour s’étendre en une vague de mousse humide et noircie mêlés à de la moisissure d’une vieille végétation maladive. Il y avait comme un vague sentiment de présence dans les moindres battements de l’environnement, s’étendant autours de nous et même sur les hauteurs rocheuses.

La progression était au moins relativement tranquille, du moins, jusqu’à ce qu’une impulsion d’ambre inquiétante ne traverse une énorme racine avant de provoquer une foret dévastation sur les hauteurs pile en dessous d’une demeure abandonnée su rune hauteur rocheuse. Et malheureusement, c’était pile au dessus de nos têtes, celle ci fonçant droit vers pour nous s’écraser sur nous. Peu envieux que l’on s’échappe de plus, les envoyés du Liéchi sortirent d’un coup des fourrés de végétations moisies qui s’étendant en vague devant nous pour nous empêcher de sortir du rayon du choc à venir mêlant aussi bien des pierres s’écrasant que des explosions quand les Cerf-volants attachés à la demeure tombaient à leurs tours. Frappant au sol, Finaen fit de son mieux pour maîtrise la chute des pierres dans une puissante lueur s’étendant au dessus de nous comme une onde d’énergie essayant de dévié aussi bien les cerf-volants que les pierres. L’un explosa hélas pas loin de Runne, l’envoyant s’écraser sur le côté après avoir réduit de nombreuses pierres en sable avant de les transformés en pointe de verre surchauffé pour les envoyés sur nos ennemis. Les plus grandes pierres étaient déviés ou tranchés par Mitsuko, bondissant à droite et à gauche en coupant ce qu’elle pouvait, pendant que nous étions en pleine ruée vers l’ennemi avec Kohaku et E’nijoh. Les tantos tranchèrent et brutalisaient tout ceux arrivant vers nous qui n’avaient pas été fracassé par les grands coups de poings du Solaire repoussant nos adversaires les uns après les autres.

Joignant mon sabre à leurs efforts, tranchant tout ceux s’approchant de nous en laissant la foudre répondre à mes coups, les tirs de Sorn résonnaient encore et encore en atteignant de pleins fouets tout ceux qui s’opposaient à nous en volant dans tout les sens aux moindres impacts. Tout compte fait, la chute de la demeure ne parvint pas à nous rétamé, c’était bien heureux, nous sortant de là en bonne santé. C’est en traversant les décombres que nous avons pu lentement atteindre le lieu qui s’étendait petit à petit à notre vue où se cachait aussi bien notre ennemi que sa maîtrise sur les insectes et l’espace environnant. La brume était encore très présente, mais elle était comme conditionnée par d’immenses branchages s’éloignant d’un arbre aux allures infâmes. Comme si des bulbes poussaient dessus et battaient à un rythme curieusement dégoûtant. De cette arbre, partait les racines qui alimentait le mal environnant en générant une impression de pouvoir infâme traversant l’incarnation boisé. Ainsi, il avait du souillé ce dernier pour y instillé un semblant de force cherchant à créer une pâle copie de la Sylve, sous la surveillance d’un traître de Namai. L’homme, un Hyurois plutôt âgé, était à un stade avancé du Mornemaux ayant étendu la contamination à son bras l’ayant rendu de pierre.

Le Liéchi se tenait proche d’ici, regardant vers un horizon qui ne pouvait voir, protégé par l’immense et écœurant scolopandre qui tournoyait autours de ce dernier. Le ciel était voilé par les branches donnant l’impression qu’elles étaient infinies, le rendant aussi sombre que menaçant en un effet de gris et de noir irréel. Nous sentant arrivé, le Liéchi se tourna lentement vers nous en jouant des griffes jusqu’à tendre le doigt vers l’arbre. Une impulsion d’énergie traversa ce dernier, laissant apparaître le début de la tentative d’assaut par le Mornemaux. Peu envieux de le laisser faire, tous jaillirent à sa rencontre afin de protéger Runne qui essayait de purifier l’arbre. Posant ses mains dessus en serrant les dents, la douleur fut de plus en plus intense tant il ressentait les moindres afflictions portés par les derniers insectes survivant en Namai, essayant de contenir l’ensemble pour que personne ne souffre d’avantage du Mornemaux.

Le parjure, dont l’Haori témoignait de sa reconnaissance des Telophores, voulait l’en empêcher mais les sœurs Isamu purent intervenir aussi tôt pendant que Finaen et moi nous débarrassions du Liéchi. Le parjure n’eut pas beaucoup de temps pour réagir, qu’aussi tôt les Tantos de Kohaku lui coupèrent d’un coup un bras. Celui affecté par le Mornemaux, volant plus loin, alors qu’il cherchait à se débarrassé d’elle à grand coup de sabre. Sa lame rencontra celle de Mitsuko jusqu’à parvenir à l’écrasé plus loin contre l’arbre en tournoyant plusieurs fois. Avant qu’il ne parvienne à faire plus, elle se rua de nouveau vers lui en lui mettant un fantastique coup de genou pendant qu’il repoussait Kohaku. L’effet fut immédiat, même si son expertise lui permit de frapper celle qui venait de le sonné, les deux lames de Kohaku traversèrent son cœur en l’empalant net, le laissant choir d’un coup en gémissant qu’il faisait ça pour sa ville. Quant au Liéchi, il désirait sûrement l’aide de son Scolopendre, mais il avait été dévasté par E’nijoh et Sorn. Le miqote avait bondit sur son immense dos avec d’innombrables tirs de Sorn frappant encore et encore contre sa carcasse.

Des explosions apparaissaient ici et là, entre le poing et les tirs fulgurant de son camarade, le forçant à la fuite dans le sous-sol en émettant un hurlement puissant. Ressortant de sous terre, E’nijoh avait anticipé son apparition en se mettant en position pour une réception musclée. Frappant comme il pouvait et esquivant surtout la mort de justesse en tournoyant autours des pinces énormes. Cela offrit l’opportunité à Sorn de visé convenablement une faille de la créature en ayant une infusion du Teclis. Le tir rayonnant fut comme un laser bleuté qui traversa le corps de part en part en le coupant littéralement en deux, envoyant ses débris encore fumant s’écraser un peu plus loin. Il était isolé, le Liéchi n’avait rien de plus pour le défendre, même si il m’écrasa brutalement au sol alors que j’essayais de l’atteindre de ma lame. Blessée, il était trop occupé à subir le bombardement de Finaen dans des lueurs rougeoyantes intense pour me faire quoi que ce soit, Finaen laissant son catalyseur tournoyer autours de moi pour offrir une assistance médicale rapide. La force rayonnante m’offrit la force d’y retourner, malgré un choc puissant qui nous rétama par terre, blessés. Il ne pu contenir le double coup qui le fendit en quatre morceaux, s’effondrant dans un gémissement puissant en tout un tas de décombre quelconques. C’était fait de cette atrocité, l’instant suivant, Runne vola en arrière quand l’arbre purifié émit une onde de choc qui fendit les cieux et la brume, laissant des lumières du soleil apparaître à travers des trouées en éclairant de nouveau les environs. Le mal était chassé, mais au vue des flux étrange d’énergies, tout cela nous donnait une orientation vers le nord de Namai où repartirent les pouvoir concédés au Liéchi. Nous avons bonne espoir que ce serait là bas que nous pourrions en finir. En atteignant directement le Dakugurasu lui même. »

Akayane Kosenjobi.
Dernière modification par Akayane le 30 nov. 2021, 16:00, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 356
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 24 nov. 2021, 13:27

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Une errance du Mornemaux."

Image
Cent-quatre-vingt-dix-neuvième Entrée - « Acte 4 – Face au fils des lianes mortes.»
Image
« Si la menace du Dakugurasu était au cœur de toutes nos enquêtes, pour sécurisé la jarre du Mornemaux, elle n’était malheureusement que le départ de bien d’autres soucis. Les autorités Domiens eux se concentraient sur l’observation et des tentatives d’arrêté le Tengus qui plusieurs fois errait dans les airs en provoquant quelques malheurs. Pareil créature pouvait caché bien des forces, surtout si il est réellement lié aux Tours de l’Apocalypse et aux Telophores. Rassemblant des Lupins subjugués en se préparant à ce qui semblerait être une bataille à venir, nous nous devions de nous hâté de nous débarrassé de cette créature avant que les problèmes ne s’accumulent. Surtout que la nuit dernière fut terrible pour les nerfs de tous : Comme des gémissement se firent entendre sans cesse dans les airs, donnant l’impression d’une bête hurlant encore et encore à la mort se mêlant à de nombreuses autre voix menaçante qui arpentaient les rues comme si des damnés rôdaient eux même entre les masures. Plusieurs sortirent rassuré les foules, voyant ses effets de magies sur de la végétation locale. Difficile à dire si le Tree Barar s’amusait simplement, ou si cela faisait parti d’un piège, mais il allait payé tout ses méfaits répétés encore et encore. C’est proche de l’éthérite une fois de plus que nous nous sommes réunis avec notre équipe. Si elle était déjà des plus complètes, avec la présence habituelle des sœurs Isamu prête aux combats et de Runne et Finaen. Nous avions la présence de Sorn et Lucian pour offrir comme toujours un support de poids. La seule rencontre inattendue et bienvenue fut celle de Yone Ashina, si j’ose dire mon disciple bien qu’il n’y ait réellement de relation si étroit de mentorat avec ce dernier, il était plaisant de le voir en bonne santé. Toutes les informations à acquérir était quelques peu difficiles à prendre rapidement en compte, au vue de l’évolution de la situation, mais une fois que ce fut fait nous pouvions enfin quitter Namai pour découvrir un extérieur des plus inquiétant.

A vrai dire, même la ville n’avait rien de rassurant après l’expérience d’hier soir. Les habitants gardaient leurs masures closes, refusant d’ouvrir au risque de voir apparaître d’autres problèmes et bien des gémissements macabres à l’extérieur. On vit une mère attraper son fils pour le faire rentrer à toute vitesse afin qu’il ne puisse être emporté par quoi que ce soit dont ils avaient peur. Les ruelles avaient l’air de lieux où milles et une embuscades pouvaient être réalisé, tout comme les sonorités des carillons et autres colifichets installés sur les demeures donnait une impression fantomatique que je n’arrivais pas à me sortir de la tête. Lorsqu’une porte coulissante s’ouvrit d’un coup, découvrant une vieille femme qui semblait en état second, nous avons observer un instant la vieille femme geindre sur ce qui nous attendait dans sa contemplation du mal tandis que Runne et Finaen la remettait doucement au lit avec son petit fils. Observant les runes des rituels de divination, Yone fut comme pris dans un état second, la présence du Tree Barar avait quelque chose d’horrifiant et même quelques objets magiques pouvait plongé quelqu’un dans une sorte de transe effrayante. Revenant brusquement à lui une fois sur Lucian lui agitant un peu l’épaule, haletant doucement, cela le fit brisé tout les enchantements jugés néfaste pour ne pas voir de tels choses ici. Reprenant la route avec nos compagnons qui attendaient plus loin, quittant le contexte anxieux pour un autre, nous avons découvert de grand pont où rôdaient comme des fantômes que craignaient tant les habitants de Namai.

Ceux ci étaient inoffensif, se contentant d’errer dans les environs en tournoyant, recréant de vieilles scènes de vies, Sorn ayant faillit tomber dans le vide en regardant un de ses spectres agir et disparaître aussi tôt. Les vents malveillant furent combattu rapidement par Finaen qui tacha de créer l’espoir au-delà du doute et de la peur. Cette sensation avait quelques chose de galvanisant, nous permettant de progresser avec le mal droit vers la première grande problématique : Aux départs des rizières, naissait une végétation entropique qui ne cessait jamais de se mouvoir dans l’espace. Des racines, des lianes, tout donnait l’impression qu’ils voulaient remplacer cette rizière par un immense amas de marais puant. Si cette idée courrouça Yone, Finaen lui observait plutôt la dépouille d’un pauvre habitant n’ayant hélas pas fait long feu. Ceux qui progressèrent en premier furent les porteurs de lames. Quand une grande ondulation aérienne nous toucha pour nous offrir le pouvoir de nous déplacer à toute vitesse afin d’atteindre les passages pour les tranchés. Runne enflammé sa rapière, frappant proche de Yone et Mitsuko dont les lames brisaient toutes végétations devant eux. J’étais plus au dessus, coupant tout ce que je pouvais en empêchant la nature de revenir, elle ne cessait de grandir jusqu’à ce que nous soyons totalement encerclés. Runne et Yone étaient en très piteuse posture, mais un énorme jet de flamme amélioré par Kohaku projetant un feu puissant que Sorn déchaînait dans les environs en visant son réservoir. La magie de Lucian avait tout gelé au passage, produisant ainsi de formidable explosions un peu partout envoyant des décombres et des restes, nous laissant le passage grand ouvert pour partir d’ici.

Filant tous ensemble de cette végétation croissante avant qu’elle ne recommence à prendre le pas pour nous écraser, nos pieds foulèrent désormais ce qu’il restait des rizières en direction d’impulsion verte incroyable qui provenait d’une sorte de tour, cherchant à transformer les lieux en marais Sombrelinçois. Ils convoitaient un pouvoir tel que la Sylve mais étaient encore bien loin d’un résultat réussi. Sortant des arbres, bien des anciens ennemis nous firent face : ceux qui jadis étaient du culte de l’Arbre-en-deuil, leurs esprits altérés par le Tree Barar, rendu fou. Arrachant des armes faites de bois, ils se ruèrent vers nous, et Mitsuko parvint directement à créer une grande puissance au sol pour solidifier le terrain afin de ne pas choir et nous coincé dans la terre meuble inondée. Filant en vitesse au milieu des ennemis, mon sabre tranchait les premiers opposants à toute vitesse tandis que les tirs se Sorn s’écrasaient un peu partout dans la mêlée. Une flèche passant sur le flanc de Runne qui bloquait nos ennemis et les ondulations vertes avec des barrières de sable vitrifié, l’envoyant au sol, ils furent de plus en plus conditionnés à mesure où ils tentaient d’approcher et ceux qui sortaient de tout ce qui les coinçaient, entre le froid de Lucian et le terrain maltraité se faisaient massacré par mon sabre ou les tirs de Sorn. Yone et Kohaku s’étaient préparés depuis tout ce temps, et dès qu’ils furent en place, Kohaku cracha plusieurs boules de feu fonçant droit en avant renforcées par les vents de Yone dans un coup de sa lame. Les déflagrations grossissants à vue d’œil massacraient nos ennemis en permettant un accès, bien qu’un homme encapuchonné se trouvait au milieu des flammes sans trop de soucis.

Il étendit son bras, formant une lance comme un dard d’insecte, et le lança droit vers nous. Passant au dessus de l’épaule de Kohaku en la blessant, Finaen amplifia encore plus son sort de protection qui arrêtait les ondes provenant de la petite tour domienne afin de bloqué le dard avant que Yone ne soit traversé de part en part. Le choc éthéré fit une ondulation, laissant notre camarade sauf, jusqu’à ce que Sorn se débarrasse des ondes dans un tir neutre provoquant une sorte de lumière blanche surprenante qui s’étendit, coupant tout les sons. C’était très désagréable pendant quelques instants, laissant un vague sifflement nous revenir au moment où notre ouïe pu nous être rendue, mais au moins le passage était grand ouvert pour aller les empêchés en vitesse de poursuivre leurs projets.
Image
Progressant doucement et plus aisément depuis que nous ne nous enfoncions plus dans la terre accueillant le riz que certains essayèrent de sauver au péril de leurs vies, plusieurs furent récupérés et soignés rapidement bien que Runne braillait et insultait celui qui lui avait décoché une flèche de bois en hurlant que si ce n’était pas une lance, ça ne pouvait rien lui faire. Mettant de côté mentalement la folie latente de Runne, c’est le retour du son qui était presque douloureux à mesure que nous revenions lentement à nous en créant des impressions de floues et de perturbation de l’équilibre. Je suis fière de me dire que je n’ai pas vomie après une telle expérience, avant de poursuivre lentement vers la tour qui n’avait plus d’entrave pour empêcher son accès. Depuis le choc surprenant de Sorn, les ondes qui voulaient en sortir en partaient plus que des hauteurs et avait un côté entropique, comme la nature avait pu se déplacer autours de nous en ayant aucun sens dans leurs manœuvres. C’est en arrivant proche de là que nous avons pu observer ce qui avait provoqué sur une simple tour de surveillance domien, un site de pouvoir : Au dessus, se trouvait un immense parchemin. Le rouleau ressemblait à l’un de ses rouleaux anciens permettant d’y scellé d’innombrables pratiques qui ne devaient être sue que par ceux habitant dans l’obscurité : peut-être était une scellé de secrets Ninja, mais je ne pouvais pas croire qu’il soit pour le mieux ainsi installé au dessus de nous avec un aspect très lugubre. Il devait avoir des techniques d’invocations ayant pu créer un contact avec le Tree Barar, mais désormais elle permettait de contrôlé les environs et la nature rendu parfaitement chaotique.

Les flots dansaient littéralement au dessus de la tour, créant comme des incroyables serpents d’eau qui arpentaient les environs en donnant l’impression d’un flot sans dessus dessous en donnant l’impression que nous étions sous des vagues et des bulles immenses tournoyante sans cesse. Ils utilisaient visiblement ce lieu pour accueillir les miséreux et ceux dont la vie n’était plus de sens depuis qu’ils n’étaient plus que des pauvres va-nu-pied d’Yanxia en étant revenu aider la reconstruction de Doma. Mais qui n’avaient rien pour survivre, ni talent, ni ressources. Yone voulait absolument arrêté ce qu’il se passait là, fonçant droit vers la bassine d’une sorte d’eau ressemblant à un humeur infâme d’un insecte. Nous foncions tous à sa droite et à sa gauche, bloquant les menaces environnantes en lui permettant d’atteindre le bassine de branchettes ressemblant à l’autel qui avait voulu sacrifier Runne. La priorité fut de s’occuper pour certains des énormes insectes à débuté par les moustiques démesurés et les araignées orientales qui rôdaient dans les flots. Elles auraient été sympathiques, si elles ne faisaient pas trois chocobo de large et presque deux de hauteur, en émettant des sifflements monstrueux. Bondissant droit vers un moustique, qui tombaient en masse quand les javelines de cristaux de Lucian les fracassaient sans cesse, j’en profitais pour le prémunir d’un dard dans le ventre en tranchant en deux une de ses énormes bêtes afin de me laisser retomber proche de Sorn. Ce dernier avait massacré l’une des araignées en tirant dessus sans cesse, l’explosant en morceaux de chitines lors d’impacts répétés de son arme avant que la seconde ne tente d’escalader sa camarade morte pour l’atteindre.

La tranchant en deux nettes, nous observions les problématique environnantes, voyant la plus part de nos compagnons en péril. Tandis que Sorn fonçait vers Lucian, provoquant d’énormes déflagrations dans les airs en envoyant les derniers moustiques s’écraser au sol en fumant un peu, les deux furent frappés par les flots capricieux et serpentin qui avaient comme acquit une conscience depuis que Finaen avait tenté de les contrôlés. Notre camarade mage écrasé contre la tour un peu lourdement, il se dégagea des flots avant qu’il ne soit broyé pour rejoindre un amas de cercles rituels et de parchemins tournoyant lentement au sol. L’homme responsable de tout ça était installé sur une sorte de créature mélangeant des morceaux d’insectes et de créature boisés. Ses protecteurs furent assaillit par Kohaku, pour donner à Mitsuko l’initiative de l’atteindre, bondissant sur la tête d’un protecteur avant d’envoyer un grand coup de sabre vers le vieillard. Le blessant en fendant une partie de sa créature, Kohaku elle poignarda le premier protecteur en pleine tête avant de se prendre un coup important de Bisento l’envoyant s’écraser dans la boue.

Vexée d’avoir été repoussé par un protecteur, elle se rua d’un coup à toute vitesse en esquivant les pattes énormes de la monture du vieillard qui frappaient le sol sans cesse en essayant de l’atteindre, jusqu’à ce que ses deux coups ne transperce le dos en plein cœur de notre ennemi, poursuivant son chemin à toute vitesse. J’étais partie en aide de Yone, qui avait tranché en morceaux celui qui tentait de faire boire la liquidité impure avec une coupe de bois ayant l’air de pourrir entre ses mains. Tranchant son bras puis sa tête, il tenta de convaincre les Domiens sans le sous qui l’observaient avec un air fou, les yeux grand ouvert, comme si ils étaient aller trop loin dans le chemin de la folie pure. Trop infusés par la folie pour partir, un homme se moquait de lui, un ancien ermite qui s’occupait jadis de la vie des siens avec bonté et sympathie qui s’était visiblement reconverti au principe de sauver les siens par la corruption. Peut-être était-il de ceux ayant fini par croire qu’ils pouvaient retourner le Tree Barar contre la Tour de l’Apocalypse les effrayait tant ? Bloqué par sa magie infâme quand il allait se prendre le coup de sabre de Yone infusé par des éclairs sombres après avoir observer la bassine et perçue des douleurs du passés. Je n’ai pas pu le rejoindre pour l’aider quand la monture du vieillard me fonçait dessus : Même en la coupant en morceaux, elle ne pu s’empêcher de me tomber dessus et de m’écraser !

C’était alors à Runne d’agir. Il usa d’une curieuse énergie lunaire ayant investit certains de nos compagnons en créant une clarté incroyable sur les flammes qu’il usait sur le Treant paniqué. Il s’était fait maltraité encore et encore après avoir purifié deux corps gémissant sur le Treant pour qu’ils reposent en paix, mais cet ajout de pouvoir lui permit de réduire son adversaire en cendre avant de libéré brusquement Yone, lui permettant de finir son coup de sabre en tranchant leur ennemi en deux. Tout s’acheva alors, l’eau retomba, quand Finaen aidé par Mitsuko referma d’un coup le parchemin d’un grand geste de la main en ayant pu comprendre le fonctionnement de la magie et des runes une fois que sa camarade lui traduisait en urgence. Un calme de surface s’installait lentement, bien que rien n’était vraiment terminé. Comme un choc apparut d’un coup, les flots de l’Envol du Héron se mirent à tombé dans les rizières, et des déchirures naquirent un peu partout dans les airs en ouvrant le ciel comme cela le fut en Namai il y à quelques jours. Il fallait agir rapidement, car personne ne voulait savoir ce qui pouvait en sortir.
Image
Il était difficile pour certains de s’en remettre, laissant des traces physiques et dans l’esprit, bien que pour moi il était simplement difficile de sortir déjà de la carcasse de la monture du vieillard en râlant plusieurs fois sous le regard de mes compagnons qui s’offraient des soins rapidement après les combats vécu. Finaen m’en offrant quelques uns, après que je sois sortie de sous la carcasse de cette maudite bête, tout en observant les environs en serrant un peu les dents tout en voyant les déchirures qui de plus en plus s’accumulaient plus loin. Nous n’avions que peu de temps pour finir, avant que quelque chose ne se produise, et tous furent réuni d’urgence afin de se mettre en route droit vers le sommet de l’Envol du Héron. Des crépitements jaillirent sans cesse en sortant de parchemins et de sortes de masques flottant dans les airs en fendant l’air au passage en laissant voir à l’intérieur comme une sorte d’amas de végétation d’un vert encore plus intense que les mousses-mousses. Runne avait pratiquement mit une jambe dedans, mais fut rapidement rattrapé par Mitsuko pour ne pas finir dans un domaine inconnu où nous ne le retrouverions simplement jamais.

Si de telles déchirures étaient un danger, elles pouvaient être anticiper, cela dit les créatures qui sortaient de tout les côtés elles n’étaient pas là pour nous rendre la vie plus facile. Ils se tenaient à quatre pattes, hurlant vers nous en laissant voir des lumières vertes jaillissantes de son corps en émettant des pulsations puissantes. Ils sortaient de partout, nous fonçant dessus, et Yone fut le premier à leur échapper en installant son grappin à vapeur récupéré à Abalathia pour filer vers les hauteurs. Tranchant les parchemins et les masques au passage, coupant tout ce qu’il pouvait pour arrêté les flots d’énergies verdoyantes, il parvint alors en haut en voyant Mitsuko trancher net l’une des horreurs qui cherchait à l’empêché de passé, progressant en prenant la forme d’une Grue tout en tournoyant en l’air avant de s’installer dans les hauteurs après avoir récupéré Sorn qui avait reçu un bien mauvais coup de maillet au visage, pendant qu’il chutait d’une plateforme de roche. Nos trois compagnons déjà en haut, avec Finaen, nous avons prit le temps de veillé sur ceux restant en péril en progressant de leurs propres moyens ou utilisant les grands amas de pierres que Finaen créait dans une impulsion d’ambre de plus en plus puissante. Comme Runne, il se laissa submergé un instant par les énergies ressenties lors de la présence lunaire il n’y à pas si longtemps, faisant rayonné dans la pierre des milliers d’étoiles qui jaillirent pour sortir Kohaku de là où elle était encerclée. Risquant de finir éparpillées entre plusieurs déchirures l’attirant après avoir tranché ses ennemis à coup de Tantos, Finaen la propulsa droit vers les hauteurs tandis que je bondissais proche de Lucian.

Mon sabre coupa le bras qui le tenait, un bras énorme d’un des derniers Dhara contaminé sortant de la pierre, lui permettant de donner un grand coup d’une lance de cristal créer dans ses mains le temps de frapper avec. Ainsi, je pu atteindre Runne totalement encerclé par les créatures, tournoyant en tranchant ses ennemis quand je profitais des éclairs diffusés par ce dernier provoquant une onde puissante en les taillant en pièce. Nous laissant tout deux progresser en vitesse vers les hauteurs afin de rejoindre toute l’équipe qui nous attendait là-haut. Ils prenaient un temps de repos, offrant quelques soins, Gladys abusant du coton dans le nez de son maître qui saignait. Mais pour ma part, j’étais occupé à contemplé ce qui provoquait les déchirures en ouvrant grand les yeux, ce que tous firent les uns après les autres. Nous avions enfin pu voir ce qui avait amené le Tree Barar ici, à défaut de quel l’avait mené vers le Mornemaux afin de le renforcer, mais son usage était des plus inquiétants : Actif, tournoyant lentement en l’air en laissant de l’eau sans cesse en couler avec d’innombrables runes et sortilèges tournoyant le dénaturant en provoquant les failles.

Nous avons pu observer un des halos des profondeurs se trouvant dans les flots de quelques territoires éparpillés en Hydaelyn. Ce dernier, comme nous l’avons appris plus tard, était lié au halo de la pierre des nénuphars que nous avions rendu inactif après que les serviteurs de Tsakyoki aient tenté d’ouvrir un accès vers Himitsu no Taki avec ce dernier. D’autres s’en étaient servit, et celui qui se trouvait devant était une ombre du passé : Tournant la tête, en souriant doucement, Istillroix nous fit face dans une figure des plus affreuse. Le Tree Barar lui avait interdit la mort, ou l’en avait-il extirpé, dans tout les cas il était bien là en nous demandant de le pardonner si une fois de plus il nous faisait du mal, l’ancien maître du Culte de l’Arbre-en-Deuil peu désireux d’être attiré ici par le mal qu’incarne le Tree Barar. Proche de là, le Dakugurasu jaillit dans un hurlement, l’ancien kami protecteur du riz et de l’eau était un masque inquiétant avec trois griffes dessus marque du Tree Barar ayant transformé cet ancien gardien en son « fils » spirituel, des amas d’eau visqueuse semblable à ce que les pauvres domiens buvaient pour devenir des combattants faits de bois écœurant. Pour nous ouvrir la route, Yone et Mitsuko chargèrent une créature aquatique entre une puce d’eau et un scorpion, mais à la taille d’une petite baleine de chitine et de pinces. Essayant de l’attirer vers le bord de la falaise pour essayer de le faire tomber dans le vide, Yone progressait en vitesse en envoyant quelques empis avant de voir Mitsuko qui blessait la créature, se fait brusquement attrapé par une pince et soulevée du sol. Le temps de se constat, il reçu un choc puissant dans les côtes l’envoyant s’écraser au sol.

Peu envieux de laisser sa camarade être écrasée sous la puissante pince, il fonça à toute vitesse au risque de se faire empalé par le dard, et avant que cela ne se produise, un flot aqueux jaillir et attrapa la créature. Les liens des flots s’étaient attachés à lui, permettant à Yone de trancher la pince dans un éclair sombre en mettant à Mitsuko de créer un tourbillon autours de son sabre, pour décapité net leur adversaire. Les trombes d’eau provenaient de Finaen, passant à côté d’Istillroix qui était sans cesse enchaîné par Lucian et Sorn, créant des puissantes chaînes aussi réelles que faites de cristaux, ils avaient bloqué ce dernier le temps que Runne se concentre pour essayer de le purifier. Sa puissance était inquiétante, brisant les chaînes en frappant Lucian et Sorn, cela permit au moins à Runne de parfaire la purification d’Istillroix qui fut coincé dans une cage d’épines par Lucian, et enflammé par Sorn dans un amas ardent le désintégrant une fois coincé dedans. Nous remerciant une dernière fois, fermant lentement les yeux en souriant, il se dissipa en poussière en étant libéré du Tree Barar un instant avant que Finaen ne désactive le halo des profondeurs.

Utilisant les connaissances acquises en Sombrelinceul, faisant tournoyer ce dernier sans cesse dans des lueurs bleutés, il profita de son contrôle alors qu’il avait fait lentement tomber le halo dans l’eau retournant là où il était censé être caché en secret, pour usé des flots environnants. Un lien incroyable créant un cercle de sort immense tournoyant autours de Finaen, dont les flots fusèrent attrapant la créature avant qu’elle ne dévaste Yone, et même le Dakugurasu que nous affrontions avec Kohaku. Tandis qu’elle créa un immense barrage de roche, l’enfonçant dans la terre en se reformant à chaque fois que le fils des lianes mortes ne les brisaient en renforçant son corps filandreux. Mon sabre pu trancher sans cesse en faisant choir la foudre avec ma lame en laissant d’innombrables blessures sur son corps. Cela ne l’empêcha pas de se sortir de là en dévastant la pierre, se soulevant hors de son cocon en observant dans tout les sens comme une bête acculée. Un grand coup me balaya d’un coup en m’écrasant plus loin, roulant deux fois au sol en serrant les dents, et celui qui allait tué Kohaku fut bloqué d’un coup après qu’il ait détruit ses deux clones en les attrapant avant de les broyés. Plantant plusieurs Kunai, elle voulue faire tombé la foudre dessus, mais l’opportunité allait être saisie quand Finaen coinça notre ennemi en nous l’offrant littéralement. Envoyant mon sabre, se plantant à la place du dernier Kunai, nous avons provoqué un éclair pourfendant définitivement le Dakugurasu et ce qu’il incarnait, se dissipant lentement en libérant enfin les lieux de son influence. Namai était sauve, les environs protégés de cette menace, tandis que tous s’installent sur les hauteurs de l’Envol du Héron, éreinté par ce combat difficile qui aurait pu finir de façons bien plus affreuse au vue du nombre immense de blessures graves qui ont été évité. Nous observions vers le sud, conscient que la prochaine bataille allait être d’ampleur contre les forces du Tengus. Tandis que nous contemplions les vagues échos éloigné de la Tour de l’Apocalypse, conscient que les Telophores sont impliqués dans ce combat. »

Akayane Kosenjobi.
Dernière modification par Akayane le 30 nov. 2021, 16:00, modifié 1 fois.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités