[17-59] Au Busard Désabusé

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Abel de Louvencourt
Messages : 10
Inscription : 11 févr. 2018, 20:06
Contact :

[17-59] Au Busard Désabusé

Message par Abel de Louvencourt » 14 mars 2018, 23:10

Image


Image
Image

Image

"Entrez dans le territoire des merveilles. Venez y découvrir mille et un trésors. Soiries, bibelots, et même, objets enchantés ! Au Bazar du Busard, on en prend plein les mirettes !"

C'est l’œil torve et suspicieux que vous détaillez cet écriteau d'une vétusté navrante.
Les rumeurs ont porté vos pas jusqu'à cette minuscule masure en piteux état, perdue dans un recoin peu fréquenté de la Coupe. Faite dans un bois usé rongé par les termites, quelques ornements de mauvais gout entourent la porte, offrant un côté coquet qui contraste bien trop avec cette pathétique bicoque. Vous prenez le temps de pester quelques secondes sur votre curiosité maladive avant de finalement pénétrer dans l'endroit.

Un carillon aussi strident qu'irritant retentit, dès lors que vous faites votre premier pas dans ce taudis sans nom.
L'endroit est peu éclairé, poussiéreux, rachitique. Quelques rayons de soleil timides sont filtrés à travers la crasse qui recouvre les carreaux de l'unique fenêtre, au fond de ce bric à brac. Au comptoir à votre droite, un miqo'te aussi aimable qu'une porte de geôle vous fixe sans vous saluer, comme s'il avait peur que vous chapardiez un des tapis persans hideux qui jonchent le sol. Vous lui offrez un sourire crispé, puis disparaissez dans les rayons du bazar. Sentant son regard hostile dans votre dos, vous reportez votre attention sur les objets exposés. Vous regrettez sur le champ cette curiosité.
Vos yeux jonglent d'étiquette en étiquette, d'objet en objet, tous plus aberrants et inutiles les uns que les autres.

Une botte gauche blindée, un cache-œil troué, une chemise a carreaux tâchée, un vase vide avec un trou à sa base, un pistolet qui s'enraye à chaque tir, une carte postale prétendument signée par la Sultane en personne...
Une fiole d'un produit très dangereux qu'il ne faut SURTOUT pas ouvrir, mais qui de toute façon, ne s'ouvre pas...
Une lampe magique qui ne fonctionne qu'à la 17e lune astrale et uniquement le 23e jour... Mais attention ! Quand elle fonctionne, elle exauce TOUS les vœux ! Sauf si on ne le demande pas correctement... Enfin, il faut prendre des pincettes en somme... Finalement il y a une chance sur cent de voir son vœu exaucé... Mais ça vaut le coup !

A cet instant, vous vous demandez si le propriétaire de ce méchant boui-boui n'est qu'un sombre escroc, ou tout simplement un génie pour débiter autant de mensonges a la volée. En ayant assez vu, en tournant les talons, vous êtes pris d'un sursaut en vous retrouvant nez-à-nez, ou plutôt nez-à-genou avec un lalafell que vous n'aviez pas entendu arriver. Il arbore une fière jaque de cuir, ainsi qu'une banane rose grotesque, qui a l'air beaucoup trop entretenue pour que cela n'en devienne pas ridicule. Il vous fixe avec un grand sourire commercial qui n'a rien pour vous rassurer. Il cligne lentement ses yeux et prend la parole. Sa voix, nasillarde, est à la limite du supportable.


Image

"Bonjour, bienvenue au Bazar du Busard ! Lapalu Palu, vous vous servir !"

Ce nom vous semble familier, tandis que vous vous remémorez les rumeurs que vous avez entendues, à propos de cet endroit... Dans les méandres de votre mémoire, une phrase codée émerge...

"Ah, bonjour, oui... Eh bien... Je cherche un rouleau d'orchestrion un peu ancien..."
Vous refrénez furieusement l'envie de rouler les yeux vers le plafond, tant la suite est absurde.
"C'est un rouleau qui ne joue que des bruits de vaisselle qui s'entrechoque..."

A ces mots, le sourire de Lapalu s'élargit.
"Quelle version ?"

Votre mine se décompose en un air las.
"La version de dix heures..."

Son air de ravi de la crèche se meut en un fin sourire énigmatique.
"Vous êtes bien chanceux, il m'en reste justement un échantillon en arrière-boutique. Passez devant, je vous suis dans un instant."

Il vous désigne une porte grossièrement dissimulée derrière un enchevêtrement de bannières et de rideaux mal assortis, agrémentant son drôle de sourire par un air malicieux, plissant les yeux.


Image
Image

Image

Comme les remords sont tenaces, parfois. Pourtant, vos pas vous guident vers cette porte, après avoir adressé un énième sourire crispé au lalafell. Vous vous faufilez parmi les étoffes dans un bruissement, et malgré la pénombre, vous apercevez à vos pieds un escalier dérobé.
Il y a un sous sol.

Les craquements organiques des boiseries résonnent tandis que vous progressez dans ce colimaçon. L'air devient plus lourd à chaque pas, plus enfumé, tandis qu'une cacophonie vient écorcher vos oreilles. Une fois arrivé en bas des escaliers, c'est un spectacle déplorable qui s'offre a vous. Un spectacle digne des pires tavernes de malfrats et autres âmes perdues.

Devant vous, des caisses et divers barils jonchent le sol, servant a la fois de tabourets et de tables au vu des quelques ivrognes affalés dessus avec indolence. Des effluves de mauvais alcool, de transpiration acre et de tabac froid viennent agresser vos narines, tandis que votre regard hagard se perd sur la scène, devant laquelle une pléthore de boit-sans-soif se pâment devant les forfaitures musicales de quelques ménestrels, tout juste bons a pendre au grand mat d'artimon.


Image

Votre regard se promène encore vers le fond de la taverne. En face du comptoir, sur un carre de canapés sagement disposés a l’écart et dont personne ne semble oser s'approcher, vous remarquez un groupuscule. Il parait certes moins pathétique que le reste de l’assemblée, mais semble étrangement encore moins fréquentable.

Vous hésitez, jusqu’à ce que le sifflement caractéristique d'une bouteille en plein vol vienne frôler votre oreille. D'une détente, vous vous dirigez vers le comptoir, en essayant d’éviter les divers projectiles d'une bagarre d'ivrognes naissante. Étalé sur un grand piano collant et recouvert de cadavres de bouteilles et de mégots, un homme ivre vous fixe, les yeux vitreux. Son regard est bovin, catégorie viande malade, et sa main se resserre sur le goulot d'une bouteille de rhum, dans une étreinte presque amoureuse. Écoutant votre instinct de survie, vous décidez de tracer votre route jusqu'au comptoir avant que cet auguste individu ne rende sa boisson a vos pieds.


Image

C'est à votre grande surprise que, derrière le bar, vous reconnaissez Lapalu. Vous êtes quasiment sûr qu'il n'a pas emprunte l'escalier a votre suite, et il semble être la depuis bien avant votre arrivée.
Comment ? Un magicien ne dévoile jamais ses secrets.


"Monsieur Palu ?!"
Vous vous penchez pour éviter un lancer de chope de bière impromptu.
"Qu'est-ce que c'est que cet endroit ?"

Le lalafell, occupé à préparer un mélange abject de whisky et de chocolat fondu, vous adresse un sourire enjôleur, en tortillant du bout des doigts sa fine moustache.
"Ici ? Mais voyons mon bon ami, vous êtes au Busard Désabusé ! Le fleuron des établissements oú la beuverie rime avec la bonne humeur !"

Il prend son tromblon à gros sel sous le comptoir et monte sur ce dernier. Il tire une rafale sur un homme qui sautille en criant de tout son bon, tenant son arrière-train de ses deux mains.
"J'AI DIT PAS SUR LES TABLES !"

Son sourire se dessine à nouveau sur ses lèvres.
"Je disais donc. Ici, vous pouvez venir comme bon vous semble. Nuit et Jour. Vous pouvez boire à volonté, tant que vous avez de l'argent. Et pas question de vous virer parce que vous êtes soul, ah non ! D'ailleurs. Je crois qu'il est temps de vous familiariser avec la clientèle."

Son sourire, devenu presque pervers, se tourne vers un Hyurgoth a l'air patibulaire.
"Eh ! Lecter ! Y'a un nouveau ici qui dit que ta mère ressemble à une purée de popoto ! Je te parie deux cent gils que tu tiens pas deux minutes !"
Devant votre air ahuri, il ricane alors que le colosse, ivre de rage, s'avance vers vous en se remontant les manches...


Ce soir-là, dans les rues de la Coupe, les passants auront pu apercevoir un hurluberlu s'enfuir en glapissant d'un drôle de bric-à-brac en se tenant la mâchoire et en saignant du nez, se livrant a une imitation peu crédible de la Dame aux Camélias.


Image
Image

Image


"Nous avons donc un accord. Tu tiens la maison en mon absence, tu récupères 30% des recettes, et me garde toujours une place au chaud quand je suis de passage avec mon équipage."

La roegadyn vient s'adosser dans son fauteuil avec désinvolture, et allume un cigare dans un bruissement d'allumettes. Ses longues dreadlocks, blanches comme l’albâtre, tombent paresseusement sur ses épaules pour serpenter jusqu’à ses hanches, tandis qu'elle baisse son regard borgne sur le lalafell installé en face d'elle.

Lapalu lui sourit avec bonhomie.
"Ça sera chose faite, Capitaine Ancre Noire. Je ne comptais pas vivre d'un bric-à-brac de toute façon."
Il se triture la moustache, dans un geste mécanique.
"Ai-je carte blanche, pour la taverne ?"

Aristide souffle une longue bouffée de fumée aux effluves capiteux, avant de lui répondre de sa voix rauque et cassée.
"La clique de rats de cale qui va fréquenter cet établissement ne sont que des primates. Ils doivent se sentir exister que lorsqu'ils comparent leur tour de biceps ou le gout de leur urine. Alors te mets pas la rate au court bouillon. Entre de la bière ou de l'eau salée, ils devraient même pas faire la différence."

Elle laisse quelques secondes filer, puis fronce les sourcils.
"Ah. Palu. Tes mélanges de l'infamie, la... Pas avec le whisky et le rhum. Ni le cognac."
Sa voix est ferme, son ton despotique.

Lapalu hausse subrepticement les sourcils, puis souffle du nez.
"Mes cocktails sont pourtant les meilleurs qui soient... Et le whisky banane fait fureur, d'où je viens..."
Il soupire et se sert un café d'une drôle de couleur, avant de poursuivre.
"Eh bien soit. Je les préparerai, mais seulement pour moi. Concernant le repaire... Des directives ?"

A moitie cachée derrière ses volutes de fumée, Aristide étire un sourire en coin.
"Contente toi de garder cette pièce secrète et sous clef, veille a ce que personne n'y rentre. Elle doit toujours être prête quand je dois parler affaire en escale."

Quelques secondes de silence entendu filent, dans cette petite pièce reclue, avant que les deux compères se séparent.
Une poignée de mains puis quelques bribes échangées, puis Aristide se dirige vers l’entrée de la salle, camouflée par une énorme armoire.


"Je vous tiendrai informée de nos affaires, Capitaine ! Soyez assurée que nous ferons du profit.

De dos, elle lève sa main en l'air avec désinvolture.
"Au vu de tous les touristes qui viennent se faire étriller a coups de vingt gils la pinte dans le coin, crois bien qu'il y aura toujours quelques cul rouges avinés pour venir faire tourner le commerce."

La géante du Nord disparaît dans l'embrasure de la porte, laissant le lalafell seul.
Il réajuste sa banane avec un sourire. Les affaires pouvaient enfin commencer.


Image

Avatar de l’utilisateur
Abel de Louvencourt
Messages : 10
Inscription : 11 févr. 2018, 20:06
Contact :

Re: [La Coupe 17-59] Au Busard Désabusé

Message par Abel de Louvencourt » 15 mars 2018, 18:53

Image

Image

"BON !"

Lapalu assène un coup de poing impérieux sur la table, dans un craquement caractéristique de boiseries.
"Capitaine Ancre-Noire est en escale, et sera de passage avec son équipage dans trois jours et trois nuits ! Pour l'occasion, nous allons inaugurer le Busard. Et nous allons le faire bien !"

Au comptoir du bazar, plongé dans une pénombre poussiéreuse, un lalafell, un miqo'te et un huyrgoth mènent une réunion au sommet.
La matinée est sur le déclin, les rayons de soleil peinent se faufiler à la travers la crasse des carreaux. Aucun bruit dans la masure, si ce n'est les cliquetis et autres ron-rons des infernales machines électroniques du bric-a-brac.

Voyant ses deux employés aussi vifs que des larves neurasthéniques, Lapalu frappe dans ses mains en haussant les sourcils.

"Allons ! Un peu de verve que diable. Je veux que cette inauguration soit la plus glorieuse qui soit !"
Il claque des doigts a l'adresse du miqo'te en train de somnoler sur le comptoir.
"Dis donc, Z'mmour ! Tu m’écoutes quand je te parle ?"

Le miqo'te etouffe un baillement et leve un regard enbrume vers Lapalu.
"Aye, patron... Si on faisait pas les réunions aussi tôt, ça m'arrangerait."


Lapalu fronce les sourcils.
"Tôt ? Le soleil est bientôt à son zénith ! Ça m'apprendra a recruter des lunaires mollassons !"
Il souffle du nez puis croise les bras, debout sur le comptoir.
"Tu te souviens de la procédure ?"

Le miqo'te se redresse légèrement, puis répond d'une voix traînante, comme si il répétait sagement une leçon apprise par cœur.
"Je reste sagement a l’entrée, je fais descendre que ceux qui connaissent la phrase de code, et je les empêche de se radiner près de l'armoire... J'connais la chanson."


Le lalafell sourit avec bonhomie et hoche la tête, faisant gracieusement tressauter sa banane rose. Il se tourne ensuite vers le hyurgoth, adossé contre le mur juste à cote du comptoir.
"Umbert, mon cher Umbert ! Il nous faut des jeux ! Un bon établissement ne fait du profit qu'en distrayant ses visiteurs !"

Le hyurgoth hausse les épaules avec indolence, en renâclant.
"J'en sais foutre rien moi, patron. J'suis tavernier, pas nounou !"


Lapalu soupire longuement, dans une mimique faussement distinguée.
"Mes chers amis vous êtes désolants. Je ne vous paie pas à compter les fissures au mur, alors un peu d’in-ven-ti-vi-té !"
Il farfouille dans les alcôves de sa jaque pour en sortir une affiche, annonçant la soirée d'inauguration.
"Visez-moi un peu ça, hum ? On pourrait les distribuer à quelques personnes avisées... Je suis sur que nos voisins du restaurant oriental juste à cote seraient ravis de nous faire de la pub !"

Les deux employés fixent l'affichette, les yeux vitreux. Finalement, Z'mmour lève un regard blasé vers Lapalu.
"J'suis pas sur que refourguer une affiche qui indique une taverne non déclarée soit la meilleure idée qui soit, patron..."
Umbert opine à ses dires, avant de rajouter son grain de sel.
"En plus, depuis qu'on a utilisé leurs parasols comme leviers pour décoincer la mâchoire de mégalodon de notre attelage, ils nous détestent..."


Lapalu se redresse, puis enroule son affichette d'un geste sec avant de la ranger dans sa jaque, prenant un air constipé.
"Eh bien soit ! Qu'on leur graisse le poil avec leur huile de friture, a ces porcs laineux. Nous ferons sans eux !"

Umbert cligne des yeux en secouant la tête, comme s'il sortait de sa torpeur.
"Une partie de pétanque !"


Lapalu et Z'mmour se tournent lentement vers le tavernier, l’incompréhension venant nimber leurs yeux. Umbert leur adresse un grand sourire, derrière son épaisse barbe.
"Une partie de pétanque sur le comptoir ! Ça serait pas chouette comme jeu ?"


Z'mmour vient ricaner avant de répondre d'un ton aussi acerbe que caustique.
"Et pourquoi pas un concours de lancer de tabourets...?"


Lapalu quant à lui, s'esclaffe en plantant ses poings sur ses hanches.
"Mais c'est une excellente idée ça, mon cher Umbert ! Ajoutons à cela des concours de chants paillards, des rots les plus longs, des duels d'insultes, et bien sur, le jeu du glaçon !"

A ces mots, toujours accoudé avec indolence sur le comptoir, Z'mmour ricane de plus belle, le sourire en coin.
"Sinon, on peut leur faire goûter aux cocktails du patron, et voir qui sera le premier a dégobiller."


Lapalu perd son sourire et fixe intensément le miqo'te, tandis que le tavernier avise ce dernier en agitant la main devant la gorge avec inquiétude, en silence.
"Qu'est-ce qu'ils ont, mes cocktails...?"

Les deux employés toussent en chœur, puis s'affairent subitement a regarder autour d'eux, font mine de remarquer des taches sur les tapis, et s'empressent de s'adonner au ménage qu'ils n'ont jamais fait depuis l'ouverture de la boutique.
Lapalu les fixe d'un œil suspicieux, puis descend du comptoir en soufflant sèchement du nez.

"De toute façon ma décision est prise ! Nous ferons l'inauguration dans trois jours et trois nuits ! Et gare a vos poils si vous n’êtes pas a la hauteur !"


Il relève le menton dans une gesture hautaine puis disparaît par la porte d’entrée, d'un pas impérieux. Les affaires étaient officiellement lancées.


Image
Image

Image

EVENT PRÉVU DIMANCHE 18 MARS A PARTIR DE 20H.

L'event va commencer par une chasse aux infos dans la Coupe, à partir de 20h.
Le Busard étant une taverne cachée, il vous faudra trouver le chemin via des joueurs et pnj, qui vous donneront des informations... Ou pas ? Toujours est-il qu'il vous faudra trouver des joueurs qui taguent la guilde [WIND] ou [BUSE].
Afin de ne pas trop compliquer cette chasse aux infos, ces NPC seront disposés dans les environs du Busard (emplacement 17-59) car admettons-le, la Coupe, ça reste un peu grand.

Une fois arrivé au Busard, il vous faudra donner la phrase codée, soit à Lapalu, soit à Z'mmour (le miqo'te à l'accueil du bazar).
Votre personnage devrait avoir entendu cette phrase soit par les rumeurs, soit en grappillant des informations durant la chasse aux infos.

La suite de l'event se déroulera donc au Busard, vers 21h !
Au programme : Concours divers, de chants paillards, de rôts, de lancer de chaise, de gages en tout genre, et surtout de la beuverie.


En espérant vous y voir nombreux, cher tous !
*bow*

Avatar de l’utilisateur
Abel de Louvencourt
Messages : 10
Inscription : 11 févr. 2018, 20:06
Contact :

Re: [La Coupe 17-59] Au Busard Désabusé

Message par Abel de Louvencourt » 02 juin 2018, 16:45

Image
Du rififi chez les buses.
Les Faux Espoirs recrutent !

Les rumeurs fusent, aux environs de la Coupe. il semblerait que de laborieuses auditions Pop-Stariennes se préparent incessament au Busard. un enrôlement de masse dans l'équipage du Capitaine Ancre Noire, d'après le bouche à oreille.


Evenement :
Dimanche 3 Juin 2018 à 21h.
La Coupe 17-59 [ANNEXE].
Image

Avatar de l’utilisateur
Abel de Louvencourt
Messages : 10
Inscription : 11 févr. 2018, 20:06
Contact :

Re: [La Coupe 17-59] Au Busard Désabusé

Message par Abel de Louvencourt » 22 juin 2018, 13:17

Image
Des bulles dans les plumes.

"On a raté la préparation de bière, merci Lapalu. Du coup ça a moussé partout, et vu qu'on veut pas nettoyer, bah on va étriller les clients pour qu'ils viennent claquer leurs gils et se rouler dedans. Et ça nettoie gratos pour nous, parfait."
Vous l'aurez compris, Z'mmour redouble d'ingéniosité pour ce qui est de marier rentabilité et fainéantise. Les rumeurs auront donc parcouru la Coupe, une soirée mousse se prépare aux Busard Désabusé. Venez dans vos plus beaux haillons.

Evenement :
Vendredi 22 Juin 2018 à 21h.
La Coupe 17-59 [ANNEXE].

Elfrid
Messages : 20
Inscription : 16 mars 2019, 14:06

Re: [La Coupe 17-59] Au Busard Désabusé

Message par Elfrid » 07 mai 2019, 16:32

Image

Événement récurrent:

Le Busard Désabusé
LA COUPE 17-59 [ANNEXE]

Depuis ce matin, une rumeur se ferait entendre dans le secteur de la Coupe et au cœur même d'Ul'dah, le nouveau serveur du Busard Désabusé, un certain Phoebus, aurait fait venir par cagette, plusieurs coqs de combat...
But de l'opération, proposer prochainement à la charmante clientèle de l'établissement des combats de volatiles sanglants et bruyants ou les paris seront ouverts !


***

Date et présentation des coqs à venir prochainement !


Explications et réglementations du fonctionnement :
SPOILER
Les combats de coqs seront organisés au sein de l'établissement sur la scène actuellement présente. Les parieurs devront s'adresser à Phoebus pour parier, toute les sommes pariées devront être versée avant le début du combat. Une fois le combat lancé, plus aucun parie ne sera accepté.
Les combats seront décrit par Phoebus et dépendront des statistiques des coqs ( voir ci-dessous " présentation des coqs " )
Il est strictement interdit d'user d'arme, létal ou non sur le coq adverse.


Combat Classique :
La mise est de 100 gils par personne, chaque personne ne peut parier que sur un coq à la fois.
Les gagnant obtiendront le double de leur somme misée divisé par le nombre total de vainqueurs.
Exemple : Si vous êtes 5 à parier sur le même coq, vous gagnerez chacun 120 gils ( 100/5 = 20 ). Par contre, si vous êtes le seul à avoir misé, vous gagnerez 200 gils.

Combat en Surenchère :
La mise de départ est de 100 gils par personne et n'a cette fois-ci aucune limite maximum, chaque personne ne peut parier que sur un coq à la fois.
Cependant, les parieurs devront s'aligner sur le montant le plus gros misé sur leur champion, ou retirer leur pari.
Les gagnant obtiendront le double de leur somme misée divisé par le nombre total de vainqueurs.
Exemple : Si vous misez 100 gils et que quelqu'un vient miser 2000 gils, vous devrez suivre sa mise et miser la même somme que lui, ou vous retirez du pari. A vous de voir si vous prenez le risque de perdre beaucoup plus...


Présentations des coqs :
SPOILER
Les coqs possèdent trois statistiques distincts, basé sur 10 et tiré au dés au moment de la création de ses fiches, les résultats sont tenus secret, cependant, un client régulièrement présent à " Coqs Figthers " pourra estimer sur le temps quel coqs possèdent tels score et ainsi mieux choisir son champion.
Tout les coqs sont disponible à l'achat, plus leur côte sera haute et plus le prix d'achat sera élevé, cependant, acheter un coq de combat peut rapporter gros, même si sa carrière est limité dans le temps et qu'il peut potentiellement mourir à chaque combat.

Les statistiques :
Force : Détermine la puissance des coups du coq.
Vitesse : Détermine l'esquive et la vitesse des coups du coq.
Endurance : Détermine la résistance du coq.


Nos Coqs de Combat actuel :

Image


Cailus Von Plumus
dit " Le Tueur de Chocobo "


Taille : 1,10 mètre
Poids : 4 kilo


Force : ***
Vitesse : ***
Endurance : ***

Côte : 1

Nombre de Combat : 0
Victoire : 0
Défaite : 0

Prix d'Achat actuel : 500 gils




Image



Maximator
dit " Le destructeur de ferme "


Taille : 1,27 mètre
Poids : 6 kilo


Force : ***
Vitesse : ***
Endurance : ***

Côte : 1

Nombre de Combat : 0
Victoire : 0
Défaite : 0

Prix d'Achat actuel : 500 gils




Image


Gaelus Titus
dit " Le Broyeur de coquille "


Taille : 90 centimètres
Poids : 2 kilo


Force : ***
Vitesse : ***
Endurance : ***

Côte : 1

Nombre de Combat : 0
Victoire : 0
Défaite : 0

Prix d'Achat actuel : 500 gils





Image



Brossus Poirus
dit " L'annihilateur du vivant "


Taille : 87 centimètres
Poids : 1,6 kilo


Force : ***
Vitesse : ***
Endurance : ***

Côte : 1

Nombre de Combat : 0
Victoire : 0
Défaite : 0

Prix d'Achat actuel : 500 gils




Image


Varis zos Galvus
dit " Le dévoreur de cloaque "


Taille : 92 centimètres
Poids : 1,8 kilo


Force : ***
Vitesse : ***
Endurance : ***

Côte : 1

Nombre de Combat : 0
Victoire : 0
Défaite : 0

Prix d'Achat actuel : 500 gils




Image


Maleficus
dit " Le Soleil de la fin "


Taille : 94 centimètres
Poids : 2,1 kilo


Force : ***
Vitesse : ***
Endurance : ***

Côte : 1

Nombre de Combat : 0
Victoire : 0
Défaite : 0

Prix d'Achat actuel : 500 gils
Dernière modification par Elfrid le 10 mai 2019, 14:12, modifié 1 fois.
" Ne t'en fais pas, ce n'est qu'un jeu... "

Elfrid
Messages : 20
Inscription : 16 mars 2019, 14:06

Re: [La Coupe 17-59] Au Busard Désabusé

Message par Elfrid » 10 mai 2019, 13:01

*Il y a de l'agitation depuis se matin au Busard, malgré la nuit dernière qui fut déjà riche en animation...

En effet, les citoyens et les visiteurs de la Coupe, ou ceux simplement présent à Ul'dah pourront croiser ci et là, de jeunes enfants criant à à qui veut bien tendre l'oreille que les Champions pour les Coqs Fighters sont enfin affichés.
Bien sur, les honnêtes citoyens s'en seront vite détournés, outrés...

" Des combats de coqs, comme c'est horrible ! "


Finalement, seul les habitués du milieux sauront ou chercher les petites affichettes sur laquelle, une pauvre illustratrice -surement mal payée- c'est retrouvée obligée de tirer le portait à ses horribles volatiles...

" Il est temps de choisir votre champion ! " Murmure t-on au marché noir...


Ce qui est sur, c'est que l'idée semble bien faire rire !


Reste à savoir si le Busard Désabusé gagnera en clientèle avec une telle ménagerie... *
" Ne t'en fais pas, ce n'est qu'un jeu... "

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité