Meiken Murasaki

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Yui
Messages : 43
Inscription : 16 mars 2017, 22:25

Meiken Murasaki

Message par Yui » 01 avr. 2017, 08:38

Image
Image

Nom : Meiken Murasaki, fille de Meiken Gyôzuke
Apparence : Grande, posture droite, silhouette sèche, cheveux longs et noirs, peau claire, yeux bleus ternes, nez étroit et long, bouche petite aux coins abaissés, cornes épaisses pointant vers le bas, expression austère.
Titres : Daimyo du village d'Ise
Thème : [Serenato][Rising Sun]

Age : Femme mûre
Lieu de naissance : Yanxia - Village caché d'Ise
Habitation : Sans domicile fixe

Objectif principal : Servir le clan du Lotus
Objectif secondaire : Mettre fin à la domination Garlemaldaise

Langues connues : Dialecte de Doma, Eorzéen
Dons : Arts de la guérilla, espionnage, commandement, inébranlable
Ne comprend rien à : Le chaos. L'absence de règlement et/ou de hiérarchie. La désobéissance
Tempérament : Posé, laconique, direct, poli. Goût naturel pour la violence, tempéré par l'éducation et la maîtrise. Protecteur.
Linguistique : Ecriture simple, phrases courtes. Tend à résumer sa pensée de façon succincte. Emploi de termes exacts.
Passe-temps : Calligraphie, origamis, ehru

Moralité : Structure loyale neutre. Le bien et le mal sont ce qui est défini comme tels par la loi. Un changement de loi entraîne un changement de comportement. Le gouvernement Othardien de Doma définit la loi. Aucune tolérance, y compris pour les enfants. En cas d'infraction, approuve les sanctions destinées à réinsérer le fautif dans la société. Désapprouve l'élimination du fautif. Sans remord.
Perception du monde : Se perçoit idéaliste. Est perçue pragmatique.

Religion : Animisme, culte des ancêtres. Vénère le Père de l'Aube
Superstitions : Ne dort jamais la tête au nord. Évite d’effectuer des missions les jours néfastes.
Vertus : Sens de la justice, patience
Vices : L'alcool, le kiseru

Apprécie : Le respect des règles, la discipline, la compétence
N'aime pas : Les gens irrespectueux, l'indignité, l'incompétence

Armes connues : Les deux armes jumelles d'un daisho dont les fourreaux sont passés dans son obi, ou tenus à la main / Une épée de facture éorzéenne.
Vêtements connus : Habit de tous les jours variable, mon du clan visible sur le col et les manches des vêtements de repos.

Histoire : La destruction du village d'Ise et la débâcle du clan qui l'habitait a conduit à l'investiture de Meiken Murasaki au moment où elle a hérité du cristal de job de son défunt père adoptif. La plupart des villageois du clan, issus de familles diverses liées les unes aux autres depuis des générations sont morts ou portés disparus à l'instar de la plupart des guerriers Domiens dans la même situation qu'eux. Meiken Murasaki a pris pied sur le sol Eorzéen depuis moins d'un mois et se lance dans la longue marche consistant à réorganiser son clan et à le doter de nouvelles figures fiables.

14.06.2018 : Le changement d'allégeance du seigneur Lohikaarme no Arkael depuis Doma vers Hingashi conduit Murasaki à rompre d'un commun accord leurs serments de vassal à suzerain. Le clan d'Ise a échoué à se reconstituer et il est fort probable que les dernières femmes du clan encore vivantes perdent la vie à tour de rôle dans les guerres futures qui s'annoncent, au cours d'un long baroud d'honneur qui les emportera toutes, y compris leur chef. Fidèle à l'ancienne règle qui impose au clan d'être toujours sous l'allégeance d'un seigneur de Doma, Murasaki a choisi de prêter allégeance au clan du Lotus dont la fidélité au prince Hien n'est plus à démontrer.
Dernière modification par Yui le 14 juin 2018, 18:20, modifié 16 fois.

Avatar de l’utilisateur
Yui
Messages : 43
Inscription : 16 mars 2017, 22:25

Meiken Murasaki

Message par Yui » 25 avr. 2017, 13:44

Image
Image




« Et maintenant, qu'est ce qu'elle fait ?
- 'sais pas. Elle court, je crois.
- Elle quoi ? »

La silhouette sèche et surchargée de l'ao'ra leur passa au trot sous le nez. Un colibri en cage au sommet des ballots leur rendit tristement leurs regards, secoué en tous sens par les cahots. On distinguait sous le fatras une touffe de cheveux attachés à la diable et dont les mèches relevées paraissaient exploser sauvagement dans tous les sens comme un soleil noir.

« Elle est mignonne pourtant, fit remarquer le plus jeune du groupe.
- Faut jamais se fier à la figure avec les aventuriers.
- Ouaip.
- Ouaip.
- Je l'ai toujours dit, ils nous volent not' travail honnête gagné à la sueur d'not' front.
- Ouaip.
- Ouaip. »

La bouteille de jaja allait passer de main en main une quatrième fois quand le capitaine débusqua les trois porteurs planqués en pause entre les caisses de marchandises. Que ce fût une Roegadyn la rendait déjà terrifiante mais le son indigné de sa voix était proprement surnaturel :
DEEEEEEBOUT TAS D'CLOPOOOOORTES ! VOUS VOULEZ PAS ET' A LA TRAINE FACE A UNE MICRO-FEMME QUAND MEME ! ALLEZ, DU JARRET, J'VEUX QU'TOUT SOIT DEBARQUE D'ICI LA PROCHAINE MAREE !

Tous s'égayèrent comme une volée de mouettes.
















Aux dernières nouvelles....
La dernière descendante du clan d'Ise renoue lentement avec les tradition séculaires en adoptant un mode de vie basé sur les travaux simples comptant essentiellement sur la force de travail. Passé soudain d'un mode de vie rural aux activités de la cité, le clan s'est adapté aux nécessités d'une ville portuaire en retrouvant l'esprit d'humilité qui a toujours présidé à l'entraînement quotidien de ses villageois.
Dernière modification par Yui le 14 juin 2018, 18:16, modifié 3 fois.

Avatar de l’utilisateur
Yui
Messages : 43
Inscription : 16 mars 2017, 22:25

Meiken Murasaki

Message par Yui » 12 déc. 2017, 03:47

"Tu me manques mon amie."

Il fit demi tour, redescendant le chemin discret menant au village, les volutes de brumes revenant déjà le dissimuler aux yeux du monde.
La brume se refermait à peine dans le dos du jeune seigneur qu'une autre silhouette émergeait du côté opposé, fragmentée par les volutes qui s'éparpillaient sur son passage. Elle posa un genoux par terre, et effleura du bout des doigts la pierre humide, avant de les ramener à ses lèvres peintes pour en goûter la saveur.
« Que de bon saké gaspillé sur une tombe, mon cher seigneur. » fit calmement remarquer Murasaki.



D'autres silhouettes émergeaient également du voile blanc tout autour de la tombe. Toutes étaient menues, gracieuses et déliées. Toutes portaient le masque noir des shinobis qui uniformisait leur groupe restreint. Elles étaient dix au plus, toutes femmes, toutes raen. Leurs queues blanches, nues ou hérissées de pointes, massives ou élancées balayaient paresseusement l'air tandis qu'elles se rassemblaient autour de leur dame et contemplaient avec elle, la tombe grise. Puis l'une d'elle lança d'un mouvement ample sur la pierre, la tête tranchée d'un hyurois dont les yeux ternes et la bouche béante n'évoquaient plus que de façon très lointaine le faciès des jumeaux Kasanui, Shu et Sû. Le seul hyurois mâle de l'assemblée - il était à peine plus grand que les femmes - détourna ostensiblement la tête de la relique morbide ; tout son corps masqué exprimait la maîtrise, mais le chagrin transparaissait en même temps que le mépris. A nouveau, tous contemplèrent ce tableau enfin achevé. Puis Murasaki se tourna vers ce qui restait de son clan, et embrassa du regard le paysage que formait ce groupe d'ombres peintes sur un village en ruines.

« Le temps vient, dit Murasaki à ses compagnes, de laisser derrière nous les dernières chimères. Ise ne sera pas restaurée. Le Doma que nous avons connu, n'est plus. A partir de maintenant et jusqu'à la chute de l'Empire, je déclare que le clan d'Ise n'occupera aucune terre.  »
« Mais dame Murasaki, comment allons-nous assurer notre subsistance ? » demanda timidement une toute jeune raen masquée dont la silhouette encore gauche évoquait une adolescente qui n'avait pas encore appris à se placer. Murasaki laissa le silence peser un peu, avant de répondre d'une voix grave et bien timbrée : « Nous vivrons de mandats, et mettrons nos lames au service de la guilde des aventuriers. »
Un frisson d'horreur parcouru l'assemblée. Des épées louées ! Plusieurs masques se mirent à murmurer avec animation. Murasaki eut un signe bref de la main pour obtenir le silence. Ordinairement avare de mots, cette simple ébauche de discours avait épuisé le peu d'éloquence dont elle disposait. Le ton de sa voix redevint naturellement impérieux quand elle passa aux ordres.
« Aoi, Midori, Akai, investissez les maisons des traîtres en tant que servantes. Shiroi, Kuroi, prenez contact avec la guilde des aventuriers et obtenez un statut pour toutes celles qui n'en ont pas encore. Shu, trouve-nous un nouveau repaire. Sakurai, rétablis le contact avec nos anciens informateurs dans les cité-état d'Eorzéa. Mizui, assure-toi que toutes les femmes du clan aient la perle et sécurise le réseau. Kiroki... (la voix de Murasaki hésita à cet instant. La petite raen timide au garde-à-vous devant elle tremblait littéralement d'appréhension et d'enthousiasme mêlés. Elle finit par soupirer) morbleu, rends-toi utile. »
La voix de Murasaki sonnait étrangement dans le brouillard, étouffée et répercutée à la fois contre les murs des maisons incendiées, les poteaux calcinés des clôtures, les tuiles des toits effondrés. Elle avait l'écho d'un stentor que l'on maîtrise hors d'un champ de bataille. Les syllabes en sonnaient juste, vibraient d'un appel profond, le ton donné d'ordres irrévocables et que l'on s'attend à voir immédiatement exécutés. Il y eut un appel d'éther, puis il ne resta plus qu'une ombre qui regardait Murasaki avec intensité. Shu marcha jusqu'à elle en glissant la main dans son masque pour l'abaisser. Sa figure était pâle, le chagrin avait creusé des cernes sous ses yeux bleus. En l'espace de six mois, il paraissait avoir vieilli de dix ans et cette brusque maturité donnait à l'expression de ses traits une amertume nouvelle.

« Quel que soit notre mode de vie, dame Murasaki, nous avons besoin d'un seigneur.
- N'aies crainte, Shu. Nous avons toujours un seigneur. »

Avatar de l’utilisateur
Yui
Messages : 43
Inscription : 16 mars 2017, 22:25

Re: Meiken Murasaki

Message par Yui » 14 juin 2018, 17:53

Musique
Les paysans, en perdant leur terre, savent toujours travailler la terre. Les poètes conservent leur plume et les guerriers leur art. Tout ce qui perd tout en ce monde, ne perd jamais tout réellement. Mais existe-t-il, marchant sur Hydaelyn, créature plus vaine qu'un prince sans clan ni terre ? Plus inutile qu'un dirigeant sans peuple ?

Quatre, sans compter Shu, c'était le nombre des femmes d'Ise qui se trouvaient encore à la fois vivantes et au service de Murasaki. On pouvait légitimement se demander ce que le clan du Lotus gagnait à accepter la vassalité de cette population sur le déclin qui ne pouvait à lui seul constituer un peuple ni apporter beaucoup de bienfaits à un seigneur dont la plupart conspuaient l'ambition. Au contraire des autres clans de Doma, centrés sur leur reconstruction et la préservation de leur culture, le clan d'Ise se jetait tout entier dans la dernière bataille, celle qui les emporterait toutes, une par une, dans la tombe.

Jusqu'à leur dernière hime.
- Onzième chapître des "Dernières heures du Clan", par Yue no Hanabi -

Image
Nouvelles du 14ème Soleil du mois d'Oschon

Via l'allégeance de Meiken no Murasaki, daimyo du clan d'Ise, c'est l'ensemble de ce qui reste du clan qui entame avec le clan du Lotus un lien privilégié de vassalité semblable à celui qui l'unissait autrefois au clan Lohikaarme. La roue tourne et Lohikaarme no Arkael a choisi de rejoindre, contre toute attente, le peuple d'Hingashi en rompant officiellement ses liens avec le royaume de Doma. Tout politicien de clan connaissant Murasaki et sa loyauté envers le seigneur Hien, ne pouvait que se demander à qui irait la nouvelle allégeance des derniers shinobis du clan d'Ise. C'est désormais chose faite, mais qui s'étonnera de voir Meiken no Murasaki mettre ses dernières forces au service d'un seigneur qui l'a autrefois servi avec tant de loyauté en tant que samouraï ?

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité