[Chroniques] Journal de Tsakuyi

Avatar de l’utilisateur
Tsakuyi
Messages : 57
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

Re: [Chroniques] Journal de Tsakuyi

Message par Tsakuyi » 05 déc. 2018, 20:49

Dédié aux membres de la Balance. Et auprès de Dame Kurusu, des Quatre Tours.
Ainsi qu’à l’Inquisition Ishgardienne.

Image
Rapport à la Balance – Au Repos du Fils, dans l’étendue du Coerthas occidental. « Dossier : Possession – Mission : Froidesprit.»

« Mes respect,


Huitième mission pour la membre de la balance – Tsakuyi Kosenjobi.
Avec comme camarades accompagnant :
- Sylune Laefan, membre de la Tour de la Plume.
- C’iashta, membre de la tour de l’Épée.
- Maeva Mirin, membre de la Tour de la Plume
- Richard le Gris, Allié.
- Naghi Kantor, Alliée.
- Hael des Dotharl, Alliée.
- Lustian Raimost, Allié.


Le départ depuis Nid-du-Faucon se fit sans moi, en direction d’une vieille tour lointaine où devait se trouver les informations pour poursuivre l’enquête d’un culte nommé la Cabale de Nocthurle censée avoir été détruite depuis une année par l’inquisition Ishgardienne. Ceux ci avaient visiblement ouvert la faille pour des raisons qui nous dépassent avant qu’un occultiste ne puisse la scellé en retour. Si il fallait trouver un moyen pour empêcher que le Spectre barbelé ayant voulu trouver un hôte la première fois, nous devions mettre la main sur les sinistres crétins ayant décidés d’en faire une invocation en pensant que cela pouvait être une bonne idée.

Après une conversation simple auprès d’un noble, mes compagnons se mirent en route vers les froides étendues en recherchant une tour solitaire au milieu de nulle part dans le Coerthas, poursuivit par moi même galopant sur Shinkô pour rattraper mon odieux retard en traînant ma grosse besace derrière moi. J’ai finalement pu les atteindre devant la tour, se dressant haut vers les cieux. L’intérieur semblait gênée par un bloc de glace agaçante, et ce ne serait que le début d’une longue suite de problème pour C’iashta, Richard, Maeva et Sylune. Cette partie du groupe se contenterait de s’occuper d’intégrer l’intérieur de la Tour pour trouver des indices, pendant que je me dirigeais avec Nhagi et Hael à la rencontre bien singulière de la Dragonne posée plus loin sur une grande pierre.

Celle ci déclara qu’elle veillait sur la mémoire de son fils tombé entre les mains d’un Chevalier-Dragon pendant la guerre, le corps du dragon gisant sur la pierre de la tour à la vue de tous. L’Amie de Melestian, que je n’avais rencontrer qu’une fois sous l’égide de mon père adoptif, nous concéda que des hommes vinrent souiller ce lieu par l’énergie du néant en quelque rite, et qu’elle fait en sorte que cela ne recommence pas. Mais l’information la plus importante, restait celle que la grotte non loin de là où les hommes sinistres s’étaient installés pour on ne sait quel raison. Nhagi partant en éclaireur, je me retrouvais à partir vers la Tour pour la purification d’usage d’un lieu souillé, et l’autre groupe avait bien avancé.

Image
Malgré le fait que semble t-il, Richard ait décidé de se prendre un piège explosif dans le torse, tout se déroulait plutôt bien et la plus part des pièges avaient été évités. Sylune disposa une poudre rouge sur les dalles où des flèchettes empoisonnées pouvaient jaillir, et avec C’iashta elles installèrent un cordage pour évité les épées balancées en boulier risquant de nous couper en rondelles. Jusqu’à parvenir au sommet de la tour, où nous attendait un étrange vase.

Hael et moi prenions le temps de débuté la purification pendant que Maeva et Richard étaient de garde, surveillant les environs. Le vase d’où tout semblait provenir gisait derrière des pièges, et celui ci fut brisé par Sylune et C’iashta, cette dernière usant de l’étrange pouvoir d’un diamant blanc reluisant d’un éther agréable pour tenter une brusque purification. Ce qui entraîna l’intervention des cultistes. Et la tour se mit à trembler dans de grand fracas.

Dehors, Nhagi signala que la Dragonne martelait la tour entre les griffes et les flammes. A l’intérieur, c’était le chaos, tout le monde s’étalait au sol et faisaient de leurs mieux pour sortir en vie sans s’écraser au sol. C’était au début incompréhensible, jusqu’à constater qu’elle visait la carcasse de son défunt fils, qui se mettait doucement à gesticuler un peu. Usant du Monocle confié par Sylune, il y à eu clairement un lien entre l’emplacement du rituel et le dragon s’éveillant de nouveau.

Le temps était compté, et l’infamie de leur plan restait au-delà de mon imagination : Cette bande ahurie par leurs ambitions désirait créer une arme qu’ils useraient à leur bon vouloir en pensant que l’être du néant qui les utilisaient serait docile à leurs envies. Celui ci était maltraité depuis qu’il avait essayer de pénétrer le corps du Chevalier d’Halone mort à Froidesprit, nous en revenions à la nature même de cette histoire. De Froidesprit, apparue toute la folie de cette histoire, et alors que nous étions en pleine ruée pour parvenir jusqu’à la grotte où Nhagi nous attendait, le temps s’écoulait et il nous restait presque plus de place pour empêcher un drame. Arrivés là-bas, nous nous sommes préparés rapidement pour ce qui pouvait nous attendre : Potion de l’esprit, et divers protocole d’usage en laissant Richard partir en premier.

Image
Au fond de la grotte, cinq cultistes usaient de leurs voix pour incanté un obscure rite résonnant dans la cavité rocheuse comme un appel rauque et insupportable pour que le Spectre barbelé s’incarne aisément et soit prompt à posséder le corps du fils de la Dragonne aux écailles blanches. Nous concentrés sur les cultistes ne changea pas sa venue, ils ne firent pas vraiment de résistance, et ceux qu’on voulait laisser en vie furent massacrés par le barbillon et les griffes de cette chose immonde. Nous avons frappés tous ensemble, mais un véritable combat s’engagea face à la résistance de cette chose.

Briser son incarnation ne fut pas aisé, mais peu furent blessés par nos efforts à nous surveiller les uns et les autres. Jusqu’à ce qu’elle tente plusieurs stratégies : Se scinder pour nous frapper tous en même temps, user de vague d’énergie du néant pour nous abattre, jusqu’à ce que son corps ne tienne plus et essaie de lentement de se réincarner pour ne pas être chassé de ce monde. Mais il n’y aurait pour elle ni le néant, ni la réalité – Coincée par C’iashta en usant d’une poudre reluisante d’un blanc intense, nous avons lancer une procédure de purification intensive jusqu’à ce qu’il n’en reste absolument rien.

Image
Épuisés et bien agités par ce combat, nous sommes rentrés rapidement vers la tour en traînant ceux devant l’être pour retrouver la Dragonne qui observait les restes de sont enfants immobiles. Tous furent touchés par la tristesse de cette scène. Pour de nombreuses raisons différentes. Moi même, me préparant à devenir mère, je retiens quelques larmes de justesse en pensant que je pourrais être à cette place. Mes pensées partirent pour ma propre mère, pour quelques malheurs, après une journée bien difficile moralement. Mais au moins, nous étions tous libérés de cette situation affreuse. Et cette histoire pouvait se clore, en observant la Dragonne partir à travers les cieux, vers les nuages où la neige se mit à tomber sur l’étendue du Coerthas, laissant une certaine poésie à la conclusion de cette sinistre affaire. »
- Clôture du Dossier. -

Fiche de dossier du Spectre barbelé.

Avatar de l’utilisateur
Tsakuyi
Messages : 57
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

Re: [Chroniques] Journal de Tsakuyi

Message par Tsakuyi » 07 déc. 2018, 03:24

Dédié à Dame Kurusu, des Quatre Tours et aux autorités des Vigiles Sombres.
Image
Rapport ouvert – Gridania, Citée-état dans Sombrelinceuil. "Braquage, Méfait et Botanique."
[Mandat de la Guilde des Aventuriers]
Image
« Mes respect,

Ce fut de nouveau une petite équipe qui se prépara pour un mandat pouvant être simple, à des difficultés grandioses et extrêmement mortelle, difficile de savoir clairement ce qui pouvait nous attendre dans le saccage d’un entrepôt de la Guilde des botanistes. L’affaire restait « simple » dans le sens où il y avait les faits clairs et précis, mais il s’agissait ensuite de découvrir les raisons du pourquoi, du comment, et surtout : Où sont désormais les responsables d’un petit ravage de brigand.

Le groupe fut constitué de Kodjo de la Tour des Epées, Finaen Ambrerune un aventurier volontaire et régulièrement en mission, ainsi que moi même. Mais ce n’était pas le bout de nos surprises : N’ayant personne pour nous accompagner en plus pour le départ en mandat, nous sommes donc parti pour Gridania en direction naturellement de la Guilde des Botanistes pour en savoir plus et inspecter les lieux du crime. Sur le chemin, alors qu’on s’extirpait de la téléportation nous rendant encore un peu groggy au vue de l’intensité du bond à travers l’espace et le temps, nous avons eu la bonne surprise de trouver Kyuuji sur notre route. Un ami de plus ayant déjà tant fait pour l’Ordre, et repartant aussi tôt se joindre à nous pour cette aventure, et il n’allait clairement pas être de trop ! Comme quoi, il faut toujours croire aux rencontres inattendues dans les situations inattendues, c’est ce qui apporte bien souvent beaucoup d’aide. C’est tous les quatre que nous sommes arrivés à la Guilde pour découvrir un lieu plein de vie où tous s’occupent de leurs façons pour préparer le labeur quotidien et rattraper les pertes de ce qui à été saccagé dans l’entrepot.

C’est là que l’enquête commence, formant un groupe avec Finaen nous étions un peu les « ambassadeurs » avenant pour discuter avec les locaux pendant que Kyuuji et Kodjo sont parti à l’inspection de l’entrepôt saccager en usant plus de talents de chasseurs, fait pour comprendre une scène, plutôt qu’en devant être dans le social. La conversation avec le Maître de Guilde n’apporta pas grand-chose puisqu’il était totalement débordé par le travail. Au moins, il était désormais sûr que ce n’était ni une histoire de concurrence, ni de brigand envoyé pour empêcher une livraison, les problèmes commerciaux mit outre cela ressemblait de plus en plus à une simple histoire de pillage.

La plus part des pistes furent compromises en premier lieu sur des investigations sur des personnes complices à l’intérieur même de la Guilde. Après des questions sur divers possibilités, nous avons simplement découvert qu’un vieillard dans l’amphithéâtre de Gridania ayant vu des personnes quittant rapidement le Courtil. Ce qui se coupla aux recherches de Kyuuji et Kodjo ayant découvert un foulage rouge et noir semblable à ceux des Ventrerouge, brigand locaux de Sombrelinceuil ayant saboté donc l’entrepôt pour caché qu’ils ont récupérés des plantes rares et possiblement très dangereuses si il était possible de faire des poisons avec. Ainsi, pendant que nous discutions avec un des membres de la famille Ambrerune installé tranquillement au repos, tout nous menait vers le nord. En direction de la Chute de l’Apkallu.

Image
Nous nous sommes rejoins conscient qu’un groupe de cinq personnes habillés de tenue rouge et portant une grande caisse dans le dos étaient passés par là. Cinq, c’était le nombre confirmé par les investigations de Kodjo dans la réserve, et nous avons rapidement recherchés ici et là aux Chutes pour retrouver au moins des traces, des pistes, effacées malheureusement pas tout le temps d’attente sans que personne n’accomplisse se mandat. C’est en fouillant dans l’eau que nous avons au moins pu retrouver la caisse au fond de celle ci, noyée par les pierres installés massivement dedans pour qu’elle soit difficilement retrouvée.

Tout n’était que des jeux de pistes sur des traces effacées pour empêcher l’accès aux informations menant jusqu’aux truands. La nuit se glissait doucement vers des heures tardives, il n’était plus lieux d’essayer des méthodes communes pour parvenir à nos fins mais il était désormais questions de trouver de l’aide grâce à des moyens bien plus magique. Kyuuji garde une connexion intense avec la nature, soutenu par Kodjo et ses liens identiques, ils purent tout deux remontés doucement le fil du contact pour demander aux esprits de la Chute eux même qui avait pu souiller les eaux de leurs présences en balançant cette caisse dedans.

Lentement, une bulle d’eau apparaissait, merveilleuse et reluisante, avant que la spirale tournoyante autours de Kyuuji ne désigne un passage. Nous nous sommes rués en vitesse à la poursuivre de cet indice ultime en parcourant le nord de Gridania, jusqu’à grimper sur une hauteur rocheuse isolée que nous n’aurions pas pu voir autrement. Il était quasiment invisible et il fallait vraiment en connaître le sentier pour le retrouver, alors que Kodjo et moi finissions de grimper sous la surveillance de nos deux compagnons, au dessus n’y restait que des coules rouges abandonnées et un campement abandonné depuis quelques temps.

Au nez et à la barbe de la vigile sombre, ils s’étaient installés ici pour ne pas y être vu et faire transiter leurs marchandises vers les leurs avant de disparaître des lieux. Nous n’avons pas la main sur les coupables, mais sur la finalité de l’histoire : Les Vigiles Sombres ont été prévenu et les lieux risquent d’être sous bonne surveillance désormais. Ce qui mène cela dit vers un objectif défini : Attendons nous à recevoir des Vigiles Sombres une demande d’aide pour atteindre les Ventrerouges. Mais l’affaire pour le saccage de l’entrepôt s’achève donc ainsi. »
Kosenjobi Tsakuyi
Lieutenant de la Balance.

Avatar de l’utilisateur
Tsakuyi
Messages : 57
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

Re: [Chroniques] Journal de Tsakuyi

Message par Tsakuyi » 07 déc. 2018, 18:48

Dédié aux membres de la Balance. Et auprès de Dame Kurusu, des Quatre Tours.
Ainsi qu’aux forces Mhigoise locale.


Image

Rapport à la Balance – Dans les Pics de Gyr Abania, grotte perdue non loin de Trankelon. « Dossier : Contamination – Mission : Elle éveille les morts.»
« Mes respect,


Neuvième mission pour la membre de la balance – Tsakuyi Kosenjobi.
Avec comme camarades accompagnant :
- Moutah Pontah, commandeur de la Tour du Sablier.
- Yuen Rahz, membre de la Tour du Sablier.
- Toldha Jhida, membre de la Tour du Sablier.
- Sylune Laefan, membre de la Tour de la Plume.
- Maeva Mirin, membre de la Tour de la Plume
- Kodjo des Oronir, membre de la Tour de l’Épée.
- C’iashta du Coeurl, membre de la Tour de l’Épée.


Une de nos missions les plus dangereuses et porteuse du plus de blessés et de problèmes qui soit. Ma seconde cicatrice aussi, j’en avais qu’une au niveau de l’avant-bras, et m’en voilà avec une importante au niveau de l’épaule droite. Mais elle en vaut clairement le coup, surtout au vue de l’histoire que je vais rapidement vous raconter en essayant d’aller à l’essentiel. Depuis la fermeture de la faille non loin de Trankelon, des fouilles étaient effectuées le long de Gyr Abania par nos contacts ainsi que des surveillance assidue pour parvenir à garder un œil sur les maux locaux et en cas prévenir directement la Balance en cas de soucis.

Dès que des contaminés furent découvert non loin d’un relais de vente nommé « Ostendfer » au milieu des Pics, il était temps d’agir avec l’espoir de pouvoir arrêté la corruption naissante. Formant notre équipe, nous nous sommes réunis à Brumée pour un départ rapide en direction des lieux où le mal pouvait jaillir pour le résorber en urgence. Agir rapidement, et avec force, restait la clé du succès pour empêcher une résurgence de ce mal et un nouveau massacre. L’absence de Moutah au début de l’intrigue fut très handicapante, mais Maeva Mirin fut briefée sur les nécessités à accomplir pour une purification des sujets sauvables en cas de contamination, ce qui serait notre seul espoir de ne pas avoir à exécuté tout le monde de manière implacable et autoritaire.

Image
Arrivés au dit Relais, nous avons commit une première erreur : Celle de ne pas fouiller correctement en prenant en compte les derniers problèmes notamment vécu à Trankelon. La nourriture cuite par un petit groupe offrant des rations à des locaux était contaminée, sans le voir, nous laissions condamnés à mort une dizaine de personnes pendant que tout le monde se pressait le plus possible de sortir de cette ville pour aller en savoir plus. De la précipitation, périraient bien des pauvres bougres. Cependant, la partie de forêt pendant notre voyage vers l’Est était clairement devenue une zone de tout les dangers.

Des débris et des restes éparpillés n’aidaient pas à se sentir en sécurité, jusqu’à l’approche d’une caravane renversée complètement ravagée par des coups brutaux. L’inspection fit comprendre que les resultats était des personnes enragées ayant frappés encore et encore la dite caravane jusqu’à abandonner face à sa résistance malgré son état misérable. Yuen suivit la piste olfactive jusqu’à retrouver les responsables – Huit contaminés errant en forêt à côté du lambeau d’un nourrisson atteins très légèrement par l’affliction. En retournant la caravane, une des « goules » se jeta sur C’iashta pendant que Sylune découvrait dans une des caisses deux rescapés légèrement contaminés. Le sauvetage du nourrisson entraîna de graves problèmes, Kodjo et Toldha devant créer une diversion qui tourna au vinaigre jusqu’à ce que Yuen parvienne à sauver la situation en les entraîna droit dans le piège qui les attendait. Les civils furent soignés de la contamination par Maeva pendant qu’on se regroupait, quelques petites blessures bénines mais rien d’important.

Les explosions ayant provoqués un bruit immense, et les silhouettes marchant vers nous étaient de plus en plus nombreuse. Laissant aux civils survivant la responsabilité de partir en vitesse vers la sécurité des murs, nous nous sommes rués vers l’Est en étant poursuivit par ceux ne pouvant plus être sauvés. Ce n’était là plus le rôle de huit compagnons, et l’Alliance Eorzéenne fut prévenue : Quoi qu’il pouvait bien se passé, cela devait cessé au plus vite. Et après une vingtaine de minutes de course, nous sommes arrivés jusqu’à la grande rivière séparant la forêt d’un désert de poussière et de sable où des lueurs mauves apparaissaient dans le début d’une tempête surnaturelle. Tous étions conscients de la gravité de ce qui pouvait bien se passé. Rien ne devait nous arrêté, rien ne devait nous empêcher d’arrêté l’ouverture d’une faille bien plus massive que toutes celles vues jusque là. Conscients de cet état de fait, nous nous sommes rués en avant en passant la rivière, pour une course effrénée qui aurait bien pour nous conduire à notre propre perte.

Il n’y avait plus une seconde à perdre, la forêt deviendrait rapidement une zone de guerre pour se débarrassé des contaminés et je ne pouvais qu’adresser une prière au Père de l’Aube pour les innocents qui n’auraient pas la chance de pouvoir y survivre. Ce choix était rude, je l’entendais dans certaine réflexion de mes camarades, mais il était moins insensés que l’essayer l’ouverture vers les strates du néant à je ne sais quel monstre qui provoqueraient bien plus de problèmes.


Image
La course dura plus d’une trentaine de minutes, à travers la poussière et le sable, il y avait encore des survivants fuyant ce qu’ils voyaient et les pauvres patrouilles s’organisant pour les sortir de là. Notre première difficulté fut à un barrage dévasté, des flammes visibles mettant en valeur sombrement les contaminés perdu attendant au milieu de nulle part. Nous ruant en les bousculant, je me tenais la hanche sanglante pendant que Maeva se nettoyait l’œil sans cesse agressé par une écorche sur le front. Mais ce ne fut pas le pire, le pire fut quand on pouvait passé aisément en observant deux soldats totalement submergés eux ainsi que les quelques civils assaillit. La plus part des nôtres envoya certains de leurs sorts vers les contaminés pour offrir un peu de temps, ce qui permit à la moitié des personnes de s’en sortir, les autres submergés. Un choix humain, mais très dangereux, car ils se mirent sur notre route pour certains, attirés par la violence de nos sorts, et nous ne fument pas suffisante avec C’iashta pour dégagé le chemin parfaitement. Au final, tout le monde s’écrasa sur les « goules » pour passer, et certains reçurent quelques griffures, écorchures saignantes.

C’est donc déjà en mauvaise état que nous sommes arrivés au « Temple. » Une vingtaine de personne se tenaient droit devant, trois effondrés par terre bien plus terne, un quatrième les rejoignant lourdement en chutant au sol. Quatre personnes en tenue sombre se tenaient devant, épée dressée pour bloqué le passage.Deux sortes de statues étaient couvertes d’énergies du néant, frappant autours d’elles, tremblantes, sans que rien ne se passe d’autre.

Image
Et derrière tout ça, un Hyurois en grande tenue obscure agitait les bras, il se tenait plus loin d’un homme habillé d’une tenue rouge, écrasé au sol et recouvert de poussière, vaincu. Un Mage Noir, un être domptant des forces chaotiques insupportables qui se préparait à laisser une ouverture immonde dans la réalité.

Tout ses gestes étaient mécaniques, comme un pantin qu’on utiliserait, il n’avait pas la même étincelle de vie candide mais effrayante de Sinae Tombefumée. Celui ci semblait tout bonnement dénué de toute qualité d’une personne en vie, que ce soit la colère comme la joie. Il n’était rien qu’une façade. Nous avons rapidement mit en sécurité les personnes grâce à un jeu de boucliers de Kodjo et Maeva, pendant que Toldha les mettait au sol pour ne laissés que les contaminés enragés nous bondir dessus. Ceux ci furent tout bonnement exécutés les uns après les autres par Toldha, C’iashta ayant prit les chevaliers à revers laissant une ouverture pour essayer de passer.

Et un combat gagna en intensité dans un chaos généralisé – Au bout de plusieurs actions significations, Sylune disparue après qu’une boule de flamme explose sur le pilier où elle était, ne réapparaissant que plus tard couverte de poussière. C’iashta et Kodjo affrontaient avec Moutah qui était arrivé au temple sur le dos de sa Guivre, alerté par l’intensité de la situation, deux Vodoriga échappés de la destruction des statues. Un des Vodoriga fut littéralement dévasté par un ensemble d’enchaînement bien placés par tout nos camarades, pendant que l’autre se battait avec acharnement. Je m’usais à combattre les Chevaliers avec Yuen, nous étions vraiment une bonne équipe pendant que la plus part succombaient aux assauts, le dernier fut gorgé du pouvoir du néant par le Mage Noir qui tourna enfin la tête vers nous, avant de voir C’iashta glissé vers lui lentement sur le sol après avoir été propulsée par un coup d’épée. Elle fut rejointe rapidement par Yuen, les deux Miqo’te étaient entres les mains de ce mage fou qui lentement se chargeait d’elles.

Malgré l’intervention de Sylune brisant enfin le bouclier qui nous permettrait d’essayer d’en finir avec lui, tout n’était pas si simple. Et le ciel devint ardent. Les flammes tombantes apportés par le sort magistral se préparaient à tomber sur les avants du temple. Sylune disparue dans la bourrasque enflammée après avoir pu s’être débarrassée du Vodoriga restant d’une balle bien placée, celui ci affaiblit par les efforts de Toldha et Kodjo l’ayant mit à terre. Les autres avaient tout donné pour parvenir à empêcher une hécatombe, le sort du mage noir bien vite entravé par les deux Miqo’te au contact de celui ci. Mais elles avaient peu d’espoir de faire plus. La faille était ouverte, Yuen restait au sol en souffrant, le bras contaminé par le mal obscure. Après plusieurs coups bien placé depuis la chute de la protection, le corps du mage de désagrégea en tombant dans le néant, replacé par l’ombre de l’investigateur de toute cette histoire. L’entité obscure, noire et ailée, qui semblait n’avoir aucune forme, si ce n’est l’incarnation même de l’horreur, jubilait de sa réussite et de notre futur massacre.

Le sacrifice du Planisphère de Moutah fut le premier pas vers l’échec de son projet, quand celui ci détonnant en créant un grand espace de magie céleste, et fulminant d’agacement, percevant le début de cet échec. L’entité disparue d’un coup, nous laissant apercevoir au loin à travers la strate du néant dévoilée par le passage, les entités nous fonçant dessus en nombre. Maeva et Kodjo étant à l’extérieur en train de rechercher Sylune dans les décombres, à essayer de s’occuper d’elle, cela limitait grandement notre aide pour fermer la faille en urgence.

Yuen contemplant Moutah avec espoir, comme voyait je ne sais quel prophète venant d’une histoire ancienne, lui fournit directement tout le pouvoir qu’elle pouvait en requinquant le Lalafell brisé. Toldha observant l’air ailleur la faille, nous avons pu la refermer avec l’usage des trois parchemins d’astromancie servant à usé de sort puissants – C’iashta les infusant encore plus, Moutah les rendant plus complexe et puissant, jusqu’à ce que je les utilises. Et que la faille s’éteigne dans une lueur d’un blanc délicieux nous envoyant tout au sol. Il ne restait qu’une spirale de glace, des flocons tombant accompagnés de petites lueurs comme des étoiles disparaissant aussi-tôt.


Image
Une de nos pires missions s’achevait, tout le monde était meurtri, la moitié des nôtres inconscients et le reste au sol, blessés. L’infirmerie du Relais serait en effervescence pour guérir les nombreux blessés revenant de cette expédition dangereuse. Et l’histoire ne s’achevait pas : Malgré la chute du corps, et de son projet le plus infâme, il restait l’entité derrière tout ça qui avait condamné tant de pauvre bougre à perdre la vie, condamnés à devenir des êtres affectés par cette obscure contamination.

Pour l’instant, le retrouver n’étant pas la priorité actuelle la plus absolue, il fallait se charger avant tout de s’occuper des blessés et des contaminés restant avant que plus de personne ne soient blessés. Surtout après avoir retrouvé l’homme qui gisait non loin du mage noir. Devant le purifié par privation d’éther malgré son piteuse état pour le sauvé. Il était vraiment inattendu de pouvoir enfin remettre la main dessus, et j’espère qu’il survivra à ses blessures terribles. Les deux genoux brisés, un bras cassé, et une vilaine fissure à la tête. Il semblait y avoir bien peu d’espoir pour qu’il retrouve la santé ou même reste en vie. Mais nous espérons pouvoir sauver Hamelin Harper après l’avoir retrouvé en vie. Ou presque.

Liste des éléments rapportés :
- Indices -

- L’entité du néant sortie du Mage noir s’est échappé, on connaît désormais tout de son modus operanti en Gyr Abania ce qui permettrait d’essayer de mettre la main dessus facilement.
- Personne sous surveillance -

- Yuen Rhaz en surveillance libre. Simplement faire attention qu’elle ait bien été totalement guérie.
- Hamelin Harper inconscient, il est important de voir si il n’y à pas de complication.
- L’enquête se poursuit, pour retrouver la trace de cette créature en Gyr Abania - »

Avatar de l’utilisateur
Tsakuyi
Messages : 57
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

Re: [Chroniques] Journal de Tsakuyi

Message par Tsakuyi » 10 déc. 2018, 19:48

Dédié à Dame Kurusu, des Quatre Tours, ainsi qu’aux Templiers d’Ishgard.

Image
Rapport ouvert – Coerthas Occidental, à l’Étoile du Nord. "Meunier, tu gèles. Ton moulin, ton moulin..."
[Mandat de la Guilde des Aventuriers – Rang B]
« Mes respect,


Une tâche dans le grand froid, là où le Coerthas ressemble bien plus à un domaine sauvage dans les hauts-plateaux occidentaux de cette contrée. C’est là-bas, à Nid du Faucon, que le groupe s’est retrouvé ensemble pour discuter de nos affaires à venir. Sylune Laefan était d’office responsable de l’expédition malgré son état piteux depuis notre mission où Harper fut retrouvé. Mais elle serait surtout là en tant que coordinatrice et de responsable pour nous mener dans la bonne direction et récupérer les bons éléments. L’objectif était la recupération d’un vieux moteur gelé dans un lieu glacé du Coerthas.

Pour ceci, nous avions vraiment une équipe spécialisée pour ça, des amis de Sylune que nous avons pu rencontrer pour la dite mission, je cite : C'zhjazy Djabh, une Miqo’te avec beaucoup d’affaires pour user des mécanismes, de son gros fusil et autres. Lios et Ki-Lin Taranyl, deux astucieuses Miqo’te combattante aux poings se mêlant à merveille aux capacités de C’iashta présente en tant que guerrières moniales. Jon Hartford, un Hyur avec un fusil et des affaires de machiniste. Ci joignant moi même, et Kodjo des Oronir.

Nous nous sommes donc rencontré au poste de garde à la chaleur du foyer. Nous avons discuter quelques instants pour mettre au point la mission et l’objectif en attendant que tout le monde soit réuni avant de partir en subissant comme un coup de poing le vent froid du blizzard tournoyant dans tout les sens. Plusieurs s’en plaignèrent et un long, long voyage débuta vers le nord lentement pour atteindre notre destination en se frottant les bras lentement.

Image
Le temps passait, les minutes, devenant des heures, le long des chemins enneigés ennuyeux. Quel fatigue, mais en même temps, c’était quand même nécessaire pour atteindre notre objectif : Le grand lac gelé. Il s’étendait jusqu’au loin, mais le blizzard ne nous permettant pas vraiment d’y voir grand-chose, quel plaie d’être aveuglés par les flocons et la brume tournoyante dans tout les sens. Nous progressons doucement après ce long voyage et l’habitude maintenant présente de subir le froid avec plus d’aisance puisque habitué à le subir. Évitant de glisser le plus possible, nous avons poursuivi notre route jusqu’à ce que les problèmes viennent d’eux même. Lios fut la première ce me semble, à être assaillit, blessée par le passage d’une créature couinante et grossière.

Des Tursus nous avaient encerclés, errant dans les brumes du blizzard en tournoyant dans tout les sens pour nous troublés. Des bêtes draconniques à la longue gueule bardés de dents nous assaillirent de toutes les directions pendant qu’on se mettait en cercle autours des chocobos et des cargaisons à utilisés pour le retourne. Armes et techniques furent usés, des piliers de givres naissant causant le problème suivant : La glace se brisait petit à petit, et il fallait sortir nos affaires de là avant que celle ci ne cède et ne risque de nous faire tomber à l’eau. Nous avons vaincu les Tursus par la force des armes, ne leur laissant aucune chance de pouvoir nous faire plus de mal, sauf peut-être à la pauvre Jazy qui ce me semble, reçu un mauvais coup au pied. Abandonnant en vitesse ce qui devenait un bloc de glace errante, où gisait les cadavres des Tursus vaincu à l’effort de chacun en s’entraidant pour les abattre.

Laissant derrière nous les difficultés et le combat, nous sommes arrivés à la distance de l’immense silhouette de ce château fort naval. Errant dans la glace, figé dans le temps à jamais, nous étions arrivés enfin à notre destination. Et il s’agissait maintenant d’en récupérer les fruits.

Image
L’escalade ne fut pas si difficile. C’est Lin si je me rappelle bien qui à grimpé le long de la paroi métallique pour arriver lentement sur le pont d’acier. Au début, ce fut une corde qui à été installée pour que tout le monde puisse se hisser, et je me souviens encore de notre pauvre Sylune devant faire avant tout usage de ses bras. Kodjo grimpant Wibble, la fière Griffon de combat subissant malheureusement le Blizzard, jusqu’à tous parvenir dans le bâtiment. Malgré un passage très inquiétant d’un tir de harpon volant en l’air en emportant la corde qui y était lié. C’iashta ayant presque volée avec la corde, ce qui l’aurait balancé biieeen loin d’ici.

Mais heureusement, tout allait bien, et nous avons tous pu rejoindre le pont du navire où nous installions nos affaires pour préparer notre investigation de l’espace intérieur du navire. Jazy prit le temps d’utiliser son matériel enflammé pour dégelé la grande porte sous le souffle des flammes pendant qu’on se préparait à laisser derrière une petite équipe avec les chocobos et nos affaires pour surveiller que rien de plus menaçant que les Tursus rencontré ne nous tombe dessus. Kodjo, Jon et Lin restèrent avec Sylune pour la protéger, s’occuper d’elle, pendant que C’iashta, Jazy, Lios et moi sommes parti pour l’intérieur du navire. Il ne fallut pas bien longtemps pour découvrir le moteur et le problème grave qui se trouvait juste à côté de celui ci.

Une grande maman Ourse installée avec ses deux petits en train de tranquillement roupiller sur l’objet de nos convoitises, et il fallait essayer de trouver un moyen de l’en écarté. Au début, l’idée était qu’il existait sûrement un trou dans la parois du bateau nous effleura mais une investigation fit comprendre qu’il y avait un trou sous le bateau dans laquelle l’ourse à du nager pour rentrer dans ce qui lui servait désormais d’Antre solitaire à l’abri des prédateurs. Le plus intriguant fut toutefois de découvrir la cabine du Capitaine, toujours ouverte, dont le corps résidait encore là, congelé. Mort de froid, tout l’éther résiduel à son corps n’avait pas disparut, et une brume glacée résidait autours de lui. C’était poétique, mais peu rassurant, aussi ai-je pris soin de récupérer le corps alors que dans mon esprit, il y avait peut-être un moyen de le sauvé, ce qui serait une désagréable expérience d’un échec vécu.

Un plan ambitieux de Lios fut de déposé avec C’iashta des morceaux de viande mystère jusqu’aux dortoirs pour enfermer l’ourse et ses oursons. Ça ne durerait pas éternellement, et je me retrouvais donc à empêcher les ours de sortir au moyen de quelques techniques pour que la porte ne cède pas pendant que tout était sorti dehors dans des grands bruits de métaux bousculés jusqu’à nous échapper d’ici avant de nous faire dévorer par une maman en colère.

Image
Quittant les lieux en vitesse avec les matériaux récupérés et nous préparant à un retour long et froid dans les mêmes conditions, descendant lentement les affaires en bas, la dernière interrogation était de savoir quoi faire du corps et de l’esprit. Dégelant le corps, et malgré une tentative raté de croire qu’il pourrait revenir à la vie, il perdit sa dernière étincelle d’éther finalement, l’esprit errant muet pu connaître le repos maintenant que sa dernière attache résiduelle vint à disparaître.

Puisse t-il rejoindre la Mer des étoiles, là où il pourra se reposer véritablement plutôt que d’errer sur cette carcasse perdue à l’image de ce fier navire condamné pour l’éternité. Notre mission s’achevait, sous les râles de certains à subir encore le froid, pendant que nous rentrions chez nous pour aspirer enfin à du repos bien mérité, et surtout, à la chaleur du foyer. »
- Kosenjobi Tsakuyi
Lieutenant de la Balance.

Avatar de l’utilisateur
Tsakuyi
Messages : 57
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

Re: [Chroniques] Journal de Tsakuyi

Message par Tsakuyi » 10 déc. 2018, 19:55

Dédié à Dame Kurusu, des Quatre Tours et aux forces Mhigoise dans les Marges.

Image

Rapport ouvert – Gyr Abania, du Castrum Oriens à l’Étendue de Rhalgr "Crainte vers l’Étendue."
[Mandat de la Guilde des Aventuriers - Rang C]

« Mes respect,

L’expédition à travers les Marges, dans les terres de Gyr Abania, était prévue comme étant dangereuse en vertue des menaces de mort reçue par le commanditaire, monsieur Alfonce Bonbidet. Celui ci aurait pu être un être lui même inquiétant, menaçant, mais notre découverte fit qu’il n’était rien d’autre qu’un bon vivant agréable mêlé à une triste histoire qui n’aurait pas du le mettre dans une telle situation. Mais laissez moi vous raconter. Le départ se fit avec Vii, une jeune aventurière qui disparue malheureusement pendant le voyage, en lui espérant d’être bien portante, ainsi qu’avec bien des alliés qui pour les Quatre Tours, deviennent très commun.

Et c’est chaleureux de les voir toujours aussi proche de nous. Finaen et Selaine, ainsi que Nhagi. C’iashta des Épées était présente, ainsi que Yuen du Sablier, et moi même, de la Balance. Ensemble, nous avons pris le temps de discuter de notre route, et elle fut tracé pour passer au Castellum Corvi pour récupérer l’assistant de Bonbidet, et poursuivre vers l’étendue de Rhalgr. Nous avons donc prit la route du Castrum Oriens, où la vie nous y accueillit avec tout le brouhaha habituel de gens s’occupant dans toutes les directions, riant, discutant. Un véritable lieu de vie remplie de nombreux marchands, voyageurs, aventuriers, sous le regard des forces de l’Alliance bien heureux de se sentir juste là pour voir le bonheur des locaux sans craindre pour leurs vies.

Image
Nous déplaçant ensemble dans la foule, suivant l’agitation de Vii voulant toujours aller plus vite, comme une petite bourrasque de vent si jeune qu’elle veut déjà être à l’autre bout du monde. Nous avons retrouver notre commanditaire, un homme bien en chair et dans une tenue très particulière, mais pas désagréable à l’œil. Celui ci semblait sympathique, mais très juge des tuniques, préférant les couleurs pétantes aux tenues mornes. Selaine vit une silhouette partir au sud, et ce sont Yuen et Vii qui sont parti à sa poursuite. En découvrant plus sur les traces, et les possibilités, avant de nous rejoindre pendant que nous étions bien engagés dans la forêt.

La brise était légère, et les lourds nuages porteur d’un peu de pluie fraîche, parcourant les étendues boisées paisiblement au bruit des Chocobo et du bois grinçant. La première frayeur d’un petit raptor de Sombrelinceuil perdu dans la nature fit sourire tout le monde, mais la suite le ferait beaucoup moins. Pendant le trajet, passant un fil d’eau avec un petit ponton de bois, et bien d’autres broussailles. Mais un instant nous fit arrêté le convois en cherchant dans les environs, du mouvement mais aussi une odeur atroce.

Et la présence d’un éther très trouble, rien de nocif, mais rendant les lieux peu agréable pour qui sait se concentré sur cette force. La recherche fut écourtée par l’assaut de l’arbre vivant frappant brutalement Selaine, virevoltant jusqu’à la caravane sous le hurlement de Bonbidet. Un Leichi, massif, s’extirpa du sol, envieux de tout détruire. C’iashta l’empêcha de réduire la caravane en morceau, d’un geste vif et entraîné, pendant que Finaen et Selaine firent tout pour l’apaisé. Yuen avait découvert via l’odeur l’objet de cette rage : Un sachet d’herbe carbonisé mit ici pour agité le Leichi et provoquer cet assaut. Une fois calme, et tranquille, il fut écarté par Selaine vers la rivière, ne manquant pas de l’asperger d’eau en bondissant dedans. C’est ici que Vii disparue, ce me semble. Et que pour nous, c’était le début des problèmes.

Nous avons quitté la forêt en laissant Yuen poursuivre la trace de la personne découverte plus tôt. Il s’agissait en fait d’un enfant du village isolé que nous avons passé en allant vers Castellum Corvi, qui avait été forcé à agir ainsi au quel-cas il ne retrouvera pas son meilleur ami. Tilien. Un groupe d’une dizaine de personne portant le blason d’un Loup avec une hache planté dans la tête. Qu’est-ce que ça pouvait bien être ?

Mais ils en avaient visiblement après la cargaison, et préparaient un piège devant l’étendue de Rhalg. C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés au Castellum Corvi après avoir discuter avec l’associé de Bonbidet qui avait déclaré avoir déjà prévu toute les ventes. Un éclair de suspicion éclata pour C’iashta, et elle s’en servira plus tard pour que cette affaire s’achève sur une bonne note, que sur plus de problèmes. Finalement, rejoint par Yuen dans les lieux désertiques où il n’y avait plus que sable et poussière, nous avons poursuivi vers notre destination finale.

Image
Sans compter un petit problème sur la route – en passant le pont du Drap de clarté qu’Alfonce de Bonbidet à été empoisonné. Impossible de savoir d’où venait l’aiguillon, mais nous avons au moins pu stabilisé son état à défaut de le guérir. Il resterait en vie, mais aurait besoin de plus pour s’en remettre, de produire rare pouvant être trouvé à l’Etendue de Rhalgr. La personne ayant préparé se poison voulait nous pressé à l’idée de rentrer dans la citée solitaire pour lui sauver la vie, et pourtant il ne pouvait s’attendre à ce que quelqu’un d’expert s’occupe de son état. Le piège voulait se refermer, et nous empêchions l’ennemi de parvenir à ses fins. Poursuivant la route bien plus lentement, nous avons traverser les deux heures nous séparant de la porte de l’Etendue du pont nommé.

Mais nous avons agis avec prudence, sûreté, n’ayant pas besoin d’avoir le facteur temps pour sauver la vie de Bonbidet, nous avons pu doucement réussi à atteindre les portes de notre destination. Ceux qui nous attendaient décidèrent alors de venir à notre rencontre, en nous encerclant certes, mais en montrant bien qu’ils sont là pour se battre si besoin.

Ils se désignaient comme étant de la Compagnie noire des Loup-Gris agissant pour un mandat désignant qu’il était nécessaire de récupérer deux caisses au fond de notre chariot. Des aventuriers contre des aventuriers sans scrupules venant d’une institution n’ayant aucune limite. Finalement, malgré les demandes et les doutes, le combat éclata pour protéger ceux liés à notre mission. Yuen fut envoyée au sol, écrasée par une Selaine projetée en l’air et plusieurs des nôtres furent blessé, mais c’est pour Finaen que ce fut le plus surprenant. Il fut surnommé « Elsert » à la place de son nom, et cela le bouscula énormément, il semblait en panique, mais intervint quand même avant que le fusil n’explose à ses pieds. Après un combat déchaîné, le Maraudeur responsable de ce groupe fut tué par la lance de Sylaine, disant clairement que ça n’en finirait pas là.

Nous avons épargnés les survivants avant de nous rendre à l’étendue de Rhalgr pour en finir avec notre mission. C’iashta consciencieuse, fit quand même dénoncé les deux caisses blindés au fond en dévoilant directement les sachets de drogues illégales qu’il allait vendre. Bonbidet fut épargné par les témoignages sur la bonne volonté, et Tilain, le petit chat de l’enfant, fut retrouvé et rendu. Si nous avons fini ce mandat avec succès. La question reste identique : Qui sont les mystérieux Loup-mort, et que sont-ils pour Finaen Ambrerune ? Nous le découvrirons un jour. »
- Kosenjobi Tsakuyi
Lieutenant de la Balance.

Avatar de l’utilisateur
Tsakuyi
Messages : 57
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

Re: [Chroniques] Journal de Tsakuyi

Message par Tsakuyi » 11 déc. 2018, 04:16

Dédié à Dame Kurusu, des Quatre Tours, ainsi qu’aux forces locales du Castrium Oriens.

Image

Rapport ouvert – Gyr Abania, dans les Confins de l'Ouest, les Marges. "Plume et Sang."
[mandat de la guilde des aventuriers – rang b]

« Ce rapport sera sur une mission courte, mais pas vraiment simple pour autant. La capturer d’un griffon n’est déjà pas une chose aisée, alors qu’en est-il quand il s’agit d’un griffon blanc agressif tuant ses compères et uniquement ses compères. Ce bain de sang devait cessé rapidement surtout au vue de la rareté et de l’aspect précieux de telles majestueuse bête pour les locaux.

Notre mandataire est le Mhigois du nom de Ulrick Ironblade, nous conviant une nouvelle fois dans les Marges de Gyr Abania, à l’intérieur des Confins de l’Ouest. C’est là-bas, que nous devrions trouver une piste pour en savoir plus sur les raisons des massacres des majestueuses bêtes. Nous sommes donc parti avec une petite équipe en suivant notre mandataire, Ironblade, en compagnie uniquement d’allié et aventurier autours des Quatre Tours – Nhagi Kantor, dont les chants de barde seraient très utile pour apaisé la bête. Seika Tsuquiri, travaillant au Relais et aide appréciable en cas de combat due à son expertise avec les lames de jets. Finaen Ambrerune arriva en renfort à son tour, nous permettant d’avoir l’expertise de quelqu’un s’y connaissant en apaisement et en recherche de l’éther, ce qui formait une belle petite équipe pour ce genre de mission.

Image
Et ainsi, nous sommes parti en direction de Castrum Oriens une nouvelle fois. Plusieurs nous saluèrent avec quelques signes mais, force d’agir dans les environs, des locaux reconnaissaient notre visage. Mais nous sommes restés que quelques minutes à peine avant de suivre Ironblade dans la forêt. Celle ci était aussi tranquille que la dernière fois, pendant l’escorte, et ce n’était pas sur la grande route que nous nous dirigions, mais plutôt dans les zones forestières intenses.

Ici, y croisé des bêtes était bien plus régulier, mais la plus part se contentaient de regarder en l’air, ce qui nous fit entendre quelques cris lointaine, des piaillements de rapaces au loin dans les cieux. Il ne fallut pas bien longtemps pour découvrir les cadavres des griffons étalés par terre, massacrés, et celui qui les rejoindrait rapidement en s’écrasant pas loin de nous dans un grand fracas. Une ombre blanche dans les cieux poursuivit sa route après son meurtre, nous laissant identifier les corps : Ils avaient été massacré pour les tués, tout simplement, pas de violence gratuite, mais bien des assassinat purement et simplement.

Tous avaient déjà perdu la vie, et nous avons donc transmit à Yuen qui se reposait paisiblement au Relais, d’envoyer une demande aux forces Mhigoise pour qu’ils s’occupe des corps. Il nous restait une mission à achevé, et il fallait poursuivre pour la mené à bien. Poursuivant vers l’Ouest, toujours le long des montagnes, nous avons pris soin de rester à l’affût depuis l’apparition du griffon blanc dans les cieux, et cela jusqu’à parvenir à sa tanière. Il n’y était pas, ne restait que des plumes blanches et aucunes traces, menant à une grotte partant en profondeur.

Image
Sous la surveillance de Ironblade, nous nous sommes divisés en deux. Un groupe resta devant la caverne, Nhagi et Seika qui préparèrent un piège pour essayer d’attraper le Griffon lors de son retour dans la caverne, ou en tout cas en surveillance. Le câble prêt pour essayer de l’attraper et de l’enserrer brusquement à sa venue pendant que Nhagi surveillait les cieux, sa harpe prête à jouer des airs enchanteurs, usant de ses capacités de bardes pour apaisé le plus vite possible dès qu’il serait en position de faiblesse.

Elles étaient sur leurs gardes, car le danger viendrait frapper bien rapidement, pendant que nous partions inspections la grotte avec Finaen. L’intérieur s’y trouvait le nid, rien de spécifique si ce n’est quelques os et toutes l’allure d’un nid des plus banal, jusqu’à ce que nous nous concentrions sur l’odeur infâme et l’énergie locale.

Définitivement, il y avait rien de malsain, aucune matière profane ou ombrale n’était présente, mais cette odeur n’inspirait rien de bon jusqu’à la découverte d’un œuf au fond de la paille. Enfin, d’un « œuf », celui ci était en vérité une sorte de dispositif de métal simulant un œuf avec à l’intérieur un diffuseur d’une drogue de combat s’extirpant de la dite coquille. Diffusant dans les environs un nuage écœurant, l’intérieur découvert releva un mécanisme qui fut très rapidement scellé quand la vapeur débutait de m’énerver moi même et me donner envie de fracasser l’oeuf sur la tête du Finaen sans aucunes raisons. Après un instant de fouille, le journal fut découvert de l’ancien chevaucheur de griffon du dénommé Malik, chevauché jadis par le squelette restant de son chevaucheur assassiné du nom de Wolgan. Un homme s’étant caché aussi pour fuir des combats contre les Garlemaldais, et y caché son trésors.

Image
Récupérant l’œuf, et les affaires, Finaen nous mena vers la sortie pour retrouver la cache à l’extérieur, et quel ne fut la surprise. Bien qu’elles nous en avaient parler sur nos Perles, le grand griffon blanc dormait paisiblement, enserré par le câble fourni à Seika. La musique de Nhagi avait fini par l’apaisé complètement et les drogues de combats rechutèrent en laissant descendre brusquement la pression, ce qui l’assomma sur le coup. Il se réveilla lentement, mais la récupération de son nom débuta une relation de confiance avec la noble bête effrayée. « Malik », utilisé par Nhagi s’y connaissant bien avec les bêtes, fini par l’apaisé et cesser de se débattre avec les câbles.

Finalement, Ironblade pu débuté son travail d’apaisé celle ci, et se prépara à la déplacé pour Ala Mhigo, loin d’ici, pour s’occuper de cette bête et la remettre sur un noble chemin après cette crise de folie à cause des drogues. Nous avons trouver une caisse qui résidera désormais dans nos bureaux pour préparer des investigations plus poussé pour savoir qui à pu déposé le faux-oeuf. Dedans il y avait des affaires très spécifiques : Une gunblade, et un mémoquartz impériaux notamment. Nous devons retrouver le coupable. Mais ce sera une autre histoire. »

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité