[Chronique] À chacun son combat

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Caleib
Messages : 119
Inscription : 07 juil. 2016, 12:58
Localisation : Sur le front ♪

[Chronique] À chacun son combat

Message par Caleib » 25 oct. 2018, 19:22

Image
« NON MAIS JE RÊVE ! »
Un soleil complet pour ce voyage, un soleil où il a dû galoper jusqu'à exténuer l'animal pour se rendre in extremis auprès des siens pour une affaire qui lui a paru des plus absurdes. Son père, l'un des Udgans de sa tribu, aurait été banni pour "trahison". S'il y a bien une chose qu'on ne pourra jamais retirer à Dayan - et en dépit de tout ses défauts - c'est l'amour filial. Et l'insulter, l'accuser de la sorte après tout ce qu'il a fait pour les Adarkim, c'était suffisant pour le mettre dans une rage folle.
Une fois devant la yourte détruite, le guerrier xaela fut vite rejoins par d'autres ; tous vêtus d'un tissu bleu noirâtre, preuve de leur appartenance à la tribu Adarkim -?- . Et - bien entendu - tous armés.

- « Calme-toi, Dayan. » s'exprime celui qui se trouvait devant, équipé d'une lance ornée de griffes et de crocs, trophées de ses nombreuses luttes contre diverses bêtes, ce qui est assez pour lui offrir un rang conséquent et des hommes sous ses ordres. « Nos vigiles ont aperçu un guerrier au loin, j'ai donc pen- »
- « Ta gueule ! Où se trouve mon père ?! » Question posée avec une colère contenue, difficilement contenue.

Un ton qui ne plait guère, l'insulte était de trop. Très vite, comme à son habitude, Dayan a su attiser l'animosité de son interlocuteur, et celui se mit à croiser les bras, un air bien trop sévère au visage.
Comme beaucoup en ces terres, le manque de respect est peu toléré... et amène vite à l'appel de la violence. Néanmoins, quand on est un guerrier d'un certain âge, il semblerait qu'on arrive à outrepasser cette erreur de "jeunesse". Quelle chance.

- « ... Plus ici. » D'une voix ferme, qui en dit long sur la dose de patience dont il fait preuve. « C'est bien parce qu'il fut un Ugdan des plus respectables que sa tête ne s'est pas retrouvée sur une pique. »
- « ... » Sourcils froncés, Dayan exprimait toute la contrariété qui l'habitait, mais pas question de tenter le diable une nouvelle fois. « Pourquoi ? »
- « Il a été vu avec quelques membres d'une tribu ennemie. Pire encore, il a participé à leur guérison. » Rancœur légère, teinté d'un peu de regrets, qui sait ? « Aussitôt la nouvelle répandue, les votes ont été contre lui, même s'il jurait n'avoir divulgué aucune information. »

... Que c'est stupide.
Qui pouvait croire que l'homme qui s'est chargé de son éducation n'est autre qu'une âme généreuse comme celle-ci ? Dont la vocation est de se soucier d'autrui ? Quand on voit le fils, on imagine le père en pire, n'est-ce pas ?
Que Dayan croit ou non aux paroles de ce l'individu en face de lui, le résultat restait le même ; la yourte du chaman est détruite, et son possesseur n'est plus ici.
La suite de la conversation se fera dans une ambiance un peu plus calme, bien que toujours tendue, mais il fallait rester un minimum droit pour savoir autant de choses que possible ; comme le fait que son père a cherché à le rejoindre et s'est rendu en Eorzea.
Concernant son frère cadet, il aurait également pris la route et s'est dirigé vers le Ralliement. Suite à tout ça, nul besoin de s'éterniser... et les détails se feront savoir plus tard.
Dans l'immédiat, l'Adarkim - ? - va devoir se rassurer et partir à leur recherche.
Il n’y a jamais ni gagnant ni perdant dans un jeu de rôle, le seul véritable but du jeu étant le simple plaisir que l’on trouve à y jouer. _ Définition du jeu de rôle

Avatar de l’utilisateur
Caleib
Messages : 119
Inscription : 07 juil. 2016, 12:58
Localisation : Sur le front ♪

Re: [Chronique] À chacun son combat

Message par Caleib » 11 nov. 2018, 17:46

Image
Vingt-deuxième soleil de la cinquième lune ombrale.
Minuit est passée, la lune n'est que plus haute, les nuages se sont dissipés.
Dans la neige immaculée se trouve un xaela en train d'agoniser. Sa conscience vacille, entre le froid et ses plaies qui l'incitent lourdement à fermer les paupières, et son désir irascible de ne pas céder en ces lieux reculés.
Un ancien vigile, vestige d'une guerre désormais terminée depuis plus d'une année, est l'endroit où il s'est rendu. Uniquement accompagné de son destrier à la robe noir, qui s'est donné la peine de rejoindre son maître après plusieurs heures d'absence de sa part.

Des heures où le lieu fut témoin d'un échange brutal et violent, deux contre un, le résultat n'en pouvait être que plus pertinent, mais aveuglé par une rage folle le xaela ne pouvait attendre ses alliés, il ne pouvait les embarquer après qu'ils aient participé à cette mission de samedi. De toute façon, cela ne regardait que lui, mais depuis quelques temps ; sa mémoire a omis bien des choses, comme le fait qu'être seul amène à plus de prudences.
Et il en a clairement manqué.

L'animal noble s'installe auprès de son cavalier, offrant sa chaleur et sa corpulence comme protection contre le blizzard qui menace d'arriver à tout instant. La chaude respiration du cheval contre sa joue est une aide précieuse même si maigre soutient, mais c'est assez pour un esprit ô combien embrumé comme le sien. Embrumé par les mots qui ont été prononcés, par les informations qu'on lui a donné et le rappel à l'ordre du pourquoi de sa présence en ces terres, suivi d'une pression supplémentaire pour le forcer à ne pas oublier.

C'est donc péniblement qu'il tente de se relever, avec l'aide de son bouclier et de la selle de l'équidé, dans l'incapacité de le chevaucher, il ne peut que marcher à ses côtés. Mais la poigne du guerrier sert quelque chose, un tissu aussi blanc que le décors actuel, qui lui rappel cruellement un élément essentiel. Un souvenir agréable, souvent associé à une sensation de chaleur pour son âme... très vite imbibé de sang à son tour.
Il l'a taché.
Il l'a taché. Et ce détail ne pouvait que le marquer, sa conscience vient de percuter ce qu'il va devoir faire, une fois rentré.
Est-ce qu'il en éprouve l'envie, d'un côté ?

Après avoir récupéré ce qui lui a permis de ne pas finir encore plus mal en point et obligé ses membres à répondre convenablement pour se mouvoir, le xaela emboîte le pas de l'équidé pour trouver un refuge, et repartir le plus vite possible afin de ne pas éveiller des soupçons.

C'est avec colère et hargne qu'il est venu ici, mais c'est en étant soucieux et perturbé qu'il va en partir.
Ne pas oublier.
Il n’y a jamais ni gagnant ni perdant dans un jeu de rôle, le seul véritable but du jeu étant le simple plaisir que l’on trouve à y jouer. _ Définition du jeu de rôle

Avatar de l’utilisateur
Caleib
Messages : 119
Inscription : 07 juil. 2016, 12:58
Localisation : Sur le front ♪

Re: [Chronique] À chacun son combat

Message par Caleib » 08 déc. 2018, 01:46

Image
Noscea orientale, non loin d'un bivouac.
Deux xaelas, deux guerriers, deux fils de la steppe. L'un comme l'autre respire fortement, à un rythme différent. La jungle seule sera témoin de cet échange où férocité et brutalité sont les seuls mots qui peuvent décrire un tel duel. L'acier s'est souvent croisé, les muscles ont été malmené, la fatigue n'a fait que croître à chaque passe d'armes. Mais ce moment fut terminé par la victoire de l'Adarkim, grâce à une manœuvre risquée où son dos fut exposé, et après avoir désarmé le Dotharl enivré par le combat.

C'est avec une volonté certaine qu'il arrivait à tenir cette épée aussi lourde d'une main, que la pointe frôle la maigre ouverture qui se trouve au niveau du cou. Pour l'une des rares fois en combat, Dayan fut dans l'obligation de faire preuve de précision. Le menacer, pas le tuer. Tenir sa vie, pas le lui ôter. Et même s'il s'attendait à une riposte de son adversaire, le Dotharl n'était pas stupide. Ne pas craindre la mort n'est pas synonyme de vouloir lui céder sans rien vivre.
- « Je ne cherchais pas à dominer, mais à trouver mon égal. » Prononce l'Adarkim, une fois que le Dotharl daigne demander ce qu'il désirait en échange de cette victoire durement acquise.

Force est de reconnaître que, malgré tout ce qu'on peut leur reprocher, les xaelas ont un sens de l'honneur très prononcé. Dès lors, Dayan a su gagner une épaule solide et une lame fiable pour l'aider dans son parcours. Bulqadar Dotharl est un combattant à l'esprit vif et affûté lorsqu'il s'agit de la mêlée. Et il ne sera qu'un avantage certains face à ce qui se dressera sur sa route.
L'entente fut scellée par un serment de guerrier, leur amitié est nouée par une poigne ferme. Certaines choses ne peuvent que se valoir via la force pure et brute, les mots ne sont que les miroirs des actes, après tout. Les Qestir l'ont bien compris, pourquoi ne pas suivre leur exemple ?

Si Dayan s'est juré d'être l'étalon qui sillonnera les plaines de la vie, alors ce Dotharl ne sera que le buffle qui arpentera ce même chemin avec lui, jusqu'à ce qu'un objectif soit accompli.

Mais la mère ne pouvait être plus clémente encore...
Il n’y a jamais ni gagnant ni perdant dans un jeu de rôle, le seul véritable but du jeu étant le simple plaisir que l’on trouve à y jouer. _ Définition du jeu de rôle

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité