Farfables d'un soir ...

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Les Trois Vévés
Messages : 57
Inscription : 27 juin 2019, 09:15

Farfables d'un soir ...

Message par Les Trois Vévés » 30 sept. 2019, 18:30

Appelez-le "Roi",
Appelez-le "Démon",
L'eau oublie le nom des noyés...


Il se disait, en des temps d'antan
Que des rivières il y avait un Roi.
Sinistre sirène aux atours élégants,
Il était le maître des êtres de cet endroit.

D'une obole il graciait ceux qui l'amusait
"Vert sou que voilà, pour nos retrouvailles!"
Disait alors la bête, toute enjouée,
D'un rire du tréfond de ses entrailles.

Vert-sou pouvant vous guider en eaux turpides.
Mais gare, gare à vous avec pareil talent !
Car même si le Roi demeure pour l'heure absent,
Ses sujets rôdent, traquant les moins lucides...



Image
Petit début d'une série de fables! Peut être liées au RP ou non (qui sait ?)... Au plaisir !
Image

Avatar de l’utilisateur
Les Trois Vévés
Messages : 57
Inscription : 27 juin 2019, 09:15

Agravain et Ysengrin

Message par Les Trois Vévés » 01 oct. 2019, 16:52

Image
Agravain et Ysengrin

De lumière vêtue, fendant ainsi la lande
Voici qu’advient le vertueux chevalier
Agravain il se nomme, selon la légende
Par-delà monts, vaux, plaines et sentiers
Repoussant le mal en chaque terre qu’il foulait
Loin de son amour et de son natal foyer.

D’ombre drapé, détruisant tout sur son passage
Voici que soudain surgit une horrible bête
Ysengrin, créature connue depuis des âges
Tapis dans les ténèbres, sans relâche il guette
Débusquant le moindre visiteur égaré
Ne laissant, de son territoire, nul approcher.

C’est par une noire et glaciale nuit d’hiver
Qu’Agravain le Chevalier s’enquit du monstre
On lui conta qu’il était jadis un homme fier
Que la folie gagna quand parmi les décombres
De sa mansarde calcinée réduite à néant
Il trouva sa belle sans vie ici gisant

Terrassé par le chagrin et fou de rage
C’est au village le plus proche qu’il fit carnage
Avant de s’en aller par-delà les fourrés
Haineux envers le sort et à jamais mortifié
Depuis la bête rôde dans les recoins du bois
Arpentant le lieu sans souvenirs d’autrefois

Forçant ainsi le pas, Agravain s’engouffra
Échangeant la lune pleine éclairant le ciel
Pour les sombres frondaisons de l’obscur sous-bois
Où régnait un silence lugubre emplit de fiel
A la tanière de la chimère il arriva
Sur le seuil de la béante grotte il se stoppa

Soudain, un terrifiant hurlement retentit
Depuis l’entrebâillement de cette géhenne
Et c’est alors qu’Agravain le chevalier le vit
Ce monstre aux crocs acérés et aux yeux de haine
Brillants tels d’horribles flammes vengeresses
Surplombant une sombre stature gigantesque

L’âpre combat ne se fit pas attendre
Et tous deux s’y jetèrent corps et âme perdus
Crocs et épée, griffes et acier, tous vinrent fendre
Dans une affreuse bataille comme jamais il ne fut
Mais comme le point du jour efface la froide nuit
Agravain le preux l’emporta sur la tyrannie

Victorieux bien que blessé, il ne lui restait
Que le coup final à porter sur la bête à terre
Mais nulle rage ne vint guider son épée
De la pitié il éprouva pour ce pauvre ère
Il l’enchaîna là où il demeurait caché
Avant de repartir au loin vers son foyer

Bien des lieues Agravain le preux parcouru
Souhaitant retrouver sa douce en sa maison
Mais alors qu’il pensait avoir sa demeure en vue
Il aperçut s’élevant à l’horizon
Une épaisse colonne d’une noire fumée
Lui faisant hâter le pas, car là était son foyer.

Image

Avatar de l’utilisateur
Les Trois Vévés
Messages : 57
Inscription : 27 juin 2019, 09:15

Re: Farfables d'un soir ...

Message par Les Trois Vévés » 04 oct. 2019, 00:04


Image





La Vallée du Roi

Se conte l’histoire d’un beau pays,
Si petit et tout riquiqui !
Tenant dans le creux d’une vallée
Aux frontières embrumées.

Le pays était un royaume
Aux paysages enchanteurs.
« Gaieté, amour et couleur ! »,
En étaient les axiomes.

L’on y vivait en belle paix.
Citoyens tous se connaissant.
De la ville ou bien des champs,
Tous s’aimaient et se respectaient.

En pareil lieu point de monnaie !
Mais des poèmes pour seules devises.
Ainsi, point de risque de crise !
Pour tout ici, ainsi l’on paie.

Police ou vice, tous deux absents !
D’armée ou de guerre, point d’esquisse.
L’on joute en rixme sans préjudice !
Avec pinceaux pour seul armement.

Royaume ne serait sans son Roi !
Petit régent de son pays,
Un jeune enfant toujours en joie
Car ici sont ses seuls amis.

Roi ne serait sans sa Reine !
Charmante petite Iguane,
Depuis toujours sa compagne
Et des frontières, elle a les rênes.

Petit Roi jamais en tourment,
L’âne de cette douce rêverie.
Petite Iguane toujours protégeant
L’âme de cette belle utopie

Terre, ciel, son souffle nourrit
Du bord de coupe jusqu’à la lie
En son giron respire la vie
Au-delà règne la froide nuit

Gare à celui qui trop loin flâne
Du souffle chaud de Reine Iguane
Car aux recoins de ce tableau
Se répand un sombre chaos



Référence à Lastman avec le sourire bien sûr!
Dernière modification par Les Trois Vévés le 23 janv. 2020, 15:38, modifié 1 fois.
Image

Avatar de l’utilisateur
Les Trois Vévés
Messages : 57
Inscription : 27 juin 2019, 09:15

Re: Farfables d'un soir ...

Message par Les Trois Vévés » 11 déc. 2019, 23:57

Image
Baba Yaga, la Bergère du Lac


Joue mon cher enfant, joue donc au dehors,
Tant que la nuit ne tombe point encore.
Mais gare, gare ! Promets-moi qu’ô grand jamais
Près du lac plus loin, tu n'iras flâner.

Il se dit que jadis en ces lieux
Vivait au village une jeune bergère
D’un petit garçon, elle était la mère.
Si beau, si gentil ! Et toujours joyeux.

Un jour elle dût, en verts pâturages,
Mener le troupeau, loin du village.
Elle confia donc son tendre tout petit
A la garde des habitants, ses amis.

Deux jours durant elle s’absenta ainsi
Du petit, le village prit très grand soin
Mais au deuxième jour, avant la nuit
L’enfant de la bergère, l’on ne trouva point.

L’on chercha alors, battant la campagne
Fouillant partout, même vers les montagnes.
Mais ce n’est qu’à l’aube, quand la bergère revint
Qu’ils le retrouvèrent, dans le lac non loin.

Consoler la bergère, nul ne le put
Et, dans le même lac, elle alla se jeter.
Par les noires eaux elle fut happée
Et de cette histoire, l’on ne parla plus

Un conte de jadis, un mythe qui perdure…
Des enfants encore, sur les berges errent…
Suivant les pas du fils de la bergère…
L’on dit que beaucoup disparurent…

Gare à toi alors mon petit chéri…
Soit rentré à la maison avant la nuit…
Car si tu penses que tout n’est que faribole…
Elle t’entraînera dans sa farandole…

Image

Avatar de l’utilisateur
Les Trois Vévés
Messages : 57
Inscription : 27 juin 2019, 09:15

Re: Farfables d'un soir ...

Message par Les Trois Vévés » 31 janv. 2020, 17:50


Hitokiri, le Murmure de la Brume


Il se disait, en de lointaines contrées d’Orient,
Que du Crime, était engendré le Châtiment.
Une femme au visage de nacre en était l’instrument.
Le bourreau du Mal, la vengeance des innocents.

Les têtes ainsi ôtées, elle gardait en trophée.
Nimbée d’une Brume d'âmes de milles défunts.
De villes en villages, ainsi elle se rendait…
Appliquant sans heurts son sombre mais juste dessein.

Mais il se dit depuis, de villages en villes…
Que la Brume happe, les innocents comme les plus vils…
Ainsi, restez alertes …Si depuis la Brume…
Vous parvient un murmure… à titre posthume…





Image

Image

Avatar de l’utilisateur
Les Trois Vévés
Messages : 57
Inscription : 27 juin 2019, 09:15

Re: Farfables d'un soir ...

Message par Les Trois Vévés » 07 févr. 2020, 18:18


Azymandias, la Lueur de la Terreur.


Il est une vieille légende ainsi stipulant
Que dans les plus sombres tréfonds du Néant,
Brille une lueur dans cet infini espace
Et cette flamme a pour nom « Azymandias ».

L’on dit que jadis il était chevalier
Protégeant son peuple et sa bien aimée
Mais hélas, un jour funeste survint
Où les démons emportèrent les siens….

De désespoir et par fatalisme,
Il s’engouffra à son tour dans l’Abîme
Conscient que de tel acte il ne sera vainqueur
Mais au moins il leur apprendra … la Terreur.





Image

Image

Avatar de l’utilisateur
Les Trois Vévés
Messages : 57
Inscription : 27 juin 2019, 09:15

Re: Farfables d'un soir ...

Message par Les Trois Vévés » 13 févr. 2020, 14:43


La Petite Fille et la Vigile de Pierre


Petite fille, au milieu de nulle part, toute esseulée.
A chaudes larmes, laissant aller son chagrin.
C’est alors que des ombres, surgit une grande main,
Toute de pierre constituée et d’une fleur accompagnée

Petite fille, levant les yeux, toute étonnée
Quémandant le nom de ce golem de pierre
Mais hélas, le géant ne savait dialoguer
« Paro », un seul mot, pour tout vocabulaire.

Petite fille, sèches tes larmes. Tu n’es plus seule à présent.
Tu as avec toi un ami, un protecteur…
Il sera ta vigile de pierre, ton confident.
Tu seras pour lui ce qu’il n’a jamais eu: un cœur.





Image

Image

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités