Une sombre galerie de portraits...

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Fairypie
Messages : 77
Inscription : 05 janv. 2016, 10:24

Une sombre galerie de portraits...

Message par Fairypie » 27 déc. 2019, 18:44

Image

Un couloir. Les derniers pas à l'avoir foulé sont trop lointains. Le temps a terni toutes les couleurs, a absorbé toute la lumière qu'il a pu y avoir. Les rideaux, les tapis, le papier peint revêtent tous le même sépia usé. En a-t-il un jour été autrement ? Même la poussière ne se soulève plus, même les araignées ont eu le temps de mourir dans leurs toiles, et de disparaître dans la poussière. Quelque chose, quelqu'un a-t-il seulement déjà vécu ici ? Aucune fenêtre, aucun bougeoir, aucune horloge, aucun motif, aucune porte. Si, une seule, sa poignée dorâtre brille péniblement, témoigne silencieusement de sa présence dans l'obscurité, au fin fond de ce couloir infernal. Car l'Enfer est vide. Le simple fait de l’effleurer pourrait faire s’effondrer ce château de cartes rongé par les mites... Le grincement de la porte perce si violemment le silence surnaturel. Et pourtant si. Quelque chose vivait bien ici.
Les tableaux, recouvrent chaque mur de cette pièce à peine éclairée par la lumière grise qui s'échappe d'une fenêtre aux verres opaques. Des dizaines, des dizaines de portraits. Certains traînent au sol, certains sont posés sur un fauteuil mité, sur un vieux clavecin, sur un dressoir usé. Une femme aux cheveux d'or envahit le champ de vision, toutes les postures, tous les ages, toutes les expressions, tous les vêtements possibles, mais toujours la même femme. Encore et encore, sur trop de tableaux pour pouvoir les compter. Il y avait donc ici tant de portraits, et ils attendaient ici, patiemment, des yeux pour les voir... Qui a peint tant et tant de fois cette femme aux cheveux blonds ? Par moments, on dirait un ange. Une muse qui a obsédé l'esprit d'un artiste en quête de beauté pure. Pourtant quelque chose pèse sur le coeur, donne des nausées et des vertiges à mesure que l'on reste dans cette pièce oppressante trop longtemps. Tous ces tableaux, tous ces portraits d'elle... Que raconteraient-ils, que dirait-elle, si sa voix pouvait nous atteindre ?


Pourtant... Dans ce silence aussi dense que la nuit, si on tend l'oreille... On croit bien les avoir entendu murmurer.

Image
"Quant à la vérité, ne la laissez pas disparaître dans le mâchonnement généralisé de la complaisance."

Avatar de l’utilisateur
Fairypie
Messages : 77
Inscription : 05 janv. 2016, 10:24

Le portrait au lapin

Message par Fairypie » 09 janv. 2020, 10:15

Image

" Papa... Dois-je vraiment tenir Messire Duponpon pour ce portrait ? Il est déjà mort... "

" Nous l'avons fais embaumer pour l'occasion. Il ne sera pas dit qu'un Warszawska n'aura pas son portrait, tout animal soit-il. "

" C'est sinistre. "

" Si tu l'avais surveillé il serait encore en vie, Clematis. Je me suis laissé convaincre par ta mère et ta bonne, qui m'assuraient qu'un lapin silencieux ne me dérangerait pas dans mon travail. Mais je ne veux plus dorénavant voir un seul animal dans cette maison, entend-tu ? "

" Oui Papa... "


Image


Portrait de Clematis Niké Warszawska avec son lapin. Par Jocelin Viveseigle. Huile sur toile

Image
"Quant à la vérité, ne la laissez pas disparaître dans le mâchonnement généralisé de la complaisance."

Avatar de l’utilisateur
Fairypie
Messages : 77
Inscription : 05 janv. 2016, 10:24

Le portrait à la plume

Message par Fairypie » 14 janv. 2020, 21:29

Image

« Que signifie ce contrat ? »

" Ce sont tes engagements de fiançailles avec Stanislas. Tu te souviens de lui ? "

" Oui. Il a toujours peur de quelque chose, mais il est gentil. "

" Un Warszawska doit toujours signer lui-même ses engagements. Maintenant que tu es en âge de comprendre, tu peux sceller ton premier contrat. "

" Pourquoi Monsieur Viveseigle doit-il venir peindre cela ? "

" C’est un moment important dans la vie d’un Warszawska, et pour l’avenir de nos deux familles. N’oublie pas, tu commences par signer avec la plume, puis tu fais couler la cire et tu la marque de notre sceau. Ne te brûle pas. "


Image


Clematis Niké Warszawska signant son contrat de fiançailles. Par Jocelin Viveseigle. Huile sur toile.

Image
"Quant à la vérité, ne la laissez pas disparaître dans le mâchonnement généralisé de la complaisance."

Avatar de l’utilisateur
Fairypie
Messages : 77
Inscription : 05 janv. 2016, 10:24

Une vieille plume et un encrier posés sur un guéridon

Message par Fairypie » 17 janv. 2020, 16:17

Image

« Signorina Clematis, tentez de résoudre ce problème : Un mouton est attaché à un piquet à l’aide d’une corde de cinq mètres de longueur. Le mouton mange l’herbe, quelle sera l’aire du cercle tondu ? »

" S’il reste attaché, il finira par mourir lentement de faim lorsqu’il n’y aura plus rien à manger. "

" Moins de rêveries, plus de géométrie. L’aire du cercle est égale au carré de son rayon multiplié par Pi. "

" A quoi bon si cela n’aide pas le mouton à survivre ? N’est-ce pas là le vrai problème ? "

" Vous êtes aussi volatile qu’un papillon, Signorina. Vous vous donnerez la peine de copier la formule de l’aire pour la leçon de demain. Voilà qui devrait vous aider à vous concentrer. "


Image


Image
"Quant à la vérité, ne la laissez pas disparaître dans le mâchonnement généralisé de la complaisance."

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité