[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 380
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 27 déc. 2021, 13:37

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Une errance du Mornemaux."

Image
Deux-cent-dixième Entrée - « Acte 15 – Une menace pour Doma.»
Image
« Le temps passé de la fête des étoiles avait l’air d’un doux rêve entre deux problèmes. Nous avions tout de même un œil sur les apparitions possible du Tree Barar, aussi pouvait-il gâché la fête à tout moment ! Mais ce fut à la place, un moment de convivialité et de repos entre compagnons que rien ne vint heurter avec disgrâce pour nous gâcher tels instants. C’est ainsi enivrée quelques peu par une paisible soirée agrémentée de crevettes offerte par Livio, et me saisissant du Arachi no Ikari qui avait fini d’être réparé tandis que je laissais de côté le sabre de Maladriel en cas de besoin – Tout en le mettant en sécurité pour qu’il ne lui arrive rien pour ne pas que Maladriel m’éparpille aux quatre coins d’Hydaelyn façons puzzle – Me laissant prête à protéger les terres de Doma que nous sommes venu défendre. Il fallait rester attentif, et c’est aux moindres premiers signes à Monzen que nous sommes intervenu en vitesse, car les premiers à agir furent les renégats, ceux qui avaient rallier le Tree Barar par soif de pouvoir étreint par la folie imposée quand les murmures de ce monstre leurs firent miroiter des milliers de vérités sur leurs grandeurs fictives. Facile est de succomber à l’appel du pouvoir, bien moins peut-être offert le pardon après les conséquences de leurs actes, autant de beaucoup étaient aussi des subjugués appartenant aux Telophores qui avaient survécu aux derniers conflits contre l’être aux autres rouges, la machine de combat Landfust 024.

Se remettant à créer des forces de combats, si le Tree Barar souhaitait récupéré quelques « soldats » de cette façons, il serait déçu de voir tout ceux le poursuivant intervenir en vitesse avant qu’il ne puisse devenir une véritable menace pour Doma. Nous devions donc rejoindre rapidement les ruines de Monzen où ils s’étaient trouvés un recoin à réactivés des anciennes fabrications impériales datant de l’époque du contrôle d’Yanxia par Garlemald. C’est une petite équipe d’intervention qui pu agir cette fois là, plusieurs de nos compagnons encore blessés ou ayant pu s’éloigner un peu pour voir un proche. Mais nous avions tout de même une bonne force de frappe avec la présence de Runne et Lucian pour tout les effets de magies en cas de soucis. Pour veiller sur nos maux, Aerlin pourrait guérir nos blessures et nous rendre vitalité tandis qu’Alaric serait notre protecteur en ayant apporté avec lui une bien belle armure locale qui lui donnait un air très noble. Fort de cette équipe d’intervention, nous nous sommes rejoins à la muraille abandonnée et brisée des étendues de Doma où nous observions un fort beau ciel d’Hiver où des lourds nuages vagabonds chargés de pluies rôdaient sans déverser quoi que ce soit au sol, laissant les rayons du soleil les magnifiés en leur donnant l’impression de mastodonte errants dans les cieux. Progressant sur les grands routes menant aux ruines abandonnés avec un air tranquille, les bruits d’un moteur se firent entendre de plus en plus fortement en laissant apparaître l’Aigle d’or où Stanislas nous saluait en riant, agitant son chapeau et braillant pour donner des nouvelles à Sorn en lui disant qu’il allait le dépassé. Runne en fut effrayé à l’idée de monter dans cet Aeronef et d’avoir encore des problèmes comme il est coutume de l’être une fois à bord d’une embarcation où Stanislas se trouve.

Rassuré de voir le bâtiment volant s’éloigner au loin de là, traversant amas rocheux pour disparaître derrière des hauteurs de pierre, il fut rapidement découvert qui Stanislas avait amené ici peu après qu’Anoko ait bondit dans les bras d’Alaric. Nous guidant à eux, nous avons pu faire quelques retrouvailles avec Moko, la mère de Yone venant des îles roses, et l’ensemble dirigé par Okoi ayant mené les combattants que nous n’avions pas revu depuis les conflits du Castrum Fluminis, ayant répondu à l’appel pour protéger Doma. Il faut dire que ce fut agréable de revoir autant de visage, bien sûr, plusieurs n’apparaîtraient plus et certains n’étaient au moins pas mort mais simplement en convalescence, et nous avons été invité à boire une coupe de thé avec Okoi le temps de discuter de la stratégie : Le plan était simple, nous allions prendre un chemin plus secret dans une forêt de bambou très dense tandis qu’il mènerait un assaut plus au nord pour nous laisser le passage.

Laissant nos alliés partir tenir le front, nous avons pu progresser avec notre équipe à l’intérieur des fourrés et des passages isolés que rare connaissaient comme route. Il fallait connaître comment déplacer des fourrés, manipulés des plantes, et ce fut au début complexe mais les indications d’Okoi comme ancien combattant survivant de Monzen étaient suffisamment claire pour se déplacer tout en profitant de la lumière qui nous tombaient dessus à travers les plantes. De la beauté se succéda à l’inquiétant en trouvant quelques pans de racines maudites qui furent rapidement détruire pour écarté la présence du Tree Barar qui ne parvenait pas à brisé les défenses mentales de Lucian. C’est en approchant des ruines, qu’un captif signala un mouvement, et aussi tôt les défenses magitek anciennes se mirent en mouvement. Des drones avec de la végétation dessus émirent des lueurs rouges en observant les environs, cherchant une proie qu’ils ne voyaient pas, tout ne laissant plusieurs barricades et patrouilles apparaître. Il fallait agir vite, mais discrètement pour une fois, ou la diversion d’Okoi n’aurait servit à rien. Créant une bulle d’air supprimant les sons, Aerlin nous offrit un moyen de déplacement rapide sans avoir à être particulièrement gêné par le barda. Il tourna la tête le temps de me voir avoir profiter de ce manque de son pour laisser une patrouille de subjuguée interne par terre après les avoir assommés, tandis que Runne créait des bruits de fissures et autres qui alertaient les passant. Plusieurs des lumières furent éteintes par Gladys, utilisant le dispositif de brouillage d’Alaric, qui prit le risque de foncer vers un canon antique qui tirait au loin vers la bataille qui venait de commencer. Hors de question de laisser Okoi et les siens sous ses tirs, c’est ainsi sous l’obscurité de l’ombre de Lucian qui parvint à désactivé le canon, jusqu’à ce que le Tree Barar intervienne.

Forçant Alaric à frapper au mauvais endroit, le Canon éclaté dans un bruit immense, enflammant tout les environs en donnant une impression de monde orange sous les flammes du choc. Nous étions vu, malheureusement, mais nous avions une route vers sa source d’énergie menant à l’usine improvisée. Fonçant dans le tas, tranchant les machineries et les énormes golems d’acier avec de grandes lames. Alaric fut sauvé de celle qui le tenait par une grande pointe de pierre blanche traversant le golem de part en part tandis que je tranchais la jambe et le torse de celui qui avait piétiné Runne. Dans un effet de chaud froid, Runne avait enflammé la grille que Lucian venait de refroidir en provoquant une forte explosion qui ouvrit la grille. C’est dans une atmosphère enflammée, laissant une machine volante impériale en piteuse état s’écraser proche du groupe quand elle fut percutée par une cage déviée par Aerlin, que nous avons pu rejoindre l’usine que les Telophores du Tree Barar avait rendu actif, afin de se préparer une nouvelle force de frappe.
Image
Le passage pour la rejoindre avait été intense, je dois dire. Il restait encore l’écho des couleurs des flammes dans notre dos ondulant doucement, autant que le bruit des vacarmes de quelques machineries brisés mêlés aux braillements des subjugués qui étaient passés par nos lames le temps du passages. Plusieurs avaient mutés, trop transformés pour être secouru je le crains. Je m’amusais du principe de voir la grille tomber tout de même devant nous, malgré l’énorme trou dedans qui nous permettait de passé aisément sans avoir le moindre soucis. C’est proche de la base qui était bien visible une fois à côté notamment à cause des câblages et des lueurs rouges de l’énergie qui s’y accumulait, que l’on pouvait déjà y voir les bourrasques enflammées s’élevant lentement. Éteindre cette source d’énergie serait ce qui permettait d’arrêter la plus part des assaillants frappant les combattants d’Okoi, nous donnant une raison de nous hâté un peu plus. Ici, les ruines étaient un peu moins dévastés, le sol fragmentés de pierres et des tuiles brisés un peu partout, mais les demeures étaient encore debout ainsi que les murs, laissant des amas de bois refermant plusieurs endroits en certifiant que des habitants s’étaient installés ici. Ils pensaient sûrement que rien ne viendrait les menacés maintenant, hélas, c’était prématuré et ils en avaient certainement payés par leurs vies tragiquement. Des sortes de flocons noir tombaient en donnant l’impression qu’il neigeait, mais ils rayonnaient d’un vert inquiétant donnant la tonalité du pouvoir du Tree Barar illuminant doucement les environs où les bruits des mécanismes sifflaient et grondaient.

Pourtant, en tendant la corne, j’avais vaguement l’impression de pouvoir entendre la peine et la peur dans les flocons qui provenaient de ce qui voulait permettre la manipulation de masse et étendre le pouvoir du Tree Barar par la peur. Les flocons tombaient d’une immense fleur puant la souillure qui s’élevaient en fendant la terre au milieu de l’usine d’armement improvisé dans les ruines. Ils devaient attirés par ici les citoyens qui se réfugiaient pour extirpés de leurs psychés des horreurs de leurs mémoires afin de renforcer le pouvoir d’un Tree Barar atrophié depuis la destruction du Mornemaux. Il fallait s’en occuper d’urgence, tandis que tous partaient rapidement s’occuper des problèmes autours de nous : Ce qui comptait le plus, c’était les machineries faisant sortir des armes de combats magitek, même si elles étaient en piteuse état, il ne fallait pas qu’elles soient fonctionnelles. L’Hexadrône recouvert de végétation brisa la demeure dans lequel il était abandonné en passant brusquement devant nous dans un puissant vrombissement, le sifflement d’alarme alertant les griffes magitek flottant dans les airs, cessant d’apporter des amas de métaux vers l’usine pour en faire des nouveaux combattants pour les Telophores.

L’énergie rouge me faisait pensé à l’être aux yeux rouges, me laissant craindre qu’il soit encore en vie. Fonçant en vitesse en avant, il me fallait ouvrir la route pour Aerlin en luttant contre deux subjugués qui bloquaient le passage vers la fleur immense. Leurs corps recouverts d’amas de végétation monstrueuses leurs servant d’arme de bois pourrissant. Esquivant les griffes et les lames de bois, frappant de ma lame dans des éclairs s’écrasant brusquement contre mes deux opposants pour les écartés de mon passage et celui d’Aerlin. Je fus épargnée des problèmes quand les tirs de la pistolame d’Alaric frappèrent la griffe magitek me tombant dessus en des fortes déflagrations envoyant des morceaux d’acier un peu partout. Parant les deux armes de mes opposants en les faisant reculé dans un choc foudroyant, ils étaient en parfaite position ainsi pour les tranchés en morceaux en plusieurs coups, me débarrassant de mes adversaires. Atteignant la fleur, la seconde griffe magitek reçu d’Alaric une nouvelle fois plusieurs chocs d’éther quittant sa pistolame pour briser la machinerie au dessus de l’élémentaliste avant qu’elle ne s’écrase proche de là, s’enflammant, donnant un aspect de plus en plus chaotique aux environs où nous luttions. Se concentrant sur la purification, il débutait dans une profonde lueur blanche autours de la fleur de pouvoir et de peur, mais il comprit rapidement qu’il lui fallait plus.

Se concentrant, essayant de rassuré le corps en piteuse état qui était de toute façons condamné mais dont la frayeur risquait d’être de plus en plus source de pouvoir. Tournant la tête, Aerlin perçu notre groupe en péril. Si ce n’est moi qui était sur le point de trancher mes ennemis en deux, les autres risquaient d’être frappés par divers menaces. Fermant les yeux en marmonnant une incantation, le bâton d’Aerlin frappa le sol plusieurs fois et il diffusa une énergie toute autre dans la fleur émettant un rayonnement incroyable traversant les environs en tournoyant de plus en plus vite. Pendant quelques instants, tout ne fut que sublime beauté, et des racines semblable à des flux aqueux apparaissaient un peu partout, laissant l’emprunte qui resterait même après notre départ, de cette fleur de pouvoir blanche. Une racine traversa de part en part une griffe magitek peu après que Runne soit sorti de la machinerie créatrice d’arme. Il venait de briser le cœur de contamination infâme qui pulsait à l’intérieur, n’en laissant de la poussière une fois purifié tout en interrompant ainsi les flux d’énergie rouge qui alimentait l’ensemble. Débarrassé ce problème, il profita du support d’Aerlin pour venir en aide à Lucian. Notre compagnons luttait contre l’Hexadrone, et l’avait cloué au sol en libérant de nombreuses pointes cristallines s’écrasant un peu partout sur la structure d’acier, et quant celle ci vint à bondir pour l’écraser sous les lames, il n’eus qu’à claquer des doigts. Des chaînes jaillirent et vinrent retenir brusquement la machinerie se débattant en vain pour essayer de l’avoir. Fonçant à droite et à gauche pour esquivé les tirs se fracassant dans son sillage, il fini par se préparer à donner un grand coup de faux pour propulser une force sombre là où Runne venait d’ouvrir l’accès à sa carlingue intérieur en fracassant l’acier qui le retenait.

Une sorte de missile magitek aurait bien pu essayer de se briser du Lucian, si les racines blanches d’Aerlin ne l’avait pas repoussé dans une grande explosion qui fit tremblé la terre environnant, peu avant que le coup de faux ne tombe et ne se débarrasse définitivement de cette machinerie. Nous avions pu lentement tous nous retrouver, Alaric et Gladys avaient pu mitigé la présence des créations magiteks de la taille d’un hyurois bien portant, à grand coup de pistolame. Frappant quand Gladys balançait tout un tas d’objet trouvé aléatoirement avec une stratégie de diversion toujours aussi étrange, pour une tourelle ayant des armes de pointes à l’intérieur – Sauf si Sorn les à retiré ? Note à moi même, lui demande ce qu’il en à fait – jusqu’à ce qu’il n’ait à tirer sur les griffes. Plutôt que d’être taillé en pièce par les deux survivantes, les racines blanches jaillirent et se mirent rapidement à tournoyer autours des deux créatures d’aciers restantes pour les faire disparaître sous le sol dans des grands bruits de fracas. C’était fait, plus aucunes machineries ne seraient répétés et maintenant que les lumières diminuaient, on pouvait clairement voir d’où tout ça provenait : Comme une aurore boréale faites de lueurs rouges intenses, le grondement de l’orage stimulé par cette énergie fit choir la pluie dans les environs. Une pluie plus agréable que nous ne l’aurions espérés, entendant les bruits de cloches des Namazu suggérant qu’Obito et les siens aussi c’étaient joint à ce combat. Nous avions une destination, là où la source de ce pouvoir grandissait pour s’offrir à la vengeance du Tree Barar. Tout nos compagnons se rejoignant en contemplant l’aurore d’un rouge de sang, menant aux territoires les plus ravagés de Monzen où aucunes des structures n’avaient pu survivre aux anciennes batailles contre l’Empire.
Image
Plus nous tarderions à coupé cette source d’énergie, plus les victimes s’accumuleront chez les guerriers d’Okoi. J’avais bien plus envie de les voir revenir chez eux après toutes la bravoure que ses héros parmi ce peuple avait offert que de les savoir perdu si proche de la victoire contre le Tree Barar. Aussi cela me poussa à me hâté, rapidement suivie de mes compagnons, abandonnant aux flammes et aux petites déflagrations apparaissant ici et là dans l’usine, autant qu’elles pouvaient jaillir du nord où nous étions conscient qu’un combat était livré. Quel courage que de lutter sans même savoir si ils ne le faisaient pas en vain – nous aurions pu échoué, et ils auraient pu s’épuiser et périr pour un rien, c’est alors une motivation supplémentaire pour ne pas condamné quiconque pour une cause perdue. Et c’est ce qui nous à conduit droit vers ce qu’indiquait l’aurore rouge tombante sur ce qui apparaissait derrière les ruines être une sorte d’ancienne machine de guerre volante impériale écrasée sur la ville pendant la guerre de libération. Les étendues autours de nous étaient de plus en plus délabrés autant que l’on pouvait y voir des rayonnements rouge provenant de trop nombreux câblages tirés autant sous qu’au dessus des gravats.

Mais rien rapidement, ça n’allait pas être des pierres perdues qui deviendraient notre plus grande problématique, plutôt les grands murs jaillissant d’un coup en fracassant le sol pour nous couper la route. Plusieurs jaillirent d’un coup, Alaric qui frappait les subjugués approchant de notre équipe fonça un peu trop vite et en percuta un de plus fouet. Tandis qu’il faisait le deuil de l’état de son nez, envoyant quelques coups de pistolame sur les créatures mutés qui étaient jadis des domiens fervant d’un Empire dépassé, la lueur obscure de la faux de Lucian qui crépité de plus en plus la lame sous le sur-chargement de ce pouvoir accumulé jusqu’à ce qu’il ne le fasse jaillir droit en avant en explosant le mur devant nous laissant le métal s’écrouler plus loin. Voyant la menace des mines sous le sol, devant nous, quand un muté sauta en milles morceaux sous un coup de malchance, Runne rapidement chercha dans l’espacement rocheux les emplacements où les mines pouvaient se trouver jusqu’à essayer de transformer en sable tout ce qui se trouvait autours des mines afin de les faire tomber plus profond pour ne pas qu’elles ne nous sautent dessus. Les pointes de roches balancés par Aerlin frappant brusquement les emplacements nous donnait une bonne position à suivre, pour esquivé les endroits qui n’avaient pas été sabotés par Gladys et le Namazu qu’elle traînait sous elle envoyant des gils un peu partout.

C’était bien la plus grande curiosité de cette mission, Obito et les siens n’étaient pas loin et délivraient leurs aides comme ils le pouvaient, jusqu’à ce que nous puissions avancer au milieu des trouées de terres provoqués par autant de saccages sous une pluie s’amplifiant légèrement. Au moins celle ci, bénie, lavait nous blessure et nous rendait un peu de force et de courage dans ce qui était un de ses désordre militaire dont le rayonnement enflammé au milieu d’une obscurité journalière causée par la pluie me donnait l’impression d’avoir remit un pas à l’intérieur de Ghimlyth. Taillant les derniers adversaires en pièce, ma lame tranchant ceux s’opposant à nous, nous avons finalement pu atteindre directement l’ancien aéronef Garlemaldais dont les rayonnement rouge inquiétant frappaient les environs.

C’est là que tombait l’Aurore écarlate, donnant l’impression que les cieux s’étaient fendue sous son influence, qui n’était que le miroitement de la lumière foudroyante de l’énergie active dans ce qu’il restait de cet aéronef. Après un instant de contemplation, nous avons pu approcher en laissant le chaos derrière nous tout en faisant face à celui qui dirigeait cette tentative de prise de pouvoir. Marchant difficilement, progressant de quelques pas vers nous, la silhouette mécanique ayant un aspect humanoïde avait toujours sa cape rouge qui ondulait autours de son corps en se tenant à sa lance. Son nom était à peine visible sur la carcasse dévasté qui avait été tant maltraitée par Runne, mais le Landfust 024 était encore opérationnel. Dans une dernière tentative de rendre ses forces au Tree Barar pour qu’il agisse dans l’intérêt des Telophores, le voilà proche des Portes de Doma pour mené le reste des mécaniques contre la cité-état orientale. Proche de la carcasse, rôdait une affreuse créature dont l’œil énorme servait au Tree Barar à contempler l’accomplissement de ce laquais servile, tandis qu’après un bref instant d’observation, le sol se déroba sous nos pieds. Sous nous, une arme blindée impériale s’extirpait du sol. Elle était encore recouverte de bien des amas de terres et d’herbes en parties pourries par l’influence de l’esprit fou, mais cette pauvre carcasse avait du être abandonnée dans une forêt de bambou perdue d’Yanxia avant d’être réactivé par les Telophores. Massive, ça n’est jamais bien heureux de tomber sur ce genre d’engin de mort, qui nécessiterait toute la force de Lucian et Alaric afin de s’en débarrassé. Esquivant rapidement les pinces s’écrasant sur son passage pour essayer de le réduire en poussière, Alaric poursuivit sa route avec plusieurs coups de pistolame jusqu’à parvenir à bondir sur la carcasse énorme de l’arme pour y planter son épée.

L’éther déchargé de la cartouche eu un effet foudroyant résonnant tout le long de l’entité d’acier, jusqu’à ce qu’il ne rebondisse plus loin en recevant un coup de pince dans sa lame parant le choc avant de finir plus loin. La sphère d’obscurité de Lucian s’écrasa contre son haut, l’écrasant au sol, alors qu’il se remettait déjà lentement en place en tirant un peu partout dans des grandes déflagrations suivant les deux compagnons pour essayer de les atteindre. Fonçant vers les rayonnements qui frappèrent les deux, repoussés par des boucliers de cristaux, Alaric dévia l’énergie atteignant Lucian avant de frapper les pinces de l’arme pour permettre à Lucian de fuser vers les cieux, perçant encore et encore de ses javelots de cristaux jusqu’à ce que l’arme n’explose en milles morceaux. Plus loin, Aerlin avait commencé à repoussé avec de nombreux amas de pierres et autres pointes de roches s’écrasant contre l’entité. Voyant Runne en difficulté, il abandonna la créature à son sort pour produire des grandes pointes de pierre s’écrasant autours du cœur principal de l’aéronef que Runne venait de rejoindre. Coupant les flux d’énergies et déviant les réserves de pouvoir, au début, il bloqua toutes ses forces jusqu’à créer des nombres cercles de pouvoirs tournoyant autours de ce dernier, envoyant l’énergie droit vers ses compagnons tandis qu’Aerlin permettait de jugulé cet amas de pouvoir.

L’ensemble se vidant finalement, mon combat avec le Landfust 024 s’acheva malgré un tir à la jambe qui m’est encore bien douloureux, avant qu’en retour il ne soit tranché en une dizaines de morceaux différents. Cette fois, j’espère bien qu’il ne reviendra pas, après l’avoir tranchés en petites morceaux. Haletante, m’installant au sol pour contempler une Monzen en flamme où les étendards d’Okoi frappaient dans les vents, symbole de sa victoire maintenant que toutes les machineries se désactivaient. On entendait les complaintes du Tree Barar qui voyait autant d’espoir dans ceux qu’il affrontait, sans parvenir à y instiller la moindre peur. Nous étions enfin sur le point de nous débarrassé de lui, au mieux, avant qu’il ne provoque le moindre malheurs sur Doma et dans les étendues d’Yanxia.»

Akayane Kosenjobi.
Dernière modification par Akayane le 07 janv. 2022, 14:08, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 380
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 28 déc. 2021, 14:54

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Une errance du Mornemaux."

Image
Deux-cent-onzième Entrée - « Acte 16 – Les milles voix du Tree Barar.»
Image
« Profitant d’une journée de repos, heureusement, les dernières blessures n’étaient pas encore gravissime car il allait nous falloir toutes nos forces pour s’en sortir face à notre prochaine objectif. Ma jambe cessait de me faire mal une fois appuyé, bien qu’il me fallait craindre des complications attendue une fois la situation devenant de plus en plus périlleuse. Nécessité fait loi, comme dirait Finaen, et nous avions trop à faire pour faire une halte maintenant alors que le Tree Barar se préparait assaillir de lui même ceux qu’il détestait et là où il pourrait peut-être trouver le moindre reste du Mornemaux qui lui avait été volé. Un bien triste destin que le siens, et vint une nuit entière d’observation et de crainte de le voir apparaître d’un coup en saccageant tout sur son passage. Cette attente fut stressante, une nuit de calme où il ne se passait rien de plus qu’observer et se préparer. J’ai pu contempler Monzen depuis une hauteur rocheuse, y trouvant encore quelques flammes errantes que la pluie n’avait pas pu éteindre. Les combattants d’Okoi ne souffrirent que de peu de perte, et pourtant, cela commençait à pesé lourd dans le moral des combattants d’Orient : voyaient-ils seulement la fin de ce conflit qui petit à petit apparaissait maintenant que notre proie est l’être qui achèvera peut-être enfin la légende du Mornemaux et tout le mal qu’il à pu provoquer ? Quoi qu’il en soit, c’est toujours au mur brisé que nous nous sommes réuni dès les premiers signes de la gravité infâme que laissait apparaître la végétation maudite et la voix prompt à rendre fou de l’Esprit maudit.

Il arrivait, indubitablement, envieux de tout détruire et d’apporter la source du pouvoir dont il se nourrirait pour redevenir puissant : La peur. Doma serait sa nourriture, et nous étions ceux prompt à l’empêcher de prendre le dessus protecteurs d’Yanxia qui s’étaient réuni pour qu’il ne puisse plus jamais rien accomplir. C’est une nouvelle fois au niveau de la muraille brisée qu’une grande partie de l’Aube Obscure vint se rejoindre afin de préparer notre prochaine mission. Même un allié inattendu en la personne de Yone venant offrir sa lame pour protéger ses terres natales quand il pu en avoir le temps. Sans encore savoir qu’il rencontrerait une personne très précieuse à ses yeux que nous avions déjà sauvé dans les îles roses il y à quelques temps de ça. La ligne de bataille allait être menée par trois protecteurs des plus efficaces qui formeraient la ligne de défense : Livio et Alaric avec leurs pistolames, ainsi que Grob dans une armure rouge massive incroyable. Kohaku répondit présent pour en finir une bonne fois pour toute, et une équipe de magicien constitué de Finaen, Runne et Lalavyr avaient répondu à l’appel. Laissant le plus concerné par notre mission à nos côtés, Aerlin, pour essayer d’en finir une bonne fois pour toute avec le Tree Barar afin qu’il ne provoque plus de maux en ce monde.

Après un instant à parler de la mission, c’est anxieux que nous nous sommes mit en route vers les ruines de Monzen dès que les premières annonces de l’apparition du Tree Barar se fit sentir. Nous pensions avoir le temps d’agir avant qu’il ne provoque bien des maux, mais l’agression spirituelle de l’esprit fou fut pratiquement instantané : Il s’était bien préparé pour ne pas nous laisser la moindre chance de prendre l’initiative, et dès que nous avons commencer à emprunter la grand route, nous étions déjà oppressés par la folie du Tree Barar. Malgré un ciel splendide, le crépuscule tombant donnait des lumières orangées splendide sur les nuages sombres devenant bien plus inquiétant sous cet effet d’obscurité. Lentement notre vue fut de plus en plus assombries comme sous l’effet de rires de plus en plus nombreux. L’obscurité tombaient, et de nombreux combattants Domiens d’Okoi rôdaient prit par la folie et la peur en s’accrochant à Finaen. Lui et Yone aidèrent des Domiens à se relevé, les faisant partir vers le Cercle des Intrépides en urgence pour qu’ils ne restent pas en danger en ce lieu, tandis qu’Aerlin essayait de montrer les moyens de purification aux Namazu qui faisaient de leurs mieux pour repousser la souillure du Tree Barar. Tous cherchaient des moyens de se rassuré, Gladys poussant Alaric contre Livio tandis que Lalavyr cherchait à rassuré tout le monde. Grob redressait la tête, semblant aller mieux en voyant Finaen et Yone, tandis que les pierres tournoyantes de Runne créait une vague de tranquillité dans le cœur de nos compagnons. Ce qui fut des plus utiles une fois arrivés en ville : Frustré de nous voir comme un phare d’espoir mettant enfin un pas dans les ruines de Monzen corrompue donnant l’impression que les masures n’étaient que des silhouettes noires, nous avions observé la cascade d’eau noire au loin, et notre objectif était simple : l’atteindre et arrêter ce qui se trouvait là-bas.

Joignant leurs efforts, les boucliers de cristaux d’Alaric et Livio formèrent brusquement une bulle tournoyante autours de notre équipe, empêchant des racines noires de nous foncer dessus en des chocs terribles, se mêlant aux pierres qu’Aerlin extirpa du sol pour repoussé l’ensemble en formant un passage où rôdaient des corps mêlés au bois hurlant leurs frayeurs et nous suppliant de les aidés. Les taillant en pièce avec Livio prenant la forme du Tigre blanc, et Runne peu après sa vague de purification pour apaiser nos mœurs et nous garder concentré, Lalavyr ayant quelques difficultés à ne pas s’écraser au sol nous offrit plusieurs protections supplémentaires en cas de problème. Et les problèmes, c’est Kohaku et Yone qui les fit apparaître pour nos ennemis : L’un amplifiait en tranchant de son sabre, conduisant les vents dans les boules de feu propulsés par Kohaku provoquant de grandes déflagrations émettant des chocs ondulant dans la végétation infâme qui nous coupait la route. Dans un formidable coup de hache, la fissure au sol fit choir nombre des carcasses que Finaen recouvrit sous terre pour les faire disparaître. Il ne nous resta qu’à atteindre la cascade, fonçant au milieu des flammes et de la dévastation, mais le Tree Barar prirent dans la frayeur d’Aerlin et Alaric des formes de leurs peurs.

En des silhouettes infâmes, une sorte de machinerie magitek énorme ornementée du Teclis et un Treant maudit avec le visage d’Aerlin apparurent avec de nombreuses autres silhouettes noires sans textures comme des formes de la malchance. Les incarnations de la peur des domiens tués par le Tree Barar. Fonçant en avant, nous offrant une ouverture en envoyant des énormes coups de haches sur ses adversaires, Yone et Alaric suivirent sur les flancs de Grob tenant le faire de lance en écrasant toutes entités s’approchant. Quelques rares blessures furent à déplorés, Lalavyr derrière recevant le plus gros choc tandis qu’il créait une sorte de cloche de protection pour ouvrir le passage de la cascade noire. Sous la forme féline, Livio avait dévasté brusquement le faux Teclis d’obscurité que je taillais en pièce de ma lame à toute vitesse. L’arbre avait été purifié par Aerlin, malgré un coup qu’Aerlin du encaissé en partie pour protéger Kohaku dont les projectiles fusaient pour percuter l’ensemble des spectres sombres qui luttaient contre les pointes d’eau de Finaen. Renvoyant toute cette eau dans la glace formée par Runne sous la cloche d’éther, créant un vaste amas de glace qui ouvrit totalement le passage. Le traversant en vitesse, il fallait intervenir vite, avant que le Tree Barar ne se renforce trop.
Image
Il n’avait pas été si difficile de traverser, malgré quelques douleurs et autres chocs intenses, il fallait se protéger les uns les autres efficacement et nous voilà à l’intérieur d’un domaine qui n’avait rien de rassurant. Sans les effets apaisants de nos compagnons, j’ignore qui dans notre groupe serait sorti d’ici encore sain d’esprit en ne tremblant pas sans cesse à cause des impressions d’être perpétuellement observés et moqués. Les forces du Tree Barar se nourrissent de la peur, le renforce, et tout les effets autours était donc fait pour essayer de nous rendre fou. Le ciel semblait déformé, on ne voulait plus de nuage juste une sorte de ténèbre des plus inquiétantes en ayant des branches d’arbres titanesques donnant l’impression d’être dans une cage aux allures incroyables où rodaient des lumières noires ressemblant à des oiseaux tournoyant à toute vitesse en ayant de différentes créatures possiblement naissantes sous l’influence du Tree Barar. Il semblait installé plus loin, sur un grand mur menant droit vers Doma où quelques habitants devaient avoir installer de nouvelles masures et autres possibilités de vies pendant la reconstruction. Déchirant doucement dans les airs, une nouvelle brèche, il voulait faire la même chose que dans les îles roses mais en pire, et il fallait rapidement l’arrêter. Aussi tôt, Finaen fonça droit vers une sorte d’antenne magiteck avec de nombreux cristaux d’éther corrompu. Avec ce qu’il restait du pouvoir volé à « Luna-Tsukuyomi » de la tour, ils influençaient les environs pour généré une peur nourricière, et il décida de commencer la purification des cristaux. Instillant l’inverse dans ses efforts, concentrant une énergie de plus en plus puissante qui créa un faisceau de pouvoir droit vers les cieux, provoquant des ondes de pouvoir au dessus de nos têtes en commençant à effacer les pouvoirs malsains.

Tournant la tête, il envoya un amas foudroyant vers plusieurs petites créatures d’obscurités folles qui bondissaient vers Aerlin pendant que lui et Livio bloquaient le passage. Ils arrêtaient un flot de créature infâme, toujours plus nombreuses, en sortant d’une masure brisés dans un flot continue que Aerlin cherchait à jugulé en créant des grandes roches sur les flancs de Livio pour que les entités sinistres s’écrasent dessus au lieu de contourner le Pistosabreur pour le tailler en pièce. Envoyant d’immense coup de sa pistolame, l’éther parcourant l’éther émit des ondulations cristallines tournoyantes autours de son épée jusqu’à ce que l’entité qui générait ses créatures ne sorte rapidement de là. Une sorte de mère nourricière infâme, dont le premier objectif fut de crachée comme un amas de liquide noire en sphère contre le torse d’Aerlin en l’envoyant s’écraser au sol. Levant rapidement son bâton, les pans de pierres se soulevèrent en capturant une partie de la mère infâme, la coinçant sur le côté en la brutalisant sous plusieurs bourrasques de vent pour permettre à Livio d’envoyer un grand coup de pistolame. Les cristaux étendirent l’épée brusquement pour la rendre plus grande et bien plus puissante, jusqu’à s’écraser en plein cœur de la bête. Tuée sur le coup en retournant s’effondrer dans l’amas de gravier, sa mort généra celles des rares créatures qui s’étaient échappée, coupant le flot monstrueux.

Permettant ainsi à Finaen de foncer droit vers le mur effrayant qui ressemblant à un pans de bois mort et de végétation moisie où des visages apparaissaient de temps en temps. Laissant la purification des effets en cours, il voulu venir en aide à Runne mais le bras du Tree Barar s’extirpa de ce dernier pour tirer brusquement contre Finaen en l’envoyant s’écraser sur le dos dans un choc d’énergie sombre. Arrivé plus tôt, Runne avait débuté la purification en cherchant à instillé une présence bénéfique et à rassuré la frayeur des esprits greffés dans le mur pour qu’ils nous laissent le passage. Cela aurait été trop facile, si le Tree Barar n’avait pas agit en même temps, cherchant à dévoré les bras de Runne lentement tandis qu’Alaric avait arrêté le tir d’une arme magitek recouvert de végétation pourrie des restes des forces des Telophores. Protégeant le flanc de Runne, bondissant à droite et à gauche en dévastant les premiers armes avec efficacité en tranchant l’une à l’autre dans des chocs percutant des plus puissants tout en esquivant les représailles. Ne laissant qu’une arme active, alors que dans son dos Finaen avait pu offrir les lueurs d’énergies blanches tombantes des cieux en guise de purification permettant, avec la protection de Lalavyr dans un rayonnement d’argent, de repoussé l’esprit du Tree Barar en ouvrant le passage dans un choc d’énergie dissipant cette végétation pourrie. Si l’accès était désormais grand ouvert, la dernière machinerie magitek ayant eu l’audace de se déchaîné vers Alaric en tirant dessus sans cesse, le forçant à bondir en tranchant plusieurs tirs de sa pistolame jusqu’à ce que son coup ne s’écrase brutalement contre la carcasse de la machine dans une explosion.

Il fallait encore protéger les prisonniers Domiens et ce fut l’affaire de Grob, Yone et Lalavyr. Nous avions tenu avec Kohaku bon contre la plus grande menace qui était apparut au milieu du passage, dans une sorte de cercle de magie infâme ressemblant à une obscurité profonde. Je me demandais si ce genre de chose n’aurait pu être affecté par les effets du Kriegstanz des danseurs Thavnairois pour purifié les émotions, car c’était l’accumulation de la peur, de l’horreur, vécu par les derniers Samourai de Monzen lors de leur chute. Créant une silhouette inquiétante, elle n’avait ni couleurs ni réelle équipement, mais elle cherchait à prendre l’aspect du Bourreau de Monzen ayant massacré tout ses pauvres combattants. Celle d’un Garlemaldais au fourreau tournoyant, tendant le bras pour réceptionner la boule de feu du Katon envoyé par Kohaku droit vers son visage. Attrapant notre camarade par la gorge en se préparant à la massacrer à coup d’épée, mon sabre pu frapper rapidement sa lame et le bras tenant Kohaku avant de laisser un choc puissant contre son plastron, malgré une blessure à l’épaule et à la joue. Heureusement, il n’était pas aussi puissant que le véritable Bourreau de Monzen, n’étant qu’une façade, nous permettant de lui foncer dessus tandis que j’écartais toute ses défenses en le blessant, permettant à Kohaku de planter ses deux tantos dans son torse, l’enflammant soudainement jusqu’à ce que le feu noir du phénix ne le fasse disparaître définitivement. Proche de là, Grob avait bondit dans un saut spectaculaire en s’écrasant entre les deux gardes pourrissant et les prisonniers. Ses adversaires étaient des anciens cadavres de Samouraïs de Monzen immense qui avaient été animés par la végétation écœurante, s’opposant au guerrier Roegadyn qui souleva la pierre comme un rempart en restant au sol passage pour les contenir.

Tranchant les liens des prisonniers, libérant ses derniers en prenant le temps d’appeler sa Mère jusqu’à ce que la brume devant ses yeux ne s’échappe à la purification de Lalavyr. Affaiblie, mais en vie, elle sourit à son enfant en lui remettant son sabre, lui faisant confiance pour accomplir ce qu’elle n’avait pu accomplir. Acceptant cette charge, bondissant sur les pierres soulevées par Grob pendant que Lalavyr envoyait une protection vers Runne et Finaen, le Roegadyn en profita pour exploser le crâne d’un des premiers gardiens tout en retenant l’autre. Les deux lames, amenant le vent du Ka et la foudre de son propre Kenki, tranchèrent en quatre morceaux le dernier gardien dans un mouvement puissant en le laissant choir en morceaux. Le passage était grand ouvert, dans les cieux l’énergie d’argent continuait à brisé l’influence des cristaux corrompu, mais plus loin devant nous se trouvait encore le Tree Barar. Quoi qu’il souhaitait accomplit, tout devait s’arrêter maintenant.
Image
Finaen était encore au sol, redressé par nos compagnons et recevant quelques soins d’Aerlin, nous avions subi le contre-coup de quelques assauts mais au moins personne ne gisait dans son propre sang dans un état misérable. La coordination et les actions partagés avaient largement jugulés les menaces, donnant une harmonie intéressante qui devrait se poursuivre si on voulait réellement revenir chez nous en vie. Nous réunissant rapidement en contemplant la grande brèche nous empêchant d’atteindre les hauteurs du pont menant vers une Doma brisée par les derniers évènements de la résistance, plusieurs se contentèrent d’utiliser leurs solutions en se propulsant droit vers la suite, Runne avec Lalavyr sur les épaules jaillit à toute vitesse en s’installant au dessus, laissant le soin à Livio d’utiliser son grappin comme rambarde en cas de problème. Tandis qu’Aerlin et Finaen généraient de plus en plus un immense pont de pierre en soulevant la roche pour nous offrir un passage, c’est Grob qui allait faire le bond le plus surprenant. Et malheureusement, celui qui l’écarterait le plus de notre équipe. Frappant le sol en se projetant en l’air, non pas comme un chevalier dragon l’aurait fait mais à une bonne distance, il avait visé juste, si la dernière épreuve menant au Tree Barar n’avait pas débuté au même moment. L’onde de choc produite par le rugissement des milles voix résonna si fort que l’ensemble de la structure fut prise dans des fracassements striant le sol à de nombreux endroit dans une lueur d’un vert puissant. Au début ce n’était que des fractures, mais sous l’effet de la magie d’un coup les pierres s’écartèrent brusquement en donnant l’impression que tout était démembré, basculant dans tout les sens dans une confusion totale en éloignant les compagnons de plus en plus les uns des autres. Sortant des flots devenu d’un vert infâme, au milieu de silhouettes de monstres ressemblant à ce que le Seigneur des Trois vents avaient convoqué, des bêtes de pierres générés par le Mornemaux sous des influences simplement monstrueuses jaillirent dans tout les sens. Bondissant d’une pierre à une autre ou en flottant droit vers nous pour se fracasser sur nous.

Tout semblait de plus en plus monstrueux, sous les effets verdoyants du pouvoir du Tree Barar floutant notre vision et vrillant nos oreilles aux moindres hurlements des voix de l’esprit qui essayait de nous rendre fou avant de parvenir jusqu’à lui. Peu furent vraiment impactés, alors qu’Aerlin créait un passage de plus en plus fourni de pierre pour tous nous rassemblé droit vers lui afin d’atteindre le bout de notre chemin où se tenait le monstre. Chaque pierres s’écrasant les unes contre les autres furent renforcés rapidement par Kohaku essayant de les liés par plusieurs symboles pour qu’elles tiennent le coup, en faisant un petit fortin de protection où tous purent se rejoindre. Installé sur une pierre qu’il maîtrisait, Runne n’avait pas grand besoin d’aide en donnant l’impression qu’il avait fait de son rocher littéralement un engin aérien, passant à toute vitesse proche des créatures en les percutant parfois dans des chocs terribles. Derrière lui, les jets d’eau bouillante de Lalavyr happèrent les audacieuses qui arrivaient, jusqu’à ce que l’une ait l’opportunité de bondir pour essayer de fracasser son poing dans le miqo’te et son camarade. Avant d’y parvenir, l’ensemble fut mitigé par l’apparition de Yone plantant sa lame dans son torse, avant de trancher la bête en deux, subissant le choc qui fit choir Lalavyr que Runne retint de peu. La vague de créature était trop nombreuse et Yone n’aurait pu faire front, sans ses compagnons qui arrivaient rapidement. Livio fracassa une bête, recevant un coup douloureux avant de tournoyer pour trancher deux autres entités.

L’énorme pierre de Grob envoyé dans la masse fit tout autant de dégât en s’ouvrant une route au milieu des éclairs de Finaen. La foudre qu’il produisit happa les entités qui cherchèrent à frapper Alaric, protégeant Gladys comme il pouvait avant de se prendre une pierre dans le torse. Venant le récupéré, nous avons été les derniers à atteindre le bout du périple tout en faisant face au Tree Barar qui se tournait lentement vers nous. Émettant des rires sinistres, l’énergie du Tree Barar était déjà en train d’investir quelques masures domiens derrière un grand mur que des habitants avait courageusement voulu déjà ré-habité depuis la reconstruction. Des cris de peur, d’horreurs se firent entendre quand ils furent influencés par la peur, afin de nourrir le Tree Barar lui même. L’entité se tenait devant la brèche, se tournant vers nous en ricanant cruellement des trois têtes sur un corps infernal de bois et de végétation morte. Proche de lui se tenait un grand gardien de bois venant des îles roses, des pétales de roses tombant et pourrissant en même temps, orné de nombreux masques d’esprits des bois locaux. De l’autre côté, une apparition d’un magicien spectrale, au milieu d’une vague obscure, devant être un des sorciers ayant provoqué la création du Tree Barar il y à bien longtemps. C’était un mystère de ce côté, et je le crains tôt ou tard, nous finirons par en entendre de nouveau parler. Pour l’instant, il fallait agir rapidement avant que la brèche ne rapporte quelconques créatures que le Seigneur des Vents avait chercher à amener en urgence. Le gardien de bois s’occupait d’Alaric ; les coups balancés un peu partout frappèrent là où le Pistosabreur esquivait un instant avant d’être happés, envoyant des grands coups de sa pistolame dans l’énorme entité pour donner l’occasion à Kohaku de frapper brusquement de ses deux tantos enflammés en tranchant la jambe d’un coup du gardien de bois.

Endommagé, il tenta bien de se débarrassé de la ninja bondissant autours de ce dernier, mais il du subir encore Alaric qui le bloquait jusqu’à ce qu’une lumière infâme le frappa dans le dos. Serrant les dents, s’énervant sur Gladys qui parti en pleurant sous les cris d’Alaric, il n’eus le temps de regretté son geste quand le poing du golem le frappa dans le torse en l’écrasant brutalement par terre. Presque inconscient, blessé, la lame qui aurait du l’achevé s’éleva lentement mais Kohaku pu intervenir en urgence pour tirer à bout portant avec son lance fusée qui fit explosé la tête de l’entité dans un choc puissant. De l’autre côté, nous nous étions chargés de l’obscurité avec Livio, ce dernier bondissant au dessus dans une lueur de cristal pour inverser l’entité en la mettant dos à mon arrivé pour m’offrir l’opportunité de frapper. Déviant des griffes et des sorts efficacement, mon sabre tranchant plusieurs fois en le laissant hors de toutes ses protections quand plusieurs éclairs frappèrent.

La fine silhouette sombre inquiétante fit naître de nombreux cercles incantatoires pour produire autant de sorts ravageurs qu’il pouvait. Nombreux auraient du percuté Livio, dans des chocs puissants, si il n’avait pas été épargné par plusieurs protections d’Aerlin tournoyant dans une vague aquatique autours du Raen empêchant les chocs de le frapper. Envoyant sa frappe en croix, je coupais les incantations et les bras de l’entité en plusieurs coups de lames rapides, jusqu’à ce que la croix ne disperse le résidu d’éther formant notre ennemi, n’en laissant strictement rien. Derrière, la brèche avait rapidement été coincée par Runne et Lalavyr. Créant une sorte de couche de protection comme un dôme où on pouvait entrer et pas sortir, Lalavyr faillit se prendre un dard en pleine tête qui aurait été des plus douloureux si Runne n’avait pas en urgence activé le dôme tout en le renforçant pour coincé les choses derrières qui voulaient sortir. La brèche lentement sous l’effet de la magie brisée que Runne manipulait, les laissant griffer et briser des cristaux de plus en plus jusqu’à ce qu’un choc terrible ne les fasse reculé en arrière et tombé au sol. Renforçant l’effet de la protection pour fermer la brèche le plus vite possible, Runne eu le temps de préparer le passage en le noyant de flammes sinistres qui dévorèrent les entités dans un couinement monstrueux jusqu’à ce qu’il n’en reste rien. Hurlant de frustration, le Tree Barar avait reçu un incroyable assaut quand Finaen et Yone le prit en tenaille. La rapière purificatrice de Finaen dans une lueur blanche frappa en même temps que les deux lames de Yone coupant le plus possible de partie de la créature. Elle cherchait à contre-attaquer, mais la lueur de purification incroyable d’Aerlin le frappa plein cœur, ouvrant la route à Grob qui écrasa sa hache en plein torse du Tree Barar.

Peu envieux d’en finir là, il étendit ses bras et ses têtes en arrière en hurlant des milles voix, déchaînant tout le pouvoir de la peur créant des oiseaux infâmes tournoyant de plus en plus en même temps que des colonnes de forces s’élevèrent en blessant plusieurs d’autres nous. Cela aurait été bien plus grave, si Grob n’avait pas rugit en même temps, le déchaînement de sa colère fut si intense que l’onde de choc rouge bloqua brusquement les sorts du Tree Barar en les renvoyant un peu partout en faisant trembler la terre. Les deux partagèrent des coups sans cesse dans des chocs puissants permettant à Finaen et Yone blessés de revenir droit vers le Tree Barar. La foudre de la tempête que Yone appliquait avec ses lames sur un flanc de notre ennemi, fut dirigé par la lame noire de Finaen qui envoyait l’ensemble de l’énergie en plein cœur du Tree Barar, le brisant petit à petit. Dans des flots déchaînés, Aerlin et son ennemi s’élevèrent lentement tout les deux, se tenant en face à face dans des levées aquatiques qui se mêlèrent au vent et à la pierre frappant encore et encore l’esprit fou. Tout s’acheva dans une grande lumière comme la conception d’un arbre blanc qui jaillit, transperçant le Tree Barar et le désintégrant enfin dans une si intense luminosité qu’elle nous aveugla. Tout revint dans des fragments de cristaux tombant lentement des cieux, la peur se dissipant, son influence enfin fut brisé, et tous purent profité de cette victoire arraché après tant de difficulté et de perte. Okoi avait été tué, installé proche d’Obito et Moko qui prièrent avec Aerlin pour l’âme de l’officier Domien mort pour une telle cause. S’en était fait de ce long voyage en Yanxia, pour arrêté ce monstre, et même si je suis consciente qu’il doit rester encore des légendes autours du Tree Barar qui réapparaîtront tôt ou tard. Nous avions un nouveau voyage nous menant vers une prochaine destination pour arrêté Naran et ses expériences infâmes : Direction les Steppes d’Azim. »

Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 380
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 29 déc. 2021, 12:58

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Les dernières expériences de Naran."

Image
Deux-cent-douzième Entrée - « Acte 1 – Du poison pour tout le monde.»
Image
« C’était il y à bien longtemps, celui qui nous à contacté n’étant rien d’autre que mon beau-neveux, avait déjà pu affronté ce traître. Un parjure ayant jadis causé plusieurs troubles dans les Steppes, du nom de Naran Aan Oronir. Ayant délivré d’infâmes expériences sur le siens, ce pauvre bougre n’était pour autant pas destiné à être une mauvaise âme. Condamné par quelques complots à la folie il y à bien longtemps de cela, c’est naturellement qu’il fut conduit droit à Landfust qui ne voyait pas grand intérêt dans les Steppes d’Azim tout comme son Empire. C’est ainsi qu’il décidé pour autant d’y trouver par son biais une source de pouvoir supplémentaire et d’expérimentations sur les tribus Xaela habitant là-bas. Si il fut mit en déroute il y à longtemps de ça, ce n’était pas pour abandonner pour autant son projet de voir s’écrouler le Trône de l’Aube avec tout ses habitants ainsi que l’espoir des Steppes. C’était un but, pour ce bougre devenu fou, et les récentes acquisitions auprès des fleurs empoisonnés du Tree Barar n’allait pas réellement nous aider. Si au milieu des graves problèmes actuels autours des Telophores n’étaient pas suffisant, il est aussi possible qu’il ait été envoyé ici accomplir ses projets pour venir en aide à Garlemald afin que Landfust y revienne en conquérant pour un Empire en piteuse état. Il ne fallait simplement pas qu’il y parvienne, surtout à cause des conséquences que cela entraînait généralement sur les pauvres finissant entre ses griffes.

Peu envieux de laisser trop de personnes devenir des expérimentations, et encore plus au risque de ses conséquences, il devait être arrêté avant de pouvoir amener quelconques forces à son maître en Ilsabard afin de jouer en sa faveur dans les restes d’une Garlemald en guerre. C’est à l’entrée de la Steppe depuis la Mer de Rubis que nous nous sommes trouvés, il y avait eu peu de temps suivant la défaite du Tree Barar et certains se reposaient, d’autre comme Yone étaient rentrés chez eux, aussi avons nous ainsi débuté notre voyage dans la Steppe d’Azim avec une partie de notre équipe : Finaen et Runne, mêlant leurs pouvoirs et leurs savoir à ceux de Lalavyr et Lucian avec une forte équipe de magicien ce soir là. Et en lieu et place d’Aerlin, le docteur Sora Greystone vint nous offrir son aide médical en l’ayant rencontré à l’entrée de la Steppe où il était installé, discutant avec Lucian dont il avait visiblement un lien de famille que nous avions découvert. Nous laissant avec Kohaku le soin des interventions rapides et tranchantes si j’ose dire. Quittant l’entrée, nous avons donc progresser doucement en direction du Ralliement tout en étant conscient, de part les informations de Kodjo des Oronir, qu’il y aurait certainement des problèmes ayant empêché aux voyageurs de rejoindre le domaine des Qestir depuis quelques jours. Il fallait s’attendre à des problèmes, et les problèmes vinrent d’eux même trop rapidement à mon goût.

La beauté des steppes restait à coupé le souffle, c’est un paysage fantastique et la nuit aux milliers d’étoiles lui donnait l’impression d’une étendue infinie. C’est après quelques temps de marches, une cloche ou deux, qu’un appel d’une jeune fille vint qui nous alerta d’un coup de ne pas avancer car le vieux Lalafell avec qui elle vend des choux à disparut plus loin et n’est jamais revenu. La rassurant comme il pouvait, Finaen l’empêcha de nous suivre au risque de la mettre grandement en danger pour progresser avec l’équipe vers ce qui ressemblait être un nuage toxique. Mettant nos respirateurs et autres protections pour ne pas avoir à s’étouffer dans le poison local, lentement les étoiles disparurent pour nous donner l’impression de progresser dans un recoin de la Steppe contaminé par un gaz infâme. Plusieurs habitants furent retrouvés au sol, chanceux étaient-ils de l’être quand nous passions par là, car avec un peu des soins de Sora et Lalavyr les conduisant plus loin ils furent rapidement mit en sécurité jusqu’à ce que tous ne profitent des vents créer par Kohaku, Finaen et Runne. Amplifiant cet effet, ils foncèrent ainsi droit vers ceux que Lucian et moi nous avions vu : Deux cavaliers Xaela, s’installant sur leurs chevaux, et fuyant brusquement dès qu’ils furent remarqués.

Portant des masques de respiration aux allures impériales, il était clair qu’ils étaient de mèche avec Naran et qu’ils devaient rendre des comptes pour ce qu’il se passait ici. Bien qu’à ce moment, nous n’avons pas encore conscience de l’ampleur de la cruauté de leurs démarches. Fonçant rapidement dans leurs directions, ils affolèrent brusquement un troupeau entier de mouton des steppes, et la liquidité qui leur fut envoyé explosant dans la masse les rendit bien plus dangereux encore, fonçant dans toutes les directions d’une manière chaotique en émettant des hurlements inquiétant au risque de nous piétiné à mort en passant au milieu. Propulsant encore et encore divers fioles, faisant apparaître des amas de gaz colorés ou des flots de fluides un peu trop lumineux à mon goût qui dévorèrent même un pauvre mouton en ne laissant lentement que des os. Il fallait faire quelque chose pour interrompre tout ce qui nous tombait dessus au milieu de ce tunnel de vent fendant les gaz dans cette impression incroyable, qui fut renforcé bien plus encore par Runne provoquant un petit tourbillon en avant pour nous offrir un passage éloignant les gaz que je repoussais avec la pression du coup de ma lame. Le liquide acide glissait en tournoyant autours d’un bouclier de vent de Finaen et la scène la plus curieuse de ma vie jaillit : Endormi par Lalavyr, et repoussé par des étoiles balancés par Sora dans des chocs étoilés sortant de son astrosphère.

Les moutons endormi propulsé se mirent à valser dans tout les sens emportés par les vents de Runne, nous laissant passé à travers un tunnel avec des moutons volant dans tout les sens. Les cavaliers arrêtés par Kohaku et Lucian, Kohaku ayant valsé sur une flèche immense tiré par l’une de ses invocations et Lucian apparaissant d’un coup, nous avions nos deux captifs mais de nombreux Xaela portant une tenue verte apparurent pour se préparer à nous abattre. Leur chef, installé sur un Hainag modifié par les liquides coulant dans de nombreux tuyaux le rendant monstrueux, n’aura pas eur le temps de faire grand-chose : Il faudrait comprendre d’où venait cette tribu, qui ils étaient pour s’être allié à Naran, mais nous devions absolument rejoindre une sorte de diffuseur pour arrêté ce qu’il se passait ici rapidement afin de sécurité les eaux du Ralliement. Finaen et Runne, renforcés par Lalavyr, créèrent une véritable tornade repoussant les amas de mucus vert écœurant volant dans tout les sens éloigné de notre point de chute. Renforcée par Sora dans une lumière envoyé par la carte de ce dernier, Kohaku jaillit en tranchant plusieurs tuyaux de l’Hainag avant de balancer un souffle enflammé à l’intérieur de son corp. Rendu malade par un sort de contamination de Lalavyr, les chaînes autours de Lucian l’empêchait de pouvoir faire quoi que ce soit d’autre que d’exploser en milles morceaux, envoyant les Xaela valsé dans tout les sens. Runne jaillit à mes côtés en transperçant l’un des Xaela qui allait me donner un coup de hache, taillant en pièce les derniers guerriers tribaux dont nous avions encore tout à apprendre. Mais dès qu’ils furent vaincu et les survivants captifs, il nous fallait encore arrêté ce qui créait ce poison infâme avant qu’il ne fasse effet.
Image
Laissant derrière nous les corps dans les miasmes verts, les survivants protégés par leurs masques ne couraient de toute façons pas de grand risque, nous permettant de rapidement rejoindre la sorte de brume ayant comme un cœur de fer rouillé. Plusieurs se sentaient de moins en moins bien à cause des fumées vertes autours de nous. Heureusement, pas mal de blessures ont été évités grâce à la réactivité de nos camarades, et moi même je n’ai eue besoin de souffrir d’un sérieux coup dans les flancs grâce à Runne. Pour autant, nous nous sentions encore oppressés par cette impression d’entrer dans une bulle où d’innombrables gouttelettes d’une eau souillée par des éléments alchimiques qui n’auraient jamais du se trouver ici. Enfin en sol, nous observions les traces des chariots voilés qui avaient amenés le matériel ici, dans l’intrusion des guerriers de la Tribu inconnue ayant pu arriver ici sans se faire voir. Plusieurs morceaux d’aciers venant sûrement d’une ou deux machineries en piteuse état et d’autres éléments garlemaldais fait pour l’alchimie à des niveaux inquiétants. Peut-être Naran avait-il pu apporter quelques des vieilles inventions datant de l’âge d’Allag, ce qui était au fond nécessaire pour lui afin de créer des mutants sous toutes les perfusions de liquides et d’autres éléments alchimiques infâmes. Même si ce n’était pas le cœur de ses conceptions, nous étions très rapidement fixé en arrivant au milieu du dôme de bruine contaminée où se trouvait ce qui tombait dans l’eau encore et encore pour la rendre pas seulement imbuvable, mais même dangereuse pour la terre et les environs. L’engin magitek était aussi massif que donne l’impression d’être mal-conçu.

En ses terres, ils n’avaient pas vraiment de moyen pour travailler leurs conceptions. Si tout avait un côté magitek, la source même de sa technologie était Allagoise et Finaen était donc le plus adapté pour essayer d’arrêter cet outil. Notre rôle était donc de parvenir rapidement à le soutenir dans cette démarche, et nous voilà fonçant en vitesse dans cette direction pour l’arrêter. Lucian s’attarda à affronter un Xaela qui avait été utilisé pour des expériences affreuses, sont corps gonflé et mutés n’avait même plus un seul symbole de son ancienne tribu, devenu une grossière créature errante dans les environs en émettant des rugissement. Les premières pointes de cristaux de Lucian frappèrent encore et encore en cherchant à arracher les tuyaux de cette maudite bête. Et si je n’avais pas pu tirer mon grappin dans le bras de cette chose pour dévié son poing, je n’osais imaginer ce que cela aurait produit à Lucian. Cela dit un coup, il fini par en recevoir un seul, laissant du sang glisser le long de ses lèvres tout en se préparant à se téléporter à droite et à gauche pour esquivé les prochains coup. Cela permit de jouer sur son esprit, jusqu’à ce que ça faux ne tombe et ne brise le conduit principal qui alimentait ses maudites liquidités qui avait transformé cet homme en créature servile. Proche de là, nous nous chargions des chariots – Ceux ci s’était redressé en formant deux armatures de combats magitek faites de bois et d’armure d’acier. Elles n’étaient pas particulièrement tenace, mais surtout très inquiétante à cause de l’acier qu’elles étaient capacités de générés.

Envoyant des amas de lave tournoyant autours des machineries, Lalavyr les endommagea sérieusement jusqu’à ce que mon sabre ne taille en pièce le premier adversaire en le laissant s’éparpiller en morceau aisément au sol. Pendant que j’aidais Lucian, c’est Sora qui s’est tourné pour créer une grande lumière protectrice droit devant Lalavyr avant que la vague de liquide mortel qui allait l’atteindre. Les deux furent alors frappés par deux différents chocs, mais heureusement atténués, permettant ainsi à Lalavyr de se redresser et d’accumulé les métaux surchauffés autours de la dernière machinerie. Elle parvint tout de même à levé un pied, l’écrasant au sol en produisant une onde de choc qui nous envoya valser par terre lourdement. Cherchant ses cibles, elle ne me vint pas venir dans un gyoten me menant derrière elle en l’ayant tranché en deux.

Il ne restait plus qu’à se charger du totem aérien, que Runne et Sora observaient de prime abord. Produisant une forte énergie de purification avec l’éther céleste, Sora essaya de chasser toutes malédictions hors du Totem jusqu’à avoir le constat amer qu’il n’y avait simplement rien de perfide dedans : L’esprit qui s’incarnait dans les élémentaires de vent que Runne coinçaient dans des cloches de glaces pour les retenir avant qu’elles ne puisse causer le moindre mal. Ce qui changea, quand l’esprit des steppes riant naquit au dessus du totem, l’utilisant en ponctionnant les élémentaires pour s’incarner tout en ayant envoyé valser Sora au sol. Balançant une carte de renforcement vers Runne, une étoile tomba par la suite sous l’influence de l’éther céleste créant un choc magnifique qui vint soigner nos blessures légères en des lumières apparaissant un peu partout. En retour, Runne bondit en avant dans de nombreuses explosions suivant les sorts lancés pour frapper avec son épée. Plus que renforcé, il détruisit l’incarnation de l’esprit et une partie du totem en le laissant disparaître dans un rire joyeux. Comme si cela lui convenait tout à faire d’être vaincu ? Au moins, Finaen avait tout l’espace pour interagir avec la console de contrôle. Retombant au milieu des ingénieurs, le choc foudroyant puissant causé par son arrivée repoussant les deux ingénieurs proche de là en les laissant s’écraser lourdement au sol pour commencer son travail.

La Garlemaldaise de sang pure, une ingénieuse envoyée par Naran, aurait bien voulu agir mais Kohaku l’attrapa dans le dos comme un koala la détenant jusqu’à lui retirer son masque de respiration. N’ayant plus rien pour respirer efficacement, elle s’effondra au sol en faisant un peu de bave au sol alors qu’un des ingénieurs en profita pour tirer sur Finaen dans le dos. Blessé, étalé contre la console en laissant disparaître la douleur intense qu’il venait de subir, il ne pouvait pas s’arrêter là et ignora alors les deux ingénieurs restant qui étaient en pleine confrontation avec Kohaku. Tournoyante rapidement, elle enchaîna un des ingénieurs rapidement tout en essayant de planter son tanto dans la jambe du second. Prenant un coup de clé de travail brutalement contre le flanc, la blessant sur le coup légèrement, jusqu’à ce que son tanto ne trouve la jambe de son adversaire. Planté fermement, les éclairs jaillirent en frappant les deux ingénieurs en les laissant s’écraser par terre inconscient sous les effets des chocs électriques. Débarrassés de tout opposant, Finaen activa les manœuvres pour coupés toutes alimentations pour qu’elle ne soit plus utilisée avant que nous ne la démontions – ou ne laissons les Qestir le faire en cadeau pour récupéré les matériaux certainement. Retrouvant lentement notre équipe, il avait néanmoins bien vu que la « chose » qu’ils alimentaient et préparaient à déferlé sur les flots était encore en vie. C’était une créature, et j’ignore ce qu’ils auraient pu créer avec leurs alchimies, mais ça n’était pas vraiment une question que je voulais laisser sans réponse et nous nous sommes mit une fois la lumière stellaire de Sora dissipé en nous offrant un peu de soin, en route vers notre objectif.
Image
C’était dans une grande crevasse où passait les flots autours du ralliement. La chute menait droit dans le vide vers une sorte d’immense faille coupant l’Est de la Steppe, et particulièrement inquiétante quand nous la verrons plus tard après s’être opposé à la fameuse créature. Ici l’eau était encore claire, et nous nous étions laissé descendre de bien des façons différentes : Lalavyr et Finaen usèrent de leurs magies pour créer des escaliers de pierres ou de quelques métaux des machineries que nous avions brisés. Tandis que moi, Kohaku et Runne nous laissions tomber avec plusieurs mouvements habiles en arrivant sur place sans un mal. Lucian avait simplement usé d’une de ses téléportations, tournant la tête pour voir Sora s’écraser dans un magnifique plat au sol en le sonnant un peu quand il se redressa. Le pauvre s’était fait mal, mais heureusement rien de mauvais, et réprimant mon fou rire aisément grâce à la pression de la mission autant que la fatigué accumulée par les dernières missions n’aidaient en rien. Nous avons donc pu progresser après s’en être remit en découvrant un passage des plus infâmes. Rapidement nous découvrions l’avancée du poison dans les flots, comme une contamination de plus en plus étendue de part des éléments alchimiques diffusés dedans.

Même si c’était essentiellement autre chose que de la magie – sauf si on considère l’alchimie comme une magie, ce qui serait compréhensible au vue des effets que cela peut produire ! - une conscience se greffait à l’intérieur de ce déplacement du poison remontant la rivière droit vers l’eau qui allait vers le Trône de l’Aube. Dans les environs, de nombreux déchets de caisses brisés avec les éléments alchimiques usés dont il ne restait que quelques morceaux ici et là. C’était plutôt inquiétant que de voir toute cette misère avec pas mal d’outils tribaux des Steppes détournés pour devenir des instruments fait pour des rites de préparations infâmes. Quelques cadavres abandonnés gisaient au sol, heureusement ils n’étaient pas si nombreux, mais leurs vies semblaient autant des sujets d’études que des éléments destinés à cette alchimie de la mort. On était au milieu de rayonnement verdâtre dégoûtant, comme si l’air autours de nous lui même était d’un malade profond. Et ça aurait été trop simple si il ne s’agissait que ça. Des visions affreuses d’un environnement de vie délabré, mais il y eu bien entendu les sujets d’études qui apparurent autours de nous. De différents âges, même des voyageurs, les menaces étaient ceux qui n’étaient pas encore spécialement usés par les expériences vécues, des rayonnement verdoyant sortant de leurs masques devant leurs visages en les alimentant de source de liqueur mutante qui les rendaient fou. L’eau elle même se déplaça, comme si elle était conscience, s’agitant dans tout les sens en un amas de chaos en cherchant à atteindre Lalavyr brusquement.

Ce dernier était sur des hauteurs rocheuses, se préparant un chemin tout en essayant de nous offrir quelques protections avant de risquer d’être lui même taillé en pièce. Contrôlant les flots, Finaen fut usage judicieusement du temps que Kohaku lui offrit dans un puissant sort aqueux pour y mêlé sa propre maîtrise de l’eau. Coincée, celle ci cherchait tout de même encore à se séparé de là en frappant Kohaku dans les airs, la laissant choir proche de nos ennemis que Runne avait rejoint en vitesse. Frappant de sa rapière plusieurs fois, récupérant un masque après avoir reçu un coup de casque sur le haut du crâne le sonnant un peu. Il perçu à l’intérieur que le masque était fait pour l’empoisonné et pas le prémunir du poison, l’envoyant plus loin un peu écœurant avant que Lucian et moi n’arrivions. Tranchant plusieurs de ses pauvres fou condamnés tandis que Lucian envoyant des pointes de cristaux, une sorte d’explosion verdâtre nous envoya brutalement au sol, écrasé contre des pierres, observant vers Sora qui n’allait pas bien. Prit de panique en voyant un corps, il hurlait en se tenant la tête tandis ue la force extirpé de son corps avait pulvérisé l’un des assaillants en morceaux. Se remettant sur place, la gorge tenue comme si il avait été étranglé, j’ignore encore ce qui avait pu lui arriver à ce moment là hélas mais je crains que nous avions encore beaucoup à faire pour nous en soucier. Se rejoignant finalement proche de Finaen, ce dernier ouvrait la voie dans des amas d’eau comme fendue par l’influence de son sort, écartant les flots afin d’atteindre notre objectif qui se retrouvait à la jetée lointaine déversant la rivière droit dans l’immense faille fendant les Steppes.

De nombreux matériaux d’alchimie s’y trouvaient et si il s’agissait principalement de divers éléments des Steppes, il y avait tout de même plusieurs flacons et ustensiles qu’on aurait pu retrouver sans un petit coup de pouce Impérial. Bien entendu, les responsables n’y étaient déjà plus, et ils avaient laissés les créations qui nourrissaient les environs d’un poison infâme : Une sorte de sphère de gelée verte errante en l’air en se déformant et se reformant sans cesse, proche d’un Xaela qui partageait son corps fondu avec un reste de limon glissant d’une partie de son corps en dégoulinant au sol. Les deux erreurs de la nature rôdaient avec l’incarnation conscience d’un limon d’acide fait de ce poison censé partir vers les flots avant d’être généreusement distribués, ayant prit conscience grâce au morceau de Tree Barar que Naran avait fait récupéré par ses sbires quand il était encore en vie. Il nous fallait intervenir rapidement pour interrompre la diffusion du poison, et tous jaillirent à l’assaut pendant que Lalavyr vint rejoindre le morceau du Tree Barar et les outils. Isolant rapidement la plus part des outils dans des lueurs magnifiques en créant comme des dômes de cristaux ondulant un peu partout en écartant les menaces les unes après les autres. Il prit même le temps d’isoler le poing qui allait risquer de s’écraser contre Kohaku en se coinçant juste avant qu’il ne l’atteigne. Continuant d’isoler l’ensemble, il chercha à coincé le morceau du Tree Barar qui siffla de plus en plus en essayant de s’extirper du bocal en finissant par sortir de là pour foncer droit vers le limon en essayant de l’atteindre à toute vitesse.

Il ne fallait pas que cet élément y parvienne, ou elle aurait pu décuplé la taille, la conscience et le pouvoir de cette maudite création écœurante. Convoquant la lave, tournoyant à toute vitesse juste devant la sorte d’écaille de bois puante qui se planta à l’intérieur, c’est en se fracturant et se dissipant qu’elle risquait de provoquer un choc terrible pour le Lalafell faisant de son mieux pour maintenir l’ensemble entier. Heureusement, Finaen pu intervenir rapidement alors qu’il affrontait la gelée principale avec Runne dans une lumière rouge vive. Nous nous étions débarrassés du Xaela vec Kohaku, ma lame tranchant plusieurs fois l’entité en lui laissant de terrible blessures un peu partout pendant que Kohaku chercha à enflammé tout le limon greffé sur ce corps en partie fondu. Efficace, mais il fini par se reculer en étant bloqué par l’ampleur de mon assaut jusqu’à ce qu’un coup ne me propulse plus loin, sonnée contre un pierre. En retour, cela offrit l’opportunité à Kohaku de généré des vents puissants, décuplant le feu qui était déjà greffé sur la créature avant de la réduire en poussière. La sphère quant à elle avait reçu un terrible assaut de Lucian. Les flammes pourpres dévorantes et plus que renforcées par Sora avaient saccagé déjà une bonne partie de la créature sphérique qui ne parvint pas à atteindre quiconque sous le saccage reçu. Brusquement, le crâne de Xaela avec plusieurs renforcements étranges dessus apparut, et Lucian ainsi que ce dernier envoyèrent en même temps un sort. Le choc fit valsé Lucian en arrière, blessé, tandis que la faux frappa brusquement le crâne explosant en milles morceaux sous le choc quand l’énergie sombre le traversa de part en part. Débarrassé de ses supports, et tandis que Sora nous offrait des soins dans des lueurs éclatantes dues aux étoiles qu’il générait de plus en plus puissante, Runne et Finaen purent vaincre la menace.

Ayant commencé à la congelé, la glace n’était pas du tout plaisante pour cette créature de limon qui essayait de la brisé en rugissant à chaque fois que la glace commençait à monter dessus. Peu heureux de cet effet de fait, il balaya Runne contre la roche à côté en braillant pour se sortir de là, tandis que Finaen lui coupa son lien le plus précieux : Celui avec les flots. Le poison commençait déjà à disparaître, et la fumée elle aussi s’éteignait sans avoir la moindre source supplémentaire pour se propager dans les environs. Se débattant comme il pouvait dans un instinct rageur, tandis que la glace de Runne continuait de prendre de la place, Finaen parvint à créer un sort de grande ampleur générant des lueurs rouges de plus en plus vives, s’achevant par des rayonnement tournoyant autours de la créature pour la frapper sans cesse. Traversant l’entité encore et encore, de part en part, celle ci fut désagrégés par la masse de pouvoir convoqué ne laissant que des lueurs de fleurs vermeilles. Ainsi nous en étions débarrassés, et le poison qui s’offrait à tous n’atteindrait jamais les eaux sous le Trône. Nous restait encore de nombreuses questions pour remonter à la source du problème : Naran, mais avant après tout ce qu’il s’est passé et depuis la destruction du Tree Barar. Nous méritions enfin un peu de repos installés au Ralliement auprès de nos amis Qestir que Kodjo avait prévenu de notre arrivée. »

Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 380
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 03 janv. 2022, 14:02

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Les dernières expériences de Naran."

Image
Deux-cent-treizième Entrée - « Acte 2 – Une promesse de puissance.»
Image
« Le bref repos ne pouvait pas durer si longtemps. Bien que la fête de la transition se passa sans soucis, les rapports et les quelques patrouilles avec les Qestir menèrent à un résultat évident : Désormais, les envoyés de Naran cherchaient à faire l’équivalent d’un recrutement. Nous avions discutés avec Setska de la nature présumée de la tribu mineur venant de loin depuis l’Ouest des Steppes, mais il fallait se rendre à l’évidence que l’on en savait hélas pratiquement rien. Pour l’heure néanmoins, plus de trace dans les environs d’eux, peut-être n’était-ce simplement pas encore notre priorité actuelle sachant qu’il y avait des personnes sûrement bien plus dangereuses dans les environs. C’est en découvrant des disparitions menant toutes vers le nord du Ralliement, que nous avions l’objectif de suivre et découvrir qui pouvait bien invité certains locaux à devenir bien plus fort grâce à des moyens détournés. Comme certaines familles ayant perdu l’un des leurs semblaient l’affirmer. Si ils s’étaient réellement offert d’eux même dans les griffes expérimentations de Naran, c’est qu’ils étaient soit trop désespéré pour vivre, soit il va nous falloir rapidement informés les environs de la menace de tels promesses. C’est souvent après des tragédies de la sorte que l’on se tient plus au courant de tels dangers, je le crains. Et nous étions là en tant qu’aventurier pour mitigé ses effets et ses malheurs tout en soutenant les locaux. Notre première objectif était donc de mettre la main sur ceux qui manipulaient les pauvres bougres qui allaient finir entre les griffes de Naran, pour ça notre direction était le nord. Notre équipe fut bien constituée pour cette mission, et ça n’allait pas être de trop vu tout les coups qu’on allait bientôt recevoir en pleine figure malheureusement. Pour tenir la ligne, Livio serait présent ainsi que l’immense Grob qui arriva en retard en traversant tout le ralliement rapidement, en plein milieux des étals marchands tout en se recouvrant involontairement de soierie et de quelques sous-vêtements.

Finaen et Runne nous apportaient leurs pouvoirs, ainsi que la venue d’E’nijoh serait des plus efficace en cas de soucis. Laissant à Aerlin, nécessairement le rôle de nous tenir entier jusqu’à la fin de notre mission. Quelques intrigues furent écoutés par nos compagnons, essayant de comprendre ce qui avait pu se passé, plusieurs éloignant un peu les marchands un peu trop envieux de nous vendre à prix exorbitant quelques affaires avant que Runne ne prévienne les Qestir de leurs démarches dues à la fête de la Transition. Pendant que nous nous retrouvions à la sortie, Finaen poursuivit brusquement un garde des Qestir quand ce dernier fit l’erreur fatale de parler au lieu de rester muet. L’infiltré fut poursuivit quelques instants, jusqu’à disparaître soudainement après que Finaen ait prit quelques tapis dans la figure dans une technique de dissimulation. Il faudrait rester attentif où nous risquions de devoir le retrouver dans notre dos tôt ou tard. Conscient de ce danger, l’équipe fut réuni afin de partir droit vers le nord en laissant la ville à sa quiétude tout en espérant rendre quelques amis ou membres de famille bien en vie à ceux toujours inquiets des disparitions. C’est donc après quelques temps de voyage, alors que des rares nuages rôdaient dans les cieux en donnant une impression de jour calme où il ne fallait pas attendre grand-chose des cieux, nous avons finalement quitter la route en découvrant quelques traces de voyage solitaires de ceux en quête de pouvoir. Après quelques instants, nous sommes tombés sur une Xaela des Kha qui gisait contre une pierre.

Une fois qu’Aerlin fini de s’occuper de ses blessures, des lueurs agréables des soins confiés à cette dernière rayonnante pendant qu’il appliquait des bandages, lui offrit suffisamment de conscience pour nous dire qu’elle se nommait Keyriss et cherchait avec curiosité à découvrir pour sa tribu ce qu’était cette fameuse technique. Mais un combattant, peu envieux que ça arrive, la poignarda en la laissant là gisante en déclarant que toute la force serait la sienne. C’est là que plusieurs évènements se sont enchaînés : Livio repéra le faux Qestir, l’annonçant à Grob qui directement l’attrapa pour le soulever, étranglé, n’ayant qu’à peine le temps de tirer une sorte de petit explosif vers les cieux alors qu’E’nijoh qui surveillait les lieux avait retrouver la trace de celui qui avait fait ça à la Kha. Informés de notre venue, ceux installés plus loin tirèrent des nombreuses fusées dans les airs qui éclatèrent en faisant tombé des pluies acides, ils feraient tout pour nous arrêtés et rapidement le désordre allait s’installer. Laissant Aerlin créer une grande couche de pierre au dessus de la Kha, il nous fallait progresser en vitesse droit vers l’emplacement de la Tour perdue où ils s’étaient installés tout en pour E’nijoh, sauvant le crétin qui avait blessé si sérieusement la Kha pour le faire revenir à sa famille. Voyant le miqo’te approché alors que la pluie acide démarrait, il lui hurlait dessus en envoyant de nombreux objets vers lui jusqu’à ce qu’un coup dans la nuque ne l’envoie rejoindre Nhamaa dans ses songes. Récupérant le fou et le traînant vers l’équipe malgré qu’une grande flaque naissante un peu trop vite de limon acide ne glisse contre le dos d’E’nijoh, il fut presque aussi tôt soutenu par Aerlin le débarrassant de cet acide alors qu’il éloignait les chutes de glaces avec Finaen. De glace ? Effectivement dans un mouvement de panique, Runne gela d’un coup les gouttes d’acides en donnant à la place un flot de flèches qui tombait sur l’équipe.

Conscient de son erreur, il fit tout pour les ralentir afin que les vents générés par Finaen et Aerlin ne les envoies valsés un peu partout sans trop de gène. Gardant notre prisonnier dans la main, Grob progressa en le protégeant comme il pouvait, suivant Finaen qui nous dirigeait avec un étrange flacon nous indiquant le voyage derrière des couches de fumées élevés par l’acide pour nous bloquer et nous faire tomber dans l’acide. Ce qui me serait arrivé si Finaen ne m’avait pas retenu, tout en ayant le bouclier que Livio nous fournis dans un grand éclat de cristaux autours de nous. Ainsi une fois échappés de la fumée, il ne nous resta plus qu’à être confrontés aux séides de Naran qui attendaient derrière. Des combattants de différentes natures, portant ce fameux masque immonde rayonnant de vert les renforçant énormément physiquement. Le nombre jouait contre nous, et l’énorme Roegadyn qui déversa un flot continu d’acide n’était pas de plus utile à passé de côté. L’acide s’écrasa contre les roches que Runne et Aerlin soulevèrent d’un coup, empêchant sans accès en nous offrant un passage direct jusqu’à lui. D’un côté, Livio et E’nijoh s’unirent quand le Pistosabreur frappa au sol dans un choc foudroyant contenant les guerriers pendant que E’nijoh envoyait des énormes frappes du poing les envoyant valsés un peu partout. De l’autre côté, nous avions fait tout autant, alors que Finaen dévastait les masques des assaillants en me permettant de trancher ses derniers, passant de l’un à l’autre à toute vitesse en les ayant coupés en morceaux. Ne laissant que le Roegadyn dont l’attirail fut brusquement fendu par la rapière de Finaen, reculant en rugissant, il reçu envoyé de toute ses forces le faux Qestir qui s’écraser si fort contre le massif chef de la protection que le matériel éclata. Les condamnant à fondre sous les effets de leurs propres miasmes.

Cruel destin, mais pour autant, ça n’était pas encore fini. Une ombre passa, blessant Aerlin d’un coup et rata E’nijoh de peu. Voyant la menace, nous avons bondit en même temps avec Livio mais sa vitesse était hors du commun, et il nous trancha moi et mon époux en nous laissant nous écraser tout les deux en arrière, sérieusement touchés. Finissant sa route contre Finaen en l’écrasant en sol, se dévoilant enfin : Un Lupin d’Yanxia, cruellement modifié par les câblages et toutes sortes de mutations dues aux machineries Allagoises que Naran avait apporté avec lui. C’était le chef de l’expédition de Naran autours du Ralliement, son envoyé et bras-droit direct, au nom de Khain. Son coup ne pu tranché la tête à Finaen quand la hache de Grob se mit entre les deux, repoussant la griffe dans un rugissement puissant, avant de repoussé Khain d’un autre coup, le Lupin du partir rapidement avant de se faire hacher menu en disparaissant avec le même effet de dissimulation que le Qestir. Aerlin et Finaen venant à notre secours malgré tout, débutant quelques soins, il nous fallait nous redresser bien vite, car se dressait devant nous la tour perdue où les promesses de puissances devenaient des pièges mortels pour les pauvres fou qui s’étaient laissé tentés.
Image
Rapidement, sous l’effet de la magie et des élixirs de santés, les blessures ne se dissipèrent pas comme par enchantement mais elles ne furent qu’un problème qu’il faudrait résoudre une fois rentré tranquillement au repos. Surtout quand elles risqueraient de devenir plus douloureuse avec le temps. Tous se redressaient, l’assaut éclair de Khain avait transformé notre héroïne ascension en une pénible montée douloureuse. Mais il était suffisamment intelligent pour concevoir que les conceptions pour son assaut risquait d’être une mort douloureux si il ne partait pas rapidement afin de nous atteindre une fois qu’il ne serait pas seul. Au moins cela nous laissa le temps de progresser vers la tour perdue, où s’y trouvait pas mal de traces de passages et de nombreux outils de créations alchimiques. Ce qui nous avait guidé ici se trouvait au sommet de la tour, une sorte d’énorme fiole émettant des lueurs rouges pulsant comme un cœur humain. Et à cela, la fiole de verre avec un liquide orange devenait bien plus rouge en se dirigeant vers ce qui se trouvait au sommet de la tour perdue, comme une sorte d’icône à suivre pour les futurs expériences de Naran. Bien entendu, il n’était lui même pas là, sinon peut-être que nous aurions déjà pu résoudre une sérieuse affaire dans la Steppe d’Azim. A la place, s’y trouvait un de ses suppôts et plusieurs travailleurs œuvrant sur des pauvres bougres ne ressemblant plus à grand-chose, et encore plus le vieux Gedan qui avait été tellement transformé qu’il ressemblait à peine à une sorte de loup de la Steppe. Errant en traînant les chairs flasques où des bouches apparaissaient cherchant à mordre ce qu’elles pouvaient pour se transformer et gagner de l’ampleur et de la force.

Accueillit par un Elezen bien heureux de nous voir ici pour être les prochains sujets de ses transformations, nous pouvions ainsi observer l’antenne ancienne qui était devenu un lieu de transfusion où des câbles tournoyaient et s’incrustaient dans plusieurs habitants locaux et quelques voyageurs. Plusieurs pouvaient encore être sauvés, bien qu’ils seraient sûrement malade quelques temps, ça n’était pas une raison pour les laissés tombés tandis que d’autres hélas ne pourraient jamais revenir de leurs états de mutations. Et ceux qui étaient déjà arrivés au bout de leurs transformations étaient devenu des chiens errants, créatures infâmes rôdant en traînant des corps manipulés tout en se retournant vers nous dans un rugissement presque coordonnés. Les mutant ne purent nous atteindre, du moins, ils n’eurent qu’à avancer pour se prendre un grand coup de pistolame de Livio les envoyant s’écraser plus loin. Ses coups furent si terrible, pour le Pistosabreur dont la lame s’étendait dans une lueur cristalline en tranchant ceux s’approchant un peu trop, que plusieurs périssaient déjà sous ses assauts. Essayant de lui sauter dessus sans cesse, il fini par bondir en arrière, créant une ligne pour faire tournoyer sa pistolame deux fois. Des deux coups, les chocs éthérés fusèrent brusquement en avant en une croix de force qui taillèrent en pièce les derniers créatures en les balançant en morceaux un peu partout. Plus qu’efficace de son côté, définitivement, ce fut de même pour E’nijoh proche de là. Pour permettre à Aerlin d’atteindre les rescapés encore sauvable, il fonça à toute vitesse vers les deux alchimistes : Une viera aux allures mauvaises et un vieux Hyurois, les deux protégés par des petits drones tournoyant autours en tirant des petits faisceaux d’énergie. Volant le masque de la Viera, celle ci s’éloigna en toussant, s’étouffant en bonne partie à cause des miasmes.

Il voyait trouble, mais fut sous un choix difficile : Soit il restait dans le gaz en se défendant des tirs des drones en envoyant le masque à Aerlin qui ne pouvait pas se protéger. Soit il le mettait pour s’en sortir lui. Envoyant brusquement le masque vers Aerlin, il pu dévasté tout les autres drones à toute vitesse en laissant les morceaux de drones éparpillés au sol. Réceptionnant le masque que Aerlin lui renvoya après avoir secouru rapidement les victimes pouvant être sauvés, il pu mettre au sol les deux Alchimistes à terre avant de les attachés avec des morceaux de leurs tenues, les coinçant bien jusqu’à les récupérés plus tard afin de les faire parler sur leurs prochains projets et leurs emplacements, les deux se disputant en accusant l’un et l’autre d’incompétence chronique. Le choix avait été difficile pour Aerlin, brisant les tubes en les endormant directement avec un sort de sommeil pour qu’ils ne soient pas des menaces une fois rendu fou à cause des liquides dans leurs veines. Les installant en vitesse à l’écart, il observait les hauteurs en fronçant les sourcils doucement en voyant dans quel état la tour se trouvait et risquait bientôt d’être quand tout allait s’écrouler. C’était le chaos, mais dans une lueur incroyable Aerlin se préparait déjà à nous offrir des soins et du support dans une incantation amenant les énergies de la terre, de l’eau et des vents en trois couleurs chatoyantes qui tournoyaient autours de lui comme des fils de lumières. Sur les hauteurs de la tour, nous avions assaillit l’Elezen à toute vitesse. Profitant que Runne tenta de le congelé, à la place ce fut la tourelle de ce dernier qui reçu la glace me permettant de bondir dessus en la tranchant soudainement. Rebondissant dessus, je fus attraper par la jambe et écrasée contre une rambarde de bois quelque peu douloureusement tandis que Runne lui fonçait pour essayer de planter sa rapière dans le visage de l’Elezen.

Cela allait échoué, il risquait de se prendre la pointe d’une lance en pleine tête, mais Finaen pu créer une lueur d’éther vermeille déviant les deux combattants, ne les laissant que se frôlé légèrement au lieu de s’empaler les uns les autres douloureusement. Valsant un peu plus loin, alors que Finaen venait de saboté les afflux de la Tour en coupant tout liens avec la grande fiole au cœur battant qui nous avait permit de rejoindre cet endroit, cette pauvre tour n’allait de toute façons par rester longtemps entière après ce qu’il s’était passé en bas : Grob avait chargé la créature immonde dès le départ. Sa ruée écrasa son épaule contre la bête, malgré une morsure des plus douloureuse qui enfonça un croc dans le corps du guerrier s’écrasant avec la chose contre un des pilier principal de la tour. Tout était en train de s’écraser, le bois ancien de cet endroit laisser à l’abandon depuis longtemps s’effondrait en risquant de nous emporter tous avec. Pour s’échapper de là, Runne créa une nouvelle couche de glace sur l’Elezen, cherchant de nouveau à le congelé tout en soulevant des pointes pour l’empalé lui et sa tourelle, bondissant plus loin afin de choir en profitant des vents de Finaen. Mais le sort ne vint jamais, avant d’être congelé, l’Elezen parvint à brisé le sort de Finaen en envoyant une sorte de fiole dont les effets « cassèrent » la magie tout en le laissant en fâcheuse posture : Rien ne retiendrait la tour quand elle allait s’effondrer sur Grob et son immonde adversaire. Laissant Runne choir en bas réceptionner par un Livio se trouvant juste en dessous, je parvins à trancher en morceaux l’Elezen qui cherchait déjà à se dégagé pour amplifier les problèmes que nous avions déjà avant de venir chercher Finaen. Nous échappant tout les deux en descendant rapidement de la tour pour arriver proche d’Aerlin et E’nijoh qui en avaient fini en bas.

Tous tournant la tête vers Grob, qui venait d’arracher le croc de son armure pour planter d’un coup la griffe de ce monstre afin de le bloqué. Tournant lentement la tête vers nous, tandis que l’immonde chose couinait et se débattait pour ne pas finir en bouillie, l’ensemble de la tour s’effondra sur notre camarade en un choc puissant. C’est là que le sort d’Aerlin fut actif, tandis qu’il venait de guérir nos blessures et apaiser nos maux d’une façons effective, tournoyant autours de chacun de nous pour nous confié un renfort nécessaire afin d’en finir avec nos ennemis. Le flux de pouvoir fusa finalement entièrement vers Grob, créant une puissante colonne d’eau repoussant toutes les pierres et le bois écroulé sur le Roegadyn qui se redressait petit à petit, ayant reprit de fait conscience sans avoir été mit en bouillie grâce à son incroyable résistance – et à une armure de qualité Drunken Siren ! Les miasmes rouges errant dans les airs depuis le sabotage de Finaen furent comme conduit vers le nord, là où l’entité fournissant un tel poison pour transformer des pauvres fou en quête de pouvoir. En véritable monstre.
Image
Le soin puissant d’Aerlin avait été plus qu’efficace, au moins nous étions relativement en bonne état même pour Grob qui venait de recevoir une tour sur le coin de la tête – Cela dit, j’ai toujours du mal à imaginer ce qui pourrait vraiment l’écraser, même des explosifs Amalj’aa il y à des années, mais je m’égare – Nous n’avions qu’en tête l’idée d’en finir. J’observais les pauvres bougres condamnés à la mort dont nous offrions leur fin au lieu de devoir souffrir de leurs conditions, mais il y en aurait d’autre dans un tel état. Il nous fallait nous mettre en route, abandonnant derrière nous des herbes noires abandonnés ayant laissé une vague de dévastation quand le tour s’était effondré. Nous laissions un endroit particulièrement brisé plus par les effluves des matériaux alchimiques que par les combats et les destructions menés dans notre entourage. Cette même contamination du sol n’avait pour une fois rien d’une malédiction ou d’une présence d’un éther souillé dont nous avions l’habitude depuis aussi longtemps que nous tuions des démons et autres monstres de la sorte. Comme il pouvait être sinistre de concevoir que le mal profond pouvait être simplement due à des expérimentations humaines, des ambitions monstrueuses, et des ingrédients du monde. Sur la route droit vers la créature qui permettait de faire de tels mutations à des êtres humains, il restait pas mal de déchets venant de tout ce qu’ils utilisaient. Il y avait des caisses brisés, des chariots abandonnés, pas mal des éléments de plantes ou de créatures qui ne serviraient plus pour leurs tentatives. Mais le plus sinistres était peut-être les ossements. Des corps abandonnés derrière de ceux qui ne purent pas recevoir correctement les soit-distantes amélioration en laissant des cadavres perdu. Ils n’étaient pas forcement immonde, ça n’était plus que des ossements des amas de limons puant fumant encore un peu signe de ce qui avait dévoré toutes les incarnations.

Certains éléments avaient certainement été utilisés pour leurs tentatives, mais comme le disait Grob, je doutais grandement que si les « volontaires » avaient vu tout ce chaos, ils seraient rester pour se faire planté une seringue afin d’être gavé d’une substance aussi infâme. La vue était pour autant aussi sinistre que curieuses, des amas de nuages rouges rôdant à très courte distance, tant que j’étais sûre que Runne aurait pu s’accrocher à l’un d’eux avec un fil d’éther pour le rejoindre dans les airs. Certains prirent un temps pour aider à s’endormir une Xaela souffrante qui n’en avait plus pour très longtemps. Rien ne pouvait la sauver, Runne apaisant un peu ses maux pendant qu’Aerlin lui permettait de s’endormir, avec toute la douleur que cela pouvait évoqué que de ne pas pouvoir sauver une personne supplémentaire qui aurait pu rejoindre le Ralliement et retrouver sa famille. Khain puis Naran allaient payer pour leurs actes, ainsi que tout ceux qui les aidaient, c’était une promesse que nous nous formulions. Et rapidement, la chose qui se terrait plus loin allait faire en sorte que nous ayons à respecté cette promesse plus rapidement qu’attendu, quand des amas de déchets fusèrent vers les cieux brusquement en envoyant des colonnes de gravats dans tout les sens. Mêlés à la terre, et aux déchets comme reliés à du limon écœurant, l’ensemble tournoyait de plus en plus comme un corps humain émettant un rire rauque et inquiétant. La créature responsable de tout ça était proche, autours de nous, et allait nous empêcher d’atteindre la sorte de « laboratoire » isolé du monde dans ce recoin perdu de la Steppe. Progressant en avant, je tentais de trancher net les amas de déchets qui tombaient un peu partout avec E’nijoh non loin, jusqu’à ce qu’une colonne de déchet ne m’envoie valser en arrière sous l’afflux de plus en plus immense.

Tombant des cieux, les nuages rouges se densifièrent pour devenir des limons rouges chutant un peu partout autours de nous. Hautement explosif, nous ne pouvions pas les atteindre pour les taillés en pièce puisqu’ils risquaient de nous faire exploser en morceaux avec eux. Ainsi, Grob créa un étaux qui les ravagèrent au sol, les coinçant tous dans un petit trou de pierre avant que celles ci ne cherchent à s’échapper. Les tirs de Livio empêchèrent ses choses de sortir dans de grandes explosions s’éparpillant un peu partout, envoyant des morceaux volant un peu partout sous les déflagrations terribles. E’nijoh restait auprès de nous, avançant tout les quatre dans les couches de pierres qu’Aerlin avait formé pour écartés les détritus afin de nous offrir un moyen de passé en vitesse. Ayant joint ses forces à celles de Runne, les deux avaient créer des vents suffisamment puissant pour envoyer des limons valser un peu partout, ne leur permettant pas de nous atteindre en tombant des cieux. Mais l’un calcula sa chute, pour essayer de tomber droit vers Runne qui continuait de créer des vents puissants avant que Finaen ne le sauve de justesse. Envoyant brusquement une pointe de roche le transperçant de part en part en provoquant une grande explosion au dessus de l’équipe sans pouvoir nous atteindre. C’était de peu, et au moins tous purent foncer droit vers le fameux lieux de création infâme en laissant Finaen continuer d’envoyer les nombreuses pointes de roches ici et là. Nous nous ouvrions un passage, Finaen venant encore m’offrir quelques soins après le choc, me préparant déjà à force à ne pas revenir indemne de cette mission. Au bout du passage, se tenait de nombreuses lumières de toutes couleurs différentes installés proches de vieilles préparations ayant permit autant de créer la chose infâme qui se trouvait ici que de permettre à ce que nous observions d’être fonctionnel. J’avais entendu parler des légendes ayant créer les chimères venant des anciennes installations d’Allag, mais ce que l’Empire pouvait bien en faire était parfois des plus inquiétant.

Et Naran n’avait simplement aucunes vergognes à se gratter une place dans les emplacements les plus sombres de la Steppe pour y préparer une vengeance infâme. Sortant des déchet,s la créature était une sorte d’énorme amas de différentes créatures donnant une sorte d’entités aux nombreuses pattes, au corps parfois un peu flasques renforcés et contenu par des câbles. Face à sa disproportion, le casque Garlemaldais du primo-corps d’un officier scientifique impérial avait l’air ridiculement petite par rapport au reste. Des morceaux de son corps étaient placés régulièrement dans l’incubateur allagois pour transformer les tissages infâmes en liquide vert afin de se préparer à les mettre dans les veines des malheureux. Tandis qu’elle se gaussait en imaginant ce qu’il adviendrait de nous une fois que nous serions transformés à l’état de pulpe utilisable dans leurs travaux. Bien que cet avenir ne me réjouissait peu, il fallait affronter cette abjecte créature qui ressemblait à un amas de folie humaine. J’avais déjà pu affronter des créatures grossières.

Le démon de la Faim du Nuage noir en Sombrelinceul était un des exemples les plus écœurants. Mais celui ci n’était pas aussi dégoulinant et abjecte, pourtant sa forme et sa présence ne m’inspirait que les maux et les maladies du monde. Sans avoir besoin d’une magie supérieur pour permettre sa création, juste de l’esprit des hommes et d’une ambition allant au-delà de toutes considérations. Arrivant proche de l’incubateur, Finaen pu entièrement le saboté en détruisant la plus part des câblages. Coupant l’approvisionnement, cela laissa sensible notre adversaire à nos assauts, mais en tournant la tête il perçu comme elle avait pu nous mettre en difficulté. Bien plus forte et rapide qu’attendue, sa pince attrapa brusquement Aerlin après que ce dernier ne l’ait harcelé de nombreuses pointes de roches pour offrir à Grob l’opportunité d’attraper la pince pour essayer de la détruire. Repoussant le guerrier d’un énorme coup l’envoyant s’écraser plus loin, Aerlin fut attrapé et brandit tel un trophée en essayant de le couper en deux. Les pierres convoqués offrirent une protection de fortune à l’élémentaliste, et Grob parvint à revenir en coupant net la pince en deux ainsi que le bras et une partie entière de notre adversaire malgré les aspersions acides douloureuses. Runne et Livio agissaient de pair, le Miqo’te arrivant douloureusement derrière notre ennemi avant de se prendre un coup de tête douloureux après avoir envoyer des vagues d’éclairs, il en fut de même pour Livio dont la pistolame avait laissé une sérieuse blessure proche de la tête du casque Garlemaldais. Pour offrir l’opportunité à Runne de frapper, Livio détourna son attention en tranchant sans cesse de sa pistolame jusqu’à recevoir un puissant choc verdoyant l’envoyant sur le dos. Mais entre temps, les flammes convoqués par Runne déferlèrent et ne cessèrent de le consumé de plus en plus dans des hurlements grossiers.

Nous nous occupions de l’arme magitek greffé dans l’autre côté de cette fausses chimère infâme. Les tirs d’énergies verts frappaient un peu partout en des grandes déferlantes, que nous esquivions en abîmant de plus en plus son bras. Je tranchais partout où E’nijoh provoquait des dégradations en manipulant la magitek pour essayer de créer une grande déflagration, pour amplifier le sabotage, jusqu’à ce qu’un coup ne m’envoie m’écraser contre la pierre alors que le Miqo’te valsait dans tout les sens. Peu envieux d’abandonner là, je lui envoyais mon sabre se plantant proche des mécaniques alors qu’il fini son sabotage. Il essaya de le faire plus vite possible tandis que je progressais sous un flot monstrueux de flamme verte en serrant les dents. Ne pas mourir. C’était tout ce que j’avais en tête. Ne pas mourir ici, pas maintenant. Confronté à une possible mort, c’est là qu’on s’aperçoit que nous ne voulons simplement pas perdre notre vie après l’avoir tant usé pour protéger les autres. Tout les souvenirs, les périples, se seraient effacés, et avant de tomber inconscience je perçu Finaen fracasser l’entité avec d’innombrables flots d’énergies vermeilles la détruisant dans des rugissements terribles. Reprenant conscience plus tard, j’étais encore au sol proche de mes compagnons. Ils prirent sur eux d’offrir des soins d’urgences puissants pour Aerlin et moi, nous préparant à rentrer au Ralliement. Au sacrifice de tant de sang, de souffrance, et des quelques vies perdues, Naran venait de perdre la créature lui permettant de créer de futur mutant. C’était une belle réussite, mais nous n’étions qu’au départ de cette longue quête. Il fallait encore découvrir de nombreuses choses, et notre première cible avait un nom : Khain. »

Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 380
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 05 janv. 2022, 14:09

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Les dernières expériences de Naran."

Image
Deux-cent-quatorzième Entrée - « Acte 3 – Le traître et son offrande.»
Image
« Observer les cavaliers des Oronir à quelque chose de glorieux, tandis que j’écris mes notes, contemplant les étendues verdoyantes de la Steppe où arpentent les patrouilles vérifiant qu’il n’y ait pas d’autres traces de ses maudits faquins à la solde de Khain. Le retrouver en lui même est maintenant notre priorité, afin de laisser en paix le Ralliement pour poursuivre notre quête, mais cela n’allait pas être aussi simple qu’escompté naturellement. Et surtout pas après notre dernière mission s’inscrivant dans ce rapport. Nous étions réuni pour nous préparer à poursuivre une piste dans les environs du Ralliement. Hors, malheureusement, nous n’étions pas spécialement prêts à ce que l’ennemi prenne les devant immédiatement et ce fut au moins autre chose qu’un long voyage vers une autre destination pour défendre directement le Ralliement. A la place, c’était plutôt une course contre les obstacles qui avaient été secrètement installés par ceux qui s’étaient glissés dans la peau des Qestir. Si vous pensez que c’est facile, vous vous méprendriez : Entre envoûtement, liquidités ayant du faire perdre quelques esprits et autres je-ne-sais-quoi les ayant fait passés dans le dos des gardes, cela devait faire longtemps qu’ils prévoyaient ça. Agir avant qu’on n’ait à réagir, tel furent leurs méthodes tandis qu’avaient échoués nombreuses de leurs dernières tentatives soldés par des échecs nous ayant cela dit coûtés bien des maux et laisser à l’abandon quelques pauvres bougres disparut dans la tourmente. Avant que tout ne devienne confusion en ville et discorde, l’ensemble se retrouvait petit à petit comme d’habitude à l’éthérite du Ralliement. Après du repos nécessaires qui n’était pas si long que ça, mais au moins suffisant pour ne pas nous envoyer sous une forme larvaire au combat – surtout moi je présume – permettant au corps et à l’esprit d’être prêts à ce qui pouvait bien nous attendre. A défaut de Khain, il fallait se contenter ce soir de celui qui était responsable de tout les arrivages de produit dangereux qui permirent autant de transformations dans les environs du Ralliement.

Ce que ses monstres firent à leurs propres amis, peuple, et ce qu’ils voulurent faire à tout ceux vivant ici sous une soi-disant évolution de l’espèce humaine était des plus dangereux. Mais pour l’instant c’est auprès de notre équipe habituelle que nous avons commencer à nous préparer à partir. Il y aurait principalement du soutiens magique ! Heureusement que Grob tiendrait la ligne, où malgré la présence et le retour surtout de Sorn et Gladys, il était bien heureux d’avoir ce bouclier d’acier Roegadyn face aux menaces. Le quatuor de Runne, Finaen, Lucian et Salarios avait de quoi inquiéter bien des adversaires avec leurs talents éthériques, et c’est en nous préparant à partir pour suivre une piste qui aurait pu mené à Khain que tout dégénéra. Le crépuscule était splendide à observer, offrant des rayonnement solaire qui en tombant sur le bois, les bijoux et le soierie, donnait une petite impression de regarder un monde d’un or brillant. Cela m’évoquait la beauté de l’aube à Paghl’than, qui illuminait les champs de blé avec une beauté sans pareille. Et plusieurs profitait des chants, des rires, de l’amusement du peuple entremêlés des Qestir et de toutes ses personnes venue faire du commerce et offrir quelques spectacles. Certains profitèrent alors de quelques boissons et d’un peu de nourriture, d’autres se contentaient de marcher en profitant des merveilles visibles, et l’ensemble fut alors gâché quand Lucian découvrit une sorte d’objectif de bois étrange au sol qu’il projeta en urgence en l’air. Des explosions jaillirent, d’un vert inquiétant, créant des amas de poussières et de gaz vert envahissant les lieux. Convoquant immédiatement les vents, Runne et Finaen firent de leurs mieux pour tenir les fumées hors des boucliers fin, mais immenses, que produisaient Salarios pour éloignés les miasmes des habitants.

Cela donnait un temps pour les Qestir d’agir rapidement, tandis que nous observions notre cible : Au sommet des hauteurs du Ralliement, se tenait un traître. Nous n’avions ni son nom, ni son passif, mais une de ses âmes blessées de la Steppe que Naran avait asservit en pensant que l’évolution des siens permettait à la Steppe d’être une terre si agréable à vivre. Les gaz émettaient comme des éclairs verdoyant et les tirs de Sorn se perdirent en essayant de l’atteindre. Il fallait le contourner en vitesse, et nous nous sommes ainsi rués sur les abords de la ville pendant que tous se mettaient en sécurité. Malgré tout, vous vous en doutiez, ils s’attendaient à une telle manœuvre et la terre se mit à se déplacé brusquement comme sil elle voulait devenir liquide. Quelque chose en dessous la déplaçait à toute vitesse, et Finaen se fit une choix d’en bloqué les effets en puissant sur l’éther terrestre pour apaiser les mouvements du sol. Se concentrait, il cherchait aussi les étranges tuyaux qui firent sortir des gaz bleutés, nous donnant l’impression d’une drogue infusée à nous en faire tourner la tête, qui aurait rapidement fait de nous rendre fêlés si rien n’était fait. Le temps de les enterrés furent offert par Lucian et Salarios qui coinçaient par les gravillons et la glace les sorties des tuyaux. Au moins, nous ne risquions pas de devenir fou, mais plutôt de nous faire écrasés par les énormes conteneurs de poudre colorés balancés par plusieurs Xaela tout en haut de la butte.

Je tranchais plusieurs de ses derniers à distances, produisant des Empi pendant que Sorn provoquait des explosions sur certains, s’écartant brusquement du passage. Permettant à Runne de les faire glissés loin de nous jusqu’à ce qu’un choc éclectique ne trappe ceux les envoyant. Coincés par les chaînes de Lucian, ils étaient à notre merci, mais c’est là que nous avons vu l’étrange rituel de pierres chamaniques qui se déroulaient plus loin, en même temps qu’une machinerie qui faisait naître ses fameuses poudres colorés. Elles n’avaient pas encore d’effet actif, mais restaient toxiques et Finaen fit de son mieux pour les repoussés alors que nous progressions dans les milliers de couleurs de la poudre droit vers le cercle. Bien entendu, ils n’allaient pas se laisser avoir si facilement, et leurs chiens de gardes se ruèrent vers nous en bavant et gémissant : Des pauvres bougres mêlés à des créatures vertes étranges de la Steppe produisant des serviteurs aussi vif qu’acharnés. L’un avait pu écraser un peu brusquement Lucian sur le dos pendant qu’il propulsait des pointes de cristaux mauves sur toutes ses choses qui nous fonçaient dessus, libéré rapidement par plusieurs tirs de Sorn levant son arme à feu droit vers la vague qui déferlait vers nous. En retour, je vins me joindre à son effort, et ensemble nous nous taillions un chemin dans la masse en tranchant et détruisant nette ses créatures.

Inconscients que plus loin, Grob était en train de les écrasés en nombre. Plusieurs tonneaux tombaient des cieux, et Runne se fit un devoir de les repoussés en sifflant pour créer des tourbillons aériens, jusqu’à ouvrir une vision sur le responsable. C’était une sorte de modèle impérial « Gabriel », mais dont le pilote avait été entre mêlés à la machinerie dans un effet simplement infâme. Avant de partir, il voulu faire crouler Runne sous la vague de missiles magitek émettant un sifflement inquiétant, jusqu’à ce que ceux ci se figent brusquement. Tout ceux que Finaen n’avait pas capturés, tombaient sur l’immense bouclier de Salarios tournoyant en un disque lunaire s’échappant de son grimoire pour créer une défense face aux déflagrations. Les autres furent renvoyés contre la machine, qui s’échappa en flamme, laissant notre camarade miqo’te bien en vie. Ainsi, veillant les uns sur les autres, nous avons pu progresser hors des couleurs en nous échappant de là comme en ouvrant un petit trou dans la vague colorée, afin de découvrir enfin quel folie ce traître avait bien décidé d’offrir à ceux du Ralliement.
Image
Au moins, on pouvait y voir bien plus aisément désormais. Je dois dire que la vue incroyable n’était pas des plus désagréable : Des torrents lumineux de couleurs vives et variés tournoyantes rapidement autours de nous, s’entremêlant en autant de poudre différentes entremêlés et dansantes à notre vue. C’était charmant, mais chacune d’elles une fois actives pourrait avoir des effets dévastateurs et il était hors de question qu’ils fassent tomber ce genre de poison infâme sur la ville des Qestir, ignorant tout des conséquences que cela pourrait avoir. L’ensemble était généré par une sorte de structure impériale, une vieille machinerie créant de cette poudre provenant d’usines détruites en Ilsabard et réhabilité au moins pour cette fonction. Celle ci broyait diverses plantes récupérés dans la Steppe pour en faire de cette poudre, ayant des effets alors inconnu mais qu’eux semblaient au moins maîtrisés. Pas de corps sans vie ou d’obscurités chimiques, rien que de la transformation plus tranquille et une infusion dangereuse venant d’un cercle rituel : Les pierres tournoyaient lentement en rond, formant un cercle parfait qui générait un éther particulier infusant les environs et surtout la machinerie et sa poudre. Il y avait un flux d’éther élémentaire puissant qui se diffusait à l’intérieur de leurs préparations, et si il était de prime abord neutre, personne ne voulait imaginait quels afflictions ils resservaient aux habitants qui furent affectés en ville, alors qu’ils espéraient simplement noyés tout le monde dans le Ralliement pour les faire mutés. Avant que quoi que ce soit advienne, nous avons pu foncer vers les cibles autours du cercle de pierre pour offrir l’opportunité à Finaen de l’atteindre et d’empêcher quoi que ce soit d’être accomplit.

Runne de prime abord se chargeait de ce maudit Gabriel infâme qui tournoyait dans les cieux. Une petite vengeance face à ce qu’il avait faillit subir, le fit créer de nombreuses explosions enflammés dans les cieux à la poursuite de la machinerie magitek. C’était un balais flamboyant des plus puissants, et les deux partagèrent plusieurs tirs en fracassant le sol autours du miqo’te jusqu’à ce qu’il valse brusquement en arrière un peu surpris par une détonation à ses pieds en roulant en arrière. Les prochains tirs auraient pu être dangereux, mais sortant brusquement de l’amas de poudre de toutes les couleurs, jaillit d’un coup l’immense Grob dans un bond effroyable mêlé à un hurlement, pour planter sa hache de guerre en plein dans l’aileron gauche de l’outil de guerre modifié. Virant d’un coup avec le guerrier, ayant calculé le passage, il fit choir l’engin en plein dans l’amas d’Hainag mutés que Salarios contenait. Ce dernier avait pu les rendre fou avec quelques illusions, générant dans leurs esprits des impressions d’hostilités provenant de leurs proximités en les forçant à s’attaquer les unes les autres. C’était au départ une réussite, les bêtes se fonçant dessus en se percutant sans cesse dans des grondements puissants en créant un petit chaos quand les pauvres bêtes se ruaient dessus.

Leur état était attristant : Portant des masques de respirations et de transplantations des liquidités dégoûtantes qui les rendaient aussi dociles que plus puissantes, c’était une sorte de geste salutaire que de leur offrir le repos à la Mer des étoiles. Alors qu’un Hainag se préparait à charger Salarios, l’engin s’écrasa brusquement au milieu des bêtes en éparpillant dans la déflagration. L’une s’écrasa contre Salarios, qui se releva par la suite quelque peu agacé et le nez en sang, avant de concentré l’éther étoilé de son grimoire pour créer des explosions d’énergie lunaires provenant des forces de Tsukuyomi encore présente dans l’artefact rare. Réduisant les pauvres bêtes au silence dans le dos à Grob qui continuait sa lutte contre l’engin de guerre. Avant que son canon rotatif ne l’aligne pour tirer dessus sans cesse, la hache de bataille se planta dedans en l’écartant soudainement jusqu’à ce que le poing du guerrier ne s’écrase à toute vitesse dans le visage muté du pilote en passant à travers la carcasse d’acier et le corps, l’achevant net. Plutôt que de s’acharner sur l’engin écœurant, Runne vint à mon aide tandis que je fonçais vers la Chaman Xaela qui générait les pierres. Tranchant plusieurs de ses golems en morceaux, elle perçue la menace en m’attrapant soudainement par le torse en m’écrasant lourdement au sol. Sonnée, je me relevais au milieu des graviers pour voir Runne foncer jusqu’à la Xaela pour commencer à donner des coups de dague et de rapière afin de la bloquer dans ses manœuvres. Elle aurait bien pu s’arrêter pour se défendre, mais un des golems gardiens s’éleva dans le dos de Runne et l’attrapa soudainement. Permettant à la Xaela de donner un formidable coup de poing renforcer par la roche en plein dans le ventre du Miqo’te.

Avant le second coup qui aurait pu achevé notre compagnons, malgré la pointe de pierre planté dans ma jambe, j’ai eu le temps de me redresser pour lui trancher le bras et la tête dans le mouvement d’après, retombant au sol en laissant un éclair choir avec ma lame sous le choc. Les golems retombaient et Finaen avait fini son travail : Comprenant difficilement les magies à l’œuvre dans le cercle rituel Xaela, il fit tout de même de son mieux pour en distordre les effets jusqu’à atteindre les petits esprits actifs à l’intérieur qui n’avaient pas remarquer que la Xaela cherchait à tiré un poison de l’esprit de leurs bénédictions. Outrés et vexés quand ils se rendirent compte de la supercherie, dans une curieuse communication à travers l’éther, jusqu’à ce que disparaisse dans des amas de pierres retombant au sol en une fine poussière. Une des roches resta auprès de Finaen, donnant l’impression que malgré tout, un des esprit souhaitait rester à ses côtés pour lui venir en aide. Et le passage plus loin venait de s’ouvrir, grâce à Lucian et Sorn : Les deux compagnons s’étaient intéressés à la fameuse machinerie pour essayer de l’arrêter et de découvrir ce qu’il se passait. Plusieurs Impériaux se trouvaient devant, de ce qu’ils préparaient et se disaient, c’était là des agents direct de Landfust. Eux se moquaient bien du destin de Naran et des Steppes, mais ils tireraient des expériences menés ici toutes les forces nécessaires afin d’offrir des pouvoir à ceux voulant stabilisé l’état d’Ilsabard. Mais au profil des meneurs cruels et despotiques.

La vague d’obscurité frappa brusquement les impériaux, l’un chargeant en avant recevant le plus gros du choc en le tuant sur le coup dans un hurlement alors que leur chef, un scientifique en tenue de combat, s’écrasa épaule en avant contre le torse de Lucian en l’envoyant s’écraser en arrière. Il voulait l’achever, mais s’était sans compter sa capacité de déplacement dans une lueur d’obscurité le faisait d’apparaître derrière les impériaux. Les coinçant avec un sort sous leurs pieds comme une bourbe noire, il donna un grand coup de faux dont les cristaux mauves tranchèrent les survivants. Laissant ainsi Sorn achevé son œuvre de sabotage, il avait pu trouver tout ce qui se trouvait à l’intérieur de la machine en ayant le choix de ce qu’il pouvait arrêter dans l’engin, jusqu’à ce que Gladys fasse tomber sa petite chaîne dans le conduit du flux élémentaire. Coinçant l’approvisionnement de pouvoir, il perçu l’explosion à venir et s’échappa rapidement en bondissant plus loin avec Gladys dans ses bras pour ne pas subir le choc intense de la déflagration de la machinerie, envoyant des morceaux surchauffés un peu partout. Derrière les restes retombant un peu partout de le l’outil de création de poudre, alors que tous se réunissaient, nous observions l’ouverture dans le nuage vert aux éclairs inquiétant qui s’ouvrait. Nous laissant un accès au maudit Qestir responsable de tout ça.
Image
Il fallait se hâté, car ce serait rapidement découvert que nous pouvions passé outre cette sorte de protection qu’il avait tissé autours de lui. Et si il en était conscient, il ne lui faudrait sûrement pas longtemps pour s’échapper et laisser tout cet effort être vain si il ne tombait pas ce soir. Bien sûr, il resterait l’œuvre de Khain dans les environs, mais ce Qestir était le moyen pour son maître d’apporter toutes les cargaisons viciés dans les environs afin de poursuivre leurs tentatives en couvrant ainsi les travaux de Naran bien loin de là. Finaen s’occupant de nos blessures à Runne et moi, je ne pouvais que l’en remercier de prendre autant soin de nous dans quelques lueurs paisibles, Salarios offrant la directive de sa fée pour nous confié à notre tour quelques soins rapides. Notre objectif était de foncer rapidement à travers les poudres s’éparpillant formant la protection, et même si ça commençait à s’écarter, nous n’avions simplement pas le temps pour attendre que le passage soit clairement ouvert et sauf pour s’y engouffrer en vitesse. L’expérience était simplement incroyable, nous traversions à toute vitesse un passage aux éclairs miroitants d’un vert puissant autours de nous, s’écrasant au sol en donnant l’impression d’être au cœur du tempête. J’aurais pu me sentir plus à l’aise à l’intérieur, autant que j’apprécie ce genre d’environnement, si il n’y avait pas de quoi être ravie par ce qui se trouvait autours de nous. Tout était aussi surnaturel qu’il y avait pourtant des effets alchimiques actifs principalement dans les miasmes environnant. Difficile à dire à quel point ils firent usages de quoi que ce soit de maudit pour provoquer de tels effets, il était plus probable qu’ils aient fait comme avec le fragment du Tree Barar utilisé pour donner vie au limon dégoûtant dans les eaux autours du Ralliement : Faire usage de différents procédés alchimiques venant de puissantes créatures pour généré des forces improbables.

Les lueurs vives donnaient presque l’impression de sortir du sol, pour autant, on risquait grandement d’être écrasés par toute cette énergie si rien n’était fait. D’autant qu’il y avait de nombreuses créatures qui jaillissaient de la fumée verte en essayant de nous atteindre en plusieurs gémissements : Des mutés à un stade incroyablement inquiétant, ne leur laissant aucune chance de survie. Portant des vieilles tenues de Qestir, ses derniers devaient être de la famille du traître qui ont été retrouvés et condamnés par ses soins, les pauvres bougres n’avaient rien d’humain et pourtant Sorn devait s’accrocher à l’idée de les sauvés. Tirant des chaînes tournoyant autours de ses maudites créatures, en venant en coincer de plus en plus, l’une qui n’avait pas été réduite en bouillie lors du passage de Grob bondit même enchaîné pour glisser ses crocs le long du flanc de Sorn en le blessant légèrement. Gladys paniquée arracha l’arme à feu des mains de Sorn pour tirer sans cesse sur la créature dans un petit cri de panique robotique surprenant. Progressant en avant avec Lucian derrière lui, Grob subissait de plus en plus de coup dans des impacts puissants tant les mutés étaient nombreux autours de nous. Bondissant vers le Roegadyn dans des hurlements de banshee rendu modifiés par l’état de leurs corps, les bras déformés s’abattaient sur les plaques d’armes avant de prendre en retour plusieurs coups de haches les repoussant – bien que le principe de les envoyés en plusieurs morceaux valsés plus loin était aussi un moyen de les repoussés au fond ! Mais le nombre allait finir par faire ployé le Roegadyn jusqu’à ce qu’une lumière mauve jaillisse brusquement.

La protection créer par Lucian envoya s’écraser brusquement tout les adversaires autours du Roegadyn au sol en laissant l’éclat crépitant autours de ce dernier. Apparaissant proche de lui, je vins trancher en morceaux dans une lueur foudroyante accompagnant mon sabre toutes les entités qui provenant de ses flancs pour lui permettre d’ouvrir le passage. Si j’avais pu lui venir aisément en aide, c’est parce que j’avais eu l’aide de Salarios pour ne pas être réduite en bouillie par un éclair vert tombant des nuages environnant. Il venait d’étendre brusquement en l’air une sorte de poussière ressemblant par contraste à l’obscurité alchimique autours de nous à une incroyable beauté rosée miroitant d’or qui retint tout les chocs autours de nous dans des déferlantes d’une grande beauté. Ainsi, mêlés aux efforts de Finaen qui mêla sa magie à celle de Runne une fois que ce dernier frappé par un éclair chaotique, s’écrasa contre son camarade en étant un peu sonné. Levant doucement la pierre spirituelle émettant une impulsion d’énergie autours d’eux, créant une nouvelle poudre blanche se mêlant à la poussière de Salarios, donnant un effet de rayonnement simplement incroyable tournoyant autours de nous. Ouvrant en grand le passage, nous avons ainsi pu atteindre le Qestir qui sursautant en se tournant net vers nous. Il se tenait proche d’une sorte de Culum, quelque chose comme ça ? Un grand visage de pierre gravé par les Xaela dont la bouche déversait une fumée tentaculaire qui tombait sur le Ralliement. C’était là l’offrande du Traître qui cherchait à créer une dépendance aussi bien du corps et de l’esprit à tout ceux présent dans cette ville pour qu’ils servent l’intérêt de Naran. Qu’ils évoluent comme il le disait si bien, au dépend de toutes considérations humaines. Les tissages autours de lui ondulant montrant bien qu’il était renforcés par des protections magiques et qu’il ferait usage de tout ce pouvoir pour nous repousser et achevé son travail malgré notre sabotage qui avait grandement brisé l’efficacité de sa tentative.

Convoquant le curieux esprit que Runne avait déjà confronté, celui ci s’extirpa de la pierre comme un oiseau de roche s’agitant brusquement dans un rire puissant, autant que son Magna roula brusquement vers nous. Ce genre d’hyperboostés impériaux se faisaient rares depuis la dégradation de l’Empire, et celui ci était en état relativement mauvais, mais les fluides greffés à l’intérieur lui donna comme une « force du désespoir » prêt à finir en poussière pour son maître. Le Magna fut littéralement massacré par Lucian et Sorn sans avoir aucunes chances de s’en sortir. Les nombreuses pointes de cristaux frappèrent encore et encore en provenant de Lucian, parvenant à empalé ce dernier au sol pour le bloqués en le traversant encore et encore, de part en part. Essayant de se dégager en vain en poussant contre les pointes, il tourna la tête pour se prendre le tir de foreuse de Sorn traversant l’engin de part en part en le détruisant en grande partie. Désireux d’achever la créature qui gémissait et se relevait, voulant lui bondir dessus, il passa son engin en phase de lance flamme pour essayer de consumer cette pauvre âme en rugissant de plus en plus, écartant Gladys jouant avec des bouts de métaux pour voir le reste du Magna lui bondir dessus. Emporté par la lance de cristal de Lucian se plantant dedans, il disparut net dans une faille emportant cette maudite créature en la faisant disparaître définitivement. L’esprit de pierre lui, avait reçu un Runne sur le dos. Détruisant de plus en plus les tuyaux greffés dessus, pour retirer tout ce qui pouvait maltraité l’esprit à l’intérieur de la pierre, il ne blessa au moins pas énormément Runne en se contentant de l’envoyer choir plus loin quand Grob attira son attention.

La hache frappait plusieurs fois son corps de pierre, jusqu’à ce que Runne au sol ne se concentre sur ce qui se trouvait dans la pierre. Comprenant que ce n’était qu’un lien avec l’esprit de la steppe se trouvant bien loin de là, il devait être maltraité et modifié par les efforts de Naran en devenant ainsi un serviteur fiable pour ce dernier. Malgré lui. Le bloquant dans le sortilège un instant, Grob en profita pour dévasté son adversaire avec d’énormes coups de poing se répétant dessus lorsque ses coups plurent dessus en le brisant en milles morceaux, l’éparpillant brusquement au sol dans une lueur rouge autours du guerrier massif. Ses protecteurs vaincu, nous nous occupions du Traître pendant que Finaen s’occupait de son offrande. La ponction d’éther de Salarios volait de plus en plus de force des griffes de Qestir en affaiblissant ses défenses, ce qui semblait ne pas être des plus agréable pour ce dernier. Agacé, il envoya valser dans un rayonnement bleuté sans me voir arriver. La foudre avec ma lame frappa plusieurs fois en brisant définitivement ses défenses, le blessant plusieurs fois. Notre combat acharné se résultat en me faisant reculé tout en taillant mon adversaire en plusieurs blessures graves, jusqu’à ce que Salarios passa brusquement devant lui. Vidant l’énergie de son grimoire artefact, le choc d’or frappa dans un choc terrifiant son adversaire en l’élevant en l’air, créant des myriades de chocs puissants en venant dévasté tout son corps dans des lueurs roses et d’or dans un choc d’énergie qui l’épuisa en le faisant choir un genou contre le sol.

Nous nous étions débarrassés de nos ennemis, mais Finaen empêcha la calamité de se produire : Après avoir détruit le visage de pierre dans un choc puissant vermeille, ayant bondit dès le départ au dessus du Magna dans un mouvement presque poétique, il bondit dans le vide au dessus du ralliement pour poursuivre la lueur rouge qui aurait risqué de transformer toutes la fumée présente dans le Ralliement pour rendre fou ceux qui étaient encore dedans. Dans une poursuite acharnée, il enferma la sphère rouge qui éclata sous l’effet entropique, laissant Finaen choir brusquement à travers une yourte en brisant une table en dessous. C’était une chute impressionnant, mais il empêcha l’aspect « mortel » par un coup bien difficile à subir en laissant tout le monde le rejoindre le plus vite possible. Nous avions repoussé l’assaut de trop de la part de Khain, et son effet avait été des plus mineurs face aux moyens déployés. Très que les Oronir mettrait la main dessus, nous pourrions enfin livré la bataille pour débarrassé les environs du Ralliement de sa présence. Et enfin commencer à faire ployé les forces de Naran lui même. »

Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 380
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 07 janv. 2022, 14:00

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Les dernières expériences de Naran."

Image
Deux-cent-quinzième Entrée - « Acte 4 – La bataille du Loup pilleur.»
Image
« Traverser une yourte en tombant de je ne sais combien de Yalms de haut n’avait pas parfaitement écrasé Finaen, mais l’avait au moins retenu quelque peu pour nous rejoindre. Il faut dire que le coup avait du être sévère, pour autant il fallait répondre à l’appel quand les Oronir vinrent à notre rencontre. Les jours de repos ne furent pas des plus compliqués, aussi bien installés aussi que nous étions disposés au Ralliement tandis que tout le monde réparait, s’occuper des rares blessés et rassuraient tout le monde à l’idée que c’était fini. Beaucoup essayaient encore de comprendre comment cela avait pu se produire, mais la réponse n’enchanterait personne : Car personne n’avait envie de se dire que c’était la situation de la Steppe qui avait pu créer pareil parjure à leurs propres tribus. Pour autant, tandis que nous étions en train de panser nos blessures, Kodjo arriva pour annoncer que la Tribu Oronir était prête à mené la charge contre Khain. Ce dernier installé dans des ruines d’un petit avant-poste de voyageur Buduga qui avaient eu la malchance d’être sur le chemin du Loup pilleur, comme il fut surnommé, ce fut aisé pour les Oronir de remonter la piste de Khain. De toute façons sur la fin, ils ne se cachaient plus vraiment après ce qu’ils firent aux Buduga, aussi avaient-ils un projet et feraient tout pour l’accomplir même si pour cela ils devraient sacrifier toutes leurs forces contre les Oronir. Ils étaient prompt à livrer une véritable bataille contre les Oronir, et nous serions là pour soutenir les guerrier de Kodjo qui mènerait les siens contre les mutants de Khain.

Nous préparant à partir au Ralliement, l’équipe fut constituée pour le départ de quelques compagnons prêts à partir à l’assaut. Karol était revenu d’Eorzéa jusqu’à nous, quittant le repos paisible de Sombrelinceuil pour nous offrir le pouvoir de sa magie et de ses chants. Ils reformeraient une vieille équipe avec Lalavyr avec qui ils arpentèrent Eorzéa, et nous aurions tout autant la présence d’Aerlin pour nous soutenir. Autant dire qu’il y avait là une sacré paire de support puissant et de médecins de talent. S’y joignant à mes côtés, Livio doté de sa cérulame et d’un équipement de tir plus léger mais tout autant efficace pour abattre nos ennemis, bien qu’il me manquait la présence d’un combattant en armure massive au fond pour me cacher derrière ! Quitter le Ralliement n’était pas de gaieté de cœur, car le temps n’allait pas nous offrir le meilleur décors pour une bataille. Bien que peut-être un peu commun, dans les ouvrages dramatiques où un officier militaire à l’esprit totalement perdu dans quelconques drogues hurlait à ses soldats si ils voulaient vivre éternellement. La pluie démarrait petit à petit à mesure que le vent puissant poussaient l’obscurité des nuages chargés d’eau dévorant le soleil lointains alors que la nuit était sur le point de tomber. Le regard des Qestir avait quelque chose de compatissant, d’agréable, de ce genre des personnes que nous parvenons finalement à protéger et qui témoignaient discrètement de leurs respects. C’était agréable, pour autant, on pouvait encore voir de nombreuses personnes inquiètes : Comme souvent nombreux avaient simplement peur que les combats arrivent jusqu’à eux. Ce qui pouvait tout autant se comprendre. Après quelques salut pour les locaux, nous entamions le voyage d’un peu plus d’une cloche droit vers le nord-ouest en espérant tomber sur l’avant-poste brisé avant que les combats ne soient menés.

Le temps se dégradait de plus en plus, et les quelques gouttes devinrent des flots, jusqu’à atteindre une position des plus moroses et désagréable. Au sol gisait un cheval mort, son cavalier enlevé et un terrain boueux. En regardant de prêt, le sol était simplement contaminé par les effluves alchimiques infâmes, Livio n’y voyant pas d’effet éthéré dans les environs et les purifications de Karol et Aerlin gagna doucement le sol dans une lueur bleutée. La vieille Xaela qui priait l’âme des défunts même de ce cheval égorgé par une griffe acérée, prit un temps pour remercier ceux qui l’aidaient à purifier la terre de la maladie, bien que nous n’avions pas beaucoup de temps ici. Si le cavalier avait été amené chez l’ennemi, les Oronir n’allaient pas attendre qu’un de leur frère ne soit transformé en mutant décérébré pour agir le plus rapidement possible. Lalavyr cessant de regarder le cheval mort quand il vit Livio partir à toute vitesse, nous progressions rapidement vers la destination des combats en laissant la Ugdan ancienne dans notre dos. Au loin, la vague vision du campement perdu se dévoila, mais il était envahit par des flammes vertes inquiétantes. Nous étions encore loin de réalisé que ses flammes étaient leurs ultimes créations mais pour l’heure, il nous fallait déjà rejoindre les combats qui s’étaient déjà déclenchés au vu des bruits des cors et des combats au loin.

Deux Oronir gisaient blessés et infectés dans une rivière, et ils n’avaient pas été abandonnés là pour rien. C’était un piège à qui leur viendrait en aide, l’explosion dans les flots plus haut déchaîné une grande vague aqueuse remplie de morceaux de métaux mortels qui auraient pu faire bien des dégâts, tout en dévoilant notre position pour les flèches acides tombant dans hauteurs. S’installant devant, Karol fit de son mieux pour arrêter les flots en essayant de les bloqués de plus en plus, reculant lentement comme si il mettait ses mains sur un mur de pierre s’approchant de lui, jusqu’à ce qu’Aerlin n’arrive dans son dos. Créant une grande levée de boue et d’eau, formant un barrage en laissant une explosion d’eau et de bout de métaux tombant dans les environs autours de nous. Je tentais de dévié les premiers flèches rapidement de ma lame, mais elles furent bien vite balayés par les vents de Karol avant de tomber sur le dôme créer par Lalavyr dans une puissante ondulation. En avant, Livio protégeant l’avant de quelques boucliers bloqua un cheval au passage et écrasa le Xaela au sol. C’était un jeune Oronir paniqué qui essayait de fuir la bataille sans y participer, son regard était effrayé : Le guerrier n’était pas encore suffisamment âgé pour avoir affronté des atrocités, mais les combattants de Kodjo n’était pas des enfants, des solides combattants qui majoritairement progressaient. Cela dit, ce feu vert était trop inquiétant pour ne pas s’en occuper, et le temps pour Aerlin de mettre les deux Oronir en sécurité avec des soins et des désinfectant, et nous voilà déjà sur le départ pour percé la ligne de bataille. Les mutés dans des armures massives de métaux recyclés luttaient contre les guerriers des Steppes, leurs archers décochant vers les chevaucheurs qui propulsaient leurs lances en transperçant les mutants avec une violence incroyable.

Et il était temps de s’y joindre, pour ouvrir grand le passage. Fonçant en avant, Livio décida de tirer plusieurs fois jusqu’à provoqué une grande explosion d’une des pinces de la créature qui affrontait Kodjo, la chose s’orientant droit vers lui fonça pour s’écraser sur Livio, mais il ne fit que supporter le grand mur de terre molle levée par Aerlin. Traversant cette dernière, blessant légèrement Aerlin et Livio en les renvoyant brusquement dans la boue au milieu de quelques flammes vertes et de flèches sifflantes. L’une des flèches d’acides passant le long du flanc de Lalavyr, avant qu’il ne décide de rapidement créer et renforcer son dôme protecteur, laissant les traits choir dessus lourdement en s’impactant encore et encore sur la protection. Les chants de Karol s’élevèrent, comme portés par les vents qu’elle sifflait pour repousser les flèches dans les cieux, inspirant de plus en plus nos compagnons et les guerriers Oronir comme un chant menant vers le combat. Menant vers la Victoire. La magie de la voix toujours incroyable laissait des lumières jaillir et poussé un entremêlement de cri de guerre des guerriers se ruant en avant. J’ouvrais alors la voie, tranchant les mutés en morceaux en offrant l’opportunité à Livio et Aerlin de détruire leur chef, nous permettant de tous nous engouffré dans la faille, parvenant rapidement à arriver vers le camp des Buduga brisé où tout se jouait.
Image
Autant vous dire que malgré tout, derrière nous les combats continuaient avec acharnement. C’était un malheurs que de voir autant de Xaela avoir été condamnés, et certains étaient même des voyageurs. J’ai même cru apercevoir un Namazu, tous ayant fini entre les mains de Khain qui usa des expériences de Naran pour en faire une véritable petite troupe de guerre prompt à mené ce genre de combat. Certains auraient à perdre la vie, dans le camp de nos alliés, j’avais même perçu un bras d’un combattant des Steppes sortir du sol boueux l’ayant tragiquement « dévoré » sous les effets infâmes abandonnés par tout les liquides utilisés par nos ennemis. Tout ce qu’ils touchaient devenait souillions, mais ce qui m’inquiétait le plus à vrai dire restait ce feu vert qui crépitait sur les tentes des Buduga. La seule yourte dressée avait été dévastée, et bien entendu les éclaireurs et travaillant de la Tribu avaient été taillés en pièce, pour autant, pas de simple hélas de Khain et donc aucun moment de lui faire payés pour ce qu’il avait fait. Nous nous étions extirpés brutalement de la bataille principale, au moins cela avait pu offrir une impulsion qui permettait autant de fracasser l’ennemi que de mettre en sécurité les blessés. Cela devait être une chasse de nos ennemis, évitons de transformer cela en victoire à la Pyrrhus. - De la célèbre victoire impériale ayant coûté presque toutes la force armée de l’officier du même nom en Garlemald !

Approchant de l’intérieur du vieux campement, l’ensemble crépitait doucement d’un feu verdoyant ayant un air maléfique, et qui cette fois était « relativement » justifier : ça n’était pas la pression direct d’un sort, ni l’effet véritable d’une magie puissante, mais tout ce qui pouvait être tiré d’un élément maléficié qui se distillait dans le feu vert. L’ensemble provenait ainsi d’une sorte de totem mêlant aussi bien les usages Xaela et quelques runes chamaniques à des restes de machineries magitek impériales dans un état particulièrement piteux. Ils avaient récupérés ce qu’ils pouvaient, et je reconnu même le pilier infâme où ils pratiquaient les transformations des mutant à la tour de garde abandonné. Et hélas, nombreux en étaient les défenseurs qui observaient ce qu’il se produisait tandis que Khain était déjà parti avec les moyens d’essayer d’exercer son rôle. Faire sombrer le Ralliement envers et contre tout pour qu’il ne soit pas une gène dans les infâmes projets de son chef, Naran. Aussi tôt les hostilités débutés, qu’un énorme Matamata nous fonçait dessus. Si vous n’en avez jamais vu, imaginez une tortue-lézard avec une grande carapace, et simplement énorme. Mais rajoutez lui des tubes diffusant le fameux liquides vert mutagène de Naran, et là vous trouverez toute l’horreur que Livio coinça sur place. Envoyant un disque foudroyant, les éclairs frappèrent sans cesse en ondulant autours de ses jambes en l’empêchant de pouvoir se déplacer. Luttant contre la foudre, s’agitant à droite et à gauche, permettant ainsi à Livio de bondir en frappant brusquement contre sa gorge en laissant une grande blessure contre la créature en brisant une partie de sa carapace.

Ainsi mortellement frappé, il fallait encore détruire ce qui la maintenait ainsi en vie et dans une lueur bleuté de l’activation de ses bottes renforcés. Il fit un puissant bond en arrière en se dégageant de la créature tout en le frappant dans sa mâchoire, se mettant à tirer droit dans les tuyaux dans son corps, enflammant dans l’intérieur de son corps tout le liquide en créant une puissante lumière sortant de sa gueule. S’écrasant lourdement au sol, tué sur le coup, c’était fait plus qu’efficacement du terrible Matamata laissant le soin à Aerlin de s’occuper des griffes Magitek dans les cieux. Celles ci récupéraient des matériaux pour que le feu vert soit nourrit et grandisse de plus en plus à mesure où des éléments étaient mit dedans. Envoyant une puissante bourrasque aérienne – peut-être un peu trop ? L’une des griffes explosa plus loin en s’écrasant contre une pierre tandis que l’autre lui fonçait dessus en vitesse. Esquivant en regardant la griffe en l’air, Aerlin fit usage d’un surplus de puissance qui fut de plus en plus incroyable autours de ce dernier, laissant une véritable lumière le baigné, ce qui devait être des pointes de pierre fut une véritable lance sorti de la terre. Se soulevant d’un coup droit vers la griffe, il l’empala cette dernière dans les cieux dans un flot de dévastation, des feuilles blanches tombantes un peu partout autours de notre équipe en venant nous offrir un peu de quiétude et de guérison tandis qu’il fit un autre mouvement de bâton.

Le Hrothgar qui hurlait sur Lalavyr fut percuté par une des branches, le Lalafell essayant de convaincre un massif Hrothgar inquiétant et un jeune domien ayant fourni un élément précieux à Naran en échange de protection. La conversation tourna court quand le Hrothgar essaya de tué Lalavyr avant que ce dernier ne débute une ponction d’éther. Ça ne serait pas suffisant contre le massif adversaire qui attrapa Lalavyr pour le soulever d’un coup, désireux de lui arracher la tête, jusqu’à ce que la branche d’un blanc incroyable d’Aerlin ne s’écrase contre le ventre du Hrothgar pour le rétamé au sol. Ce fut si violent qu’il est mort sur le choc, traîné quelques instant au sol dans le coup, disparaissant un peu plus loin alors qu’un instant avant il se félicitait de pouvoir recevoir bien des récompenses de la part de Naran pour la réussite de leur projet. De mon côté, je me battais contre l’accomplissement final de ce feu vert : C’était des membres de la mystérieuse tribu aux couleurs vert pomme, mais dont il ne restait de leurs corps que des brasiers d’un feu vert infâme. Comme des êtres de pierres d’une chaleur infernal, qui était à la place une chair carbonisée et durcit. Bien que ma lame trancha le bras de l’un des leurs, il ne semblait même pas réellement en souffrir, me forçant à une confrontation difficile jusqu’à encaisser un coup qui me renvoya par terre dans un choc de bois douloureux. De cet erreur, Karol reçu aussi un trait explosif alors qu’il tentait de comprendre ce qu’il y avait dans la machine, découvrant un fragment du cœur du Tree Barar que le Domien avait du apporté ici pour les créatures de Naran. Cela aurait pu lui apporter gros, mais à la place Karol qui se redressait doucement partait déjà pour lancer la purification du cristal.

De plus en plus, une lumière blanche apparaissait dans un sifflement agréable et presque musical, jusqu’à ce que les brasiers vert vivant ne lui fonce dessus. Bondissant à leurs rencontres, j’en tranchais subitement deux en plusieurs morceaux avant de partir en pleine parade entre moi mon adversaire. Un coup douloureux dans les flancs faillit me faire lâché prise, mais je ne pouvais pas lui permettre d’atteindre Karol si facilement et je finis par trouver une faille pour le couper en morceaux. Dans mon dos, Karol acheva sa purification un peu brusque fragmentant le morceau perdu en provoquant une onde de choc qui fissura un peu la vitre en faisant trembler l’acier et le bois de l’ensemble. Pendant quelques temps, ce serait une douce lumière qui tomberait dans le sol, et offrirait un grand offert à la purification de la terre pour détruire tout ce qui pouvait rester du poison. Le plus important, serait de restaurer le sol après leurs présences, mais nous avions bien plus urgent : Khain avait ce qu’il lui fallait pour essayer de frapper le Ralliement envers et contre tout, ayant arraché quelque chose de la machine, il avait déjà commencer son projet dans un torrent de flamme vert fusant vers les cieux. L’arrêter devenait une urgence, avant qu’il ne parvienne malgré tout à faire tombé depuis le ciel nuageux, la condamnation de Naran sur nos alliés.
Image
Derrière nous, le campement – Du moins, ce qu’il en restait, entre la dévastation de Khain et notre propre combat ayant laissé les lieux encore plus en piteuse état – fut découvert par l’apparition de deux nouveaux compagnons jaillissant enfin de la bataille qui faisait rage non loin de là : Runne et Finaen. Ils avaient certainement échappés aux violents combats, apporter quelques aides en guise de potion, et observant les lieux dévastés l’espace d’un instant. Malheureusement, nous n’avions pas vraiment le temps d’observer en arrière ni de faire le point : La colonne de feu vert qui partait vers les cieux ne feraient que renforcer et faire grossir ce qu’ils voulaient faire choir d’une façons où d’une autre sur le Ralliement. Il fallait intervenir rapidement, et c’est après avoir à peine eu le temps de boire les fioles fournies par Runne et s’occuper vaguement des quelques blessures que nous nous sommes mi en route, laissant le fil de la bataille poursuivre derrière nous tandis que les combattants des Oronir étaient en train de se débarrassé des derniers mutants tout en emportant le traître Domien qui avait apporté le fragment de cristal. J’ignore ce qui l’attends au Trône de l’Aube, mais ça ne risque pas d’être spécialement heureux au vie des personnes qui ont perdu la vie à cause de son implication. Peut-être pourrions nous en savoir plus sur la volonté de Naran une fois ce dernier ayant tout révélé sur son implication.

De fait, nous avions plus urgent à penser dans l’immédiat, et cela débutait par l’amas de flammes verdoyantes qui s’accumulaient en donnant une impression de boursouflure immense au dessus de nos têtes. Le rire rauque de Khain n’était pas des plus rassurant, mais il se gaussait à l’idée de nous voir partir en fumée quand il détourna quelques peu les tirs d’une sorte de canon Allagois ancien et en piteuse état qui produisait cet effet pour que les sphères enflammées d’un vert nocif ne fusent vers nous. Traduisant des arcs de cercle dans les cieux, cherchant lentement à nous tomber dessus en laissant un sillage de dévastation derrières elles, avant de retomber soit droit vers le groupe soit devant nous pour essayer de faire barrage en laissant ce feu vert un peu partout pour nous bloquer le chemin. Concentré sur les sphères de feu verdoyant, Aerlin tenta de créer des amas de vent puissant pour les repoussés en se concentrant sur les cieux pour en tirer la force nécessaire afin de bloqué ce qui voulait nous transformer en poussière avec moult sévérité. Les premières sphères disparurent ainsi dans des tourbillons aériens, mais la dernière n’allait pas être aussi aisée à arrêté. Droit vers Aerlin, ce dernier aurait pu être écrasé par le feu vengeur si le dôme de Lalavyr n’avait pas pu mitigé au moins les dégâts, se brisant comme des milliers de morceaux de verres éparpillés un peu partout sous le choc intense émettant un résonnement en échos autours de nous. Les deux compagnons étalés par terre dans la boue se relevaient, blessés et fumant légèrement après le choc terrible, nous laissant le soin de tout faire pour leur ouvrir la route au milieu des flammes et des créatures qui jaillissaient. L’ignominie dans nos opposants était qu’ils étaient des alliés il n’y à pas si longtemps : Les rares Oronir ayant poursuivi Khain directement avaient été transformés en ses mutés fait de feu vert ondulant autours d’un corps carbonisés devenu rocailleux. Nous fonçant dessus en émettant des rugissements bestiaux, les lames de vent propulsés par Runne vinrent en premier lieu s’écraser sur la ligne qui arrivait en les retenant de plus en plus.

Mêlant ses vents à ceux de Finaen, les deux entremêlaient leurs magies pour repoussés les flammes et nous créer ainsi une grande ligne de passage afin de ne pas être gêné par quoi que ce soit pour progresser droit vers Khain. Plusieurs boucliers aériens créer par Finaen tournoyaient autours de nous, dans une défense de la dernière chance, jusqu’à ce qu’une des créatures censées être morte ne parvienne à frapper Runne sur le flanc. Peu envieux de les laisser faire, Livio s’en débarrassa avant de créer une grande croix de céruleum fusant en les taillant en pièces, permettant à Karol de passer dans la faille aérienne jusqu’à se bloquer net face à la dernière ligne. Le sol de glace qui le menait en avant éclata en créant des multitudes de pointes de givres pour poignarder les enflammés, mais ça n’avait pas été suffisant. Peu avant que d’être assaillit de toute part, j’ai pu l’atteindre à toute vitesse dans un éclair puissant pour trancher rapidement les derniers opposants en coupant en morceaux tout ceux qui restaient sur notre passage. Le reste de notre équipe arriva derrière nous à toute vitesse, nous avons pu sortir de la zone en feu pour atteindre finalement le canon qui semblait tout seul. Émettant des impulsions vers le ciel, le sol se fissurant un peu à cause de la pression de l’engin qui lui même tremblait énormément et risquait de tomber en morceau – ou d’exploser avec moins de chance ?

Ne semblant pas être défendu jusqu’à ce que Khain n’apparaisse. Le Lupin hyperboosté par les sciences impériales étendait ses mains et ses griffes avec un rire rauque puissant, laissant apparaître à leurs tours ses quelques compagnons dans des bourrasques d’obscurités tournoyant autours quand il fit jaillir des protecteurs dont l’un était dans un état encore plus avancé de mutation que Khain. Tellement qu’il avait perdu l’esprit, sa peau semblait avoir un peu noircit et un de ses bras avait été remplacé par une grande lame. De l’autre côté était visible comme un basilic sifflant, où toute une végétation de la steppe avait poussé dans son dos comme un petit établit biologique vivant et agressif. Son familier, en soit, mais particulièrement énorme. Pendant que nous foncions avec Runne et Finaen vers Khain, les Lalafell eux avaient décidés de dévasté le mutant monstrueux qui fracassait le sol à chacun de ses pas en hurlant, nous fonçant dessus. Il se prit une pierre en plein dans le visage de prime abord, s’explosant dans sa tronche en le sonnant brusquement jusqu’à ce que d’autres pierres ne s’élèvent pour créer un véritable cocon autours de ce dernier en le coinçant en rugissant sans cesse. Les roches le contenaient encore quelques instants, permettant à Lalavyr de faire couler de la lave à l’intérieur du carcan de roche en essayant de le faire fondre de plus en plus. Brisant les pierres en se sortant de là dans un hurlement monstrueux, il semblait encore plus immonde et horrible dans un pareil état, écrasant son poing lame à côté de Karol en le ratant de peu.

Soulevant son bras pour attraper Lalavyr, ce dernier essayait de le faire croulé sous les contaminations d’éther de plus en plus importante qui dévorait ses chairs et son corps de l’intérieur. D’un coup, avant que Lalavyr ne soit dévoré, les racines immenses créer par Karol jaillirent du sol en l’écrasant à l’intérieur de la terre jusqu’à le coincé subitement dans un choc puissant. Il allait fondre tranquillement dans son coin, alors que de l’autre côté Livio et Aerlin firent une fine équipe pour se débarrassé du Basilic. D’un coup, une nouvelle sphère foudroyante fut envoyé dans un angle du basilic qui était harcelé par les chocs de pierre envoyé par Aerlin pour essayer de le coincé dans des coups répétés s’écrasant sur la bête pour essayer de la restreindre. Après quelques coups, une bulbe fut propulsé droit contre Aerlin en créant un petit nuage de gaz inquiétant qui fit vomir Aerlin en le laissant tomber sur un genou, contaminé par la maladie à l’intérieur. Recevant brusquement un coup de croix céruléenne, créant un grand nuage de fumée venant de ses cosses explosées sur son corps, il en jaillit pour frapper d’un grand coup de patte Livio en le ramassant brusquement en arrière. Essayant de se redresser pendant qu’Aerlin se purifiait du poison, il frappait plusieurs fois en préparant de nombreuses lames de céruleum pendant qu’Aerlin créa une flaque d’eau au sol bloquant le basilic un instant pour que tout les coups tranchant ne le taillent en pièce. Ses gardiens morts, nous affrontions Khain avec mes deux compagnons tandis que mon sabre et la rapière de Runne frappèrent sans cesse. Une lueur verdoyante le rendant bien plus rapide, il pu nous repoussé en nous tranchant tout les deux aux blancs en nous ramassant en arrière dans un rire puissant.

Mais ce rire fut interrompu quand Finaen écrasa sa rapière dans une lueur de foudre mauve contre son torse en le faisant reculé soudainement, blessé par l’impact. Le canon se surchargeait, et il risquait d’éclaté en finissant leur projet alors que grossissait bien trop dangereux les nuages de flammes vertes au dessus de nous. C’était beau, mais vraiment effrayant, et Runne fonça pour poser ses mains sur le canon Allagois dans une lueur bleutée autours de sa paume en cherchant à l’arrêter en venant en prendre le contrôle en imitant les actions de Khain. Le bras du Hrothgar fut repoussé avec la pointe de la rapière de Finaen lui transperçant le bras, récoltant un coup de griffe dans le dos et le flanc douloureux. Je venais soutenir ce dernier, et sans Runne créant un impact d’éther contre l’autre bras avant qu’elle ne me passe dans le visage, je pu esquivé de justesse pour frapper plusieurs fois de mon sabre dans un éclair s’entremêlant à ceux de Finaen. Nous avons joint nos lames et nos forces jusqu’à ce que la foudre le frappe directement, traversant toutes ses blessures en le laissant s’effondrer en arrière, carbonisé et dévasté par nos coups. L’instant d’après, le canon se tût, Runne ayant fini son œuvre en laissant le calme retomber dans les environs. Enfin c’était fait, la bataille du Loup Pilleur trouvait sa conclusion dans la mort de Khain et de ses guerriers sans qu’il ne parvint à rien. Tôt ou tard, nous aurons des nouvelles de Naran lui même, mais nous ne pouvons nous permettre d’attendre qu’il soit retrouvé. Venant nous reposer au Ralliement, tout en préparant notre voyage droit vers Mol Iloh, vers laquelle nous avions pu au moins retracer le fil nous menant vers l’esprit contrôlé par Naran. En espérant pouvoir le sauver de son emprise sans avoir à le tué. »

Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 380
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 09 janv. 2022, 11:58

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Les dernières expériences de Naran."

Image
Deux-cent-seizième Entrée - « Acte 5 – Les éléments perturbés : L’Eau.»
Image

« Le repos s’en retrouva serein que de pouvoir profiter du Ralliement sans avoir besoin de se dire que des dangers sont encore dans les environs. Pas encore de nouvelles de Naran, mais plutôt quelques informations provenant des maîtres de la Steppe : Les Mol. Ses derniers firent parvenir un message pour annoncer qu’un esprit local ne répondait plus depuis quelques temps, et à fini par agresser un peu brutalement celle qui fut chargée de ramener l’esprit à la maison. Heureusement, elle n’en n’est pas morte, mais la situation ne cesse de se dégradé là-bas et au vue de tout les usages spirituels entres les runes, les convocations, la magie. Naran pouvait trouver encore un allié très puissant dans les forces spirituelles malgré la mort récent de Khain. Nous devions empêcher que cela s’aggrave, même si cela signifiait le détruire tout comme cela le fit pour le Phénix noir. Aussi ai-je peut-être encore espoir de trouver un moyen de le faire revenir à lui sans avoir à lui poignarder le cœur de mon sabre. Mais l’obscurité qui s’étend en Hydaelyn prouve souvent que ce sont les actes les plus rudes qui sont parfois nécessaires pour que survivre ceux qui n’ont rien demander. Trêve de mauvais sang, cela dit ! Il nous fallait toute notre concentration pour partir droit vers un nouveau périple, et quoi que cela pouvait être, il fallait s’attendre à déjoué les maux des esprits afin de comprendre ce qui n’allait pas et ce que Naran avait bien pu faire pour s’octroyer le droit et le pouvoir d’une entité qui semblait bien puissante. Mol Iloh n’était pas la porte à côté, par rapport au Ralliement, et au vue du temps qu’il faisait hors de question de demander des chevaux ou des bêtes des environs : La tempête ayant débutée lors de la bataille du Loup pilleur ne semblait pas réellement avoir pour souhaiter de s’apaiser, et il nous fallait alors la traverser de front en espérant nous y retrouver sur la grand route.

L’équipe n’allait pas être des plus grandes, mais je pense que les prochaines missions seront ainsi faites : Nous aurions à nos côtés Runne et Finaen mêlant leurs talents de la magie aux arts obscures de Lucian. Et pour s’opposer à tout ceux qui voudraient tailler en pièce les magiciens, j’aurais à mes côtés ce fidèle Sorn et sa bonne humeur depuis son retour après un repos bien mérité après de sa famille. Même réduite, cela restait des compagnons de confiances et il fallait rejoindre Mol Iloh de prime abord : Le cavalier envoyé par Kodjo pour faire un état de lieux n’y était jamais parvenu, il nous fallait donc dégagé la route à sa demande afin de rentrer en contact avec les Mol et de savoir si la menace était si inquiétante. C’est donc en pleine tempête que les locaux préféraient évités que nous nous sommes mit en route, nous engouffrant dans des passages simplement trempés et boueux tout en avançant en direction du nord sur une route qu’il nous fallait tenir pour ne pas nous égarer. Le vent glacial soufflait froid, faisant tournoyer nos affaires si elles pendouillaient un peu trop en cherchant à nous les arrachés. Nos pas finissaient dans de la boue une bonne partie du temps, et je souris en voyant Lucian créer un bouclier au dessus de sa tête en maudissant les flots qui pouvait le souillé. Il était toujours pas friand d’avoir une tenue salissante, malgré ce qui arrivait à ses bottes hélas. Sur le chemin nous avons même retrouvé le Lalafell et sa jeune adepte, la Xaela que nous avions rencontré en premier dans les Steppes qui tentaient d’échapper à la tempête avec leur chariot à choux. Tous aidèrent quelque peu alors que Runne avait créer une lueur d’ambre en solidifiant la boue pour permettre au chariot de se décroché, un choux valsant dans le visage de Sorn qui observait la Xaela en voyant sa nouvelle conquête – Si un jour tu lis ça Marlithe, ne lui en veux pas trop.

Laissant les deux compères rejoindre le Ralliement en ayant perdu quelques choux dans la manœuvre, les moments candides succédèrent rapidement à l’effroi en voyant un visage apparaître dans les nuages. Un visage noir inquiétant qui fusa droit vers nous, dans une lueur puissant, m’envoyant avec Lucian au tapis un peu brusquement en donnant l’impression que le malheurs étaient tombé sur nous. Quoi que cela pu être, Finaen était déjà sur la piste en ressentant clairement une force élémentaire en détresse. Peut-être la marque de l’esprit ? Une démonstration de force ? Dans son rire s’y mêlait comme une folie incontrôlable qui n’avait rien à voir avec la haine du phénix noir. Là, il s’agissait d’une colère mêlée à de la détresse, et c’est en voyant une lueur bleue que nous étions convaincu qu’il fallait se hâté : Finaen montra du doigt un Mouton reluisant d’un bleuté, une sorte d’esprit émettant des lumières paisible qui montrait le nord, direction de Mol Iloh, avant de partir à toute vitesse en bondissant droit dans cette direction. Fonçant à toute vitesse pour le suivre, nous avons commencer à progresser à travers des murs de flots de plus en plus dense.

Observant un instant une rivière aux milles couleurs comme si des silhouettes s’y baladaient, me faisant pensé à ce que nous avions vu en Sombrelinceul, le temps n’était hélas pas à la contemplation malgré des beautés solidaires des Steppes d’Azim. Nous n’étions pas attendu, le mouton-guide continuait même si on ne voyait plus qu’une tâche bleutée. L’eau devenait vraiment dangereuse, voir meurtrière quand elle s’incarnait en un aspect liquide nous grimpant dessus essayant même d’étrangler ce pauvre Sorn. Frappant de sa faux au sol alors que nous étions sous une des arches de glace créer par ses soins, Lucian chassa d’un coup les flots en nous permettant de nous engouffre dans le passage que Runne et Finaen créait, l’un avec les vents frappant et l’autre avec l’eau contrôlé qu’il repoussait pour ne pas qu’elle ne nous assaille. Le rideau de pluie comme des couches d’un mur immense se fluidifient, mais au milieu apparaissaient des dangereuses silhouettes. Des sortes d’avatars de flots aux formes multiples mais agressives, générés par des totems de bois aux nombreuses gravures. Ces petits gardiens pouvait être l’œuvre d’une Ugdan ou je ne sais quoi, mais pour l’heure ils servaient une intention unique : Celle de nous mettre en charpie. Nous ignorions alors à quel point le protecteur aqueux des environs était affecté par tout ce qu’il se passait, pour autant, nous n’allions pas nous laisser tailler en pièces pour ses beaux yeux et nous voilà à progresser en essayant de les repoussés tout en cherchant à suivre le Mouton qui disparaissait. Runne fut nos yeux, observant à travers l’éther sa position pour ne pas le perdre en créant des flots tranchant soudainement.

Écartant tant bien que mal les entités, Finaen qui contrôlait les flots de plus en plus en essayant de les faire ployés du se battre mentalement avec quelque chose qui frappait au fond de son esprit et de son crâne. Serrant les dents, une main jaillit de sous lui pour lui attraper la jambe et ainsi le fracasser dans la boue lourdement. Avant qu’il ne recommence, mon sabre tranchant net le bras aqueux tenant mon camarade avant que je ne m’occupe de couper en morceaux ceux qui s’approchaient de nous tout en aidant Finaen à se remettre sur pied. Vu le nombre de fois qu’il l’avait fait avec moi, c’était bien normal même si j’étais arrivé trop tard pour ne pas qu’il soit blessé. Congelés par Lucian, les créatures n’allaient pas être trop gênante mais c’est leur nombre qui était pour le moins dangereux. Sorn faisait de son mieux pour tirer dessus et les faire éclatés en morceaux mais il en revenait sans cesse, c’était interminable. Avant d’être totalement submergé comme il risquait de l’être petit à petit, le flot glacial de Runne passa et condamna les protecteurs aqueux restant au gel. Nous en étions au moins débarrassé, Lucian brisant ce qu’il le retenait pour nous rejoindre en vitesse. Il fallait retrouver rapidement le guide, au milieu de la dense tempête, mais c’est en arrivant à l’atteindre là où il venait d’être captif, que nous venions de plonger en plein milieux des soucis.
Image
Heureusement, les ennemis n’avaient pas été si affreux que ça. Et une fois proche de là où se tenait le mouton la vision était enfin relativement dégagée nous permettant d’observer les environs. C’est au moins ainsi que les effets magnifiques se dévoilaient doucement à nous : A commencer par le plus beau d’entre tous, les effets des flots se reflétant sur la pierre et les environs, voir même les nuages ayant une tonalité plus bleuté de façons fantastique. Ainsi, l’influence spirituel provoquait la naissance de formes de poissons tournoyant à toute vitesse et de toutes façons possibles de ce qui se trouve dans les rivières des Steppes. Il y avait un aspect extraordinaire à voir tout ça, franchement irréel, et nous aurions pu en profiter comme dans les Bulles sous-marines de la Mer de rubis si il ne nous fallait pas intervenir rapidement. Tout cet effet de force élémentaire provenait d’un esprit mère que nous étions doucement sur le point de découvrir. Si celui que Runne avait découvert semblait représenté le Vent. Lui était clairement lié aux forces des flots dans les environs de Mol Iloh, certainement un de ses esprits mineurs qui s’occupait de garder les recoins de pêches et permettait aux locaux de traverser paisiblement les rivières avec leurs moutons. Si il avait gagné autant d’influence, c’était parfaitement anormale et le passage de Naran avait joué dans cette fureur, ce gain de pouvoir incroyable qui avait semble t-il dépassé les quelques Mols concentrés par ce dernier. Tournoyant dans un petit tourbillon, voilà notre esprit guide qui agitait les pattes en essayant de se sortir de là sans vraiment émettre de son. Il devenait presque une priorité mais plusieurs menaces étaient présentes dans les environs à débuté par les hauteurs.

Une géode magnifique émettant des lumières à travers les runes greffées dessus avait créer une sorte de main d’eau qui manipulait la tempête et les flots à l’intérieur pour l’intensité et la rendre frénétique afin de nous gêné. Au moins ne pouvait-il pas maîtrisé la foudre à l’intérieur, cela aurait été plus gênant encore, mais malgré les requins flottant tournoyant proche de la géode Finaen fila dans les airs, soutenu par Lucian apparaissant non loin. Avant tout, c’est en bas que la protection de mouton-guide s’est joué. Runne à rapidement rejoint ce dernier dans le tourbillon en entrant sans vergogne à l’intérieur bien que cela le fit tournoyer avec. Les vents convoqués autours formait une protection mineur et il eu le temps de passer ses bras autours du guide – le fait de l’enserrer devait avoir un effet curieux pour Runne, mais je pense qu’il avait plus à faire que de se dire qu’il tient entre guillemet un fantôme dans ses bras. L’explosion aérien l’extirpa de ce tourbillon en retombant proche de Sorn qui discutait avec plusieurs sortes de Xaela fait d’eau et d’algue. Ses derniers étaient sûrement des adeptes, gardiens, amis du protecteur des flots et ils obéissaient mais s’inquiétaient de la santé mental de leur maître. Expliquant à Sorn que le Protecteur était dans un piteuse état depuis l’apparition de Naran dans les environs, ayant laisser une incroyable frustration de ne pas avoir pu protéger son ami.

L’esprit du totem que Runne avait plusieurs fois essayer d’aider. Ayant pour injonction de se battre contre les envahisseurs approchant trop de Mol Iloh à son goût, les trois Xaela d’algue se tenaient la tête en essayant de se débattre en voulant convaincre le protecteur que nous n’étions pas des menaces, mais ils ne pouvaient retenir la puissance qui les incarnaient. S’entremêlant de plus en plus pour devenir une créature inquiétante et sans forme fixe, les coups pleuvaient vers Sorn qui esquivait comme il pouvait pour attirer son attention afin que Gladys n’y installer un explosif. Prévenant son maître un peu trop tard, il prit dans ses bras son adorable tourelle avant de bondir en valsant plus loin dans la boue avec Gladys contre lui pour échapper à la déflagration. Il retomba non loin de Runne, ce dernier était venu à mon aide alors que je tenais tête à plusieurs de ses créations d’eau liés à des totems de bois envoûtés. Bien plus massifs que les autres, eux portaient diverses armes comme des lances, et autres instruments tribaux de la Steppe. J’avais déjà pu détruire pas mal de leurs créations et échappé à leurs assauts, l’intervention de Runne rendit bien plus facile cette confrontation quand il laissa dans un coin le mouton-guide pour ne pas qu’il soit blessé.

Créant une puissante force glaciale venant frapper les deux entités, se congelant d’un coup net en me permettant de les trancher en milles morceaux sans qu’ils ne puissent faire grand-chose pour se défendre. Un jeu d’équipe définitivement efficace, et alors que Sorn se redressait de la boue nous observions en loin ce que Finaen avait provoqué dans l’ire du Protecteur, et notre chance d’essayer de l’apaiser avant qu’il ne balaie tout. Littéralement je veux dire. Dans les hauteurs Finaen s’était projeté vers l’étrange géode pour essayer de découvrir ce à quoi elle pouvait servir, tandis que Lucian ayant prit soin d’apparaître d’un coup sur les hauteurs proches en envoyant de nombreuses lances cristallines congelant les requins volants quand ils furent impactés par ses dernières. Deux complètement gelés tournoyaient brusquement en explosant en milles morceaux sur les roches proches, laissant des décombres de glaces s’effondrer lentement par terre tandis que Finaen parvint finalement proche de la géode. Le dernier requin n’avait pas dit son dernier mot, les flots lié à ce dernier le fit aller bien plus vite et du le rendre bien plus fort quand ses crocs tenta de dévoré d’un coup net Lucian mais ne fit que mordre brusquement le sol où il était un instant d’avant. Brisant aussi bien l’herbe que la pierre, dévastant tout à son passage, il se retourna vers Lucian pour le charger de nouveau tandis que ce dernier se préparait de son mieux à créer une vague d’obscurité afin de se fracasser sur le requin. Fonçant en plein dedans, inconscient du danger, il était mort lacéré par la magie et dévasté intérieurement bien avant d’atteindre Lucian mais il le percuta tout de même en envoyant ce dernier valser brusquement en arrière sous le coup.

Le prix à payer pour s’en débarrassé fut un sévère choc et une abominable odeur de poisson qu’il ferait disparaître le plus vite possible, mais ça n’était pas le plus grave. Proche de la géode, Finaen tâcha d’entrer en contact avec l’esprit à travers la géode en comprenant bien rapidement que rien ne pourrait le faire sortir aisément de son état de transe folle. Ce chagrin de ne pas avoir fait suffisamment, fait ce qu’il désirait, était réellement une inquiétude pour nous mais il n’était pas question de répondre à sa folie avec la violence de nos armes. Se prenant brusquement une grande claque par les flots en tombant lourdement en arrière, sonné par le choc, il parvint tout de même malgré la ruée de la main d’eau vers lui, à tirer brusquement la géode de l’intérieur de la main des flots en coupant brusquement son lien avec le protecteur. Son cri au loin résonna dans nos esprits, ondulant en provoquant comme une vibration dans la terre. Et il força toutes les entités des flots à répondre à son appel. Prêt à faire un grand sacrifice de toute cette force pour élevé la rivière et la déverser entièrement comme un raz de marée pour engloutir tout ceux voulant approcher de Mol Iloh. Ce serait un désastre pour les environs, et il nous fallait réagir rapidement pour ne pas finir écrasé par la masse d’eau qui risquait de nous foncer dessus d’un coup.
Image
Le temps que Finaen et Lucian nous rejoigne, Runne parlait au Mouton-guide pour lui demander des informations sur les esprits. C’est là que nous avons découvert qu’ils étaient au total quatre, comptant celui des vents et celui de l’eau. Il nous en restait deux à découvrir bien qu’ils seraient sûrement des éléments primordiaux communs pour régir une vie de calme dans les steppes. Chaque chose en son temps, si Naran avait provoqué autant de mal pour les autres que pour celui de l’eau il fallait s’attendre à ce que nous ayons beaucoup de travail dans les environs des terres Mol. Et ce débutait par ce protecteur en nous laissant suivre Finaen qui avait activé la géode le menant à toute vitesse droit vers son emplacement. Rapidement celui ci devenait clair, il était proche d’un pont installé aux pieds du Raz de marée en étant visible vaguement de loin. Ça ne serait pas si facile d’approcher je le crains, tandis que nous étions en train d’observer les lueurs bleutés dans les cieux, la magie incroyable qui infusait la tempête donnait l’impression de créer des sphères d’eau qui n’étaient que des reflets de lumières et toutes autres effets de décorations incroyable.

J’aurais bien voulu passer plus de temps à contempler la splendeur, pour une fois le danger était symbole de beauté des flots dont les formes de poissons ondulaient et dans la conscience à Finaen, semblaient appeler à l’aide. Ils ne désiraient pas en arriver là où le protecteur cherchait lui à accomplir son rôle en provoquant un saccage, et il fallait alors venir à leur aide. C’était dans nos pensées que la première onde de choc frappa soudainement. Comme si il avait créer d’immenses vibrations dans toutes les gouttes de pluies, toute l’équipe fut propulsé un peu brusquement au sol encore sonnés par le choc pendant quelques brèves secondes alors que tous se relevaient comme ils pouvaient. Après les vibrations, des coraux fait de boues et de terre rocheuse s’extirpaient de là dont l’un « poignarda » la jambe de Sorn en le laissant sautillé de douleur quelques instants tout en maudissant intérieurement certainement tout les parents possible de ce faux corail de boue. Afin qu’ils ne soient pas des gênes, pendant que Gladys récupérait des poissons tombant de la rivière pour les remettre à l’eau, il fusillait rapidement tout ses maudits coraux en les éparpillant en morceaux laissant le temps à Finaen de frapper brusquement au sol en créant une onde d’énergie d’ambre. Solidifiant le sol et en reprenant le contrôle pour que les flots à l’intérieur ne puisse plu le manipuler, il stabilisa la terre même en coinçant l’ensemble. Au moins, nous ne risquions plus de nous casser la figure et d’être planté par tout ce qui s’élevait à la conscience du protecteur qui réagit en conséquence.

Pour apaiser nos ardeurs et se venger, il balança de nombreux totems de bois qui attira des flots de la vague statique tenant juste derrière lui en créant des formes de poissons de nombreux types selon ceux arpentant les flots de la Steppe. Fonçant à toute vitesse dans notre direction, Lucian fit tournoyer de plus en plus sa faux afin de nous offrir un moyen de couverture des plus efficace : Profitant le froid intense que Runne avait provoqué en essayant de gelé tout ce qui pouvait s’approcher, dès que la faux frappa au sol il laissa le mur de glace jaillir d’un coup devant notre équipe au moment où les esprits arrivaient devant nous. Les chocs répétés donnaient l’impression de trop nombreux oiseaux stupides s’écrasant contre un mur dans des échos de glaces des plus puissants. A force de sacrifice, des fissures apparaissaient dans le mur de glace de plus en plus jusqu’à ce que tout explose dans tout les sens en laissant plusieurs s’infiltrer par le même passage. Pas de chance hélas, ils tombèrent dans le froid intense de Runne mais seraient trop nombreux pour ne pas finir par nous atteindre. Bondissant d’une eau congelée à une autre jusqu’à atteindre la faille, le coupait en morceaux toutes les entités jusqu’à ce que le protecteur lui même ne m’envoie un grand trait de flot qui me fit choir en m’écrasant contre une pierre en bas. La douleur était intense mais encore heureux j’avais vu pire surtout ses derniers temps. Runne et Sorn fonçaient vers moi pour me redresser, créant quelques sorts de soin afin de me permettre de tenir, tandis que nous approchions de la fin de notre quête : Derrière le mur de glace s’effondrant et après quelques pas, nous étions enfin arrivé devant le fameux protecteur et la vague immense.

Ce qui était des plus impressionnant. Surtout en observant la vague statique qui ne semblait pas vouloir choir juste dans son dos émettant des cruelles ondulations en risquant à tout moment de nous tomber dessus. J’ignore si c’était le reste de la volonté éclaircie du Protecteur de ne pas tuer tout ceux qui marchent dans les environs ou si c’était l’effort des petits esprits luttant pour ne pas que la fatalité ne tombe. Si la vague cruelle était surprenante, la carrure du protecteur lui même avait quelque chose d’inquiétant : Des grandes roches tribales semblables aux totems habituels des Xaela où les innombrables gravures canalisaient les énergies élémentaires. L’eau tournoyait autours en formant un corps massif et immense, une partie du corps transportant une sorte d’énorme pince ressemblant à une lance de corail où s’agitait des pattes de crabes. Personne ne voulait se prendre un coup de cette dernière, et tous chargèrent pour essayer de contenir le protecteur jusqu’à avoir une solutions pour l’apaiser enfin. Sorn tirait ses premières chaînes tournoyant autours de la pince-lance afin de la coincés pour ne pas qu’elle nous tombent dessus. Une fois de plus ,ce sont ses mots qui parvinrent à lui apporter un peu d’aide en suppliant autant le protecteur de se calmé qu’aux esprits de l’aider. Sous le regard de Gladys, de nombreux poissons flottant fait d’eau vinrent tirer sur les chaînes pour coincés un peu plus la pince afin qu’elle ne tombe pas.

La petite tourelle récupérant le Teclis de Sorn pour tirer une grande lumière bleuté frappant ce qui risquait de s’écraser sur Finaen : Il s’était rué droit vers une sorte de création de flot infâme, vert et maladif, ayant des équipements des agents de Naran qui flottaient dedans en lui donnant comme un corps. C’était la contamination de Naran qu’il avait laissé dans les eaux et qui restait coincé lié à la rivière même isolé, continuant de faire souffrir énormément le protecteur. Le rayonnement bleuté frappa l’entité alors que Finaen pu l’atteindre pour frapper sans cesse de sa rapière dans une fureur foudroyante d’un mauve élémentaire. Peu après avoir blessé l’entité incarné dans les contaminations infâme, je venais de rejoindre Finaen à toute vitesse après avoir soutenu Lucian dans sa tentative de bloqué le protecteur. Je connaissais encore quelques sceaux pour le coincé mais ça ne serait pas du tout suffisant, et je préférais offrir une cible à ma lame. Ce que Finaen usa rapidement quand il me vit trancher encore et encore l’entité. A chacun de mes coups, les lys blancs jaillissaient dans des lueurs puissantes qui détruisait la contamination à mesure de mes coups, s’introduisant directement à l’intérieur d’une eau qui se fracassait – aussi curieux soit-il ! Pour en laisser comme des morceaux de gelées vertes fumantes et brisée au sol. Cette raison de souffrir en moins, ce fut encore plus quand la vague fut congelée qu’il vint s’échapper son influence sur la rivière. Tournant la tête de pierre dans les flots incarnant le protecteur, il perçut l’œuvre de Runne usant d’énormément de son éther et de sa concentration pour congeler la vague elle même dans une lumière bleuté d’un froid glacial magnifique. Petit à petit, l’ensemble fut glacé jusqu’à se briser en morceaux lentement revenant à la rivière en produisant une fumée grandiose à mesure où la glace redevenait de l’eau bien plus paisible sous le pont.

Les chaînes mauves tournoyantes autours du protecteur l’avait bloqué dès le départ. Lucian ayant empêché ce dernier de bouger, il tirait sur les chaînes et semblait être sur le point de les brisés dans des léger fracas alors que Sorn se retrouvait littéralement sur la pince en tirant dessus comme pour l’empêcher d’agir. Des failles naissantes créer par Lucian, il déversa dessus une sorte de gravité mêlé d’obscurité le frappant encore et encore pour l’affaiblir et briser ses derniers liens. Le choc puissant fit petit à petit disparaître les flots et réduisit toute les influences des flots ne laissant qu’un petit élémentaire larmoyant au sol. L’esprit mouton quand tout redevint calme – ce qui était très relatif dans une tempête, vint à sa rencontre comme pour le consoler jusqu’à ce que Finaen le tienne dans ses bras afin de l’aider à s’apaiser en laissant un éther paisible se diffuser autours de lui. Il avait été tant blessé par ce qu’il avait laissé faire de la part de Naran, mais il était temps pour lui de guérir. Mol Iloh était encore loin, et nous nous sommes installés sous le pont pour échapper à la tempête et aux flots ne cessant pas. Demain, il faudrait atteindre enfin le village des Mol, conscients hélas qu’il restait trois protecteur élémentaire hautement dérangé par Naran qui devait aussi être apaisé. Avec en priorité le plus puissant d’entre eux qui s’était déversé sur nous dès notre arrivé et qui risquait de ne pas s’arrêter là tant qu’il ne serait pas libre. »

Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 380
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 10 janv. 2022, 16:07

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Les dernières expériences de Naran."

Image
Deux-cent-dix-septième Entrée - « Acte 6 – Les éléments perturbés : Le Vent.»
Image

« Une nuit sous un pont n’a rien de très agréable normalement, mais les capacités d’adaptations de mes compagnons firent que ce fut aussi confortable que possible malgré la tempête qui grondait encore toute la nuit au dessus de nous. Il pleuvait encore et encore, cela dit heureusement nous avons pu profiter d’un peu de tranquillité relative depuis que le protecteur s’était apaisé et du prendre pas mal de temps dans les bras de Finaen pour s’en remettre. C’était presque mignon, me faisant un peu penser à Gladys, cela dit en étant un peu plus sensible ? Je me souviens de la fuite en « pleurs » de Gladys après qu’Alaric l’ait quelque peu remise à sa place. Je crois que mon petit coeur n’est pas fait pour supporter des petits êtres en larmes affectés par quelque chose. Et dans la dite situation, ça n’était que rarement de très belle raison de se sentir malheureux – Cela impliquait un problème bien plus grave lié aux esprits que nous n’espérions pas trop grave vers Mol Iloh. J’aurais préféré atteindre le village tribal lors du même voyage mais il allait être quelque peu dangereux d’y advenir en piteuse état. Si la situation avait été catastrophique nous aurions peut-être été prompt à arriver bêtement pour voir des corps et des yourtes brisés. A la place, nous attendrait un relatif calme, et malgré les effets visuels personne ne perdrait la vie lors de ce périple. Cela changeait agréablement de nos périples laissant bien des morts, comme la bataille récente. Il faut faire la part des choses : D’autres périraient encore pour vaincre définitivement Naran et chasser tout ses maux de la Steppe, mais moins ils seraient mieux nous nous porterions. Disparu lors de la nuit en poursuivant Gladys qui chassait l’énorme crustacé qui avait presque servit de lance au Protecteur, Sorn ne serait pas là au départ de notre mission et nous devrions faire sans.

Nous retrouvant tranquillement proche du feu de camp sous le pont alors que la pluie s’était pratiquement interrompu, Runne avait récupéré pas mal de poissons pour nous offrir un repas décent afin de parvenir à Mol Iloh sans être trop affamés. Discutant un peu et dévorant nos poissons, nous nous sommes mit en route en découvrant que le ciel s’était finalement apaisé. C’était magnifique, des trous s’étaient formés dans les nuages sombres en laissant enfin voir le ciel d’un après midi paisible, créant des faisceaux de lumière tombant depuis les cieux en des colonnes luisantes magnifiques. La steppe était particulièrement mise en valeur par cet effet du temps, elle avait rarement paru aussi belle et prompt à inspiré l’aventure surtout depuis que nous quittions le pont où nous avions dormi. Avant de quitter ce dernier, l’esprit du Protecteur jaillit et créa comme un mur de flot. Ça n’était pas pour nous arrêter, mais pour laisser une petite partie de lui nous accompagner afin de nous venir en aide. En traversant l’eau, alors qu’il fit une dernière étreinte à Finaen avant de partir, nous avons été d’un coup affecté par les flots qui tournoyaient autours de nous dans des flots paisibles et revigorant. Les douleurs, la fatigue, tout semblait être petit à petit aspiré par les flots en laissant tournoyer doucement autours de nous un petit totem de bois où l’eau tournoyait docilement autours pour se mettre à notre service.

Les flots seraient utile, tôt ou tard, et nous avons pu traverser une grande partie de la steppe accompagné du mouton guide. Croisant quelques Mammouth errant, des peintures magnifiques et des troupeaux attendant leur berger. C’était aussi paisible que tranquille et nous aurions pu espérer vivre un voyage paisible si un problème ne semblait pas déjà advenir vers Mol Iloh : C’est comme si le village était encerclé par une tornade. Pas une tornade violente et détruisant tout sur son passage. Rien n’avait l’air brisé, et le vent tournoyait lentement d’une façons curieuse et irréelle. Il y eu comme un visage et un corps se tournant vers nous, émettant un rugissement en faisant reculé l’esprit mouton qui était très agité, envieux de progresser là où son village derrière se trouvait. Progressant dans l’urgence essayant d’atteindre le plus vite possible l’intérieur de la ville, il fallait pour autant défié les vents puissants qui nous faisait valser dans tout les sens.

J’avais autant l’impression d’aller vers l’avant qu’en bas, des barrières se brisant soudainement dans un choc puissant envoyant d’innombrables échardes de bois droit vers nous. Tandis que Finaen soulevait des pierres pour que Runne puisse tisser un fil d’éther d’une pierre à une autre afin de progresser le plus vite possible, sans voir le bois brisé qui nous fonçait dessus avant de se prendre lui même un choc de bois dans le ventre et plusieurs échardes. Avant que pire ne survienne, Lucian parvint à apparaître soudainement juste devant Finaen pour créer une barrière de glace soudainement devant lui afin d’arrêter tout le reste du bois qui arrivait vers nous dans un bruit de fracas puissant. Avançant tout les deux derrière les couches de glaces créer par Lucian, de mon coté j’étais venue en aide à Runne qui semblait être arrêté par l’intention de la conscience de la tornade. Avant qu’il ne soit taillé en milles morceaux, d’un éclair je pu écartée la première salve en laissant la foudre être guidé par ma lame, récupérant le Miqo’te en descendant à toute vitesse pour rejoindre la base de la lente tornade qui ne nous aspirait même pas. Cela ressemblait bien plus à un bouclier, un blocus, qu’à véritablement une catastrophe naturelle et Finaen y avait ressenti quelque chose de curieux dans cet intention élémentaire. Comme si dans cette conscience, il lui manquait quelque chose d’essentiel ce qui était la raison de sa venue.

Des nouvelles pierres furent soulevé par Finaen se mêlant à la glace de Lucian créant des grandes couches de roche-givre pour ouvrir la voie tandis qu’il nous fallait tout faire pour passer les sortes de poings et visages rugissants qui nous fonçaient dessus, fait des parties de la tornades comme si des morceaux de nuages avaient décidé de nous écraser la figure. Frappant plusieurs fois de sa faux, Lucian repoussait l’ensemble comme je le fis de mon sabre bien que nous avions reçu le contre-coup soudain de l’adversaire en nous repoussant un peu brusquement. L’eau de Finaen se glissa à l’intérieur de toutes les entités naissantes, créer à partir du petit totem laissé par le protecteur, brisant l’équilibre précaire à l’intérieur de toutes les créations aériennes se brisant en de grandes lueurs tandis que Runne créait des grandes levées de pierres, ayant même tout fait pour protéger Lucian d’un impact ce qui l’envoya lui et Runne brusquement au sol, avant qu’il ne profite du sable généré des compassements de la terre pour ouvrir le passage avec Finaen. Pendant qu’ils se redressaient un peu sonnés, nous étions en train d’avancer avec Finaen me laissant trancher toutes les formes qui passaient outre son contrôle des flots, progressant de plus en plus jusqu’à une ouverture qui laissa apparaître les premières yourtes de Mol Iloh. Enfin nous y étions, l’esprit guide en forme de mouton bleuté entra en même temps que nous à l’intérieur de ce domaine tout en réalisant qu’ici. Tout était d’un calme profond. Les forces du Vent n’étaient pas là pour faire du mal aux Mol. Uniquement à une des Mol.
Image
Nous ne savions pas encore à quel point il y avait un malheurs dans cette venue, et comme la plus part devaient ne simplement pas avoir envie d’être ici, mais pour autant ils se sentaient dans l’obligation d’avoir investit Mol Iloh afin de récupéré quelque chose de précieux qui leur avait été volé. Les habitants contemplaient ce qu’il se passait depuis quelques temps avec le calme et la docilité de ceux conscient qu’il ne leur arriverait rien, mais toujours inconscient de ce qui pouvait bien se passé ici. Le chef de la tribu étant auprès des Oronir, Kodjo ne savait pas encore ce qu’il se passait pour en informer son chef et rien de véritablement alarmant n’était réellement sur place. C’est comme si ils avaient décidé de vivre et d’accepter que plusieurs entités gravent au centre du village une sorte de grand rituel ayant un rôle particulier que nous ne pouvions pas encore concevoir.

C’était récent, ce qui veut dire qu’hier soir il est possible que la tornade n’ait pas été encore présence, peut-être quelques heures à peine depuis que cela dure. Lentement, des runes verdoyant apparaissaient hors des schémas du rituel en se surélevant petit à petit. Créant des formes merveilleuses laissant des illuminations dans les airs plutôt agréable à regarder, mais parfaitement inaccessible. Aucun des Mol n’avaient le droit de l’atteindre, autant une sorte de protecteur de bois gravé tel un golem énorme dont les vents faisaient orbité des pierres et du bois tournoyant autours, des plumes et des herbes passant avec les petit tourbillons qui élevait les morceaux de son corps, faisant reculé de force ceux qui s’approchaient un peu trop. Et quand il n’était pas là, c’était une grande vague de cristaux vert passant à toute vitesse comme un essaim d’oiseaux tournoyant en toute hâte et risquant d’emporter tout ceux qui s’approchaient du rituel. Dans un mouvement fébrile, l’esprit mouton vacilla et eu l’air de choir comme si il était particulièrement affaiblit quelque chose et une jeune xaela se mit à crier en fonçant en avant, essayant d’atteindre le rituel en criant à tout les esprits du Vent d’arrêter tout en tendant le bras. Elle risquait de mal finir, mais nous venions de traverser l’entrée du Ralliement et nous étions donc prompt à lui venir en aide à toute hâte. Finaen traversa le terrain en un éclair, pratiquement littéralement pour atteindre des sortes d’entités curieuses comme des âmes perdues. Des incarnations du « besoin », du manque étrange qui apparaissait dans la force élémentaire comme des résidu dégradés d’une psyché rendue folle. Elle n’incarnait qu’une folie mentale dans l’esprit du vent, en rien une véritable contamination d’obscurité ou de malédiction. Uniquement l’affliction de la folie.

Et quand il tenta de les arrêtés tout les quatre en les encerclant par un amas de foudre le temps de les analysés et de comprendre ce que cela pouvait être que ses choses. Découvrant leur nature viciée qui l’aurait poussé à essayer de les détruire si il l’avait su, les êtres finirent par brisés la foudre qui les encerclaient avant de foncer vers Finaen en voyant en lui une proie viable. Un bras passa à travers le torse de Finaen, de part en part, mais ne laissant aucune blessure simplement une impression étrange de l’éther qu’il arracha de Finaen directement en l’affaiblissant dans ce vol d’éther. Tous l’encerclaient lentement, c’était rare qu’une personne risquait de se faire encerclé et dévoré tout son éther par des créatures au risque de périr net une fois qu’il n’aurait plus rien à avaler. Bien décidé à s’en débarrassé, il leva son sceptre formé avec son catalyseur et sa rapière dans une impulsion foudroyante mêlés aux flammes noires de la bénédiction des restes du phénix noir. Crépitante quelques instants en essayant de se préparer à généré le pouvoir d’une explosion pour les dévastés, je vins à son aide rapidement tandis que toutes les entités bloquaient son sort pour essayer de littéralement le dévorer pendant sa création.

J’avais jusque là affronter le protecteur de bois avant qu’il ne fonce sur Runne. Un éclair frappant avec mon sabre le repoussa en arrière, et dans un assaut répété je ne lui laissais même pas le temps d’essayer de rendre les coups. J’usais de la foudre avec un aspect explosif pour le sonné au lieu de renforcer le tranchant de mon sabre, le contenant tout en l’affaiblissant de plus en plus. Ce qui me permit que dès qu’il fut sonné, je pu le trancher en plusieurs morceaux en le tranchant trois fois dans des larges frappes avant de pratiquer un gyoten. Le pas du samouraï me déporta droit en tranchant les bras des entités essayant de dévoré le sort de Finaen dans une ondulation d’énergie puissante. Ainsi, le sort pu apparaître, et la déflagration foudroyante jaillit en happant toutes les entités autours de nous deux dans une déferlante de foudre frappant en laissant le feu noir les dévastés. Tous furent détruit dans le même instant, et nous avions alors l’occasion d’observer ce que Runne avait fait derrière nous. Il s’était rué droit vers le rituel pour l’analysé et le comprendre. Par nature la vague de cristaux aurait du le happé, mais Lucian couvrant le miqo’te en propulsant de nombreuses pointes de glaces contre la vague de cristaux en d’innombrables chocs puissants mais qui finiraient par être insuffisant. Impacté par l’ensemble, il fut transporté par les cristaux vers les autres en étant percuté plusieurs fois, se retrouvant au dessus de nos têtes dans un moment de panique qui souleva quelques cris de surprises des Mol pointant du doigt en l’air en montrant le pauvre bougre baladé dans tout les sens dans les airs.

Mais les Mol eurent rapidement un autre objectif, se focalisant sur ce que disait Runne, il avait découvert que le cercle rituel devait servir au sacrifice d’une personne ayant une grande force lié aux esprits pour généré un cristal élémentaire puissant pour complété quelque chose qui s’était fait pillé de cette partie exactement et l’avait réduite à un état végétatif étrange et inquiétant. Voilà ce que l’esprit des vents voulait : Quelque chose lui avait arraché cette partie de lui en lui ayant fait perdre d’innombrables moyens de ressentir et de comprendre, le transformant presque en mort-vivant si j’ose dire au niveau du comportement et il souhaitait envers et contre tout retrouver cette partie de lui. Plutôt que de détruire le rituel et ainsi permettre à la Udgan de ne plus pouvoir être sacrifier, il modifia l’ensemble de la structure du sort pour en faire un sort collectif : Invitant les Mol à joindre leur éther au siens, plusieurs acceptèrent par intérêt pour la vieille Udgan qui risquait sa vie en générant finalement le sort qui créa le cristal des vents émettant des ondulations aérienne magnifique. Le brandissant doucement au dessus de sa paume, il eu quand même le temps d’envoyer une volée aqueuse vers les hauteurs pour retenir les chocs des cristaux qui risquaient de frapper un peu brusquement Lucian dans les airs. Passant par la faux, dans une lueur rouge le long de la lame, il dévasta brusquement tout les cristaux en étant protégé par les flots de Runne. Aucun ne pu s’échapper et il retomba plus doucement à la fin de la vague proche du miqo’te, hochant la tête pour le remercier. La jeune Xaela tenait l’esprit mouton étalé contre le sol en l’agitant un peu, des larmes gagnant ses yeux en criant qu’il fallait tout faire pour essayer de sauver la Udgan en montrant sa yourte plus loin. Une magnifique yourte adaptée à une chaman de la Steppe ancienne et sage. Mais les lumières verdoyants qui apparaissait autours était un bien mauvais présage, et il fallait agir vite avant que le Vent ne se condamne en voulant se sauver.
Image
La petite Xaela fonça d’un coup au milieu de l’équipe. Nous n’avons pas beaucoup de temps pour la rattraper, celle ci se ruant en avant vers la yourte en ayant aucune envie que celle à l’intérieur ne soit tuée. Ils devaient avoir un lien puissant, était-ce sa disciple ou bien sa petite fille ? J’aurais certainement le temps de lui demander plus tard. Nous avions encore à la sauver elle et la jeunesse qui se rua en avant rapidement rattraper par notre équipe, traversant le long de Mol Iloh en traversant les passages entre quelques yourtes jusqu’à atteindre celle isolée et solitaire de la Udgan qui devait rester au foyer. Et des moutons, des moutons partout, je me souviens m’être cassé la figure lors d’un passage de mouton en venant déposé le tout petit installé sur ma tête dans la toison d’un de ses pairs. Malheureusement, les pauvres bêtes allaient se retrouver quelque peu embarqué dans notre combat. Bien entendu les bêtes n’allaient pas se battre mais involontairement elles se retrouvèrent dans notre même situation quand l’entité présente en ce lieu décida de nous assaillir pour nous empêcher d’avancer. Cela aurait été sûrement trop simple de pouvoir couvrir la petite distance nous menant droit vers l’intérieur de la yourte de la Udgan, mais jamais rien n’est aussi simple cependant je restais intriguée de la difficulté à laquelle la voix nous fit part de son sentiment. Il n’était pas là pour nous faire du mal, et ne voulait certainement pas spécifiquement nous tué mais nous contenir, cela dit la violence à laquelle il le fit aurait très bien pu provoqué pas mal de perte humains – et de moutons – d’autant que ses intentions devaient être mitigés par l’état catastrophique dans lequel l’élémentaire devait encore se trouver.

Alors qu’il fini sa courte phrase, une grande lumière verte jaillit sous nos pieds en créant un sorte de grand cercle de rune tournoyant autours de nous. Mais avant de pouvoir réagir, nous voilà balancé brusquement dans les airs en tournoyant vers le ciel dans une confusion la plus totale. Vous vous en doutez, Lucian fut le seul à en échapper dans une lueur d’obscurité qui le fit disparaître net en s’entourant de brumes obscures pour apparaître plus loin. Quant au reste de l’équipe, nous étions transportés vers les airs avec la petite Xaela, les moutons, et de façons totalement inattendue ce cher Sorn. Agitant un peu les bras dans la confusion, il tira plusieurs chaînes pour retenir de nombreuses caisses filant vers les cieux pour les contenir et empêcher notamment celle qui risquait de se fracasser sur la figure de Runne. C’était de justesse, et cela permit à Runne de continuer à se concentrer sur son sort pour créer en retour de ses vents puissants une pression aérienne afin de nous laisser tomber doucement droit vers le ciel. La difficulté du sort c’était surtout qu’il englobait tout le monde présent dans les airs, essayant de faire en sorte que ni nous ni les moutons ne s’écrasent au sol en redescendant petit à petit plus doucement. Finaen et moi allions nous occupés des sortes de créatures qui naissaient au milieu du sort dans des puissantes lueurs inquiétantes due à la confusion de l’esprit des Vents. Tissant un lien d’une caisse à une autre, il tentait de redescendre d’un niveau à un autre en récupérant la jeune Xaela pour la mettre en sécurité, avant de créer une grande lueur foudroyante qui frappa les créatures en des chaînes d’éclairs frappant à droite et à gauche, brisant l’entité qui venait de me voler une partie de mon éther en me laissant mettre un genou à terre dans un grondement.

C’était tout sauf désagréable de recevoir ce genre de griffe dans le corps, me donnant l’impression d’une intrusion dans tout les flux d’énergies de mon corps. Renvoyant plusieurs coups de sabres vers ceux qui restaient, le sort s’annula d’un coup alors que nous étions pratiquement au sol au dessus de la yourte de la Ugdan, laissant les moutons choir autours de cette dernière avec la jeune Xaela pendant que tous passaient à travers le toit de la chamane qui aurait malheureusement bien des réparations à faire – et c’était sûrement plus plaisant pour Finaen de passer à travers de cette façons qu’en brisant le toit d’une yourte tout en se brisant le dos. L’intérieur se dévoila en étant simplement merveilleux. J’apprécie habituellement les formes d’innombrables scintillements de tout les bijoux et colifichets installés un peu partout, des bruits de clochettes agités par le souffle du vent apporté lors de notre passage à toute vitesse. Les quatre couleurs principales étaient celles des flux élémentaires créant des petits protecteurs qui avaient été largement distordu par l’apparition de Naran dans les environs. Nous avions été confrontés au Vent et à l’Eau, restait visiblement la terre et le feu en espérant qu’ils ne soient pas dans un tel état. La contemplation des lieux ne fut que l’espace d’un instant, plus long qu’habituel puisque rien ne nous bondit dessus immédiatement pour nous transformer en purée. Installée dans le lit qui avait l’air des plus confortables, recouvert de fourrures et d’autres affaires prompt au repos, des relents de fumées des encens diffusés un peu partout. La vieille Udgan était celle que nous avions rencontré dans la boue lors de la bataille du Loup pilleur en train de s’occuper des défunts.

Elle était mourante, peut-être due aux runes de vent tournoyant autours de celle ci lentement alors qu’il y avait comme une fumée blanche s’extirpant lentement de cette dernière. L’esprit du Vent était une fine et grande créature avec des bois et de plus en plus translucide à mesure qu’elle perdait de ses forces depuis que la grande cicatrice au niveau de son cœur le laissait mourir sans la présence du cristal de vent qui lui fit volé. Cela avait engendré une créature monstrueuse essayant de prendre la forme d’un Mammouth des steppes, s’agitant en rugissant proche de là tandis qu’un agent de Naran observait avec attention ce qu’il se déroulait ici. Tournant la tête brusquement vers nous, il fit apparaître des flammes de la garde de son arme et se prépara à affronter Lucian et Sorn. Les chaînes tournoyèrent brusquement autours de ce dernier en le contenant, Lucian le bloquant brusquement en l’empêchant de réagir jusqu’à ce que Sorn use de son lance-flamme en espérant le consumé vif. Hors, les flammes élémentaires réagirent et formèrent comme la silhouette d’un petit Rathalos qui se fracassa sur Lucian et Sorn en les envoyant s’écraser lourdement plus loin, sonnés par le choc de l’esprit du Feu qui était visiblement contrôlé par les agents de Naran. Et ils désiraient s’assurer de lui offrir le pouvoir du vent dès qu’il serait définitivement détruit. Ricanant en brisant les liens qui le contenait, cette fois Sorn allait tout de même tout faire pour en retenir les forces en cherchant à usé de son affinité pour contenir le feu en tenant les bras vers lui. Serrant les dents, agitant doucement les mains pour retenir tout ce feu à l’intérieur de l’équipement de l’agent de Naran, il progressait en râlant comme pour forcer le feu à le servir jusqu’à ce que Lucian n’intervienne.

L’eau de son totem tournoyait rapidement pour contenir le feu autours de lui, empêchant ce dernier de se fracasser de nouveau contre les meubles de la Ugdan en parvenant à se concentrer suffisamment pour créer une puissante sphère d’obscurité qui entra au contact avec le Xaela. Ce dernier du l’air paniqué derrière le masque intégral qui cachait son visage en ne laissant que deux oculaires d’un rouge inquiétant. Après quelques instants de souffrance, il ne restait que son équipement chutant par terre au milieu de la poussière et de la fumée s’extirpant des restes surchauffés qui n’avaient pas été désintégré par l’effet du sort. De l’autre côté, Finaen contenait de prime abord la grossière entité qui lui fonçait dessus. Envoyant plusieurs coups de griffes, la bête ne parvint jamais à atteindre Finaen tandis que ce dernier tournoyait autours en frappant de sa rapière foudroyante dans des éclats pourpres. Voyant Runne au sol couvert de sang due aux nombreux coup qu’il recevait encore de l’esprit élémentaire qui refusait sa présence tandis qu’il brandissait le cœur cristallin fait d’énergie élémentaire aérienne. Le greffant dans son cœur, il fut en même temps coupé de son lien avec la Udgan endormie quand mon sabre trancha subitement les incantations grâce à la foudre que ma lame contenait. Sous un mouvement coordonnés, je remplaçais Finaen en nous mettant dos à dos, me permettant de frapper en une technique de mon Dojo implication une maîtrise et un coup mortel porté à haute puissante fait pour tailler les démons en pièce. La lame fut surchargé d’éther, tranchant six fois avant de porter un coup un peu trop fort qui le tailla tout en laissant la foudre portant le coup le réduire en morceaux, l’effet tranchant continuant coupant l’entrée de la Yourte ainsi que la porte en deux. Je venais hélas de nous créer un peu plus de travail de réparation avec les Mol à la fin de cette mission.

Commençant à guérir Runne, lui et Finaen se relevèrent pour apaiser le plus possible l’esprit dans des lueurs rassurante, comme pour essayer d’atténuer la peur, la souffrance, la douleur, jusqu’à ce qu’il soit enfin complet. Dans un éclat de lumière tournoyant de plus en plus, nous aveuglant brusquement avant de diminuer petit à petit dans un éclat de vent. Il prit la même taille et la même forme que le protecteur de l’eau. Leurs véritables aspects une fois que leurs pouvoirs étaient jugulés et non pas surchargés par ce qu’avait provoqué Naran. Ils n’étaient que des petites entités que la Udgan nourrissait autant de force que d’affection pour qu’ils aident à la vie de tout les jours des Mols. Ce dernier resta au chevet de la Chaman, paniqué à l’idée de la voir périr, jusqu’à ce que la jeune Xaela entre par la porte que j’avais – oups – coupé involontairement en deux. Glissant le mouton-guide qui nous avait amené ici, il s’agissait d’une forme de la conscience de la vieille Xaela nous ayant conduit jusqu’ici. Nous offrant un sourire d’une grande tendresse, annonçant qu’elle avait encore deux de ses « enfants » à secourir. Et pendant que nous réparions la Yourte auprès des Mol pour mérité notre repos ici, je ne cessais de m’interroger sur ce qui nous attendait quant à l’Esprit du Feu sous le contrôle de Naran. Et le corps de Rathalos que ce dernier habitait certainement. »

Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 380
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 12 janv. 2022, 14:22

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Les dernières expériences de Naran."

Image
Deux-cent-dix-huitième Entrée - « Acte 7 – Les éléments perturbés : La Terre.»
Image
« Les réparations de la Yourte de la Udgan fut une de nos principales occupations après la dernière mission. Même si elle était en vie, hors de question de partir tant qu’il y avait encore des dégâts causés par notre intervention pour libéré l’esprit des vents. Ce dernier ne lâchait plus, s’en était presque attendrissant et nous nous occupions dans la vie commune de la Tribu des Mol en observant les pâturages et en profitant un peu d’un temps simple. Il ne faisait ni beau, ni mauvais, mais il était heureux de ne plus subir la tempête des derniers jours pour profiter d’un peu plus de calme. J’avais encore du mal à redescendre après la bataille du loup pilleur, autant à cause des missions suivantes qu’avec l’idée que nous aurions fort bientôt à affronter de nouveau les combattants de Naran. Pour l’heure, il était surtout temps de savoir ce qu’il devait être accomplit maintenant que deux des protecteurs élémentaires de la Ugdan étaient revenu à ses côtés, et la réponse venait d’elle : Libérer les deux restants. Si pour l’esprit du Feus s’étant enfermé dans le corps d’un Rathalos de la Steppe, ce serait une autre pair de manche parmi les plus dangereuses. Mais il nous fallait aussi mettre en sécurité l’esprit de la Terre qui vivait dans les montagnes d’Onsal Hakair. Ne répondant pas aux appels de celle qui l’avait mit à sa place, c’était évident que ce dernier était sous les influences provoqués par le passage de Naran mais nous devions encore découvrir à quel point ils avaient laisser des problèmes dans les hauteurs rocheuses.

Pour parvenir à trouver ce dernier, elle me remit un collier avec quatre dents dont celle de la terre brillerait d’une lueur d’ambre nous permettant de le traquer afin de le retrouver. Runne et Finaen ayant à faire, il nous fallait partir avec une bonne partie de l’équipe afin de découvrir ce qu’il s’était passé à l’esprit rocheux. Pour nous protéger, Livio serait là afin de nous défendre des adversaires tandis que Sorn et Kohaku étaient prêts à intervenir pour dévasté tout nos opposants. En cas de blessures, Lalavyr était là pour s’occuper de nos plaies tout en créant des boucliers, créant ainsi une équipe bien équilibrée afin de partir droit vers le nord-ouest. Quitter Mol Iloh fut aisé, les locaux étaient déjà content de nous voir – ou simplement imitaient-ils la bienveillance de la vieille Udgan avec qui nous avons tissé très facilement un lien depuis l’esprit-guide, et ils se contentèrent de nous saluer amicalement. Cela dit, marcher dans un grand flot de mouton était une expérience et je craignais d’y perdre Lalavyr mais il semblait particulièrement dans son élément dans le flot de mouton. Aurait-il un lien spécifique avec de tels bêtes ? Passant autre cette question tandis que Gladys gazouillait paisiblement, c’est en bas de la pente que le passage devint véritablement difficile à accéder. Il fallait grimper, escalader, bondir d’un amas de pierre à un autre et parfois se glisser le long de parois rocheuse où nous ne pouvons que passer un par un. Ce n’était pas la plus difficile des épreuves physiques pour voyager en montagne, pour autant nous étions plutôt inégaux là dessus au niveau de nos compétences et Sorn se contenta d’avoir Gladys à ses côtés pour grimper aisément.

Proche de lui, le lance grappin de Livio lui permettait de passer facilement vers les hauteurs tandis que Kohaku lançait sa force droit vers Lalavyr jusqu’à directement le porter afin de nous permettre de grimper plus rapidement. La fée de Lalavyr passait de l’un à l’autre pour essayer de nous aider à nous déplacer, pour autant, il restait un curieux danger. Délogeant le grappin de Livio en la faisant comme choir dans le vide, ou encore faisant tomber plusieurs Sorn. Les deux mettant leurs éthérimètres, ils perçurent comme une étrange lumière d’ambre et se mirent à la suivre rapidement dès qu’elle sentit qu’ils étaient concentrés dessus. Fonçant vers elle, mon collier ne servant plus à rien maintenant qu’il tournait dans tout les sens, nous avons été conduit dans un passage aussi incroyable qu’impossible à parcourir. Il y avait des pierres partout qui tournoyaient dans tout les sens, créant des vagues de roches comme des serpents passant d’un passage à un autre et s’entremêlant à d’autres pierres flottantes. Cela aurait été plus facile, sans l’influence de l’esprit de feu rendant les environs magmatique. De la lave coulait subitement de nulles part en plusieurs petites explosions, et la colère de la terre faisait tournoyer des flots de pierres tranchantes. Bien des danger en perspective sur un terrain aussi instable que Livio tenta de rendre le plus accessible possible. Voyant plusieurs sphères de glace au sol, il progressait en avant rapidement en essayant de nous trouver le chemin le plus stable tandis que Lalavyr proche de là, laissant sa fée s’occuper de nous, se créait un chemin lui même et sans danger en attirant des pierres pour former un pont à taille adapté à lui même. Livio progressant en avant, créant des couches de glaces avec ses sphères pour repoussé les vagues de lave inquiétante, il empêchait ainsi Sorn et Kohaku d’avoir des soucis tandis que Sorn dansait littéralement.

Ayant rebondit sur Kojiro, après avoir invoqué son crapaud immense en armure qui frappait les vagues de lave avec des chocs glacial venant de son sabre. Ils dansaient. Je ne sais pas ce que Sorn avait, mais il dansait prit dans une musique entraînante s’extirpant de Gladys en esquivant ainsi des vagues de pierres et de lave. Du moins, Kohaku s’acharnait à le faire survivre le plus possible en le déplaçant avec le rythme entraînant qui semblait lui permettre de se concentré en retour afin de bien mettre les pas au sol car juste avant, il ne cessait de risquer de se casser la figure encore et encore. C’était peut-être sa façons de se sentir à l’aise dans ses mouvements et d’esquiver tout ce qui pouvait nous arriver dessus ? En tout ça, ça à fonctionner, et nous nous sommes tous retrouvés au bout de se passage fantastique qui me resterait en mémoire pour voir Lalavyr nous indiquant une forte lumière plus loin. Comme un joyaux d’ambre dont l’influence dans les environs se ressentait, il fallait encore s’y rendre et les forces élémentaires ne semblaient pas vouloir nous le permettre. Non pas qu’ils étaient peu envieux de nous voir, mais la souffrance les avaient rendu fou : Des élémentaires jadis de roche furent fusionnés à la lave dans des souffrances affreuses alors qu’ils nous fonçaient dessus, des amas de roche volcanique bloquant d’un coup l’accès. La souffrance les avaient rendu fou, et nous ne pourrions pas les sauvés bien que la confusion de Lalavyr témoignait bien de sa volonté possible de leur venir en aide. A la place, il tendit les bras pour ponctionner leurs éthers, volant l’éther des élémentaires de plus en plus alors qu’ils se ruaient d’un coup vers nous dans un puissant grondement.

Des sphères tombant au milieu des flammes, l’explosion de glace les coinça pour une bonne partie alors que Livio peu après son jet de sphère de glace brisa une des créatures d’un grand coup de Pistolame, proche du crapaud de Kohaku avec celle ci son sur dos envoyant des grands coup de Nodachi. Une bête bien plus massive, ressemblant presque à un Baras de pierre et de feu, écrasa très fortement Livio au sol avant de se rué droit vers Lalavyr pour le tailler en pièce. Avant que ça ne finisse mal, Sorn s’en débarrassa en de nombreux tirs de chaînes avant que le Baras n’explose en milles morceaux, continuant de tirer des chaînes en explosant les autres entités souffrances qui n’étaient pas dévasté par nos lames. Quand les Shurikens aqueux de Kohaku percutèrent le mur de pierre, j’y offrais la foudre après avoir trancher plusieurs des entités provoquant une grande déflagration qui ouvrit en grand le passage. Nous étions sur le point de découvrir le joyaux, et à quel point il était réellement précieux pour les montagnes.
Image
Quelques soins furent offert à Livio de la part de Lalavyr, évitant que notre protecteur ne soit déjà blessé une fois qu’on aurait besoin de lui pour se confronté à de terribles adversaires. Dans les environs, des lumières vives se diffusaient dans des lueurs plutôt magnifique autours de nous, nous donnant l’impression de marcher dans un domaine avec de l’or un peu partout. Ce qui était surprenant mais pouvant être inquiétant pour des aventuriers s’étant opposés aux affres du Mur d’Or d’Abalathia, mais là il ne s’agissait que de lumières venant de minéraux rare présent un peu partout dans la terre. L’ensemble était extirpé des roches pour être installé de façons chaotique, comme aucun artisans ne l’aurait fait, pour autant il avait une simplicité donnant l’impression d’être tombé dans un domaine merveilleux où la terre avait décidé de faire offrande de la beauté des roches les plus belles qu’elle pouvait offrir. Mais malgré la grandeur présente dans ce semblant de sanctuaire paisible, s’y découlait une pression dans l’éther presque énervante. Un flux sans cesse s’extirpait du joyaux, en un amas de pouvoir élémentaire tombant doucement hors de ce dernier pour gagner les environs à la manière d’une blessure saignante. C’était fort peu rassurant, je dois dire, mais nous allions très vite comprendre que l’esprit du feu avait déjà prit le contrôle des lieux comme on pouvait le voir dans l’apparition de certains créatures se préparant à nous décoché des flèches enflammes autant qu’étaient leurs corps incarnés de roches volcaniques.

Il fallait intervenir bien rapidement, pour soigner la blessure dans la terre au niveau du joyaux tout en s’occupant des menaces environnantes en urgence. Kohaku et Livio se sont battu l’un proche de l’autre. Directement nos assaillants archers furent attaqués par Livio bondissant d’un coup en donnant un grand coup en arc de cercle dans des lueurs cristallins dont l’une fini par trancher net en deux une des créatures humanoïdes en ne laissant que des amas de pierres volcaniques un peu partout sous le coup. Les deux reculèrent en voyant ça, puis décidèrent aussi tôt de tirer leurs propres lames de leurs corps dans des lueurs enflammés afin de charger à toute vitesse. Les coups plurent les deux se contre-attaquaient sans cesse en se renvoyant de nombreuses frappes tournoyantes jusqu’à ce que Livio en recula pour frapper brusquement de haut en bas. Une lueur d’éther traversa la lame dans un choc si terrible, émettant une onde d’éther autours de la pistolame qui réduisit en morceaux toutes les entités rocheuses en milles morceaux après l’impact. Débarrassé des créatures enflammés à toute vitesse, il tourna la tête droite et à gauche jusqu’à voir la menace au dessus de la tête de Kohaku. Cette dernière avait ouvert totalement la voie à Lalavyr pour atteindre le joyaux afin de le soigner, écartant ainsi de sa route le gardien aux allures magnifiques. Il y avait des lueurs d’or un peu partout sur lui, son bouclier semblait presque en être formé, ressemblant à un amas de différents minéraux rares formant un puissant protecteur de la guerre de pierre et de fer.

Levant sa lame, il ne pu l’abattre sur le Lalafell quand le sanglier convoqué par Kohaku lui écrasait ses défenses dans son torse d’acier en l’écrasant lourdement en arrière contre la paroie rocheuse. Contenant la bête, il propulsa son bouclier vers Kohaku peu avant que le tir de son lance-fusée domien ne parte, faisant explosé le tir en l’air avec notre camarade qui rechuta lourdement en fumée au sol, salement amochée. Il en faudrait plus pour la faire tomber dans les choux, et se redressant un peu difficilement, elle fusa pour se joindre à la foudre qui chutait sur le sanglier afin de coincé le géant rocheux jusqu’à ce que Kohaku plante ses tantos dans sa jambe, provoquant suffisamment de foudre pour l’achevé. Il se brisait petit à petit, des amas de pierre valsant un peu partout en créant de puissants impacts autours d’elles mais ça n’allait pas être suffisamment rapide pour qu’il n’essaie pas de l’emporter avec lui. Soulevant son poing énorme, celui ci chut droit vers Kohaku pour essayer de l’écraser jusqu’à ce qu’une puissante barrière cristalline d’un bleuté pure ne jaillisse à ses côtés. Livio se tenant juste à sa droite, venait de la protéger d’urgence juste avant l’impact en reculant sous le poids de la difficulté due à ce choc, jusqu’à ce qu’il n’en reste rien. C’était un bon esprit d’équipe ! Et de notre côté avec Sorn nous avions trop d’adversaires pour parvenir à faire preuve de ce même esprit. J’étais confronté à un amas d’élémentaire de roche qui ne cessaient de changer de formes pour devenir des armes, des corps, et toutes sortes de possibles silhouettes comme si elles ne savaient plus comment être formés. Ma lame en trancha plusieurs, un coup me taillant le temps tout en me retrouvant encerclée.

Impossible pour moi de rejoindre Sorn qui s’occupait d’une petite mare expérimentale où Naran avait fait venir deux Purbol pour les étudiés et s’en servir vraisemblablement. Le premier ayant eu la gueule explosée par une grenade en plein dans la bouche, c’est la seconde créature qui attrapa Sorn avec sa tentacule en le soulevant en l’air. L’écrasant entre sa tentacule de plus en plus fermement jusqu’à ce que Gladys ne tire dessus pour couper la tentacule afin de libéré son maître. Les deux tiraient sans cesse pour repoussé les tentacules et les détruire en laissant Gladys tournoyer en essayant d’échapper au souffle du Purbol qui aurait été dévastateur si il nous avait touché. Cela donna le temps à Sorn de finir de trafiquer son explosif, bondissant d’un coup en arrière dans une formidable explosion consommant les deux Purbol blessé en laissant notre machiniste se redresser en tournoyant au sol avec un mouvement agile. Il avait été des plus efficaces, et j’aurais aimer l’aider mais j’avais mes propres problèmes. Qui allaient se réglé d’une façons quelque peu surprenante, quand le tonnerre se fit entendre : Dans une grande lumière, la foudre mauve jaillit en frappant les pierres autours de moi dans des puissants chocs dévastateur avant qu’ils ne me taillent en pièce. Observant rapidement mon protecteur, c’est à que je vis apparaître Finaen venant joindre sa rapière à mon sabre jusqu’à tailler en morceaux tout ceux autours de nous. S’en était fait, et il n’était pas le seul à être arrivé dans un mouvement inattendu. Avec la route ouverte, Lalavyr pu atteindre le joyaux en débutant les soins. Découvrant que ce dernier était en réalité le jeune esprit de la terre, compagnon de la Udgan, ce dernier était dans un piteuse état et laissé ici à l’abandon jusqu’à être entièrement ponctionné d’une façons différente que l’esprit du feu l’avait fait à celui des vents.

Tournant lentement la « tête » vers Lalavyr qui s’était jusqu’à brûlé le bras brusquement pour essayer de le soigner, continuant de tout fait pour repousser ses blessures. Il lui dit qu’un imposteur voulait prendre sa place, et provoquerait bien des soucis si rien n’était fait. Cherchant à couper le lien de la lave du piédestal où il était installé et aurait du le faire quitte à se blessé sérieusement si d’un coup un carcan de glace n’avait pas retenu le feu magmatique ondulant vers Lalavyr. C’est Runne qui de son côté intervint à toute vitesse, apparaissant avec le tonnerre provoqué par Finaen en congelant ce qui pouvait menacé Lalavyr jusqu’à ce qu’il n’arrache le lien. Coupé de ce dernier, le jeune élémentaire soigné reprenait enfin quelques forces en montrant les hauteurs. L’Imposteur laissé par l’esprit du feu continuait à avoir une maîtrise sur les environs que contrôlait normalement ce petit protecteur. Laissant voir de nombreuses fissures apparaissant sur les hauteurs, cherchant petit à petit à partir vers Mol Iloh, comme pour se venger. Et il était hors de question de le laisser y parvenir sans agir.
Image
L’apparition de nos alliés fut aussi surprenante qu’appréciée. Les deux ont tendance à apparaître ainsi quand ils ont du retard, mais cette fois plus que catastrophique ce fut surtout presque un miracle qu’ils aient pu ainsi nous protéger d’autres dégâts en intervenant d’un coup. Mais nous risquions d’avoir encore bien des problèmes, et cette aide précieuse ne serait vraiment pas de trop. Après quelques soins rapides, tout en gardant en tête ce qui nous attendait dans les hauteurs, le petit esprit élémentaire rocheux vint se joindre à Lalavyr en tournoyant autours de ce dernier comme restant au contact de son protecteur et sauveur. Progressant rapidement dans les hauteurs, le terrain ne répondait absolument plus à nos attentes en formant des mouvements incroyables et dangereux. C’est comme si la pierre de la même façons que l’épreuve fantastique vécue plus tôt, cherchait à se déplacer dans une harmonie qui ici était brisé par les problématiques causés due à la présence de l’imposteur sur le petit trône de pierre. Des roches se levaient, tombaient, nous forçant à bondir parfois et à nous réceptionner pour commencer à grimper comme si le sol était devenu brusquement vivant. Des flammes jaillissaient ici et là sous la présence des plus inquiétantes du contact du feu qui réchauffait l’atmosphère tant que les environs pouvaient paraître floue. Pour des vétérans de la Mer de Jade comme nous le sommes maintenant, c’était un cruel retour au couvercle des enfers que nous avions difficilement vécu pendant le conflit contre le clan Kazan. Était-ce ainsi que l’esprit du feu voyait les montagnes d’Onsal Hakair ? Comme une fournaise magmatique ? Cela pourrait plus que lui sied comme lieu de vie, mais il était hors de question qui l’emporte.

Pour autant, plusieurs de ses maudits archers de lave s’élevaient lentement plus loin devant nous, déjà quelques traits qui partaient vers nous en s’écrasant contre la pierre. Le sifflement avait attiré une horde de Muu, des oiseaux roses géants qui descendaient brusquement un piquet pour essayer de nous tailler en pièce pour leur plus grand délice. Surtout qu’avec la chaleur, ils avaient la cuisson pour la prime. Dès que le premier arriva en vitesse en échappant aux trombes de vent mêlés aux flammes propulsés par Runne, envoyant les déflagrations à toute vitesse dans les cieux pour repoussé la horde d’oiseau, Kohaku lui bondit dessus et s’en servit de monture improvisé en partant vers les cieux, tournoyant au milieu des chaînes propulsés par Sorn et des projections aériennes de Runne. C’était le chaos pour elle dans les cieux, et comme je l’enviais de ce moment de voltige aérienne alors qu’elle envoyait plusieurs kunais reliés par des chaînes. Ainsi quand la foudre chuta convoqué par ses soins, les Muu frappés furent écrasés par la pression et plusieurs chutèrent contre la pierre tués sur le coup. Les survivants devant le chaos effrayant finirent par s’échapper, et Lalavyr tourna aussi tôt la tête vers Sorn. Ayant créer des boucliers autours de lui pour repoussé les Muu, Lalavyr pu tendre la main droit vers Sorn qui empêchait la sortie des colonnes de feu en se concentrant dessus. Peu heureux de son intervention, l’imposteur contrôla la terre pour essayer de l’empaler avec une pointe de pierre jusqu’à ce que Lalavyr ne créer un puissant bouclier rayonnant juste devant le crépusculaire, repoussant net la fureur rocheuse. Tous se relevant, nous avons pu progresser particulièrement facilement quand Finaen créa des petits nuages pour soutenir nos mouvements autant que des vents puissants nous permettant de bondir bien plus haut et plus bien rapidement.

Il orienta les vents en vitesse de son sort pour empêcher un flot de flèche de percuté Livio pile quand ce dernier devait se défendre de quelques Muu ayant pu arriver jusqu’à là. Plusieurs que d’être troué à plusieurs endroits, le vent repoussa les traits et transporta Livio au milieu des archers en débutant un massacre en les taillant en pièce les uns après les autres. Un des combattants voulu en profiter pour bondir sur Finaen mais il était temps de rendre ce qu’il avait offert en coupant son adversaire en morceau de deux coups de sabre avant de rejoindre Livio en vitesse pour ouvrir le passage. Nos ennemis en pièce et passant outre le terrain impossible, nous avons pu finalement rejoindre le domaine merveilleux ou le soit disant trône se trouvait. Ça n’était pas un trône à proprement parlé, ni un lieu incroyable pour un Roi ou pour un Dieu. Ce n’était qu’une pierre de minerais magnifiques qui se trouvait au milieu de nombreuses stries de bien des couleurs des minerais éblouissants les environs. De là les stries de roches partaient droit vers la ville des Mol, se trouvait bien trop loin pour être une menace avant quelques heures, nous laissant largement le temps de nous débarrassé de l’imposteur qui se trouvait devant ce trône. La créature avait été installé ici par l’esprit du feu, ce dernier ayant laissé d’innombrables marques de griffures un peu partout où le combat s’était déchaîné entre les deux entités. Du feu s’extirpant de là où ils se sont battu, mais laissant à l’intérieur du corps de l’imposteur quelque chose de bien plus inquiétant. C’était une créature de pierre quadrupède d’où des flammes vertes s’extirpaient parfois, faisant quelques pas en avant dans un grondement puissant sous le regard d’une ancienne adepte Udgan qui ricanait plus loin. La Xaela portait une sorte d’équipement magitek vieillot qui lui permettait d’agir plus aisément et de conditionner de l’énergie élémentaire volée.

L’apprentie ratée avait été séduite par les promesses de Naran d’en faire quelqu’un d’important, et elle le payerait de sa vie après tout les maux provoqués. Avec Runne, nous avons détruit à toute vitesse l’ancien corps du protecteur qui avait été dévasté par l’esprit du feu. Des marques de griffures un peu partout, l’élémentaire de terre avait simulé un corps essayant de ressemblé un peu à celui du Frère suprême comme un témoignage respectueux pour le maître du Trône de l’Aube. Face à nous, ça n’était qu’une pâle copie de roche qui nous fonçait dessus hache en main. Envoyant celle ci vers nous pour essayer de nous tailler en pièce, la hache trancha l’air encore et encore sans nous atteindre tandis que Runne le désagrégeait petit à petit à mesure qu’il était atteins, jusqu’à disparaître en poussière quand ma lame le trancha brusquement en quatre la forme de roche pour n’en laisser que des amas brisés au sol. Ce qui allait nous permettre d’aider rapidement nos alliés. La Xaela subissait les coups de lame de Kohaku tranchant ses câbles dans son dos avant de se prendre un sévère coup de coude l’écrasant contre le mur derrière elle. Tournant la tête droit vers Finaen qui lui fonçait dessus, elle eue le temps de se prendre quelques coups de rapières émettant des lueurs foudroyantes jusqu’à ce qu’elle ne fracasse au sol Finaen, posant son pied dessus. Avant de le frapper de nouveau, elle leva les yeux pour voir l’incarnation de son ancienne mentor : L’esprit guide, le mouton bleuté l’observait. Ce moment de doute permit à Finaen de créer une fulgurante vermeille détruisant les runes de contrôle rocheux. Repoussant Finaen au loin, avant qu’il ne s’écrase au sol il fut réceptionner par Kohaku glissant par terre en laissant le clone bondir pour s’enrouler autours des hanches de son adversaire en provoquant une grande explosion.

Emportant la disciple sous le regard blessé de l’esprit-guide qui ressenti ainsi la fin d’une ancienne proche. Nous nous chargions de l’imposteur pendant que Lalavyr arrachait le cristal de feu installé sur le petit trône de l’élémentaire. Il avait de plus en plus de mal à le faire, lui brûlant le bras en tirant dessus de plus en plus, jusqu’à risquer gros. L’Imposteur avait faillit écrasé Livio d’un énorme coup de patte après que ce dernier n’ait attiré son attention à grand coup de pistolame foudroyante, mais surchargeant sa foreuse dans une lueur bleutée du Teclis. Le tir de Sorn traversa brusquement le bras en le brisant en morceau jusqu’à ouvrir une faille vers son cœur.

Le coup de l’imposteur fit valsé Livio en arrière après plusieurs coups reçu, l’écrasant proche de Sorn sur le dos lourdement tandis que lui et Gladys faisaient pleuvoir des tirs vers le point faible de l’imposteur. Malgré la douleur de quelques pierres me frappant, je parvins à atteindre la blessure en coupant l’autre jambe de l’imposteur pour orienté la blessure droit vers les tirs de Sorn et Gladys qui finirent par détruire l’ensemble rocheux élémentaire en s’éparpillant en milles petites pierres par terre. C’était fait de son cas, mais derrière nous Lalavyr avait reçu en plein main le cristal de feu. Des flammes s’extirpèrent de tout son bras jusqu’à son visage dans une ondulation dangereuse, jusqu’à ce que Runne ne lui retire brusquement dans une lueur d’éther. Nous venions de rendre le trône de roche au petit élémentaire alors que de plus en plus, toutes influences enflammées s’échappait et la stabilité de la pierre reprit le contrôle aussi tôt. Alors que plusieurs gisaient blessés et débutaient les soins d’urgence, j’observais au loin la forme du Rathalos qui fendait les cieux. Dans un mouvement rageur, il passa proche d’une tour éloigné surveillant les pâtures des Mol pour la transformer en torche de feu avec le pauvre bougre qui se trouvait dessus. Il était acculé, l’esprit du Feu riait même au lieu dans la folie instillé dans son esprit. Notre prochaine cible était ce dernier élément à rendre à l’Ugdan qui nous avait guidé jusqu’ici. Aussi dangereux sera un combat contre un jeune Rathalos, et encore plus contrôlé par la psyché d’une entité au service involontaire de ce maudit Naran. »

Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 380
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 14 janv. 2022, 11:42

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Les dernières expériences de Naran."

Image
Deux-cent-dix-neuvième Entrée - « Acte 8 – Les éléments perturbés : Le Feu.»
Image
« Après la libération de l’esprit de pierre, nous prenions tout de même le temps d’observer les hauteurs rocheuses en espérant que rien ne tombe. Mettre à mal la pierre à toujours des effets plutôt inquiétant dans l’environnement et personne ne voulait se rendre compte de ce qui se produirait en cas de chute inattendue provoquant un éboulement de plus en plus massif. Heureusement, ça n’avait pas été fait de façons suffisamment prolongé pour provoqué le moindre maux. Ainsi, nous avons pu prendre un peu de repos tout en guettant les possibles venue de l’esprit du feu dans le corps du Rathalos. Le collier de la Udgan dont la dent des flammes permettait au moins d’avoir une idée de son emplacement n’inquiétait toujours que le même endroit : l’Est. Quoi qui pouvait se trouver là-bas, il n’y restait sûrement pas par plaisir autrement il aurait pu déchaîné toute sa violence dans les environs. L’entité rôdait, mais était contenu par une laisse qui cherchait à une faire une bête docile tant qu’il pouvait servir les intérêts de Naran. Peut-être est-ce là que nous pourrions découvrir le secret du feu vert qu’entretenait Khain avec l’espoir de le déchaîné sur le Ralliement comme un essaie pour qu’il puisse servir son projet face au Trône de l’Aube. Mais après tout ses efforts pour secourir les gardiens élémentaires de la Udgan des Mol, il fallait absolument libéré le dernier et offrir enfin un peu de paix et de sécurité dans les environs Onsal Hakair avant de partir nous confronté contre les autres alliés de Naran, Kodjo attendant toujours notre venue pour parler de la tribu parjure venant de l’Ouest.

Notre équipe serait plutôt grande dès le départ cette fois : Une forte présence magiques allait nous permettre de défiés bien des maux, y ajoutant le renfort de notre amie des Oronir venue nous retrouver. Setska et Aerlin feraient une très bonne équipe maîtrisant les éléments et conjuguant leurs pouvoirs à ceux de Lalavyr, Runne et Finaen. Nous laissant ainsi avec Kohaku et Livio le soin de pouvoir frapper fort de nos lames tout ceux qui souhaiteraient leur faire du mal en laissant la pointe de lance à Livio. Après les temps relativement morose, c’était une belle journée où le froid commun n’était pas aussi affreux que jadis. Nous n’y ressentions pas l’intensité glaciale mais seulement un calme paisible et une brise fraiche laissant des rares nuages rôdés dans les cieux. La Udgan n’allait pas nous laisser partir aussi aisément, pensant bien qu’il s’agissait pratiquement d’un départ puisque nous risquons bientôt de partir pour le Trône, et elle nous offrit quelques boissons chaudes dont les effets n’étaient pas que naturel. En buvant cette dernière, nous avions le sentiment d’être protégés de la fureur des flammes et de l’intense chaleur qui pouvait nous attendre face au Rathalos, ce qui ne serait pas un mal quand ce dernier essayerait de nous faire cuire. Elle avait quelque chose de bien aimant, d’une belle dans les traits, venant déposer dans les mains de Setska une sorte de collier tribale qui l’aiderait dans sa tâche pour comprendre les esprits liés au feu élémentaire. Et ainsi réagir en conséquence. Au milieu des moutons dans un aspect de plus agréable d’une vie presque commune, nous progressions ensemble tandis que Lalavyr frottait quelque tête de mouton avant de sévèrement disputé celui qui voulait le suivre sur des territoires moins conseillés. C’est au bout d’une longue route dans les terres des bergeries Mol en progressant paisiblement, Aerlin profitant du thé en ayant littéralement rempli sa gourde de ce dernier, tandis que nous observions au loin la terre qui changeait petit à petit ; Calcinée, donnant une impression de fournaise, l’influence élémentaire du feu gagnait petit à petit du terrain à mesure que le Rathalos avait du carbonisé les environs en apportant l’influence de l’esprit contrôlant la bête. Et en parlant de lui, d’un coup, il jaillit des montagnes en passant au dessus de nos têtes, attrapant un chariot à choux et son porteur Lalafell qui se mit à hurler tandis que le Xaela avec qui il discutait lui hurlait de bondir.

Créant un lien entre le chariot et lui, Lalavyr tira brusquement pour le faire revenir mais la prise du Rathalos étant terrible, cela fit explosé le chariot à choux qui fit tomber une pluie de choux dans les environs à notre grande surprise, laissant les vents d’Aerlin et Finaen tournoyant sous le Lalafell pour le faire descendre doucement. Pressés de le sauvés, Runne, Kohaku et Livio bondirent et se percutèrent les uns les autres en amenant le Lalafell au sol avant qu’il ne s’enfuit en récupérant les choux qu’il pouvait. Dans le sillage du Rathalos, les flammes naissaient, et nous sommes parti à sa poursuite en vitesse afin de l’arrêter . Setska souffrait beaucoup de l’état des lieux, comme si elle entendait les élémentaires enflammés qui grondaient et pleuraient autours d’elle, elle essayait de s’en remettre tout en aidant plusieurs animaux à s’enfuir. Nous laissant voir jusqu’à un Mammouth immense passer en étant prit dans les flammes vertes ondulantes sur son corps massif. Après un temps de progression dans la fournaise, le sol craqua et créa de nombreuses fissures sous nos pieds en laissant jaillir brusquement des flammes de plus en plus haute qui nous encerclaient de plus en plus, dressant un véritable mur de feu autours de nous tandis que le sol se déstabilisait comme des morceaux de glace sur un lac gêlé en train de se brisé. Hors pas d’eau sous nos pieds, uniquement le feu grondant voulant se débarrassé de nous. Joignant leurs forces, Runne, Finaen, Aerlin et Setska unirent leurs contrôles du vent dans un moment de connexion des plus puissants.

Les quatre tournoyaient en agitant les mains de façons différentes, mais c’est comme si chacun donnait une partie d’eux aux vents quand il passait à côté de ses derniers en les infusant de cette force élémentaire, la laissant reprendre sa route à toute vitesse pour frapper les vents. Un dôme de vent éclata, repoussant le feu autours de nous avant de créer un puissant tunnel droit en avant pour nous ouvrir la voie. Bondissant à droite et à gauche, Kohaku frappait au sol pour essayer d’utiliser des techniques afin de stabilisé la terre, créant un peu d’eau valsant contre le feu pour tenir le passage relativement stable tandis que Lalavyr formait des boucliers autours de nous à toute vitesse. Ce fut Livio qui fut en tête, progressant là où il trouvait des endroits stables pour bondir une fois l’artefact des milles bêtes utilisés pour prendre la forme d’un grand tigre blanc. Tout cela se passait pour le mieux, nous traversions l’épreuve du feu sans que celle ci ne nous transforme en morceau de viande trop cuit, mais le maître des lieux ne le voyait pas de cette façons. Dès qu’une sorte de machinerie abandonnée plus loin se fit voir, sûrement ce que Naran avait laissé ici lors de la folie de l’esprit du feu, celui ci jaillit devant nous. Immense et terrible, le Rathalos aurait fait hurler de peur de nombreux vétérans tant il semblait terrible au milieu des flammes. Crachant une puissante boule de feu tandis que des esprits d’animaux et des formes de Golems se créaient à partir de totem en bois formant des corps de feu, tous se ruèrent vers nous pour nous arrêté dans une ultime épreuve. Finaen infusant des vents le plus possible autours de la boule de feu pour la contenir, la lame de vent envoyé par Runne la traversa de part en part bien plus facilement en frappant le Rathalos, laissant les deux mages provoqués des éclairs puissants mêlés aux éclats de glace de Runne. Atténuée, la boule de feu se fracassa contre la levée de pierre créer par Aerlin comme défense de fortune tandis que le bouclier de Lalavyr s’y joignait, provoquant une explosion puissante qui nous repoussant en nous laissant une vision des environs particulièrement floue tant ce fut violent.

Frappé par des sorts, et tandis que je taillais en pièce les créatures de feu de mon sabre. Kohaku et Aerlin eux enterraient littéralement dans le sol les esprits de feu afin de les coincés pour ceux survivant aux assauts magiques. Setska s’occupant de les coincés sous la terre en créant des puissantes racines juste au dessus de leurs tombes. Elle voulue attraper la patte du Rathalos pour l’empêcher de partir, Livio bondissant en lui taillant le flanc quand Runne le protégea d’un golem de feu avec quelques éclats de glace. La bête envoya un énorme coup de queue vers Setska, qui aurait été transpercée de part en part si Lalavyr n’avait pas créer un bouclier d’urgence autours de la jeune Chaman. Épargnée de justesse, nous l’observions partir dans les cieux, tout en nous concentrant désormais sur l’essentiel : La machinerie de Naran abandonnée qui créait du feu vert.
Image
Remerciant Lalavyr de lui avoir probablement sauvé la vie, Setska fut soutenue par Aerlin alors que tous se remettaient un peu de l’intensité de l’affrontement rapide. Cela grouillait et grondait un peu sous le sol, les entités liés aux totems de bois restèrent coincés entre les racines et la roche fendue puis renfermée. Il y avait l’impression que le sol vivait et enrageait de sa situation, ce qui resterait le cas puisque personne ne désirait réellement les libérés pour se faire dévoré par des entités de feu partageant le désirs de tout détruire de leur maître aveuglé. Peut-être y avait-il une chance de lui venir en aide finalement, pour l’instant c’est le feu lui même que nous allions devoir protéger en découvrant ce qui se passait un peu plus loin de nous maintenant que nous approchions de la sorte de machinerie pour découvrir ce dont il s’agissait. Comme beaucoup des installations magitek que Naran avait pu déployer dans les Steppes, elle s’entremêlait de quelques éléments Allagois tout en ayant du utilisé des matériaux de fortunes pour improvisé une création utilisable. Il n’y avait rien de la propreté et de l’aspect lisse des outils impériaux : Ici, ils n’avaient simplement pas le choix de faire avec ce qu’ils avaient sous la main pour pouvoir avoir l’accès à leurs créations technologiques. Et c’était pour nous déplaire, car elle générait dans la terre elle même une influence de liquidité verte qui modifiait les corps des sujets enlevés plus au sud, pour transformer le feu élémentaire en un feu vert maladif. Qui parvenait à essayer de modifier la structure même d’esprit élémentaire dont ce feu vert tournoyait autours de leurs incarnations en leurs donnant un aspect monstrueux.

Setska ne leur pardonnerait jamais, et tandis qu’une partie de l’équipe allait foncer essayer de récupéré le corps du jeune élémentaire de feu qui gisait dans une sorte de griffe de pierre incandescente qui le détenait en emprisonné, le reste irait arrêté cette maudite machinerie en profitant de savoir le Rathalos loin de là après avoir été blessé. S’installant à l’arrière de ses compagnons, Aerlin tendait la main en mêlant sa maîtrise aux vents pour frapper les élémentaires modifiés qui approchaient de ceux qui partaient pour arrêté les quelques impériaux proche de la machinerie. A chaque fois que ses puissantes bourrasques frappaient, cela désagrégeait les élémentaires en les faisant disparaître en quelques flammes, passant de l’un à l’autre dès qu’ils approchaient, cela semblait presque sans fin jusqu’à ce qu’il constate qu’ils sortaient tous du sol calciné et que ça serait peut-être effectivement sans fin à ce niveau là. Levant son bâton, le cristal du sceptre noueux provoquant une forte lumière tournoyante autours du bâton, il l’écrasa d’un coup au sol en faisant apparaître la force élémentaire dans le sol directement en provoquant une immense pression souterrain, dévastant au cœur même toutes les entités essayant de naître en provoquant un grondement terrestre au sol. Profitant de sa maîtrise des vents, il se tourna pour frapper ce qui était sur le point de frapper Setska. Elle avait créer des grandes racines autours des deux guerriers tribaux portant des tenues vertes de la tribu de l’ouest tout en possédant un masque de respiration impériaux.

Ayant reçu pas mal des vents soufflants de Runne les faisant tournoyer dans tout les sens, l’un envoya tout de même son épaule dans le torse du Miqo’te lors de sa ruée en l’écrasant lourdement par terre avant d’être coincé par les racines. Essayant de s’en défaire en grognant de plus en plus, ils n’eurent jamais l’occasion de s’en sortir quand la foudre provoqué par Runne les paralysa soudainement, achevant ses adversaires d’un coup de rapière bien placé en laissant les corps étendu dans les racines de Setska les laissant debout. Celle ci progressait sous la colère un peu trop vers le jeune hyur, un ingénieur magitek veillant sur la machinerie qui avait récupéré une sorte d’épée à dents de scies tournoyantes à toute vitesse. Levant la lame pour massacrer Setska, c’est là qu’Aerlin le désarma net en envoyant la lame choir ailleurs tandis que Setska créa une racine qui frappa d’un grand coup de poing le visage du Hyur en même temps que le genou de Runn,e l’étalant inconscient par terre. Cela laissa à Finaen le temps de saboter la machinerie : La décortiquant au début, il constatant que toutes la magitek protégée pra quelques pièges était pourtant inutile si les morceaux d’outils allagois en étaient extirpés. Après s’être prit une décharge, il décida d’agir comme personne n’aurait pu le faire sans son apprentissage chez les Anatha en Gyr Abania : La maîtrise des métaux.

Orientant l’acier pour le faire libéré les morceaux de concepts allagois, ceux ci finirent après quelques décharges foudroyantes partant dans le vide qui n’allèrent au moins plus frappé notre camarade douloureusement pour laisser le feu vert s’interrompre net. C’était au moins fini de l’influence de ce dernier et nous avions coupé l’approvisionnement de Naran de ce genre de pouvoir. On pouvait déjà sentir un grand soulagement dans la terre, même si il restait à se débarrassé définitivement de ce que Finaen venait de démanteler en vitesse, et pour l’instant nous avions encore pas mal de soucis sur les bras avant de s’intéresser aux restes. Nous ouvrions la voie avec Livio, l’énorme Mammouth souffrant que nous avions vu plus tôt était finalement apparu alors que le feu vert qui crépitait à l’intérieur de son corps avait fini de le modifié suffisamment cruellement pour en faire une bête de guerre servile qui irait défendre l’accès au corps du petit élémentaire inconscient. Envoyant plusieurs coups de pistolame, Livio fit tout pour garder toute son attention afin qu’il ne charge pas droit dans le tas de nos compagnons, ce qui avait faillit lui offrir un bon coup de défense dans les flancs en retour. Heureusement je n’étais pas loin, ma lame trancha subitement la défense qui allait tomber sur le flanc de mon époux avant de frapper plusieurs fois en laissant l’acier et la foudre provoqué d’énorme blessures sur la bête.

Ce genre de plaie aurait fait s’écrouler un Mammouth normal, mais lui en avait cure. Il souleva sa patte un instant avant que Livio ne prépare la projection d’éther avec sa pistolame droit vers ses blessures, pour essayer de l’écraser de tout son poids. Une confrontation de force bien inégale, et pourtant Livio tenait dans une lueur des cristaux de son bouclier le protégeant le plus possible en rugissant vers la bête dan ce combat intense, jusqu’à ce que je puisse frapper en tranchant la jambe de la bête. Lui taillant le visage pour le forcer à avoir le bonne angle, Livio se redressa et envoya un grand coup qui fendit l’intérieur du corps de la bête, cette fois si profond que cela la traversa de part en part en laissant s’effondrer notre adversaire au sol lourdement. Derrière, de nombreuses explosions apparaissaient sans cesse. Un flot d’esprit de petite tailles et de cristaux comme ceux des vents qui avaient emportés Lucian, mais qui là provoque à la place des explosions tout le long de leurs rués tournoyant dans tout les sens à toute vitesse. Les chocs puissant firent valsés Kohaku et Lalavyr au sol tandis que l’une venait de tirer une fusée explosive droit contre la griffe qui détenait le corps de l’élémentaire, l’autre essayait d’apaiser le flux d’esprit déchaîné provoquant les explosions. Ça marchait petit à petit, mais l’ensemble n’était pas déterminé à se laisser docilement arrêter sans laisser un vent de dévastation tout le long de son passage en tournoyant de plus en plus vite et de façons de plus en plus menaçante. Au bout du compte, renvoyant sa fée droit vers le flot, Lalavyr parvint à arrêté ce dernier pendant son déchaînement en l’éteignant rapidement permettant ainsi à Kohaku d’atteindre la griffe fragmenté avant qu’elle n’écrase le corps dans sa paume. Se blessant douloureusement le long du bras pour arracher ce dernier, elle tient le corps de l’esprit du feu qui n’avait malheureusement plus de conscience. Tous se réunissant, nous observions au loin le Rathalos déchaîné tournoyant dans les cieux. Conscient qu’il était désormais temps de l’affronter avant qu’il ne parte vers le sud et ne mette bien des innocents en danger.
Image
Nous préparer à partir fut rapide, bien que quelque soins eurent été fournis en urgence pour ne pas partir combattre une bête d’une telle ampleur en piteuse état. Arrivant rapidement vers Kohaku qui portait le corps en écharpe pour le maintenir, Setska créa un flux d’eau s’installant sur la plaie pour la soigner en vitesse d’une façons des plus paisible et agréable. Abandonnant derrière nous ce recoin perdu qui nécessiterait sûrement beaucoup de temps à la Udgan et aux siens pour en apaiser tout les maux, tout en trouvant un moyen de faire disparaître définitivement les poisons de Naran toujours dans des conteneurs verts inquiétants. Nous avions toujours un objectif aussi dangereux mais arrivant au bout de cette longue quête : défaire le Rathalos. Celui ci tournoyait entre les fumées noires et le rouge que le feu avait imprégné dans les cieux en donnant l’aspect d’une silhouette effrayante rôdant au dessus d’un site étrange que je ne parvenais pas à reconnaître de là. Fonçant dans sa direction pour ne pas qu’il s’éloigne trop de nous, ce qui rendrait une pourchasse difficile au vue de sa vitesse de vol bien trop rapide. Il ne fallait surtout pas qu’il s’échappe, et quelque chose le retenait visiblement. C’est en arrivant d’une grande brèche où une rivière coulait loin en bas que nous avions au moins une partie de la réponse en voyant le mouton bleuté apparaître pour nous observer au loin. L’appel de la Udgan était clair, il fallait intervenir rapidement et elle ne nous laisserait pas passer cette faille par nos propres moyens : Les trois protecteurs élémentaires liés à cette dernière apparurent d’un coup, nous saluant à leurs manières ce qui me fit pensé à différentes facettes de Gladys parfois – L’eau timide, la terre respectueuse et le vent tournoyant bêtement en rond en émettant des bruits bizarres. Fonçant rapidement vers eux, nous les laissons nous offrir un moyen de traverser avant que d’un coup ils ne lient les éléments à notre ruée pour nous offrir une méthode de déplacement aérienne inattendue. C’était incroyable, ceux traversant les vents pour Runne et Kohaku se mirent à se déplacé d’un coup dans les airs à toute vitesse comme si ils volaient, alors que Livio, Finaen, Aerlin et Setska passèrent par l’eau en créant une petite vague sortant de la rivière en bas les transportant d’un coup dans les airs. Laissant Lalavyr sur les parois de pierres créant un pont sans savoir encore que ça allait précisément lui sauver la vie.

Bien entendu, les flammes n’allaient pas nous laisser traverser si aisément dans cette scène incroyable de mouvement dans les airs, laissant voir apparaître des boules de feu jaillissante poliement de la part du Rathalos qui les ejecta droit vers nous dans un choc surpuissante soulevant lentement depuis les cieux les futures assauts enflammés. Et venant des parois, des cristaux élémentaires jaillirent un peu partout, essayant de nous atteindre le plus vite possible tout en s’accumulant énormément sous la pierre de Lalavyr qui était en train de créer un puissant dôme de protection. Plutôt que de le laisser jaillir, il fit apparaître avec l’éther concentré une parois de cristaux protecteur afin de subir plus aisément le choc incroyable l’envoyant valser dans les airs avant d’attérir plus loin en piteuse état tant le choc fut intense. Les autres cristaux furent repoussés par Runne et Livio, les vents les envoyant valsés et explosés plus loin dans des fortes déflagrations tandis que Livio se chargeait de faire explosé ceux s’échappant aux vents de Runne en tirant avec sa cérulame dans des chocs puissants.

C’était plutôt beau à voir, mais il faudrait plus que de la beauté pour atteindre le Rathalos plus loin. Une des sphères de feu frappa brusquement Runne en l’écrasant contre les flots, installé doucement à l’autre bout du passage bien qu’étant un peu sonné par l’impact flamboyant, tandis que Finaen, Setska et Aerlin purent de nouveau joindre leurs forces. Étendant en l’air une immense barrière d’eau bloquant tout les autres projections de flammes, ils nous protégèrent alors que Livio et moi, avec Kohaku, venions d’atteindre des guerriers de la tribu de l’ouest dont les flammes vertes ondulantes autours de leurs corps démontrèrent qu’ils étaient parmi les premiers bénis de l’espèce. Enfin béni dans leurs sens mais ça les rendait suffisamment rapide et efficace pour nous frapper Livio et moi en nous envoyant à terre après en avoir découpé certains en morceaux, laissant Kohaku achevé les derniers de grande coup de lame dans la gorge pour les faire taire. Le Rathalos passa au dessus de nous pendant que Livio guérissait nos blessures avec des cartouches Aurore. La bête traversa d’un coup la barrière d’eau en dévastant tout au passage, bousculant lourdement Setska tout en frappant Aerlin d’une griffe. Un peu plus, et les crocs auraient dévorés Finaen, mais il pu se reculer avant d’être tué net par l’esprit du feu. Continuant sa route en laissant des alliés en piteuse état, le Rathalos retourna au site rituel nous laissant quelques très brefs instant de soins en vidant nos élixirs et usant un peu de nos forces pour cesser les saignements. Une fois que ce fut fait, nous voilà approchant lentement et difficilement des lieux, une sorte d’incroyable site chamanique de la Udgan fait pour pouvoir canalisé les forces de l’Esprit du feu. Il y avait de la grandeur en ce lieu, une impression incroyable d’un domaine chatoyant où des runes étaient tissés un peu partout autours d’un grand totem qui devait se dresser fièrement avant d’être fracassé. Des marques de griffes un peu partout avaient même dénaturés les runes, provoquant des lumières reflétant les runes au dessus de nous avec un aspect ravagé.

Et proche du totem brisé, la vieille Udgan et sa disciple restaient hors du courroux du Rathalos comme si la présence des restes du totem les protégeait au moins relativement d’une mort affreuse et rapide. Cela nous laissait un peu de temps pour essayer de les aider quand lentement le Rathalos se tournait vers nous. Grondant tout en émettant ce rire caractéristique de l’esprit du feu, il fallait se décider à l’idée de tout faire pour l’apaiser dans ce corps, ou risquer de tuer le Rathalos en étant inconscient des conséquences que ça aurait sur la psyché de l’esprit du feu. Quoi qu’il en soit, il fallait le paralysé et Aerlin ainsi que Finaen débutèrent en vitesse en créant des amas de roche sous ses ailes. Les pointes de pierre jaillirent en venant d’un coup enroulé une des ailes-griffes de la bête tandis que l’autre traversa l’aile sans aucune pitié pour qu’il n’ait aucune chance de s’enfuir vers les cieux. Agitant sa griffe, il pu détruire ce qui le retenait, il tenta d’envoyer un coup fulgurant droit vers le visage d’Aerlin afin de lui arracher net avant que Runne ne le sauve de justesse en créant un flot de vent puissant repoussant la rivière de justesse avant qu’il ne faille justifier du décès de notre camarade d’une façons brutale et violente. Lui comme moi frappions les ailes d’un tranchant lui du vent et moi de ma lame, profitant que la bête soit coincée pour laisser ses ailes en très piteuse état une fois qu’elles furent découpés à d’innombrables endroits en l’empêchant totalement de s’en servir. Ce qui n’empêcha pas au Rathalos d’exercer sa vengeance mesquine en soufflant une coulée de flamme monstrueuse droit en avant. Livio esquiva de peu ce qu’il n’aurait pas pu parer, l’ensemble frôlant Lalavyr en plein tissage de sort qui essayait d’immobiliser la bête en l’envoyant s’écraser lourdement au sol, sonné.

Mais ça n’était pas lui qui allait recevoir le choc le plus terrible : Les flammes heurtèrent Finaen si fort que cela le propulsa en arrière en l’écrasant contre une pierre lourdement dans un choc terrible. Restant étalé dans la pierre fracassée, il était pratiquement inconscient après l’impact mais cela ne diminua pas son esprit combatif. Pour l’instant, Livio tenait le coup en contenant le Rathalos dans plusieurs coups de pistolame pour qu’il reste concentré sur lui et ne se risque pas à venir nous assaillir nous. En profitant, Kohaku atteins sa queue et planta ses deux lames dedans pile quand il voulu s’en servir en la condamnant, et avant de parvenir à la trancher, elle reçue un coup qui la balaya et la fit traverser une des torches allumés par la Udgan par loin du totem. C’était là que Setska priait, priait pour renforcer tout les efforts de la vieille oracle qui faisait de son mieux pour stabiliser enfin la psyché de l’esprit du feu en voulant réparé les dégâts causés par Naran. Des lumières magnifiques tournoyaient sans cesse, jusqu’à ce que tout le monde presque ne vienne les rejoindre : Kohaku se redressa posa ses mains dans le dos de Setska et celui de la vieille Udgan, laissant Aerlin approcher d’elles pour commencer à canalisé le pouvoir élémentaire autours en décrochant petit à petit les pierres du sol s’élevant doucement. Lalavyr peu avant que je ne m’écrase dessus, envoya sa fée les rejoindre, l’ensemble provoquant de lumières de feu vive incroyable. Si je fus projetée sur Lalavyr, c’était peu après avoir frapper l’ennemi : Pendant que Livio envoya sa pistolame dans le torse de la bête dans une lumière d’argent puissant, j’utilisais le renforcement de pouvoir vermeille crépitant le long de ma lame pour frapper avec le pouvoir que Finaen avait confié à mon sabre.

Cela le sonna brusquement dans nos coups enchaînés, bien que je reçu un revers de patte me propulsé contre le Lalavyr plus loin. Et avant que le Rathalos ne cherche à dévoré Livio en fonçant dessus, Runne intervint. Créant une sorte d’incroyables brumes de glace, il endormit lentement le Rathalos en diminuant tout ses gestes dans une lueur glaciale surpuissante l’infusant de plus en plus. Cela offrit le temps au rituel d’être achevé, les runes tournoyantes autours de la bête en faisant naître des silhouettes incroyables d’innombrables bêtes de la Steppe à la manière du totem des milles bêtes de jadis. L’esprit du Rathalos et celui de l’esprit du feu s’entremêlèrent bien plus profondément, et lièrent leur destin jusqu’à ce qu’un claquement puissant ne jaillir. Le corps sur les épaules de Kohaku disparut alors qu’à côté Setska s’écroulait au sol. Laissant après un instant de lumière puissante apparaître le nouveau petit corps de l’esprit du feu ramené à lui même, encerclé par les autres protecteurs élémentaires en se mettant lentement à jouer comme des enfants qui viendraient de se retrouver. S’en était fait, les éléments avaient été libérés du poids du passage de Naran dans les environs d’Onsal Hakair. Nous pouvions enfin nous reposer en profitant des présents de la Udgan avant notre départ. Maintenant que nous avions privé l’ennemi de son vol des puissances spirituelles, il nous restait encore à nous confronté à la tribu de l’Ouest. Les alliés de Naran bien décidé à changer à jamais la vie de la Steppe à leurs manières. »

Akayane Kosenjobi.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité