[Background-Journal] Lohikaarme no Yamiko

Avatar de l’utilisateur
Babd
Messages : 65
Inscription : 10 déc. 2017, 12:25

Re: [Background-Journal] Lohikaarme no Yamiko

Message par Babd » 12 mai 2019, 14:27

Image
L'araignée en l'air
Semble tisser le brouillard
Sur le paysage.

And I feel like I'm being eaten
By a thousand million shivering furry holes
And I know that in the morning I will wake up
In the shivering cold
And the Spiderman is always hungry...

Yamiko flotte sur son lit de douleur, elle ne ressent rien ou presque rien. La douleur s'est arrêtée très vite tandis qu'elle se détachait de son corps, s'élevant dans les airs pour prendre de la hauteur, de la distance.

Pour regarder au loin, cherchant la proie. Son regard si vif devenait jaune et perçant, tectrices, rémiges, rectrices, et duvet recouvrant tout son corps pour l'amener plus loin, plus vite, plus haut.

Petit Faucon.

Elle bascula la tête en arrière, poussant un cri perçant, ivre de la curée à venir, le goût délicieux de la chair sanguinolente arrachée filet après filet à sa proie lui procurant un plaisir à venir incommensurable.

Faucon en chasse.

Au loin, le tambour de Khaidai faisait vibrer sa poitrine et ses os, et tout ses tendon, muscles. Elle était revenue à ce jour où le Vieux Yol avait voulu éveiller en elle son animal protecteur pour la conduire vers sa destinée.

"Je suis une guerrière Shonhor, je passerai le Bardam et je deviendrais une digne Fille des Steppes ou je mourrais en essayant."

Petit Faucon survolait les étendues dévastées de la Vallée aux Esprits. Au nord, les terres maudites de la tribu Shonhor emprisonnées dans une guimpe de brume épaisse. Au Sud, les terres Torikage en ruines, en proie au Yorei et autres créatures avides de vengeance. Au centre, nichée dans son écrin de verdure torturée, le Monastère des Quatre vertus, le centre névralgique de cette terre, fragile bastion de noeuds éthériques qui tenaient encore à bout de bras, à bout de souffle les protections.

BOUM. BOUM.

Sous le monastère, la terre hurlait, criait, se débattait dans les affres de la corruption. Sur les délicates pierres de l'édifice religieux, des toiles d'araignée étendaient leurs épaisses soies, recouvrant tout, s'immisçant en tout. De leurs fils tranchants, elles emprisonnaient les esprits élémentaires comme de vulgaires mouches, savourant leur agonie, s'en nourrissant.

Le Shuten Doji s'éveillait lentement.

Le petit rapace voyait, ô oui il voyait tout ce qui se tramait au coeur de cette terre oubliée de tous. Au nord, les Shonhor. Au sud, les Torikage. Au centre, les moines. Ce n'était pas la tribu xaela ou le clan domien qui étaient importants. Non, c'était ce bâtiment d'ascète dont les liens éthériques s'échappaient par milliers formant une gigantesque toile éthérique sur la vallée. La plupart des filaments étaient désormais amalgamés par la corruption, sectionnés, affaiblis. Et Petit Faucon cria de nouveau, un cri de défi qui se répercuta dans toute la vallée. C'est là qu'il fallait agir, frapper.

"Tu ne comprends toujours pas, Petit Faucon..." éclata la voix grinçante dans sa tête. "Tu vois mais tu ne comprends pas... A l'aube de ces temps, ils étaient deux et seulement deux. Et de leur erreur, je naquis... Et lorsque je naquis je me trouvais un ennemi naturel, une force d'opposition dévorante semblable à moi. Il n'y avait pas assez de place pour deux, enfant des ténèbres...Pas assez de place..."


Tout bascula, changeant brusquement. Elle se trouvait dans une plaine et sur un promontoire, une gigantesque araignée se dressait. Face à elle, une petite silhouette dérisoire lançait des sorts, le corps de ses compagnons gisant à ses pieds. Le regard de la Yogotaï chavira vers l'oiseau en vol, l'appelant d'un hurlement muet. De ses blessures, la teinte de la corruption s'écoulait déjà. Elle était perdue...Elle s'affaissa...Puis le miracle eut lieu.

La Yogotaï marchait alors, pas après pas, elle diminuait la distance qui la séparait de son seigneur, de son amant, de son seul amour. Et le rapace vit alors l'Ombre Rampante lui proposer un marché aussi fou qu'inconcevable. Et la Yogotaï accepta.

La corruption.

L'Ombre rampante.

Les Shonhor.

Les Torikage.

"Oui Petit Faucon, tu commences maintenant à comprendre. Il fallait que tu sois à la jonction des deux. Khalan a choisi son camp, il est temps de choisir le tien et tu sais qu'il n'y a qu'un seul moyen de régler cela."

Combattre.

Le faucon se mit en vol stationnaire, attendant. Alors, l'esprit qui se cachait derrière l'animal tutélaire se révéla, croisant le regard de Yamiko.

Il n'avait pas de visage.

Yamiko flotte sur son lit de douleur, elle ne ressent rien ou presque rien. Et soudain un cri jaillit de sa poitrine et elle ouvre les yeux. Vers le monde, vers la vie, vers la souffrance.

Vers l'ultime sacrifice.
Image

Avatar de l’utilisateur
Babd
Messages : 65
Inscription : 10 déc. 2017, 12:25

Re: [Background-Journal] Lohikaarme no Yamiko

Message par Babd » 26 mai 2019, 14:15

Image
Here's a lullaby to close your eyes (goodbye)
It was always you that I despised
I don't feel enough for you to cry (oh well)
Here's a lullaby to close your eyes (goodbye)
Goodbye...
Goodbye...
Elle regardait son fils dormir, s'attardant sur ses longs cils qui ombraient ses joues, ses petits poings émergeant de la chaude couverture qui l'emmitouflait. Il était si petit, si minuscule qu'on l'aurait cru tout droit sorti d'une boutique de poupées. Depuis sa naissance, elle avait toujours refusé de le regarder, de le toucher. Elle s'était retiré loin au fond d'elle-même pour pouvoir tranquillement se préparer au pire si elle avait à briser ce petit cou fragile. Car elle ne demanderait à personne d'autre d'ôter la vie de cette créature si plus aucun espoir ne subsistait.

"Gakuun..." chuchota t-elle doucement. Elle le regardait toujours mais n'esquissait toujours aucun geste vers lui. Car si elle prenait son fils dans les bras, alors elle saurait qu'elle ne pourrait plus le lâcher et qu'elle défendrait sa vie au prix de la sienne, jusqu'à son dernier souffle. Qu'il soit maudit ou pas.

Elle devait faire refluer cette vague sauvage qu'elle sentait monter en elle, cet instinct primaire qui allait faire d'elle une mère, féroce et prête à tout pour défendre sa progéniture. Cette femme qui arracherait la gorge de ses ennemis à coups de dents s'il le fallait pour que cette petite chose, même maléfique, vive et grandisse, dusse t-elle balayer le monde de sa malfaisance.

Si elle prenait son fils dans les bras, alors tout serait perdu et il n'y aurait plus de combat, plus de lendemain, plus rien. Ils seraient tous condamnés.

Peu à peu, elle se détacha, arrachant pan après pan ses ressentis, ses émotions. Elle devint ce qu'elle avait toujours été, un outil parfaitement neutre, parfaitement huilé, prêt à agir avec efficacité et précision. Elle mourrait un peu tandis que ces bouts se détachaient d'elle. Elle les rangeait soigneusement quelque part dans les tréfonds de son être, refusant de les abandonner car alors, si elle le faisait, cette existence n'aurait plus de sens, ne vaudrait plus la peine d'être vécue.

Elle refusait encore de devenir un monstre. Mais la jeune femme qui s'était présenté un jour à Khaidai là bas dans les neiges ishgardaises refaisait surface. Elle redevenait la Yamiko d'autrefois, détachée de tout, focalisée sur sa seule mission et prête à l'exécuter à tout moment.

Elle luttait encore oui, en se disant que peut-être un jour, lorsque tout serait terminé, lorsque l'existence reprendrait ses droits alors il serait temps, il serait temps...

Son ombre se mit à bouger, à onduler, libre de ses mouvements, elle grandit alors venant envelopper la fragile silhouette de ses bras simiesques. "Tu devrais tout laisser partir..." sussurra t-elle de sa voix métallique. "Abandonne toi enfin à mon étreinte et je ferai de toi le tueur le plus redoutable que cette partie du monde n'ait jamais connu... Deviens mon séide, petit Faucon et défais toi de cette chair si faible et si capricieuse... Fonds toi dans ces milliers d'existences et deviens un tout..."

Le regard de la jeune femme retourna à la petite silhouette endormie, le fixant comme un noyé accroche du regard la branche flottant au milieu des flots.

Lohikaarme no Gakuun.

Sa plus grande espérance.
Sa plus grande malédiction.

Son fils.
Image

Avatar de l’utilisateur
Babd
Messages : 65
Inscription : 10 déc. 2017, 12:25

Re: [Background-Journal] Lohikaarme no Yamiko

Message par Babd » 10 oct. 2019, 14:33

Image
Une maison fermée, une expédition dans la Jungle de Golmorre ratée, des dossiers qui s'entassent sur le bureau de la Balance.
Le silence, l'absence.

Cela fait près de deux semaines que Yamiko, Arkael et Khaidai ne donnent plus signes de vie...

Un jour, ils étaient là, le lendemain, il n'y étaient plus. Comme si en l'espace d'une nuit, ils s'étaient évaporés.

Les visites quotidiennes de Yamiko au Clairobscur ont cessé, les commandes de flans hebdomadaires au Relais ne se font plus: la première semaine il a fallu jeter le surplus qui était habituellement réservé à l'Au Ra.

Il est arrivé au couple ou même au trio de s'absenter. Ils préviennent toujours quelqu'un ou Yamiko ne manque pas de signaler le départ sur la linkperle des Quatre Tours.

Là, rien.

Presque par hasard, certains ont tiqué quant à cette absence. Et puis le jour de l'expédition de Golmorre, c'était devenu évident. Bien que discrets et secrets, les Lohikaarme ne se seraient jamais dédits d'un engagement sans au moins prévenir. Ne serait-ce que pour s'en excuser et par politesse.

Alors il faut bien se rendre à l'évidence. Ces trois personnes manquent à l'appel et personne n'est en mesure de dire ce qu'il s'est passé.

Ca tombe bien, apparemment certains ont décidé de trouver des explications...

Sans se douter dans quoi ils s'engagent...

Une drôle d'aventure sans doute.
Image

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité