[chronique] Yami-ni-Ryû

Répondre
Avatar de l’utilisateur
P4R4D0X3
Messages : 162
Inscription : 21 nov. 2015, 14:07
Contact :

[chronique] Yami-ni-Ryû

Message par P4R4D0X3 » 05 juin 2018, 02:50

SPOILER
Image
J'ai toujours été là.

Tapis au fond de son âme, dans les ténèbres la plus absolues, voyant à travers ses yeux, entendant à travers ses cornes, je me souviens de tout.

Il ne connaissait de moi que ma voix. Il a cherché à vous parler de ce que je lui faisais endurer. Chacun de vous m'a perçu à sa manière : illusion, monstre, coté sombre... Ne vous y trompez pas. Je ne suis rien de tout ça.

Lina, cette curieuse miqo'te, fut la première à me considérer comme un être à part entière, la première à vouloir me parler directement, la première à provoquer en moi une émotion nouvelle, inconnue.

Puis Haruka... a provoqué une véritable explosion, le désir d'être, d'exister. Pour la première fois j'avais envie de voir à travers mes yeux. D'entendre par moi même.

Il m'a donné un nom. Et mon existence a véritablement commencé.
Image

Avatar de l’utilisateur
P4R4D0X3
Messages : 162
Inscription : 21 nov. 2015, 14:07
Contact :

Re: [chronique] Yami-ni-Ryû

Message par P4R4D0X3 » 05 juin 2018, 02:50

Image
Le Nèr Ogokh. Nous avions attendu ça si longtemps. A aucun moment je n'avais envisagé que nous ne puissions pas trouver un nom. A aucun moment, je n'avais envisagé que nous ne trouverions pas TON nom.

J'essayais de te rassurer. Ou de me convaincre moi même que ce n'était pas si grave.

« Nos ancêtres nous apprennent à ne pas refuser de nom, mais un nom peut tout à fait refuser une personne ! »

Image
Pourtant, je n'étais pas satisfait par mes propres arguments. Alors je décidai de partir à la rencontre des qalli. Ils ne devaient plus être loin de Ralliement, maintenant. Ils savaient peut-être ?

Je parvins à trouver le camp qalli. Je pus parler avec Caalun puis Chuluun, celui là même qui t'avait emporté loin des steppes. Je sentais que tu avais eu une vraie famille auprès de cet homme là. Mais ce n'était pas ce que je cherchais. L'un comme l'autre ignorait le nom qu'avait pu lui donner ta mère. Elle était morte avant.

Je me préparai à rentrer au Trône de l'Aube. Mais je manquais de courage. Comment pourrais-je affronter tes yeux ? En sachant que j'avais échoué si tôt ?

Image
Je guidai mon yol vers le grotte du Pilastre. On prétendait qu'on pouvait y entendre la voix de la Mère du Crépuscule. Peut-être... si je m'approchais assez ?

Tsatsrag me rejoignit. Je ne sais pas s'il essayait de me donner du courage, de me guider... mais il me fit comprendre que je ne pouvais pas baisser les bras. Je ne pouvais pas te laisser avec le vide autour duquel ils avaient construit ton identité. Tous dans la tribu, nous savions à quel point tu es spécial.

Plus le temps passait, plus la Mère se taisait, plus Ruka parlait et plus il me paraissait évident que ton nom n'était pas ici. Pourtant, il était là, quelque part.

« Quand tu as perdu quelque chose, retourne au dernier endroit où tu l'as vu. »

J'avais déjà cherché ton nom auprès des qalli. J'étais certain qu'enfant tu l'avais connu. J'étais certain que tu pouvais entendre des voix secrètes. Et je savais comment je pourrais moi aussi les entendre. Je savais que Daidukul possédait des herbe qui pouvaient permettre à mon esprit de quitter mon corps. C'était risqué, mais si Ruka veillais sur moi, rien ne pouvait m'arriver.

J'étais certain qu'enfant, tu connaissais ton nom. Puisque tu ne l'avais pas dit aux qalli et si la Mère refusait de me le dire, alors peut-être y avait-il un esprit, en Yanxia à qui tu l'avais confié ?

Image
C'est donc par là que je me dirigeai. Les esprits son nombreux en Yanxia, mais peu semblaient enclins à me parler. La plupart me fuyaient. Enfin, l'un d'eux, de ceux liés à l'eau, sembla prêt à tenter de m'aider. Il me guida jusqu'à une rivère où un esprit plus gros me montra ton image.

Tu criais. Mon cœur se serra. Enfin... pas vraiment, puisque je n'avais pas de corps... Chuluun te tirais derrière lui. Lui aussi souffrait de cette situation. Il décida de s'arrêter pour la nuit. Alors, je te vis échapper à sa vigilance et t'immerger dans le lac près duquel vous étiez arrêtés. Tu te laissais couler. Tu te noyais. Alors « elle » apparut. Elle te remonta à la surface. Elle te déposa sur la berge et tu revins à toi. Vous êtes restés un long moment ainsi. Elle te parlait. Je n'entendais pas ce que vous disiez.

Je devais la trouver !

Image
Une fois encore, mon ami esprit de l'eau me vint en aide. Il semblait connaître ce lac. Il m'y guida tout droit et plongea pour me ramener la créature qui t'avait sauvé. Elle accepta de m'aider à une condition : que je nage avec elle au fond du lac.

« Nous aimerions que ta lumière éclaire pour la première fois le fond de ce lac. Nous devons nous assurer qu'il s'agit bien de toi, lumière gardienne de l'enfant de l'eau. Nous ne pouvons révéler son nom à personne d'autre qu'à l'âme qui se liera à lui. »

J'acceptai et nous plongeâmes ensemble dans les eaux noires pour tournoyer et virevolter dans l'eau. Elle me frôlait, s'enroulant autour de moi l'onde autour de nous animée de reflets irisés.

Puis elle s'arrêta devant moi et plaça ses mains en coupe. Six gouttes d'eau viennent s'y loger.

« Ses larmes... Avale-les... et le premier mot qui franchira tes lèvres à ton réveil sera son nom. »

Pendant tout ce temps, elle avait gardé ton nom. Pour que tu ne le perdes pas. A la surface, le petit esprit m'attendait. Il voulait venir avec moi. Il voulait te retrouver.

C'est alors que j'ouvris les yeux. Je courus à la yourte où la fête se poursuivait. Je courus dans tes bras, me haussai sur la pointe des pieds et tout contre ton oreille, je murmurai :

« Ashura... »
Image
Image

Avatar de l’utilisateur
P4R4D0X3
Messages : 162
Inscription : 21 nov. 2015, 14:07
Contact :

Re: [chronique] Yami-ni-Ryû

Message par P4R4D0X3 » 05 juin 2018, 02:54

Image
Sortir sur le pont et prendre un peu l'air. Les jours où la houle me maintenait cloué au planché, incapable de garder le moindre aliment étaient révolus grâce aux herbes que m'avaient données Gheist et que je devais mâcher en permanence. Le goût était immonde, mais on s'y habituait.

Il était là, le miqo'te bleu, occupé. Pourtant, il s'interrompit pour venir me tenir compagnie, bienveillant. J'ignore ce que je ressens pour lui. Il me fait penser à mon frère. La capitaine se joignit à nous pour ce moment de paix.

Et soudain, tu fis irruption sur le pont, éclair noir et rouge, poursuivit par les cris du roegadyn qui te poursuivait. Aveugle dans ta précipitation, tu plongeas vers la petit île, près de laquelle nous croisions. Et je plongeai à ta suite, pourtant conscient que je n'avais aucune chance de te rattraper, malgré le gros poisson qui nageait nonchalamment à proximité.

La voix de la capitaine m'arrêta et un objet rond s'écrasa sur l'eau, tout près, sans s'y enfoncer. Le poisson semblait m'avoir repéré et tournait autour de moi, menaçant. Je saisis la bouée et remontait à bord.

Elle m'assura que nous irions te sauver, Geist, S'eileen et moi et donna les ordres pour qu'une barque soit mise à la mer. Le roegadyn avait été blessé. Légèrement. Il s'en remettrait. Mais que t'avait-il fait pour que tu décides de me laisser derrière toi ? Il prétendait qu'il avait juste voulu nettoyer ta cage. Je n'en croyais rien.

Il y avait des gens sur l’île. Tu ne passes pas inaperçu et ils purent nous renseigner sur la direction que tu avais prise dans un premier temps. Tes traces avaient déjà disparues du sable friable sur lequel tu avais couru. Nous pûmes pourtant suivre ta piste grâce aux poils que tu avais laissés, accrochés à la végétation et au cadavre de l'énorme insecte que tu avais combattu.

La plage que tu avais traversée grouillait de marcheurs morts. Nous nous doutions que tu te serais éloigné d'eux, aussi, nous suivîmes un chemin qui nous mena à une petite crique. En l'examinant, je me doutais de l'endroit où tu te terrais : la végétation témoignait de la présence d'eau et je redoutais que tu ais subi une blessure de la part de l'insecte que tu avais affronté.

Tu étais sans doute non loin, terrifié. Je réfléchissais à un moyen de t'approcher pour te tirer de ton refuge en limitant les risques quand Geist se rua soudain en hurlant autour de la crique. C'était un plan … inattendu et particulièrement stupide, mais il fonctionna : tu surgit de ton antre pour te lancer à sa poursuite. C'est un véritable miracle s'il put t'échapper assez longtemps pour que je vous rejoigne et m'interpose entre vous.

Je n'étais pas certain de survivre à tes griffes, si tu décidais de m'attaquer. Pourtant tu t'arrêtas devant moi. Je déposais mes dagues au sol, lentement et relevai la visière de mon casque. Je m'étonnerai toujours de cette affection que tu portes à ceux que mon frère aime. Tu me laissas examiner ta blessure et la soigner de mon mieux.

Et nous pûmes te ramener avec nous, sur le bateau. Je décidais de t'endormir, le temps qu'au moins tu guérisses.

Désormais, je veillerai à ce que plus personne ne t'approche.
Image

Avatar de l’utilisateur
P4R4D0X3
Messages : 162
Inscription : 21 nov. 2015, 14:07
Contact :

La fin de Pluma Noctis

Message par P4R4D0X3 » 21 juin 2018, 20:33

Le hasard a voulu que je me trouve sur les lieux lors de l'annonce. Pluma Noctis était bouclée. Personne n'entrait, personne ne sortait. Nul ne savait d'où venait la menace. Était-elle sérieuse ? Des hordes de démons allaient-ils vraiment assaillir le manoir ? Mon frère et Ruka nous pressèrent de revenir dans les steppes au plus tôt.

« Personne n'entre, personne ne sort. »

Zero n'avait pas d'autre choix que de rester dans leurs murs. Et s'il risquait sa vie, je serais là pour l'épauler. Et il y avait toujours une chance pour qu'il ne se passe rien.

Le soir prévu, tous les présents se regroupèrent dans le hall. On nous distribua du matériel. A la mesure de nos effectifs, j'eus du mal à croire qu'il n'y ai pas eu de désertion. Certains membres du Relais avaient répondu à l'appel à l'aide de leurs alliés. On nous regroupa, deux par deux.

Zero avait l'air de déambuler seul dans les couloirs : les ombres sont mon domaine. Je m'y glissai dès le début des patrouilles. Déambuler n'est d'ailleurs pas vraiment le mot exact. C'est avec sa nonchalance habituelle qu'il attendait un événement. Ou pas...

Du salon, nous entendîmes un bruit et mes écailles se dressèrent sur ma nuque tandis que l'énergie ambiante changeait. Quelque chose arrivait. Je prévins le reste du groupe, après avoir risqué un œil discret dans la zone. Un portail s'était ouvert et une énorme créature aux allures de taureau occupait la pièce.

L'assaut fut rapide. Les fioles qu'on nous avait confiées semblaient efficaces contre nos adversaires. L'énergie de la créature se dispersa, absorbée par le lustre de cristal du hall. Je saisis rapidement des bribes de conversation le concernant, tandis que des vagues d'ennemis nous assaillaient de toute part. Un nom surtout m'alerta. Ravast... Le lustre venait de Raw Ravast.

Attentif, toujours dissimulé dans mes ombres, j'hésitais entre la fuite ou l'assaut. Hiei n'avait rencontré cet homme qu'en de rares circonstances mais elles suffisaient à éveiller en nous la méfiance de la proie face à un chasseur et à ce moment précis la panique de la bête qui voit se refermer sur elle les mâchoires d'un piège implacable.

Zero monta les escaliers. Je le suivis, toujours abrité par mes ombres mais un portail s'ouvrit entre nous. Je distinguai des silhouettes. J'entendis des cris. Des coups de feu claquèrent. Mes ombres se dissipèrent quand je sentis des impacts sur mon armure. J'étais blessé. Je n'étais pas le seul. L'homme au bouclier se dressa entre Saphyre et les assaillants du portail. Elle parla de leviers. Je n'hésitai pas longtemps et me ruai vers le dortoir des filles. C'était le meilleur moyen de le protéger. En espérant qu'il tienne assez longtemps.

Je trouvai et actionnai les leviers du dortoir et des toilettes. D'autres s'occupèrent de ceux du salon et de la bibliothèque. Le portail se referma, mais un incendie s'était déclaré dans le manoir. A ma gauche, une fenêtre donnait sur l'extérieur. J'ignorais où était Zero. Est-ce qu'il allait bien ? Etait-il blessé ? J'hésitai. Pas longtemps. Si je le cherchais, je prenais le risque d'être cerné par les flammes et je ne survivrais pas à ça. Je ne pouvais qu'espérer qu'il allait courir, pour une fois... Je pris un pas d'élan et enfonçai la fenêtre pour atterrir dans l'herbe, au dehors. Je me relevai et m'enfuis, contournant le manoir par l'avant.

Quand la déflagration de l'explosion résonna dans mes cornes, je n'aurais su dire quelle émotion me submergea. Était-ce de la peine ? De la joie ? Un curieux mélange des deux ? Pluma Noctis venait de disparaître, et avec elle, le souvenir de souffrances sans noms et le lieu de ma naissance.
Image

Avatar de l’utilisateur
P4R4D0X3
Messages : 162
Inscription : 21 nov. 2015, 14:07
Contact :

Re: [chronique] Yami-ni-Ryû

Message par P4R4D0X3 » 30 juin 2018, 06:06

Image
L'endroit résonnait de violents coups, comme portés sur des enclumes. Dans l'espace clos et métallique, ils semblaient amplifiés et heurtaient mes cornes provoquant des courants douloureux dans ma tête et chacun de mes os.

Non sans mal, je supportai la première incursion.

Je me joignis à la seconde avec appréhension grandissante. J'aurais dû refuser. Je me sentais nauséeux. La tête me tournais et l'air libre ne mit pas fin à mon tourment. Je m'écartai donc de l'expédition et m'installai entre deux rochers dans l'espoir que le calme mette fin aux battements qui emplissaient ma tête.

Mais lorsque Ash sortit enfin, ils demeuraient, si forts que j'avais du mal à percevoir autre chose. Même les mots de Haruka ne me permirent pas de trouver le sommeil.

Ash s'était endormi lorsque cela se produisit. Mes écailles se couvrirent de givre. Mon vêtement se fit aussi rigide que de l'écorce sous l'effet du froid. Alors, je fis la seule chose qui me semblait logique : je m'enfuis.

Au matin, les choses étaient rentrées dans l'ordre. Mais je suis incapable de me souvenir de ce qui se produisit ensuite. Le bruit était devenu si fort que je crus perdre connaissance. Pourtant... la boue et le sang sur mes vêtements me laissent penser que ce n'est pas le cas.
Image

Avatar de l’utilisateur
P4R4D0X3
Messages : 162
Inscription : 21 nov. 2015, 14:07
Contact :

Des Mots

Message par P4R4D0X3 » 10 oct. 2019, 05:39

Image
“Personne ne pense à moi”
Dur... Ça fait des mois qu’on pense à toi, qu’on tente, encore et encore, en vain, de te sortir de l’abîme infini de ton propre esprit, qu’on guette, avec espoir ton plus petit sourire, aussi rare et éphémère qu’un flocon de neige au printemps...
Image

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité