[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 270
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 20 sept. 2020, 14:57

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Le Culte de l’Arbre-en-Deuil."

Image
Quatre-vingtième Entrée – « Acte 13 – Au sanctuaire paisible.»
Image
« Un nom qu’il aurait du préservé, surtout pour un lieu né de la bataille pour atteindre le Nunh des Esclaves. Cela faisait longtemps que nous n’avions pas mit les pieds dans le Thanalan Méridional après la chute du Pacte du Feu Vengeur. Un sanctuaire de paix où ceux torturé par les œuvres malsaines d’Urdhan Rah pour le Seigneur des Enfers purent reposés en paix avant de se laisser guider vers la Mer des étoiles et enfin être tranquille. Mais après avoir vidé l’Hicor avec la statue ancienne du Corbeau mauve, quel qu’en fut les moyens, l’ennemi découvrit la suite de notre projet ou du moins celui d’Adel’Delroy : Nourrir le cristal avec une partie de l’essence résiduelle de l’éther de l’âme abandonné la en ayant jadis résolu cette affaire. Le Tree Barar avait donc intervenu dans les environs en laissant sa souillure prendre le pas sur le sanctuaire paisible, et quoi qu’il ait pu laissé derrière lui, notre mission était de l’en extraire tout en remplissant le Hicor vide. Notre objectif fixé, j’avais fort peu de temps pour expliquer notre objectif bien que la venue hâtive de nos compagnons m’aida grandement à ne pas avoir besoin de les perdre dans notre rôle.

Si ce fut une bonne équipe constituée d’habitués, comme Chachapo qu’il fallut rassurée je l'espère sur la nature de notre attente ce soir et de nombreux autres protecteurs avec Anja, Ika, et U’kailya, il y eu aussi pour la première fois depuis que nous nous entraînons ensemble la présence de ma sœur. Ajisai Kosenjobi, et son Naginata. A’tinea veillerait sur nos blessures, et Merethir à ce que les cieux soient toujours notre. Revoir la Petit Ala Mhigo sous un temps paisible avait un aspect réconfortant, donnant l’impression que nos anciennes missions ne furent définitivement pas faites pour rien. Il y eu quelques saluts avec les locaux, Ika jouant son rôle charmeur du héros reconnu, avant de nous mettre en route à travers le sud de cette partie du Thanalan en désirant rejoindre le dit sanctuaire. Sur la route, si ce fut relativement paisible, c’est Chachapo qui eue la bonne idée de discuter avec ceux qui eurent des contacts avec ce recoin du monde. Elle découvrit quelques personnes en coule blanche / gris lui expliquant avoir été prit de passion pour les lieux, désireux de le protéger et d’en faire un véritable petit sanctuaire du bien être, il était possible que nous ayons des alliés sur place directement mais aussi probable que le mal s’était plus qu’enraciné : Car ses derniers, les gardiens devant être présent là-bas, ne répondaient plus à leurs collègues, ce qui était une mauvaise nouvelle plus que gênante.

Prêts à tout, une fois que nous sommes arrivés hors des passages des voyageurs, ce n’est qu’après deux heures de routes que les premières gènes ont commencés. L’ambiance devenait lugubre, comme si le sol lui même se mettait à nous déconsidéré en ayant la certification dans l’éther comme le découvrit Merethir que les environs étaient infectés par cette souillure se propageant petit à petit à l’image de ce que Luxrus avait pu provoqué autours de sa cage. Si le Tree Barar avait abandonné une nouvelle malédiction ici, elle s’étendait déjà rapidement, et le plus grand soucis était les bulbes dans laquelle Ajisai avait marcher en envoyant une sorte de mucus acide. Au moins, le premier nous ayant « prévenu » involontairement était relativement peu dangereux, mais des bien plus énormes et terribles nous attendaient tout le long du voyage nous menant vers le sanctuaire qui devait être au cœur de la contamination.

Progressant en colonnade avec Chachapo en tête et Anja fermant la marche, tous veillaient les uns sur les autres en faisant bien attention à ce que rien de vil ne nous assaille. Des broussailles et arbres morts étaient un lot quotidien, mais cela donnait une impression de vie malsaine là où tout devrait être stagnant. Les bulbes étaient dérangés même par les ondulations des racines des broussailles au sol se brisant aux contacts de nos bottes, en laissant exploser même à distance en envoyant des aspersions. Certains annonçaient leurs emplacements tandis que Chachapo brûlaient les plus massifs par la lumière, le bouclier d’Ika quant à lui empêchait toutes approches des aspersions plus proche. Pour ce qui est des mouvements, ils étaient vague au début, il restait encore un peu de luminosité aidant et pourtant la masse de végétation maudite et irréelle cloîtrait cette lumière au dessus de nos têtes en fin filin rayonnant. Ce qui n’empêcha pas Ajisai qui l’avait repérée de nous prévenir quelque secondes avant que l’énorme chose aux yeux d’un rouge intense ne nous bondisse dessus.

S’extirpant de cette dernière, une sorte de vapeur sombre écœurant nous aspergea en nous empêchant d’y voir et en quelques mesures de respirés. Des mouvements rapides fusant dans tout les sens rendit la scène chaotique, jusqu’à voir Ika être traîné à toute vitesse par une sorte de cordage. Réagissant rapidement, U’kailya fit apparaître une trombe de lumière aveuglant la bête en la ralentissant brusquement, laissant apparaître dès lors l’araignée énorme avec divers bustes humains installés comme greffés dessus, gesticulants et ouvrant la bouche sans tirer un son. Aussi tôt bloquée, A’Tinea tira d’un sort Ika vers l’arrière alors que Chachapo trancha net les tissus de toiles le retenant. Merethir pu transpercé un des corps rattachée à elle, et je n’eus le temps que d’observer son chemin se poursuivre en écrasant les bulbes sous son poids massif. Chachapo avait raison, il fallait le suivre en vitesse alors que tous se remettaient de cette scène chaotique, avant que la végétation ne reprenne le dessus.
Image
Notre course ne fut pas des plus aisée, mais loin d’être aussi compliqué que ce qui avait déjà été subi auparavant. Il y avait en certaine mesure le temps de guérir quelques douleurs à cause des chocs, Ika et Anja ayant volés ensemble un peu fort mais le bouclier de ce premier avait largement empêché un choc un peu trop brutal. Soutenant ceux devant l’être, jusqu’à atteindre le nid d’où elle provenait, même Ajisai qui reprenait les missions avec pas la plus facile me surpris de sa vigueur et de son envie d’en découdre. Et hélas, la vision suivante ne fut pas non plus la plus joyeuse qui soit : Des toiles d’araignées apparaissaient un peu partout, et c’était un énorme réseau de toile qui empêchait l’accès vers le sanctuaire. Déjà agacée et prise par sa phobie, A’tinea essaya d’écrasé la toile avec le pouvoir de la gravité, ce qui écrasa de nombreux insectes et arracha des morceaux de la toile qui rapidement réapparaissait. Il aurait été possible, mais compliqué, de nous faire passé par là ainsi et il restait beaucoup à faire. Des captifs se trouvaient proche d’un grand arbre, certains déjà dans des cocons à se débattre et d’autres paralysés par le poison les bloquants net. Touché par leurs Ika, ce dernier essaya bien de les sortir des cocons pour les sauvés, mais ce ne sont que des sortes d’horreurs infâmes d’humains ressemblant à moitié à des araignées où ont leur aurait greffé des mandibules et des bras supplémentaires qui en jaillirent.

Merethir et moi avions foncés rapidement sur les deux cultistes de l’Arbre en Deuil dans les arbres, qui furent tués en un éclair – L’arbalétrier dont le trait fut bloqué par Anja reçu Merethir en plein dans le ventre à toute vitesse, pendant que j’envoyais l’autre sur l’onde tranchante de ma sœur après quelques passes d’armes. Le sceptre que celui ci planta à même dans l’arbre anima ce dernier, le corrompant à souhait, se mettant à essayer d’attraper les blessés que je défendais pendant que Merethir lui tirait de toutes ses forces pour extirpé le sceptre de là, malgré la liquidité rouge écœurant fonçant dans les cieux. Au moins, les trois entités furent-elles bloqués par Anja et Ika, empêchant Ajisai de recevoir le moindre dégât. Ils leurs fallut peu de temps et quelques coups en coopération pour que les immondes créatures ne jonchent le sol malgré une mauvaise morsure de la part d’une de ses choses. Si A’tinea aurait volontiers aidée, c’est qu’elle était occupée avec l’énorme vague de petite araignée se déversant sur elle et U’kailya qui la défendait de son mieux. La gardienne d’Azeyma avait déjà commencé à brisé une sorte de structure d’où était visible un chaman des Amalj’aa qui fut rapidement reconnu comme étant celui nous ayant tant aidé pendant la campagne contre Urdhan Rah.

Bifurquant avec sa protégée usant de ses talents pour la guérir, elle pu atteindre malgré les araignées l’emplacement du Chaman afin de libéré ce dernier de sa lame en frappant encore et encore, laissant ce dernier reprendre un peu ses esprits en quittant les miasmes verdâtres : Quelque fut le projet de l’entité dominante ici portant la malédiction du Tree Barar, elle voulait le garder en vie. Au moins les cultistes s’occupant à un étrange rituel étaient occupés – Le premier reçu la visite de Chachapo ayant prit du temps et bien des difficultés à passé sa couche protectrice généré par les cristaux dans le bâton qu’il portait, des cristaux ressemblant bien à la matière dont le sanctuaire pouvait être fait. Assommant celui ci d’un bon coup de bouclier après s’être débattue pour l’atteindre uniquement par la force brusque, et malgré la douleur provoqué à ses membres, Ajisai suivi son exemple en frappant encore et encore les cristaux de la seconde, une Elezene tout en bure sombre qui se concentrait sur un sort destiné à nous ralentir. Petit à petit, tout le monde finissait par rejoindre le centre en escortant l’Amalj’aa de la Ligue des Cendres qu’U’kailya avait libérée, cette dernière rejoint rapidement A’Tinea submergée par les petites araignées qui faisait de son mieux pour que les étoiles sinistres tuent toutes celles essayant de l’atteindre.

Heureusement, Chachapo pu prendre le relais, passant par l’épée les menaces alors que finalement la cultiste restante fut tuée par Ajisai quand Ika usa d’un bouclier autours de sa personne, lui permettant de l’atteindre peu après l’invocation du sort terrestre provoquant la chute de nombreuses énormes pierres vers l’Amalj’aa, qui purent être contenue par la paroi de lumière de Chachapo. J’ai pu alors rejoindre l’équipe quand l’arbre fut dévasté après que Merethir en ait retiré le sceptre, les gardiens du sanctuaires mis en sécurité tout en appelant les Immortels pour pouvoir les guérir. Tout s’enchaînait pour pouvoir définitivement atteindre le sanctuaire quand les flammes prirent vie en consumant la toile qui essayait à toute vitesse de se réparé à cause de la corruption locale. Ce feu incanté au moins nous ouvrait l’accès, Ajisai prenant un instant pour sortir Ika et Chachapo des décombres de pierres pendant que tous se ruaient à l’intérieur du passage. Au loin déjà, pouvait être aperçu la magnificence d’un arbre d’un blanc immaculé comme une tâche de lumière à travers la rétine.
Image
Personne ne fut laissé derrière, nous regroupant en vitesse en voyant les toiles se clore derrière nous en éteignant les flammes de l’Amalj’aa nous souhaitant bonne chance, il n’y avait pas de menace à première vue. Le sanctuaire était tout aussi grandiose et radieux à l’image de ce que nous avions laissés lors de la mission ayant conduit à sa création involontaire, renforcé encore plus dans sa splendeur et taillé par les gardiens qui maintenaient étaient pour la plus part bien occupés à être morts. Cependant, la sorte d’aura obscure entourant ce dernier ne présageait rien de bon, les préparations du Culte avait commencé à préparé sa damnation et notre présence leur ôtait ce qui permettrait à ses derniers de triompher aisément : Du temps. Les environs étaient recouverts de toiles d’araignées éparpillés un peu partout, tissant un titanesque réseau de soies au dessus de nos têtes en éloignant chaque parcelle de lumière notamment grâce à l’impression de cette fumée noire infâme qui recouvraient les lieux. Même à l’extérieur, il y avait l’impression d’être à l’intérieur d’une grotte caverneuse. Nous progressions doucement en observant les environs, devant le sanctuaire se mit à apparaître deux des cultistes sous une forme lugubre de spectres incarnés par de la poussière et du sable, préparant l’usage des ténèbres présentes afin de souillé les cristaux et les âmes qui n’eurent pas le temps de rejoindre la mer des étoiles.

Intervenir aurait été un peu hâtif vers le sanctuaire, puisque Chachapo nous prévint de ce qui se trouvait au dessus de nos têtes avec un charmant cri de panique face à l’horreur qu’était cette chose. L’immense araignée était de retour, ses yeux d’un rouge intense nous fixant au dessus de nos côtés avant de se laisser choir sur notre équipe. La plus part bondir ou poussèrent leurs compagnons plus loin, Ajisai tombant au sol en se tétanisant quelques instants face à l’absurdité de cette chose. Mais plutôt que de nous aplatir, elle tomba sur la sphère de lumière cristalline formé par le bouclier d’urgence d’A’Tinea, U’kailya se préparant à défendre celle ci en sa compagnie.

Dès lors que les protections cédèrent, elle ne trouva que le sol plutôt que de piétiné qui que ce soit, seul Ika ayant attrapé involontairement une des pattes avant de voler dans tout les sens en filant s’écraser par terre plus loin dès qu’il relâcha celle ci. Les lueurs d’A’tinea vinrent protéger au mieux Merethir quand les crocs de la bête vinrent essayer de se planter dans sa cuirasse après l’impact de sa lance, et au moins ses pattes furent grandement fragilisées par les lames d’Anja et Chachapo, dommage que nous n’ayons alors pas profité de cela pour lui trancher définitivement ! U’kailya planta sa lame dans son ventre, creusant déjà un premier cratère sanglant dont les humeurs putrides de la bête glissaient lentement au sol en dégageant une forte puanteur. Elle réagit en envoyant la plus part de notre au sol, je gouttais la qualité du sol maudit alors que nos deux protectrices, U’kailya et Anja furent écrasés par son abdomen énorme. Il fallait toute fois ne pas laissé le sanctuaire sans protecteur, et Chachapo fonça pour essayer d’infuser ce dernier de la lumière extériorisée des sorts en tant que Paladin, dans une radiance chassant lentement les veines noires qui avait commencer à parcourir les cristaux.

Les deux acolytes ne purent y faire grand-chose, tranchés comme ils furent par les lames recouvertes d’éther envoyés par Ajisai et Ika en parfaite coordination. Et c’est face aux blessures s’accumulant, arrachant quelques uns des torses humains installés sur le corps de l’araignée hideuse, et quand un cercle de flamme magnifique naquit de la concentration d’U’kailya renforcée par sa camarade miqo’te, avant que ne jaillisse une épée de flamme qui percuta grandement son torse. Je mis Anja en sécurité pile à temps, avant qu’elle ne se déchaîne, des pierres s’élevant dans des déferlantes noires quand le chaos prit place autours de nous en une terrible libération de puissance. La plus part finirent sur des plateformes de roches et de terre enchevêtré dans les tissus des innombrables toiles. Ika, Chachapo et Ajisai se retrouvèrent autours du sanctuaire, des multitudes de ceux damnés par le culte vinrent naître de la poussière et des cendres, comme d’innombrables silhouettes rampantes dont la plus part avaient quelques caractéristiques des araignées. Ils firent un carré d’honneur, se battant d’arrache pied pour repoussé et trancher quiconque voulaient entrer à l’intérieur du sanctuaire pour en maudire la source.

Les esprits errants étaient petit à petit tiré vers les toiles, si ce mal n’était pas arrêté, chacun d’entre eux deviendraient une de ses araignées énormes. Et notre adversaire, principale source de la folie, eut du mal à être vaincue. Nos premiers coups furent plutôt peu coordonnés, bien qu’on fit apparaître une énorme blessure sur son dos avec U’kailya qui frappa là où elle avait déjà provoqué un impact de son épée enflammé. Suivant son impact, Anja déchaînée frappant un peu partout dans les torses maudits et A’Tinea s’acharnant à le détruire de l’intérieur, jusqu’à ce que la lance de Merethir le perce définitivement en le fracassant brutalement au sol. A sa mort, les toiles se dissipèrent les unes après les autres, laissant le soleil crépusculaire s’éteignant à l’horizon. Les pierres rechutèrent plus ou moins fortement, et seul la poussière fut notre compagne jusqu’à ce qu’il n’en reste rien. La paix inspiré par le sanctuaire radieux avait un aspect reposant, une fois de plus, la souillure avait été rejetée. Au sein du Hicor vide, pu être installé l’essence de ce sanctuaire, ce qui tôt ou tard permettrait de faire renaître l’Arbre-en-Deuil présent dans le sceptre d’Aerlin. »

Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 270
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 14 déc. 2020, 12:10

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Diverses missions pour la Guilde des Aventuriers."

Image
Quatre-vingt-et-unième Entrée – « Acte 1 – On ne sépare pas le pêcheur et sa canne.»
Image
« Voilà deux lune que j’ai pu passé dans le Coerthas, après que Merethir ait rejoint les siens pour reprendre son rôle dans sa famille. Ainsi, c’est fier de le voir accomplir son destin que je l’ai vu s’éloigner, et ce temps accordé pu me permettre de me reprendre moi même. Se préparer, aller de l’avant, reprendre ses esprits et atteindre de nouveau mes objectifs. Une semaine de repos avant la poursuite de l’Arbre-en-Deuil devenait de plus en plus longue, malgré l’échéance se rapprochant, le temps m’offrit la conviction que de nombreux jeunes aventuriers en valaient la peine. Loin d’être condamnée aux missions importantes, voilà que j’inaugure ce chapitre qui s’étalera dans le temps : Mes mandats au nom de la Guilde des Aventuriers à travers ce vaste monde ! Et à deux soleil du départ vers le Thanalan pour arrêté la souillure du Tree-Barar, me voilà dans la Noscea à Coq rouge en attendant quelques compagnons afin de suivre notre première enquête. Celle ci concernait visiblement la disparition d’un vieux pêcheur après plusieurs affaires volées, et les piètres informations de la Guilde faisait qu’elle craignait que quelque chose de plus grave ne s’y déroule. Protégés par les Casaques jaunes, les pêcheurs étaient installé proche de la ville de la Basse-Noscea en attendant de pouvoir reprendre leur tâches.

C’est sous une pluie battante, des éclairs frappant les cieux en illuminant les environs, que nous sommes parti en foulant la boue à leur rencontre. Bien que quelques initiés ne purent visiblement venir, ce fut avec uniquement des connaissances et amis que cette tâche fut effectuée : Une petite équipe de cinq. Livio avec qui nous œuvrons ensemble régulièrement maintenant. La protectrice Aranaelle à l’armure noire. N’lamahni et sa fougue habituelle. Et à nos côtés, Yone, fine lame d’Orient rencontré il y à fort longtemps maintenant. Quel plaisir je ressentais à retrouver le terrain ! Et ce dernier me galvanisait malgré la pluie battante tout en observant la vie des locaux s’isoler sous des couverts pour laisser la nuit tomber lentement. Nous devions rendre visite aux victimes pour en savoir le plus possible, et ils n’étaient pas installés dans un lieu très confortable. Il faut dire que leurs fripes étaient miséreuses et qu’ils persistaient que par des efforts réguliers. Des enfants jouant un peu en riant de quelque chose qu’on ne voyait pas encore, c’est un massif Roegadyn particulièrement timide qui vint à notre rencontre pour parler au nom de « Père Jean » qui devait être le responsable de ce groupe de pêcheur. Ainsi que l’homme disparut.

Grâce aux informations récoltées sur les locaux, un état de la situation pu être compris ainsi qu’un indice : « Passer par l’œil droit des Yeux » - une formation géologique sur la route. Yone avait vu les enfants se distraire d’une sorte d’étrange formation d’eau, qui s’élevait, redescendait, sans cesse. Quelque chose, une magie peut-être, avait lieu dans les environs. C’est en explorant l’arrière que nous avons découvert la caisse sortant un peu du sol et les deux jeunes pêcheurs qui se disputaient. L’un priait à une étrange statuette, que Livio approcha en vitesse. Quand elle s’illumina légèrement d’un rouge, il était presque trop tard. Le cri du jeune garçon fut perçant, surprenant, et la plus part vinrent à sa rencontre.
Image
Il n’avait pas été subjugué par la statuette du primordial Léviathan qu’il honorait si bêtement pour essayer de rentrer en contact avec l’être qui les avait poussé lui et son ami à commettre de nombreux vols, mais ça aurait pu. Si Livio n’avait pas balancer un linge en vitesse pour couper sa vision, l’observer aurait fini par le condamné plutôt que de le laisser dans un état misérable. Les autres découvrirent la caisse où devait se trouver la canne, dont provenait visiblement les étranges effets d’eau : Une écaille y restait encore, qui devait recouvrir la canne à pêche avec de nombreuses autres, enfermée dans une bulle d’eau qu’elle attirait régulièrement à elle. Son mouvement permettait de se faire une idée de vers où l’écaille était dirigée, comme une boussole droit vers la canne à pêche. Laissant la statuette scellée dans le coffre en bois et le jeune homme mentalement très affectée ainsi que son ami à la bonne garde des locaux, nous promettant de réglé ça après, il était temps de partir. Il fallait à tout prix retrouver le vieux pêcheur maintenant que quelque chose de sinistre y était impliqué, le mandat n’allait pas être aussi simple que je l’avais vendu à vrai dire !

Promettant aux pêcheurs de ramener le Père Jean à ceux attendant avec plaisir son retour, sous quelques signes de main malgré leurs inquiétudes depuis le hurlement du plus jeune, ils avaient l’air de nous faire confiance. Nous ne sommes pas forcement parti en courant comme des hystériques, ayant une bonne heure de marche devant nous toujours sous cette maudite pluie, Livio fit le rapprochement entre les éclairs et les crises du jeune homme. Quelque chose devait perturbé l’éther, suffisamment pour que la tempête se soit déclarée plus tôt que prévu. Rien ne se déroula que quelques rencontres avec des locaux occupés à leurs affaires en fuyant les flots déchaînés, nous sommes arrivés aux yeux plus vite qu’attendu. Habituellement, la formation rocheuse ressemble à deux yeux, mais là il y en avait un qui était comme clos. Recouvert de noirceur, la boussole-écaille de Yone indiquait néanmoins tout de même ce dit passage pour atteindre la canne à pêche volée.

Passant directement à l’intérieur, c’est l’obscurité qui nous frappa de prime abord. Personne n’était habitué à spécialement voir dans le noir, et le temps que plusieurs allumèrent certains outils pour y voir quelque chose, ce qui se trouvait ici avait déjà commencer à s’agiter. Ce piège servait en quelque chose de « garde-manger » pour des futurs sacrifices, à cause de la sphère écœurante de poisson pourrie recouvrant une statuette distordant les lieux. Des coraux, des algues, poussaient régulièrement en laissant tournoyer des trombes d’eau, le sol semblait spongieux et glissant, et sur un côté, nous venions de retrouver le Pêcheur. En soit, le Mandat était partiellement achevé grâce à son sauvetage. Lui et le Casaque jaune ayant enquêté furent mit en sécurité en vitesse par Livio, malgré une hémorragie affreuse à traiter quand le soldat perdit une main. Aranaelle faisait déjà face à la sphère, les algues tombant dessus en la recouvrant jusqu’à ce que je me permette de ma lame de l’en libéré en vitesse.

Après un coup bien placé, on avait pu voir à l’intérieur la statuette quand un éclat foudroyant éclata dessus, et notre seul objectif fut de l’en faire sortir. Maintenant que les civils avaient été mis en sécurité, il fallait se débarrassé du piège en frappait nos compagnons plusieurs fois dans des trombes d’eau tournoyante à toute vitesse. Tous frappèrent pour écarté les protections d’eau, et de végétation aquatique – sans parler du poisson puant d’une odeur infâme qui faillit nous faire vomir, jusqu’à ce que le passage s’ouvre. N’lamahni récupéra de son grappin la statuette, la sortant brusquement, alors que l’intégralité de la végétation nocive fonça vers elle. Dans un instant de chaos intense, le sol, le toit, les environs nous fonçait dessus. Et après que N’lamahni et Anja se tenaient prête, ma lame fendait avec celles aux pétales roses de Yone tout ce qui approchait de la statuette, que brusquement Livio brisa de sa pistolame dans un coup puissant. Tout rechutait au sol, nous donnant l’impression d’être de retour à l’extérieur. L’orage était encore présent. Et au loin notre cible qui avait commencé à paniqué, laissant le hurlement du premier sacrifié.
Image
Nous n’avons pas pu nous poser beaucoup de question. Plusieurs mirent quelques brèves instants à s’en remettre physiquement, que ce soit à cause des odeurs comme à cause de la douleur, l’intense confusion relayant au relatif calme de la tempête. Mais le hurlement qui succéda cette fureur ne pu que nous mettre une grande pression, celle de ne pas agir et de laisser des gens mourir. Finalement, nous venions peut-être aussi de retrouver la première expédition : Les mercenaires qui avaient accepté la mission avant nous avec un paiement plutôt important. Fonçant à toute vitesse en se laissant guider par la boussole-écaille de Yone, passant le long de la rivière du coin de pêche où de nombreuses affaires avaient été abandonnées. Des débris de coraux, d’algues, et autres entouraient les environs en un véritable chemin d’affaires volées. Sans la boussole nous aurions pu avoir une idée de la route, mais avec, cela nous conduit directement jusqu’à la grotte d’où provenait la source d’eau ainsi que son entrée dérobée.

Vaguement visible grâce à des lueurs bleutés intenses, l’intérieur était vaguement aménagé par des structures en corail digne du prêtre Sahuagin qui priait devant un autel dédié à son dieu Primordial, Léviathan. Il était un des fanatiques de Submergeous, de ce que j’en ai compris, une vieille menace Noscéenne toujours désireuse de poursuivre les tensions avec Limsa, quitte à enlevé des pêcheurs et à les sacrifiés. Mais le plus gênant n’était pas simplement la présence de cet autel et du dévot qui chantait les louanges de sa divinité, mais bien les subjugués de Léviathan présent tout autours. Ils n’avaient pas l’air bien âgé pour des mercenaires, des désireux de faire leurs preuves en équipe et ayant hélas été contaminés ensemble. Deux survivant n’ayant pas été mentalement atteins pendouillaient au dessus de l’autel attachés par des algues, prompt à être les prochains sacrifices.

Les corps gisant des deux malheureux plongés dans la bassine sacrificielle là où était installé un cristal d’éther souillé rayonnant à peine. Au moins, pourrions nous grandement limité les dégâts en intervenant dès maintenant. Fonçant au contact de l’ennemi, l’assaut fut éclair et rapidement conclu. Les subjugués ne faisaient pas le poids, et le prêtre lui même fut littéralement dévasté par l’attaque de N’lamahni et Anja le laissant choir sur le bassin. Dans un dernier effort, il manipula l’occultiste Lalafell qui leva lentement son bâton malgré la blessure mortelle de Yone en plein torse, relâchant l’éther maîtrisé dans son catalyseur tout en se servant du peu déjà offert au cristal souillé. L’explosion de glace détonna en l’air, après l’apparition d’un cercle de pouvoir magnifique dont tombait des flocons.

Après un bref instant d’aveuglement, nous avons pu commencer à quitter en vitesse les lieux tout en nous débarrassant fatalement des quelques subjugués encore en vie et de Sahuagin pour que plus jamais il ne s’y tente. Les pierres de la grotte s’écrasait brutalement tout autours de nous, et les deux mercenaires restant furent récupérés très efficacement. Peu étaient vraiment blessés. Plus secoués et bien agités, que réellement en piteuse état. Une brume de poussière s’élevait, disparaissant rapidement à cause de la forte pluie de la tempête extérieur, le froid du sol de glace ayant refroidit un peu trop les environs. Et alors que le calme s’installait, même les éclairs semblaient pratiquement cesser, nous discutions de la remise de la statuette à la Guilde des arcanistes autant que de la mise en sécurité des rescapés, alors que Yone revint avec le but de notre quête : Au moins, nous partions avec la canne à pêche du vieux Père Jean entre nos mains. Un premier mandat accomplit pour cette section de mon journal ! »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 270
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 16 déc. 2020, 11:51

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Le Culte de l’Arbre-en-Deuil."

Image
Quatre-vingt-deuxième Entrée – « Acte 14 – Le cœur du flot impure.»
Image
« Le temps n’était pas spécialement mauvais, bien que les lourds nuages chargés de neige me rendait quelque peu heureuse d’imaginer tout ses flocons tôt ou tard tomber quelque part. Deux lune que nous avions repoussé le mal du Tree Barar, depuis si longtemps affronté, et nous étions enfin en passe de définitivement en fini. La souillure avait refait surface dans ce recoin du Thanalan, un peu trop proche de l’accès du Mur incandescent pour que ça soit une bonne nouvelle. Il fallait intervenir, l’arrêté, et vite. Pendant que notre agent s’assurait de où devait se déroulé la prochaine réunion de ce qu’il restait du Culte de l’Arbre-en-Deuil. Installés au Viaduc, mes camarades vinrent me retrouver en me donnant l’impression que le temps venait de reprendre son cours habituel. Renforcés par nos protecteurs, Ika, Livio et Anja. Secondés par notre force de frappe avec L’vinus et N’lamahni, et sous le regard des élémentalistes avec Aerlin et à nos côtés, le sage Kyuuji pour la première fois dont on dit à la Guilde qu’il aurait une immense expérience du terrain. Prenant le temps d’expliquer la situation en vitesse pour que tout le monde soit conscient de ce qui pouvait nous attendre.

Le moment du départ vint rapidement afin de nous mettre en route vers l’objectif : Découvrir d’où venait la propagation de cette souillure et la détruire définitivement. Quittant le Viaduc avec notre groupe, quelques discussions étaient partagés entre ses personnes qui allaient œuvrer de nouveau tous ensemble. Quelques enfants candides reconnaissaient maintenant quelques visages ayant tant agit dans le Thanalan, réclamant une attention avec rire et insistance. Ses petits instants néanmoins succédèrent rapidement au calme d’une contrée paisible hors des routes habituelles. Nous étions conscient qu’il ne s’agissait pas d’un simple mandat, l’adversité surgirait bien suffisamment tôt alors que s’approche la chute final du Culte lui même. Et progressivement, quelques signes laissèrent place à l’anxiété de se retrouver face à cette damnation, qui ne tarda pas à montrer sa présence infâme. Une étendue forestière servant de lisière forcée qui n’aurait jamais du être si dense, évoquant les autres fois où le Tree Barar avait prit forme. Ika découvrit quelques coups de griffes de son due, et tous étaient conscient de cette présence menacante qui se trouvait à l’intérieur.

L’amulette des Immortels égarée par un soldat, tachée de sang, en témoignait malheureusement. Nous mettant en formation pour tenir chaque assaut, protégeant nos mages tout en restant en alerte, Ika et Livio tirèrent leurs pistolames et prirent l’avant. L’impression écrasante de l’obscurité environnante n’aidait pas vraiment à se sentir à l’aise, mais les lueurs de purification des élémentalistes au moins nous donnait l’impression d’être épargné des pires des effets que pouvait donner sur nos esprits les environs. Et cela se confirma rapidement. Livio grâce à son éthérimètre nous avertissant du danger, tous découvrirent les cadavres progressant vers nous. De ses créatures infâmes faites de bois et autres végétaux noires, corrompu, à l’intérieur même du corps d’un pauvre malheureux. Ils sortaient de tout les côtés, voir parfois du sol, des voyageurs malchanceux voir même dépouilles oubliées depuis bien longtemps.

Nos lames trouvèrent les moindres opposants pour les taillés en pièce, malgré quelques coups reçus par l’avant-garde œuvrant avec acharnement. Le nombre était leur force, nous ne pouvions simplement alors pas rester ici à nous laisser dépassé par leurs assauts. La lutte face aux créatures ne cessant de jaillir fut acharnée, les lumières des purifications des deux élémentalistes conjoint brisèrent toutes illusions tout en repoussant ses choses abjectes. Rires, sentiments malsains, et la nature elle même essayant de nous saisir était sa marque, pour autant nous foncions droit vers le cœur de la contamination. Droit en face de notre charge, se tenait comme un dôme étrange donnant l’impression d’une bulle de végétation dense et massive au milieu de la forêt même. Les pans de ronces étrange s’écartant sous la pression de cette force radieuse, jusqu’à nous laisser atteindre notre première objectif pour arrêter les maléfices hantant ses lieux.
Image
Malgré la fatigue de la ruée, et la damnation présente en ce lieu, je ne pouvais m’empêcher d’y voir dans ce malheurs une certaine forme de beauté malchanceuse. Lentement derrière nous, la toile de ronce se refermait aussi vite qu’elle avait pu s’ouvrir, et le sol était devenue comme des maillons d’innombrables frêles racines se brisant et renaissant au moindre pas. Le vent ne sifflait plus ici, et on y voyait que peu de chose, jusqu’à ce que la lumière d’un sort de Kyuuji ne révèle les environs. Au milieu de ce cocon isolé, se tenait un grand arbre d’un noir infâme né à même de la souillure, de rien qui ne pouvait être considéré comme bon. En son cœur, le cultiste en coule noire s’y retrouvait écrasé. De nombreuses racines atteignait en pleine poitrine en des battements lugubre donnant l’impression que tout cet espace était un véritable poumon de cette folie. Devant lui, un étrange cercle de rune alors usé pour maudire les environs de ce mal vicieux, et nous venions au moins de retrouver les Immortels. Ils étaient installés eux aussi dans des arbres, la plus part inconscients à vrai dire, mais le plus curieux était que j’y étais. Je sais, cette phrase doit avoir que peu de sens, mais la scène en avait tout aussi peu : Je me voyais criant sur Anja de me tuer – moi qui me tenait à côté d’elle, dans une folie illusoire.

Certains des corps n’existaient pas vraiment, ils n’étaient que des pièges infâmes qui se risqueraient à nous saisir pour nous emporter à notre tour à l’intérieur des arbres maudits. De l’intérieur, les corps étaient transformés en ses hideux adversaires qui nous faisaient face, une lutte de force avait déjà lieu de tout les côtés pour atteindre les dits arbres et sauvé ceux qui pouvaient encore l’être. Cela, nous l’avions compris quand un explosif de N’lamahni détonna brutalement au milieu des arbres, plusieurs des illusions dont une de L’vinus disparurent dans des éclats de râle puissant avant de se désagrégés en cendres noires, laissant les survivants inconscients dont un eu malheureusement le bras blessé par le choc.

Dévastant l’opposition écœurante, des deux côtés mes camarades usaient de différentes méthodes pour retenir les pauvres bougres qui risquaient de se faire absorbé, tentant le tout pour le tout en espérant qu’Aerlin et Kyuuji parviendraient à arrêté le mal à sa racine. En essayant de purifier les lieux, une sorte de spectre infâme fait d’une brume noire s’extirpa du corps du cultiste dévasté au cœur de l’arbre, les énergies rougeoyantes luttèrent contre les deux élémentalistes conjoint. Aerlin opposait à sa présence, une tentative puissante de purification pendant que Kyuuji faisait sien le cercle de pouvoir ayant jadis été usé par les cultistes Gridanien. Ils avaient distordu leurs anciennes connaissances du pouvoir de la Sylve avec les traités de la page du Livre de Shigma qu’ils avaient utilisés jusque là. Nous avons fait ce que nous pouvions pour repoussés l’entité spectrale, tranchant son être autant que l’explosion de N’lamahni détonna brusquement à son corps physique meurtri, jusqu’à ce que ce dernier au cœur de son essence même, soit purifié.

L’arbre devint d’un blanc pure, comme si cette lumière nacrée avait prit toute notion de surface, afin de petit à petit disparaître en petit fragments s’éparpillant dans les airs. Ce qui absorbait petit à petit les victimes aussi se tarit rapidement, mes compagnons libérant définitivement les victimes alors que tous prenaient soin des uns des autres en s’interrogeant sur notre situation. Il restait encore un coupable, son hurlement lointains ne suggérait rien de bon. Récupérant le cristal qui était enfoncé au cœur du corps du cultiste, la courte investigation permit de comprendre qu’un Tréant avait été utilisé dans leurs sombres desseins. Le Tree Barar lui même devait être derrière tout ça. Et il ne nous restait plus qu’à l’atteindre en direction d’un cour d’eau éloigné.
Image
Nous regrouper ne prit qu’un peu de temps, il y avait eu quelques blessures à traités rapidement. Rien de catastrophique pour l’heure, mais la fatigue due aux efforts et à la concentration était bien présente après ce conflit. Toutefois, si Kyuuji laissa actif le cercle de magie pour qu’il purifie lentement ce recoin égaré du Thanalan oriental, rien ne fonctionnerait de façons pérenne sans la destruction du Tréant. Laissant les rares ayant reprit conscience s’occuper de leurs compagnons, récupérant quelques cristaux de glace de leurs parts, nous avons cheminé le long d’un passage qui lentement s’ouvrait face à nous. La marque obscure qui avait fait de ses lieux un recoin maudit s’écartait doucement, depuis les branchages, des filets de lumières tombaient sur nous en illuminant la route d’un timbre crépusculaire à mesure que le soleil se couchait au loin. Il s’était éteins quand nous sommes arrivés jusqu’à la rivière pour y voir au loin une cascade où devait logé l’ancien gardien possédé par le Tree Barar.

Mais rien que devoir passé dans cette eau froide serait agaçant, il fallait y ajouté à ça que la présence infâme avait transformer cette rivière en un flot impure. Des sortes d’ombres en sortaient comme des âmes voulant quitter les lieux, à l’image du spectre ayant quitté le corps du cultiste, voulant nous attraper en vain. Au vue de la terre ayant eu un soubresaut après un hurlement de rage puissant, le temps jouait contre nous, et Ika avec Anja bondirent ensemble dans l’eau pour servir d’avant-garde. La formation fut aussi-tôt reprise par nos compagnons, surveillant les environs tout en protégeant Kyuuji et Aerlin qui se concentraient pour adoucir le flot de la rivière tout en nous soutenant comme ils pouvaient.

Ce qui hélas, n’empêcha pas notre route d’être particulièrement pénible. Des griffes, des crocs, comme des lances sortirent dans une brume sombre en percutant nos premières lignes, brisant les boucliers des défenseurs. Une grande vague passant en emportant Kyuuji et Livio, devant être rapidement sorti de l’eau et libéré de ceux qui les tenaient. Mon bras lui même reçu un choc douloureux, comme si il avait été écrasé par quelque chose. Atteignant le bout de notre dangereuse route dans l’eau, la cascade nous fit face dans une lieu fortement atteins par la contamination. Des marques de griffures étaient présentes un peu partout, comme si le Tréant possédé s’était déchaîné dans tout les sens en même temps que ses hurlements résonnaient dans les environs. Plusieurs semblaient former des sortes de runes, que Kyuuji et Aerlin remarquèrent rapidement, et l’une des menaces présentes était la sorte de cheminée étrange d’où s’extirpait le flot de brume noire entrant à l’intérieur des flots tout en générant les entités qui nous avaient assaillit jusque là. S’extirpant de la cascade lentement, le Tréant massif apparut, complètement déformé, un visage avait comme poussé sur le siens en laissant voir celui du Tree Barar. Des rires et des moqueries s’extirpaient des multitudes de fissures sur son corps.

Le temps des blâmes et des provocations laissèrent rapidement place à un combat acharné, Ika et Livio faisant face à la créature alors que le javelot de N’lamahni percuta brutalement son visage. Anja fut rapidement rejoint par L’vinus pour détruite la source étrange de ce flot noir pour y découvrir une sorte de miroir ressemblant à ceux utilisé par Luxrus il y à longtemps de cela. Les deux compagnons luttèrent ensemble avec acharnement, malgré quelques blessures douloureuses, jusqu’à ce que la lame d’Anja soit enfoncé encore plus par le choc de L’vinus en brisant définitivement le dit miroir. Aerlin luttait comme il pouvait pour contenir l’entité. A mesure qu’il se déchaînait, frappant ses opposants en m’ayant faillit balancé valsée au loin, jusqu’à ce qu’il soit brutalisé par les chocs des pistosabreurs. La glace des cristaux de N’lamahni envahit ses jambes, me permettant de l’atteindre en une frappe puissante.

Les élémentalistes avaient fini de faire usage des runes dispersés par le Tréant quand il luttait contre la possession, celles si se matérialisant lentement à mesure des chants renforcés par le sceptre noueux de l’Arbre-en-Deuil qu’Aerlin avait toujours sur lui. Le rituel achevait, l’entité dévastée par nos assauts fut atteins par la purification qui gagna le cristal que Livio avait pu enfoncé dans son front là où il avait jadis été placé. Après une lueur intense, il ne restait plus que le dit cristal ayant capté ce qui restait de l’essence du gardien de l’Arbre-en-deuil. Ce dernier pu être enfoncé dans le sceptre noueux, désormais prêt à offrir tôt ou tard un foyer pour les fragments épuisés de l’esprit mineur. Pour l’heure, la Souillure fut retenue, mais avant de pouvoir offrir une quelconque conclusion nous avions encore un objectif important : Arrêter le culte de l’Arbre-en-Deuil définitivement en frappant au cœur même de ce dernier. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 270
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 18 déc. 2020, 10:41

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Le Culte de l’Arbre-en-Deuil."

Image
Quatre-vingt-troisième Entrée – « Acte 15 – Mettre un terme au culte.»
Image
« Il était temps de frapper là où le Culte ne se relèverait pas. Après la destruction de l’influence du Tree Barar sur la forêt environnante, la route droit vers la position d’Uldric Seragoix était ouverte. Ce dernier espionnant le culte depuis un moment y avait une place, et nous avais permit de nous préparer à le rejoindre en vitesse au milieu où ils seraient le plus fragile, celui du dernier rituel qu’ils voudraient mettre en place pour espérer reprendre bien des forces et récupéré le fragment de l’Arbre-en-Deuil dans le sceptre noueux. Nous nous sommes rejoins au Viaduc, certains locaux aussi inquiets que rassurés de nous voir, La nuit tombait doucement, quelques nuages errants et un vent plutôt paisible éloigné des caprices d’Hiver qui pourraient bien tôt ou tard advenir avec le froid qui vient. Suivre la route vers notre cible se ferait plutôt facilement, et ceux qui constituèrent notre équipe pour cette mission furent – Pour nous protéger des assauts, Anja, Ika et Livio se tenaient côtes à côtes. Aerlin pourrait guérir nos blessures et faire usage de magie, et cette fois ce fut Runne accompagné – Ou du moins, nous tombant un peu dessus, Finaen qui furent à nos côtés.

Quittant le viaduc, il fut surprenant d’entendre parler d’histoires de caravanes étranges ayant disparue alors qu’elles se dirigeaient vers la fête du « Jour du Deuil ». Cela n’évoquait rien de bon, surtout sur la disparition soudaine des dites caravanes, mais l’inspection lors de la route finie rapidement par nous donner un mauvais doute de ce qui pouvait nous attendre. Hors des sentiers, une fois dans les lieux plus forestiers à une bonne heure de marche, il y avait quelque chose dans l’éther de puissant qui pulsait dans les environs ce qui faillit faire défaillir notre compagnon Aerlin. L’éthérimètre de Livio constata aisément une sorte de tissage étrange mené par cette force encore inconnue, il était fort possible qu’hélas le rituel était déjà commencé. Repérant leurs lanternes, Runne perçu les quelques caravanes éloignés avec plusieurs silhouettes marchant en tenant les dites lampes. Ils progressaient mollement pas loin de nous alors que nous aidions Aerlin à s’en remettre, nous laissant un choix : Les suivre. Ou prendre un sentier sur le côté pour atteindre notre objectif plus vite ?

Ce fut Ika en bondissant qui nous donna la réponse, inquiet de ce qui pouvait se passé plus loin, il n’y avait pas de temps à perdre. Je dois dire que l’ascension fut facilité par l’effort de la magie, la maîtrise sur l’élément terrestre d’Aerlin restant un élément très efficace pour passé outre ce genre de détails. Passant de pierres en pierres, grimpant à toute vitesse, Anja avait découvert quelque chose qui nous permit d’évité les problèmes plus rapidement que prévue : La plume noire au sol l’intriguait et ne suggérait rien de bon, aussi quand les silhouettes d’oiseaux nous tombaient dessus dans un assaut chaotique, elle fut la première à nous prévenir de leurs venues. Des plumes tournoyaient dans tout les sens en bloquant notre vue entièrement, comme si tout avait été d’un coup brouillés, on pouvait voir à peine nos compagnons dans cette espèce de sphère de folie tournoyante.

J’entendais leurs grognements et l’acier repoussant de leurs mieux les êtres indéfinissables, jusqu’à ce que mon sabre puisse sérieusement en trancher un. Dès lors qu’ils furent parti, la sphère de plume s’éloigna déjà en partie dissipée par la puissance du Vent. Aerlin relâcha l’énergie préparée pour guérir nos compagnons, et ainsi Ika comme Livio qui avaient encaissés la plus grande partie des assauts purent s’en remettre rapidement. Il devait en être ainsi, puisque nous étions alors sur le point d’atteindre notre objectif. Se reprenant rapidement tout en soutenant les compagnons déjà malmené par cet instant de pure confusion, nous avons pu progressé des quelques pas manquant droit jusqu’à l’entrée du passage souterrain permettant l’accès direct avec le Mur incandescent. Il était gardé, mais Aerlin découvrit une chose : Le rituel en cours était alimenté par une force qu’ils désiraient apporter ici. Le premier constat fut alors de découvrir que les caravanes perçues au loin avaient pu atteindre ce lieu alors qu’il n’existait simplement aucuns passages pour des chariots de la sorte. Et ce pour une simple et bonne raison : C’était des fantômes.
Image
Des gridaniens, pour être exact, mais qui n’avaient pas pu visiblement rejoindre la Mer des étoiles. Comme la rumeur l’indiquait, ils étaient conduit par un homme en coule noire qui n’était rien d’autre qu’un des cultistes de l’Arbre-en-deuil se servant d’une étrange lampe pour les faire accepter le moindre de ses désirs. Le fragment arraché des cristaux du mur ne reluisait pas de cette puissance orangée magnifique mais d’une sorte de lueur terne, vaguement bleutée et obscure comme si une ombre tournoyait lentement autours. Des chevaliers du culte portant leurs armures sinistres, fumant de cette même noirceur, protégeaient les lieux ainsi que la grande porte de bois noueuse avec l’emblème de l’Arbre-en-Deuil. L’accès était clos, et le regard du cultiste se tourna lentement vers nous, mais avant que nous ne soyons assaillit par leurs maléfices il était temps de prendre l’avantage en maintenant l’initiative. Livio et moi fusèrent vers un groupe des chevaliers en engageant un combat avec férocité pendant qu’Anja tenait bon de son côté, c’étaient des adversaires de valeur et moi même ne pu que soutenir mon camarade autant que possible malgré une blessure à la cuisse par la pointe d’une épée.

Runne s’était intéressé à l’étrange cor visible de côté, une sorte de lien avec les oiseaux nous ayant attaqué en ayant deux choix quant à son devenir : en faire usage tout en se liant dangereusement à cet artefact ou le détruire pour brisé le lien entre le culte et les étranges créatures peuplant les environs ? Le choix fut dans la destruction, l’explosion produisant un sifflement aigu de corbeau effroyable en produisant un choc sonore agaçant même de loin. Difficile à dire maintenant quel serait l’effet de notre choix, pour l’heure, l’essentiel était d’empêcher le culte de recevoir le pouvoir des esprits volés. La lampe usée par le cultiste de tête fut percutée brutalement par un sort d’Aerlin, se dévastant au sol, il n’eut plus aucune emprise sur le vent d’âme qui lentement se glissait vers la porte.

Sa confrontation avec Ika fut courte, la pistolame de ce dernier trouvant le cœur encore battant au sein de l’ombre du cultiste tout en repoussant définitivement la lampe volant plus loin. Pour empêcher définitivement l’adversité de faire usage de tels ressources, Aerlin fonça à même dans le vent d’esprit pour le repoussé comme il le pouvait en serrant les dents. Il aurait été défoncé par un fléau d’arme propulsé dans sa direction si Anja ne l’avait pas protéger in extremis, et nous achevions au moins les derniers combattants fait d’ombre malgré la fatigue et la douleur que cela entraîna. Dans les cieux derrière la passage rocheuse, fut visible un faisceau d’une lumière mauve qui s’extirpa de nulles par là où le rituel devait avoir commencer. Il fallait l’atteindre en vitesse pour l’arrêté, et nous nous entassions à la porte pour trouver un moyen de l’ouvrir.

La présence d’Aerlin déchiffra aisément les symboles apparaissant en relief, et tous usèrent de leurs éthers pour lui offrir un moyen de se concentré sur le sceptre noueux. De l’intérieur, la voix chantante des suivants tombés de l’Arbre-en-Deuil s’unirent à sa propre voix, laissant une lumière paisible apparaître le long des glyphes alors que doucement, les racines tournoyèrent pour offrir l’accès en même temps qu’une personne s’efforçait de nous dégagé la route. A l’intérieur, une grande salle se trouvait où des tambours étaient frappé avec vigueur par des êtres invisibles. Des nombreuses, très nombreuses représentations de personnes y étaient gravés, celles de ceux offert au rituel pour enfin accomplir une réussite grâce à la Page du livre de Shigma. Ayant déjà vaincu les protecteurs de ce passage, Finaen Ambrerune pu enfin se joindre à nous.
Image
Malheureusement en savoir plus sur sa présence était pour le moment superflus. Désireux de nous rejoindre, il avait été entraîné jusqu’ici et aura du affronter l’adversité pour survivre sans savoir si nous parviendrons jusqu’à lui. Enfermé dans le passage, une grotte illuminée d’innombrables cristaux de ce orange radieux qui fut gagnée comme par un cri de banshee se faisant entendre tout le long du trajet à venir. Les ombres de ceux qui avaient été liés à ce rituel s’extirpaient lentement des silhouettes, et plusieurs virent des personnes qui ont été cherchés précisément pour provoquer l’effet désiré : Faire souffrir. La silhouette de Jérôme, le disciple d’Adel’Delroy, fut marquante comme bien d’autres. Et c’est en repoussant les ombres que nous avons atteins en vitesse la sortie en progressant à toute vitesse pour arrêté ce qui pouvait bien provoqué cela, la silhouette inattendue de Sernajj Rah levant lentement son doigt vers un emplacement à l’extérieur. Sortir dehors fut un aveuglement, la lumière des innombrables cristaux contrastant avec la nuit tombée entre temps. Le faisceau de cette énergie noire tournoyante lentement donnait l’impression d’une tornade figée cherchant à atteindre le sol pour tout dévasté d’une lenteur inquiétante.

Depuis la destruction de l’artefact par Runne, les chevaliers miroirs, sorte d’oiseaux humanoïdes monstrueux s’étaient révoltés contre les défenseurs du culte ferraillant les uns contre les autres. Progresser dans la bataille mêlant les créatures volantes aux chevaliers constitués d’ombres ne fut pas si difficile, plusieurs furent percutés notamment Livio reculant fortement jusqu’à ce que les vents conjurés par Aerlin n’envoie s’écraser plus loin son assaillant. Je dois dire que j’aurais préféré pouvoir admirer les lieux, car si malgré la menace des ombres sortant des silhouettes aux murs, les étendues de cristaux donnaient une impression merveilleuse d’une vision de beauté splendide. Et si le passage le fut, l’intérieur du mur incandescent était malgré tout bien plus grandiose encore. Ça aurait été plus marquant, si il ne fallait pas repoussé des assaillants déjà eux même en pleine bataille. Lames, sorts, permirent de franchir le cap tout en ouvrant la voie à Anja soutenue par Ika après qu’elle ait été brutalisée mentalement à cause d’un surplus d’éther. Une halte devenait impossible, le Maître du Culte était enfin là. Istilroix et ses derniers adeptes chantaient et priaient au nom de l’Arbre-en-Deuil tout en mêlant aux chants merveilleux que nous connaissions bien, certaines incantations de la page de Livre de Shigma qui gravitait lentement en l’air devant le rituel.

Partant en vitesse à leur rencontre, l’assaut permit en vitesse de les prendre de cours avant qu’ils ne puissent efficacement réagir. La pierre d’Aerlin écrasa un cristal qui convoquait sans cesse les chevaliers miroirs en envoyant ses morceaux dévastés plus loin pendant que ma lame confrontait l’énorme créature déformée par la souillure qu’ils avaient fait naître d’un massif chevalier miroir, l’oiseau humanoïde ayant gagné des membres supplémentaires et une bile noire en coulait lentement. Distrait de sa tâche par Runne, Istilroix tourna lentement la tête, le bas de son visage visible devenu gris aux dents aiguisées ressemblant à un vieillard abjecte. Il voulu désintégré le miqo’te, mais l’éclair rouge fut repoussé par la lame d’Anja en la renvoyant plus loin, permettant à Ika de frapper de sa lame en élevant une lueur d’éther magnifique.

Sous un dernier espoir, la page du livre de Shigma tomba dans le rituel, créant comme une ouverture dans le sol laissant un amalgame d’ombre enchainé qui se lia aux cristaux souillés dans des gémissements de rage. Il voulu prendre la forme de Sernajj Rah en bataillant avec Livio et Finaen qui tentèrent de l’arrêté, la purification des chaînes permit grandement au Raen de dévasté ce qui le retenait, jusqu’à ce que tout cède et libère les esprits liés. J’avais pu trancher mon adversaire en deux, tout en visualisant l’intérieur de la corruption que Runne et Aerlin dévastaient de l’intérieur dans une lueur merveilleuse. Sortant du cristal, le Tree Barar à peine formait hurlait et se déformait, ses griffes ne pouvant atteindre ma personne comme Ika protégé par les boucliers cristallins, alors qu’il chutait lentement au sol, tendant le bras. Dans un dernier usage de la page du Livre de Shigma, le Maître du Culte disparut dans un hurlement en fondant littéralement sur Aerlin, une brume aveuglante nous donnant l’impression de recevoir des myriades de chocs.

Quand elle disparue, Aerlin était au sol, le sceptre noueux au cristal fissuré fumant légèrement. Si l’amas de cristaux du Mur incandescent fut protégée et guérie, laissant dans les cieux le faisceau de lumière faire tournoyer les esprits libérés comme des myriades de feux-follets magnifiques, nous avions visiblement une dernière difficulté. Pour extirper le maître du culte, Isilroix, nous devions offrir un refuge au fragment de l’Arbre-en-Deuil présent dans le sceptre. Quitte à devoir libéré celui qui venait d’envahir le sceptre, bien plus puissant qu’il ne fut alors, nous avions notre dernière objectif. Pour en finir. L’Arbre-en-Deuil doit enfin renaître. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 270
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 20 déc. 2020, 18:54

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Le Culte de l’Arbre-en-Deuil."

Image
Quatre-vingt-quatrième Entrée – « Acte 16 – La renaissance de l’Arbre-Blanc.»
Image
« La dernière tâche d’une longue péripétie est toujours une étape des plus passionnante. Souvent la plus périlleuse, il n’en reste qu’elle est la conclusion d’un bien long périple. Et celui de cette affaire dura fort longtemps depuis que nous œuvrions dans le Thanalan. Ainsi, était-elle la conclusion de bien des tâches, et un objectif des plus important : Secourir le fragment d’esprit tout en trouvant le moyen ainsi de bannir définitivement Istilroix, le Maître de l’Arbre-en-Deuil. Nous nous sommes retrouvés avec mes compagnons directement au Viaduc une fois de plus, avec l’objectif de rejoindre le Sanctum de Nulle-maux où le rituel de purification devait déjà avoir été préparé en prévision de notre venue. Tout aurait pu être aisé, simple et paisible, mais tout n’est pas aussi simple lors de tels objectifs, et nous avons au moins pu nous retrouver avec la force de notre équipe. Pour nous protéger : Ika, Livio et Anja, tandis que Kyuuji et Aerlin uniront leurs forces une fois de plus pour nous venir en aide. Tandis que nous nous efforcerons à frapper l’adversaire avec Finaen et Runne.

C’était déjà une bien bonne équipe, et nous nous sommes réuni pour parler et unir nos armes comme pour nous unir en tant que compagnon une nouvelle fois avant notre prochaine objectif. Levant nos armes, des reflets étranges apparurent autours de nous et donnèrent l’impression que la réalité se distordait brusquement. Laissant place à une vision de ce que pourrait devenir le Viaduc si la nature avait prit le dessus, des racines et des ronces s’étendant sur toutes les batisses. Il ne restait nulles âmes qui vivent, seulement la présence fantomatique de silhouettes errantes. Ça ne dura que quelques brefs instants, mais le plus problématique restait que plusieurs habitants avaient été aussi affecté. La fissure du spectre noueux s’éveillait de nouveau, Kyuuji fonçant soutenir une personne âgée tombant lentement au sol. Il fallait partir réglé le problème, et vite.

Nous mettant en route rapidement en prenant le grand passage menant vers à la lisière entre Sombrelinceul et le Thanalan pour découvrir ce Sanctum jadis consacré par leurs intentions d’avoir un lieu où reliés leurs cultures. Malheureusement cette dernière était tout autant sujette à quelques problèmes inquiétants. Des sortes de miroir apparaissant à mesure du temps tout en reflétant visions et souvenirs. C’était au début très légers, des déformations du réel et quelques malformations du monde donnant l’impression de se superposer avec des idées possibles, c’est lors d’un grand passage où de nombreux chariots étaient présent que certains vivaient déjà les plus gros soucis. Quand un citoyen agitait une épée dans tout les sens en braillant pour repousser des énormes moustiques. Une fois le miroir brisé, rapidement, l’effet s’apaisa. Les Immortels présents faisaient de leur mieux, Kyuuji notamment ralliant les volontaires pour offrir soutiens au plus démuni, c’est ainsi sur une chaine de solidarité que nous avons quitté la grand route pour chercher le sentier isolé menant à notre destination.

Ce fut comme entrer à l’intérieur d’une immense toile de verre se fracturant à chaque fois que l’un d’entre nous la traversait. Le long de ce passage, les visions étaient bien plus violente. Nous y avons vu des fragments aussi bien de nos passés communs que des visions relative d’un futur où la nature à envahit ce vaste monde. S’y mêlant des problèmes différent du Sombrelinceul comme l’apparition d’un Morbol, le plus grand danger était de ne pas être frappé par de tels visions dont l’esprit avait réellement l’impression d’être happé par leurs coups. Grâce à l’attention de Finaen s’aidant de l’éthérimètre de Livio, les miroirs bien plus massifs furent découvert et brisés dans une véritable synergie pour progresser en se débarrassant des problématiques de la sorte. Après avoir redécouvert quelques brides aussi belles que douloureuses pour certains. Nous avons vu le maître du culte étalé au sol. C’était de sa mémoire dont les fragments étaient dispersés et apparaissaient en de nombreuses illusions. Il était effondré proche de l’Arbre-en-Deuil détruit, auprès d’un homme. Une coule noire inquiétante, une impression malsaine s’en dégageant, Lakraedas s’approcha lentement de notre groupe pour lui offrir quelques mots. Malgré la tension, la dernière vision disparue lentement en une myriade de lueurs magnifiques. Dévoilant dès lors, le passage vers le Sanctum, enfin.
Image
L’accès était clos. Malgré le passage de l’équipe ayant normalement préparé le rituel avant notre venue, il était bien visible qu’un problème trop grave pour être ignoré par les anciennes défenses avait fait se clore la route vers l’intérieur du sanctuaire où attendait la renaissance de l’Arbre Blanc. Les lieux étaient radieux, des innombrables gravures apparaissant en relief baigné par la lumière crépusculaire d’un soleil déclinant. Des sonorités cristallins apparaissant à mesure du temps, comme réagissant à notre approche, et l’impression de reflet de chaque cristaux sur le marbre blanc offrait toute sa majesté à ce domaine isolé. Malgré le fait qu’il fut abandonné, ce Sanctum donnait l’impression de n’avoir jamais été délaissé ou fracturé par le temps. Si ce n’était qu’une vision splendide qui nous attendait après le défilement chaotique des visions qui avait rendu si confus notre route, nous aurions pu nous estimé heureux.

Néanmoins, l’absurdité de la Souillure était déjà en train de prendre place en ce lieu. A la vague impression chantante, des rires se superposèrent lentement, les milles rires du Tree Barar se moquant de nos espérances. Quatre pilier dont un avait été brisait offrait la chance d’obtenir les quatre clés permettant d’ouvrir l’accès, c’est directement là-bas que Finaen et Runne partirent pour essayer de découvrir les secrets des épreuves nous offrant la chance de contourner les défenses active. Kyuuji se concentra directement pour nous offrir des protections nécessaires à notre survie, dans des éclats magnifiques aux lucioles tournoyantes d’un ambre irradiant, éloignant les griffes des créatures ressemblant à des carcasses écœurantes sortant du sol lentement. Je partais affronter les gardiens corrompu, d’énormes statues de pierres ressemblant à des corps masculins sculptés au visage d’une grande beauté habillé de soierie thanalanaise se déplaçant comme des hommes fait de chair. Si je pu atteindre le premier de mon sabre, l’autre écrasa lourdement Anja qui arrêta la pierre destinée à écrasée Kyuuji en blessant fortement sa jambe sous la pierre brisée.

Et si Aerlin avait pu nous aider, lui aussi devrait être malheureusement sauvé. Quand s’extirpa une grande ombre du sceptre noueux, il releva la tête, son corps possédé par le Maitre du Culte toujours présent dans le cristal retenant l’esprit de l’Arbre-en-Deuil. Livio et Ika occupés à bataillé face aux Immortels de l’équipe de purification contaminés, ils ne pouvaient pas nous apporter grand support dans la situation qui semblait de plus en plus désespérée. Au moins, n’avions nous pas l’occuliste infâme dont le corps était à moitié transformée en horreur boisée, canalisant d’un bras l’énergie monstrueuse dans une des clés volées et dans l’autre produisant de terribles explosions pour essayer de happé les deux pistrosabreurs. Ainsi, la récupération des clés n’en fut que plus difficile. La première fut acquise lors de ce combat, quand les corrompus furent détruit par les deux compagnons jusqu’à ce qu’Ika se saisisse de la clé, en un véritable tourbillon d’une énergie infâme qui ne parvint à l’atteindre en une lueur apaisante. Laissant son assaillant bouche béante comme si même cette chose ne réalisait pas que sa proie venait de lui échappée. Les deux autres eurent été récupérés par Finaen et Runne lors d’épreuves dévoilant des aspects de leur personnalité : Une peur et une fierté, mais ce n’est que quand les piliers furent purifiés qu’ils purent passés la véritable épreuve, récupérant à la disparition des incarnations de leurs pensées deux autres des clés. La dernière, tarda à être prise, étant personnellement occupé à tournoyer en me battant contre les gardiens, le dernier fut pourfendu par un grand coup de sabre peu après qu’Anja l’ait envoyé à terre.

Elle défendait Kyuuji qui fit de son mieux pour sortir Aerlin de la possession, les deux chutant au sol dans un éclat de lumière magnifique. Pendant un bref instant, ce fut comme une trêve, un moment de calme si précieux qui permit quelques soins alors que tous se rejoignaient à la porte en laissant Finaen et Livio s’occuper de la dernière épreuve. Mais l’environnement même ne semblait pas d’accord avec notre besoin d’un instant prompt à découvrir comment faire usage des clés. Il ne s’agissait là que d’une logique selon un cycle élémentaire, une clé pour la foudre, l’eau et la terre, ainsi que pour l’élément le plus important ayant provoqué la création du sanctuaire : La nature même. Mais la dernière tardait à venir, puis que Finaen et Livio s’occupaient du résultat de leur plus grande réussite, ce qui conjointement donnait un Elezen l’air souriant avec une pistolame à la main.

Même si ils purent rapidement récupéré la clé dessus, des éclairs d’un mauve intense frappaient au sol en laissant croître des nuages d’un noir inquiétant tournoyant lentement au dessus du sanctum. Les frappes accéléraient, la nature souillée ne cessait d’apparaître en laissant apparaître des énormes insectes presque gélatineuse ainsi que des arbres gémissants. Kyuuji évoquant une radiance paisible en repoussant les menaces environnantes, laissant un passage pour Finaen et Livio rejoignant rapidement notre groupe. Il resta en arrière, auprès d’Anja, empêchant les maléfices de nous atteindre en de nombreux craquements de chitines vicieuses. Dès que la dernière clé fut installé, une lueur magnifique de différentes couleurs jaillie, et le bois, la pierre, tournoya brusquement pour laisser apparaître par la suite le passage vers le sanctuaire intérieur.
Image
Nous précipitant à l’intérieur en laissant nos compagnons d’arrière-garde nous rejoindre en vitesse, les lianes et autres insectes furent désagrégés par une barrière de pureté reluisante que nous avons au moins pu efficacement traversés. Plus nous nous enfoncions vers les profondeurs du sanctuaire, plus les échos de leurs gémissements disparaissaient au loin. Les nombreux braseros offrait au moins une lumière diffuse permettant de se repéré, et nous pouvions apprécier les nombreuses décorations gravés dans la terre. Au début, elles étaient des plus simples, mais petit à petit elles furent remplacés par quelque chose de bien différents. Une beauté rare, et précieuse, envahit autant nos yeux que notre ouïe. Les chants remplacèrent les râles rauques égarés en des échos lointains de nos poursuivant bloqués, modifiés par des sonorités paisibles d’un chœur de cent voix douce et apaisante. Le plafond s’illumina de décorations cristallines formant des reliefs fabuleux laissant découvrir des mosaïques dépeignant un ciel irradiant mouvementé. Des silhouettes d’oiseaux, de ballons, de banderoles thanalanaise passant fictivement en l’air, autant qu’une rivière passant sur nous tous en nous laissant une sensation de fraîcheur agréable. Tout était fait pour se sentir mieux, mais à mesure que nous progressions dans le Sanctum, les chants devenaient plus faible, plus triste.

Comme si les voix n’en devinrent plus qu’une gémissante et tremblante, pleine de chagrin et d’une faiblesse inquiétante. Si il n’avait fallut que s’inquiéter d’un chant, cela aurait été plus facile, mais les pantins protecteurs sortirent lentement de leurs caches pour tourné la tête petit à petit vers nous. De la bile noire glissant hors de leurs orbites vides, l’air fin et monstrueux mêlé à des ailes d’anges brisés et rendue grise ou noire par la contamination. Nous tailler un passage fut plus compliqué que face à des simples adversaires, nos lames et nos sorts repoussant ayant ceux sur les côtés que dans les airs muni de lames et de lances. Plusieurs eurent quelques entailles, mais beaucoup étaient concentrés sur notre propre protection pour évité les blessures graves en des myriades de cristaux. Ce, pour parvenir enfin jusqu’au site du rituel. La force de purification empêchait les pantins ailés d’approcher sans être désagrégés, les laissant arpenter dans les environs comme des diablotins errants. Il y avait comme un tronc d’arbre blanc, des racines n’entrant pas au sol, à l’intérieur d’une bassin d’une eau clair d’un cyan apaisant.

Quelques corps des occultistes jonchaient le sol, proche de cristaux d’un blanc pure. Stella Langston, la jeune élémentaliste rencontrée il y à longtemps en percutant Ika, se trouvait au sol avec un cristal dans la main. C’était ses derniers instants, elle avait attendue en survivant grâce à un des cristaux qui la lierait éternellement à l’Arbre-en-Deuil une fois réapparue quand le rituel serait fait. Malgré la peine, la tristesse, le chagrin. Aerlin déposa le sceptre qui s’illumina brusquement. L’incarnation de l’arbre commençait à prendre place dans des bruits sibyllins qui devinrent plus sinistre alors que s’extirpait du cristal la formation ombreuse qui allait donner forme à Istilroix, le Maitre du Culte de l’Arbre-en-Deuil. Comme un avatar de la malchance, l’être portait une armure d’un acier noir, des chaînes tombant au sol en quelques bruits de claquements, et un linceul déchiré recouvrant la surface d’ombre qui l’incarnait. Kyuuji n’avait pas voulu attendre qu’il prenne forme, essayant de bloquer sa transformation dans une sphère de lumière, Finaen vint à son aide jusqu’à ce que ce dernier s’en débarrassé dans un hurlement de rage et de douleur.

Tous vinrent à sa rencontre pour frapper de leurs lames, Aerlin se concentrant avant tout à nous maintenir entier tandis que coups et sorts pleuvaient sur son armure. Même une stalagmite finie par tomber dessus poussée par les efforts de Kyuuji. Plusieurs fois, il balaya les yeux en détruisant les pots et les colonnades cérémonielles habitant l’endroit. Anja, hélas, en voulant protéger Runne, finie à son tour écrasée une bonne partie du combat contre une des colonnes sous un choc particulièrement puissant. Après s’être défendu de ses assauts, il eu un moment de faiblesse quand l’énergie spectrale accumulée vers Kyuuji se brisa sur une multitude de protection d’éther. Recevant un dernière assaut, se débattant comme il pouvait en balançant Ika sur Aerlin ou en laissant la foudre frapper ceux qui s’opposaient à lui, rien ne pu empêcher sa condamnation. Hurlant une dernière fois, il ne resta alors des ombres que la silhouette de l’Elezen qu’il fut jadis.

Marchant lentement vers l’incarnation de l’Arbre qui venait enfin de jaillir. Autours, s’y trouvait les silhouettes d’un blanc pure des cultistes repentit, ainsi que celle de Stella. Souriant paisiblement, au moins son rêve avait été accomplit malgré la folie l’ayant gagné : Son esprit se trouvait quelque par, en ce monde. Son regard se perdit autant que son incarnation se désagrégeait pour retrouver la Mer des étoiles. Tout nos camarades s’effondrant au sol, prenant du repos soutenu par les chants paisibles et les eaux d’un cyan pure qui gagnait les lieux avec un effet aussi curatif pour l’esprit que pour le corps. L’Arbre-en-Deuil devint l’Arbre-blanc, chantant ce chant d’espoir à qui viendrait s’y confier. Achevant là une bien longue quête. Une nouvelle histoire s’achève, en ce lieu solitaire. Mais la suite nous attends déjà ! Et notre prochaine histoire n’en sera que plus trépidante. Tout en espérant la vivre avec des compagnons qui resteront toujours des amis. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 270
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 23 déc. 2020, 13:38

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Un tintement des chaînes rouges."

Image
Quatre-vingt-cinquième Entrée – « Acte 1 – Au sommet d’une tour perdue.»
Image
« Après avoir pu prendre un peu de repos depuis la renaissance de l’Arbre-blanc, il était néanmoins tout autant question de nous préparer pour la suite. Le défilement des missions continuerait rapidement, et je dois dire que notre prochaine objectif est tombé en vitesse. Pendant que nous prenions le temps d’en finir avec le culte, prospérait lentement une faction vaguement connue du nom des Chaînes rouges. Jadis connu pour être des bandits d’ambitions, il n’avaient jamais eu tel nombre et influence dans le nord du Sombrelinceul. La guilde d’Hast auprès de la Guilde des aventurières firent remonté l’affaire depuis les dernières fortes oppositions avec la Vigile Sombre, et ils avaient bien besoin du support de quelques aventuriers expérimentés pour découvrir ce qu’il se trame vraiment. Nous avons pu nous retrouver avec des compagnons habituels, aux portes de la citée-état de Gridania, avec pour mission d’atteindre une tour isolée où les forces en présence ni même la patrouille envoyée les voir, ne répondaient à l’appel. Livio était bien entendu là pour nous protéger, tout en étant accompagné par Runne et Finaen. Et de nouveau, L’vinus et N’lamahni étaient en scène, auprès de A’tinea qui vint nous guérir en compagnie de Kyuuji. C’était une bonne équipe, bien que Livio aurait la pression de devoir supporter bien des assauts en tant que défenseur.

Et nous voilà parti sur les chemins avec pour objectif de comprendre ce qui pouvait bien se passé. Les routes étaient paisible au début, quelques voyageurs tout au plus ainsi que des marchands se baladant, mais on à rapidement pu voir sur le conflit avec les chaînes rouges entraînait déjà des conséquences. Renforcement de la garde locale, départ de plusieurs habitants vers la sécurité, et des jeunes aventuriers qui braillaient et dont l’un est venu se disputer avec N’lamahni pour se plaindre ne pas avoir le droit de partir en mandat. Outre la coccinelle qui tournoyait autours de L’vinus, on voyait aisément que l’ambiance n’était pas du tout prompt à une vie paisible à cause des conflits locaux. Et j’ai bien peur que nous ayons un rôle à jouer dans leur résolution. C’est une fois arrivant dans les sentiers hors des recoins traversés par la vie civil que tout changea rapidement de ton. Après quelques temps de marche orientés par Kyuuji pour progresser efficacement dans la Sylve sans déranger l’ensemble élémentaire, d’un coup, des pulsions étranges naquirent. Comme si le monde vibrait très légèrement, tout comme des émotions soudaines apparaissant au creux du ventre.

Un sentiment d’agacement, de colère, des plus désagréables. Et si sa cause ne nous apparaissait pas alors clairement, les premiers résultats du conflit avec les Chaines rouges nous apparue. Des flèches, des épées brisées, mais seul un corps restait encore en place. Il avait l’air desséché comme si il avait été ponctionner par la chaîne précisément qui le maintenait pendu à une branche, alors que Runne s’approcha rapidement sur les branches pour essayer de comprendre ce qu’il se passait. Il avait l’espoir que son fantôme soit encore dans les environs, je crois, mais Livio l’avait bien prévenu de ne pas toucher la chaîne. Quand un sifflement puissant se fit entendre, heureusement, l’explosion en devenir allait rapidement être contenue par A’tinea et Kyuuji pour que la déflagration ne fasse pas de mal ni à Runne ni à la nature environnant laissant une branche brisée tombant au sol avec les cendres de celui qui était jadis un Vigile Sombre. Nous avions déjà inspecter les environs, découvert les traces possibles menant droit vers l’endroit où l’ennemi avait progresser alors que Kyuuji avait clairement ressenti l’hésitation et la peine de la Sylve environnante quant à notre présence.

C’est quand il la rassura que nous avions pu aisément prendre le chemin découvert par N’lamahni et Livio. Fonçant tous en vitesse, armes en mains après avoir entendu un cri de douleur en échos, il était temps de rencontrer l’ennemi pour lui faire payer ce qu’il avait fait. Quand Finaen leva la main pour offrir une facilitée à notre manœuvre, cette acceptation due aux efforts de l’élémentaliste se mue en une myriade de tournoiement magnifique, donnant l’impression de passer dans un tunnel végétal se formant au fur et à mesure de nos pas. La beauté de ce mouvement du monde environnant était époustouflante, bien que dangereuse si on tardait trop à en sortir, mais nous avions dés lors un objectif clair : Atteindre l’emplacement du cri. Et après une course rapide avec la position attendue, nous avons pu en découvrir le sanctuaire.
Image
Un endroit isolé, agréable, et qui aurait pu être fait pour profiter des lieux avec candeur si il n’était pas menacé par des forces ennemies. Les feuillages épais dormaient des arabesque saisissante filtrant les lueurs solaires comme d’innombrables traits de lumières mettant en valeur les lueurs vagues de toutes couleurs et les fleurs magnifiques. Ce lieu n’avait en rien été souillé par la violence des combats, mais ça ne saurait tarder. Nous y étions enfin, les Chaînes rouges, de toute façons d’Eorzéa portant des autours de combats sombres avec des chaînes rouges autours tintant aux grès des gens. Un jeune Elezen du nom de Gobet se défendait comme il pouvait de l’entrave qui voulait comme son camarade vigile sombre à son côté le pendre brusquement. Quant au maître des lieux, il était confronté à un mage agenouillé devant lui discutant poliment de comment il pourrait faire usage de son pouvoir pour les aider à atteindre leur futur objectif. Si nous aurions pu en entendre quoi que ce soit, il n’en fut rien, car il se releva aussi tôt notre présence découverte. La plus part nous firent face, même l’énorme sorte de scaropte sombrelinçois qui semblait néanmoins avoir été transformé. Eux qui ont vaguement un air de scorpion bien plus massif, avait quelques approches reptilienne dans son air. Plutôt que de faire le détail physique, la bataille s’engagea à toute vitesse notamment pour sauver ceux qui pouvaient encore l’être.

Le Scaropte massif fut rapidement confronté à Livio qui se chargea de tenir ce dernier d’un flanc opposé au notre pour évité qu’il ne massacre tout le monde, brisant ses pinces les unes après les autres en y laissant des blessures terribles sur ses flancs, il avait été sous la surveillance d’A’tinea pour évité des blessures graves. Les coups puissant brisèrent ses armes, aménagent pour N’lamahni une aubaine de pouvoir balancer son javelot infusé d’éther en plein à l’intérieur de sa carcasse dans un geste brusque qui le massacra intérieurement. Les alliés furent rapidement libéré, Runne ayant brisé les chaînes rouges les encerclant avec sa magie à toute vitesse bien que le vigile sombre pendu s’écrasa un peu plus bas en braillant qu’il était encore en vie, je tenais front avec les maudits brigands dont les forces étaient largement au dessus du simple voleur de la forêt.

Les énergies cristallines d’un orange inquiétant ne cessaient de revenir à la charge, les renforçant, jusqu’à ce que malgré ceux tué l’un ne me propulse m’écraser lourdement sur L’vinus pendant que j’essayais de laisser l’ouverture pour que Runne sauve Gobet, qui empala de sa lance un des Lalafell dès qu’il fut libéré. Un des points les plus important était la sécurité de l’esprit élémentaire sur lequell le maître local, Turlinpin, veillait. Le Qiqirn avait facilement profiter que N’lamahni n’étouffe doucement le monde avec un fumigène pendant que L’vinus les harcelait de tir avec son arc pour que le mage ne puisse intervenir. Au final, il produit une forte explosion dans les rangs de nos compagnons, les dispersant un peu partout en sonnant les malchanceux en ayant reçu une bonne partie de l’intensité. Kyuuji s’efforçait de soutenir l’esprit des eaux présents, peu après que Finaen en profita pour briser la chaîne à l’intérieur du bassin. Mais il était tellement paniqué, l’esprit des eaux, qu’il faillit noyé celui qui venait lui demander de l’aide.

Envoyé vers le bassin avec beaucoup plus de brusquerie que prévue, l’esprit fini par s’apaiser dans les eaux de son bassin tandis que Finaen l’extirpait brusquement de là. A ce moment, il ne restait à vrai dire plus beaucoup d’adversaire. Après qu’une flèche de L’vinus l’ait brisé d’un bras, le sorcier évoqua un sort qui fit jaillir des cristaux prompt à exploser des corps des rares survivants. Tout les cristaux furent brisés soit par Finaen et Livio dans un coup efficace, soit endigués par L’vinus et Runne empêchant la détonation d’un autre. Le mage, quant à lui, fut littéralement scié en deux quand je renforçais l’assaut de N’lamahni. Reglant pour de bon ce problème. Néanmoins, alors qu’A’tinea s’occupait des blessures, les élémentalistes avaient déjà commencer le rituel permettant à l’esprit de purifier et bénir ce lieu. Le Qiqirn âgé cependant, n’en avait pas fini, et il fit s’ouvrir une brèche dans les feuillages pour nous montrer notre objectif : La tour isolée. Dont on pouvait clairement voir dans ses hauteurs, le reflet d’un cristal orange des plus inquiétants.
Image
Rester là en l’observant de loin ne servirait à rien, surtout que les pulsations ressenties depuis le début du voyage correspondait exactement au rythme des lueurs visible à l’intérieur du cristal orange au dessus de la tour. Doucement, les flots se remettaient à couler paisiblement en des myriades de veines apaisantes dans le refuge isolé, et nous ne pouvons plus que voir cela au loin. Laissant les corps et les derniers risques à la garde de Gobet et du Vigile sombre, nous nous sommes précipités vers la tour après cinq longue minutes de courses rapide malgré notre fatigue. Il s’y trouvait rapidement une vision sinistre des corps des Vigiles sombres ayant emporté plusieurs de leurs assaillants, dans un combat qui avait du être enragé. L’esprit de la bataille, le reste sinistre d’un combat, voilà bien ce qui m’évoquait les affrontements de jadis contre le Pacte du Feu vengeur. Deux étaient encore en vie, A’Tinea se ruant vers ses derniers pour leur venir en aide pendant que Finaen et Kyuuji se confrontaient à un massif Roegadyn les observant depuis le haut de la tour. Visiblement, il les connaissait, ou au moins suffisamment pour parler d’eux facilement, le reste de l’équipe trouvait rapidement un moyen d’atteindre le sommet puisque l’escalier – et en soit tout l’intérieur même de la tour, avait été saboté en ne laissant là que des débris brisés.

La discussion avec leur chef ne fut pas des plus longue, se concluant au moment où il attrapa son prisonnier, Silfur de la Guilde des Maitres d’Hast, supérieur de Gobet et celui qui nous avait contacté pour cette nouvelle tâche. Balançant le Hyur blessé dans le vide, son rire tonitruant suivi son mouvement alors qu’il recula pour mettre la main sur le cristal. D’un coup, la terre eut un tremblement puissant, des échos de lumières et de sonorités sifflantes se firent entendre. Quelques fissures apparaissant sur la tour, montrant bien la pression exercée par ce qu’ils préparaient en haut. Commençant l’escalade sur différent point pendant que Kyuuji et Finaen recevaient Silfur correctement pour ne pas qu’il s’écrase, entouré par la protection d’A’tinea.

N’lamahni fut la première à partir sur son grappin suivi de Livio, Runne restant en bas pour créer des prises de glace tandis que son confrère Finaen jouait à « épingle un ennemi » avec des piques terrestres volant ici et là. Les Chaînes rouges firent de leurs mieux pour nous empêcher d’accéder à l’étage supérieur, certains se virent poussé des ailes sinistres, la lueur dans leurs yeux démontrant une subjugation présente des plus affreuse. Ceux qui n’avaient pas ce don, propulsaient projectile et sorts, plusieurs comme L’vinus furent impacté comme ce dernier par la boule de feu qui faillit le sonné à mi-chemin de l’escalade. Livio quant à lui fut littéralement emporté vers les cieux, attrapés par les mains essayant de devenir des griffes entres les mains de ses assaillants, et rapidement, nous avons pour la plus part fini tout là-haut. Le Roegadyn n’était déjà plus là, difficile de savoir où ce dernier avait bien pu disparaître, mais l’un des adeptes de Silfur avait été usé pour servir de protecteur au cristal. L’elezen qui devait jadis être un fier maître d’hast était complètement difforme, sa chair restante avait tendance à se fondre en écailles mais la plus part de son corps était fait de cristaux orange pulsant que très légèrement par rapport à celui derrière lui qui lévitait. Plusieurs chaînes rouges priaient, offrant leurs vœux à ce qui ressemblait avec un minimum de force à une Griffe de Dalamud.

Lentement, elle commença à s’élever vers les cieux. Le haut de la tour explosa dans une myriade de lumière en déconstruisant le bois et la pierre l’ayant formé, qui au lieu de choir au sol, restèrent figé dans les cieux en un tourbillon de matériaux fracassé mené par un vent irréelle les faisant tourner très lentement. N’lamahni voulu faire explosé le cristal en priorité, mais son protecteur était encore devant, recevant l’explosif à sa place dans un fracas intense. Posant une main au sol, des éclats de cristaux jaillirent un peu partout, balançant A’tinea qui venait d’être transportée par Kyuuji vers le vide, celle ci rattrapée de justesse par le Raen qui se mit à couvert derrière un des nombreux piliers. Dans une lueur obscure, L’vinus brisa les protecteurs de ceux priant encore, les laissant sensible aux différents assauts qui les exécutèrent aussi-tôt. Tout le monde avait fini par rejoindre la hauteur, Runne à la suite de Finaen vint un peu trop vite pour rencontrer le poing du protecteur de cristal dans un rugissement puissant. Au moins, le cristal ne pu aller bien plus loin, une puissante déflagration renforcée par la magie de Runne s’extirpa de la grenade de N’lamanhi, la faille s’offrit à la pistolame de Livio dans un fracas puissant.

Des myriades de lumière orangée tombèrent en une pluie d’étincelle paisible, y mêlant quelques temps plus tard les décombres du haut de la tour chutant autours de celle ci. Si le gardien hurlant de douleur voulu nous abattre en nous attirant dans un souffle irréelle, avant de nous projeté sur les piliers, mais ce fut un instant avant le coup de grâce, le laissant lourdement s’effondrer au sol sous nos différents assauts. Ne laissant de lui que la dépouille de l’Elezen qu’il fut jadis. Installé en haut de cette tour, nous avions alors tout le temps de réfléchir : Silfur parlait de la Lance des Funérailles que le Roegadyn voulait récupéré, ayant volé dans cette tour le moyen de retrouver les morceaux de cet artefact oublié. Dans quel dessein ? A quoi pouvait servir ce cristal si il était parvenu dans les cieux ? J’ai bien peur que les réponses n’arrivent que bien rapidement, tout cela pour atteindre celui à la tête des Chaînes rouges. Quoi qu’il avait comme dessein pour cette partie de Sombrelinceul. Il doit être arrêté avant d’y parvenir. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 270
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 24 déc. 2020, 12:40

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Diverses missions pour la Guilde des Aventuriers."

Image
Quatre-vingt-sixième Entrée – « Acte 2 – Un abominable chat des neiges.»
Image
« Un dernier mandat avant la fête des étoiles. Il n’allait pas être si dur que ça, normalement ! Même si la dernière fois que j’ai dis ça, nous nous confrontions à un prêtre de Léviathan voulant sacrifier quelques mercenaires au nom de son dieu. En l’heure, il s’agissait visiblement de retrouver un Lalafell ayant une obligation dans le Coerthas pour une pré-fête des étoiles. En plus d’offrir de nombreux cadeau, il devait offrir un spectacle unique en son genre avec des effets de glaces merveilleux et inattendu. Ainsi, même encore fatigué de notre mission en Sombrelinceul, nous avons pu nous regrouper avec la première partie de notre équipe : Livio était là pour nous protéger, tout en ayant N’lamahni à mes côtés il y avait surtout de nombreux guérisseurs venant comprendre l’intrigue de notre mission. A’tinea, Kyuuji et Aerlin vinrent nous retrouver pour retrouver ce fameux Lalafell. Tout débuterait au cœur de la fête de l’Observatoire qui démarra doucement en laissant sortir les foules hors des rues quand les premiers spectacles de glace aérienne débutèrent. C’était fabuleux à voir, d’innombrables lueurs et formes visibles dans les airs alors que le jour déclinait doucement, des chocolats chauds furent offert de bon cœur surtout pour les aventuriers présent venu pour se reposer.

Les gens riaient, se baladaient, discutaient, mais une drôle d’histoire d’un abominable chat des neiges commençait à apparaître. Les rumeurs entendues étaient nombreuses, mais ce n’est qu’une fois sur place que nous avons pu commencer notre inspection après avoir traverser une ville en joie. Directement, Aerlin vint à la rencontre de la Dame ayant organisée cette festivité. Une noble Elezen sujet de la maison Durendaire et Astrologue de la tour de l’Observatoire observait les festivités tout en profitant de ses effets, mais elle fut rapidement très intéressée par la présence d’Aerlin en tant qu’aventurier répondant justement à son mandat. Après une courte discussion, il apprit aisément que le Lalafell que nous recherchions, Meniel, avait prévu une telle surprise qu’il escomptait en faire le cœur de la fête, mais qu’il y eu un soucis avec l’apothicaire avec qui il négocia les dernières ressources manquantes pour finir son chef d’œuvre. Ce qui pu se rejoindre avec la piste de Livio et Kyuuji.

Mais avant de passer à cela, de leurs côtés, N’lamahni et A’tinea profitèrent le plus possible de la fête. L’enthousiasme de la jeune N’lamahni la faisant jouer à la balle sans cesse pour essayer de gagner des prix pendant que sa camarade essayait d’en savoir plus auprès du responsable qui n’avait aucune motivation à interagir avec les foules. Elle pu comprendre rapidement que la véritable responsable, du nom de Ouver, avait disparue. Celle ci entretenait des missives avec un certains Armand tout en ayant des illustrations en nombre de ce fameux Abominable chat des neiges, et ce qu’il pouvait au final bien être. En l’heure, elles ne montraient pas du tout ce que ça pouvait bien être, et il nous faudrait parvenir à sa rencontre pour clairement définir qui il était.

Après un temps passé aux enquêtes, Livio avait pu trouver une piste en entrant dans la tente de Meniel, découvrant ses travaux sur des statues de glaces et des éclats de glaces en voyant des informations sur comment donner vie à des pantins de glaces pour en faire tout un spectacle. Kyuuji à ses côtés, ce dernier avant déjà découvert un présence élémentaire lié à cette énergie qui était tout à fait chaotique, comme si son sens avec le temps avait décidé de disparaître. Tout était vraisemblablement lié à son désirs de créer des pantins animés par une source alchimique qui n’avait pas offert le résultat escompté, les sculptures de glaces créant les pantins de différentes formes se devant être festive, avaient été tout autant renforcé par des cristaux de glace élémentaire pour tenir le coup. Mais une fois cette lotion alchimique supplémentaire installé, le mouvement et la « vie » simulée ne s’était pas réellement déroulé comme prévu, et les traces de pas de plus en plus difformes dans la neige créant une piste nous menait droit vers l’Ouest.

Là où certains avaient chassé pour retrouver Meniel tout en rencontrant et fuyant l’abominable chat des neiges. Au moins, la rencontre avec Aerlin qui discuta avec le massif Hyurgoth fondant en larme dans les bras de notre élémentaliste nous offrit une contre mesure à sa propre lotion alchimique défaillante. Récupérant le sac, tout en arrivant à séparé le pleurnicheur de la jambe d’Aerlin, il ne suffisait plus qu’à suivre la piste tout en nous éloignant malgré tout des festivités toujours magnifiques dans des lueurs si différentes. Les danses, les musiques, me manquaient aussi tôt le festival quitté en ne laissant qu’un échos de cette ambiance festive. Pour autant, la cloche avait annoncé plus que trois cloche pour le clou du spectacle, celui de Meniel. Il fallait le retrouver d’ici là.
Image
Errant tous ensemble dans la neige, le niveau monta de plus en plus. Ce qui n’était qu’irritant pour les grands à nos côtés, l’était bien plus pour ceux qui pataugeaient littéralement en essayant de ne pas tomber dedans. Une brume soulevée par les vents élevant la poudreuse empêchait d’y voir grand-chose, et encore moins les traces qui s’étouffaient dans la neige. Pas étonnant que personne ne les ait retrouvé avec une telle purée de poids, mais nous avions l’avantage de la suivre depuis le départ de tout les problèmes vécus par Meniel tout en ayant avec nous des élémentalistes et du matériel de pointe. Soulevant la neige par les vents, Kyuuji et Aerlin étaient comme bien souvent connecté tout deux dans leurs efforts, ils ne faisaient pas que travailler de pair. Ils étaient parfaitement uni dans leurs manœuvres autant que la maîtrise des énergies comme lorsqu’ils affrontèrent le Tree Barar. La piste avait une marque éthérée, qui s’illumina doucement à se contact donnant l’impression de voir là un merveilleux tracé lumineux nous conduisant toujours plus loin et sur la bonne route. Néanmoins, après un bon moment à errer dans la neige, quelque chose d’autre vint à se faire voir et entendre.

Les illustrations réfléchies et travaillées par N’lamahni et ceux se penchant dessus ne donnait clairement pas d’indication sur ce que pouvait être cet abominable chat des neiges. Au fond, était-il seulement réellement une bête connue, ou une bête tout court ? Sa carrure, sa posture, ça ne reflétait bien entendu pas le réel à cause de l’imagination fantasque de personne paniquée. Mais tout de même ! Au moins venions nous de retrouver un peu de sa fourrure dans la neige soulevée par les vents. Ainsi que son hurlement qui résonna en échos avec un timbre de désespoir. Envieux d’en savoir plus, nous quittions la route quelques instants pour suivre l’autre piste, Kyuuji et Aerlin certains qu’une présence élémentaire s’accentuait et déraillait dans les environs. La courte marche nous mena droit à la « bête », qui se tournait maintenant petit à petit vers nous. Ne pas l’assaillir toutes lames dehors fut un bon choix, tous se tenant sur leurs grâces, des effets d’apaisement apparaissant pour lui ôté toutes envies de nous sauter dessus en retour, la figure du Hrothgar recouvert de fourrure blanche autant que son duvet naturel l’était avait quelque chose de reconnaissant et de désolé.

C’était le fameux « Armand » des illustrations d’Ouver découverte par N’lamahni, autant que les lettres discutants avec ce dernier, perdu hélas dans les neiges. La discussion avec nous fit découvrir qu’il n’était qu’un aventurier venu remplir aussi ce mandat pour commencer sa carrière dans le Coerthas, mais qu’il eu quelques soucis l’ayant fait passé pour l’abominable chat des neiges pour la populace environnante. Lui, et les deux aventuriers l’ayant rejoint il y à eu, avaient déjà affrontés quelques pantins. Deux aventuriers ? Nous fimes leur rencontre plus rapidement que prévu quand le sommet de la hauteur de neige éclata d’un coup. Il y eu comme une incantation merveilleuse de magie reluisante de glace tournoyante dans tout les sens produisant un véritable éboulement. La déferlante de neige nous tomba dessus rapidement, mais heureusement, suffisamment légèrement au début pour essayer de nous y adapté, avant que le déluge ne soit de plus en plus rapide. Des pantins de glaces, l’ennemi était enfin là !

Sortant brusquement de la neige pour saisir le Hrothgar et l’emporter avec eux dans la chute rapide. La plus part se stabilisèrent, je glissais auprès de Livio en cherchant à atteindre rapidement Armand qui braillait loin devant nous, alors qu’Aerlin et A’tinea étaient ensemble se tenant dans une sphère d’énergie étoilée produite par l’astromancienne. N’lamahni parvenait de son côté à se hisser hors de la neige, glissant en affrontant un des pantins, toutes lames dehors. Et Kyuuji avait pu se concentré sur les forces élémentaires pour qu’elles l’aident à se stabiliser en glissant à toute vitesse à son tour. Mais quel surprise que de voir les fameux deux aventuriers passant à toute vitesse à côté de nous : Sur une luge, Finaen et Runne filèrent à toute vitesse guidé par les vents en passant brusquement au dessus d’Aerlin et A’tinea. Je dois avoué, c’était quelque peu confus et même plutôt amusant malgré les pantins de glaces devenue difforme et effrayant sortant d’un peu partout autours de nous.

La cible pour la plus part était Armand, Kyuuji éjectant brutalement un pantin avant de voler à son tour en l’air, se stabilisant pour ne pas s’éclater dans la neige un peu trop fort, alors qu’Aerlin se concentrait pour offrir du soutiens en projetant quelques pierres tout en protégeant A’tinea, bien qu’un pantin lui mit la tête dans la neige. L’un explosa littéralement quand Finaen et Runne passèrent en travers, arrivant jusqu’à Armand qui fut aussi rejoint par Livio, tous ensemble finissant par le libéré avant qu’il ne soit emporté trop loin, et ce jusqu’à ce que la chute dans la neige se termine. Je venais de finir de trancher en morceaux quelques des poursuivants, alors que nous finissions de glisser dans la neige de cette petite avalanche qui nous avait fait rejoindre un cours d’eau proche. Et je dois dire qu’il n’était que de plus distrayant, malgré la surprise et la fatigue à tous, la douleur des instants passés à rouler dans tout les sens avant de se stabilisé, que de voir Finaen et Runne qui ne pouvait absolument pas freiner, se manger de plein fouet un monticule de neige pour disparaître dedans. Voir ça donnait un sens à toute cette mission à mes yeux.
Image
Pour autant, l’objectif n’était pas encore terminé. Malgré tout c’était déjà ça d’avoir pu retrouver Armand et découvert au moins que cet abominable chat des neiges était un problème. Cela dit, il était maintenant véritablement inquiet pour Ouver et observait dans tout les sens une piste. Celle ci fut aisément découverte en voyant la fumée d’un feu à travers les flocons de neige éloigné, signe des cristaux de feu qu’A’tinea avait découvert dans l’atelier d’Ouver proche du jeu de balle qui avait tant amusé N’lamahni. Finissant de nous offrir un peu de soutiens par une apaisante lueur venant des soins de Kyuuji – ce qui donna le temps à Finaen et Runne de sortir du monticule de neige. Il était rapidement temps de se mettre en route vers la sorte de fortification oubliée que nous pouvions voir au loin. La route ne fut pas si désagréable, si il ne fallait pas pour certains chasser la neige et les engourdissement tout en bondissant d’une pierre à une autre pour évité de se tremper par de l’eau glaciale apporté par un cour d’eau.

Ce n’est qu’après quelques clochettes à peine que nous sommes arrivés devant le lieu oublié depuis quelques temps maintenant, vestige de la guerre de milles ans, gardait néanmoins toujours une certaine majesté. Mais cette grandeur fut soulevé un peu plus par les innombrables sculptures de glaces visibles un peu partout, tournoyante le long des murailles voir parcourant les cieux en de nombreuses formes, elle était d’une telle pureté que nos reflets se faisaient aisément voir se décuplant sans cesse en donnant l’air de nous observer. Il n’avait pas de mal ou de corruption quelconque dans cette irradiante création de toute beauté, mais elle risquait de servir de nourir pour les pantins qui arpentaient encore les environs. Ils n’étaient pas si nombreux, plusieurs devaient encore être cachés ici et là, et quel était triste de voir les difformités de ce qui devait être simplement des visages et des formes humaines. Maintenant, ils ressemblaient à des incarnations de malchances tant leurs formes étaient modifiés, par avec une impression de nécrose dégoûtante, plutôt de difformité géométrique leur donnant une impression d’avoir des surfaces supplémentaires ajoutés. Et la plus part des pantins œuvraient pour celui qui se tenait au fond de la fortification. Ses jambes avaient disparues dans les couches de glaces successive ressemblant à un excès de gras, le givre se déplaçant de manière irréelle comme si il s’agissait vraiment de surface graisseuse.

Les pantins rongeaient les sculptures tout en apportant les éclats à cet énorme chose qui ouvrait les cadeaux de Meniel encore et encore pour essayer d’y trouver quelque chose d’intéressant. Le lalafell se trouvait proche d’une Hyuroise, Meniel et Ouver, ayant produit le feu des cristaux pour empêcher les pantins de leur faire du mal. Tous partirent rapidement en intervention. Runne et Finaen après que ce dernier ait ejecté un éclair puissant proche du pantin, firent diversion pendant qu’A’tinea attira brusquement Meniel qui s’écrasa sur la Miqo’te un peu brusquement. Le pantin fonçant à toute allure, bondit sur les deux compagnons dans une lueur puissante, se préparant à se faire exploser de la même façons que l’un avait produit finalement l’avalanche. Livio fonça droit vers l’amas immense dont l’explosion de la grenade de N’lamahni avait déjà commencé à sérieusement le gêné. S’extirpant de là dans un rugissement, un affrontement violent eu lieu pour essayer de le briser le plus vite possible alors que je luttais contre les pantins environnant, Kyuuji ayant écrasé de nombreuses pierres sur celui qui voulait m’assaillir avec efficacité !

Lui et Aerlin durent se défendre d’un rayonnement de glace puissant, dévastant tout sur son passage, jusqu’à ce qu’ils le canalisent et qu’Aerlin finisse par détruire littéralement les opposants ayant provoqué cela. Assaillit de tout les côtés, une javeline s’écrasant dessus autant que l’aide de Kyuuji, la pistolame de Livio détonna sur l’énormité de glace en le faisant cédé fatalement dans une explosion propulsant ses morceaux un peu partout. Quant à Ouver, qui avait été attrapée par un pantin qui bondissait sur les structures de glaces en l’air, celui qui la tenait vit détourné en partie l’explosion par les efforts de Finaen, A’Tinea et Runne conjointe qui étaient parvenu à contre la déflagration pour la renvoyer droit dans ses jambes, le faisant choir dans le vide peu avant d’être rattrapé par Armand, le Hrothgar glissant avec elle au sol un instant sous la surprise.

Ainsi, tout les pantins furent détruit, et les deux disparus retrouvés ainsi qu’une bonne partie des cadeaux. Mais il ne restait que peu de temps avant que la fête ne débute vraiment, et nous avons décidé d’accompagner Meniel vers l’Observatoire de nouveau en installant les cadeaux sur des structures de glaces flottant légèrement en l’air. Arrivant à temps à la fête, le spectacle des sculptures flottante fut tout de même impressionnant malgré le manque de pantin de glace dansant, et à leurs places, nous firent la distribution des cadeaux tout en profitant un peu de la fête. Et puis, tous furent surpris de découvrir l’abominable chat des neiges, qui fut finalement le plus surprenant dans le spectacle de Meniel, offrant des cadeaux à tous. Cette histoire venait à sa conclusion, et un repos bien mérité nous fut offert. Tous pouvant profiter alors de l’accalmie, et d’une fête des étoiles bien méritée ! »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 270
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 28 déc. 2020, 13:19

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Un tintement des chaînes rouges."

Image
Quatre-vingt-septième Entrée – « Acte 2 – Le secret des pierres blanches.»
Image
« Malgré la période festive que nous traversons, il reste malheureusement encore beaucoup de travail à accomplir. Nous prenons un peu de repos entre temps, mais les chaînes rouges ne semblent pas être des plus intéresser pour eux même en profiter. La seule chose qu’ils célébreront risquera d’être leur victoire qu’ils voient venir si vite. Ainsi, ils se permirent de frapper une nouvelle fois proche de la citée état de Gridania en essayant de poursuivre la recherche de la lance des funérailles qui semblent tant les motivés. Mais pour cela, ils sont parti à l’assaut même des protecteurs de la Vigile sombre dans les environs, faisant clairement entendre parler d’eux, ce qui nous amena à avoir rapidement des nouvelles de Sulfur nous demandant d’intervenir aux côtés de ses alliés.

De nouveau, nous nous sommes réuni sous un soleil radieux éblouissant les environs en laissant des traînées de lumière apparaît à travers les feuillages prenant parfois des teintes de différentes couleurs. Le temps était splendide, triste période pour partir guerroyer, et nous nous sommes rejoins pour la plus part à la porte de la vipère jaune devant l’accès à la citée-état de Gridania. Pour nous guérir, Kyuuji et sa connaissance des lieux ainsi que l’astromancie d’A’tinea devrait nous être d’un grand secours. Livio sera là comme toujours pour nous protéger des assauts, et afin de détruire nos adversaires à mes côtés. N’lamahni et L’vinus seraient des supports essentiels à cela. En route vers le lieu où maître Turlinpin devait nous retrouver, le voyage fut des plus agréables de part cette présence lumineuse bienvenue malgré le léger vent frais de l’Hiver, tout comme les rares rencontres. Nous avons été gâté par une collation en pain et confiture par le père d’un Vigile sombre que nous avions sauvés, tout comme savourant l’ambiance d’une vie paisible les premiers temps jusqu’à ce que petit à petit, elle se remplace par la réalité.

Cela débutait par quelques caisses de ravitaillements abandonnés, des plus jeunes combattants de la Vigile sombre installés nous saluant avec l’air soit nerveux, soit agité à l’idée de partir enfin faire leurs preuves. Et ceux d’entre nous qui se sentaient alors relativement serein, se mirent à saisir leurs armes en sentant la pression arrivant petit à petit. Alors que L’vinus observait les environs en constatant ce flux de personne venant dans un sens particulier, conduisant relativement proche du lieu de rendez vous de maître Turlinpin, notre élémentaliste fut inquiet vis à vis la santé même de la nature environnante. Posant sa main contre un arbre, Kyuuji eu un instant d’absence où des écorces jaillirent le long de son bras, grimpant doucement, avant de lentement choir au sol. Des visions apportés par la présence de la Sylve le confronta à une rivière proche, une eau coulante rapidement où des statues de pierres blanches lentement se hissaient hors des flots. Un objectif, voilà ce que Kyuuji ressenti en même temps que la douleur que lui transmettait l’état de la nature environnante, et quand il se reprit, nous pouvions tous voir Livio balancer une jeune aventurière au sol.

Ainsi que le cristal orange qu’elle avait en main. L’officier des Deux vipères la recevant l’envoya avec les autres, difficile à dire si il restait un espoir, mais en gardant le cristal, nous nous fierons à son étude pour savoir si les pauvres bougres malchanceux ont encore une chance de s’en sortir. Mais la route n’était pas terminée, et nous entrions dès lors dans les recoins plus dangereux menant droit à la zone de conflit. Ici, les blessés étaient nombreux, et plus d’une fois un médecin demandait de l’aide pour un Vigile sombre en piteuse état. Ça n’était pas à l’image des grandes guerres des centaines de combattants dévastés, mais cette petite dizaine témoignait déjà de l’impact de la présence des Chaînes rouges. Jusqu’à ce qu’une ombre apparaisse, laissant voir un subjugué muté aux ailes frappant dans les cieux, délivrant tout une volée de flèche hors d’une caisse venant s’écraser sur la protection éthéré d’A’Tinea. L’vinus l’aidant en quelques impacts dans les airs dans des ondes de chocs, notre avancée fut mitigée par de tels jets venant des cieux frappant nos barrières. Face à nous, un malchanceux Elezen fut prit par une dizaine de flèche, et j’admets que cela fut marquant. Mais c’est quand nous arrivions si proche que les bruits des combats se faisaient entendre, qu’une jeune Vigile sombre fonça vers nous tout en apportant malheureusement les problèmes directement sur nous.
Image
La sphère enflammée fusait dans les cieux peu de temps après qu’elle ne vint s’écrouler dans les bras de Livio en le suppliant de l’aider. Celle ci était boueuse, encrassée et visiblement terrifiée, ce qu’elle avait du vivre lui avait marqué l’esprit et elle avait été envoyée comme deux malheureux chercher des renforts. Mais ceux renvoyés en arrière au cœur de ce combat étaient littéralement calcinés vivant comme en témoignait les deux cadavres encore fumant proches d’ici. Si rapidement, des protections furent mises en place, l’impact furieux de la boule de feu fut diminuée par l’onde d’éther envoyé par L’vinus.

La dispersion s’écrasa un peu partout, mais nous laissant indemne au niveau du bouclier cristallin de Livio avec A’tinea. Kyuuji quant à lui offrit à la nature même la sécurité de ne pas subir un contre coup, ce qui au fond était son rôle, et nous avons pu admirer autours des cristaux reluisants de la défense de Livio, une myriade aqueuse magnifique se mettre à tournoyer, empêchant les dégâts sur les environs. Même N’lamahni fut récupérée par les eaux, bien que trempée, quand elle fut balancée plus loin à cause d’un impact en s’éloignant des défenses. Rapidement, nous avons pu lui dire de partir rejoindre les forces arrières et annoncer la situation qu’elle devait en vitesse déclaré, tout en progressant nous même à un bon rythme vers le supposé champ de bataille. Il y avait déjà quelques traces de saccages dans les environs, et nous avons pu débouché dans un Bosquet qui aurait été ironiquement magnifique si il n’était pas aussi dangereux à cause du combat en cours.

Le soleil illuminant les multitudes de fleurs, et les dégradés des couleurs verdoyantes de la forêt lui donnait un air enchanteur. Toutefois, notre concentration fut principalement destinée aux menaces environnantes, Maître Turlinpin se tenait sur un grand arbre sinistre qui envoyait brusquement ses branches sur qui approchait un peu trop de ce dernier. Mais cet arbre se mourrait à mesure où sa force vitale nourrissait la sorte de totem fait de différents cristaux aux lueurs orangées, rayonnante de plus en plus en chargeant de nouvelles déflagrations de la même puissance que ce qui voulait désintégré la pauvre Vigile sombre. S’occupant de ce dernier, un Elezen portant un sinistre masque se tourna vers nous en s’inclinant rapidement vers notre équipe, saluant celui des nôtres qu’il appelait le « Bois-maudit », comme si il était heureux de le retrouver ici en notre compagnie. Toutefois, nous n’étions pas là pour partager des politesses : Soutenu par un tir explosif de N’lamahni dans les Chaînes rouges qui essayaient de massacrer les derniers vigiles sombres protégeant une ruine précieuse, Livio fonça en direction de ses derniers pour s’interposer entre eux et la jeune Lalafell qui criait à l’aide. Tournoyant avec sa pistolame en repoussant l’adversité, malgré quelques impacts un peu lourd à subir, jusqu’à ce que sa lame éparpille ses ennemis.

Kyuuji se concentrait sur le sauvetage d’un élémentaire de terre, qui venait d’être sorti d’une pierre par deux des chaînes rouges qui furent assaillit aussi bien par la puissance terrestre de Kyuuji que par les griffes de L’vinus tournoyant au milieu de ses adversaires. L’élémentaire était paniqué, furieux de son état, et malgré les chocs de pierres les cognants plusieurs fois, Kyuuji sous la surveillance de son camarade miqo’te fini par l’apaiser en créant un lien entre eux deux. De mon côté, je me confrontais à un de ses subjugués pour l’empêcher de revenir dans les cieux, ma lame se confrontant à cette chose et malgré une flèche plantée dans l’épaule, je fini par trouver la faille pour le transpercer de mon épée. La lueur tournoyante du Shuriken massif fonçant droit vers l’Elezen qui venait de balancer un sort de feu majeur vers N’lamahni et A’Tinea, dans une forte déflagration, fut blessé en reculant jusqu’au totem. Posant sa main dessus, les lueurs enflammées fusèrent vers les cieux tournoyant brusquement en une grande déflagration.

Du ciel, tomba plusieurs projectiles comme un feu furieux d’un méga-brasier, s’écrasant un peu partout en essayant de nous balayer. Pendant que nos compagnons protégeaient comme ils pouvaient les alliés locaux, j’observais dans les cieux une des créatures arriver droit vers nous. Installé sur son dos, Runne, et accroché à sa caisse à munition, s’y retrouvait Finaen. Les deux compagnons avaient du combattre plus loin, et ils se retrouvaient basculés dans tout les sens en arrivant droit vers le maître du subjugué qu’ils tenaient. Esquivaient les flammes furieuses tombant droit vers nous, tous foncèrent pour arrêté enfin la folie de ce totem, l’Elezen invocateur ne pu pas bouger plus longtemps une fois empalé par la javeline de N’lamahni. Entre les poings de L’vinus, l’épée de Livio, mon sabre tranchant. Le totem reçu brusquement à une vitesse folle la créature « monture » de nos deux compagnons, Runne en profitant pour bondir et mettre Turlinpin en sécurité loin de là avant la forte détonation créant un cratère au sol. Et pendant quelques secondes, je perdis connaissance.
Image
Reprenant doucement mes esprits, tout n’étant que lueurs floues qui petit à petit se stabilisaient, l’emplacement de l’arbre-cogneur et du totem n’était plus qu’un cratère fumant. Les Vigiles sombres étaient un peu partout s’occupant des blessés, Turlinpin marchant doucement avec Runne en essayant de guérir la terre, Kyuuji touché par une profonde tristesse. Les soins de Finaen m’offrirent un répit, arrachant la flèche et un éclat de bois pour que les saignements soient cessés par l’afflux des guérissons. Turlinpin sacrifia l’essence élémentaire de sa pomme de pin si précieuse pour revitalisé le bosquet dans une lueur magnifique, des flots tournoyant un peu partout en créant de multitudes de lucioles bleutés errants dans les cieux. Tout le monde s’occupait des blessés, et finalement, nous avons reçu la clé qui pourrait nous mené efficacement droit vers le domaine où devait se trouver la Hampe de la lance des Funérailles que convoite les chaînes rouges. L’utilisant, ce dernier se mit brusquement à se cristallin dans une lueur éclatante en ondulant doucement dans la main de Kyuuji tout en dessinant des runes bleutés le long de son bras. Atteignant le sol, les runes naquirent au sol de façons éphémère tout en dessinant comme une rivière une véritable ligne à suivre pour atteindre notre destination.

Malgré la peur et l’inquiétude que cela pouvait apporter, mêlé à la pression de l’éther de plus en plus résonnant dans nos esprits comme une impression désagréable d’un chaos ambiant, il y avait au moins dans ce visuel une grandeur rare. Des runes tournoyantes autours de nombreuses pierres de vieilles ruines abandonnées ici et là. Tournoyant en vitesse, les feuillages et les herbes qui au début étaient gênante voir harcelant finirent par s’ouvrir en un accès direct avec notre destination. Bien que tournoyante paisiblement en créant un cercle de verdure, ce fut rapidement plus autant nécessaire quand nous avons rejoint le passage que les chaînes rouges s’ouvrirent eux même en dévastant tout dans leur passage. Quelque chose de massif avait du progresser en détruisant tout ce qui pouvait essayer de le gêné, laissant des traces de griffures et des flammes ondulantes doucement autours de son accès forcé. Progressant à l’intérieur de ce passage, les runes essayant d’apparaître un peu plus difficilement dans les environs, s’éteignant doucement en des lueurs presque attristante, débouchant dans un recoin solitaire. On y retrouvait visiblement de nombreuses ruines abandonnées gagnés petit à petit par la ruine, illuminant particulièrement un recoin maîtrisant les protections locales proche d’une sorte de stèle avec une bassine plus en haut.

Mais le plus visible et grandiose fut quand dans un tremblement de terre, les eaux se surélevèrent brusquement. Une lueur splendide repoussant les flots tout en laissant apparaître des statues de pierres blanches comme Kyuuji les virent en vision, laissant une véritable et magnifique sculptures de différentes formes masculines et féminismes tournoyantes en une arche, à l’intérieur de laquelle une massive statue isolée relevait lentement la tête. Celle ci émit d’une voix en échos puissant, résonnant dans les environs, que nulle qui verse le sang ne serait le défaire avant de se préparer à nous affronter.

Ayant quelques doutes sur la bonne morale de combattre un gardien, la plus part s’intéressèrent en vitesse aux ruines environnantes pendant que Livio et L’vinus fonçaient vers la créature subjuguée qui avait du créer la faille jusqu’à ce lieu. Mais un être si primitif ne pouvait pas avoir une telle initiative, et il manquait encore le cerveau de cette opération. Le dévastant à toute vitesse, soutenu par une lame projetée par N’lamahni l’atteignant en pleine tête après que Runne ne lui ait gelé les jambes en l’empêchant de bouger, Livio fut attrapé par la jambe et commença à tomber dans la rivière avec la créature. Rapidement rattraper par son camarade, afin de ne pas choir, laissant la bête dévastée continuer son chemin dans les flots. Kyuuji s’était empressé de rapidement comprendre la situation, découvrant que ce gardien était un esprit humain en pleine repentance qui surveillait cette hampe, et le seul moyen de la mérité finalement. C’était d’en finir.

Ce qui se mêla rapidement aux informations découvertes par Finaen comprenant que cet antique lieux d’épreuves et de sceau, usé depuis peut-être des centaines d’années, avait déjà été activé. Mais avant de pouvoir le signaler, une chaîne rouge tournoyant pour l’attraper à la gorge en essayant de le pendre haut et court. Il ne fut pas longtemps étranglé par le massif Roegadyn ayant dirigé l’opération de la tour perdue, avant que celle ci ne cède sous les sorts de Runne et A’Tinea. Renforcé, reprenant son souffle, Finaen profita pour fendre les airs en atteignant le Roegadyn déstabilisé par les vents de Runne, tournoyant en l’air avec lui un instant avant qu’il ne disparaisse, grièvement blessé par la rapière de son opposant. Quant au gardien, qui venait déjà de recevoir une grenade en pleine face après que je l’ai confronté plusieurs fois de mon sabre, ce jusqu’à ce que Livio et L’vinus ne le frappent brutalement par terre en le laissant s’écraser un genou en avant sous les impacts. L’éclat de foudre envoyé en plein centre de l’être par N’lamahni était la faille que j’attendais, pour engouffré mon sabre en déchaînant les éclairs. Il détonna brusquement dans un instant d’hésitation. Visiblement, quelque chose s’était passé avec Kyuuji qui manipulait le cœur des défenses, lui ayant parlé directement en réclamant à celui animant cet être de s’apaiser et d’en finir une bonne fois pour toute. Si il vit autre chose, nous n’avons pas encore pu en parler ensemble, mais au moins cela conclu notre bataille en récupérant la Hampe de la Lance des funérailles. Épuisés, blessés, nous avons pu prendre un peu de repos plus que nécessaire tout en étant conscient que bientôt, une nouvelle bataille nous attendrait.
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 270
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 30 déc. 2020, 14:30

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Un tintement des chaînes rouges."

Image
Quatre-vingt-huitième Entrée – « Acte 3 – Un sort scellé dans le marbre.»
Image
« Deux morceaux de la Lance des Funérailles, voilà de quoi les chaînes rouges ont besoin pour leur projet actuel, et pourtant si nous pensions avoir entravé parfaitement leurs prochaines manœuvres en récupérant la hampe, ils semblaient toutefois encore déterminé à réagir et à chercher le dernier morceau. La pointe de la lance se trouvaient à un lieu connu de Maître Turlinpin, qui une fois de plus devait nous guider directement sur place. L’atteindre cette fois se ferait dans un petit sanctuaire aux abords comme pour la hampe du territoire où pouvait se trouver la pointe de la lance. Et nous devions le rejoindre une fois l’équipe formée, afin de prendre compte de la situation, et de nous mettre en route. La beauté su Sombrelinceul par son soleil mourant à travers les feuillages était encore saisissant, mais le problème était la surabondance curieuse d’insecte. Au début, cela paraissait pour une simple farce en voyant un pauvre jeune aventurier emporté par des myriades de coccinelles involontairement pendant un déplacement, mais nous avons vite constaté que ça n’était pas que ça. Au départ, notre équipe était que simplement constitué.

Comme toujours Livio se tiendrait à nos côtés pour nous défendre, et Kyuuji maintenant habitué à cela était là pour nous offrir soins et soutiens. Mais le curieux nouveau venu était Sorn, avec ses outils et armes à feu en tant que marchand, simple « marchand », qui pour autant fut bien plus intéressant et prompt au courage – ou à la folie aveugle, ce qui est parfois relativement identique, le rendit très utile dans notre œuvre. Ainsi, c’est quelques temps passés sous des myriades de passages de petits insectes qui fut précurseur aux premières problématiques pour atteindre notre destination, dont le guide inattendu apparut après un instant de concentration de Kyuuji. Sa main sur un arbre, il voulait ressentir une nouvelle fois ce qui pouvait déséquilibré ainsi la sylve quant à la présence des chaînes rouges. Mais en ouvrant les yeux, il se retrouvait face à face un gros scarabée de la taille de son poing. Ce dernier ne fut rien d’agressif, et s’illumina à la place d’un bleuté très agréable. Quand il prit son envol, il ressemblait dès lors aisément à un feu-follet tournoyant de toute part avant de passer au dessus d’une hauteur rocheuse. J’aurais juré entendre « Par ici, hâtez vous », comme un échos sifflant dans les environs d’une douceur incroyable.

Dans un mouvement de feu-follet, le scarabée disparut aussi tôt vers un recoin plus éloigné assombris par la nuit tombante, et nous voilà à devoir grimper des roches tout en s’entraidant pour atteindre la destination offerte. C’était plus aisé pour certains d’entre nous, notamment alors que Sorn ne cessait de faire quelques boutades en se distrayant de ce qu’il était venu chercher en guise d’aventure, mais il fallait parvenir à tendre le bras pour aider Kyuuji et A’tinea à grimper vers les hauteurs.

Plus nous avancions, pour les vagues d’insectes étaient nombreuses et acharnés. Ça n’était plus des grosses bêbêtes éparpillées un peu partout plus téméraire de que coutume, mais des véritables essaims fonçant dans toutes les directions dont une vague percuta brusquement Sorn dans les côtes avant de se faire rattraper par Livio. Ce qui était d’écœurantes gêne, venait de devenir une menace, et plusieurs boucliers furent hissés dans des lueurs cristallines dont des ondulations de lumières comme des gouttes d’eau d’une pluie tonitruante ne cessaient d’apparaître à mesure que les insectes s’y écrasaient. Les flammes du lance-flamme de Sorn éloignait ceux à nos arrières, désireux de repousser les vagues jusqu’à ce que des insectes géants ne jaillissent maintenant du sol. Ma lame pu en trancher plusieurs, écartant celui qui venait de mordre le bras de Sorn alors que Kyuuji limitait les dégâts des flammes et des essaims dans des vents puissants éparpillant ses derniers un peu partout. A’tinea soutenait la protection d’un Livio qui avançait droit vers la lueur du scarabée qui désirait nous conduire, jusqu’à disparaître dans un amas de broussaille sinistre.

Poursuivit par la vague, il n’était pas vraiment question de s’arrêter pour boire une tasse de thé avec les grosses bestioles, et nous voilà nous engouffrant à l’intérieur en essayant de progresser sans trouver notre chemin aisément. Et nous avions curieusement vu au moins une fois le cadavre abandonné d’un Thanalanais dont il ne restait que les os, dont la présence reste encore un mystère pour moi, mais je ne désirais pas partager son destin à vrai dire. Il y avait un sentiment de claustrophobie qui me gagnait légèrement, les mouvements éparpillés partout entre mes compagnons et des poursuivants ne permettait pas aisément de comprendre ce qu’il se passait. Mais bien rapidement, nous débouchions exactement là où la lueur paisible nous conduisait. Là où nous étions attendu. Au cœur d’un sanctuaire magnifique habité par maître Turlinpin. Et si il avait été tant pressé de nous faire traversé les vagues d’insectes effrayés, c’était bien pour une raison : Depuis tout ce temps, le Qiqirn s’efforçait de repoussé la menace des Chaînes rouges déjà présente.
Image
La splendeur de ce dit sanctuaire était éblouissante. Avant de voir les menaces, nous avons pu observer un bref instant la grandeur du lieu qui était installé au centre d’un arbre immense dont les racines tournoyaient en différentes tailles pour créer cette cloche intérieur. Ainsi, les environs étaient comme un horizon de branchages et de feuillages dont des lueurs vagabondes erraient doucement en tournoyant petit à petit autours du sanctuaire. Le scarabée nous ayant conduit ici filant à toute vitesse vers le plafond de la salle, s’installant auprès de centaines d’autres qui dans cette même lueur, donnait l’impression d’observer une voûte céleste merveilleuse. Et la lumière diffusée par cette étendue de fausses étoiles fabuleuses permettait d’y voir aisément ce qui nous attendait. Maitre Turlinpin soulevait les flots, les eaux élémentaires repoussant un énorme scarabée massif dont les cristaux gravés à l’intérieur me faisait pensé aux serviteurs communs apportés par les chaînes rouges, l’énorme bête essayant en vain de progresser en trempant ses pattes dans les flots avant d’être rapidement retenu par les vents soulevés par Kyuuji venant à l’aide de son camarade.

Pour diminué la puissance des forces élémentaires présentes, les combattants des chaînes rouges étaient déjà en train de faire œuvre d’un saccage absolu, levant leurs armes pour brisés les racines et tout ce qu’ils pouvaient dévastés. Leurs chocs semblaient offrir des moyens aux cristaux oranges ayant déjà prit le contrôle d’une racine de s’étendre de plus en plus, se diffusant à l’intérieur même de leur chef, une Roegadyn concentrée sur le cœur du sanctuaire, lui offrant une protection inébranlable. Ce qui intéressait grandement nos assaillants, était le cœur même de ce lieu, ressemblait à une sphère d’éther élémentaire d’un bleuté irradiant où tournoyait des lucioles d’énergies tout doucement, offrant conscience et force à l’équilibre de la sylve en cette sorte de graine isolée du monde. Mais de sa corruption, pouvait aussi d’éteindre l’usage même de ruines blanches que nous avions jadis déjà observé dans le lieu d’enfermement de la Hampe de la lance des funérailles. Ainsi, il fut annoncé que le Briseur céleste se trouvait déjà dans les ruines où devait être enfermé la pointe de lance que nous sommes venu chercheur.

Tel était le nom du Roegadyn rieur dont Finaen à laissé une marque par la pointe de sa rapière à notre dernière mission. En finir devenait alors pressant, c’est sous les tirs de Sorn frappant les chaînes rouges que Livio et moi nous ruèrent pour empêcher ses derniers de continuer leurs saccages. Les lames s’entrechoquèrent en ce début de bataille, je ressentais malgré tout la présence d’A’tinea quand sa carte vint souvenir mon assaut, mais l’énorme scarabée se dégageait de plus en plus et sa corne créa un sillon brisé au sol. La terre se mettait à trembler à mesure que les cristaux voulaient s’étendre, et quand un des chaînes rouges égorgé dans une dernière prière, vint s’écraser sur le cœur même, tout du sol au plafond se mit brusquement à s’agiter dans des bruits puissants d’un sol en mouvement. Plusieurs racines sortaient du sol, les lueurs bleutés des scarabées miniatures au plafond tombaient et tournoyaient ici et là comme des étoiles en panique, et que ne fut notre surprise de voir la tête de Runne apparaître d’un de ses trous. Lui et Finaen luttaient depuis quelques temps pour protéger les racines des chaînes rouges, furent finalement éjecté vers les hauteurs.

Malgré la surprise de Kyuuji qui se tenait à côté, essayant de purifier le dit cœur, ils ne mirent pas bien longtemps à se saisir de la situation pour nous rejoindre. Malgré tout, la Roegadyn était encore inébranlable, son marteau vint trouver les côtes de Finaen pour le propulser à toute puissance droit sur Sorn qui se remettait à peine d’une explosion ayant éjectée A’Tinea de côté. Les deux observèrent les cristaux, et se mirent à les saccagés pour brisé le contrôle des flux élémentaires lié à ce domaine. C’était une chance de l’atteindre, alors que Runne lui ôtait ses forces, jusqu’à ce qu’elle soit perturbée par A’tinea lors d’un étrange procédé que je n’explique pas. Mais le subjugué massif qui avait été transformé à cause de son exposition aux énergies corruptrices instillés dans le cœur empala sa propre chef, avant d’être cible de l’ire de tout nos compagnons. Balancé brutalement contre le dernier des chaînes rouges opposant, s’écroulant de son côté. Le scarabée massif peu de temps après fut à son tour détruit quand attiré par le tir de Sorn, en lui hurlant dessus, la foudre de Finaen entra directement par la plaie via le biais de mon sabre, avant de dévasté entièrement l’intérieur de ses organes. Ne laissant qu’une carcasse fumante brisée choir au sol. Kyuuji concentré sur la purification du cœur, libéra d’un coup d’une vague de lumière paisible qui gagna alors les lieux, et chacun d’entre nous.
Image
Cette radiance paisible nous offrit un peu de répit pour nos blessures, et chassa un peu la fatigue que certains accumulaient. Mais nous étions encore bien souillons et sur le coup de l’adrénaline. Cette force ne pouvait néanmoins pas chasser les influences néfastes venant des runes devenant petit à petit orange, à mesure que les protections de la pointe de lance devaient être éprouvé par notre ennemi. Turlinpin, épuisé, marchait lentement en posant sa main sur le cœur tout en se concentrant pour que les flots tournoient en ses lieux, cherchant à revitalisé ce qui avait été brisé pour achevé l’œuvre de Kyuuji cherchant à offrir de nouveau la paix à cet endroit. Car nous avions un tout autre rôle, et les scarabées tournoyant fusèrent à l’extérieur tout en ouvrant un passage dans les racines afin de nous mené droit vers le lieu de pèlerinage secret où se trouve la dite pointe. Progressant avec un Sorn dont les farces étaient au fur et à mesure diminuée par la dangerosité du voyage. De nouveau, nous voilà dans les ruines de marbre blanc aux nombreuses runes illuminés. Mais cette fois, la plus part étaient déjà fragmentés ou rayonnant d’un orange léger. Les corps des membres des chaînes rouges jonchaient le sol là où ils avaient affronter des gardiens pour atteindre le centre des ruines où la pointe devait se retrouver.

Leurs opposants étaient des sortes de pantins ressemblant un peu à ceux du sanctuaire intérieur là où repose désormais l’Arbre-blanc. Cela dit, au moins ils n’étaient pas touchés par la souillure du Tree Barar, ceux ci étaient néanmoins suffisamment détraqué par l’ancienneté des sorts les animant autant que par la violence et la libération d’éther corrompu par les prières à Dalamud des chaînes rouges. Nous attaquant régulièrement en essayant de nous massacré le long du passage, c’est en se taillant un chemin rapidement que nous sommes parvenu finalement au centre des ruines, malgré les pièges antiques libérant sur nous miasmes et maladies. J’y voyais légèrement floue, les sonorités distordues par une impression de bulle dans le crâne était difficile à géré, mais il restait néanmoins encore un adversaire à défaire, bien que nous étions arrivés trop tard pour récupéré la pointe de lance.

Une Hyuroise subjuguée, dont les ailes frappaient dans le vide pour rester élevé en l’air, priait à ce que le cataclysme de jadis un jour ressurgir pour finir ce qui avait été commencé. Face à elle, un massif gardien principal en forme d’une statue de pierre blanche féminine ne savait plus où en donner de la tête, alors que les chaînes rouges saccageaient les lieux en vue de s’en servir pour élevé un cristal corrompu tout comme l’avait jadis fait, du moins essayer, le Briseur céleste sur la tour perdue. Cherchant à préserver les lieux, je filais offrir une ouverture à Runne pour qu’il se débarrassé du fou furieux avec ses explosifs essayant de faire sauter la pierre de pèlerinage racontant l’histoire des lieux. Taillant en pièce dans la foule en pleine bataille avec les pantins-gardiens, en tournoyant dans tout les sens avec mon sabre quelque peu difficilement. Kyuuji furieux envoyant quelques noms d’oiseaux se concentrait sur l’assaut de la Prêtresse auprès de Finaen, parvenant à trancher ensemble une de ses ailes en la laissant choir lentement vers le sol. A’Tinea restant en soutiens dans l’instant auprès d’un Sorn qui essayait de se reprendre, voyant les tirs de sa tourelle mécanique filer un peu partout en créant des petits trous dans les ruines locales. Le combat fut rapidement décisif, après quelques chocs, Runne trouva une sorte d’aide venant des lieux même en tirant une épée qui se mua en une rapière adaptée à sa paume.

Brisant le sanctuaire brusquement alors que des obélisques tournoyaient lentement en l’air accompagnant un cristal orange. Ce dernier malgré l’énergie furieuse provoquée par la prêtresse donnant l’impression d’un monde en flamme, fut brisé par un tir puissant d’une foreuse de Sorn mêlé à une détonation magistrale de Finaen. Laissant lentement les restes du cristal choir, ainsi que les obélisques tombant des cieux en envoyant quelques de nos compagnons au sol. Finaen reçu la lame néanmoins de la statue gardienne perdue qui avait été occupée par Livio un premier temps en frappant la prêtresse involontairement, avant de s’attaquer à nous. Mais dans son état, je pu aisément la trancher un instant après le coup porté à mon camarade. La prêtresse quant à elle, les ailes brisées par Kyuuji et hurlante en essayant de se débarrassé de la gravité furieuse d’A’tinea, finie écrasée par la lame de Livio dans une explosion l’écrasant dans le sanctuaire brisé. Levant lentement une main, son dernier souffle fut de demander pourquoi la Sylve l’avait abandonnée.

Alors que les survivants adverses étaient vaincu, et la Ruine restaurée, les menaces s’évaporèrent doucement en ne laissant que notre équipe en ce lieu identifiant les secrets de cette ruine. Ses dernières, gravés par les Gridaniens bien plus tard, usèrent de ce lieu pour scellé la pointe de la lance des funérailles. Un artefact jadis forgé pour ouvrir tout accès antique, risquant de permettre d’ouvrir l’accès vers un ancien sort de Mach scellé il y à bien longtemps par leurs adversaires. Quelques soient leurs projets, ils voulaient ce sort pour parvenir à lancer une incantation destinée aux cieux même de la Forêt du nord. Au loin, visible depuis le promontoire du sanctuaire, les chaînes rouges marchaient lentement vers le sud de cette contrée. Quoi que nous ayons pu arrêté ce soir, et que nous ayons pu ralentir en détenant la Hampe. Le Briseur céleste, le Roegadyn à la tête de cette force des chaînes rouges, semblait avoir une cible. Qu’il n’obtiendrait qu’à la fureur de la prochaine bataille qui nous attends auprès des Deux vipères. »
Akayane Kosenjobi.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 270
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Journal d'Akayane Kosenjobi.

Message par Akayane » 03 janv. 2021, 11:16

Journal de Mission de Akayane Kosenjobi.
"Un tintement des chaînes rouges."

Image
Quatre-vingt-neuvième Entrée – « Acte 4 – La bataille de la Futaie des Murmures.»
Image
« Atteindre leur objectif final ne serait pas chose aisée, pour les chaînes rouges, et pourtant de tout cœur ils s’y tentèrent pour que la vengeance qu’ils convoitent tant se réalise. On pourrait vaguement les nommés des victimes, et pourtant, ils luttent pour réalisé une justice qui n’appartient qu’à leur soif de sang. Notre rôle de ce soir était précisément d’essayer d’empêcher les chaînes rouges du Briseur céleste d’atteindre le lieu de la prison du sort qu’ils convoitent. Ce dernier se trouvant dans une écurie à chocobo, il y avait quelques complications à l’idée de faire sortie leurs occupants se refusant de mettre en danger les bêtes pour évacués de leurs côtés, aussi le choix le plus rapide serait de partir en avance pour essayer de faire tomber l’ennemi dans un piège et massivement les arrêtés avant qu’ils n’assaillent les écuries. Aux portes de la vipère jaune, comme de coutume depuis nos dernières missions, nous avons pu nous réunir avec notre équipe du soir. Finaen et Runne étaient présent dès le début cette fois et n’avaient pas un objectif les retardant quelques peu. Pour nous guérir, il y avait plus que de l’assistance pour cela. A’tinea, Aerlin et Kyuuji apportaient leurs pouvoirs et leurs connaissances prompt à veiller sur nous tous. Et pour finir, de nouveau, Sorn serait à nos côtés ainsi que Livio pour nous protégé.

J’étais curieuse de revoir Sorn à l’action, au vue de sa première mission avec nous il y à peu. C’était sur un ton léger que nous discutions malgré l’atmosphère étrange du temps local. Comme si les nuages se faisaient accompagnés de quelques lueurs orangées de cristaux lointains, des vagues illusions visuelles témoignant de l’effet d’un sort peut-être lointains. Quoi qu’il pouvait se passer, dans l’instant, quelques farces bien sentie de Sorn mirent en condition l’équipe jusqu’à ce qu’un cri nous rappelle à la réalité. Un jeune soldat accourut vers nous, bousculant pas mal de monde avant qu’un Roegadyn un peu trop musculeux ne le fasse choir au sol. Une flèche plantée dans sa cuisse, saignante encore légèrement, fit intervenir tout le monde rapidement bien qu’il délivrait un message bien différent d’un « soignez moi j’ai mal » : L’écurie avait déjà été attaquée. Les chaînes rouges prirent de l’avance sous le commandement du Briseur céleste et son rire insupportable. Nous avons pris un temps, surtout nos guérisseurs, pour que la plaie soit traitée et qu’il soit mit en sécurité auprès des Vigiles sombres locaux que Kyuuji fit venir malgré leur timidité.

Les laissant prévenir la grande compagnie ainsi que la responsabilité de mettre en sécurité le blessé traité ayant reçu cette flèche si dangereuse que Runne détruit sans la moindre hésitation, la route fut initiée. Tout le long du trajet, des personnes soucieuses partaient, marchant sur des choux éclatés ou se mettant à être prit d’une crise de fureur sanguinaire. Les éclats de cristaux tombant des cieux avaient un effet de suggestion mentale due à ce que certaines personnes eurent comme contact avec des cristaux d’éthers corrompues ses derniers jours. Mais heureusement, la compréhension du phénomène par Finaen fut de bien concevoir qu’ils n’étaient pas condamnés à mort mais bien à devoir être suffisamment sonnés pour avoir le temps de s’en remettre. Quelques coups de crosses de Sorn, des sorts de repos, tout ce qui pouvait nous permettre de les mettre hors jeu sans avoir à les taillés en pièce – ce qui aurait fort peu agréable pour ses derniers je dois dire. Si les problèmes pouvaient venir des habitants et autres aventuriers malchanceux, les effets vicieux des sorts disposés par les chaînes rouges essayaient de nous plonger dans diverses illusions destinées à nous effrayés.

Des efforts provenant de sorts directement liés à cet effort mental, cette corruption des sens, pour nous offrir des impressions qui ne nous appartiennent pourtant pas. Colère, peur, agacement, voir parfois cruauté. Heureusement les lueurs cristallines étaient éloignées et certains comme Aerlin essayaient avant tout de nous empêcher d’être trop affecté. Néanmoins, ce fut les efforts de Kyuuji à essayer de nous faire accepté par la Sylve dans cette mission, et le premier effet fut de nous donner l’impression que le monde devenait un peu plus gris-bleuté, le temps qu’un message soit délivré : Le sort scellé ne doit pas être libéré, son créateur ne produisait que des pages délivrant des maux. Les cercles ne doivent pas apparaître dans les cieux. Si cela ne pouvait pas encore être très clair, la finalité resterait identique, et nous risquions d’en savoir plus en empêchant directement l’ennemi de venir au bout de ses projets.

La dernière épreuve avant d’atteindre le champs de bataille fut une étrange traversée comme dans un tunnel d’un noir complet. Le chef des Chaînes rouges, un Hyurgoth portant une unique chaîne ainsi qu’un masque sinistre essayant de dépeindre la colère, nous avais visiblement plongé peu de temps après la destruction de leur mode de vie par la chute de Dalamud, et l’impossibilité au pouvoir de la Sylve de les en protégés. Maudits par la frustration et la haine, Grim désirait nous faire comprendre pourquoi sa mission était si importante. Et en sortant de cette phase illusoire, d’un coup, nous étions en vérité arrivés en plein milieu du champ de bataille où les Deux vipères pour l’instant reculaient auprès de Gobet. Blessés et fatigués.
Image
Des corps des courageux jonchaient déjà le sol, aux côtés de leurs odieux adversaires. Des flammes léchaient les herbes en dévorant lentement le bois brisés et les boucliers fracassés. Il y avait une puanteur présente entre le souffre des explosions et les dépouilles abandonnées un peu partout. Au moins restait-il des membres des Deux-vipères à protéger, soutenu par un Gobet fatigué mais toujours aussi vaillant. Cela dit, si le totem de cristaux corrompus tirait une de ses boules de feu effroyable, ça n’allait pas rester longtemps le cas je dois dire. Et certaines créatures dans les bois ne semblaient qu’attendre notre venue depuis les bois environnants. Pour atteindre nos objectifs, il fallait nous dispersés en vitesse et trouver un moyen de rendre l’initiative à nos alliés présents tout en leur offrant soin et support. Mais cette aide, Aerlin s’attarda au moins un instant pour l’apporter à A’tinea et Kyuuji qui furent plus profondément touché que les autres par les afflictions mentales. Eux, avaient vu la chute de l’Astre rouge, Dalamud. Visualisé ce qui avait tout ôté aux chaînes rouges il y à si longtemps de cela.

Et si Kyuuji avait su s’en remettre efficacement pour partir secourir les deux vipères en hissant une présence apaisante, guérisseuse, ainsi qu’un bouclier ; ce n’était pas tant le cas d’A’tinea qui était encore au sol hébétée par ce qu’elle avait cru voir choir depuis les cieux droit vers celle ci. C’était une épreuve compliqué, et la présence d’Aerlin avait ça de bon que de lui offrir réconfort ainsi que la présence de l’Arbre Blanc que même Kyuuji ressenti à travers le bâton qu’il porte encore. C’est de cette force morale qu’elle trouva le courage de faire apparaître un puissant sort de gravité sur une créature subjuguée, comme un amas de personne fondue rugissant de colère, de haine. L’amalgame n’eut alors aucune chance face à mon sabre, et fini tailler en morceaux. Mais occupée à dévasté celui ci, le second passa pour assaillir nos arrières avant d’être emporté par la bourrasque de vent d’Aerlin, peu de temps avant qu’ensemble, avec A’tinea, il ne soit hissé sur un monticule de terre élémentaire qui ne cessait de le transpercer encore et encore. Débarrassé des forces arrières, Livio guerroyait avec un Sorn, tout les deux affectés par quelque chose d’étrange.

Si pour Livio, c’était clairement les effets d’une profonde colère prodiguée par les puissances corrompues de la divinité des Chaînes rouges, fracassant ses adversaires et même indirectement Sorn bousculé par un choc prodigué par son allié. Sorn lui, était affecté par un désirs plus terre à terre, on me proposa la thèse d’une affliction due à des années de guerres déjà vécue, mais la folie qui animait son sourire. Son désirs sadique d’abattre ses ennemis, avait quelque chose autant fascinant qu’effrayant. L’avant-garde était un foutoir particulièrement intense depuis que Runne avait libéré un énorme Chocobo en étant littéralement attiré par lui pour se battre dans la foule, jusqu’à ce que les Deux vipères guéries par Kyuuji ne se libèrent, fonçant en avant en finissant par faire une percée. Et au moins, la totem qui aurait pu nous réduire grandement en poussière avait été contenu, les dégâts provoqués par les lames de vent de Finaen furent suffisant pour le condamner, mais il fallait encore contenir la force de l’explosion à venir. Cette déflagration se réduisant à la présence du bouclier évoqué par Finaen et d’un coup renforcé par Kyuuji, les deux s’unissant pour généré ce pavois cristallin contenant l’effort explosif avant que quand ses dernières ne se dispersent, il ne resta alors qu’un amas de cendre dispersé.

Entrant à l’intérieur des écuries, bousculant les rares derniers adversaires alors que les deux vipères investissaient massivement les lieux en assaillant tout adversaires pour libéré les civils survivants. Notre objectif était de rejoindre l’arrière où le sort scellé devait être enterré. Fonçant en avant, droit vers les écuries, Livio mit un temps d’arrêt tant la colère le poussait à assaillir le contre-maître massif dans quelques cris de colère tout en s’éloignant de nous. Les vents de Kyuuji se mêlaient aux eaux convoqués par Finaen pour atteindre les flammes crépitantes un peu partout autours de nous, notamment celles atteignant peu à peu les écuries des chocobos où les bêtes encore prisonnières criaient en appelant à l’aide. Des boucliers crépitants nous protégeaient des flèches et des flammes, offert par A’tinea, tout en voyant Sorn tirer en retour dans des grosses explosions sur le toit de la bâtisse en éparpillant les archers. Runne était toujours sur l’énorme chocobo qui le conduit droit vers l’emplacement où sa bien-aimée – celle du Chocobo qu’il avait surnommé Chou-fleur junior, et malgré le poteau de bois qu’il se prit en plein dans le front, laissant une fêlure saignante abondamment le long de son visage. Elle n’était pas si grave, mais si vous vivez une blessure à la tête, vous verrez que cela peut-être simplement effrayant.

Récupérant Livio en apaisant son esprit par l’effort d’Aerlin, jusqu’à ce que son adversaire reçoit un tir de Sorn qui émit un sourire des plus sadiques. Nous laissant atteindre à toute vitesse l’arrière de l’écurie. Il était temps de découvrir ce que le Briseur céleste convoitait. Si les archers et les menaces proches avaient fini par disparaître, Kyuuji ne comptait pas laisser un seul des cristaux orange entier, ceux ci ondulaient dans les airs avant de prendre les déflagrations détournée par Kyuuji en les laissant choir des cieux le long de nos passages avant de se briser lourdement au sol en envoyant des morceaux ici et là aux moindres chocs.
Image
C’est dans ce sillage de dévastation quand nous découvrions l’état malheureux du champs de légume tant adoré par les chocobos qui ne ressemblait plus qu’à un amas de terre retournée voir dévastée par des sorts puissants. Il n’y avait pas là de corruption propre à la souillure ou autres énergies des ténèbres, mais seulement de la fureur pure. Quelque chose d’agacé et affreux avait tout détruit pour extirpé notamment du sol comme un cercueil de marbre blanc, quelques runes lumineuses brillantes dessus doucement d’un bleuté paisible à l’image des autres ruines ayant déjà été découverte jusque là. Au dessus, s’y trouvait la pointe de la lance des funérailles au milieu de diverses stries et passages de griffures ayant déjà essayer d’ouvrir le cercueil sans la hampe de la lance. Des cristaux oranges étaient un peu partout, quelques civils étaient attachés à une sorte de griffe étrange sortant du sol risquant de mettre à mal ceux essayant de protéger les habitants captifs, tout en se connectant au cœur cristallin ressemblant à une griffe de Dalamud. Ils se servaient des forces élémentaires autant que du sacrifice des locaux pour généré un sort de toute puissance, pour essayer de détruire le sarcophage quitte à détruire ce qu’il cherchait à obtenir à l’intérieur même de leur objectif.

Le Briseur Céleste riait, ce massif Roegadyn approchant lentement en fixant Livio et Kyuuji avec intérêt. Il concevait le premier comme un outil, et le second, comme ce qui devrait être à ses yeux un allié face à la Sylve. La créature subjuguée à son service, battant brusquement des ailes en tournoyant dans un cri de fureur usant des cristaux oranges encore en l’air, fit jaillir un vortex dans les cieux laissant quelques pierres incandescentes tomber de ce semblant de fissure aérienne. Se focalisant sur l’invocateur étrange, qui observait Kyuuji notamment comme si ils partageaient quelque chose de plus profond, les pierres projetées par Aerlin brisèrent son masque brusquement en laissant voir ce regard brisé, attristé. Une rapière enfoncé dans les côtes, il n’eut d’autre choix que de s’écrouler lentement à genou, ayant un instant de conversation avec Finaen sur ce qui semblait être la raison pour laquelle il suivait les chaînes rouges. Sa mère partageait un mal que son chef avait juré de détruire avec la Sylve entière pour libéré les personnes ayant été affecté notamment par le Green Wrath. Confiant à Finaen que le sort préparé juste à côté devait servir à brisé le sort à l’intérieur : Si ils ne peuvent pas l’obtenir, ils étaient bien résolu à le détruire en produisant un saccage titanesque.

Dans les arrières, Runne et Sorn avaient libérés habillement les prisonniers malgré la mort de l’un d’entre eux dans une condition si atroce que le pauvre Runne fini par vomir un instant avant que le Contre-maître abattu normalement par Sorn revint en hurlant. Il baignait dans les flammes, rugissant en voulant précisément abattre Sorn vu comment il braillait son nom. Mais avant de pouvoir faire grand-chose de monstrueux, ce dernier fut foudroyé par Runne et emporté au loin dans une projection des vents surpuissantes. Disparaissant de nos regards, laissant un instant plus tard le passage de la créature subjuguée massive qui tournoyait dans les cieux, laissant un véritable vent de dévastation peu après avoir déjà mit A’tinea au sol, pratiquement inconsciente après la chute d’un météore massif venant du vortex. Aerlin à son tour fut envoyé par terre, les yeux clos après la violence son passage écrasant, mais avant de pouvoir essayer d’achevé A’tinea en constatant que quand la Miqo’te s’était relevée, elle avait protégé efficacement ses compagnons, l’étrange mécanique de Sorn se mit en branle. Comme un humanoïde de métal, il me fit un instant pensé avec grand frisson aux horreurs mécaniques d’Exstasia, mais c’était bien là une œuvre d’une main humaine à l’image des créations des machinistes les plus avancées. Attrapant le subjugué en tournoyant dans les cieux, la foudre de Runne le fit explosé en l’air, en laissant la carcasse choir lentement depuis les cieux.

C’était fini, de ce côté. J’étais en train de lutter avec acharnement avec le Briseur céleste. Livio à mes côtés, nos lames ne cessaient de percuté ce dernier jusqu’à ce que l’épée de Livio ne le transperce en plein ventre. Mais sa constitution lui permit d’y résisté, écrasant Livio contre le sarcophage en lui faisant réalisé qu’il n’avait pas caché la Hampe. Il était la Hampe. Celle ci s’incarnant d’un coup dans sa main à cause du lien tissé entre lui et l’arme.

Et pendant qu’il se relevait, Kyuuji nous aida en affaiblissant considérablement l’ennemi. Il fit venir avec lui les forces élémentaires droit vers le cœur des cristaux oranges, les brisant les uns après les autres en essayant d’en atteindre le cœur jusqu’à y parvenir. Ce n’était pas évident, chacun de ses chocs produisait un vent d’âme en peine qui furent sacrifiés dans l’intérêt divin des croyants de Bahamut. Mais ce dernier parvint quand même à guidé les forces élémentaires droit jusqu’à l’intérieur de l’amas principal, brisant ce dernier définitivement tout en reprenant conscience que peu après, sur un amas de pierre. A l’intérieur où cela se produit, les cristaux dans les cieux se brisèrent autant que la créature subjuguée. Livio fini par unir la hampe et la pointe, ouvrant le cercueil avant que le rituel des chaînes rouges ne fasse explosé le sort. Il était gravé, entièrement, sur une page du livre de Shigma. Un sort d’une rare noirceur, d’une folie écœurante, comme cherchant à créer une faille dans les cieux prompt à attirer une fureur monstrueuse depuis les cieux. Le Briseur Céleste fit tout pour l’obtenir, mais tout nos compagnons réagirent.

Pendant que je luttais de mon sabre, les tirs de Sorn frappant autours de moi alors que les lueurs stellaires nous offrait soutiens, guérison, Aerlin et A’tinea agissant ensemble pour généré cette source de pouvoir purificatrice. Livio renforcé par les forces terrestres convoqués par Kyuuji se saisit de la lance des funérailles. Il la projeta si fort, mêlée au rituel détourné par Finaen et Runne laissant un éther lié à la terre tournoyer autours de la lance comme guidée par la bénédiction de Kyuuji, offrant un véritable faisceau d’une lumière intense, jusqu’à ce que cela traverse de part en part le Briseur céleste. La bataille, venait de prendre fin. Au loin, maintenant que le bruit de nos combats se tarissaient, on pouvaient entendre les deux vipères célébré de leur côté la reprise des écuries. Il ne nous restait qu’à nous reprendre petit à petit, Finaen épargnant celui qu’il avait transpercé en le laissant inconscient, mais vivant. La page fut finalement détruite dans une lueur d’un mauve puissant quand les flammes petit à petit léchèrent le parchemin pour n’en laisser qu’un souvenir. Au loin, dans les hauteurs rocheuses, se dessinait la silhouette de Grim. Il avait assisté à cet échec, le chef des Chaînes rouges avait encore quelques ressources. Mais nous venions de lui offrir, malgré ses espoirs et ses projets, une première défaite cinglante. Et il serait rapidement temps pour nous de le poursuivre directement désormais, de tout faire pour l’arrêter. »
Akayane Kosenjobi.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité