[Chronique] Rapports du capitaine Estrelaint

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Alyrae
Messages : 31
Inscription : 02 nov. 2020, 15:20

[Chronique] Rapports du capitaine Estrelaint

Message par Alyrae » 21 févr. 2021, 17:01

Premier rapport du capitaine E. Estrelaint au Maelström
Relatif aux navires égarés dans le détroit de Merlthor
25e soleil de la 1ère Lune Astrale



Conformément aux instructions reçues, la Navigatrice a conduit l’équipe du Loup Ecarlate dans le détroit de Merlthor, à la recherche des navires disparus. Nous avons suivi une direction sud-sud-est à partir de la Costa del Sol, en direction du Thanalan.
Après quelques heures de voyage, une brume opaque s’est étendue sur la mer et nos instruments de navigation se sont trouvés inopérants. La Navigatrice a mis en panne afin de ne pas dériver aveuglément dans le détroit. Dame Niunaglwyn, occultiste du Loup Ecarlate, a rapidement conclu à la nature éthérique du phénomène.
Nous avons perçu la chute d’un corps à la mer, mais n’avons pu identifier immédiatement de quoi il s’agissait – il s’est par la suite avéré qu’il s’agissait du matelot Jurgen Webster. Après près d’une demi-heure dans cet environnement, la Navigatrice a rencontré un haut-fond sur lequel elle s’est ensablée. La dissipation de la brume nous a permis de découvrir une île isolée, surmontée d’une ancienne construction dont l’apparence laissait supposer un long abandon, et cernée de plusieurs navires échoués.
Image
J’ai ordonné la mise à la mer d’une chaloupe, menée par MM. Ganzmhus et Trahgramm, matelots sur la Navigatrice, afin de conduire les membres du Loup Ecarlate à terre. Aussitôt sur place, nous avons subi un assaut mental visant à troubler notre rapport à la réalité. Si nous avons pu y résister, ce ne fut pas le cas de MM. Ganzmhus et Trahgramm : tous deux se sont précipités vers l’entrée de la construction que nous apercevions plus loin. Sur notre chemin pour les poursuivre, nous avons rencontré un Hyurois se présentant sous le nom de Belmont Cartwright. Ce dernier nous a indiqué qu’une créature vivait dans la bâtisse, attirant à elle les navires et dévorant les passagers. Apparemment immunisé à ces appels, Cartwright a déclaré chercher à échapper à cette île.
Pensant avoir trouvé la responsable des disparitions de navires, les Loups Ecarlates ont décidé d’aller à la rencontre de cette créature. Je les ai accompagnés afin de rejoindre mes hommes et leur empêcher une fin tragique. Cartwright a quant à lui demandé à nous suivre pour nous aider.
Hélas, l’homme s’est avéré être un menteur : bien loin de nous prêter main forte, il nous a enfermés dans la salle où se trouvait la créature. Il s’agissait sans conteste d’une sirène, ainsi qu’en témoignaient son apparence, la nature de ses pouvoirs intrinsèquement liés à l’eau et sa capacité à absorber l’éther. Elle achevait de se repaître de MM. Ganzmhus et Trahgramm lorsque nous sommes entrés dans la pièce.

Image
Contraints à la combattre, nous avons dû compter sur toutes nos ressources pour lui résister. Trancher ses cordes vocales nous a permis d’échapper à son chant hypnotique. L’association des mages et des guerriers des Loups Ecarlates a favorisé notre victoire.
Les aptitudes de cette unité, déjà connue du Maelström pour ses précédents faits d’armes, sont évidentes – bien qu’à mon sens largement sous-exploitées. Dame Niunaglwyn a brillé par ses sorts maîtrisés et précis et sa grande concentration, ainsi que M. Greywolf, dont les vastes connaissances sur la nature des créatures nous ont été d’un précieux secours. La lieutenante Dakhintörölt a démontré une fois de plus sa capacité à prendre des décisions rapides pour l’ensemble du groupe. M. Hattori, particulièrement réservé et en retrait des événements précédents, s’est révélé un atout non négligeable lors du combat. Sa maîtrise de l’art du sabre est indéniable, bien qu’il me semble trop concentré sur ses propres actions pour prendre en compte ce qui l’entoure. Dame Bhaldahrwyn s’est également montrée un appui de feu très efficace.

Une fois vaincue, la sirène a alors opéré une métamorphose inattendue, en prenant forme humaine. Des questions nous sont venues, mais seul Cartwright semblait en mesure d’y répondre. L’homme a cependant profité que nous étions occupés pour s’échapper par une téléportation discrète – signe qu’il n’était pas du tout bloqué sur cette île de façon involontaire. La menace de la sirène levée, nous avons pu reprendre la mer à marée haute, avec toutefois de nombreuses interrogations. La lieutenante Dakhintörölt a fait le lien avec une mission précédente, au cours de laquelle des humains avaient été métamorphosés en créatures monstrueuses, en Noscéa Extérieure. Ces événements étaient le fait d’un alchimiste dont la trace n’a pas pu être retrouvée. Si le lien entre ces deux affaires est avéré, nous sommes confrontés non pas à une sirène isolée mais à une machination plus vaste, et sans doute plus dangereuse.

Le corps de la jeune femme a été remis aux médecins du Maelström en vue d’une autopsie. Je me rendrai personnellement chez MM. Webster, Ganzmhus et Trahgramm afin d’annoncer la nouvelle de leur décès à leurs familles. Afin que leur mort, lors de l’accomplissement de leur devoir, ne reste pas impunie, je demande l’autorisation de continuer à participer aux recherches, jusqu’à ce que la vérité sur cette affaire soit établie.

Capitaine E. Estrelaint
Commandant la Navigatrice

Trame : « Nos amies les bêtes », par Alyrae
Crédit image : Roklain
Dernière modification par Alyrae le 11 mai 2021, 21:15, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Alyrae
Messages : 31
Inscription : 02 nov. 2020, 15:20

Re: [Chronique] Rapports du capitaine Estrelaint

Message par Alyrae » 22 févr. 2021, 13:23

Deuxième rapport du capitaine E. Estrelaint au Maelström
Relatif aux navires égarés dans le détroit de Merlthor
30e soleil de la 1ère Lune Astrale



Faisant suite aux événements avec la sirène du détroit de Merlthor, je me suis rendu, avec la lieutenante Dakhintörölt, sur l’île où résidait la créature et dont les coordonnées avaient pu être recueillies avant notre départ.
La fouille des différents bâtiments échoués autour de l’île nous a amenés à la découverte de documents dans des valises abandonnées : un titre de propriété récent pour une habitation à Port-aux-Ales, aux noms de Belmont Cartwright et son épouse Margrit, et un portrait de mariage de Cartwright et de la « sirène », sous son apparence humaine. Le manifeste du navire mentionnait bien la présence à son bord de Cartwright et de son épouse, mais aussi du dénommé Arnvid Stalwart, que la lieutenante Dakhintörölt a identifié comme étant l’alchimiste mis en cause lors de l’affaire des métamorphes de Noscea Extérieure (voir le rapport du Loup Ecarlate à ce sujet). De ces éléments, nous avons déduits que les deux affaires étaient effectivement liées. La coïncidence semble bien trop grande pour que ce soit le fruit du hasard.


L’autopsie du corps de celle que nous nommerons désormais Margrit a révélé des traces évidentes de sa nature de sirène, en plus de ses attributs humains, ainsi que des marques de piqûres sur ses bras. L’injection de certains produits pourrait donc être à l’origine de sa mutation : reste à déterminer si elle était une humaine que l’on a changé en sirène, ou l’inverse.
Les recherches sur Belmont Cartwright ont quant à elles permis de découvrir qu’il était originaire du Thanalan et a étudié l’arcanisme à Limsa Lominsa. Spécialiste des créatures locales, intéressé par les effets de l’éther sur la faune et la flore, il a quitté la Noscea pour prendre un emploi dans sa région natale. Le lien avec Stalwart, étudiant à la guilde des alchimistes d’Ul’dah, semble se confirmer : tout deux provenaient de la même région et devaient donc se connaître.

Image
Un contact avec l’agent U’here Feran, des Immortels, m’a informé que des restes de corps calcinés avaient été découverts dans le Thanalan, aux sources de Nophica. Ces membres, humains, présentaient des traces de métamorphoses monstrueuses. Faisant le lien avec notre affaire en cours, j’ai proposé aux agents du Loup Ecarlate de m’y accompagner. Leur équipe était composée de la lieutenante Nareya Dakhintörölt, de M. Hattori et Mmes Niunaglwyn, Musashi et Nualah.
A la baie des Vêpres, nous avons appris qu’une demeure avait été brûlée durant la nuit à l’aide d’un engin incendiaire. Un corps a été retrouvé, au petit matin, noyé dans le port, et présentait des marques de coups. Nous avons pu identifier le cadavre comme étant celui de Belmont Cartwright. Celui-ci a semble-t-il été battu à mort à l’aide d’un instrument contondant ou de poings.
Les faits étant proches dans le temps, j’ai supposé qu’il pouvait exister un lien entre les deux et nous avons donc pris des renseignements sur la demeure incendiée. Il s’agit de la maison du couple Florentiaux, originaire de Gridania et marchands de tissus et de cuirs. Ils auraient quitté Gridania pour s’installer à la baie des Vêpres après la mort de leur fils, et ils possèdent des entrepôts dans le Thanalan central, non loin de la rivière se jetant dans les sources de Nophica.
Nos investigations aux sources nous ont par ailleurs permis de découvrir un reste de bras humain, coincé en amont des sources, présentant des griffes animales. En raison de la force du courant et de sa direction, nous avons estimé que ce reste pouvait avoir transité par voie fluviale depuis le Thanalan central avant d’être arrêté par les nombreux rochers présents aux sources.
Image
Ces découvertes nous ont amenés à nous intéresser aux entrepôts des Florentiaux, où nous nous sommes rendus. Là, la lieutenante Dakhintörölt, accompagnée de l’agente K’alya Nualah, s’est infiltrée à l’intérieur du site. Leurs recherches ont mis en évidence des instruments médicaux et de recherche nettoyés et débarrassés de leur contenu, mais tendant à prouver que nous étions sur la bonne piste.
Après quelques instants, nous avons entendu des bruits d’affrontements et sommes donc intervenus. Une Miqo’te se déclarant la gardienne des lieux nous a pris à partie, bientôt rejointe par une seconde. Toutes deux ont fait usage de la force, avec un style de combat proche des moines de Gyr Abania. Parfaitement coordonnées et habituées à travailler ensemble, elles ont rapidement mis M. Hattori et Mme Musashi hors d’état de nuire. Mme Niunaglwyn a elle aussi été blessée durant l’affrontement. L’intervention de Mme Nualah, à l’aide d’une flèche explosive, a par chance grièvement blessé la première Miqo’te et poussé la seconde à la fuite.
Notre assaillante maîtrisée a été confiée aux agents des Lames de Cuivre, en attendant son transfert à Limsa Lominsa.


Le lien entre les Florentiaux et les affaires de métamorphoses semble se préciser. Des investigations complémentaires sur ce couple seront nécessaires afin d’en apprendre plus sur eux et déterminer leurs motivations. L’interrogatoire de la Miqo’te permettra aussi sans doute d’en apprendre plus sur cette affaire. Son style de combat pourrait tout à fait correspondre aux coups ayant conduits à la mort de Belmont Cartwright. Reste donc à déterminer pourquoi il a été tué et quel était son lien exact avec les Florentiaux.

Capitaine E. Estrelaint
Commandant la Navigatrice

Avatar de l’utilisateur
Alyrae
Messages : 31
Inscription : 02 nov. 2020, 15:20

Re: [Chronique] Rapports du capitaine Estrelaint

Message par Alyrae » 23 févr. 2021, 16:50

Troisième rapport du capitaine E. Estrelaint au Maelström
Relatif aux navires égarés dans le détroit de Merlthor
5e soleil de la 1ère Lune Ombrale



L’interrogatoire de la Miqo’te W’fidih Jinh a été réalisé par Nareya Dakhintörölt et Midori Tatsuhikari, de la Compagnie Libre Loup Ecarlate, et par moi-même. Je précise que les deux ont souhaité, au dernier moment, m’évincer de cette discussion. Pressentant un problème de cet ordre, j’ai pu obtenir auparavant une autorisation réglementaire en m’adressant directement au bureau du Maelström à Limsa Lominsa. Je compte demander une explication officielle lorsque ces événements auront trouvé une issue.

Image
Au cours de l’interrogatoire, nous avons pu obtenir les éléments suivants :
  • sa sœur W’kebah et elle ont été engagées par les Florentiaux afin de préserver le secret et la sécurité de leurs affaires dans le Thanalan ;
  • les Florentiaux, anciens élémentalistes gridaniens, procèderaient à des expériences sur les créatures sauvages dans le but de les rendre humaines. Ils ont pour ce faire recruté Arnvid Stalwart, alchimiste, et Belmont Cartwright, arcaniste, pour travailler à une solution adéquate ;
  • leur seul succès a été de faire muter la sirène « Margrit » en humaine. Ils la détenaient enfermée dans l’entrepôt du Thanalan central depuis plusieurs années (avant que les Miqo’tes n’aient été recrutées) ;
  • Margrit recevait des injections d’un certain produit tous les jours ;
  • Belmont Cartwright et Margrit seraient tombés amoureux l’un de l’autre et auraient décidé de s’enfuir ensemble. Ils se sont mariés en secret à Ul’dah avant d’acheter une maison à Port-aux-Ales. Aidés par Stalwart, ils ont pris le bateau vers cette destination.

Nous savons que le bateau n’est jamais arrivé à bon port et supposons que Margrit, à court de traitement, n’a pas pu contenir son appétit pour l’éther. Elle aurait donc provoqué l’échouement du navire en se nourrissant de l’équipage et des passagers. Cartwright serait resté avec elle. Leur histoire d’amour pourrait expliquer la supposé résistance de Cartwright aux dons de la sirène.

W’fidh Jinh nous a également appris que :
  • avec sa sœur, elles ont tenté de poursuivre les Cartwright et Stalwart. Supposant que le couple avait péri dans le naufrage de leur navire, jamais arrivé à bon port, elles ont retrouvé la trace de Stalwart et ont voulu le capturer pour l’interroger. Il s’est défendu en injectant ses produits aux personnes qui l’accompagnaient en Noscea extérieure (cf. rapport de mission du Loup Ecarlate). Il a ensuite pu fuir. Sa localisation actuelle est inconnue ;
  • Cartwright, quant à lui, serait revenu à la baie des Vêpres pour incendier la maison des Florentiaux. Il aurait agi sous le coup de la colère, après la mort de Margrit, tenant le couple gridanien pour responsable de ce qui est arrivé ;
  • c’est W’fidih Jinh elle-même qui a tué Cartwright et l’a jeté dans le port ;
  • les Florentiaux ont chargé les Miqo’tes de détruire les preuves dans leur entrepôt du Thanalan. Elles se sont débarrassées des spécimens en les tuant et jetant leurs restes dans la rivière, espérant qu’ils seraient transportés jusqu’à la mer ;
  • elle ignore où se trouvent Stalwart et les Florentiaux.

Une recherche auprès de l’Ordre des Deux Vipères me semble nécessaire afin de déterminer si les Florentiaux possèdent encore des biens à Gridania ou dans Sombrelinceul. Je commence à douter de la réalité de la mort de leur fils. Il ne serait pas impossible qu’ils aient mis cette organisation sur pied pour chercher un remède à une potentielle mutation – et la disparition de leur enfant coïncide un peu trop, à mon goût, avec leur départ pour le Thanalan et le début de ces recherches. Leur volonté de garder leurs travaux secrets est pour le moins troublante.
Il est nécessaire de mettre un terme à ces activités. Je sollicite l’autorisation expresse et officielle de poursuivre les investigations avec le Loup Ecarlate, afin de pouvoir traduire W’kebah Jinh et le couple Florentiaux en justice. Leur implication dans ces événements les rend en effet responsables de la mort de MM. Webster, Trahgramm et Ganzmhus.

Capitaine E. Estrelaint
Commandant la Navigatrice

Crédit image : ChubyMi

Avatar de l’utilisateur
Alyrae
Messages : 31
Inscription : 02 nov. 2020, 15:20

Re: [Chronique] Rapports du capitaine Estrelaint

Message par Alyrae » 26 févr. 2021, 15:52

Quatrième rapport du capitaine E. Estrelaint au Maelström
Relatif aux navires égarés dans le détroit de Merlthor
12e soleil de la 1ère Lune Ombrale



Grâce aux informations recueillies par les agents du Loup Écarlate, nous avons appris que les Florentiaux possédaient une maison dans la Forêt centrale, à Sombrelinceul. Une observation des lieux a indiqué que l’activité à l’intérieur semblait nulle. Nous nous sommes donc rendus sur place en début d’après-midi afin de confondre le couple et mettre un terme à cette affaire de métamorphoses. L’intervention était approuvée officiellement par l’Ordre des Deux Vipères.
L’équipe était constituée de la lieutenante du Loup Écarlate Nareya Dakhintörölt, de Mmes Baldwyb Niunaglwyn, Iizasa Musashi, K’alya Nualah, de M. Anzô Hattori et de moi-même.
Image
Dans la forêt, alors que nous étions en vue de la demeure des Florentiaux, nous avons été pris à partie par la Miqo'te W’kebah Jinh, engagée à la protection des Florentiaux et de leurs biens. Celle-ci a immédiatement entamé le combat, malgré nos tentatives pour la convaincre de se laisser arrêter. Nous avons pu la mettre rapidement hors d’état de nuire, grâce à un sort de Mme Niunaglwyn l’empêchant de se mouvoir, et une attaque dorsale de Mme Musashi particulièrement efficace.
Manifestement muette, W’kebah Jinh nous a toutefois fait comprendre que les occupants de la maison étaient bien là. Un passage permettant de quitter discrètement la demeure existait. Elle nous a également confirmé la présence du fils des Florentiaux, ainsi que sa condition monstrueuse, comme nous le soupçonnions.
Dans la maison, nous avons pu localiser le passage dans une chambre, dissimulé sous un tapis. Ce dernier descendait dans d’anciennes galeries gelmorraines et rejoignait une vaste salle. Là, nous avons découvert les Florentiaux gardant leur fils. Tous deux ont immédiatement essayé de nous convaincre de nous en aller, assurant qu’ils protègeraient leur fils coûte que coûte. Devant notre refus de les laisser s’enfuir, ils ont cherché à nous attaquer. Mme Dakhintörölt a ausitôt mis M. Florentiaux hors d’état de nuire en le blessant à l’aide d’une de ses dagues, et son épouse l’a rejoint pour lui prodiguer les premiers soins.

Image
Leurs fils, cependant, nous a attaqués. Sa forme « monstrueuse » était celle d’une créature à quatre pattes, haute de quatre yalms et longue de sept. Elle attaquait tout à la fois à l’aide de ses griffes et de ses crocs que de sorts de vent et d’eau. Ces deux derniers points nous ont laissé supposer que cette créature était liée aux élémentalistes – sans doute à ses parents, qui l’étaient eux-mêmes. Une mutation due à une surexposition à l’éther est très possible.
J’ai pu coordonner un peu mieux l’action du Loup Ecarlate, dont l’efficacité a été cette fois plus évidente encore. Nous avons pu abattre la créature, avec cependant un événement inattendu. M. Hattori, plusieurs fois repoussé par la bête, a été pris d’une frénésie incontrôlable. Au cours de celle-ci, il s’est littéralement transformé en torche humaine et s’est jeté sur la créature, que j’ai pu achever avant qu’elle ne soit hachée menue. Mais son trépas n’a pas calmé M. Hattori, qui, en dépit de tous nos efforts pour le retenir, a ensuite retourné son sabre contre M. et Mme Florentiaux. Il est tombé inconscient juste après cela.

La mission relative aux disparitions des navires dans le détroit a donc trouvé son explication, et il a été mis un terme à l’affaire des métamorphoses de Noscea et du Thanalan. La dénommée W’kebah Jinh a été remise aux agents de l’Ordre des Deux Vipères, sous le commandant de Mme Musashi.
Il reste cependant un fait qui n’a pas été élucidé : la disparition d’Arnvid Stalwart. Ce dernier n’a semble-t-il pas donné signe de vie depuis les faits survenus en Noscea extérieure. Je recommande donc l’établissement d’un mandat d’arrêt à son encontre, diffusé à Limsa Lominsa et Ul’dah.


Capitaine E. Estrelaint
Commandant la Navigatrice

Avatar de l’utilisateur
Alyrae
Messages : 31
Inscription : 02 nov. 2020, 15:20

L'île mystérieuse

Message par Alyrae » 19 mars 2021, 13:21

Rapport du capitaine E. Estrelaint au Maelström
Relatif à l’île dérivant en mer de Rhotano
26e soleil de la 1ère Lune Ombrale



Conformément aux instructions reçues du Maelström, la Navigatrice a levé l’ancre le 19e soleil de la 1ère Lune Ombrale. Outre l’équipage se trouvait à son bord Mme Bhaldwyb Niunaglwyn, agente du Maelström, dont l’expertise éthérique était requise pour cette mission. Le navire a quitté le port de Limsa Lominsa vers la neuvième heure du jour, direction sud-est, avec pour cap les coordonnées fournies par le capitaine Thorklyng, commandant l’Artilleur.
Cet endroit, première localisation connue de l’île, devait nous servir de point de départ. Nous mettrions ensuite le cap vers l’est pour contourner les Cieldalaes par le nord. J’avais en effet noté le mouvement circulaire entrepris par l’île, en fonction des différentes coordonnées reçues : elle semblait suivre le courant autour de l’archipel et remontant vers le détroit de Merlthor. Notre objectif était donc de tenter de lui couper la route au nord-est des Cieldalaes.
Cette stratégie nous a permis d’apercevoir l’île en question à la quinzième heure du jour, le 22e soleil de la 1ère Lune Ombrale. Les données relatives à la topographie de l’île se trouvent en annexe du présent rapport.

Image
A notre arrivée sur place, nous avons immédiatement été les cibles d’attaques de créatures marines. A en juger par leurs appendices lumineux, au-dessus de leurs têtes, nous avons immédiatement pensé à des créatures des profondeurs – or celles-ci se trouvaient bel et bien en surface, à l’air libre. La foudre de Mme Niunaglwyn s’est avérée particulièrement efficace sur ces individus, qui ont rapidement pris la fuite. Le corps d’une de ces créatures a été récupéré sur mon ordre et conservé dans la cale en attendant son transport à Limsa Lominsa pour examens complémentaires.
Mme Niunaglwyn a noté des manifestations éthériques intrigantes sur l’île. Une source d’éther importante semblait se trouver nos pieds, dans les profondeurs du sol, et paraissait aspirée vers un point à la surface, au nord de notre position. Nous avons donc continué dans cette direction. A l’abri d’un récif corallien édifié sur cette étrange terre, nous avons trouvé les corps de deux autres créatures marines, différentes des précédentes. N’ayant pu récupérer l’une d’elles pour examens, j’en ai fait un croquis joint au présent rapport. Les deux êtres étaient vivants, quoi que très affaiblis. Ils gisaient près d’une couvée d’œufs reliés au sol par des filaments, nous laissant supposer qu’en dépit de leurs branchies, ils avaient dû se résoudre à rester en surface pour protéger leur progéniture. Affaiblis par le manque d’oxygène, ils étaient en grave péril. Nous avons donc opté pour continuer notre exploration, toujours vers le nord, vers le point où l’énergie éthérée était attirée.
Image
À ce stade de notre expédition, nous commencions à nous interroger sur la nature réelle de cette île. La présence d’une forte concentration d’éther en sous-sol tendait à indiquer la présence d’une source naturelle, ou bien de formes de vie. Bien vite, nous en sommes venus à la conclusion que cette île tout entière était elle-même la forme de vie, source de cette concentration. La présence de créatures marines sur son dos, ainsi que la flore coralienne à sa surface, indiquait qu’elle passait le plus clair de son temps sous les flots, probablement très en profondeur, ce qui expliquerait pourquoi personne ne l’avait encore jamais vu. Une seule chose restait incompréhensible : pourquoi se trouvait-elle désormais en surface ?
Par mesure de précaution, j’ai demandé aux matelots de la Navigatrice de retourner à la chaloupe et de nous y attendre. Ainsi, si l’île décidait de replonger, ils seraient en mesure de partir rapidement et de regagner le navire avant d’être pris dans le vortex. Mme Niunaglwyn et moi tenterions de les rejoindre au plus vite.
Image
Image
La réponse nous est rapidement parvenue, lorsque nous avons atteint le point où l’énergie éthérée était attirée. Une gigantesque créature, semblable à une raie, était fixée sur le dos de l’île et aspirait son éther à la façon d’un parasite. Nous en avons conclu que cette espèce s’apprêtait à tuer l’île en la vidant de sa substance, et entraînerait donc la mort des espèces autochtones. Par conséquent, j’ai pris la décision d’abattre ce parasite et demandé à Mme Niunaglwyn de me prêter main forte.
La créature disposait d’une importante réserve d’éther qui lui octroyait un bouclier absorbant la plupart des attaques magiques. J’ai pu, à l’aide de mon sabre, briser cette protection, permettant à Mme Niunaglwyn de la frapper avec des sorts de foudre.
La créature éliminée, l’île a presque immédiatement manifesté son intention de replonger. Nous nous sommes alors précipités vers la plage où se trouvaient la chaloupe et les matelots de la Navigatrice. Nous avons pu les rejoindre in extremis et regagner le navire avant que le vortex, causé par la plongée de l’île, ne nous aspire avec elle. L’île n’a pas reparu après cela, et je suppose qu’elle a pu retrouver les profondeurs dont elle était issue. Les créatures présentes à sa surface ont sans doute pu survivre – les œufs, en tout cas, étaient intacts lorsque nous les avons laissés.

La Navigatrice a donc pu contribuer à la découverte de plusieurs espèces encore inconnues à ce jour. Les richesses des profondeurs ne nous ont pas encore toutes été dévoilées.

Capitaine E. Estrelaint
Commandant la Navigatrice

Trame : « L'île mystérieuse », par Alyrae
Crédits images : Ray Lederer
Dernière modification par Alyrae le 11 mai 2021, 21:14, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Alyrae
Messages : 31
Inscription : 02 nov. 2020, 15:20

Voyage en mer Pourpre

Message par Alyrae » 22 mars 2021, 18:46

Rapport du capitaine E. Estrelaint au Maelström
Relatif au ravitaillement de l’unité en poste sur l’île de Vahnerel
22e soleil de la 2e Lune Astrale



Conformément aux ordres reçus le 4e soleil de la 2e Lune Astrale, la Navigatrice a fait voile dès le 14e soleil vers l’île de Vahnerel, dans la mer Pourpre. Outre l’équipage se trouvaient à bord Mme Bhaldwyb Niunaglwyn et M. Maeldun Graywolf, agents du Maelström, ainsi que Mme Nareya Dakhintörölt, ex-officier. Le navire a quitté le port de Limsa Lominsa vers la neuvième heure du jour et suivi la direction sud-sud-ouest pour contourner Vylbrand par l’ouest, puis est remonté vers le nord.

Image
Nous sommes arrivés sur place le 18e soleil de la 2e Lune Astrale, en milieu d’après-midi. Les chaloupes ont été chargées avec les caisses de ravitaillement et se sont tenues prêtes à être mises à l’eau. Afin de prendre contact avec la lieutenante Gayle Taylor, en poste sur l’île, j’ai fait armer une autre chaloupe. M’ont accompagné le matelot Liam Tia et nos invités.
A notre arrivée au campement, nous avons immédiatement constaté le décès des agents en poste. Le camp a semble-t-il été attaqué par des créatures locales, venimeuses, qui s’en sont pris aux soldats. Leurs blessures évoquaient sans le moindre doute des piqûres de frelons ou des morsures d’araignées.
Au moment où nous procédions à ces constatations, des insectes nous ont attaqués. M. Graywolf nous a aussitôt recommandé d’utiliser le feu sur eux. Prenant la tête des opérations, j’ai demandé à Mme Niunaglwyn et M. Graywolf d’user de leur magie sur les frelons, créatures volantes difficiles à toucher à l’arme blanche. Mme Dakhintörölt et M. Liam, pendant ce temps, me prêtaient main-forte pour éliminer les otyughs et les araignées. Nous en sommes rapidement venus à bout, néanmoins Mme Dakhintörölt a été sérieusement touchée à l’abdomen par le dard d’un otyugh. Elle a pu prendre un antidote immédiatement afin de ralentir la progression du poison, cependant la blessure a nécessité des soins sur place.
Alors que nous nous occupions de sa blessure, un phénomène curieux s’est produit. Plusieurs d’entre nous ont, à différents moments, éprouvé des vertiges et des nausées. Les mages présents ont rapidement senti des « pulsations » dans l’éther ambiant, provenant de l’ouest. D’après M. Graywolf, expert en créatures, ces pulsations reçues à hautes doses durant un temps relativement long pourraient avoir contribué à rendre la faune locale particulièrement agressive.

Cet avant-poste occupant une position stratégique pour le Maelström, j’ai pris la décision de poursuivre les investigations, afin de mettre un terme à cette anomalie éthérique et permettre l’installation d’un nouveau camp.


Image


Suivant les ressentis de Mme Niunaglwyn et de M. Graywolf, qui indiquaient l’ouest comme source de ces pulsations, nous avons pris cette direction. La faune locale ne nous a plus dérangés, mais durant notre avancée, nous avons de nouveaux subi les effets de l’anomalie éthérique. Ceux-ci, se manifestant sous la forme de visions fugaces, ont confirmé les craintes de M. Graywolf : plus nous restions dans le champ d’action des pulsations, plus celles-ci nous affectaient.
Après deux mille yalms environ, nous avons découvert une vieille tour de pierre, ceinte par les tentacules d’un gigantesque otyugh. L’origine du phénomène semblant provenir de là, j’ai pris la décision d’éliminer la créature avant que celle-ci ne nous attaque. Elle s’est avérée aussi résistante que nous nous y attendions. Ses tentacules constituant ses armes principales, j’ai demandé à tout le monde de se focaliser sur eux. Le feu dispensé par Mme Niunaglwyn et M. Graywolf a permis l’affaiblissement de l’otyugh – et la perte de l’un des tentacules – tandis que j’attirais son attention. De leur côté, Mme Dakhintörölt et M. Liam ont sectionné l’autre appendice de l’otyugh. Ceci fait, la créature, immobilisée par une intervention opportune des dagues de M. Liam, s’est montrée bien moins menaçante et a pu être éliminée rapidement. Mme Dakhintörölt a jeté une fiole de poison dans une blessure ouverte par mon sabre, et M. Graywolf l’a endormie afin de rendre son trépas moins douloureux.
Mentionnons néanmoins que dame Niunaglwyn a été blessée à la tête durant l’affrontement. Nous avons également subi d’autres assauts éthériques, comme ressentis au campement. Leur violence indiquait très clairement que nous étions proches de la source, mais également que nous subissions de plus en plus l’influence de ces pulsations.

Image
Une fois l’otyugh éliminé, nous avons pu examiner la structure de pierre autour de laquelle il avait entouré ses tentacules. Nous avons constaté, au pied de l'édifice, la présence d’un soldat garlemaldais mort. À son uniforme, je dirais qu’il s’agissait d’un de leurs scientifiques. Son décès semblait dû à une balle tirée dans son dos. Il possédait les coordonnées de l’île dans l’une de ses poches, mais aucune information quant à son identité n’a pu être recueillie sur lui.
Le corps a été découvert près d’un ensemble de panneaux lumineux, ajustés et imbriqués de telle façon qu’ils constituaient une sorte de symbole éthérique, directement gravé dans la pierre. Des lettres en éorzéen ancien figuraient dessus. De ce signe provenaient les pulsations que nous avions senties. Pris par le temps et avec plusieurs blessés, nous n’avons pas pu procéder aux constatations approfondies qui s’imposaient. J’ai choisi de retirer l’un des panneaux lumineux pour rompre la continuité du symbole ; l’apport éthérique a semble-t-il été interrompu, et avec lui les pulsations qui impactaient la faune locale.

Les matelots de la Navigatrice ont transporté les corps des victimes à bord du navire. Au total, les huit soldats du Maelström affectés à l’avant-poste de Vahnerel sont décédés, tous victimes de morsures et / ou de piqûres dues à la faune. Suivant les prescriptions d’usage, la cérémonie funéraire s’est déroulée durant le voyage de retour, et leurs corps ont été rendus à l’océan. J’ai remis leurs insignes au bureau des officiers du Maelström dès mon retour à Limsa Lominsa. Les blessés ont reçus les premiers soins de M. Saeskaet, médecin par interim sur la Navigatrice. Je profite du récent rapport pour requérir l’affectation urgente et sans délai d’un médecin de bord, ainsi que je le demande depuis maintenant plusieurs lunes.
Le panneau que j’ai retiré de la tour est conservé à bord de la Navigatrice. Je compte le faire examiner par Mlle Noirterel, membre d’équipage, ainsi que par les agents du Loup Écarlate spécialisés dans le domaine éthérique.
Je demande à poursuivre les investigations sur ce qui s’est passé à l’avant-poste et les raisons de la présence garlemaldaise sur l’île.

Capitaine E. Estrelaint
Commandant la Navigatrice

Trame : « Voyage en mer Pourpre », par Alyrae
Dernière modification par Alyrae le 11 mai 2021, 21:14, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Alyrae
Messages : 31
Inscription : 02 nov. 2020, 15:20

Voyage en mer Pourpre - 2

Message par Alyrae » 27 avr. 2021, 17:17

Rapport du capitaine E. Estrelaint au Maelström
Relatif à la tour découverte sur l’île de Vahnerel
2e soleil de la 2e Lune Ombrale



Faisant suite à la mission de ravitaillement, ayant mené à la découverte d’une tour sur l’île de Vahnerel, l’équipage de la Navigatrice s’est rendu une fois de plus sur les lieux, afin de mener des investigations plus poussées. J’ai emmené à terre M. Liam, matelot de la Navigatrice, et nous étions accompagnés de Mme Bhaldwyb Niunaglwyn et de M. Maeldun Graywolf.

Image
Après de longues recherches sur place, nous avons pu comprendre, grâce à Mme Niunaglwyn, que les panneaux de la tour pouvaient être agencés de façon différente et produire de nouveaux effets. M. Liam a ainsi aligné lesdits panneaux pour déclencher l’ouverture d’un portail. Afin de ne pas risquer la vie de mes compagnons, j’ai décidé de traverser seul ce portail pour découvrir où il menait. Les autres membres de l’équipe d’intervention devaient me rejoindre après dix minutes, si je ne donnais pas de nouvelles.
Immédiatement après avoir franchi le portail, j’ai reconnu les éléments caractéristiques d’un castrum autour de moi. Des soldats garlemaldais en faction m’ont immédiatement attaqué, m’empêchant de transmettre mes ordres à mon équipe. J’ai pu éliminer quatre d’entre eux, puis Dame Niunaglwyn, M. Graywolf et M. Liam m’ont rejoint. Les combats ont été nombreux, sur place, et délicats. Les efforts conjugués de dame Niunaglwyn et de M. Graywolf, grâce à leurs sorts de foudre, se sont révélés très efficaces sur les machines. M. Liam s’est quant à lui avéré redoutable – ses progrès en combat rapprochés sont de plus en plus notables. Nous avons cependant eu à subir quelques blessures sérieuses : M. Liam a été brûlé à la main, et M. Graywolf a reçu une balle dans la jambe suite aux tirs d’une armure magitek, pilotée par un soldat.
Image Image
À l’issue des combats, nous avons pu capturer l’un des pilotes des armures vivants et l’interroger. Il nous a ainsi appris qu’il existait plusieurs îles comme celle de Vahnerel, portant les vestiges de tours sharlayanaises qu’un détachement garlemaldais souhaitait réactiver. Le soldat ignorait les raisons de ce souhait, mais il nous a indiqué que l’Architectus en charge des recherches possédait toutes les réponses. J’ai immédiatement fait le lien avec le scientifique garlemaldais que nous avons retrouvé mort sur l’île de Vahnerel. Le soldat a identifié le castrum dans lequel nous nous trouvions comme se nommant « Castrum Septentrionalis ».
Mais alors que nous nous apprêtions à l’interroger plus longuement, le Garlemaldais s’est écroulé, victime d’un tir en pleine tête. Dame Niunaglwyn a repéré un tireur embusqué sur un toit, à plusieurs yalms au-dessus de nous. Il s’est enfui aussitôt après son geste sans nous causer le moindre dommage.
En raison des blessures subies par l’équipe, et ignorant si nous étions totalement seuls dans le camp, j’ai pris la décision de ramener mes compagnons sur Vahnerel afin de les faire soigner. Une équipe en poste sur place a pris le relais dans le castrum pour sécuriser la zone et obtenir de plus amples informations.
Image Image
Je suis persuadé que l’Architectus dont le soldat nous a parlé avant de mourir est celui dont nous avons retrouvé le corps sur l’île de Vahnerel. Le tireur embusqué de Castrum Septentrionalis pourrait être responsable de sa mort. Reste à déterminer pourquoi le tireur a éliminé l’Architectus – ce qui pourrait ressembler à un acte pour l’empêcher de continuer ses projets – et tué le soldat avant qu’il ne puisse nous en dire plus – ce qui tendrait à indiquer qu’il ne voulait pas que nous en sachions trop long, hypothèse qui contredirait la première.
Une nouvelle fois, je réitère ma demande l’affectation d’un médecin à bord de la Navigatrice. Il n’est plus possible que nous partions en mission sans soin immédiat sur le terrain et s’il le faut, je chercherai moi-même le candidat sans passer par la voie hiérarchique.


Capitaine E. Estrelaint
Commandant la Navigatrice

Trame: « Voyage en mer Pourpre », par Alyrae
Dernière modification par Alyrae le 11 mai 2021, 21:14, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Alyrae
Messages : 31
Inscription : 02 nov. 2020, 15:20

Voyage en mer Pourpre - 3

Message par Alyrae » 27 avr. 2021, 17:47

Rapport du capitaine E. Estrelaint au Maelström
Relatif à la tour découverte sur l’île de Vahnerel
25e soleil de la 2e Lune Ombrale



Faisant suite aux éléments appris à Castrum Septentrionalis, M. Guhtfarr, Second sur la Navigatrice, Mme Bhaldwyb Niunaglwyn, Aspirante-seconde, et moi-même avons déterminé les coordonnées de plusieurs îles pouvant abriter d’autres tours, comme mentionné par le soldat mort dans le camp ennemi. La Navigatrice a donc fait voile le 12e soleil de la 2e Lune Ombrale en direction de la mer Pourpre, vers la première île de notre liste. Le navire a essuyé un calme plat qui l’a immobilisé durant trois jours, suite à quoi le vent a repris, nous permettant de nous remettre en marche.

Image
Arrivés en vue de l’île marquée 1 sur la carte ci-jointe, la vigie a signalé des éclats de lumière en provenance de celle-ci. Rapidement, à la jumelle puis à l’oeil nu, j’ai pu constater moi-même ces éclats, ainsi que des détonations. Il nous est rapidement apparu que des combats devaient avoir lieu de l’autre côté de l’île. Aucun bâtiment n’était visible sur l’eau.
Nous avons pu accoster en sécurité dans une crique isolée, et nous avons progressé en toute discrétion. L’équipe de terrain était composée de Mme Niunaglwyn, en sa qualité d’occultiste, de M. Liam, de Mlle Thais Gerswyn et de Mlle Elvie Portevoix, matelots sur la Navigatrice, et des docteurs Emiri Coldren et Jaël Caerhwyzsyn, médecins de bord. Après quelques temps de marche, nous sommes arrivés en vue d’un nouveau castrum isolé, et avons immédiatement constaté que les soldats garlemaldais qui l’occupaient se battaient entre eux. Il était impossible de pénétrer dans le castrum par la porte principale, théâtre de nombreux affrontements. Suite à une suggestion du Dr Coldren, nous avons choisi d’emprunter une voie plus discrète et de trouver les tuyaux d’évacuation du castrum.
Nous les avons localisés dans les bois entourant ce dernier. Mlle Gerswyn et M. Liam ont pénétré à l’intérieur d’un conduit et ont réussi à atteindre l’intérieur du castrum. Leurs observations nous ont permis de nous introduire sans dommage dans la place. Mlle Gerswyn a ensuite entrepris une progression discrète en direction de la tour. Tandis que nous attendions son rapport, un soldat isolé a tenté de nous prendre par surprise. Nous avons pu l’interroger immédiatement. Il nous a appris que deux factions s’opposaient dans le complexe : l’une, liée à l’Architectus retrouvé mort à Vahnerel, souhaite empêcher l’autre, liée à une certaine Senna sas Servus, d’activer la tour. Cette dernière permettrait en effet d’atteindre une arme, que Senna voudrait utiliser à l’avantage de Garlemald en vue de restaurer la grandeur de l’Empire. Par perle, Mlle Gerswyn m’a confirmé la présence d’une femme aux abords de la tour, sécurisant une équipe de scientifiques, ainsi qu’un tireur embusqué sur un toit non loin. Nous n’avons pas pu avoir plus détails concernant cette arme, mais l’homme s’est proposé de nous aider à atteindre la tour – par mesure de précaution, nous avons refusé et l’avons placé en sécurité.

Image Image

Image
Suite à ces découvertes, nous avons décidé de rejoindre Mlle Gerswyn. Hélas, nous avons été repérés par le tireur embusqué dans notre entreprise, et Mlle Portevoix ainsi que le docteur Caerhwyzsyn ont été légèrement blessés. Mlle Gerswyn, parfaitement placée, a pu toucher le tireur à l’aide de ses chakrams et nous a permis de la rejoindre sans plus d’embûches. La femme, Senna sas Servus, se trouvait bel et bien au pied de la tour, veillant à ce qu’aucun soldat dissident ne vienne attaquer les scientifiques occupés à activer le dispositif.
Le temps nous était compté. Si les scientifiques réussissaient à ouvrir le passage, leur cheffe aurait pu atteindre l’arme, et nous n’avions pas assez d’éléments pour savoir si cela provoquait un risque immédiat ou non. J’ai donc donné l’ordre de mener l’assaut : Mlle Portevoix et moi devions occuper Senna sas Servus, tandis que Mme Niunaglwyn, M. Liam et Mlle Gerswyn empêchaient les architectus d’activer la tour. Malheureusement, le tireur embusqué n’avait pas été suffisamment blessé pour être hors d’état de nuire, et il a usé de son arme pour nous empêcher de mener notre plan à bien. Mme Niunaglwyn a donc pris la décision de l’affronter directement, l’amenant à se concentrer sur elle.
Le combat contre Senna sas Servus s’est révélé difficile. Mlle Portevoix a été un grand atout contre elle et s’est montré inflexible en dépit de sa légère blessure. Je tiens à souligner, également, l’implication de M. Liam, qui a parfaitement obéi aux ordres reçus et qui a permis de neutraliser rapidement les architectus. Enfin, par son action, Mme Niunaglwyn a facilité le travail de tout le monde en occupant et en repoussant, seule, le tireur sur le toit.
Lorsque Senna sas Servus a été vaincue, et les scientifiques neutralisés, nous avons décidé de mettre le panneau de contrôle de la tour hors service. Une explosion a cependant détruit complètement celui-ci, et nous avons pu fuir avant que les barils de céruléum entreposés dans le castrum ne s’embrasent à leur tour. Aucun des Garlemaldais présent n’a pu être sauvé. Nous ignorons ce qu’il est advenu du tireur vaincu par Mme Niunaglwyn – en fuite mais non tué.

Image

Image
Nous ne déplorons aucune perte du côté de l’équipage. Les boucliers et les soins dispensés par les docteurs Coldren et Caerhwyzsyn ont été d’une grande efficacité – et nous ont permis de rentrer bien moins meurtris que lors de nos précédentes missions, preuve de leur nécessité à bord. Seul l’état du docteur Caerhwyzsyn sera à suivre. La menace représentée par l’arme mentionnée par le soldat Garlemaldais demeure cependant, et je préconise une recherche active sur les îles entourant Vahnerel pour la retrouver et la détruire. D’autres poches d’installations garlemaldaises isolées pourraient également s’y trouver et mieux vaut toutes les déloger.
L’équipage de la Navigatrice se tient bien sûr prêt pour toute opération de ce type dans la zone.


Capitaine E. Estrelaint
Commandant la Navigatrice

Trame: « Voyage en mer Pourpre », par Alyrae

Avatar de l’utilisateur
Alyrae
Messages : 31
Inscription : 02 nov. 2020, 15:20

Dors, petite fille

Message par Alyrae » 28 mai 2021, 09:31

Rapport du capitaine E. Estrelaint au Maelström
Relatif au sauvetage de Mlle Elwyn Baker
16e soleil de la 3e Lune Astrale




Conformément aux ordres reçus le 30e soleil de la 2e Lune Ombrale, la Navigatrice a fait voile le 1er soleil de la 3e Lune Astrale vers la baie des Vêpres, dans le Thanalan, afin de remettre aux autorités locales les documents qui nous avaient été confiés par le commandement du Maelström. Arrivés le 2 au soir, nous sommes repartis le 3 dans le courant de l’après-midi.
Image
Le 4e soleil de la 3e Lune Astrale, alors dans le détroit de Merlthor, la vigie de la Navigatrice a repéré une embarcation de fortune à notre tribord. Nous avons mis le cap dessus et recueilli à notre bord une jeune fille en état de choc, déshydratée et désorientée, incapable de communiquer avec nous et de nous expliquer ce qu’il lui était arrivé. Mme Niunaglwyn a presque aussitôt décelé chez elle des résidus d’éther du Néant. Le médecin de bord, le docteur Caerhwyzsyn, a décidé de placer la jeune fille à l’isolement dans l’infirmerie du navire.
Peu de temps après, alors que la naufragée se reposait, tous les membres d’équipage ont été frappés d’un mutisme inexpliqué. Une forte présence du Néant s’est alors manifestée dans l’infirmerie. Bien que rien n’ait été visible auprès de la jeune fille secourue à ce moment-là, nous avons rapidement compris que la présence ressentie provenait d’elle. Nos efforts pour la réveiller se sont cependant révélés vains.


Alors que nous nous trouvions dans l’infirmerie - Mme Niunaglwyn, le docteur Caerhwyzsyn, M. Liam et moi-même - un bruit de lutte a retenti dans les coursives. Ouvrant la porte, nous avons trouvé le corps horriblement mutilé de M. Goldsmith, matelot en position de repos à cette heure. La trace éthérée se poursuivait en direction de la dunette, où nous avons constaté la présence de deux créatures inconnues, vraisemblablement d’origine du Néant. Toutes deux étaient occupées à dévorer un second matelot, M. Hayworth. Nous avons pu éliminer ces deux “démons”, mais ils ont, durant le combat, gravement blessé à l’épaule M. Liam, ainsi que le docteur Caehrwyzsyn au bras.
Image
Remontant vers le pont, le docteur Caerhwyzsyn a conduit M. Liam à l’infirmerie pour procéder aux soins que requérait son état. Mme Niunaglwyn et moi comptions monter sur le pont supérieur, mais elle a décelé une forte manifestation démoniaque dans l’infirmerie. Nous sommes donc retournés là-bas, pour voir, penchée au-dessus du lit de la jeune fille, une nouvelle créature qui semblait se nourrir de l’éther de la rescapée. Ne pouvant communiquer par la voix, le docteur n’avait pu nous contacter par perle pour nous en aviser.
Le combat contre la créature s’est avéré ardu, celle-ci se montrant bien plus résistante que nous ne l’escomptions. Mme Niunaglwyn a tenté de rompre le lien éthéré entre la jeune fille et elle, sans succès. Les blessures que nous lui infligions semblaient ne pas réellement la perturber. M. Liam, en voulant se joindre au combat une fois de plus, a de nouveau subi une blessure au bras. Finalement, c’est le docteur Caerhwyzsyn qui a mis fin à l’affrontement : réveillant la jeune fille endormie d’une vive gifle sur la joue, celle-ci a ouvert les yeux, et son cri de terreur a terrassé le monstre. Nous avons alors recouvert l’usage de la parole.

Image Image

Afin d’assurer la sécurité de tous, j’ai ordonné que la Navigatrice fasse demi-tour afin que la jeune fille soit confiée au plus tôt à la surveillance de la guilde des Occultistes, à Ul’dah. M. Liam a été confié aux soins du médecin de bord. Mme Niunaglwyn a confirmé que toute présence démoniaque avait quitté le navire.
Sur le chemin du retour, j’ai procédé à l’inhumation en mer de MM. Goldsmith et Hayworth. Je me suis rendu auprès de la famille de M. Hayworth pour annoncer la nouvelle de son décès. À ma connaissance, M. Goldsmith n’avait pas de proches.


Je préconise l’interrogatoire rapide de la jeune fille que nous avons secourue, afin de déterminer ce qui lui est arrivé. La guilde des Occultistes pourra également vérifier que la corruption a bel et bien disparu, et déterminer si la naufragée a besoin d'une formation quelconque dans le domaine de l'occultisme.


Capitaine E. Estrelaint
Commandant la Navigatrice



« Dors, petite fille », par Alyrae

Avatar de l’utilisateur
Alyrae
Messages : 31
Inscription : 02 nov. 2020, 15:20

Il faut sauver dame Niunaglwyn !

Message par Alyrae » 03 juin 2021, 00:17

Quelque
Le colonel prit place derrière le bureau, observant le capitaine par-dessus la monture de ses lunettes.

« Que s’est-il passé, exactement ?
Je l’ai déjà expliqué.
Pas à moi, Capitaine. »

Ermengard grommela quelque chose et s’enfonça dans son siège. Les bras croisés sur la poitrine comme un enfant prêt à se défendre après une bêtise, le commandant de la Navigatrice toisa son supérieur sans se détourner, le regard farouche.

« Ma Seconde a été enlevée, je suis allé la chercher.
Sans respecter la procédure.
Quelle procédure ? Mener l’enquête, interroger son père, remonter la piste, tendre une embuscade à ses ravisseurs et la sauver ? J’ai fait tout ça.
Prévenir le Maelström, Estrelaint. Prévenir le Maelström. »

Le colonel avait détaché les mots comme s’il s’adressait à un crétin. Ermengard sentit son humeur passer de « chacal » à « bombo ».

« Ce n’était pas un enlèvement relatif à son rang au Maelström… commença-t-il d’une voix sourde.
Donc vous n’aviez pas à prendre l’initiative des opérations, Estrelaint, mais à soumettre l’enquête aux autorités compétentes.
Et nous aurions perdu un temps précieux. Dame Niunaglwyn serait morte exécutée.
Au lieu de cela, ce sont ces gens qui l’ont été.
La belle affaire ! On n’en a tué que deux, et c’était des criminels. Le commanditaire est toujours en vie : vous pouvez lui faire un procès si vous voulez.
Ce n’est pas la question, Estrelaint ! »

Cette fois, le colonel avait haussé la voix. Ermengard se tendit – non par peur, certainement pas, mais pour anticiper la déferlante à venir et pour y répondre de manière adaptée.

« Vous êtes censé représenter le Maelström. Vous n’êtes pas un aventurier, et vous n’êtes plus un pirate. Vous ne pouvez pas agir à votre guise et verser le sang comme bon vous semble ! »

Avec lenteur, Ermengard se leva. En bon Elézen, il surplombait le Hyurois de plus d’une tête, et encore plus lorsque celui-ci était assis. Il n’eut pas le moindre scrupule à user de cet avantage. Son regard de braise plongea dans celui du colonel, tandis que ses deux mains s’appuyaient sur le bureau pour lui permettre de se pencher en avant.

« Mon colonel, vous oubliez une chose importante : mon vaisseau ne vous appartient pas, pas plus que moi, ni mes matelots. Venez me dicter ma conduite, et je me retire de la flotte pour me déclarer civil. Le Maelström pourra alors dire adieu à ce qu’il y a dans la sainte-barbe de la Navigatrice.
– Vous n’en avez pas le droit, Estrelaint. C’est la propriété du Maelström.

Vous croyez ? La Navigatrice m’appartient, ainsi que tout ce qu’elle contient. Mes conditions étaient très claires. Tout ce qu’elle contient.
Nous pouvons vous le retirer.
Je vous mets au défi d’y parvenir. »

Un silence, pesant et chargé d'électricté, tomba sur le bureau. Le colonel soutint le regard du capitaine, qui ne se détourna pas. Plutôt mourir que se détourner de lui. Le Maelström pouvait bien monter à bord : les glyphes de Noirterel tiendraient. Rien ne sortirait du navire s’il ne l’autorisait pas. Le Hyurois, tout auréolé de ses médailles et de son autorité, ne pouvait rien contre cela, pas plus qu’il ne pouvait revenir sur l’accord passé huit ans plus tôt.
Le colonel finit par baisser les yeux, un bref instant. Ermengard sut qu’il avait gagné.

« Ne venez pas me dire comment gérer mes hommes et encore moins me demander de ne pas intervenir quand ils sont en danger. Mon équipage
passera toujours avant tout le reste.

Votre Seconde encore plus, n’est-ce pas, Estrelaint ? »

Ultime petite perfidie de l’homme à terre. Avec un sourire vaguement écœuré, l’Elézen se redressa. Son regard s’abaissa sur le Hyurois puis, sans un mot, il se détourna de lui pour quitter la pièce. Le colonel ne l’arrêta pas.
Image
Quand Ermengard rencontre le père de sa Seconde...

« Il faut sauver dame Niunaglwyn ! », par Lomelinde

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité