[Chronique] Nouveau carnet de route de Kosenjobi

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 661
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Nouveau carnet de route de Kosenjobi

Message par Akayane » 10 avr. 2024, 01:26

Nouveau journal de voyage d’Akayane Kosenjobi.
« La mémoire de Brighteye »
Image
Acte 1 – Le Pishacha aux écailles pourpres.
Image
« Après quelques lunes hors de tout, installés paisiblement sur Himitsu no Taki depuis que le Nuage noir en à été chassé, il était paisible et tranquille d’observer les lieux reprendre petit à petit vie. Trois lunes, ce fut le temps pour Cirmo de nous demander si nous pouvions encore lui venir en aide. Ce qui pour Yuki, était une excellente raison de repartir en voyage. Nous devions enquêter pour Cirmo sur Brighteye, l’histoire d’un aventurier censé être mort qui serait revenu depuis quelques jours sur l’île de Thavnair. En bien, ou en mal ? Usurpateur ou étrange légende ? Il fallait découvrir la vérité, mais Yedlihmad regorgeait quelque peu d’affaires et d’histoires en tout genre. Acceptant plusieurs missions, espérant que cela nous donne des indices, Yuki décida que nous allions accomplir ce qui était le plus urgent : Se débarrasser du Pishacha aux écailles pourpres inquiétants les locaux depuis quelques temps désormais. Après deux soleils d’installations en ville, nous étions donc en quête de découvrir comment mettre la main sur le Pishacha, encore inconscient que nous découvrions bien plus que ce que nous devions faire à l’origine. Choisissant d’aller interroger les locaux, nous avons été auprès de l’Ost Rayonnant pour en savoir plus. De prime abord, l’officier en charge pensait avoir quelques baroudeurs malhonnêtes face à elle : Nos uniformes blancs ne devraient-il pas suggérer que nous sommes là avec de bonne intention ?

Pour autant, elle reconnue la pureté des intentions de Yuki, et nous fîmes bonne impression à Soonappa, qui entretenait de bonnes relations avec Cirmo d’après ses dires. Envoyant un de ses soldats à nos côtés pour nous guidés, nous avions deux possibilités pour remonter vers le Pishacha aux écailles pourpres : L’attirer ou le traquer. Il serait visiblement friand d’une sorte d’épice locale très dangereuse et rare, qui l’aurait possiblement transformer de la sorte. Mais à chaque fois que l’Ost Rayonnant de Soonappa voulu le traquer, toutes les traces de la bête avaient été effacées. Comme si quelqu’un couvrait étrangement ses arrières. Le choix de Yuki fut d’attirer la bête à nous, et pour cela, il nous fallait un peu de cette étrange épice : De l’écarlate hurlante. En route chez la sœur de l’Officier, nous avons été guidés à travers la ville chez la demeure de Melnapa, une alchimiste reconnue d’Yedlihmad. Même si nous commencions à avoir nos repères en ville, il était encore difficile de s’y diriger surtout que la nuit tombante n’était pas la plus confortable. Il pleuvait, de plus en plus fortement, et les sombres nuages arrivant du sud n’allaient pas rendre le temps plus clément à l’avenir. Plus il passerait, plus la boue et la pluie s’accumuleraient en laissant au moins bien moins de monde sur les routes et dans la ville. Le garde nous accompagnant ouvrant la porte fut accueillit par une pleine lancée de poussière colorée.

Dedans, folie dansante et musique entraînante accompagnait les travaux alchimiques. Il y avait une ambiance fantastique, mais nous n’avons rejoins Melnapa qu’avec grande difficulté : Il nous fallut passer à travers les pièges de tout les rubans, la poussière, et autre. Rien de dangereux, même si je finie avec les cheveux de toutes les couleurs, même Yuki avait l’air d’avoir les cheveux rouge. Rencontrant enfin Melnapa pendant que le soldat de l’Ost avec nous était enroulé dans des rubans. Celle ci fut des plus aimables, mais parler de l’écarlate hurlante fut très douloureux pour elle. Visiblement, elle était coupable de sa découverte, et avait bien des regrets à cette idée, au vue de l’épice que cela avait provoqué et des conséquences pour ceux en récupérant. Yuki lui proposa une écaille de la bête pour aider la recherche d’un contre-poison, ce qu’elle accepta avec joie en nous laissant une bonne dose d’écarlate hurlante.
Image
Il était temps de faire tomber le piège sur la bête, aussi sortions nous dans un dehors pluvieux en entendant les échos de la musique pleine d’espoir des agents de Melnapa. Les informations reçue et le piège entre nos mains, il était temps de partir et notre route en quittant Yedlihmad s’arrêta rapidement : Une Arkasodaras du nom de Nyla avait ses affaires dans un chariot empêtré dans la boue. De bon cœur, il était hors de question de l’abandonner à son effort, et son chariot fut libéré après un temps de travail. C’est ce temps qui permit aussi bien à une menace de se préparer que d’être contre-carrée. Pendant que nous buvions une coupe offerte avec le soldat, Yuki lui avait perçu le Lalafell qui guettait. Et quand ce dernier fit le constat d’avoir été vu, la course poursuite pu s’engager. Le terrain était boueux, et en sortir de la route, il était difficile d’accès. Pierre, arbre, l’ensemble dans l’obscurité relative et la pluie battante rendait la course difficile. C’est en achetant un choux à un marchand sur le côté dont le chariot avait été reversé, que Yuki l’arrêta en le faisant tomber, le choux venant tomber pile entre ses jambes : Quel jet impressionnant je dois dire ! Rejoint le Lalafell, ce dernier appelait sans cesse ses camarades qui tendaient une embuscade plus loin.

Arrivant avec le soldat essoufflé que je soutenais, juste à temps alors que Yuki interrogeait le Lalafell, ce sont ses compagnons qui nous offrirent quelques réponses : Un Raen avec quelques brigands, tenant en respect deux jeunes Pishacha aux écailles bien verte, vinrent à notre rencontre. Il était un brigand de l’Entente du Vif, une sorte de coopération de malfaiteurs locaux qui tentaient d’acquérir bien de pouvoirs et portant des tenues oranges. Je ne saurais encore dire qui ils sont, pourquoi ils agissent ainsi, mais ils nous menacèrent en échange de l’écarlate rouge que nous avions. Visiblement, quelqu’un en ville nous avait signalé à l’Entente, et ils voulaient cette épice si rare. Sans se laisser faire, le combat fut rapidement engagé alors que nous luttions avec les brigands et les Pishacha qu’ils contrôlaient grâce à quelques étranges objets. Formant des bulles mauves autours de leurs têtes une fois les encensoirs actifs, ils avaient fini par perdre la raison et nous avons au moins éliminés les prédateurs avec quelques difficultés. Trois des brigands gisaient inconscient au sol – Si j’avais pu envoyer dans les choux une Roegadyn colérique et un Hyur sournois.

Yuki avait fracasser le visage du Raen en l’envoyant à une belle et longue nuit, ne laissant qu’un Hyur tremblant et désormais ainsi que  Bonpoi , le Lalafell. Visiblement, l’Entente du Vif faisait disparaître toutes traces du Pishacha et se servaient de ses attaques pour piller les chariots abandonnés. Attirant la bête grâce à un peu d’écarlate hurlante, ils se moquaient des victimes en justifiant que la « bête attaqueraient quand même », même si ils auraient pu sauver bien des locaux. Pour suivre la bête, ils se servaient d’un sifflement aiguë produite par cette dernière. Un sifflement que nous avons fini par entendre. Et Yuki lui, doté d’une bien plus fine audition, parvint surtout à entendre le cri de détresse de celle qui était tombé dessus. Laissant au soldat de l’Ost le soin de ramener les prisonniers. Ce dernier parviendra finalement uniquement à apporter Bonpoi et le Hyur, les autres parvenant à s’échapper. Yuki et moi avions surtout tout fait pour atteindre la bête et celle qui hurlait.

Le temps était trop court, bien trop. Les éclairs zébraient les cieux alors que les nuages emplissaient désormais les cieux dans un déluge de pluie aveuglante. Pour autant, après avoir parcourut un trajet à toute vitesse, Yuki et moi finirent d’un coup face à la bête. Proche d’elle, gisait le corps d’un malheureux qui tenta de l’éloigner pour protéger Nyla. L’Arkasodaras nous avait suivie pour nous venir en aide comme nous l’avions aider, mais avec bien moins de célérité, et de chance, visiblement. Yuki fit preuve de malice : envoyant le sachet d’écarlate hurlante plus loin, il eut alors le temps de se mettre devant Nyla pour la protéger pendant que je parvins à le repousser. La bête allait se montrer particulièrement tenace ! Ce que l’écarlate hurlante en avait fait été impressionnant. Mise en valeur par les éclairs tombant à intervalles irréguliers : Des yeux rouges, gorgés de sang. Des veines écarlates apparentes, l’impression que les muscles cherchaient à gagner sur sa peau et ses écailles devenues pourpres. L’éther circulait autours de lui dans une lueur rouge, un éther neutre mais d’une violence inouïe. Il fallait l’affronter tout en gardant Nyla en sécurité, l’éloignant de plus en plus jusqu’à ce qu’il ne dévore l’écarlate hurlante qu’avait lancé Yuki pour le distraire. Grossissant encore un peu, se déchaînant dans un excès de violence tout en nous envoyant valser par terre douloureusement. Il fut temps de l’atteindre, et c’est noyé dans les flammes provoqués par la lame du Viera que le Pishacha aux écailles pourpres disparues en cendres.

Hélas pour Melnapa, pas d’écailles ! Mais bien des questions : Qui sont ses membres de l’Entente du Vif prêt à prendre autours de risque pour contrôlé cette épice ? Y à t’il un moyen de soigner des effets de l’écarlate hurlante, et cette fleur n’est-elle réellement que la seule coupable de ce qu’elle provoque chez les autres ? Bien des questions, dont une réponse pouvait attendre. Ce n’est là que le début de notre aventure que Thavnair, pour une tout nouvelle histoire, en quête de la vérité sur Brighteye et sur cette épice si dangereuse. »
- Akayane Kosenjobi.
Dernière modification par Akayane le 06 mai 2024, 00:07, modifié 4 fois.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 661
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Nouveau carnet de route de Kosenjobi

Message par Akayane » 13 avr. 2024, 03:35

Nouveau journal de voyage d’Akayane Kosenjobi.
« La mémoire de Brighteye »

Image

Acte 2 – Intrigants alchimistes.
Image
« Espérant mettre la plus part des locaux en sécurité le plus vite possible, Yuki voulant mettre la main sur l’Entente du Vif avant tout pour espérer empêcher ses derniers de provoqués plus de troubles dans les environs. C’était compréhensible : Si certaines personnes achetaient auprès d’eux des épices digne de les rendre fou, ils pourraient bien provoqués pas mal de maux. Mais finalement, la piste qui aurait du mené vers l’Entente du Vif nous mena vers encore plus de questions sur ce qui allait se dérouler, et sur ce qu’est réellement Brighteye. Jusqu’ici, tout n’était que rumeur et nous avions pu craindre que l’écarlate hurlante ne soit qu’une triste découverte en même temps que les personnes possédant l’œil brillant sur leurs armures. Maintenant, nous savons que tout ça est lié. Avec l’Ost Rayonnant, quelques discussions furent sur les intrigants alchimistes risquant d’avoir un lien avec l’Entente du Vif, et envoyant comme agent le jeune soldat qui s’occupa de Yuki et moi pour nous menés vers le Pishacha monstrueux. Mais à la place de Yuki, qui dormait ! - Et qui recevra demain quelques mauvaises surprises – ce dernier épuisé par une journée à aider les citoyens de Yedlihmad pour toutes raisons possibles au vue de la situation, avant de s’effondrer quelque part, certainement ramassé par Nyla d’une façons où d’une autre.

Arraché à ses potions et son travail, ce fut alors à Lucian de m’accompagner, quittant les lieux après avoir fait le point tout en choisissant entre deux lieux possible : Un refuge pour personne ayant perdu la plus part de leurs biens depuis l’Apocalypse, dont des malades auraient été signalés suite à d’étranges affaires. Ou l’emplacement des alchimistes directement. De bon cœur, Lucian nous fit partir pour l’emplacement des malades afin d’en savoir plus, et nous traversions alors une nouvelle soirée de pluie. Depuis quelques jours, la pluie tombe régulièrement, et cela allait donner des effets des plus surprenant une fois sur place face à nos cibles. De prime abord, c’était simplement une route paisible sur les sentiers de Thavnair, une personne nous exigeant de ne surtout pas tomber enrhumé avec ce temps piteux qui allait faire revenir une chaleur intense à nous en faire éternuer en boucle – je prévois les mouchoirs, je l’admets. Ainsi, dans ce contexte si simple, la route débuta jusqu’à découvrir bien des amas de tissus installés un peu partout. Hors de la route en traversant la boue et les recoins isolés après quelques curiosités comme des tortues géantes relevant la tête pour nous regarder en mâchonnant des fleurs. Nous découvrions les recoins tristes et boueux d’être ayant tout perdu.

De bon cœur, Lucian offrit quelques gils, mais les locaux se les arrachèrent en exigeant plus. Ce que Lucian n’avait pas, dans des crises de qui veut en obtenir. Malgré la grogne, tandis que j’éloignais le plus violent alors que Lucian stabilisait un peu les lieux. Il avait déjà croisé le regard d’un être bien étrange, et cela allait nous retomber dessus brutalement de ne pas avoir vu ce qu’il se préparait. Arrivant au bord de ce refuge perdu proche de la mer. Il y avait tout de même de bref installation dans des grandes tentes pour installer différentes infrastructures pour s’occuper d’eux à la bonne grâce des bons samaritains de Yedlihmad. Nourritures, soins, habits, aides. Cela aurait du être quelque chose de bien plus efficace si il n’y avait pas quelque chose de malsains. Lucian fut frappé par quelque chose de violent en regardant brutalement l’éther environnant en formant des effets colorés intenses sortant de la plus part des malades et des instruments. La plus part n’étaient pas simplement malade, ils avaient été empoisonnés. Nos enquêtes démontrèrent clairement que les soit-disant soigneurs étaient aussi ceux qui les mettaient dans un tel état, et Lucian empêchant un homme de boire ce qui le condamnerait. Il était en mauvaise état, et pendant que j’arrêtais aussi les autres soins, advint un être des plus étranges : Des grelots, un chapeau de bouffon, et l’air d’un Lutin en possédant un masque avec un œil brillant unique.

Le même que portait la responsable des soins à son épaule, ainsi qu’une tenue d’une suivante de Melnapa. Il fit venir avec lui une dizaine de personnes infectés par de l’écarlate hurlante, la présentant comme des partisans volontaires à ce grand projet. Hurlant pour que tous partent se mettent en sécurité, la bataille s’élança en même temps qu’un intense foutoir dans les environs : Levant une sorte de cercle tranchant avec un trou à l’intérieur comme un Chakram géant, la fumée colorée jaillit et celle ci gagna tout les environs. Tout n’était plus que folies et couleurs s’étendant dans tout les sens en formant des effets colorés partant dans tout les sens, envoyant des effets colorés un peu partout entre splendeur et folie. Les locaux partaient, et plusieurs auraient été rattrapés par ceux transformés horriblement par l’écarlate hurlante si nous ne les avions pas arrêtés avant. Les hommes et les femmes gagnaient des muscles serrés sous leurs peaux et des veines pourpres affreuses, et ne pouvaient plus être arrêtés par le sommeil. Lucian tenta d’en endormir, et la résistance mental fini même par les tués. Un combat acharné qui nous coûta des blessures pour protéger les locaux finirent par laisser fuir ce maudit Lutin, s’échappant en bondissant en l’air, finissant dans une brume rouge.
Image
La fumée retombait petit à petit, ce qui était un endroit de couleurs fabuleuse se reflétant s’apaisa petit à petit, ce qui était un domaine d’un comte de fée devint petit à petit celle d’une scène de théâtre abandonné des plus tristes. Contemplant les environs, la boue était colorée et semblait nocive alors que tout se reflétait sur les gouttes d’eau de la pluie intense, la couleur apparaissant encore plus aux moindres des éclairs zébrant les cieux. Et il y avait une sorte de fissure jaune vers le nord. Droit vers l’emplacement du jeune soldat envoyé par Soonappa. J’avais contacté l’Ost Rayonnant pour signaler la demande d’aide à ceux autours de nous d’urgence, alors que j’aidais à retrouver des blessés et à rassembler tout le monde. Notre départ fut précipité mais Lucian trouva quand même un instant pour que l’infirmière traumatisée d’avoir provoqué tout ça, involontairement, afin qu’elle use des outils de Lucian pour soigner ses pauvres gens d’urgence. Si on restait, on pouvait aider légèrement, mais cela condamnait l’agent de Soonappa, autant laisser faire l’Ost Rayonnant.

Fonçant rapidement vers l’emplacement de cette lumière d’or étrange comme un faisceau, et plus nous progressions plus les effets néfastes se faisaient sentir de ce rite achevé. Si nous avions suivi l’autre plan, peut-être aurions nous empêcher ce rituel des alchimistes, mais au moins ils n’auraient pas les ressources de tout ses pauvres gens à récupéré. Deux personnes seulement furent finalement happés vers ce rayonnement d’or, et nous progressions en subissant des visions d’un masque aux yeux d’or recouverts de plumes. Des personnes étaient dans la boue au sol, ceux les plus affectés s’infectaient avec la boue colorée touchée par la fumée. Comme en extase, l’extase de la réussite. C’est là ce qu’ils cherchaient à offrir. Arrivé à cette lumière, les alchimistes étaient sur le départ. Entrant comme à l’intérieur de cette lumière, où ils soient rendu.

S’y trouvait l’alchimiste de Melnapa et le Lutin ayant maltraité Lucian. Le jeune garde enchaîné allait devoir les suivre, mais il fut immédiatement secouru par mon camarade en brisant le lien, mais les autres n’étaient pas présents pour combattre. Ce qui luttait étaient des échos de la colère de Lucian, de sa violence, formant des horreurs de brumes rouges s’échappant. Les détruisant de mon sacre dans des éclairs intenses, couvrant Lucian. Il répondit au Lutin lui disant d’aller sauver ses pauvres gens, d’un coup de faux qui fut arrêté. De cet excès de colère, jaillirent plusieurs ombres rouges s’échappant de tout les côtés en attaquant les locaux éparpillés un peu partout. Tandis que le Lutin et ceux œuvrant sous l’œil brillant, nous protégions les civils jusqu’à ce que les effets s’estompent. Sortant les pauvres gens de la boue, certains contemplaient l’œil brillant dans les cieux. C’était inquiétant, mais il nous fallait rassuré les civils désormais. Soonappa fut contactée en annonçant qu’il fallait de quoi venir à l’aide de tout ses gens, ce que l’Ost Rayonnant allait préparer tous ensemble tandis que notre mission n’était pas terminé.

Sortant les locaux de la boue, nous organisions le retrait des civils tous ensemble avec le jeune soldat jusqu’à ce qu’il ne fonce en ville pour tout préparer. Utilisant les chariots et les éléments les plus forts que les Arkasodaras qui avaient eut la malchance de finir là, ceux ci furent d’accord pour nous aider à déplacer les plus fatigués et les blessés. S’occuper de tout ses gens n’était pas ce que j’offrais comme temps après les missions. Malgré la douleur et mon front qui saignait encore un peu, il fallait surtout s’occuper des locaux. Trouver à manger, à boire, quelques soins, et offrir un peu de moral pour ses pauvres gens. Je ne peux pas dire que mon talent à la cithare qui à été entraîné pendant environs deux heures n’allait pas réellement suivre à offrir un peu de musique, mais un peu d’humour pouvait marcher. Nous rentrions en ville avec des civils en meilleurs état, mais bien des questions se posait. Lucian garderait un regard sur Melnapa pour comprendre si elle est coupable de quoi que ce soit. Mais le Brighteye avait une vérité réellement malsaine. Qu’il nous faut craindre, j’en ai bien peur. »
- Akayane Kosenjobi.
Dernière modification par Akayane le 06 mai 2024, 00:07, modifié 3 fois.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 661
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Nouveau carnet de route de Kosenjobi

Message par Akayane » 15 avr. 2024, 02:40

Nouveau journal de voyage d’Akayane Kosenjobi.
« La mémoire de Brighteye »

Image

Acte 3 – Centaines de papillons bleutés.
Image
« Je me demande quand il cessera de pleuvoir. Depuis cinq jour, cette maudite pluie se poursuit et laisse aux habitants un mauvais souvenir. Car dans ses mêmes nuages chargés, l’œil brillant qui jaillit de nulles part laisse encore une marque aux habitants environnant, si bien que même un aventurier advint jusqu’à Yedlihmad avec l’intention de découvrir ce qu’il s’y passait, envoyé par d’autres mandataires. C’est encore sous la pluie, au port de la ville, que Yuki et moi discutions de la situation et de ce que nous pouvions faire pour arrêter tout ça. Si il était encore inquiet à cause des alchimistes et des bandits habituels de cette affaire, c’est aussi une question éthéré qui commençait à l’intrigué. Peut-être était-il temps de comprendre un peu mieux les mystères de cette affaire, et nous avons pu en parler avec notre nouveau camarade : N’yir, ce qui m’apparaît comme un Mage rouge vagabondant dans les contrées pour accomplir de nouvelles missions. Le contact se fit parfaitement avec l’aventurier, et nous fîmes équipe avec facilité pour discuter de ce que nous allions faire. L’histoire intrigante des papillons bleu avait taper dans l’œil de Yuki, qui décida avec l’acceptation de N’yir que nous allions découvrir ce qu’il s’agissait vis à vis ses Papillons bleu.

Nous pouvions aller voir les derniers lieux où ils furent signalés ou découvrir les études de Melnapa dessus, mais notre destination fut une ruelle étrange : Ceux ayant subit de tels visions en étaient choqués, et vinrent dans une ruelle très étrange de la ville de Yedlihmad pour perdre leurs souvenirs de cette expérience. L’idée d’une ruelle sombre étrange semblait les attirés, et nous voilà sous la pluie à travers la ville, écoutant râler les rares malchanceux à se tenir dehors, en découvrant malheureusement que des effets éthérés se trouvaient dans la pluie. Voilà cinq jour qu’il pleuvait, alors visiblement il y avait à force quelque chose d’étrange. Des couleurs se trouvaient dans l’eau, et N’yir récupéra une fiole en l’agitant rapidement, découvrant de la fumée colorée à l’intérieur s’en extirpant étrangement. Yuki lui regardait l’effet de la brume et de la fumée, rendant totalement amorphe les pauvres bougres qui vivaient dehors sans abris, devenu comme livide et inactif. Il y avait déjà quelques mystères, et nous allions passer dans l’endroit le plus étrange : poussant quelques caisses et affaires, nous nous aventurions dans un endroit qui allait rapidement devenir des plus étrange, des plus mystiques. D’un coup, des lumières bleutés jaillirent un peu partout en formant des reflets étranges, avant que tout ne s’efface. Nous fournissant des cristaux lumineux, Yuki voulait éclairer les environs mais nous n’observions plus rien que le sol devenu de la pierre bien plus lisse. Le haut, la droite et la gauche étaient devenu sombre, mais toujours aussi proche comme avec des murs d’obscurités. Nous marchions en observant la « sortie » de plus en plus loin, la ruelle n’aurait jamais du être si longue.

Égarés, inconscient de notre voyage, la première réussite fut quand N’yir se mit à faire des focalises. Chantant comme avec les murs et ma cithare, des oiseaux bleutés se formèrent sur les murs dans des lumières intenses vagabondant dans tout les sens en sifflant ici et là. C’était cristallin, fantastique et paisible, mais il nous fallait trouver un passage. Demandant une guidance, nous avons été conduit finalement jusqu’au bout de cette route qui jaillit enfin, devenant une sorte de tente avec des coussins de fumées. Un Raen s’occupait visiblement d’une vieille femme, une Hyuroise, une sorcière isolée de tout au teint pâle et installée devant une table avec un sourire paisible. Nous installant à sa demande, paisiblement, elle nous demanda si nous avions réellement l’intention d’aller jusqu’au bout malgré les souffrances possible dans cette quête. Ha ! Difficile de lui dire que nous allions rebrousser chemin, il était donc temps d’en savoir réellement plus après quelques conversations.

Tendant les mains, celle ci voulait nous guider vers les visions subies par ceux subissant la présence des papillons bleu, et une fois en contact, ses yeux se mirent à briller d’une lueur bleuté intense créant comme une sorte de splendeur intense. D’un coup, c’est comme si nous tombions soudainement dans une chute perpétuelle, au milieu de l’obscurité alors qu’eux restaient en haut. Sous nous, jaillit Thavnair, du moins un morceau de l’île, juste à côté de la ville de Yedlihmad. Mais au lieu de s’y écraser, nous étions alors simplement en chute constante sans atteindre le sol. Quelques silhouettes hurlaient, subissant la vision, mais trop fortement pour leurs esprits. Ils n’avaient pas la pensée aguerrie d’aventuriers, et nous nous contentions d’analyser la situation autours de nous pour en juger. Des papillons bleutés arpentaient tout les environs magnifiquement, et la silhouette d’une Elezen murmurait. Parlant d’un cadeau offert, enterré proche de la ville, l’Ishgardaise n’était qu’une sorte de fantôme bleuté, une vague vision, mais quelqu’un d’autre nous avait poursuivit. Le Lutin, l’étrange être qui fonça vers la silhouette de la vieille sorcière. « Ogata » était venue nous surveiller, nous aider, et elle cria d’être guidés par les papillons. N’yir et Yuki leurs ordonnèrent de nous guider, cela nous fit tomber droit vers un îlot proche de la ville brusquement. Quand Ogata fut arrêtée par le Lutin, nous échappions à la vision en tombant soudainement par terre, restant au sol quelque peu sonnés par l’impact intense. Sans être blessés, nous nous relevions lentement tandis que j’aidais N’yir, voyant la pauvre Ogata en piteuse état, du sang au nez. Yuki lui offrit de quoi être soignée, réconfortée, alors que nous nous quittions avec le sourire. Difficile de savoir quand nous la reverrions réellement, mais il fallait empêcher le Lutin de récupéré le cadeau de l’Ishgardaise avant nous.
Image
Si il nous fallut marcher presque dix minutes dans l’obscurité pour arriver ici, ce n’est presque que dix pas qui nous fit sortir soudainement. Ce qui fit que la soudainement de notre sortie me fit trébucher en me cassant la figure dans les tonneaux et les caisses en avant, un poisson sur la tête, avec Yuki qui faillit me tomber dessus. Me redressant en repartant en vitesse, nous sortions de la ville en vitesse avec les salutations du soldat qui nous aidait souvent, alors qu’il nous fallait atteindre la plage, renforcé par les vents convoqués par Yuki. Arrivés à la plage, des papillons bleutés arpentaient les environs doucement en se mettant à nous suivre. C’était curieux, mais le pire, était la brume rouge qui ondulait devant nous. L’effet était comme la libération de l’écarlate hurlante, formant des visages grondant et hurlant : Le Lutin avait déjà du bloqué le passage pour récupérer le cadeau de l’Ishgardaise. Formant un coup de vent intense, N’yir était conscient qu’il nous fallait avancer avec une protection.

Lui formait le vent, Yuki lui créa une protection de vent chaud orangée ondulant autours de nous sans cesse, renforcé par un peu d’éther stellaire de mon cru. Les papillons jaillirent avec nous, comme une envolée magnifique alors que nous traversions avec les centaines de papillons bleutés, se dispersant partout dans les environs en nous laissant le sentiment de la présence bienveillante d’Ogata à nos côtés. Un petit terrain de sable rond face à l’océan immense, où la présence d’écarlate hurlante en fumée empêchait de voir autre chose que les étendues de la mer nous donnant l’impression d’être perdu dans l’océan contemplatif. Le Lutin était là, cherchait le cadeau, et s’échappa en disant que nous lui offrirons tôt ou tard ce qu’il veut. Il laissa Nort, un Arkasodaras massif en armure lourde avec un gourdin de guerre et son familier, un Yumemi massif à la carapace pleine de couleur avec des rubans flottant ici et là. Yuki et N’yir luttèrent avec acharnement face au Yumemi pour l’abattre tandis que je retenais Nort. Bloquant totalement l’escargot titanesque et éthéré en repoussant ses assauts, une pointe de terre et une de glace avaient coincé la bête alors que Yuki avait brisé sa carapace avant de l’achevé brusquement.

Tournant la tête, il pu voir N’yir foncé vers le cadeau arraché du sable par une brume rouge, là où les papillons bleutés s’étaient installés. Nous étions sur le point de perdre le cadeau de l’Ishgardaise : Un encensoir. Magnifique objet Ishgardais et particulièrement bien formé, j’avais pu affronter et finir par vaincre Nort sans être blessés après l’usage de beaucoup d’énergie et quelques éclairs le frappant aux bons endroits. Le combat fut court, très intense et urgent, mais N’yir avait vécu une expérience étrange : bloqué comme coincé dans des fils invisibles. Il fut contacté par un être masqué, et la conversation ne fut pas une ruelle torture mentale comme avec de vieux ennemi. Plutôt une discussion avec des êtres plutôt d’accord. Repoussant la brume rouge, Yuki parvint à rattraper rapidement l’encensoir avant qu’il ne s’écrase par terre, et nous y découvrions un cristal étrange dedans. Un cristal blanc, morcelé avec des petits morceaux de cristaux ici et là. C’était un magnifique objet, et nous nous demandions si la fumée qui se formaient du liquide glissant du cristal pouvait nous aider contre l’épice malsaine. Peu de réponses, de nombreuses questions. C’était loin d’être fini, alors que nous contemplions le dernier envol, des centaines de papillons. »
- Akayane Kosenjobi.
Dernière modification par Akayane le 06 mai 2024, 00:07, modifié 3 fois.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 661
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Nouveau carnet de route de Kosenjobi

Message par Akayane » 17 avr. 2024, 02:37

Nouveau journal de voyage d’Akayane Kosenjobi.
« La mémoire de Brighteye »

Image

Acte 4 – Récupération en terre instable.
Image
« Il fait beau ! Enfin ! Enfin, les maudites pluies se sont éloignées ! Cinq jour sous un ciel pluvieux aux allures irréelles n’apportant rien de bon avec les couleurs étranges, finirent par s’estomper comme un mauvais sort disparaissant petit à petit. Honnêtement, me dis-je, peut-être en était-ce véritablement un qui fini par se dissiper. Aussi aurons nous tôt ou tard le fin mot de l’histoire, mais Yedlihmad elle allait clairement en profiter. Alors que nous discutions de la missions à venir avec Lucian, attendant N’yir ayant un léger retard le temps d’attraper sa pitance sur un étal tout en la dévorant en marchant. Les locaux s’étaient installés dehors et profitaient d’une magnifique soirée : Le crépuscule arrivait, mais aucun nuage n’étaient suffisamment lourd pour ne pas devenir presque cyan sous les belles couleurs du ciel de Thavnair. Tout donnait alors une merveilleuse impression de pureté, et la musique ainsi que les chants se firent alors entendre dans des ruelles colorées. Passant proche de là, nous avons été un instant fasciné par les danses et les chansons partagés par les Thavnairois. L’éther circulant avait réellement quelque chose de profond, de magnifique, que nous contemplions avec grandeur tout en ressentant en nous le poids de la fatigue et des maux s’estomper doucement. C’est bien plus en forme que nous nous arrachions à la foule, ainsi muni de quelques pains rempli de confiture pour notre plus grand bonheur.

Quittant lentement les festivités et l’amusement, nous nous décidions à partir vers la Demeure aux trois couleurs. Cette immense demeure qui se serait mystérieusement effondrée, avait visiblement des secrets au fond de cette dernière, et des étranges liens avec les légendes de Brighteye nous menait alors droit vers ce lieu. Il aurait été plus simple d’enquêter en demandant aux locaux des informations à leur sujet, mais vu que la demeure était brisée et était censée être particulièrement instable et dangereuse. Autant tenter notre chance avec son exploration. Marchant à travers l’eau d’une pureté impossible en contemplant le paysage, donnant une véritable impression d’aventure à notre trajet. Quelques poissons passaient entre nos jambes, N’yir ayant un moment curieux à contempler un poisson coloré qui le fixait comme une curiosité bien étrange. Dès lors, Lucian vérifiait déjà dans l’éther environnant, et ressentait clairement la présence d’un poids éthéré intense dans les environs.

Il y avait clairement quelque chose dans l’éther, l’impact d’un puissant sort dans les environs formant des effets encore bien présent dans les environs. Un puissant éther qui coulait dans les environs et formait une véritable impression d’une force contrôlée, donnant lieu à des rubans. Des rubans d’éthers colorés, totalement invisible à l’œil nu, errant dans les airs d’une façon impossible. Ils voyaient ça, et je ne pouvais qu’à peine compter sur mon éthérimètre pour faire de même. C’était splendide à observer, et ils devaient encore profiter encore plus ! Approchant encore, nous tombions sur une vieille personne qui évoqua l’histoire de cette demeure : Un rêve. Un rêve de créer un lieu pour que tout le monde puisse s’y détendre, s’y amuser, vivre ensemble. Et qu’ils avaient tout perdu. Certains mystères parlaient de quelque chose sous la demeure, et c’était certainement la raison de l’effondrement. Un groupe d’aventurier s’y était déjà rendu, et il les attendait. Nous devions leur venir en aide. Approchant des ruines, celles ci étaient magnifiques sous la couleur de miel du crépuscule, lui donnant un air fantastique. N’yir découvrit que c’était un flux d’éther intense, fantastique, qui avait fait s’écraser la maison en créant un trou énorme, carré, laissant tomber tout ce qui ne parvint pas à tomber en étant accroché aux murs. Mais Lucian lui, avait ressenti les effets de l’éther, des rubans, des types de sorts menant aux profondeurs jusqu’à glisser. Il aurait chuté dans le vide sans la maîtrise de la pierre de N’yir formant des amas de roches sous ses jambes avant d’attraper sa main.

Nous contemplions alors les profondeurs tous ensemble, une fois réuni, en observant ce qu’il y avait en bas : Des salles. De nombreuses salles flottaient dans le vide sans que nous n’en ayons encore la raison, donnant réellement l’impression que tout était tendu pour rien au milieu du vide. L’eau du ruisseau que nous avions remonté coulait vers les profondeurs dans l’obscurité, et c’est au milieu d’une salle qu’une silhouette d’une viera gisait. Il nous fallait descendre et découvrir ce qu’il s’y passait, tout en leur venant en aide. Descendant en quelques pirouettes, je fusais dans les airs en m’amusant quelque peu : Quel plaisir d’être dans les airs, la voltige est une source de plaisir qui ne cessera jamais, me donnant l’impression de voler, de flotter, ce que N’yir semblait regretter de ne pas avoir fait de prime abord. Lucian avait créer des marches de glaces en descendant bien plus tranquillement, contemplant les environs en faisant attention à ne pas choir dans le vide. Traversant quelques salles curieuses, allant de la bibliothèque à des cuisines, des salles de bains, qui sembleraient presque intact si elles ne flottaient pas dans le vide. N’yir parvint à voir le flux d’éther magnifique d’un jaune doré, ressemblant presque à un œil ondulant dans le vide d’une façons fantastique. C’était bien beau à voir, mais l’état de la Viera était préoccupant. Enlacée dans le serpent d’ombre de Lucian formé dans la brume intense. Elle nous prévint un bref instant trop tard quand les golems nous tombèrent dessus.
Image
Des sortes de silhouettes humaine comme des poteries recouvertes de rubans et autres bijoux précieux jaillir, marteau en main. Lucian fut frappé lourdement, mais N’yir esquiva sans soucis dans un bond agile avant que nous ne leur rendions sympathiquement l’assaut. Malgré une forte dépense d’éther, j’y parvins sans dégât en dévastant les ennemis tandis que les flèches d’éthers créer par les sorts de N’yir frappèrent pile dans les yeux dorés sur les golems, les laissant en milles morceaux. Malgré les deux coups bien douloureux reçu, Lucian fit le plus de bruit dans une déflagration intense laissant gronder le sol quand la sphère de feu frappa lourdement, détruisant les derniers golems. Nous occupant un instant de la Viera, elle paniquait à l’idée de la chute de ses autres compagnons. En bas, devaient être présents un Lalafell et une Hyuroise, la chef de ce petit groupe. Il nous fallait descendre, en la laissant de prendre ses esprits, et de la même façons nous quittions les lieux vers le flux éthéré le plus profond. Voltigeant avec N’yur tandis que Lucian jaillit dans une lueur crépitante d’un doré profond, combattant l’énergie qui aurait du l’empêcher d’apparaître.

Nous nous retrouvions face à une Hyuroise au grand chapeau, paniquée et avec une jambe cassée, ainsi qu’une énigme : Trois statue aux sentiments différents. Une apeurée, une triste, et une anxieuse. Face à elles, trois pots de Gulal. La poudre colorée avait dans leurs cultures des valeurs différentes, et le premier essaie de Lucian ne fut pas concluant. L’explosion colorée nous envoya nous écraser par terre, et nous prîmes un temps pour penser aux propriétés du Gulal. Tout était très culturel, car N’yir n’aurait pas imaginer les couleurs sur les émotions de cette façons. Mais il avait au moins stabilisé la jeune magicienne à la jambe cassée grâce à une des potions de Lucian. Ce n’est qu’après un temps de réflexion et le temps de soigner la jeune fille, que les bonnes combinaisons furent usés pour ouvrir le passage. Une magnifique lumière jaillit dans une splendeur intense, laissant voir derrière ce que nous craignions : Le Lutin. Il était encore là, forçant le Lalafell à attraper un coffret ce qu’il refusait de faire. De rage en nous voyant, il s’échappa en attrapant le Lalafell, disparaissant avec lui dans un effet intense, laissant le coffret éraflé choir au sol. Tout se mit alors à trembler, à s’agiter dans tout les sens dans un grondement particulièrement intense. Des golems naquirent, nous empêchant de sortir pendant que tout allait s’effondrer dans un choc profond, et Lucian apparut proche du coffre.

Quelques secondes, voilà le temps que nous avions pour discuter de la finalité de ce qu’allait devenir le coffre. C’était ce que l’ennemi voulait, il devait être scellé, mais si nous l’avions, ce qu’il y avait dedans pouvait nous permettre de comprendre mieux Brighteye et de trouver des moyens d’arrêter l’oeil brillant. Il était plus important pour mes compagnons de défendre la mémoire que de s’en servir, et nous scellions alors le coffre. Si les golems chutèrent, certainement satisfait, des rubans se mirent à s’agiter dans tout les sens. Ce qui n’était que de l’éther devint alors d’innombrables rubans fusant dans tout les sens, apparaissant en masse dans des flots de rubans partant dans tout les sens, apparaissant ici et là en recouvrant tout. Quelques envoyés de l’œil brillant jaillirent, des créatures étranges couverts de bandages mauves jaillirent. Sortant de là le plus vite possible, N’yir quitta les lieux en bondissant, récupérant la jeune Hyuroise pendant que Lucian lui récupéra la Viera. Les deux aventurières était hors de danger, mais nous trois avions été blessés douloureusement. Moi pendant que je tranchais nos ennemis, et mes compagnons pendant qu’ils nous sortaient de là. Contemplant les ruines, les rubans avaient été installés de façons à scellé le sol et à offrir les moyens de recréer la demeure d’antan. La Demeure aux trois couleurs pourrait renaître, c’était au moins une bonne nouvelle. Mais nous. Nous avions encore un rôle important dans cette histoire : Sauver le Lalafell. »
- Akayane Kosenjobi.
Dernière modification par Akayane le 06 mai 2024, 00:07, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 661
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Nouveau carnet de route de Kosenjobi

Message par Akayane » 20 avr. 2024, 02:50

Nouveau journal de voyage d’Akayane Kosenjobi.
« La mémoire de Brighteye »

Image

Acte 5 – Course d’Hippochar agitée.
Image
« Après quelques jours de beau temps, on pouvait croire qu’enfin les problèmes allaient s’apaiser, surtout que notre mission cette fois ne semblait pas prompt à nous envoyer aux portes des affrontements des plus intenses, mais il fallait se faire à l’idée que Cirmo avait principalement choisis les bonnes missions. Et cette fois, la récompense d’une activité qui aurait du être des plus amusantes – et qui le fut à certains moments ! - allait rapidement créer bien des ennuis. Il nous fallait gagné l’Élixir mystère résultant d’une course d’hippochar menant de Yedlhimad jusqu’au nord des environs en traversant une petite ville proche de là. Ce n’est qu’en discutant avant le départ avec Melnapa que nous en apprenions plus sur les inquiétudes quant à l’Élixir : Le breuvage du Trois-fois-Fort, qui aurait été achevé par une nouvelle épice rouge mystère pour que l’effet de renforcement du breuvage soit durable. Si ils avaient pu faire usage enfin de l’écarlate hurlante dans un breuvage efficace, cela pouvait n’apporter rien de bon. Il nous fallait cet élixir, peut être même pour découvrir ce qu’on pouvait en arracher afin de trouver des remèdes. Il nous fallait pour cette course, une personne supplémentaire : ce fut Mekarta qui fut choisis. Le jeune soldat de l’Ost Rayonnant que Soonappa ne cesse d’envoyer à nos côtés. Une fois rejoint avec Yuki, discutant un instant, nous rejoignons alors le char qui avait été fourni par celle que nous représentions : Melnapa elle même. Celle ci avait accepté la demande de Yuki, et avait demandé de pouvoir s’occuper convenablement du char.

En arrivant à côté de ce dernier, il était recouvert d’innombrables rubans colorés, de parfums, ses assistants faisant de son mieux pour essayer de peindre autant le char que la bête qui la conduisait. Il allait être aussi beau qu’il allait sentir bon, et Melnapa prit un temps de discussion avec Yuki pour lui parler du breuvage pendant que j’inspectais le travail en court. C’est là qu’il advint : Un Hyurgoth immense, chauve et au teint bronzé. Dans une armure massive avec un œil brillant sur le plastron, il s’agissait d’un certains « Ogen », un représentant de l’œil brillant qui vint expliquer à notre équipe qu’ils participaient. Mais qu’ils n’étaient pas liés aux affaires du Lutin, que ceux ci sont des protecteurs suivant les vieilles histoires de Brighteye. Il était bien poli, mais Yuki restait suspicieux. De toute façons, plus le temps pour les questions. Nous déplacions le char au milieu des autres concurrents, proche d’un Arkasodaras titanesque qui riait sans cesse en nous disant que des jeunots ne parviendront jamais à la première place. Ogen de l’autre côté nous saluant, c’était un instant de vérification alors que je surveillais le char pour qu’il tienne bien pendant que Mekarta dévorait de noix sans cesse. Des chants, des rires, des danses, des célébrations sous les confettis lors d’une belle journée ensoleillée.

C’était un magnifique jour pour une course, et elle débuta sous un éclat intense. L’éther fusant en l’air dans un effet merveilleux, nous progression à bonne vitesse tous ensemble jusqu’à ce que soudainement, un groupe mal avisé décida de lancer les gros problèmes : usant son grappin, il renversa brutalement un chariot à choux et bien des affaires sur le passage. Plusieurs locaux furent légèrement blessés par les débris, et nous en fendions plusieurs pendant le chaos environnant. On pouvait s’attendre à quelques crasses, mais là, c’était dangereux pour tout le monde. Nous progressions après le premier obstacle en laissant un amas de débris en piteuse état, bien décidé à aller voir ceux qui avaient fait ça, mais ils firent bien pire. Une explosion au sol forma un choc intense, renversant un chariot en face de nouveau avec ses occupants. Yuki me fit m’occuper des débris, et je parvins à en dévié de nombreux en tranchant le char à de nombreux endroit, mais un décombre me frappa brutalement. Sans ma corde, je n’aurais pas pu atteindre l’hippochar, du sang aux lèvres. Yuki lui avait fait usage des vents, dans une frappe avec son sabre laissant un vent tournoyer, un effet léger et poétique comme un conte de fée oriental installa paisiblement les trois anciens occupants du chariot, les déposant doucement au sol. Là, ça devenait urgent, surtout que nous passions alors dans la petite ville qui attendait le passage.
Image
Des foules jouaient, s’amusaient, riait de la même façons que le départ d’Yedlhimad mais cette fois, c’était toute la petite ville qui n’était que quelques masures, qui s’amusaient et envoyaient des confettis et des rubans colorés. Nous étions quatrième pour l’instant, et un de plus s’arrêta quand l’ennemi montra son visage : L’Entente du Vif ! Les brigands aux couleurs orangées jaillirent de partout dans la ville. Ils n’étaient pas là pour tuer, mais pour créer un obstacle fou : avec des saccages et des menaces, ainsi que des sacs à fumée dangereuses, les bandits firent paniqués les civils dans tout les sens. Pendant que Mekarta conduisait, les yeux exorbités et paniqué, Yuki formait un effet de vent pour nous ouvrir un passage alors qu’il avait contacté Soonappa : L’officier de l’Ost arriverait sous peu, et elle pourrait récupéré ceux qui reçurent quelques kunais de ma part à des endroits non létaux, et dont les éclairs les avaient sonnés pour un bon bout de temps. Quittant les lieux avec une des arches s’effondrant vers nous, Yuki fut blessé lourdement en fendant des morceaux de l’arche pour nous protéger nous et l’hippochar à côté de nous. L’acte de bravoure lui avait coûté, et nous étions éreintés dans le chariot, blessés, alors que nous avions un grand retard. Cette fiole, elle ne devait pas tomber entre les mains de l’Entente du Vif, absolument pas. Allant bien plus vite d’un coup, usant un peu d’éther céleste de mon cru – un parchemin fit l’affaire !

C’est en usant des vents et de cet effet allégeant que nous arrivions à la grande surprise de nos trois derniers rivaux – L’Entente du Vif, Ogen et l’Arkasodaras, que nous arrivions au milieu de tous. Mais d’un coup, si cette course avait déjà été suffisamment intense et pleine de rebondissement, d’un coup une vague de poussière de toutes les couleurs jaillit dans tout les sens. Tournoyantes sans cesse dans un effet de poussières ondulantes encore et encore, particulièrement étonnante. Tout bougeait et envoyait des amas de bois et parfois de pierre bien dangereuses un peu partout. Mais l’effet de tempête de poudre et de poussière colorée fut accompagné du piège de l’Entente du Vif. D’un coup, de nombreux Valralangula jaillirent, des bêtes de Thavnair ressemblant à des tatous à la carapace verte épineux avec une queue portant une sorte de fleur à eau immense. Les bêtes étaient encore plus grosse que celles habituelles, des encens installés avec des rubans colorés un peu partout, vaporisaient un peu de poussière d’écarlate hurlante mutant et déchaînant les bêtes.

Des jets d’eaux nous foncèrent dessus à toute vitesse, envoyant Yuki s’écraser au fond du chariot tandis qu’un jet d’eau me blessa à la jambe douloureusement. Merkata eut encore les rennes, totalement paniqué dans le chaos, et nous luttions avec nos alliés de circonstance : Ogen et l’Arkasodaras immense furent de précieux alliés, alors que nous repoussions, tranchions, les bêtes venant de tout les côtés. L’un des Valralangula fut même coupé en deux par un coup d’épée ! Les lames de feu de Yuki frappa brutalement le chariot de l’Entente du Vif, brisant deux roues, et ils décidèrent de contre-attaqué : un canon à fourre-tout frappa, envoyant d’innombrables lames droit vers nous. Toutes furent déviées malgré l’impact, mais la queue massive d’un Valralangula écrasa lourdement Yuki dans notre chariot. Nous tranchions la bête, et le combat se divisa ironiquement : Yuki affronta le Raen, le chef de ce groupe de l’Entente, et moi ses deux compères dans leurs chariots, lors d’un affrontement plutôt intense. De mon côté, cela résultat à l’explosion du chariot par la Hyuroise survivante, m’envoyant valser en l’air en étant rattrapé par le massif Arkasodaras. Yuki décapité le Raen après qu’il ait prit un peu trop d’écarlate hurlante, tandis que rapidement, il récupéra les rennes à la sortie de l’amas de poussière. Sortant de là brusquement, après un combat sanglant et intense, blessés et fatigués, nous arrivions à la ligne d’arrivée enfin.

La foule entra en ébullition, tandis que tous étions confus d’être enfin arrivés. Ogen sourit, l’Arkasodaras joua avec la foule, et Yuki sembla profondément soulager. Une dame de Radz’at-Han, une Arkasodaras en tenue magnifique avec deux suivantes, vint avec la fiole pour nous l’offrir pendant la fête. Celle ci forma un effet intense, se distordant totalement, en faisant naître des horreurs rouges un peu partout. Je parvins à détruire celle autours de la Dame malgré un coup reçu, pendant que Yuki scella la fiole d’urgence. Tout le monde était silencieux, confus, et au dessus de nous advint Brighteye. Ce qui devait être une fête, devint une annonce prophétique : Brightyeye, cet être si étrange, prévint tout le monde que les avides viendraient chercher ce qu’ils convoitent, et que les fous se dévoreraient les uns les autres. Malgré une course intense, fantasque et dangereuse, cette finalité si intrigante n’apportait rien de bon. Car le mystère de ce Brighteye, ne fait je le crains, que commencer. »
- Akayane Kosenjobi.
Dernière modification par Akayane le 06 mai 2024, 00:08, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 661
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Nouveau carnet de route de Kosenjobi

Message par Akayane » 22 avr. 2024, 01:33

Nouveau journal de voyage d’Akayane Kosenjobi.
« La mémoire de Brighteye »

Image

Acte 6 – L’éclat d’une pierre précieuse.
Image
« Le soleil déclinant doucement tombait sur Yedlihmad, laissant lentement le monde devenir orangée et paisible. Mais il s’y mélangeait au lieu de la beauté habituelle de Thavnair sous cette couche portée par un soleil déclinant, une sorte de mélancolie profonde. Des notes de musiques vagabondes se faisaient entendre, quand elles ne venaient pas de ma cithare – aussi car les sons étaient fort mauvais. Les habitants eux étaient portés par quelque chose qui n’était pas vraiment très agréable : l’inquiétude. La fête avec la course des hippochars aurait du être porteuse de pas mal de belles choses, mais elle avait été remplacée par un semi-fiasco à cause des blessés et du saccage de la petite ville traversée. Pire encore, désormais, tout le monde parlait de la Prophétie de Brighteye promettant que beaucoup de sang allait couler à cause des fous et des opportunistes. Héro du passé ou non, il avait effrayé tout le monde, et les locaux nous regardaient étrangement comme si nous pouvions autant les protégés, les libérés, que tous les faire tués. La dernière option n’était pas des plus agréable à imaginer, aussi poursuivions nous vers les mineurs qui avaient pour rôle de trouver la fameuse pierre précieuse dont nous avions entendu parler.

Installés dans une ruelle relativement tranquille, les mineurs préparaient la soupe, s’occupaient, jouaient en attendant le départ. Ils furent surpris de nous voir, et comme les autres inquiets, c’est leur chef qui prit alors immédiatement la parole pour nous demander ce que nous faisions là. La conversation fut simple avec une négoce raisonnable : La pierre précieuse était pour eux, mais si Soonappa et Cirmo se doutaient qu’elle puisse avoir un lien avec Brighteye, il nous faudrait alors un échantillon. Ce fut ainsi que fut fait le consensus, sans savoir à quel point ça serait difficile et surprenant de l’atteindre, aussi nous mettions nous en route toujours dans ce mélange de miel transporté par le ciel, qui accompagné de quelques sonorités, donnait l’impression d’une triste nuit mélancolie à une ville fatiguée. Quittant enfin les lieux, nous progressions alors en découvrant doucement les environs avec quelques regards pour les terres, les mineurs discutant sans cesse avec Lucian et N’yir de leurs histoires respectives entre leurs chants et l’ambiance amusée, tous recevant de cette merveilleuse soupe dont il me faut la recette impérativement.

Jusqu’à ce que la beauté nous frappa de plein fouet : Une beauté sauvage et grandiose, formé d’innombrables amas de cristaux colorés flottant dans les airs, comme une fonte des glaces de toutes les couleurs, arpentant les cieux et laissant des effets. Les touchés formaient des bruits résonnant, et nous marchions doucement au milieu de tels effets avec un constat très amer pour N’yir et Lucian qui laissèrent la contemplation à la réflexion. Rapidement, ils découvrirent que cet éther ressemblait plus à une plaie, à du sang, que quelque chose perdrait abondamment sans mourir. Condamnée à subir l’écoulement de son éther, et à le régénéré à la même mesure.

C’est là qu’un Lutin apparut. Il était encore inconnu, mais portait ce masque de l’Oeil brillant et ses clochettes s’agitant sans cesse, manipulant l’éther en faisant paniqué une horde de Gaja. Voir toute une meute d’énorme Gaja, des éléphants massifs de Thavnair, nous foncer dessus, avant de quoi en faire paniquer plus d’un. Dont moi ! Il fallait les détournés, et je soutins N’yir lorsqu’il manipula la foudre pour créer un éclair puissant. Sonnés, et effrayés, les Gaja glissèrent sur la glace formées par Lucian et dévièrent leurs courses. Cela aurait du suffire, mais le Lutin manipula l’éther cristallin pour en renvoyer deux vers nous. Et l’un se mit à courir en l’air, avant de tomber vers nous depuis les airs ! C’était quelque peu chaotique, et je forçais la retraite du Lutin d’un Empi, l’éther formant une lame venant le blessé et le forcer à la retraite soudaine. Tandis qu’il fuyait, N’yir avait formé un mur de roche suffisamment dense pour arrêter les deux Gaja massif dans un choc puissant envoyant des amas de pierre un peu partout. Sonnant tout le monde, alors que Lucian empêcha notre Gaja volant de nous tomber dessus en le déplaçant ailleurs d’urgence dans une lueur de téléportation mauve. C’était fait, nous étions libéré de la charge des Gaja qui partaient sans être réellement blessés, les pauvres bêtes ne le méritant pas, et de fortes disputes débutèrent chez les mineurs. Entre ceux râlant de la dangerosité absurde de cette tâche, et ceux disant qu’il fallait continuer. C’était bien difficile de savoir qui avait raison, et certains repartirent vers Yedlihmad découragé, mais nous poursuivions avec le reste. Il nous fallait découvrir exactement ce qu’il se passait en ville, et quels étaient les sources de ce pouvoir ressemblant au sang d’une âme.
Image
Progressant dans un terrain dévasté, les environs avaient été brisés, maltraités, et nous avions eu bien des difficultés à nous déplacer tous ensemble en passant outre pierres et passages rocheux, évitant de peu les crevasses environnantes pour ne pas tomber dans le vide en nous fracturant le crâne. Éreintés, plusieurs autres abandonnèrent en ne laissant que quelques mineurs qui ne pouvaient pas imaginer ne pas voir la fin de cette histoire, jusqu’à ce que nous nous heurtions littéralement à un mur. Prenant un instant de repos, buvant et nous ressourçant après un voyage difficile entre les pierres décorés, peintes, et les territoires brisés n’étaient là que pour nous rappeler l’ampleur des problèmes et la fatigue pour nos jambes. Inspectant le mur bloquant le passage, d’un bleuté mêlé de mauve ondulant et de spirale magnifique donnait l’impression de voir des joyaux fantastiques et illuminés d’éther. Posant une main dessus, N’yir fut soudain prit de visions un peu brusque dans un effet intense, voyant la mémoire de la créature qui perdait son éther, des souvenirs heureux d’amis, de personnes prenant soin d’elle comme un animal bien-aimé par des gens l’adorant. C’était attendrissant, mais cela rendait l’histoire un peu plus triste, et nous ne savions plus si il fallait entrer ou non.

Finalement, si les Lutins de l’œil brillant manipulaient ce pouvoir, il fallait l’arrêter. Ouvrant le passage, Lucian distordit l’accès dans un effet intense transformant la pierre en une sorte d’amas de bulles avec d’innombrables images à l’intérieur, celle du vécu de cette bête, que N’yir notamment essayait de prime abord de ne pas voir. Qu’il était intrusif de voir sa mémoire, et triste de voir autant de moment joyeux. Mais c’est là qu’ils advinrent. Ils étaient déjà derrière la paroi, les Lutins de Maître Nolleth. Nous avions un nom pour celui qui avait provoqué l’apparition de l’œil brillant dans les cieux, et tout les lutins nous foncèrent dessus pour nous abattre. Lucian affronta leur maître aux cristaux et celui portant un énorme bouclier, un Roegadyn sous son habit de lutin. Prenant plusieurs coups bien douloureux, notamment une charge de bouclier intense pendant qu’il tenait leur chef avec des chaînes d’éther. Il parvint à congelé totalement le massif adversaire au bouclier, avant de balayé le chef d’une sphère explosive détonnant en même temps que le dernier sort de N’yir. Bondissant dans un éclair au milieu de trois des ennemis, la foudre frappait avant que la rapière du mage rouge ne taille un peu partout.

Empêchant le massif Hrothgar sous sa tenue d’écraser plusieurs mineurs, il forma une colonne d’éther intense en achevant son ennemi, avant d’abattre celle avec des rubans de feu dans de nombreuses explosions vermillons intenses. De mon côté, j’avais pu repousser une lancière tenace accompagné d’un mage usant de fumée pour créer quelques explosions. Ce dernier fini empalé d’un grand coup de sabre après avoir vaincu celle à la lance d’un coup à la tête un peu vif, mais j’avais reçu plusieurs chocs me laissant en piteuse état. Une voix se fit entendre, alors qu’on se remettait à peine de ce combat, nous demandant de suivre. Marchant au bout de l’œil du cyclone formé par les effets éthérés, se trouvait la bête agonisante : Loon. L’ancien familier de Brighteye lorsqu’il était un héro vagabond. Il avait gagné en conscience, en intelligence à mesure que l’éther en avait fait un être surprenant. Une sorte de crocodile de Thavnair immense, recouvert de pierre, de plantes, et autres minéraux. C’était magnifique à voir, et triste, alors que de l’éther glissait hors de ses lèvres lentement.

Il était usé par les rubans l’empêchant de rejoindre la mer des étoiles pour en faire une source de puissance, et c’est en prenant le temps de le comprendre que N’yir le laissa partir après que Lucian ait brisé les entraves pour son esprit. Loon disparu, l’éther rejoignant la mer des étoiles en passant proche d’un étrange palais Thavnairois abandonné dans les hauteurs lointaine comme un curieux message. Il était libre, et nous contemplions le cristal, la fameuse pierre précieuse d’un bleuté fantastique. C’était ça, qui avait fait de Loon ce qu’il est, et nous devions comprendre ce pourquoi l’œil brillant, du moins les Lutins de Nolleth, l’utilisaient pour gagner en pouvoir. Aussi triste en fut ce dénouement, au moins nous pouvions nous dire, que ce brave Loon était libre. »
- Akayane Kosenjobi.
Dernière modification par Akayane le 06 mai 2024, 00:08, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 661
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Nouveau carnet de route de Kosenjobi

Message par Akayane » 24 avr. 2024, 00:42

Nouveau journal de voyage d’Akayane Kosenjobi.
« La mémoire de Brighteye »

Image

Acte 7 – L’or prenant son indépendance.
Image
«  Rare étaient les missions restante en Yedlihmad pour notre petit groupe, et il fut accordé avec Yuki que notre prochaine destination sera certainement le Grand œuvre. Même la dernière volonté de Loon semblait porter vers un temple proche des lieux, et visiblement, Brighteye avait l’air de plutôt se trouver en direction de cette ville où l’Alchimiste restait si importante. Tout avait un lien avec la manipulation de l’écarlate hurlante, cette fleur si étrange dont nous savions encore si peu, pourtant notre tâche allait d’essayer d’arrêter une de ses conséquences sur son expérimentation. Nous ne le savions alors pas encore, mais effectivement, il y aurait quelque chose qui serait lié à notre vieille affaire et l’Entente du Vif ne semblait clairement pas très envieuse de nous laisser arrêter ses affaires si facilement. Parcourant les lieux avec Yuki et N’yir, cette fois, nous n’aurions pas à quitter la ville pour agir. C’est dans une vieille demeure aux abords des côtes locales que nous devions vraisemblablement trouver quelque chose qui n’allait pas. De l’or conscient, et des histoires de mimics se faisaient entendre depuis qu’un groupe d’aventurier s’est tenté à cette mission en vain. Soonappa et l’Ost Rayonnant ayant coincé les lieux depuis qu’un peu d’agitation et l’échec des aventuriers s’étaient mêlés. Nous avions le choix de comment réfléchir à cette mission, et c’est chez Melnappa que nous avons décidé de nous orientés.

La ville au moins n’était pas dans cet esprit morose de la dernière fois, et les mineurs avaient grandement œuvrer pour ça. Ils s’étaient occupés de raconter des histoires, de rassurer les gens tout en apportant de belles richesses à tout le monde. Nous passions alors pendant qu’ils racontaient des histoires, N’yir amusé d’entendre parler d’un de ses combats pendant son allocution, et nous arrivions rapidement devant la demeure alchimique et complètement folle de Melnappa dont la musique se faisaient entendre. Yuki, après avoir offert une friandise aux amandes à un enfant lui posant beaucoup trop de question sur la vie d’aventurier, se préparait mentalement. Et je n’eus pas le temps de frapper que la porte s’ouvrit brutalement. Bien qu’ayant faillit valsé dans les airs, je ne m’en formalisais pas, contemplant curieusement l’intérieur toujours aussi fou. Point de poussière colorés cette fois, mais plutôt des rubans, de la musique, une ambiance particulière et des fioles fusantes un peu partout à toute vitesse. Nous passions avec des effets bien différents. Pour ma part, en me prenant des rubans en plein visage, encore et encore, tout en râlant. Tandis que Yuki fit de son mieux pour avancer à toute vitesse, espaçant ses mouvements, pour que rien d’autre qu’une fiole sur la tête s’y installant sans casser ne se trouve à la fin de son petit périple. N’yir lui était parfaitement dans l’ambiance, jouant, dansant et s’amusant, jusqu’à atteindre tous Melnappa qui souriait et faisait acte de théatralité pour se présenté.

Tendant un bras en l’air dans des explosions de poussières colorés, tous chantant le nom de Melnappa dans la bonne humeur. C’était joyeux, et cela retomba bien vite à l’évocation de notre présence, du pourquoi de notre présence. Elle fut choquée, agacée, de devoir parler de ses étranges mimics. Forçant un peu la conversation, tandis qu’elle semblait bloquée, elle fit bien comprendre qu’en parlerait pourrait raccourcir énormément son espérance de vie, aussi car elle avait du jouer un grand rôle dans leurs conceptions. Le silence frappa alors d’un coup la demeure, plus personne n’osait chanter et danser, pendant qu’elle nous offrit un moyen de scellé le « cœur » de l’entité couverte d’or qui serait la raison et la cause de tout. L’énorme fiole fut installée de façons surprenante dans le sac sans fond de N’yir, mais alors que nous en parlions, agréablement surpris, une lame se planta soudainement contre un poteau. Dehors, deux Raen de l’Entente du Vif nous attendaient, hurlant à Melnappa de se rendre si elle ne voulait pas avoir un de ses assistants décapités. Sortant rapidement tout les trois pendant que les alchimistes restaient en sécurité. Yuki menaça le Raen et le ridiculisa pour sa couardise pendant que N’yir étudia leurs supports : Des mimics majeurs !

Du moins, différentes de vraies mimics. C’était des gelées possédant étrangement des amas de tonneaux et une charrette, deux horreurs sur les côtés dont il fallait détruire la gelée avant tout. Une explosion d’éther d’un rouge intense frappa notre groupe, et je m’en échappa malgré la douleur reçue par N’yir et Yuki derrière moi. Frappant brutalement l’amas de tonneau et de gelée, la foudre allait frappé cette maudite texture orange-jaune écœurante encore et encore. Ma foudre frappait avec insistance, à l’identique du feu provoqué par N’yir provoquant bien des chocs explosifs intenses tout le long de son adversaire qui y résistait de façons remarquable : c’était les bonnes tactiques, mais ils n’étaient pas du genre à disparaître au premier coup dur. Au moins avions nous été débarrassés rapidement de la magicienne Raenne qui fut envoyé s’écraser contre un mur, inconsciente. Yuki s’occupa avec puissance du Raen après avoir secourut le jeune assistant propulsé vers lui, le récupérant en l’air au dépend de sa propre sécurité. Il aura même trouvé le temps de me protéger avec un souffle chaud déviant des tonneaux cherchant à m’écraser ! Mais le second coup de tonneau me happa : La magicienne avait dévié mon sabre, entre deux moment d’inconsciente, et je fus propulsée par terre bien douloureusement. N’yir de même avait reçu quelques chocs de morceaux de métaux intense, alors que Yuki venait de prendre une griffure douloureuse au torse quand le Raen prit de l’écarlate hurlante pour ne pas choir.
Image
Blessés, mais pas vaincu, nous nous débarrassions d’eux tous en même temps au coût de bien de l’éther, tout en prenant quelques secondes de repos. La déflagration au nord-est signala encore ce qui occupait l’Ost Rayonnant tout ce temps : Soonappa empêchait des mimics de gelée et les membres de l’Entente de créer trop de bazars en ville, mais Melnappa nous suppliait d’aller vite enfermer le cœur. Fonçant à toute vitesse à travers la ville, après quelques brefs soins, nous aidions les locaux rapidement pour ne pas passer en ignorant les souffrances de tous. Yuki et N’yir firent bonne équipe : Tandis que le mage rouge formait des flots intenses se déversant un peu partout, pour éteindre les flammes et affaiblir les gelées animant des objets projetés depuis la demeure en feu. Yuki récupéré les blessés, et faisait bouillir les flots. Je tranchais plusieurs des membres de l’Entente renforcé par la gelée, mais une explosion d’éther doré intense, provenant « Maître Nolleth » nous happa brutalement Yuki et moi.

Les soins de N’yir furent nécessaire, buvant parmi nos derniers breuvages de soins pour reprendre la route jusqu’à Soonappa qui observait la demeure. Heureuse de nous voir, inquiète cela dit de nos états, elle contemplait tout de même les flammes en ne sachant pas comment nous pourrions entrer là dedans, et scellé le cœur de l’or vivant pour arrêter cette folie. Elle devait de toute façons protéger Yedlihmad, la ville n’avait pas réellement souffert si ce n’est cette demeure en feu, cela pouvait s’aggraver si un civil était tué par un manque d’inattention. Nous progressions alors rapidement, sous la protection de Yuki : Formant un effet de contrôle sur le feu environnant, son affinité créant une sorte de tornade de plumages orangées et jaunes comme l’été. Nous marchions dans cet effet magnifique, alors que je repoussais les amas de gils nous tombant dessus, N’yir lui fendant les pierres et les chutes de décombres de la demeure en feu. Celle ci crachait littéralement de l’or, des gils tombaient un peu partout, et semblaient vouloir prendre vie.

Dans quelques heures, cette demeure aurait pu devenir une mimic géante. Après un passage dans le noir béant d’une salle close, guidé par la lumière du trou au milieu du plafond, nous y étions : L’or, était une sorte de tourbillon de gils, d’innombrables gils, formés autours d’un cœur de cristal alchimique. L’écarlate hurlante animait cette consciente, lui donnant comme vie, formant cet être déchaîné qu’une des grandes pontes de l’Entente du Vif cherchait à contrôlé l’entité avec un cristal doté d’un cristal comme celui de Loon. Demarka, comme les avis de recherches la nommaient, lutta avec acharnement contre Yuki tandis que N’yir sauvait un jeune aventurier Roegadyn à l’agonie. Je tentais d’arrêter le flux des gils pour exposer le cœur, pendant la bataille, jusqu’à ce que Demarka ne soit tuée : malgré un acharnement intense, avec une griffe d’acier et sa témérité, N’yir la percuta deux fois : avec des pierres, puis avec un meuble projeté en pleine figure, s’écrasant brutalement dessus. Permettant au final à Yuki de l’empalé de sa lame. Malgré plusieurs blessures douloureuses en plus, je parvins à stabilisé l’entité, dont le cœur exposé fut installé à l’intérieur de la fiole-piège que N’yir fit jaillit de son fourre-tout éthéré. Ce dernier forma une onde de choc intense, vibrante, envoyant les gils dans tout les sens et soufflant une partie des flammes. Tout le liquide poisseux finit par disparaître, et nous avions été témoins d’une chose : Le conflit entre l’œil brillant et l’Entente du Vif, semblait prendre en ampleur une fois de plus. Quitte à mettre en danger bien des innocents. »
- Akayane Kosenjobi.
Dernière modification par Akayane le 06 mai 2024, 00:08, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 661
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Nouveau carnet de route de Kosenjobi

Message par Akayane » 29 avr. 2024, 01:29

Nouveau journal de voyage d’Akayane Kosenjobi.
« La mémoire de Brighteye »

Image

Acte 8 – Beau parleur et belles promesses.
Image
« Avant d’en découvrir plus sur le rituel de l’œil ayant été accomplit dans les hauteurs de la ville, nous avions une curiosité qui gagnait de plus en plus en popularité et encore plus depuis la mort de Demarka : Sans l’Arkasodaras menant les brigands de l’Entente du Vif dans les environs, ceux ci avaient beaucoup plus d’occasion de pouvoir se montrer et agir. Y avait-il une compétition quelconque entre eux ? Si un lien secret se tissait entre des inconnus venant d’ailleurs se poursuivait, il pourrait y avoir de nombreuses personnes menacées se trouvant entre les deux, et nous avions alors un rôle clair : arrêter ce qui se déroulait dans l’ombre d’un trafique de marchandise provenant de bien loin hors de Thavnair, et découvrir à quel point cela pouvait avoir une influence sur l’affaire de Brighteye. Celle ci resterait encore relativement nébuleuse, mais au moins allions nous en savoir plus sur la fameuse écarlate hurlante et ce que l’ennemi compte en faire. La journée était vraiment paisible, un de ses crépuscules où le monde se pare de son plus beau manteau orangée, et nous offre un ciel de miel magnifique. Seul Lucian était disposé à partir en mission ce soir, aussi partions nous alors ensemble pour essayer d’en savoir plus vers un entrepôt réputé pour appartenir à des étrangers.

Et d’après les quelques enquêtes de Soonappa ayant laissé ses oreilles traînées, il y aurait une possibilité que tout cela remonte vers l’œil brillant. Arpentant un instant la ville, nous profitions que celle ci soit en émoi le temps d’une soirée relativement festive : Ils organisaient une sorte de concours de saveur, utilisant bien des aliments en surplus des commerces avant qu’ils ne soient immangeable, pour les cuisinés de façons extrêmement différent. Par les Kami, l’odeur était impossible. Plus je la sentais, plus j’avais une envie claire de tout dévorer et de ne laisser pas la moindre miette. On nous offrait quelques aliments, notre petite popularité ayant été accrue depuis que nous étions l’image des aventuriers sortant tout les trois de la grande masure en flamme en ayant aider à protéger la ville. Ami de Yedlimahd, et force d’aider les habitants pour toutes leurs petites affaires, ils ne cessaient de nous tendre des brochettes et autres aliments. Évitant de tomber inconsciente après avoir engloutit la moitié de ce que Thavnair pouvait renfermer de comestible, nous arrivions à l’entrepôt en constatant que ce dernier était scellé par des chaînes. Aucuns autres passages visible pour l’instant, et rapidement un docker vint nous parler. Il était plus que suspect, et ne semblait même pas se caché de montrer qu’il était là pour montrer la garde. Même quand Lucian fit choir par un sort discret, un amas de caisse forçant les dockers environnant à s’éloigner pour ramasser, il ne bougea pas en ne cessant de parler de bêtise et de propos fait pour nous faire perdre du temps.

A l’intérieur, un éther ressemblant à la présence de l’écarlate hurlante était présente, et il nous fallait faire en sorte de l’atteindre, mais il était plus difficile de le faire que simplement le vouloir, sans attirer tout les regards. Nous éloignant finalement, Lucian nous fit nous embusqué rapidement derrière l’entrepôt sans être vu, une véritable mission furtif. Endormant avec un sort l’homme qui tenait à nous ralentir, ce dernier chutant dans des caisses en roupillant après avoir prévu ses camarades que nous étions parti. L’inspection ne révéla pas de passage secret, il fallut du ouvrir la porte en grande pompe. Sans être avertit, les huit mercenaires Ishgardais nous regardaient avec un air absent, ahuri devant l’intervention soudaine, tandis que l’un fit usage d’un spectre pour essayer de nous engloutir. En vain, fonçant vers eux pour les arrêtés, ils mettaient les caisses de produit suspects dans une chaloupe sous l’entrepôt, en se préparant à fuir. Plusieurs furent assommés, malgré quelques blessures de nos côtés, et c’est en approchant qu’ils scellèrent le passage derrière nous. Soonappa était arrivée avec l’Ost, criant pour savoir ce qu’il se passait, mais le piège était refermé sur nous : Dans un amas de détonation frappèrent un peu partout, et l’entrepôt se mit à nous tomber dessus !
Image
Bondissant tout les deux dans l’eau, pour échapper aux fracas intense alors qu’ils condamnèrent peut-être leurs compagnons inconscients. Il fallait atteindre la chaloupe et Lucian, malgré un coup d’un chakram des plus douloureux, fit de son mieux pour arrêter leur départ avec des chaînes éthérés. Sous l’effet d’un sort, elles se brisèrent, et Lucian s’accrocha aux restes d’éther en étant propulsé contre l’eau, s’éloignant lentement de l’entrepôt où je sombrais, brise dans le bois chutant, blessée douloureusement. Ce dernier luttait difficilement, et renvoya au prix d’une grande douleur à son bras, une lance d’énergie dorée : C’était, comme les cristaux utilisés pour stabiliser l’écarlate hurlante dans leurs caisses, de l’éther corrompu ! A l’image de l’éther usés par les cultes primordiaux. Parvenant jusqu’à la chaloupe, j’intervins après avoir pu m’échapper des restes de l’entrepôt. La manœuvre me coûta bien de l’éther, et de la santé, mais c’est en passant par mon sabre un adversaire dans la chaloupe que je finie étalée dedans, épuisée. L’Elezen qui s’occupait des mercenaires s’échappa par la mer, nous laissant le choix d’arriver dans une petite ville côtière par cette chaloupe conduite par un effet éthéré, ou bien tout faire pour le rattraper. Rejoignant malgré notre fatigue, la côte, il fut enroulé de chaînes par Lucian afin de le tenir au sol pour ne pas qu’il se débatte plus que ça. Au loin, la chaloupe continuait sa route, et l’Elezen hurlait que c’était une victoire pour eux. Que les éléments allait permettre la démonstration qui allait tout changer pour leur groupe en Thavnair. Lucian l’interrogea, mais tout ce qu’il obtient, c’est que ce groupe étrange d’Ishgardais était des croyants. Liés à Brighteye dans une vénération fanatique, il fini par s’endormir alors que Lucian offrit les coordonnées du village et de l’Elezen à Soonappa.

A cette distance, l’Ost Rayonnant n’arrivera pas à temps, c’est donc en fonçant à toute vitesse que nous espérions atteindre ce coin de pêcheur sans qu’il ne soit le lieu idéal pour une quelconque catastrophe. Et celle ci advint finalement, mais pour la sécurité des locaux. Les évènements s’était vite succédé et j’avais encore en tête les images de l’explosion de l’entrepôt, pourtant entre temps, la nuit avait fini par tomber et nous progressions rapidement dans l’obscurité totale. Bien des lumières brillaient au camp de pêche, alors que les caisses étaient amenés par des silhouettes floues au loin vers le centre d’un grand rassemblement. La voix d’une femme portait, discutant et complimentant les courageux locaux tout en parlant de toutes les solutions apportés par ses produits d’Eorzéa. Une Ishgardais, les bras tendu, évoquait le soin par l’infusion « d’Harmonie » à tout les faibles et les blessés, évoquant la force de Brighteye et sa grandeur.

C’était en toute discrétion que nous nous infiltrions alors dans le village, passant d’une pierre à une autre, d’une ombre à une autre. Loin d’être des surineurs, nous avions l’habitude au loin de progresser dans l’ombre correctement pour échapper à la vigilance des gardes, tout en assommant un malchanceux finissant sa nuit inconscient dans une charrette. Sur place, plusieurs avaient déjà bu de l’Harmonie, et Lucian fit arrêter tout ça en invoquant un serpent. La créature arcanique immense fit paniqué tout le monde, les civils fuyant, sauf ceux ayant bu de l’infusion se mettant à attaquer la créature de façons frénétique. L’Oeil brillant, conduit par Ogen, nous repéra immédiatement et fonça vers nous. Je luttais contre Ogen et les siens, les retenant sans les tuer, tandis que Lucian tentait de lui ouvrir les yeux : Il fut conduit ici sans savoir ce qui allait se produire, croyant que ce n’était qu’un véritable bienfait de Brighteye, et il fut difficile à convaincre – et à arrêter sans le tuer je dois bien l’avouer, qu’il était preux combattant. L’Ishgardaise endormie par Lucian, cette dernière fut enlevée par un Raen insaisissable qui avait fait suer l’Ost Rayonnant ses derniers semaines. L’alchimiste renégat : « Le Vif », fameux chef de l’Entente, récupéra cette dernière avant de partir avec quelques brigands à l’écharpe orangée. L’alchimiste que Lucian avait laissé s’échapper lors de l’apparition du grand œil, une disciple de Melnapa, était aussi là .

C’était elle qui s’occupait des infusions, et le Lutin qui l’accompagnait ne parvint pas à l’empêcher d’être captive. Des feux à cause de torche ayant chuté étaient présent un peu partout en même temps que la panique, et les combats continuaient, jusqu’à ce que le drap sur la cage qui produisait le liquide rouge à mettre dans l’Harmonie ne fut repoussé. Un Eibis gisait inconscient à l’intérieur. Ce fut un choc, qui arrêta les conflits, et Ogen quitta les lieux peu après la venue de Soonappa, choqué par cette apparente trahison de ses propres pairs au sain de l’œil brillant. Lentement tout revint au calme, mais il restait encore trop de question : Pourquoi le Vif avait-il fait captive l’Ishgardaise ? Comment l’œil brillant pouvait-il acquérir des cristaux d’éther corrompu, et quel est le lien entre l’écarlate hurlante et le sang d’Eibis ? Nous avions trop d’interrogation. Et ce n’est qu’en poursuivant, que nous trouverons notre conclusion. »
- Akayane Kosenjobi.
Dernière modification par Akayane le 06 mai 2024, 00:08, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 661
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Nouveau carnet de route de Kosenjobi

Message par Akayane » 01 mai 2024, 02:40

Nouveau journal de voyage d’Akayane Kosenjobi.
« La mémoire de Brighteye »

Image

Acte 9 – Le cercle de la Fortune.
Image
« Pour une mission qui tourne à la catastrophe, celle ci allait être plus intense qu’un objectif où je me prends un entrepôt dans la figure. Cette fois, l’éther allait grandement dégénéré plus que la situation, et nous allions avoir beaucoup à faire pour arrêter nos adversaires. Il ne restait qu’une tâche proche de la ville afin de débarrasser Yedlimhad de la présence de l’œil brillant et de ses complots – aussi bénéfique pensaient-ils qu’ils soient. Le Grand œuvre est une ville riche et magnifique, surtout quand on apprécie l’alchimie, mais je m’étais familiarisée avec la ville et ses locaux. Certains me manqueraient, mais c’est ainsi la vie d’une aventurière ! Au moins avions nous ce temps restant avant de partir, et au moins, pour bien faire avant de nous en aller. Le cercle de la Fortune, un sort qui aurait été tenté par les dévots de Brighteye dans les hauteurs et qui n’aurait absolument rien fait. Rapidement, tous pensèrent que c’était une histoire ancienne, jusqu’à ce que des veinures ne se mettent à apparaître le long des montagnes en créant des effets surprenant. Rapidement, l’Ost Rayonnant bloqua l’accès, Soonappa refusant que quiconque ne soit affecté avant notre intervention, mais cela n’avait pas empêché du monde d’y aller d’une façons ou d’une autre.

Nous retrouvons avec Yuki et N’yir, discutant un instant de l’objectif avant de nous mettre en route sous le regard des compagnons de l’Ost Rayonnant nous saluant au passage. Une trentaine de minute de route, alternant entre des sentiers isolés et pas mal d’eau sur un grand court d’eau. Les pieds pataugeant dans une eau pure, bien que N’yir nous mit en garde contre les champignons pouvant se développer avec cette maudite humidité dans les bottes : Un des calvaires des aventuriers. Nous observions un membre de l’Ost Rayonnant pleurant en regardant les eaux : Si la lumière contre les nuages sombres donnait l’impression d’une mélancolie éternelle et épuisante, les visages éthérés de différentes couleurs dans les eaux en dessous de nous. Toutes leurs expressions étaient peu agréable à voir, ils semblaient en peine. Un espoir dans la prière ultime avant la fin de leurs vies, comme une fatale captation de leurs souhaits finaux. C’était vraiment une vision qui me laissa un peu triste, donnant l’impression d’autant de vie que nous n’avons pas pu sauver, mais Yuki et N’yir étaient déjà au bas de la montagne. Nous entendions un chant captivant là-haut, un peu trop, qui tentait de nous perdre dans nos pensées. Refusant d’abandonner, l’ascension fut rapide avec nos talents respectifs - Yuki fit usage d’un grappin, de son côté, alors que nous grimpions agilement avec N’yir.

C’est alors que les problèmes jaillirent quand les fissures gagnèrent de plus en plus en intensité. S’étendant petit à petit, les failles vinrent apparaître partout autours de nous, formant régulièrement des déflagrations d’une lumière intense jaillissante dans tout les sens, créant des petites explosions d’énergies dorées intenses en formant un effet puissant. Bondissant dans tout les sens quand la lumière dorée tentait de nous happer et de nous réduire en cendre, partant un peu partout dans tout les sens dans un moment de pression intense, il nous fallait nous sortir de là tout en refusant d’entendre les chants et le désirs de Brighteye dans nos consciences de nous transformer en être apathique espérant que vienne l’Espoir.

Le chapeau de N’yir s’illuminait à mesure des enchantements liés à chapeau si surprenant, formant quelques bulles lumineuses en s’échappant tandis que Yuki se mit à fredonner quelques chants. Je me demande si il s’agissait des chants communs de ceux chantant pour éloigner l’influence du Nuage noir, comme il était coutume de faire sur Himitsu no Taki, et c’est en traversant ensemble une grande explosion d’énergie qui voulait nous happer brutalement, retombant tous lourdement sur nos pieds dans la hauteur en traversant la vague éthéré dorée, que nous contemplions enfin les environs après cette ruée intense. Ici, le ciel semblait encore plus sombre, et les fissures entre les nuages comme faite d’une lumière d’or intense, donnant un air d’un monde fracturé dans le firmament. L’éther circulait dans les airs, et si le sol semblait encore fissuré de veine dorée, tout était bien plus stable. Comme à la « tombe » de Loon, le crocodile mourant, passait des fins cristaux d’éthers errant dans les cieux formant des amas de mémoires, qui étaient cette fois des vieilles pensées de personnes pendant des instants joyeux. Des locaux erraient dans les environs, habitants des environs et même quelques membres de l’Ost Rayonnant, ayant leurs sentiments bien étrange comme si ils observaient perdu les environs, contemplatif, l’esprit ailleurs. Une Raenne portant un masque doré vint s’incliner doucement vers nous, respectueusement, nous proposant d’atteindre le cercle de la fortune. Bien que Yuki l’ait couverte de honte sur ses actes, N’yir se servit d’elle comme guide, et nous fûmes épargnés des lutins monstrueux arpentant les environs en vérifiant qu’il n’y avait pas la moindre menace.
Image
Plus le temps passait, plus leurs corps étaient déformés fait de bras et de jambes anormalement trop long et monstrueux. Mais ils ne firent rien car la Raenne nous faisait passé pour des futurs adhérent, ce qui fut pour celle qui allait nous accueillir, une triste réunion. Le cercle rayonnait, les dix chanteurs formant la prière et N’yir reconnu à l’effroi de Yuki, que tout ça ressemblait beaucoup trop à une pratique issue des invocations de Primordiaux. Voyaient t-il à ce point Brighteye comme une entité divine, qu’ils voudraient en faire un être aussi dangereux ? Celle qui dirigeait ce chant était dans une ombre, sortant avec un éventail et un effet éthéré, laissant jaillir Melnapa. L’alchimiste nous ayant tant aidée, dirigeait le cercle de la fortune et cette branche de l’œil brillant. Quel choc ce fut, et quel déception ! Elle semblait néanmoins très hésitante, peu convaincue, et ce fut quand ses yeux s’illuminèrent un instant comme rappelée à l’ordre, qu’elle reprit le rituel en ordonnant aux séides locaux de nous tuer.

La vague de Lutin monstrueux vint nous foncer dessus à toute vitesse, rugissant sans cesse en essayant de nous massacrer à coup de griffe tandis qu’un Arkasodaras massif au masque d’or avec son tigre nous chargea. La bête fut endormie par N’yir, malgré les effets de l’écarlate hurlante qui le renforçait, et il lutta avec son maître en esquivant ses chocs pendant que Yuki et moi tenions le front face aux Lutins. Des coups luttaient avec acharnement dans des frappes intenses, et plusieurs tombaient, mais la terre se mit à trembler brutalement quand on constatait que le rituel prenait de l’ampleur. Utilisant le visage de l’Arkasodaras comme un tremplin, N’yir se propulsa brutalement contre Melnapa en la foudroyant pour la sonner. Un peu trop fort, et ils roulèrent tout les deux au sol avec quelques petits éclairs partant ici et là, tandis que Yuki brisa rapidement la magie des lieux avec une vague de flammes intenses se diffusant dans tout les sens, quand sa lame guida des flammes et vint arrêter l’écarlate pourpre.

Je luttais avec bien trop d’adversaire : retenant tout les lutins restant et l’Arkasodaras, ce fut un miracle qu’à ce combat je ne m’en sortie qu’avec une coupure aux lèvres et quelques bleus. Le rituel brisé, l’œil qui naissait dans le ciel éclatant, Yuki et N’yir vinrent m’aider à abattre les derniers adversaires alors que l’Arkasodaras fuyait. Libéré de l’influence, les locaux partaient dans tout les sens et semblaient effrayés par ce qui sortait des cristaux d’éther corrompu : des fantômes ! Des fantômes usant de leurs prières à l’Espoir comme source de pouvoir pour de tels invocations. Libre, ils fusaient dans tout les sens, cherchant la mer des étoiles avec une détresse incroyable. Ils n’étaient pas une menace direct, sauf pour la Raenne qui nous avait mené ici et qui fuyait rapidement. Après avoir secouru Melnapa et les chanteurs d’une chute dans une fissure apparaissant brutalement dans l’ancien rituel, bien que Melnapa fut embarquée par l’Arkasodaras – aussi fallait-il craindre qu’elle serait encore avec l’ennemi la prochaine fois que nous la retrouverons. Notre cible elle avait jaillis tandis que tout les effets disparaissait : Le maître des Lutins.

Maître Nolleth, l’horreur repoussant Yuki qui voulait récupéré la Raenne, avant de la transformée en une horreur monstrueuse grâce à l’esprit du Lalafell des Gribouilleurs qu’il avait récupéré il y à quelques temps de cela. Quel triste transformation quand les esprits en firent une sorte de monstruosité de « l’espoir ». Cette fois, rien ne nous empêcherait de massacrer Nolleth – Malgré un combat très difficile, qui me laissa en bien piteuse état en détruisant l’horreur de l’espoir en dévastant ce dernier tout en recevant pas mal de choc au passage, Nolleth lui fini dans les flammes de Yuki, terminant son existence en poussière. Nous contemplions Yedlihmad, l’Ost Rayonnant de Soonappa récupérant les civils ayant fini ici cette nuit là. Tout en contemplant plus au nord : Au loin, un autre œil se faisait voir, illuminant légèrement les cieux. Tout cela était très loin d’être terminé. Pour autant, Yedlihmad elle, dormira désormais en paix, sans que ne revienne l’œil brillant et l’Entente du Vif à ses portes. »
- Akayane Kosenjobi.
Dernière modification par Akayane le 06 mai 2024, 00:09, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Akayane
Messages : 661
Inscription : 13 avr. 2018, 20:20

[Chronique] Nouveau carnet de route de Kosenjobi

Message par Akayane » 04 mai 2024, 01:20

Nouveau journal de voyage d’Akayane Kosenjobi.
« La mémoire de Brighteye »

Image

Acte 10 – Une force domptée par l’espoir.
Image
« Le Grand Œuvre ! Un domaine particulièrement charmant, et le premier endroit que j’ai pu visité de Thavnair en arrivant la première fois ici. Hélas, c’était en s’écrasant en bonne partie, alors que l’Apocalypse faisait rage et que nous étions assaillit par des horreurs sans nom. Mais c’est loin dans le passé tout ça, alors à quoi bon y penser ? Désormais, nous étions simplement sur le point d’aller vivre encore bien des combats, et aussi je ne m’attendais pas à commencer par une intense bataille contre les membres de l’œil Brillant. Soonappa était bien décidée à interdire aux serviteurs de Brighteye d’avoir des forces quelconques, des combattants prompt à nous arrêter et à effectué ce qu’ils veulent. Plus grosse serait l’armée, plus forte sera son message, et elle amena l’Ost Rayonnant afin d’affronter ses quelques parjures tout en récupérant les civils.

Convaincu, ils pourraient ne plus avoir besoin de combattre avec autant de férocité. Et peut-être qui sait en saurions nous plus sur Melnappa, sa sœur ? Notre groupe fut constitué de Yuki et d’un bien vieux camarade connu en Gyr Abania : Aoi, un combattant d’orient provenant d’Hingashi. Nous étions un trio d’orient, tout de blanc vêtu, ce qui avait quelque chose de poétique je dois bien dire, et les locaux s’en servir. Quel journée paisible et agréable, bien au contraire, rare étaient les nuages qui voulaient se battre pour la suprématie d’un ciel légèrement coloré par des effets d’ambre laissant le monde disparaître lentement vers l’obscurité nocturne. Loin d’y être, nous nous dirigeons alors vers Soonappa pour découvrir ce qu’elle préparait, et comment nous pourrions aider l’Ost Rayonnant lors de son escarmouche contre l’œil brillant. Traversant la ville, les locaux s’amusaient et se rassuraient quant au fait que le Grand Œuvre ne craignait rien, discutant ensemble des possibilités, plusieurs alchimistes finirent par nous présenté comme des attractions locales. Je me massais la nuque, un peu gênée à l’idée de devoir faire la moindre impression de devoir faire la moindre annonce, mais Yuki ainsi qu’Aoi eux s’en donnèrent à cœur joie. C’est ainsi fièrement félicité et acclamé comme des héros que nous poursuivions ainsi notre route à travers le passage de locaux avec l’impression un peu plus difficile du poids du regard des gens : ils s’attendaient à ce que nous ayons que des bonnes nouvelles à rapportées. La question était : serais-ce le cas ? Approchant Soonappa qui se trouvait proche de l’eau avec ses combattants les plus féroces, et Merkarta qui lui servait d’aide de camp. Elle avait fait un prisonnier : Un espion de l’Entente du Vif, les brigands vérifiaient qu’ils ne pouvaient pas chaparder quelques artefacts en plus à l’œil Brillant. Mais à la place, ce dernier avait au moins un moyen d’avoir un accès vers le camp proche de notre ennemi, pour pouvoir passer en vitesse vers leurs chefs.

Sauf que l’homme, contaminé par quelque chose d’offert par les serviteurs de Brighteye, se mit à s’illuminer. Le produit alchimique était affreux, et se préparait à le faire exploser. Mettant tout le monde en sécurité, Yuki forma un amas de vent chaud tournoyant en cherchant à récupéré la plume et la clochette permettant de trouver l’accès caché. L’enfouissant au sol brutalement, Aoi l’envoya sous terre pendant que je poussais les derniers membres de l’Ost présent, mais l’explosion fut si puissante que nous avons été balancés dans les airs. Nous relevant dans le brouillard, le cor de guerre sonnait : Il fallait attaquer. Tandis que Soonappa rejoignait ses combattants, il nous fallait choisir : Partir de front, ou prendre le passage dérobé. Yuki décida de passer par l’endroit caché, et nous foncions à l’inverse du passage des combattants de Thavnair, en évitant de bousculer qui que ce soit en fonçant en direction de notre passage guidés par la plume, tout en le voyant enfin au loin. Ce dernier s’ouvrait petit à petit, mais il avait été repéré par l’ennemi aussi.
Image
Tandis qu’un sceau se formait dans une lumière intense pour bloquer le chemin, des silhouettes jaillirent. Des singes et babouins transformés provenant de la jungle de Thavnair, les pauvres bêtes devenue des lumières dans des rubans colorés avec des masques, comme des créatures subjuguées et transformées monstrueusement. Difficile à dire, mais ça ressemblait aux derniers efforts alchimiques ayant créer les Lutins monstrueux, et ils nous foncèrent dessus. Tranchant, fendant, en avançant tout les trois avec des coups vifs et puissants. Ils étaient trop nombreux pour atteindre le sceau avant sa fermeture et Aoi fut écrasé contre la paroi rocheuse avant que Yuki ne vienne à son aide. Pendant que Yuki et moi tranchions ceux s’approchant du passage, le mouvement intense formé d’un pas dans l’obscurité à un autre d’Aoi nous fit traverser le sceau que j’avais endommagé d’un coup de lame – ce qui m’envoya valser, blessée plus loin, au passage. Avant que nous ne tombions tous dedans. C’était comme entrer dans un tunnel de taupe, avec des pancartes louant notre service à l’Entente du Vif, et d’innombrables rubans oranges. Percutant des murs, et rebondissant sans cesse dans le chaos le plus intense qui soit, notre chute dura un instant totalement confus avant de sortir soudainement de l’autre côté, juste à côté de la bataille. Une triste scène se dévoila alors sous nos yeux : pris involontairement par des assauts menés sur des cibles invisibles, cachées par les tissages colorés de la brume de couleur quand le Gulal et autre poussière s’étendaient dans les environs, des civils fuyaient hors de leurs demeures en s’échappant.

Aoi forma un grand mur de glace, permettant à bien des habitants de partir malgré leurs erreurs d’avoir suivi les idées de l’œil brillant, mais un adorateur poussa Aoi vers les sorts arrivant de ce côté. Avant de se prendre le sort, la magie fut brisée par les vents intenses créer par Yuki, s’installant devant, criant aux civils de partir tandis que flèches et sorts étaient brisés par le dôme de vent et le mur de glace intense. J’avais aidé de mon côté, les membres de l’Ost Rayonnant non loin de là. Luttant avec acharnement contre les adorateurs de Brighteye qui arrivaient sans cesse, une silhouette de femme étrange me balaya moi et deux combattants, volant plus loin. Au sol, sentant l’herbe sous moi, j’aurais pu imaginer faire une petite sieste tant mon corps subissait le contre-coup du choc. Mais il fallait en finir, et je me redressais ainsi en me dirigeant malgré mes blessures vers mes compagnons, car un autre problème était devant nous : une barricade.

Le dernier rempart entre nous et nos ennemis n’allait pas tenir bien longtemps, je dois bien l’admettre, quand soudainement Aoi jaillit derrière en transperçant deux adversaire de ses lames, alors que la barricade fut brisée par Yuki dans une déflagration intense suivant son sabre lorsqu’il frappa en formant un impact de feu intense rayonnant dans les environs. Enfin, nous y étions. Les civils s’échappaient, les combats continuaient livrés par Soonappa courageusement, et nous contemplions ce pourquoi ils s’étaient installés ici. Une sorte d’autel formant la silhouette de Brighteye se trouvait là, avec bien des cristaux d’éthers corrompu avec les formes sinistres des esprits coincés dedans. La silhouette de la femme massif était là, une sorte de pantin animé, avec deux lames courbés immenses, se préparant à retourner sur le front après un peu de renforcement éthéré pour frapper l’ennemi. La prêtresse, une vieille Raenne avec ses deux lutins à ses côtés, nous saluant sympathiquement en nous proposant de boire quelque chose. Yuki refusa complètement la conversation, et s’attaqua à la statue d’urgence pour essayer de briser le plus de cristaux possible. Détruisant le plus gros des cristaux, il libéré les esprits, tentant de brisé les liens forçant leurs prières pour les sauvés. Avec Aoi, nous combattions.

Lui affronta les deux Lutins monstrueux, se faisant fracasser plus loin contre une pierre après un jet de Shuriken. Malgré ses blessures, il fit revenir des fils, et détruisis les lutins par la foudre pendant que je dévastais le pantin massif dans un duel particulièrement intense. Empêchant Aoi d’être paralysé par un sort de la vieille Raenne, celle ci tenta de survivre avec l’écarlate hurlante, mais même ça ne l’empêcha pas de périr quand, un Kunai planté dans la bouche, sa tête éclata brutalement peu après que, blessée, je parvins à couper en trois morceaux le pantin. Nos ennemis furent vaincu, malgré leurs ténacité en nous laissant bien des traces de blessures, mais le plus curieux fut pour Yuki. Brighteye jaillit, empêchant la liberté des fantômes, et Yuki lui hurla qu’ils étaient là pour l’empêcher de devenir le monstre qu’il ne voulait pas devenir. Tendant la main à un Yuki engloutit dans les esprits soudainement, cherchant à sortir de là, il fut arraché de là par Brighteye lui même, si curieusement soit-il. Dans ce contact, il eu une vision : Brighteye, jeune, disant à une femme lui disant qu’il va mourir si il part. Qu’il pourrait devenir bien plus qu’un homme, un dieu, si il le voulait. Mais Brighteye ria, expliquant qu’il ne se sentait bien qu’en étant un homme. Un fragment de la mémoire de Brighteye était notre, ainsi qu’un début d’explication, et une question : Qui est-cette étrange femme aux cheveux blonds de la vision  de Brighteye et pourquoi veut-elle en faire une entité divine tel un primordial ? »
- Akayane Kosenjobi.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités